Serions nous en train de vivre la mondialisation de la révolte des gilet jaunes ? Les travailleurs pauvres du monde se révoltent ! Partout dans le monde, les travailleurs pauvres font grève du libéralisme et exigent moins d’inégalité, plus de pouvoir d’achat, des salaires plus élevés ou des impôts plus faibles. C’est la mort officielle de la mondialisation heureuse !

La grève de la mondialisation pourrait profondément modifier la nature de nos économies. Depuis quelques mois, je vous parle de la grève du consommateur. Il s’agit probablement d’une erreur d’analyse. Ce n’est pas seulement le consommateur qui entre en grève, c’est aussi le producteur ! Nous entrons dans une véritable grève de la mondialisation ! Les travailleurs pauvres se révoltent et n’acceptent plus d’être nos esclaves, ils refusent de se sacrifier pour nous permettre notre consommation superfétatoire et ostentatoire.

Il faut vraiment être de mauvaise foi pour ne pas y voir la remise en cause de nos sociétés libérales dont la réussite repose sur les bas salaires, sur l’exploitation des travailleurs pauvres et sur la destruction de l’environnement pour nous permettre d’avoir un train de vie bien supérieur à ce qu’il devrait être.

La démondialisation accélère ! Nous sommes en train de vivre la grande transformation du monde comme nous l’analysions dans cet article « De « l’étrange défaite » à la « grande transformation » d’Emmanuel MACRON ? ». Cette notion de grande transformation est importante, elle fait référence au livre de Karl Polanyi, économiste hongrois qui a analysé la crise de 1929 et la montée du fascisme dans les années 30.

Dans son ouvrage phare, « La grande transformation« , il détaille, notamment, l’expression d’un double mouvement de la société qui se protège contre les excès du dogme libéral du tout marché. Face à un libéralisme qui s’impose et qui tend à imposer le marché au détriment de la société, il se met en place un double mouvement, une forme de réaction de la société qui se protège ainsi des excès de ce tout marché. En 1936, ce double mouvement peut expliquer la montée du front populaire ou du fascisme ; En 2020, il pourrait aboutir sur un front populaire écologique comme nous le détaillons dans cet article « En 2020, Face à une politique monétaire nuisible, la politique budgétaire va financer le front populaire écologique. ».

 

Quelles pourraient être les conséquences de la démondialisation et de la grande transformation ?

Comme nous l’écrivions déjà à la fin de l’année 2018 dans notre article stratégique pour l’année 2019 « Stratégie d’investissement 2019 : L’année de tous les possibles sur fond de remise en cause de la mondialisation financière », ces mouvements pourraient avoir trois conséquences directes :

  • Tendance à la revalorisation du travail et de sa rémunération dans le partage de la valeur ajoutée ; Le capital est abondant, la force de travail employable de plus en plus rare ! Nous devrions assister à une meilleure répartition de la valeur ajoutée au profit du travail ; On parle alors d’une meilleure protection sociale des travailleurs pauvres qui n’accepteront plus d’être les esclaves des pays dits riches.

 

  • Remise en cause des excès de la mondialisation des processus de production. Les consommateurs font la grève de la production mondialisée. Face à cette exigence nouvelle des consommateurs, les entreprises dont la chaîne de production tire un profit maximum de la mondialisation accepteront de se relocaliser dans les pays occidentaux consommateurs ; Développement de la tendance à la consommation et production locale ; Cette relocation de la production pourrait avoir pour conséquence une accélération de l’inflation après des années de désinflation importée grâce à la délocalisation dans les pays à main d’œuvre toujours moins chère ;  Il pourrait s’agir de décision politique telle qu’un plus grand protectionnisme suivant l’exemple de TRUMP.

 

  • Accélération de la prise en compte du développement durable dans les processus de production ; Cela pourrait d’ailleurs être une solution pour justifier la relocalisation et l’inflation incontournable. Les consommateurs prennent conscience de l’exportation de la destruction de l’environnement : Nous avons, en France, des exigences fortes pour protéger l’envirronnement … mais acceptons de consommer des produits fabriqué dans les pays asiatiques dans des conditions dégradées de protection de l’environnement et des salariés

 

Depuis 20 ans, la mondialisation explique une partie importante de la déflation dans laquelle nous sommes actuellement… dans les 20 prochaines années, la démondialisation sera t’elle à l’origine d’une inflation forte, possiblement non anticipées ? (cf »La démondialisation qui s’engage est elle source d’une inflation mal anticipée ?« , article dans lequel nous vous faisions part de cette perspective non négligeable).

Mais qui peut vraiment anticiper ce qu’il va se passer ?Faut il anticiper un cocktail explosif composé d’inflation, de hausses des salaires, de baisses des profits, de récession, de baisse du pouvoir d’achat ?

Bref, les gilets jaunes ont ouvert la voie à la grande transformation dont nous sommes aujourd’hui incapable de comprendre les conséquences ! 

A suivre…

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de bilan patrimonial


228 Comments

  1. Cet article est très lucide.
    Une objection: les gilets jaunes ne revendiquaient rien de ce que vous leur prêtez: l’écologie, ils s’en tapent, tout ce qui les intéresse est le gas oil bon marché, et plus d’argent pour eux, et plus d’impots pour les autres…

    • Jean Claude says:

      Effectivement tout est possible mais de là à imaginer comme Guillaume un front populaire écologiste il y a un gouffre

      • Je crois qu’il s’agit d’une réaction, d’une manière excessive de lutter contre les excès du capitalisme.
        Dans les années 30, c’est la protection du travailleur qui cristallisait les revendications ;
        En 2020, ce sera la protection de l’environnement. Nous vivons peut être les débuts de l’écologisme qui formera un contre pouvoir face à capitalisme, comme le socialisme était un contre pouvoir face au même capitalisme. Le capitalisme devra tenir compte de ce contre pouvoir pour continuer ; L’écologisme permet simplement d’assurer un nouvel équilibre.

        • A moins de revenir à l’état de chasseur-cueilleur, il n’y a pas d’alternative au capitalisme. Le capitalisme est présent dans tous les régimes politiques : bolchevisme, socialisme, communisme, libéralisme ou autre puisque toutes les sociétés avancées reposent, depuis l’apparition de l’agriculture, sur les échanges et l’énergie. C’est juste que, selon le régime, les moyens de production et les richesses sont répartis différemment.
          En revanche, nous voyons clairement les limites du bolchevisme et du socialisme en France.
          Revenir à l’état de chasseur-cueilleur pourrait avoir la vertu d’opérer une sélection naturelle au sein de l’espèce.

          • Une sélection naturelle au sein de l’espèce …… et beaucoup de laissés-pour-compte !

            Donc très rapidement des révolutions.

            • Non Michel, pas de laissés pour compte… Damien parle bien de sélection naturelle…

              • J’ai bien compris ce que dit Damien, c’est pour cela que je complète son propos en disant que si il y a une sélection naturelle, il y aura obligatoirement des laissés-pour-compte, des perdants, des mourants en d’autres termes.

        • Le monde de demain says:

          @Guillaume
          Je suis d’accord avec vous que l’ écologie va être le mouvement fédérateur des masses en quête de changement de societes.
          Par contre quel point commun entre les différentes révoltes que nous vivons :
          HK : révolte contre l’vautoritarisme
          Liban / Algerie/Venezuela : révolte contre des régimes corrompus et incompétents
          Chili : là effectivement révolte economique type GJ

  2. Sans doute qu’il s’agit de tendances de Fond. Mais leurs effets se feront sentir à horizon 10 ans environ.
    Il n’y aura pas de révolte généralisée du jour au lendemain Mais une pression qui fera bouger les choses.
    À Mon Sens, le système actuel à encore de belles années devant lui.

  3. Difficile d’anticiper vers où nous conduira cette grande transformation….que l’écologie permette d’assurer ce nouvel équilibre, ça ne me semble pas évident, par contre ça va modifier les objectifs de croissance. L’écologie, c’est aussi le développement de technologies nouvelles, ce n’est pas et heureusement la décroissance: véhicules propres, bâtiments à énergie positive, énergies renouvelables, recherche sur la photosynthèse artificielle qui avance ….les perspectives sont immenses. Ce qu’on voit c’est que le besoin de formation est crucial, et c’est là que la bât blesse, tant sur l’efficacité de l’éducation nationale que sur la compréhension de bien des gens que c’est réellement indispensable. J’ai lu le livre de D. Sallenave, Jojo le gilet Jaune, où on voit que c’est pas gagné pour certains qui n’en ont pas la volonté et qui restent déclassés…et ce n’est pas l’argent qui est distribué qui résoudra leur malaise

  4. Tiens le fascisme vert comme solution d avenir Ayant déjà écrit depuis un certain temps que l écologisme (merci de prendre ce terme à votre compte ) produirait plus de morts que le communisme et le national socialisme qui n’est qu un fascisme raciste je vois que les jeunes générations du monde occidental’ sont prêtes à nous démontrer que ce coup ci ça va marcher
    Prenez votre temps et attendez que je sois mort une dizaine d’années dans le meilleur des cas et ensuite vous pourrez méditer sur votre niveau de vie du moment et celui d aujourd hui et la place qu aura la France dans le monde .on verra des migrants français prendre des bateaux pour fuir l e paradis vert français .les évadés fiscaux seront de la gnognote 😀

  5. Ce qui est génial avec l’idéologie écologiste est qu’elle promet des jours heureux alors qu’une baisse de la consommation d’énergie ne peut qu’aboutir à une violence à l’échelle planétaire inouïe.
    Bref, en première ligne j’espère que nous enverrons Sainte Greta et autres apôtres du fascisme vert.

  6. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    j’ai du ajuster mes lunettes pour vérifier que le n’étais pas sur un blog tenu par le NPA.
    Mais non c’est bien notre Guillaume qui nous dit tout cela….
    Je ne vois pas les choses de la même façon, et je vais donc y aller « mollo »  histoire de ne vexer personne.

    S’il y a un point sur lequel nous sommes d’accord, c’est que nous vivons une grande transformation du monde. Sauf que ce n’est pas la même.

    Tout d’abord, la mondialisation, celle qui a vaincu les famines les épidémies, pas mal de maladies et de morts prématurées, bat son plein. C’est cette même mondialisation qui sort progressivement de l’extrême pauvreté les 4/5 de la planète.

    Il m’étonnerait que tous ces milliards d’ asiatiques et d’ africains s’en plaignent.
    Et cela continue, il suffit d’y aller pur le constater.

    Je veux dire par là que nous ne devons pas tout mesurer à l’aune d’un prisme franchouillard.

    En Europe, et plus particulièrement en France, ce travail d’amélioration des conditions de vie a été fait en bonne partie avant la mondialisation (qui en gros date de 30/40 ans).
    Cela peut expliquer l’impression de ne pas suivre la rapidité des changements du reste de la planète.

    Mais peut on dire que les français dans leur ensemble vivent plus mal qu’il y a 40 ans ?
    Non évidemment.
    Et les pauvres sont ils beaucoup plus pauvres ? il me semble qu’à part les migrants de la Porte de la Chapelle on ne voit plus guère se bidonville. Il existe aussi pas mal d’aides sociales pour parer aux cas les plus difficiles.
    D’accord il n’y a pas d’égalité de revenu. Mais c’est la norme en ce monde.

    Par contre il existe une autre forme de mondialisation, qui pose problème à ceux qui n’arrivent pas à l’intégrer : Il s’agit de la mondialisation des élites.

    Celle là aussi bat son plein, parce qu’elle est le résultat des nouvelles règles de management des entreprises mondiales (et de plus en plus)

    Avec les succès les géants du numérique, on s’est aperçu que l’innovation de rupture était bien plus performante que la routine traditionnelle des entreprises.

    Une des pierres angulaires de cette dynamique, trouve son origine dans la formation d’équipe de travail composées de personnels différents tant par leurs origines, que leurs cultures, ou leurs formations, pour autant naturellement qu’ils soient tous experts dans leur domaine.

    Si il y a crise, c’est celle des recrutements.

    Si vous êtes spécialiste de quelque chose, et que naturellement vous parlez anglais, il y a forcément une entreprise qui a besoin de vous quelque part dans le monde, et vous proposera un salaire 3 fois supérieur à ce que vous pouvez gagner en France. (Ailleurs on est mieux payé en général)

    c’est là la vraie nouvelle donne de la mondialisation, et qui n’est pas prête de s’arrêter.

    Pour les gilets jaunes c’est peut être trop tard je l’accorde.
    Mais pour leurs enfants ? Il suffit de faire passer le message.

    • C’est Comme au temps des colonies. Les entreprises implantees faisaient bosser les autochtones pour Rien Et s’en mettait plein les poches. Aujourd’hui c’est pareil. Sauf qu’au lieu de leur donner le gîte et le couvert on leur donne de quoi s’acheter un ephone Et une paîre de Nike pour enrichir encore plus ceux qui les emploie. C’est trop fort ✌️

      Quant à l’écologie, c’est la pensée communiste du XXI eme siècle. Dogmatique et largement répandue dans les écoles primaires. Bientôt il y aura des purges où on fera venir devant le tribunal ceux qui ont mangé de la viande au cours de ces 20 deniered annees …

    • Peut être qu’un peu de protectionnisme etatique remettrait l’église au milieu du village Et ferait du bien …..

    • Qu’est ce que ça change pour le citoyen moyen que le niveau de Vie dans les pays du tiers monde s’est amélioré ?

      • Fredy Gosse says:

        Message étrange…..vous ne voyez pas ce que nous avons à gagner au développement des pays pauvres? Avec tous les migrants qui fuient vers l’Europe vous ne voyez pas ?mais ,enfin ,le jour ou ils ont un espoir de développement chez eux, ils restent chez eux
        De plus comme aucun pays ne peut produire la totalité de ses besoins il achète à l’extérieur ,ça s’appelle, depuis l’origine des temps ….le commerce….Donc si les pays se développent ils achèteront quelque chose que peut être nous pourrons leur vendre soit parce que moins cher que nos concurrents ,soit ,plus cher mais de meilleure qualité ou quasiment unique /ca veut dire donc des emplois chez nous.Bien entendu si entre temps nous sommes revenus au troc et à l’économie circulaire avec une énergie verte plus chère forcement nous n’aurons rien à proposer et ce sont les autres qui en profiteront.Quel échec de l’Education nationale qui a enseigne le marxisme et que ,même les bases les plus élémentaires , les plus anciennes du monde soient inconnues de notre jeunesse;

        • De quoi avons nous besoin pour vivre ? Posez vous la question Et vous verrez qu’en France, nous sommes en mesure de vivre de manière relativement autonome Ou du MOins, Avec des échanges avec les pays frontaliers.
          N’oubliez pas que nous sommes dans une économie de l’offre. Nous n’avons pas de besoin Mais le marketing nous en cree.
          Et ne venez pas me traiter de marcksiste léniniste socialo communiste. Je suis actionnaire depuis plus de 20 ans.
          Mais force de constater que pour le citoyen moyen, la mondialisation est une plaie

          • Fredy Gosse says:

            ben voyons, le phéniciens faisaient déjà du commerce. …les immigres ne viennent pas chez nous parce qu’ils sont désespérés et crèvent de faim , il ne faut pas qu ils se développent ..sauf qu ‘ils n’ont pas besoin d e votre permission Lol. nous n' »avons plus que 12 % d’industrie manufacturière.. nos derniers produits made in France contiennent tous des composants étrangers.un voiture Française c’est 50% minima de composants étrangers ,le reste on ne sait pas faire ou plus faire Ou alors nous allons prendre le chemin de la fabrique d’Etat qui comme chacun le sait a réussi partout. C’est fou ,quand même ,le communisme a tout détruit en voulant supprimer la rente du capitaliste et il suffi une trentaine d’années pour que le régime dit communiste Chinois réintroduise la rente capitaliste pour devenir le monstre bouleversant tout l’échiquier politique économique mondial.Que vous faut il comme exemple? vous voulez
            construire une nouvelle utopie Etatique dont vous devrez suivre les ordres bon gré mal gré. Apparemment vous n’avez aucune idée du bouleversement économique et social que produirait la décroissance française et ou européenne. la misere serait le lieu commun des français sauf pour la nomenklatura des Hulot et Cie. la France du rationnement par tickets voila un beau futur

            • En fait, le développement de la Chine est surtout du à la période de relative liberté entre la mort de Mao et 1989. Depuis, si j’ose dire, le navire chinois court sur son erre. La reprise en main communiste par chi devrait lui permettre de se fracasser gentillement sur les gros rochers droit devant…

              Le seul moteur de l’économie mondiale, c’est le consommateur américain, et il est en train d’apprendre à faire sans la Chine continentale.

              Sans compter que la Chine va devoir faire avec l’émergence de l’Inde, et qu’une usine de petits indiens vaudra bien une usine de petits chinois, bientôt.

          • Il faut que l’on soit très clair dessus, il n’y aura pas le nécessaire pour tout le monde. On ne pourra jamais nourrir 65 millions de personnes sur un pays aussi petit en superficie que la France.

          • « Ou du MOins, Avec des échanges avec les pays frontaliers. »

            Il me semble que c’est toujours le cas.

            Que l’industrie française ait disparu au profit de l’industrie allemande est juste sur à l’imbécilité crasse des politiciens français et à la volonté sans faille de l’Allemagne d’accomplir son destin, tracé depuis Maximilien de Habsbourg.

  7. On est d accord mais le message qui passe c est celui de Greta 🤢🤢🤢même des hebdomadaires connus commencent à ne plus savoir où ils sont .D un côté ils critiquent férocement Macron faux libéral
    Qui augmentent la. Dépense publique et se déclare quasi protectionniste et quelques pages plus loin des gens qualifiés de libéraux en sont à demander une relance économique verte de type keynésien Signe de l’affolement des intellectuels qui ne savent plus ou ils sont mais qui ont acquis que l avenir était à l ecologie alors que c es-tu ce volontarisme vert qui détruira notre monde occidental
    Pour terminer voir le dirigeant d un blog sur le Patrimoine se faire l avocat de l anti libéralisme et le partisan du Étatisme renforcé conducteur du Peuple vers le bon horizon est paradoxal à minima

    • Peut être qu’un peu de protectionnisme etatique remettrait l’église au milieu du village Et ferait du bien …..

    • Comme je disais dans un autre fil : il ne sont mûs que par la peur.
      Leur monde s’écroule, et je ne parle pas là des libéraux. Ces gens vont devenir de plus en plus sectaires et violents pour rester au pouvoir.

      « On est d accord mais le message qui passe c’est celui de Greta ». Elle est usée et elle fait peur aux enfants. Ils sont déjà en train de la remplacer par une plus jeune, plus présentable, plus glamour.

      « L’avenir était à l ecologie ». Rien de plus réac et conservateur que l’écologie. Mais, chut, il ne faut pas le dire trop fort.

  8. Normal de critiquer Macron. Il n’a aucune colonne vertébrale politique. Il annonce Tout et son contraire et baisse son froc à la moindre contestation Tout en donnant des coups de menton.
    Une grande gueule qui se croyait plus fort que Tous les autres Et qui est bloqué politiquement après 18 mois d’exercice du pouvoir

  9. julien bonnetouche says:

    A t on plus de chances d’avoir une dictature écologique avant une dictature islamique dans notre pays ?
    Le jour où nous aurons au 2eme tour des élections, présidentielles un Ayatollah vert contre un autre barbu , médias et politicards auront enfin trouvé la quintessence de leurs philosophies.

    • Entre les 2, je choisi l’ayatollah vert.
      Je préfère circuler en velo qu’en Djelabah Et ne pas manger de saucisson ni boire de vin

      • Vous croyez qu’il s’agira uniquement de circuler à vélo?
        Il s’agira également de vous enlevez les moyens de reproduction tout en gardant un mode de vie sédentaire, de pratiquer l’eugénisme pour économiser les ressources, de sous-alimenter l’espèce pour que l’humain perde de la taille et du poids toujours pour économiser les ressources.
        En Europe, le pouvoir est armé les citoyens ne le sont pas, il sera donc très simple d’imposer ces choix aux populations.
        Si l’alternative c’est la charria, je préfère tenter ma chance avec la charria.
        Mais dans les deux cas, rien ne se fera dans la joie et la bonne humeur contrairement à ce que disent ces hippies sous champignons d’écolos.

        • Moi ça me plait bien le modèle velo Et davantage de sédentairite.
          Apres pour le reste, vous avez trop regardé de films de science fiction.

          Et Que l’état dispose de la viloence légitime, cela me convient parfaitement car c’est de cette manière qu’on calme les anarchistes de Tout genre.

          • Je ne regarde aucun film, c’est un scénario plus que probable dû à l’effondrement énergétique que vous retirez de toutes vos équations.

          • En gros, c’est un contresens de vouloir conserver un mode de vie sédentaire dans un monde avec moins d’énergie. Il va donc falloir régler dans la violence et la brutalité ce contresens. C’est aussi simple que ça.

            • Sédentarité = moins de déplacement = MOins d’énergie . Ce n’est pas contradictoire

              • Sédentarité = besoin de cultiver et/ou d’acheminer sa nourriture = besoin d’énergie accru, donc oui c’est contradictoire.

                • N’importe quoi

                • C’est bien moins polluant de Faire venir des haricots du Kenya plutôt Que de les cultiver dans son jardin ?

                  • Et quelle surface vous faudra t-il au total pour vos haricots? Vous ne mangerez que vos haricots?
                    Votre sol supportera toujours votre culture des haricots? Quel rendement pensez-vous qu’il supportera?
                    Comment acheminer les autres denrées vers vous? Vers les villes?
                    Imaginons que vous cultivez des haricots dans l’Est de la France (au hasard), vous ne les acheminerez pas en ville?
                    Vous comptez vous déplacer en charrette pour nourrir des dizaines de millions de personnes?

                    • Vision de bobo bien théorique …..
                      Je pense que vous n’avez jamais vécu à la campagne de votre production, Et en achetant au sein de votre village ceux qui produisent ce que vous ne produisez pas.
                      Alors, Bien Sur vous ne mangerez plus de mangue 😂

                  • Vos préjugés sont étourdissants. N’importe qui peut vivre en autarcie alimentaire tant que :
                    – l’énergie est abondante
                    – peu de monde pratique ce mode de vie.
                    Vous êtes très mal placé pour parler avec toutes les forêts et champs domestiques sur le territoire hexagonal. En gros je suis en train de vous dire que dans un monde de déplétion énergétique, l’agriculture même à un niveau individuel sera un problème. Bonne chance!

                  • Tu as l’insulte facile à traiter les gens de bobo quand quelquechose ne te plaît pas.
                    Et je suis à peu près sûr que tu n’as pratiquement jamais mis les pieds à la campagne.

          • « Que l’état dispose de la viloence légitime, cela me convient parfaitement car c’est de cette manière qu’on calme les anarchistes de Tout genre. » Oui tant que l’état a les moyens d’inféoder du monde pour exercer sa violence légitime.
            Lorsque les moyens n’existent plus alors c’est l’anarchie.

            • Il y a Toujours des moyens consacrés aux acteurs de la viloence légitime. QuelQue Soit le régime n’importe où dans le Monde

              • Il y a toujours des moyens dans un monde où l’énergie est abondante.
                Dans un monde où l’énergie viendrait à manquer que se passera t-il?

                • Nous avons des centrales nucléaires qui nous assurent l’indépendance énergétique. Ceux qui n’ont pas compris Ca, mettent leurs cou—s sur la table

                  • L’énergie nucléaire c’est plus de 70% de notre énergie électrique.
                    Mais 27% du total de l’énergie que nous consommons.

                    • Et oui, réalité que beaucoup ne comprennent pas ! Rappelez-vous du débat présidentiel Royal/ Sarkosy en 2007.

                • Ne soyez pas trop inquiet Damien, de l’énergie, il y en a AU MOINS pour un siècle encore ! Et dès-ci là …. ???

                  • Oui de l’énergie il y en aura, le problème c’est la déplétion et non l’absence.

                    • Avec les réserves connues de pétrole, gaz et même charbon( + de 1 million de million de tonnes, soit 173 ans à la consommation actuelle) et bien entendu celles à découvrir, on est encore loin de la déplétion.

        • Riche&Célèbre says:

          L’armée suisse fait des manœuvres à la frontière sur le thème « repousser un flot massif de réfugiés venus de France ».

      • Vous ne mangerez de toute façon de saucisson, sauf si c’est un saucisson vegan, et pas de pinard, car les vignes auront été reconverties en quinoa pour nourrir naturellement 65 millions de Français.

    • Barbu, Marcel de son prénom un visionnaire incompris et raillé…. en 1965! 🙂 🙂

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Barbu

    • Le monde de demain says:

      @bonnebouche : Allez Zemmour, sors de ce pseudo !

      • Comme quoi il y a peut-être plus de Zemmour que de Greta.

        Mais on leur fait moins de pub, sans doute, et ils n’ont pas les honneurs des organisations mondialistes.

        Et si l’écologisme était la dernière tentative de survie de ces organismes ?

  10. « Mondialisation » est un mot-valise bien commode, que l’on peut utiliser à toutes les sauces. Moins de mondialisation pour satisfaire les GJ, dites-vous ? Pas si simple, figurez-vous. Si c’est pour arrêter d’acheter des produits de consommation bas de gamme (quand ce ne sont pas des copies de nos propres grandes marques) qui arrivent dans nos ports occidentaux par containers entiers et repartent quasi vides en Chine, oui, mille fois oui, bien sûr. Mais il pourrait bien y avoir des retours de bâtons auxquels beaucoup n’ont pas pensé. Il y a 4 mois, la société industrielle qui m’emploie à signé un gros, très gros contrat avec la Chine. Très peu de compensations ni de transfert de technologie, les chinois n’avaient pas vraiment le choix d’un autre fourniseur, ils ne savent pas daire eux-même (même s’ils progressent depuis 30 ans) et nos concurrents nord-américains s’étant eux-mêmes mis hors course via leurs reglements ITAR. Avec le support et les rechanges, ce contrat va nous faire très, TRÈS bien vivre pendant 30 ans. Tristement, les européens n’ont plus les moyens -financiers mais également politiques – de se payer ce type de matériel en masse. Il faut savoir que dans ma société, les ouvriers (très hautement qualifiés, d’ailleurs on les appelle ‘compagnons’) gagnent 2000 à 3000 € par mois… s’ils perdent leur job, ils ne retrouveront jamais rien d’équivalent, loin s’en faut. Et je ne parle même pas ses sommes colossales que ma société paie a la collectivité en impots, raxes, cotisations s sociales etc. Donc arrêter tout commerce avec la Chine, d’accord, mais il va falloir composer avec de nouveaux GJ…

    • T’inquiète. Ils ne savent pas encore Faire Mais dans 6 mois tu verras débarquer plein de petits Tchongs Que tu vas former Et dans 2 ans, Ton unité de production va se Trouver dans la province du Guangxi

      • Ben non, raté. Pas sûr ce contrat là, en tout cas: pas de compensations, pas de fabrication locale, pas de transfert de techno. Bien sûr, nos machines seront désossée sur place, ils essayeront de les copier, c’est le jeux. Mais d’ici à ce qu’ils y parviennent (et ils y parviendront, un jour), nous aurons largement progressé. Si nous ne nous endormons pas sur nos lauriers, bien sûr. Le tout est de garder une longueur ou deux d’avance.
        Ah, et puis je trouve votre terme de ‘petit Tchong’ bien méprisant et hautain; il est certain que ceux qui feront preuve d’une telle suffisance dans leur activité vont se faire avaler tout cru. Le respect des concurrents est une clef importante dans le maintient d’une activité internationale compétitive.

        • À vous lire, on comprend que vous ne connaissez pas grand chose à la « compétition mondiale » … « le respect » 😀.
          Si vous saviez comme les Tchongs vous respectent ….

          • Oui, vous avez raison, je ne comprends rien à la mondialisation: ça fait juste 22 ans que je travaille en plein dedans, à 90% pour l’export, avec des coopérations (pas toujours faciles c’est vrai) avec le continent nord-americain, l’Australie, l’Inde, la Chine, la Corée… Mais bon, décidément, vous avez raison, je n’y connais rien :-).
            Allez, bonne nuit.

        • N’oubliez pas que le premier EPR Chinois est en service depuis juin 2018, et la deuxième tranche en septembre de cette année, alors que le nôtre, démarré en 2007, est reporté pour la énième fois en 2023 !

          • Normal, ce ne sont pas les mêmes technos d’EPR. Encore une fois, les ingénieurs français ont voulu se faire plaisir en renouvelant totalement le modèle, tandis que les Chinois se contentaient d’améliorer l’existant.

            Évidemment, si le système d’EPR d’EDF avait fonctionné, l’avantage aurait été énorme.

            • Possible, je ne connais pas précisément les différences entre l’EPR Chinois et celui de France.

              Ce que je sais en revanche c’est que d’une part le savoir faire nucléaire français a (beaucoup) perdu de sa superbe et d’autre part que les conditions, normes et exigences françaises sont autrement plus contraignantes que celles des chintoks, ceci pour notre sécurité, nous dit-on ! Probablement mais je sens également une vaste escroquerie, qui doit bien profiter à quelqu’un. Bref l’avenir nous le dira.

              Humm!
              https://www.sortirdunucleaire.org/EPR-de-Flamanville-le-directeur-du-chantier

    • Fredy Gosse says:

      Polaris s’ils arrivent par bateaux c’est qu il ya des gens qui les achètent.En parole les français achetent français, dans les actes ils achètent avec leurs porte feuille et plus leur pouvoir d’achat baissera plus ils achèteront avec leur portefeuille. c’est pourquoi la folie douce de l’energie verte toujours plus chère ,les produits bio français 40% plus chers que les produits non bios ou plus chers que les produits bio européens( cout du made in France) va se fracasser sur la réalité du pouvoir d’achat

  11. Il n’y a que moi qui voit en conséquence de la démondialisation, certes comme le dit Guillaume une probable récession, hausse de l’inflation, baisse du pouvoir d’achat et des allocations :

    – Une explosion des tensions sociales entre riches/pauvres musulmans/non musulmans etc

    et donc un scénario à la Obertone?

    Et oui, aujourd’hui les tensions sont déjà très importantes alors que nous n’avons toujours pas les effets de la crise grâce aux taux négatifs.

    • La demondialisation passe aussi par le retour aux sources des tiers mondistes de l’autre côté de la Méditerranée Ou de la mer Egee

  12. Tiers mondistes, khmers verts, dictature écolo… on croirait entendre Le Pen, voir Zemmour. Continuez comme ça, vous avez raison, c’est tellement mieux que d’imaginer un monde avec un petit peu moins de pollution et d’inégalités…

  13. julien bonnetouche says:

    Ne nous leurrons pas :

    Comme le dit très justement quelqu’un plus haut, la croissance provient de la multiplication des échanges depuis la nuit des temps.

    La démondialisation entraînerait une décroissance générale;, donc un appauvrissement qui toucherait en premier lieu les plus pauvres.

    Personne n’y a intérêt car les conflits de toutes nature se généraliseraient.

    Mais si l’on souhaite une réduction de la population mondiale rien de mieux qu’une guerre générale.

    Cela viendra peut être, mais le monde n’y est pas encore prêt.

    Aussi le plus plausible pour les temps avenir, c’est que des mesures de relance, budgétaires et monétaires soient prises indéfiniment jusqu’à épuisement des capacités…

    Et comme nous allons bientôt entrer dans la 4eme révolution industrielle, dont nous ne savons pas encore quelles surprises cela nous réserve, il se peut que nous soyons amenés à reconsidérer le monde d’une façon différente.

    Wait and see !!

    • Hé ben, ça fuse dans tous les sens, ce débat !

      La mondialisation c’est comme une invention on ne peut pas la « désinventer ».
      Elle est là, bien présente et d’autant plus présente que la technologie, des transports, de la communication, des finances, du rapide voire de l’instantané, etc. est à son service.
      Ce serait réducteur que de penser, hors quelques petits dérapages nationalistes ci et là, que le monde va se démondialiser.

      Même une guerre, s’il est de plus en plus probable qu’elle se produise dans cette première moitié de ce siècle, ne mettra pas terme à la mondialisation, peut-être temporairement, mais jamais de façon définitive.

      Cela n’empêche pas que ses excès doivent et seront combattus.

      Et comme il a été dit précédemment, c’est le seul moyen de combattre encore plus la pauvreté dans ce bas monde.

    • « multiplication des échanges » n’est pas exactement synonyme de mondialisation. On peut multiplier les échanges et supprimer taxes et droits sans être mondialiste.

      Mondialisation qui par ailleurs se passe selon des règles définies dans les années 90, très favorables aux ex pays du tiers-monde, et que les pays occidentaux vont devoir dénoncer. Les USA ont été les premiers à le faire, ils ne seront pas les derniers.

      En France, les dirigeants parlent beaucoup mais agissent peu. En Allemagne, depuis quelques mois, certains ont bien compris que l’Eldorado chinois ou turc, c’est terminé. Or l’Allemagne, c’est beaucoup de produits ou de pièces fabriqués à l’étranger, assemblés en Allemagne ou Europe, un sticker made in Germany dessus et le marketing à la « däs auto » fait le reste. Ça eut payé, mais ça paye plus. Ces derniers jours, on y annonce de la relance par la dépense bien « verte ». Bien ou mal, je ne sais pas, mais Siemens ou Bosch vont bien en profiter.

      Bien sûr, pour faire ça, il faut déjà avoir des excédents budgétaires. Gagnés essentiellement par le différentiel du commerce avec les voisins. On donne tout de même chaque année 17 milliards aux teutons, soit 25% du déficit budgétaire de la France.

      Le soi-disant capitalisme rhénan est, dit-on, vertueux, mais ça dépend de quel côté du Rhin on se trouve.

  14. La libéralisation et la mondialisation de l’économie qui commencèrent à la fin des années 1970 et qui se sont accélérées dans les années 1980, ont permis un recul massif et sans précédent de la pauvreté mondia

    En 1981, année durant laquelle Ronald Reagan devint le 40e Président des États-Unis, 44,3 % de la population mondiale vivait dans une situation d’extrême pauvreté, c’est-à-dire avec moins de 1,90 $ par jour et par personne. L’an dernier, ce taux était tombé à 9,6 %, soit une chute de 78 %.

    En Asie de l’Est, région du monde qui englobe la Chine, l’extrême pauvreté est passée de 80,6 % à 4,1 % de la population sur la même période, ce qui représente un recul de 95 %.

    Que la France, pays à économie largement dominée par la sphère publique, championne de la dépense sociale publique (retraites, santé, famille, emploi : les dépenses sociales publiques ont représenté l’an dernier 31,2% du produit intérieur brut (PIB) de la France, ce qui fait de l’Hexagone de loin le pays riche le plus généreux en la matière, selon une étude publiée mercredi 23 janvier par l’OCDE, proportion largement supérieure à la moyenne des 36 pays membres de l’OCDE, qui était de 20,1% l’an dernier.), pays peu porté sur l’industrie, pays peu porté sur le commerce international, n’en sorte pas renforcé ne saurait étonner personne. En France, on produit du sociologue et de l’enarque, pas de l’épicier ou du boutiquier.

    Cependant, ce que les libéraux occidentaux voyaient comme des échanges, du commerce, de l’enrichissement mutuel, d’autres le voient comme de la puissance retrouvée, de l’influence, et l’occasion de reconstituer leurs empires passés, de retrouver grandeur et prestige passés.

    It’s not about economy, idiot.

    Bref, la mondialisation a permis le retour de grands empires nationalistes qui avaient disparu au XIXe siècle ou dans les débâcles de la première guette mondiale. C’est le retour de l’Histoire.

    Que croyez-vous qu’il puisse se passer désormais ?

    Je ne m’étendrais pas sur d’autres aspects négatifs qu’on prête à la mondialisation ça risquerait de froisser les oreilles chastes de David, mais jouer les autruches n’a jamais résolu les problèmes.

  15. C est sûr valait mieux l’urss Et la Chine de Mao l Espagne de Franco on vivait déjà à crédit à coups de dévaluation mais avec l illusion d être plus intelligent plus porteur de civilisations et de grands principes universels que le Monde finirait par adopter ..la France phare de l humanité. ….ce rêve hante toujours nos politiques et les cervelles des français continuent d être infestées de cette maladie ,Puis le sens de l’histoire du camp d en face s est écroulé le communisme officiel s est écroulé de ses mensonges Mais il a continué d’infester les cervelles .Enfin un espoir est né l ecologie va instaurer un système mondial anti capitaliste et tous les nostalgiques de l étatisme adorent .enfin un dogme universel à imposer même à coups de marteau dans les cervelles .Sauf que le mouvement nationaliste a ressurgi et que les nouveaux empires qui se reforment sous nos yeux ne sont pas prêts à abandonner leurs renaissances et donc toutes les jérémiades c était mieux avant ne servent à rien .le problème c est ici et maintenant’et Dans ce cadre la décroissance est une utopie absolue qui tuera les pays qui la pratiqueront au profit des autres .La vie sur terre est une lutte perpétuelle de tous contre tous.Depuis toujours l homme fait partie de la nature nonobstant les écolos et la nature est impitoyable pas bonne ,les arbres ne ploient pas sous le poids des fruits pour être cueillis

  16. julien bonnetouche says:

    En résumé :

    les chantres de la démondialisation qui sont les mêmes que ceux du repli sur soi et du fascisme écologique, sont à côté de la plaque.

    La démondialisation c’est ici démontré par une majorité de commentateurs, , n’est pas souhaitable ni possible.

    On voit aussi que la France est complètement à la remorque du monde nouveau.

    Elle vit encore dans l’illusion de sa puissance passée, et le système de gouvernance « vertical » de type jacobin, qui à pu pendant un temps donner l’impression de se substituer à une économie chaotique ne correspond plus du tout aux défis qui nous sont imposée par les puissances montantes.

    Il suffit de comparer les budget de chacune des entreprises US du numérique (10 milliards$) à celui de l’État français dans ce domaine (5 milliard€) pour se dire qu’il faudrait faire une nouvelle révolution intellectuelle d’urgence.

    Comme ce n’est pas pour demain, nous somme collectivement « cuits » il faut l’admettre.

    Reste que chaque français sur le plan individuel peut tirer son épingle du jeu si il sait se « mondialiser »

  17. Fredy Gosse says:

    je plussoie

  18. Ange Leruas says:

    Ce billet davantage en lissant les commentaires c’est la responsabilité de la mondialisation pour tous nos maux y compris la pauvreté.

    Je vais donc recycler ce qui aurait pu être le discourt de Macron à la RÉUNION, et démontre que la mondialisation a bon dos mais comme ce n’est que concept et précepte, pour ne pas dire préjugé, taper sur ce dos ne fera pas changer les chose.

    VAINCRE LA PAUVRETE. N’a rien à voir avec les expérimentations des Nobel 2019 qui ne sont que des évaluations de politique de santé et de politique d’éducation, des pauvres, aux Indes, ou en Afrique Tout juste bon à servir de base au spectacle de Coluche qui précède. Sous le titre «  L’invention du thermomètre n’a jamais fait tomber la fièvre ».

    Puis il y a la visite de Macron à la REUNION, lequel vient écouter ce que les Réunionnais désirent, prendre la température en quelque sorte, comme s’il ne la connaissait pas, donc ne pouvait rien apporter, faute de la connaissance des pathologies : on ne peut prescrire le remède, ni même obtenir un débat avec l’intersyndicale de cette île. Macron est parti pour retourner en métropole sans dire ce qu’il fallait dire et ne dira plus ayant perdu l’original qu’il n’avait pas lu, non photocopié, rédigé par son nègre qui depuis a quitté l’ Élysée. Cet original a été retrouvé, je vous le livre.

    Vaincre la pauvreté ne consiste pas à rendre moins contraignant les effets , mais d’éradiquer les causes, dans notre monde où la réalité de notre vie sociétale est multiple, chacun ayant la sienne.Vaincre la pauvreté est possible si nous acceptons de mettre en commun nos observations objectives et admises par tous, sur notre vie sociétale. Alors nous pourrons nous accorder sur les solutions. Concernant la pauvreté nous devons prendre comme base commune que
    * dans notre vie sociétale : les besoins des uns deviennent la consommation des autres donc par équité * chacun doit produire pour les autres autant que les autres produisent pour ce dernier.
    * chacun a donc le pouvoir de consommer autant qu’il produit pour les autres.

    Nous pouvons alors passer à l’analyse de la pauvreté où le pauvre est celui qui n’a pas eu suffisamment de pouvoir de consommer pour une des trois causes différentes.

    En premier ; un pauvre dont l’insuffisance de production pour les autres, lui donnant droit à une rétribution de son temps d’activité ou des attributions pour des temps d’inactivité, fait que ces rétributions ou attributions sont insuffisantes pour vivre correctement. Ce qui demande alors de faire appel à la solidarité des autres pour qu’ils leur transfèrent un pouvoir de consommation qui chez eux devient une perte de droit à consommer, et, en même temps, il faut que se mettent en place les moyens pour que ce pauvre puisse produire pour les autres autant que les autres produisent pour lui.

    Nous avons, dans ce cas, à faire à des inégalités comportementales, si l’effort de production n’est pas suffisant et une inégalité structurelle si l’organisation de la société ne permet pas aux pauvres de produire plus de besoins agréables et utiles à la société dans laquelle nous savons que certains besoins ne sont pas satisfaits et qui ne pourront l’être que si nous passons plus de temps d’activité à les produire, par augmentation du temps de production individuel ou du nombre d’actifs, parce que les gains de productivité sont de moins en moins possible.

    La pauvreté, a là, des causes comportementales de ce dernier ou une cause structurelle et éradiquer les causes, c’est dans un cas, par l’éducation aux réalités, de modifier le comportement individuel et dans l’autre cas d’agir pour organiser la production réunionnaise et la planifier pour la faire concorder aux vrais besoins de tous les Réunionnais et dans ce cas si cette volonté réunionnaise se manifeste l’État vous y aidera.

    En second : un pauvre qui malgré sa bonne production pour les autres n’a pas une rétribution, pour temps d’activité, ou des attributions, pour temps d’inactivité, suffisantes. C’est-à-dire, non proportionnelle à sa production dont nous savons qu’elle a été utile et agréable à la vie des autres. Ce qui implique que d’autres ont des rétributions, de temps d’activité, et des attributions, de temps d’inactivité, sur-estimées par rapport à leur production dont souvent l’utilité et l’agréabilité sont médiocres ou inexistantes. C’est une inégalité structurelle qui traite différemment, par exemple, le paysan réunionnais qui produit assurément pour les autres et profite peu des productions des autres ; alors que d’autres qui produisent peu ou pas pour les autres, profitent pleinement de leur production, particulièrement de la production du paysan. Ce cas répond à une organisation structurelle déficiente des gouvernances précédentes qu’il faut remplacer par des organisations équitables c’est ce que je suis venu vous annoncer et que nous allons faire ensemble.

    Et troisièmement : le pauvre par handicaps conjoncturels qui mettent ce pauvre dans l’incapacité de produire suffisamment pour les autres ce qui le handicape dans sa consommation des productions des autres. Dans ce cas, la vie sociétale de la nation met en place une solidarité qui permet aux ménages que la conjoncture favorise, de transférer une partie de leur pouvoir de consommer aux handicapés conjoncturels.
    Dans un tel cas si un pauvre ne sort pas du seuil de pauvreté c’est que l’organisation structurelle de cette solidarité demande à être revue. Notamment pour cette solidarité entre ménages s’adresse qu’a ce seul cas pauvreté, parce que véritablement issu d’un handicap conjoncturel. Actuellement cette solidarité c’est 11% de la consommation familiale des ménages aisés qui sont transférés au profit des consommations familiales des ménages en handicap. Ce pourcentage est au maximum, si ces 11% ne donnent pas satisfaction c’est un problème d’organisation. En même temps, en contrepartie, ceux qui sont dans ces cas de précarité, ainsi que tous ceux qui profitent des solidarités des autres en particulier, profitent des attributions pour temps d’inactivité, qui matérialisent notre solidarité des actifs envers les inactifs, doivent faire l’effort de produire pour les autres des besoins consommables, mais surtout de services, par exemple au sein d’associations qui collaborent à satisfaire des besoins non satisfaits, matériels ou ludiques.

    La pauvreté n’est pas une affaire de finance mais de comportements équitables des uns envers les autres que des erreurs structurelles de nos gouvernances passés ont organisées à notre insu.

    Et je suis là pour corriger les erreurs du passé et je compte sur vous pour m’y aider.

    Une île comme la Réunion à une capacité de producteurs de besoins, une force vive qui ignore que vous ne produisez pas suffisamment ce que les Réunionnais ont besoin, C’est ici une cause comportementale ; mais encore par conjoncture (être une île qui ne permet pas de produire le panel de ses besoins) ; ce conjoncturel fait qu’il faut que la réunion importe, mais comme chacun doit produire pour les autres autant que les autres produisent pour lui : il faut que des productions réunionnaises soient exportées, en compensation des importations, et pour cela : il faut que les Réunionnais produisent ces exportations et s’organisent dans ce sens, en même temps, au lieu d’exporter, le Réunionnais peut aussi attirer le touriste et non, par insécurité, le faire fuir. Lequel touriste, avec sa monnaie, permet de régler les importations, après vous avoir permis de produire, pour le touriste, ses besoins qui sont typiquement du ressort des producteurs réunionnais.
    Avec une volonté des Réunionnais, l’ État peut alors s’engager par une aide à l’organisation de cet équilibre entre production territoriale et consommation territoriale et je suis ici pour vous le dire et me porter garant si vous voulez bien comprendre que l’essor de la Réunion ne peut se passer des forces vives des Réunionnais et leur honneur d’être de cette île qui même rattachée à la métropole n’empêche pas, en même temps d’avoir la REUNION aux Réunionnaises et aux Réunionnais.

    Mais faites attention Réunionnaise et Réunionnais votre espace vital est celui que votre production doit garder intact, il a des limites à ne pas franchir pour laisser votre environnement à vos enfants ; a défaut du mieux, à l’identique.
    Dans cet équilibre il faut savoir que si, comme au Zimbabwe, une réserve d’éléphant est faite pour 150 000, en faire vivre 500 000, les exposent ces mastodonte à souffrir de la sécheresse et voir de ce chef mourir 55 éléphant le mois dernier. Nous n’avons pas là un phénomène écologique climatique, si ce n’est inclure comme climatique : la natalité.

    Si à la réunion ce fléau n’existe pas, il ne faut pas, pour cela, que croisse une population, comme dans notre monde actuel qui fasse que la population de 1977 avait une régénération naturelle satisfaisante et qu’aujourd’hui avec un quasi doublement de la population au mois août nous avons épuisé les capacité de régénération d’une année, ce qui n’est pas, il me semble une bonne solution de se permettre une croissance de population. Les veille nations industrielle ont vu pendant ce temps la facture énergique par individu baisser sans changement de population de l’ordre constaté mondialement.

    Par ailleurs il faut bien comprendre qu’une collectivité qui n’est pas à même de produire ses besoins nationaux, ni un surplus à échanger avec d’autres nations ne peut y arriver avec une croissance de sa population sauf à vivre de la générosité des autres communautés, ou que se produises un exode à caractère de surnatalité, vers les pays dit autosuffisants mais déjà en déséquilibre écologique, si ce n’est encore, que leur autosuffisance découle d’une balance commerciale déficitaire.
    La population d’une communauté reste stable quand la gent féminine de moins de vintg ans ne dépasse pas 11% de la population.

    La joie de vivre à la RÉUNION est et sera ce que la somme des comportements des Réunionnais veulent et voudront qu’elle soit.

    Nous métropolitains admettons ce qui précédent, les réunionnais auront-il la même réaction.

    Changeons d’îles, pour considérer la France comme une île ; tout ce qui précède s’applique sans changer un mot, si ce n’est : remplacer RÉUNION par FRANCE, RÉUNIONNAIS par FRANCAIS.

    Alors, dans ce cas, admettez vous, ce que vous acceptiez pour les réunionnais, comme valable, pour votre communauté de métropolitain ?

  19. Fredy Gosse says:

    y a bien un autre message copiez donc le modèle de Maurice mais alors oubliez l’assistanat modèle français :trop court ? mais peu éloigné de la vérité et en plus l’accueil est bien différent pour le visiteur entre les 2 iles ,friendly , cote Maurice et pas sympa cote Réunion ou on est pas loin du fout le camp tu viens manger le pain des réunionnais

    • Des amis dont le mari réunionnais d’origine, ayant fait sa carrière dans la marine en métropole, ont décide en 2013, à 65 ans, de tout vendre en France et partir (retourner) vivre leur fin de vie à La Réunion et retrouver famille et amis d’enfance.

      Deux ans plus tard, ils étaient de retour en métropole.
      Pour quelles raisons me direz-vous:
      – non admis dans la communauté réunionnaise. T’es parti vivre ailleurs, tu n’es plus des nôtres, tu es un « zoreil »- Un racisme contre tout ce qui n’est pas de chez eux, vous venez acheter nos maisons, vous faites grimper les prix quand ce n’est, pour les actifs, prendre notre travail,
      – températures en « été » insupportables, obligeant en fait les habitants à vivre soit dans leur piscine, soit dans dans leur maison climatisée et calfeutrée, soit dans les « Hauts » = vivre en ermite sans aucun confort dans la montagne,
      – et dans ce cas particulier, un différent familial: tu es revenu, à ton tour de t’occuper de notre mère vieillissante.

    • Il faut dire que les réunionnais sont au chômage dans leur propre pays, non?
      Une population qui a doublé en 30 ans, mais pas en raison des naissances. Ils se seraient fait « grand remplacer »?

  20. Julien bonnetouche says:

    Toutes ces îles, il faudrait leur donner ce qu’ils réclament, leur indépendance. ( sans les pensions)

    • A part quelques illuminés, profiteurs ou politicards inconscients, pensez-vous qu’ils (la majorité) la demandent leur indépendance ?
      Ne serais-ce pas tuer la poule aux oeufs d’or ?
      Y a qu’a comparer Maurice et la Réunion, les chiffres de la pauvreté et du pouvoir d’achat parleront d’eux même.

    • D’abord, elles sont françaises depuis plus longtemps que certains départements hexagonaux. Ensuite, personne ne réclame l’indépendance.
      Enfin, qu’est-ce qui vous fait dire cela?

      • Non, effectivement, tout ce que réclament les partis indépendantistes, c’est le pouvoir. Une fois qu’ils l’ont, plus question de quitter la France et ses avantages.

        J’en veux pour preuve le parcours politique exemplaire d’Alfred Marie-Jeanne, indépendantiste martiniquais émérite, qui finit sa carrière à la tête du conseil régional.

        Quant aux référendums qui eurent lieu il y a quelques années aux Antilles, ils se soldèrent évidemment par la victoire du « remain ». Fin du Girardin d’un côté, fin du RSA de l’autre, faudrait être idiot pour voter contre l’argent et pour la liberté.

    • Jean Claude says:

      Y compris la Corse

  21. ange LERUAS says:

    L’objectif de mon précédent commentaire sur la REUNION n’était ni de stigmatiser les Réunionnais, ni de les caricaturer.

    Il voulait démontrer que notre monde, constitué de nations et de communautés, devait répondre, sur le plan matériel
    à une équation ou chaque nation ou chaque communauté, comme la communauté Réunionnaise, implique que la consommation de cette nation ou cette communauté devait être équivalente à sa production et la pauvreté était causée soit par le comportement de ceux qui ne produisent pas en regard de leur production, ou de règles structurelles de gouvernance qui mettent un frein à ce devoir.
    Mais aussi de tenir compte de notre environnement aux capacités de régénération limitées que les surnatalités mettaient en danger. Mais encore étaient la cause d’exode, faute de produire autant que consommer ou pour avoir un milieu naturel hostile du fait de la surnatalité.

    Les commentaires me paraissent trop sectaires puisqu’ils se limitent à juger les Réunionnais et conclure qu’ils n’ont que ce qu’ils méritent, en fonction de leurs comportements, Laissons-les se débrouiller, ne les aidons plus même si notre domaine maritime se trouve affecté.

    Si je m’attendais à cette réaction, j’espérais que se comprenne que notre communauté métropolitaine se comportait de la même façon. Hormis la surnatalité métropolitaine qui n’est pas suivie par le phénomène d’exode, de surnatalité, dont nous subissons les effets. Notre communauté métropolitaine n’a pas plus conscience que les Réunionnais qu’elle ne produit pas suffisamment et exporte une partie de ses consommations au delà de ses exportations, créant ainsi la dette et nos pauvres métropolitains sont aussi à caser dans un des trois cas dans lesquels sont à caser les pauvres réunionnais.

    Mon objectif n’est pas atteint , alors je terminerais par les causes qui font que cet objectif ne peut être atteint, c’est la conclusion de mon commentaire n° 30 dans le billet «  Être entrepreneur de son patrimoine », tout récent,  que je vous invite à lire puisqu’il démontre ce que cette conclusion écrit.

    Si notre économie active est handicapée par notre fiscalité, Vous êtes vous handicapé par le syndrome du préjugé qui vous cache la réalité, comme la monnaie masque la réalité ; la production vouée à venir consommation et où la vitesse à laquelle cela se passe, devient preuve d’opulence ou pas.

    À propos de votre handicap Einstein disait «il est plus facile de désagréger un atome qu’un préjugé ».

    Allez-vous me démontrer qu’il fait erreur, vous concernant ?

  22. ange LERUAS says:

    dans le texte précédente lire notre communauté métropolitaine, comme les Réunionnais importe plus qu’elle n’exporte .

  23. julien bonnetouche says:

    Pourquoi indépendance ?

    Je vais souvent à Maurice ( d’ailleurs j’y retourne en décembre) je m’y sens comme chez moi tant l’accueil est sympathique..

    j’ai vu ce pays s’enrichir considérablement en 40 ans, alors que c’était pauvre autrefois.
    Le coût de la vie est devenu comparable au notre ce qui donne une idée du niveau de vie.
    Certains créoles sont encore à la traine, mais personne n’est malheureux.

    En revanche je suis allé quelques fois aux Antilles françaises (pas Réunion mais ce doit être comparable), et je n’ai pas envie d’y retourner.

    On nous fait bien sentir à nous les métropolitains que l’on ne nous aime pas. Pourquoi ne nous aime t on pas , alors que l’État français déverse des flux constants d’argent sur ces départements ?
    Ils sont français depuis longtemps certes, mais se sentent d’abord martiniquais ou réunionnais….
    Peut être que l’on nous reproche notre passé esclavagiste ?
    Pourtant on paye.

    Professionnellement j’ai été amené à côtoyer beaucoup de ces insulaires : tous ou presque sont fonctionnaires (ceux qui travaillent, les autres sont au RMI) et une fois leur statut en poche, ils ne souhaitent qu’une chose : se faire muter dans leur ile.

    Je ne pense pas que ce soit pour s’épanouir professionnellement, et quelque part, l’argent de la métropole des handicape.

    Alors voilà : Être indépendants, leur permettrait de se prendre en charge, de trouver des idées nouvelles, et de s’en sortir (comme les mauriciens)

    Mais si on va un peu plus loin, si la France garde ces département et territoires outre mer, c’est essentiellement pour des raisons stratégiques, et de domaine maritime.( la France croit qu’elle est encore une grande puissance…)

    • Et bien Julien, d’abord le monde ne tourne pas autour de vous. Ensuite, les Antilles il y a 40 ans étaient extrêmement pauvres, maintenant c’est devenu un Eldorado.
      L’accueil est celui d’un pays qui n’est pas entièrement dédié au tourisme. Quand je vais aux USA ou au Canada je ne m’attends pas à ce que les gens soient totalement à mes pieds, j’irai à l’île Maurice pour ça.

      • Il y a 40 ans, c’est-à-dire en 1979, les Antilles n’étaient boas extrêmement pauvres. On y vivait (j’y vivais) très correctement. On n’y vit pas mieux, il y a juste plus d’haïtiens et de dominicains, sans compter les Saint-Luciens, et il y a juste plus de délinquance, et moins de calme…

  24. L outre mer français dans sa totalité est caricaturale Toutes ces îles sont assistées financièrement , toutes’ces Îles détestent les français ,toutes ces îles ne produisent rien ou pas grand chose (y compris la nouvelle Caledonie ) tourtes ces îles produisent seulement du fonctionnaire à très haute dose ,toutes ces îles ont un niveau de vue artificiel , toutes ces îles montrent du doigt le zoreil qui a réussi et quia volé la patate du local ,toutes ces îles vivent dans leurs passé
    Toutes ces îles ont un taux de criminalité effrayant un taux de mortalité en voiture extraordinaire comment est ce possible ?qu est ce que le modèle français a produit et pourquoi

  25. Julien bonnetouche says:

    Damien, lorsque je vais aux Antilles , je suis en France!!!! Et j’aimerais avoir le sentiment d’être chez moi . Aux USA je suis à l’étranger…. lorsque j’allais à Maurice il y a 40 ans les mauriciens enviaient leurs cousins réunionnais qui avaient la ss et déjà les diverses allocations. Ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui.

    • Il faut que la réciproque soit vraie Julien, ça ne peut pas marcher que dans un sens. Mais comme on parlait de tourisme je suis parti de ce que vous disiez. Nombre de métros, de belges, ou de canadiens se sentent chez eux aux Antilles et ça ne dérange réellement qu’une minorité de victimes éternelles.
      Après, ce sont des sociétés très codifiées donc même en étant d’origine antillaise vous pouvez vous faire mettre à l’index si vous ne respectez pas les codes.

    • Aussi quand je vais en Savoie, je dois respecter les usages des savoyards sinon je risque le rejet.
      Et bien c’est pareil aux Antilles.

  26. Je ne comprends même pas ces histoires antillaises on est chez eux?historiquement c’est un contre sens. .A l’origine il
    Y avait des indiens qui ont été décimés avec l arrivée des blancs Eux s intallerent et firent venir des esclaves africains on connaît la suite mais en quoi quand’on Va aux Antilles on est chez eux ? Dans un département français ?

    • Je pense que vous perdez pied. On va arrêter cette conversation ici. Entre les discours convenus, vos préjugés, votre méconnaissance de l’histoire et vos propres projections on ne s’en sortira pas.

      • Lol un zoreil va m apprendre les îles moi qui suis un îlien , si vous saviez ce que vous payez pour la grandeur stratégique de la France et ce que vous payez pour l’immigration en France et l échec de l’assimilation en France 😀ne parlez pas de problèmes qui vous dépassent .Quand je vous lis je pense à Churchill qui un jour ou il’en Avait sûrement marre d avoir dit que la démocratie est le pire des systèmes à l’exception de tous les autres ,a aussi dit le meilleur argument des anti démocrates c est d écouter pendant 5minutes les propos de l électeur moyen 😀

  27. Moi j’en ai marre de payer des impôts pour subventionner les Antilles.
    Faudrait qu’un politique expliqué clairement le ROI de ces iles. Quel intérêt de les conserver si ce n’est quelQues millionnaires metro qui aiment se faire bronzer la Bas ?

    • L’intérêt est l’espace maritime exclusif, et pour certaines îles, leur position stratégique.

      • Ça c’est l’intérêt pour les gens qui pensent rentabilité coloniale.
        Pourquoi devrait-il y avoir un intérêt?
        C’est comme cela que l’on traite une population? Par intérêt?
        Dites-moi, les antillais doivent racheter quelle dette? En termes de dette c’est plutôt l’inverse qui serait vrai. On pourrait par exemple considérer que l’enrichissement de l’ensemble de la côte Ouest française est un enrichissement sans cause du 16ème au 19ème siècle. Sans vouloir faire culpabiliser bien entendu, car de toute évidence un Etat a une durée de vie supérieure à celle des individus qui le composent.

        • L’intérêt des îlots épars est évidemment stratégique et économique, que vous y projetiez les phantasmes et le discours convenu des « décoloniaux » n’y change rien, car leur intérêt est bien évidemment le même : pouvoir et pognon. Comme je le disais plus haut, l’indignation d’un décolonial s’arrête quand il a le pouvoir et le pognon qui va avec.

          C’est pour ces raisons qu’Australiens et NeoZ ont manœuvré pour nous faire quitter la Neo-Caledonie il y a 30 ans, et toujours pour ces mêmes raisons qu’aujourd’hui ce sont nos grands copains, face à l’ogre chinois.

          Maintenant, si vous voulez parler d’esclavage et de dette, voici un petit lien : https://www.philisto.fr/article-97-barbaresques-mediterranee-xvie-xviiie-siecles.html

          Mais on s’éloigne du sujet, là.

    • Pourquoi vous ne dites pas réellement le fond de votre pensée?

  28. Fredy Gosse says:

    juste en passant la démondialisation est en marche ……et crac 300 Airbus commandés par l’Inde…ça fera au moins du travail Europe et à Toulouse et ça fera des millions de voyageurs en plus donc plus de kérosène , plus de mécanos , plus d’informaticiens , etc etc…

    • Oui mais sans les Suédois…

      Ceci dit, Airbus est justement le contre exemple de la mondialisation industrielle. Et l’une des seules industries pour lesquelles on se bat encore, même si les Allemands font tout pour vider les usines françaises avec leurs alliés espagnols.

  29. Allez dire cela à Toulouse 😀c’était juste pour évoquer les propos de Guillaume non il n y a pas de demondialisation il
    Y’a juste un effacement progressif de l’europe dans le développement mondial

    • Depuis les années 2000, et quelques revers commerciaux pour les hélicoptères militaires fabriqués à Marignane, on a vu le nb d’employés fondre à Marignane, là où se trouve Airbus Helicopters (ex Eurocopter, ex sud-aviation, ex SNCASE… Mais on va pas remonter à 1945…) au profit de l’usine Thaïlandaise qui fabrique pour le marché asiatique. Tandis que les ex usines MBB (Messerschmitt-Bölkow-Blohm) à Ottobrunn et Donauwörth retrouvaient dès 1996 l’allant qu’elles avaient perdu depuis la guerre avec la construction de l’EC135, grand succès commercial (l’EC135 d’Airbus est en fait un BO105 dont les études ont été « poussées », et équipé de turbines Turbomeca ou P&W et du célèbre fenestron). Au bout d’un moment, disons il y a 4 ou 5 ans, les autorités françaises ont fini par s’en inquiéter. Avant, la désindustrialisation, c’était pas leur pb.

      Heureusement, le tissus de sous traitants avait déjà réagi et avait constitué un pôle de compétences techniques, logistique et financières autour d’Airbus. Et c’est eux, aidés des élus locaux, qui ont réussi à suffisamment motiver les autorités françaises pour que la justice s’intéresse opportunément à quelques dirigeants d’Airbus, et que leurs successeurs ne poursuivent pas dans la même voie.

  30. Je pense qu’on est sorti du cycle commencé il y a trente ans, et qu’on entre dans un autre cycle, celui de la production locale, pour ceux qui auront l’avantage de pouvoir le faire.

    Au niveau des énergies d’une part.
    Les USA sont devenus le premier producteur mondial de pétrole et de désintéresse du Moyen-Orient, si stratégique auparavant. Les Chinois font dans le nucléaire et le charbon, et les européens font ce qu’ils peuvent.

    Au niveau des grosses industries ensuite. Dans une usine automobile robotisée, peu de personnel, principale raison ayant conduit les constructeurs à délocaliser. Et sans atteindre les niveaux de robotisation d’un entrepôt Amazon, on gagne déjà beaucoup dans les dernières usines (par exemple, il ne faut plus que trois ouvriers pour assembler un moteur d’aujourd’hui, contre 4 ouvriers il y a 10 ans. C’est tout de même un gain de 25%).

    On peut dupliquer cet exemple à l’envie.
    Si la volonté politique est de réindustrialiser le pays, il suffira d’ajouter une petite taxounette du style taxe kilométrique (plus ça vient de loin, plus c’est taxé).

    Bien évidemment, vous allez me dire que si tout le monde fait pareil, c’est mal barré. Ben justement, c’est pour ça qu’il faut être les premiers à le faire. De plus, comme personne ne pourra tout faire en même temps, la spécialisation de certains pays dans certains domaines sera toute naturelle. Et des traités bilatéraux pourront permettre d’équilibrer (ou pas 😁) les échanges.

    Bon évidemment, la plupart des économistes actuels vous diront que le mercantilisme, puisque c’est a peu près de ça qu’il s’agit, c’est dépassé, et que ça finira par appauvrir les Nations. Mais comme généralement ils se plantent, ça doit pouvoir fonctionner. Pour un temps. Ensuite on passera à autre chose.

    • ARRÊTEZ de vouloir mettre des taxes partout « ounettes » ou pas.
      La leçon des gilets jaunes ne vous a pas suffi semble t-il, peut-être voulez-vous des gilets jaunes et noirs maintenant ?

  31. Je ne crois pas un instant à la production locale qui va renchérir les coûts qui ne se fait pas du jour au lendemain,les pertes de compétence ne se rattrapent pas rapidement et ensuite c’est à nous de faire la course derrière les leaders Notre «fabrication ne représentent que 13 pour cent de notre production . Et nous n avons plus les compétences nécessaires ni sur les métiers d hier et encore moins pour ceux de demain .ce n’est pas notre industrie nucléaire flamboyante autrefois et aujourd hui ridicule qui démontrera le contraire .Quand on pense que les chinois ont. 2 réacteurs nouvelle génération qui marchent et Nous incapable d en faire fonctionner 1 c est à pleurer

    • Concernant l’EPR Chinois, je l’ai déjà dit que c’était une calamité de se faire « dépasser » par les chintoks et on m’a répondu que ce n’était pas les mêmes que les français, comme si c’était un (bonne) excuse !

      C’est plus qu’à pleurer, c’est un scandale politico scientifico économique ! 🙁 🙁

  32. Un, la technologie n’est pas la même.
    Deux, il y a d’autres raisons, plus politiques, ou de gestion des égos. Un rapport est sorti ces jours-ci, il n’est pas tendre.

    Mais de là à penser qu’on a perdu toute compétence dans le domaine et qu’on ne rattrapera plus un éventuel retard…

    La volonté politique ces dernières années était de mettre fin au nucléaire, dans ces conditions, difficile pour EDF d’investir en recherche ou en formation.

    • Enfin soyons sérieux, faire du béton – sans fissures- la France sait faire depuis longtemps dans bien des domaines mais il faut à choisir des entreprises et des OUVRIERS sérieux, pas des polonais, slovènes ou roumains.

      Et les soudures, on a fait des milliers de km de réseaux gaz par exemple sans quasiment aucun incident (de fabrication), de même pour des cuves en pression de vapeur (centrales et usines) par dizaines de milliers et aujourd’hui on n’est pas capable de souder une cuve sans fissure, ce n’est pas pourtant de la haute technologie que de souder.

      Je ne serais pas surpris d’une « mafia » dans ce projet passé tout de même de 3,3 Mds à 12,4 Mds EN 16 ANS, bien plus qu’une différence de technologie. Il doit y avoir des gens qui se garnissent bien les poches.

      • Il faut croire que non vu les dépassements incroyables des 2 réacteurs en construction en temps et en argent

        • Des soudures cauchemardesques, un amateurisme et une incompétence inégalés:

          -S’agissant des soudures des tuyauteries vapeur, les exigences de haute qualité du référentiel d’exclusion de rupture n’avaient pas
          été notifiées à l’entreprise Fives-Nordon de Nancy —> on croit rêver (en février 2018) !

          Continuons de rêver
          – Les règles de base ne sont même pas respectées.
          Pour vérifier la qualité des soudures, il faut procéder à des essais destructifs sur des assemblages témoins : ils permettent de vérifier les performances mécaniques des matériaux sans altérer les soudures
          de production. Tout le problème évidemment est de garantir que le résultat des tests est bien transposable aux soudures de production. Les opérateurs sont donc tenus de respecter un certain nombre de
          prescriptions destinées à garantir la représentativité des assemblages témoins.
          Pour l’EPR, c’est loin d’être le cas : les inspections conduites (bien plus tard) par l’ASN ont mis au jour toute une série d’anomalies : le métal utilisé ne provient ni des lots approvisionnés pour les soudures de production, ni même des coulées utilisées pour leur fabrication

          -Le code industriel applicable n’autorise que deux opérations de réparation par soudage au même endroit. Au-delà, le fabricant doit rechercher les causes et soumettre le rapport au constructeur. L’ASN relève que 6 soudures ont fait l’objet de 3 réparations successives, 8 autres ont été réparées à 4 reprises, et l’une des soudures a subi pas
          moins de 6 interventions ! Cerise sur le gâteau : 15 réparations, effectuées entre juin 2015 et janvier 2018, ont été réalisées selon un mode opératoire qui ne figure pas dans la liste de ceux qui sont autorisés sur le chantier de l’EPR !

          – Un taux record de défauts passés totalement inaperçus !

          Etc….. Si vous avez un peu de temps, lisez ce rapport, édifiant !

          http://www.criirad.org/installations-nucl/EPR%20Flamanville/probleme_de_soudure/Soudures_EPR_Flamanville-dec.2018.pdf

          • Ben oui vous apportez de l eaua mon moulin bientot pour finir Flamanville on fera venir des chinois 🤢et en plus les écolos se régalent vous voyez que ça coûte trop cher et qu on est compétitif 🤢

  33. D habitude je suis d accord avec vous 1/la technologie est la même c’est notre technologie Mais les réacteurs ont’ete construits par les chinois 🤢 le seul aspect positif C’est que c’est la preuve que cette nouvelle technologie fonctionne

    Notre probleme vient de l’absence de construction depuis des années vu le bashing anti nucléaire l absence de formation spécifique à ces métiers C est tellement grave que le Premier ministre vient de donner à EDF un ultimatum’ technologique avant de s engager à construire ces nouvelles centrales sont nous avons besoin Mais ceci n’est qu un exemple .Le vrai problème semble que les français nous parlent d économie de proximite hors c’est fini. Bastiat
    A définit depuis la moitié du 19 eme siècle à la comique brillament pourquoi

  34. La démondialisation en Amérique du sud !
    A qui profite le « crime », ne nous laissons pas tromper par les évidences:

    [ Mercosur : le temps des plates excuses

    L’accord commercial entre l’Union européenne (UE) et le Mercosur (une communauté économique regroupant plusieurs pays d’Amérique du Sud) est critiqué – voire pratiquement mort selon plusieurs déclarations politiques. C’était l’intention de la France dès le début : plus de protectionnisme, moins de libre-échange.

    Tout a commencé avec les feux dans l’Amazonie, au Brésil. D’après l’expert forestier et spécialiste environnemental Emmanuel Macron :

    « Notre maison brûle. Littéralement. L’Amazonie, le poumon de notre planète qui produit 20% de notre oxygène, est en feu. C’est une crise internationale. Membres du G7, rendez-vous dans deux jours pour parler de cette urgence. #ActForTheAmazon »

    Avec de tels appels, la chose pertinente à faire est de mettre les choses en perspective. Nous savons que le nombre d’incendies au Brésil cette année est supérieur à celui de l’an dernier, mais il est aussi à peu près le même qu’en 2016 et inférieur à 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2010 et 2012.

    Les données de l’Institut national de recherche spatiale du Brésil, qui collabore avec la NASA, montrent que 2019 n’est pas en décalage. Ces données sont obtenues grâce à l’analyse de l’imagerie satellitaire.

    Bien que le nombre d’incendies en 2019 soit en effet 80% plus élevé qu’en 2018 – un chiffre largement rapporté ces derniers temps – il n’est supérieur que de 7% à la moyenne des 10 dernières années. De plus, la plupart des incendies se produisent actuellement sur des terres déjà déboisées en Amazonie.

    Feux de forêt au Brésil de janvier à août par année (1999-2019)

    Un mythe populaire

    Le mythe populaire veut que l’Amazonie soit « le poumon de la Terre », produisant « 20% de l’oxygène du monde ». C’est en tout cas ce que dit le tweet d’Emmanuel Macron. En réalité, ces deux éléments sont inexacts… et pas seulement parce que vos poumons ne produisent pas d’oxygène.

    Pourtant, ce chiffre continuera de circuler tant qu’il y aura des reportages à produire ; l’agence Associated Press elle-même l’a propagé – elle a dû le retirer ensuite.

    Selon le site de fact-checking Snopes :

    « En fait, presque tout l’oxygène respirable de la Terre provient des océans, et il y en a assez pour durer des millions d’années. Il y a de nombreuses raisons d’être consterné par les incendies d’Amazonie de cette année, mais l’épuisement de l’approvisionnement en oxygène de la Terre n’en fait pas partie. »

    Donc non, vous n’étoufferez pas à cause des incendies de l’Amazonie.

    Les vraies raisons…

    L’Irlande et la France proposent malgré tout de mettre fin à l’accord avec le Mercosur, pour des raisons environnementales.

    Malheureusement pour elles, aucun prétexte écologiste ne pourra cacher leurs vraies motivations : défendre les intérêts protectionnistes des agriculteurs irlandais et français, qui se sont plaint d’une concurrence accrue de la part de pays comme l’Argentine.

    Il faut savoir que cet accord a une grande importance géopolitique ; il constitue un signe fort contre le protectionnisme. S’il est ratifié, cet accord avec le Mercosur établirait la plus grande zone de libre-échange que l’UE ait jamais créée, couvrant une population de plus de 780 millions d’habitants, et consoliderait les liens politiques, économiques et culturels étroits entre ces deux zones.

    L’accord élimine les droits de douane sur 93% des exportations vers l’UE et accorde un « traitement préférentiel » aux 7% restants. De plus, il supprimera à terme les droits de douane sur 91% des marchandises que les entreprises de l’UE exportent vers le Mercosur.

    Le nombre de plaintes officielles présentées à l’OMC en 2018 était de 122% supérieur à celui de 2009. En 2018, l’UE était le deuxième plus gros défenseur des plaintes à l’OMC, soit près de deux fois plus que la Chine.

    L’importance de la Chine
    Ce pays n’est pas cité au hasard. Il est crucial de comprendre l’influence chinoise sur le terrain sud-américain.

    Depuis 2005, la China Development Bank et la China Export-Import Bank ont consenti plus de 141 milliards de dollars en prêts à des pays et à des entreprises appartenant aux Etats d’Amérique Latine et des Caraïbes.

    En Amérique Latine et ailleurs dans le monde, les prêts chinois sont considérés à la fois comme une recherche de profit et comme une forme de diplomatie.

    La Banque de développement se concentre sur huit domaines : électricité, construction de routes, chemins de fer, pétrole, charbon, télécommunications, agriculture et services publics.

    Avec cet accord, il devient possible de contrer l’influence chinoise. La France et l’Irlande doivent cesser de s’y opposer et travailler sur un accord commun en Europe.

    Donner plus de choix aux consommateurs, garantir plus de libre-échange pour les producteurs des deux côtés et défendre les intérêts géopolitiques par le biais de la politique commerciale : tout cela devrait être évident. Il semble malheureusement que ne plus rien n’est évident, pour la classe politique actuelle…

  35. La situation n’est pas si simple. L’accord Mercosur profitera peut-être à l’industrie agroalimentaire, sans doute aux gros producteurs agricoles industriels Allemands, mais certainement pas à l’agriculture française. Bref, l’UE y gagnera peut-être, la France sans doute pas. Or, la réalité oblige à constater qu’Allemands ou Hollandais ne sont pas prêts à partager les gains engrangés grâce à l’abandon de souveraineté des autres pays européens. Et ils ont raison. Charité bien ordonnée commence par soi-même. Dès lors, la solution est de jouer à fond sa propre carte nationale, comme le font Irlande et France, et en tentant de briser la belle unité de la sphère de coprospérité allemande, par exemple en ralliant les petits agriculteurs autrichiens ou polonais.

    Nos amis européens ont bénéficié de la naïveté ou du désintérêt des politiciens français pour la chose économique, mais peut-être que désormais ça change.

    Quant à l’argument du grand méchant Chinois qu’il faudrait absolument combattre, je dirais plutôt qu’il faut éviter de commettre la même erreur et de prêter de l’argent à des gens qui ne remboursent jamais comme les Argentins. Que les sud-américains piquent du pognon aux Chinois après en avoir piqué américains, c’est dans l’ordre des choses.

  36. julien bonnetouche says:

    Bonjour à tous,

    comme nous n’avons pas de nouveau sujet, continuons sur la (dé)mondialisation.

    Je ne suis pas certain que nous puissions parler de démondialisation.

    Les échanges, qu’ils soient d’information, technologiques, ou même simplement commerciaux, sans parler de la mondialisation des élites ne sont pas prêts de s’arrêter. Il n’y a pas un chef d’orchestre qui va dire « stop ».

    Je vois plutôt une sorte de repli sur soi les populations, qui ressentent un déclassement.
    Un déclassement par rapport à l’évolution d’un monde que la majeurs partie n’arrive tout simplement pas à suivre.

    D’où l’avancée des partis populistes, qui faisant feu de tous bois, (immigration, valeurs traditionnelles…. ) pour des raisons de parts de marché électoral encouragent le repli sur soi.

    Il est bien difficile de dire qui va l’emporter, puisque finalement, c’est le peuple qui en votant décide de son sort.
    Nous l’avons bien vu avec le vote sur le Brexit, où contre leur intérêt la majorité l’a voté, n’imaginant pas les complications dans lesquelles ils allaient se trouver.

    Et même aujourd’hui un nouveau vote ne donnerait d’après les sondages qu’une courte majorité au Remain.

    Et chez nous, rien ne nous interdit de penser, qu’aux prochaines élections,- si Macron réitère dans ses erreurs psychologiques comme récemment avec le voile où tout le monde à entendu « ce n’est pas mon problème  » mais a compris « je m’en lave les mains » – l’électeur lassé finisse par se laisser tenter par un vote plus musclé.

    Malgré tout ce repli sur soi, ne peut être le sens de l’Histoire, nous le sentons bien d’une manière objective.

    Le sens de l’Histoire, c’est de s’accrocher aux wagons, en se mettant au niveau des autres, faute de quoi, nous serons vaincus, passés à la moulinette des plus forts que sont déjà les américains, et les Chinois.
    Si nous ne faisons rien, ils ne nous envahirons peut être pas au sens traditionnel mais ils nous achèteront et nous exploiteront. Nous serons les serf et eux les seigneurs.

    Remarquez bien que c’est déjà le cas lorsque nous leurs donnons nos données gratuitement (les données c’est de l’argent) et eux en échange nous laissent utiliser des services dont nous sommes dépendants comme google, et que nous payons même parfois.

    Mais honnêtement, il n y a pas beaucoup d’espoir : pour réagir, il faudrait le faire très vite, et pour cela avoir déjà compris les différents aspects de problème, et surtout avoir des formations autres que celle de l’éducation centralisée à la française qui pour une bonne part date encore de Jules Ferry.

    Un exemple : j’ai autour de moi quelques jeunes  » data scientists » et spécialistes de l’intelligence artificielle, de formation européenne. C’est le top de ce que l’on peut faire ici.
    Eh bien, eux même disent qu’ils sont à la remorque de leurs équivalents américains. ( et on ne parle pas des chinois, car justement on sait qu’ils sont encore plus avancés, mais on ne les connais pas)

    • « Nous l’avons bien vu avec le vote sur le Brexit, où contre leur intérêt la majorité l’a voté, n’imaginant pas les complications dans lesquelles ils allaient se trouver. »

      Certes les Britichs n’ont pas imaginé tout le bordel que le Brexit allait engendrer.

      Mais à la base, mon avis c’est que ce peuple a voté d’abords contre l’immigration de masse dans leur pays, comprenant que tant qu’ils seront dans l’UE, il ne pourront se débarrasser de ce qui pour la majorité représente un fléau et en second lieu par le fait, leurs a t-on rabâché avant le vote, que l’UE leurs coûte bien plus que cela ne leur rapporte.

      • Je ne suis pas sûr que ce soit contre leurs intérêts. Bien au contraire. Aucune envie de se retrouver absorbés par l’Allemagne. Une certaine idée du Royaume, en fait 😊.

        D’autre part, si le Brexit devait enfin aboutir, nous aurions tout intérêt à être les premiers à « trahir » et passer des accords bilatéraux de libre échange avec le RU, contre l’avis de Bruxelles et en dépit des menaces qui ne manqueront pas d’arriver, comme des avertissements sur le budget (même méthode employés avec les italiens quand ils n’étaient pas dans le camp du bien). Économiquement, une alliance RU-France aurait suffisamment de poids pour contrebalancer la toute puissance de Berlin.

        • j’ai reçu plusieurs fois des GB et jusque là aucun n’a validé le Brexit. Ils le considère comme rétrograde voire suicidaire pour certains.
          J’en conviens cela n’en fait pas une majorité. Je serais néanmoins surpris qu »un deuxième vote, vu les réalités maintenant affichées et concrètes, soit au bénéfice du Brexit.

  37. Il n y aura pas d accord Macron et Bolsonaro ne sont pas prêts de se réconcilier et au-delà de ces querelles de personnes c est le modèle français agricole qui est en jeu .Depuis toujours le modèle réduit subventionné ,protégé a été le modèle de tous les gouvernements français .il ne peut faire face aux vents du large et comme Macron ne peut se permettre une révolution paysanne c est mort 😀

  38. @ Juju Goodtouch
    « Il est bien difficile de dire qui va l’emporter, puisque finalement, c’est le peuple qui en votant décide de son sort. »
    Malheureusement non, du référendum français au Brexit, malgré un vote dans un sens , on s’ingénie à ne pas l’appliquer et le contrecarrer, donc le peuple ne décide rien.

    « Ils  » ont mal voté, disait on en haut lieu…..

    Le résultat est rapide : montée des populistes simplistes, dégoût de la Res Publica, méfiance des discours non suivis d’effets , reconnaissance du mensonge – permanent et à rebours de leurs déclarations-des hommes politiques versatiles, affaissement de l’engagement associatif, bref lassitude, colère et dégoût menant souvent à la haine de l’Autre.

    • « Quand on veut tuer son chien, on l’accuse d’avoir la rage » , dit le dicton. Quand le peuple ne pense pas dans le bon sens, on l’accuse de pervertir la démocratie.

      Les groupes populaires/populistes, nous disent les « zélites » autoproclamées, sont fascinés par l’autorité et aisément séduits par les démagogues. Ils votent mal : ils protestent plus qu’ils n’opinent (« On en a gros ! ») et se laissent tenter par les « zextrêmes ».

      La solution est simple : il suffirait d’ôter au peuple ce pouvoir qu’il utilise si mal et de confier à d’autres, plus clairvoyants et plus raisonnables, le soin de décider à sa place. L’idée, teintée de mépris social, est aujourd’hui de plus en plus prônée par de pseudos experts médiatiques et bien introduits en Cour, prompts à dénoncer les comportements politiques des classes populaires et à en appeler à l’instauration d’une démocratie d’opinion qui aurait le monopole de l’expression publique.

      • La démocratie directe, que j’attends depuis 1974, viendra t-elle un jour chez les Gaullois, comme chez les Calvinistes depuis le milieu du 19 ème siècle?

  39. julien bonnetouche says:

    Bonsoir sven,

    En fait la question est la suivante : A t on des chances de s’en sortir ?

    j’ai l’impression de ne pas avoir vu passer les 50 dernières années.
    Il y a 50 ans nous sortions juste de mai 68, et nous imaginions avoir encore un peu voie au chapitre mondial.
    Même lorsque nous allions aux USA à l’époque, on avait l’impression d’avoir du pouvoir d’achat. ce n’est plus le cas aujourd’hui.
    On n’a pas vu les autres évoluer, et s’enrichir rapidement.( Asie, entre autres les américains aussi).
    Et nous pendant ce temps, on a perdu le tissu industriel, le savoir faire nucléaire, et on regarde les banlieues devenir des territoires étrangers où les armes font la loi.
    il n’y a plus guère que la bouffe et le pinard ou on excelle.

    Non je ne suis pas en train de faire une dépression !! Moi ça va, mes enfants aussi cela ira.

    Je leur conseille d’ailleurs de partir à l’étranger ( où on leur propose des salaires mirobolants car ailleurs les entreprises ont de l’argent !!) et parce que je pense que entre l’immigration massive et le déclassement des classes moyennes, les risques de guerre civile sont loin d’être négligeables..

    Pour éviter un problème grave de ce type, il faudrait redonner une vitalité économique et de l’ espoir en l’avenir. A t on des chances d’y parvenir ?

  40. La tonalité de votre question … « s’en sortir » ? tranche avec l’ optimisme inoxydable de votre retour des Maldives il y a quelques mois (de mémoire… lol)

    Je partage votre analyse : les choses vont vite et l’évolution va encore s’accélérer, mais le temps humain ne suit déjà pas, donc lequel cédera à l’autre ? je ne sais pas mais les tensions sont palpables et angoissantes.

    Je vous suis, quant à la perte – délibérée- de beaucoup de nos savoirs-faire, le nier serait s’aveugler et la relève ne sera pas là, sauf génération spontanée inconcevable.

    Oui, je recommande moi aussi aux plus jeunes de partir, au moins pour se dégager du franco-centrisme, et d’ailleurs beaucoup reviennent avec une vision plus claire des atouts et lourdeurs du pays natal, mais pourront – ils y faire qque chose… je ne sais pas là encore.

    Rester à l’étranger ?
    Devant ce problème réellement civilisationnel, je crains qu’il n’y ait « no place to hide »

    Le seul secours est profondément interne, donnez nous des armes et nous préparerons la paix

    Dont acte vous concernant.

  41. Juju
    On dit
    voiX au chapitre mondial

    N’est point moine qui veut :=))

    • Pour la énième fois, cher Sven, un smiley jaune et souriant s’écrit: [:-)] hors crochets et non :=))

      Voyez la différence:
      1) 🙂
      2) :=))

      Cdlt

      • MichTwo
        En matière de smiley, (et la matière n’est pas académique pour l’instant) je ne connais ni Dieu ni maître, tenez-le vous pour dit.

        Vous l’avez de toute façon identifié, le but est donc atteint, l’ortografémotitrèstrèsconne n’étant pas encore inscrite au frontispice de l’Académie Françoise.

        Ich liebe dich, allez…. :=)))))))))

    • julien bonnetouche says:

      @sven,

      Merci pour cette correction, en effet » voie » n’a aucun sens dans cette expression, rappelant que les moines décidaient, dans « la salle du chapitre », de l’avenir de leur communauté.

      Ce n’est pas notre cas hélas, nous, qui devons nous contenter des voies du seigneur en espérant ne pas être trop pénétrés !!
      :=))

      • julien bonnetouche says:

        pardon :[:-)]

        • Mais non mais non, on ne refuse pas un bon mot allez…..

          On peut – encore- se le permettre, avant même que les « Tontons Flingueurs » soient mis … à l’index (oups) pour cause d' »offenses multiples et répétées »

          :=))
          na…..

          • J’insiste car cela n’a rien à voir avec l’ortografémotitrèstrèsconne mais de codification informatique:

            « Mais non mais non, on ne refuse pas un bon mot allez…..

            On peut – encore- se le permettre, avant même que les « Tontons Flingueurs » soient mis … à l’index (oups) pour cause d’ »offenses multiples et répétées »

            🙂
            na….. »

            C’est pas plus joli comme cela !

        • Sans les crochets [] , cela fait un beau 🙂

  42. En tout cas, la Chine, c’est déjà plus ce que c’était. Et l’électrique disjoncte.

    Les ventes mondiales de voitures hybrides et électriques en baisse.

    (Audric Doche Le 01 Novembre 2019 à 11h21)

    Au troisième trimestre, les ventes de voitures rechargeables ont chuté de plus de 10 %, la faute, notamment, à une forte baisse de l’activité en Chine. L’arrêt des subventions publiques dans l’Empire du Milieu n’y est évidemment pas étranger.

    C’est une première depuis cinq ans : les ventes de voitures à batteries dans le monde ont baissé sur un trimestre, le troisième, en l’occurrence. Entre juin et septembre, les ventes d’hybrides rechargeables ont baissé de 23,9 %, tandis que les électriques (321 000 immatriculations ) ont chuté de 2,8 %. Un marché encore embryonnaire qui connaît donc son premier vrai coup d’arrêt.

    En réalité, la situation est disparate selon le marché. En Europe, les ventes ont fortement progressé au troisième trimestre : sur les cinq pays principaux (France, Allemagne, Italie, Royaume-Uni et Espagne), la croissance des électriques a été de 100 %. Aux Etats-Unis, les ventes ont chuté : 15,5 % pour les électriques et 29,8 % pour les hybrides rechargeables, dans un marché où les choix des consommateurs sont fortement dictés par les prix à un instant « T » à la pompe.

    Finalement, les ventes mondiales ont chuté à cause de la Chine. Quand l’Empire du Milieu tousse, c’est la planète « voiture électrique » qui s’enrhume. Les ventes de voitures 100 % électriques ont chuté de 15,7% et celles de véhicules hybrides rechargeables de 27,3%, la faute à la suppression des bonus pour l’achat d’une voiture écologique. Cela démontre une nouvelle fois le poids des subventions publiques dans la croissance du marché des voitures électriques.

    Le cabinet PwC, a l’origine des statistiques sur ces véhicules, rappelle par ailleurs que « la mobilité électronique est jusqu’à présent un phénomène urbain ».

    Bref, comme partout ailleurs, l’électrique ne se vend en Chine que s’il y a des aides publiques, et comme pour ses autres domaines d’intervention, la Chine a de moins en moins les moyens de griller de l’argent pour soutenir cette industrie. Leurs investisseurs sont en train de prendre le bouillon avec les terres soit-disant rares, et comme les américains n’ont plus besoin du pétrole du Moyen-Orient, les Chinois se disent que ça leur coûtera moins cher d’importer du pétrole que de monter des usines à gaz électriques.

    Reste l’Europe, qui est en train de se créer, par volonté politique uniquement, un marché intérieur avec une technologie différente, donc inaccessible aux concurrents extérieurs. Du protectionnisme, en somme…

    Reste le Japon, mais on sait tous que le Japon est ultra protectionniste.

  43. Excusez moi quel’ marche différent ? Le jour ou on arrête les subventions c’est mort .la bonne question est peut on systématiquement tout subventionner ? Les verts et l extrême gauche qui n’a jamais compris l économie mais seulement la dictature du peuple disent oui .les français sont ils prêt à l’accepter ?quand je vois l immense force d inertie de toutes les composantes qui toutes sans exception veulent plus sans rien changer en vertu d’un nombrilisme exacerbe je me dis que ce pays n a plus rien en commun et donc qu il est foutu

    • Mais non, Freddy, nous sommes au pays merveilleux de Mario, Christine et des subventions éternelles. C’est de l’argent gratuit, donc ça ne coûte rien. Je ne sais pas combien de temps ça durera, mais pour le moment, ça dure.

    • L’électrique va remplacer le diesel. En surtaxant l’essence par rapport au diesel, les gvts français successifs ont réussi à créer le pays du diesel, et ont permis à PSA de survivre sur un marché de niche par rapport aux réalités mondiales. C’est ce qui ça se passer avec l’électrique. A force de tordre le marché dans tous les sens à coup de taxes et de vignettes écolos, ils vont arriver à imposer dans l’esprit des gens que « hors l’électrique, point de salut ».

  44. « Je vous suis, quant à la perte – délibérée- de beaucoup de nos savoirs-faire, le nier serait s’aveugler et la relève ne sera pas là, sauf génération spontanée inconcevable. »

    Certes, mais rien n’est jamais perdu.
    Savez-vous que l’industrie horlogère Suisse a failli disparaître dans les années 70, tuée par le quartz japonais ? Elle ne dut sa survie qu’à un visionnaire, Nicolas Hayek, et son recentrage sur le haut de gamme. Regardez combien elle pèse aujourd’hui.

    La France aussi fut un haut lieu de l’industrie horlogère. Et si elle disparut corps et biens suite à la faillite de LIP, elle renaît : 76 entreprises, 2830 emplois directs, 4 ème rang mondial des pays exportateurs, Pour 2.5 milliards d’euros d’exports et reexports. Alors, certes, dans les années 60, c’étaient 50 000 personnes employées dans l’horlogerie, et 90% des pièces proviennent de chine (pour un coût six fois moindre que si c’était fabriqué en France), mais ce n’est que le début de la renaissance.

    • Fredy Gosse says:

      lol produit Français 90 % de chine …c’est l’économie circulaire franco chinoise.
      Vu nos couts, notre faible appétit pour le travail , la sortie serait par le haut MAIS ,gros problème, la masse n’a pas les moyens de sortir par le haut …donc rancoeur ;jalousie et atmosphère pesante.. idem pour le bio ….. mais comme on a fait croire que si ce n’est pas bio ,c’est pas bon ,si c’est de l huile palme c’est mauvais ,s’il ya des OGM c’est Lucifer , du coup la demande bio augmente mais pas le porte monnaie … et ou ça devient grandiose c’est que BIO ou pas ,les couts du made in Fance sont toujours là ,du coup le bio hors made in France prospère et du coup nos écolos sont furieux …. vivement que les Verts soient au pouvoir pour régler
      tout cela par une bonne dictature

      • 90% des pièces viennent de Chine car l’écart de prix est de 1 à 6, mais quand les usines seront entièrement robotisées, et renchérissement des coûts de transport aidant, une partie reviendra en Europe, ou au Japon, autre grand pays de la montre (normal, on y cultive la tradition du travail minutieux et bien fait). Mais l’essentiel de la valeur d’une montre est dans l’assemblage (parfois plusieurs semaines pour le très haut de gamme), les finitions, le marketing, et de toute façon, la plupart du temps, le prix de vente n’a rien à voir avec le prix de revient. Le prix des montres suisses a doublé en dix ans, non pas parce que leur coût de fabrication à doublé, mais simplement parce que la clientèle s’est élargie, notamment grâce aux asiatiques, et qu’en plus ils aiment bien quand c’est jaune et que ça brille, alors que le bling bling est passé de mode en Europe.

  45. @ Adnstepbystepbystep

    Vous avez raison , je connais bien Hayek et sa success story.Pour abonder dans votre sens, il y a le slip français et puis les « reprises de chaussettes » de doulce France.

    Alors oui, tout espoir peut être conservé, de toute façon…… je ne fais pas de dépression !!!

  46. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Tout le monde l’a compris, la voiture électrique pollue autant que la voiture thermique. ( CO2)
    Ce n’est pas au même endroit c’est tout.Sans compter le recyclage des batteries que l’on ne sait pas faire.
    D’ailleurs on ne sait même pas faire les batteries en Europe.

    La voiture électrique n’est pas utile en province puisqu’il n’y a pas de quoi les recharger.( pas de bornes et pas assez KWh électrique non plus) et le kilométrage est limité.

    le voiture électrique ne présente donc un avantage local que dans les villes.

    Mais comme dans les villes on finira par interdire totalement les voitures, finalement la voiture électrique n’a pas d’intérêt.’ d’autant plus qu’elle coûte plus cher que les autres.( dans certaines villes déjà à l’heure actuelle seuls les résidents qui ont des voitures électriques ont le droit de circuler)

    Restent les Hybrides, mais je note qu’elles ont la même vignette critair que les thermiques neuves.J’en déduit qu’elles doivent polluer à peu près autant !!!!

    D’ici à ce que l’on s’aperçoive un jour que comme le diésel il faille tout arrêter…
    En espérant que ce jour là on n’ai pas perdu le savoir faire du moteur thermique (comme pour les centrales nucléaires)

    Comme le dit sven ( et moi même ) « je ne fais pas de dépression » .
    Mais c’est agaçant d’être gouverné par des incompétents.( et là je ne parle que des voitures)

    • Pour la énième fois, le CO2 n’est pas un gaz POLLUANT !!!

    • Ah, tiens donc on ne sait pas faire des batteries en France !!!!

      https://www.saftbatteries.com/fr/media-resources/our-stories/les-vehicules-electriques

    • Simple question, s’il n’y a plus de voiture électrique ou hybrides en mode électrique en ville, comment imaginez-vous la mobilité dans les villes et métropoles, en véhicules volants comme dans « Retour vers le futur », à moins que l’on redonne leurs lettres de noblesse aux cordonniers ?

      • En trotinettes, vélos, pousse-pousse, tire-fesses, voiture hippomobile, …

        Et sinon, transports en commun.

        • Ah, j’oubliais : les voitures à pédales 😁

          • Plaisanteries faciles, mais plus sérieusement ???

            Vous voyez bien qu’il n’y a pas ou peu d’alternatives à la voiture qu’elle soit électrique, hybride ou thermique sauf à imaginer que les villes soient « gruyèrisées » ou/et d’installer des tapis roulants, à moins que la téléportation fasse un pas de géant !

            • En 5 ans à Paris (en proche banlieue, en fait), je n’ai jamais utilisé la voiture. J’étais obligé de la faire tourner de temps en temps pour que la batterie ne tombe pas en panne. A Paris, on peut réellement se passer de véhicule.

              Ailleurs, ce sera plus difficile, car il faudrait la même densité d’habitations et de commerces pour que ça soit viable, et des salaires permettant d’acheter en bas de chez soi.

              La voiture, évidemment, ne pourra être remplacée dans tous ses usages par les transports en commun ou des moyens de transport individuels comme le vélo électrique.

              Donc c’est la façon de vivre des gens qui va changer. Ils seront tout simplement moins mobiles. Comme les vieux, qui, l’âge venant, utilisent moins la voiture et vont de moins en moins loin pour faire leurs courses.

            • « La téléportation fait un pas de géant »
              👍👍

          • fredy Gosse says:

            on a déja la moitié de la production reste plus qu’à construire l’autre moitié.ah ces vieux cons ,mâles, hétérosexuels

  47. fredy Gosse says:

    et il faut manier avec précaution les statistiques. de vente , si on enlève les achats des collectivité locales( monsieur le maire ripoline en vert) les achats d es entreprise publiques et para publiques soumises au lobby vert et les grandes flottes de grandes ‘entreprises soumises à la pression du pouvoir il ne doit pas y avoir beaucoup de particulier. le risque énorme c’est qu on détruise ce qui existe et ou nous avons encore d es compétences technologiques au profit d’une énormité écologique sans justification sauf religieuse

    • D’autant plus que:

      |La consommation des véhicules électriques est exprimée en kWh/100 km.
      Pour comparer la consommation en kWh/100 km d’une voiture électrique à celle d’une voiture à essence, il suffit en première approximation de diviser la valeur par 10.
      Ainsi, une consommation électrique de 20 kWh/100 km correspond environ à une consommation d’essence de 2 L/100 km. Toutefois, si l’électricité utilisée a été générée par une centrale thermique (nucléaire ou hydrocarbures), l’énergie primaire consommée par la centrale est environ trois fois supérieure à l’énergie finale, soit environ 6 L/100 km.

      Une consommation de 1 kWh/100 km équivaut formellement à une force moyenne de 36 Nd, idée reprise par le diagramme de Gabrielli – von Kármán. Une force équivaut également formellement à une puissance divisée par une vitesse, avec la relation suivante : 1 kWh/100 km = 10 W/(km/h).
      Ainsi, toujours avec le même exemple, 20 kWh/100 km équivaut à 200 Wh/km, soit une puissance de 20 kW pour une vitesse de 100 km/h par exemple.

      1 kWh/100 km est aussi l’ordre de grandeur de la consommation d’un vélo à assistance électrique dans des conditions de roulage favorables]

  48. julien bonnetouche says:

    Bon dimanche,
    Je ne sais si l’on s’éloigne du sujet, mais avez vous vu ce dernier sondage en date du 28 octobre, à propos des futures présidentielles française.(On est quand même dans le sujet…)

    Macron 55%
    le Pen 45%

    3 jours après que notre président ait déclaré que le voile n’était pas son affaire.

    Ce matin, j’ai regardé les commentateurs sur LCI, c’était frappant : bizarrement personne ne fait le lien.

    Ceux de gauche disent que c’est à cause des problèmes sociaux résultant de la politique économique du gouvernement…

    les Macronistes pensent ne pas avoir suffisamment bien expliqué cette même politique…

    Au delà de l’opinion politique de chacun, il me semble que cette cécité volontaire des acteurs de la vie publique, contrarie profondément une partie croissante de la population et va bientôt nous faire exploser en pleine face problème islamo-immigrationniste.

    Je veux dire autrement que par quelques attentats suivis de dépôts de bougies sur les lieux des crimes.

  49. Commentaire futurs ?mais comment est ce possible ?

  50. julien bonnetouche says:

    Bonjour Fredy,

    De même que contre toute attente, les britanniques avaient voté pour le Brexit à cause des problèmes d’immigration, et cela contre leurs intérêts économiques, il se peut que les français votent la prochaine fois pour le FN.( également contre leurs intérêts économiques)

    le sondage du 28/10 avec des intentions de vote à 45% pour Le Pen, montre que le fameux plafond de verre a été enfoncé.

    Le mélange de ressenti de déclassement de la part d’une majorité de la population, et d’une immigration massive de type islamique vécue comme une transformation sociétale majeure à terme, devient peu à peu une priorité aux yeux des français.

    Les éléments jusque là déterminant un vote contre le Front National comme « parti raciste, ou anti-démocratique  » ou même l’incompétence manifeste de la dirigeante de ce parti, passant au second rang des préoccupations.

    Mais l’élection populaire dans le calme, n’est qu’une des options à retenir. Lorsque l’on voit la violence qui animait certains gilets jaunes, ( qui étaient soutenus par 80% de la population) on peut se dire que toutes les options sont ouvertes.

    N’oublions pas que notre pays est traditionnellement bouillonnant.

    • Bonjour Julien,
      En effet, le problème de l’immigration et notamment celle à consonance religieuse dans nos pays occidentaux est en train de déstabiliser complètement les ressentiments politiques des citoyens, au point que dans l’isoloir tout devient possible et surtout le pire, d’autant plus que la majorité des dirigeants politiques ne semblent ou ne veulent pas comprendre le danger.
      L’exemple d’Angela est pourtant flagrant, elle va perdre les prochaines élections du fait de son positionnement pour l’immigration tout comme Salvini va probablement les gagner dans quelques années voire quelques mois.
      Tout cela est du pain béni pour le RN avec cependant un bémol de taille pour notre pays Gaulois (Charles), c’est notre système d’élections à deux tours qui, pour un certain temps encore, nous « protège » d’une « extrèmisation » politique dirigeante.

    • Julien, l’argument économique contre le RN ne tient pas. Tous les partis français sont interventionnistes, et le dernier libéral français a du mourir dans les années 60. D’ailleurs, il me semble qu’à ses débuts, le FN était sur une ligne économique très libérale, et que c’est au tournant des années 2000 qu’il a muté.

      On connaît tous les pb de l’économie française (compétitivité, charges sociales, suradministration, règles et normes, syndicalisme politique …), Et on sait tous qu’aucun parti n’aura le courage d’y remédier, ni aucun français car finalement, peu sont ceux qui ne profitent pas du système ou plutôt nombreux sont ceux qui pensent y perdre si ça change.

      Donc, laissons le bateau couler, voire, sabordons-le.

      Tel est l’état d’esprit, peut-être inconsciemment, d’une part croissante de la population et même des élus.

      Une révolution du XXIe siècle, en quelque sorte.

      • S’agissant de la compétitivité et des charges sociales, j’ai écouté ce WE un certain Guillaume P. de LR qui veut faire une « révolution » sociale et fiscale, s’ils sont élus en 2022.
        Il s’agirait de supprimer totalement les charges patronales et salariales (==>le salaire net= le brut) et de compenser par une taxe de 2% sur tous les mouvements d’argent, banques, institutions financières et particuliers compris.

  51. Fredy Gosse says:

    Ce qui devient insupportable pour de plus en plus de citoyens c’est que le derniers arrivants se présentent en victimes et veulent imposer leurs us et coutumes au nom de la laicité …et la gêne de nos dirigeants à aborder de front ce problème unique dans l’histoire de France…

    ou ça va exploser c’est quand l’application de la décroissance produira ses effets mortifères et que les plus faibles seront en première ligne…

    petit lien utile pour comprendre les effets de la croissance https://www.contrepoints.org/2019/11/04/357148-le-grand-miracle-de-lindustrialisation
    Pour lepen tout dépendra des circonstances et a entendre Bardella candidat à la suite de Marine Lepen , la relance verte serait aussi un bon moyen de sauver le pays. Bref on a beau se tourner de Droite ou de Gauche l horizon est bouché mais les problèmes incontournables

  52. ange LERUAS says:

    @ michel²

    Avec le diagramme de gabriélli vous êtes monté en puissance dans ce blog, mais y a chez vous des chose à prendre et d’autres à laisser.

    Vous avez raison de dire que CO² n’est pas un problème et que l’oxygène n’est pas le produit du poumon humain, vu de l’extérieur, mais l’organe qui produit l’oxygène en son intérieur comme le poumon amazonien produit l’oxygène vers l’extérieur. C’est une des marques de la relativité des choses qui font qu’écologiquement le CO² ou l’O² n’a d’incidence que relative, puisque la nature sait décomposée l’un en l’autre qui devient l’élément de l’autre par des réactions dont la nature à le secret de l’existence originelle de ces possibilités, mais constate son auto-suffisance pour que la petite croissanse du CO² résiduel non revenu O² est sans effet sur la vie des êtres vivants.

    La nature sait aussi, non pas ce que vous ne savez pas, mais en faite le déni, ce qui est plus grave, que ces passages CO² en O² et O² en CO, sont, pour l’un exothermique et pour l’autre endothermique et là le bilan est catastrophique parce que la nature n’arrive à compenser la production exothermique de la production de CO² et alors elle réagit par des courroux météorologique qui créent des désordres hydrologiques avec des incidences sur notre vie sur terre. Ce déni est préjudiciable pour l’humanité, mais votre déni ne s’arrête pas sur ce point il va à celui de ne pas considérer la création de particule lors de des réactions exothermiques qui produisent le CO², lesquelles pour les unes vont détruire le bouclier qui nous protège le jour des rayonnements solaire, la couche d’ozone, ce qui produit un réchauffement de la terre comme d’autres particules vont créer un bouclier thermique, effet de serre, empêchant le refroidissement de notre terre et don un nouveau réchauffement qui ajouté à l’autre va produire sur la couche d’Ozone instable le passage en O² et augmenter le rayonnement sur terre.

    Vos dénis sont autant préjudiciables que les comportements des ayatollahs de l’écologie que vous accusez.

    Une faute ne s’efface pas par l’existence d’une autre cela fait deux fautes. Nous devons rejeter les deux, d’autant que nous avons, souvent à faire, à des irréductibles de chaque côté .

    Sur l’énergie électrique vous ne faites pas état de vos savoirs mais de préjugés que vous justifiez par des pseudos justifications scientifiques incomplets. Votre appel au diagramme Gabrielli le démontre, puisqu’il met en relation une énergie avec une vitesse et vous dites que l’énergie nécessaire à faire avancer un véhicule est proportionnelle à la vitesse alors que c’est proportionnel à la vitesse au carré (1/2 MC²) mais aussi de la masse.

    Si vous voulez comparer deux énergies toute comparaison vous dira qu’à masse égale, vitesse égale et sur un même tronçon : il vous faut la même énergie quelle que soit la base énergétique choisit. Si votre démonstration démontre le contraire c’est que vous avez fait une erreur chercher-là.

    Pour vous mettre sur la voie parler du rendement énergétique du mode de transformation d’une énergie potentielle en énergie utile.

    Ainsi un moteur hydrocarbure à un rendement de 33% une centrale thermique hydrocarbure ou nucléaire, environ 38% un moteur électrique 88% une batterie 0,82 ( rendements à vérifier)

    une automobile hydrocarbure 0,33 + particules ¨+ réchauffement

    une automobile électrique centrale thermique 0,38×0,88 =0,33 plus réchauffement

    une automobile électrique batterie + centrale thermique :=0,27 plus réchauffement

    une automobile électrique batterie + centrale thermique + inertie := 0,33 plus réchauffement

    une automobile électrique batterie + centrale solaire : = 0,72

    Hybride 0,40 + particules + réchauffement

    Idéalement c’est le véhicule électrique qui sort du lot dans la mesure ou chaque propriétaire double son achat d’une mini centrale solaire fournissant l’équivalent de l’énergie nécessaire à ses déplacements. Cette recommandation devrait aussi valoir pour toute installation de climatisation pompes à chaleur. Consommation spécifique = production compensatoire pour usage non spécifique.

    Si nous voulons moins de réchauffement et moins de particules ( intérêt général = somme des intérêts particulier) le pollueur doit être taxé au travers de sa consommation polluante et la taxe utilisée pour pousser à utiliser et produire de l’énergie propre. Sinon l’Intérêt particulier va vers l’intérêt économique à court terme, alors que l’intérêt général va vers l’intérêt économique à long terme.

    Si nous voulons laisser à nos petits-enfants notre terre que nous héritons de nos enfants, plus autorégénérante que nous l’avons trouvée nous devons appliquer:

    · La décroissance de nos besoins individuels peu utiles et peu agréables.

    · La décroissance de consommation énergétique de notre environnement naturel, pour chacune de nos productions.

    · La décroissance de la population, par une natalité maîtrisée. Puisque la croissance de l’usage de l’énergie n’est plus individuelle mais consécutive à l’augmentation de la population, produisant des pollutions qui impactent des régions qui devenus hostiles, à la culture et l’habitation, pousse à l’exode vers des régions déjà en déficit de régénération en fonction de sa population.

    • Vous mélangez sans vergogne force et travail (=énergie).
      C’est bien l’énergie cinétique qui est égal à: 1/2mv², (vous n’allez pas apprendre cela à un ingénieur en mécanique générale !)
      alors que dans mon article il est question de force en daN (décaNewton).

  53. Fredy Gosse says:

    finalement la décroissance c’est bien …pour le portefeuille des capitalistes vert…foutu C02 avec une augmentation.d e1,5 % de 4 millième de la composition de la masse d’air on est foutu..c’est terrible quand même d’être aussi stupide en refusant de croire à la vérité onusienne….

    • 4 dix millièmes et non pas 4 millièmes ! 🙂 🙂

      • Ouch ça change tout alors😀

        • En tous cas ça crédibilise encore plus votre commentaire !
          Et puis au cas où certains feraient suivre votre discours, autant qu’il soit juste 🙂 🙂

          • Tiens ,lu , une
            Nouvelle discrète une hydroliénne qui a coûté 260 millions a été vendue 1000. Euros aux enchères publiques à ce prix la l acheteur aura fait une bonne affaire mais la BPI 😢 c’est cela l énergie verte

            • Vu ce que ça coûte de la démonter…

              • Comme les éoliennes terrestres:

                Source Fédération Environnement Durable

                [Éoliennes: un champ de mines à retardement par Ludovic Grangeon
                09/08/2018 31346 vues

                450 000 euros

                Le coût de démantèlement des éoliennes est officiellement chiffré à 50 000 euros alors que tous les devis de professionnels atteignent au moins 450 000 euros, socle de béton en plus + de 1000m3 de béton).

                Mines à retardement.
                L’opinion publique a basculé cet été 2018 vers le rejet franc et massif de ce procédé. Les sondages encore cette semaine dans Le Figaro virent de bord vers une majorité de sceptiques sur le caractère pseudo « écologique » de la filière des promoteurs éoliens, financiers repeints en vert.
                Ils ont raison. On ne peut tromper la population éternellement. Les conséquences d’une installation anarchique sur l’ensemble du territoire se font palpables et très négatives, voire menaçantes pour l’avenir. Désormais, l’insupportable est atteint après des années de propagande médiatique très intéressée. Plusieurs conseils régionaux et départementaux et non des moindres, comme les Hauts de France ou l’Allier, viennent de voter des motions d’arrêt d’un éolien inefficace, très pénalisant pour les territoires et super spéculatif.

                Des milieux de pression très bien financés, des maires isolés dociles ou cyniques, des réseaux de financement pas toujours très clairs, comme l’a démontré l’enquête de la Commission de régulation de l’énergie, ont contribué à miner le territoire français. Ces éoliennes n’ont pas été implantées là où existait le besoin, près des villes ou des concentrations industrielles. Elles ont été placées là où c’était facile de le faire, du moment qu’on trouve un endroit isolé, avec peu d’opposants et des propriétaires complaisants, et beaucoup d’amis dans les cabinets ministériels. 50 milliards d’efforts, sur dix ans, payés par le contribuable, un tiers du territoire français concerné, pour à peine 4 à 5% de l’électricité nationale, et seulement un jour sur cinq d’assuré en production. Quel désastre… sauf pour quelques fortunés, y compris les quelques fondateurs d’EDF Énergies Nouvelles, dont les centaines (oui ! centaines…!) de millions d’euros sont bien au chaud au Luxembourg, même pas en France.

                Ces installations, souvent implantées en rase campagne dans des sites isolés, sont théoriquement classées ICPE, c’est-à-dire installation industrielle à risque, mais leur surveillance est hasardeuse. Il suffit de fréquenter un site éolien pour constater qu’il n’y a personne et pas un seul emploi sur place, ni aucune précaution particulière de surveillance. Pourtant, ces installations industrielles présentent plus de risques que les discours lénifiants ne le laissent entendre. La plupart du temps, c’est un simple artisan électricien qui est chargé de venir jeter un coup d’œil de temps en temps. La télésurveillance est faite par des robots et de l’étranger, quand ils marchent. On sait que les profits les plus juteux sont faits à la construction des éoliennes, jusqu’à un million et plus par éolienne. La suite n’est donc pas étonnante. On trouve aujourd’hui en Allemagne ou en Grande-Bretagne des éoliennes d’occasion à 200 000 euros alors que ces opérations sont facturées jusqu’à 3 million par éolienne… Où est la vérité? Y compris pour les banques ?

                Un récent incendie d’éolienne dans le Jura a failli embraser un massif forestier entier, évité de justesse par plus de 30 pompiers. Il n’existe aucun plan d’urgence pour toutes les opérations à proximité de forêts, aucune précaution des incidents de promeneurs aucune assurance sur les dispositifs anti-pollution théoriques. De nombreuses rave parties utilisent les sites d’éoliennes isolés, devenus des hypermarchés de stupéfiants, et visibles de loin avec leurs clignotants. Une pale de plusieurs tonnes est tombée à quelques mètres de l’autoroute A10, mais l’opérateur, pourtant filiale d’EDF, a mis plusieurs jours à réagir. L’érosion des sols commence à se voir à l’oeil nu sur les nombreuses opérations implantées en plein champ en Beauce ou ailleurs. Un accident d’avion sur un vol sans histoire vient de se produire « par hasard » à proximité d’un important champ d’éoliennes vers Issoire. On attend l’enquête avec inquiétude sur les pressions éventuelles. Déjà un accident mortel de montgolfière a fait naitre de nombreux doutes à proximité d’un champ d’éoliennes vers Château-Thierry, selon les termes des autorités préfectorales. Qu’en sera-t-il si les éoliennes en mer sont implantées à proximité des côtes avec de multiples aérodromes à proximité ? Une éolienne moyenne brasse 30 tonnes d’air à la seconde par simple vent de 18 km/h. La sécurité aérienne australienne émet des recommandations d’évitement jusqu’à 12 km des éoliennes, beaucoup moins inoffensives qu’il n’y parait, après plusieurs accidents évités de justesse, y compris un gros appareil d’un modèle utilisé par le Président des USA.

                Les massifs de béton enfouis dans le sol ont été discrètement évacués de la réglementation mais ils restent à la charge des propriétaires, qui souvent l’ignorent. Ce sont autant de bombes à retardement qui les ruineront en centaines de milliers d’euros de dépollution à la moindre alerte d’atteinte du sous-sol, des eaux souterraines, et sur simple demande d’une association de protection de la nature. Le coût de démantèlement des éoliennes est officiellement chiffré à 50 000 euros alors que tous les devis de professionnels atteignent au moins 450 000 euros, socle de béton en plus. Les lanthanides, matériaux magnétiques largement utilisés dans les alternateurs des éoliennes, polluent plus à l’extraction que les minerais radioactifs, et leur dispersion par usure est au moins aussi dangereuse que l’amiante.

                La revue American Thinker rappelle qu’il existe 14 000 éoliennes rouillées aux USA, cyniquement abandonnées par leurs propriétaires dont les nombreuses filiales financières empêchent de retrouver la trace. Or ce système de filiales complexes est exactement le même en France et on peut supposer que les arrières pensées ne sont pas très loin. Une mystérieuse banque égyptienne inconnue en Europe, pourtant impliquée dans des scandales de corruption selon le Financial Times, est devenue propriétaire de l’un des opérateurs connus en France. Qu’en sera-t-il tôt ou tard des autres ?

                Franceinfo
                Loiret : un projet d’éoliennes de 188 mètres de haut fait réagir les habitants de plusieurs communes

                Dans le secteur de Beaune-la-Rolande, plus de 200 habitants se mobilisent pour tenter de s’opposer à un projet de construction de huit éoliennes de …

                L’Union
                Les producteurs laitiers s’inquiètent des projets éoliens près de Vervins
                Deux projets éoliens sont prévus entre Haution et La Vallée-au-Blé. Le premier parc, le Plateau d’Haution compte 6 éoliennes, d’une hauteur de 179 …

                Mort de plus de 300 vaches en Loire-Atlantique près d’éoliennes : deux avocats portent plainte

                BFMTV.COM
                Éoliennes, lignes à haute tension: des éleveurs dénoncent des troubles chez leurs animaux
                Selon eux, l’installation d’une antenne relais, d’une ligne à haute tension, d’éoliennes, d’un transformateur électrique, d’un parc photovoltaïque à …

                ladepeche.fr
                Les éoliennes sont-elles responsables de la mort de centaines de vaches ?
                Les 300 vaches décédées se situaient à proximité d’un parc d’éoliennes. Aucune étude ne permet cependant d’établir un lien de cause à effet entre le …

                Reporterre
                Le sale business des éoliennes d’EDF au Mexique

                L’isthme mexicain de Tehuantepec est un eldorado pour les compagnies éoliennes, qui y multiplient les projets au mépris des populations ..

                Reporterre
                Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes

                Au nom de la transition énergétique, les campagnes s’industrialisent à grande vitesse. L’autrice de cette tribune raconte la métamorphose de …
                Pour sauver la planète, l’industrie tue les campagnes

                Contrepoints

                Les Français ne veulent plus d’éoliennes terrestres
                Le gouvernement doit maintenant réagir : écouter la colère de la population et stopper les implantations d’éoliennes.

                Le Progrès
                Parcs éoliens: des vents contraires mais des projets toujours plus nombreux
                Le 16 juillet dernier, Arnaud Cochet, le préfet de l’Ain, a donné son feu vert à l’exploitation d’un parc éolien à Confrançon. Dans l’Ain, pas moins de …

                L’Aisne Nouvelle
                «On veut continuer d’être éleveurs», les agriculteurs sont inquiets face à l’éolien à Haution
                Suite à un énième recours contre les projets de parcs éoliens de la vallée et du Plateau d’Haution (voir encadré), déposé en 2015 par l’association …

                Sud Ouest

                Naujac-sur-Mer : le maire n’aime plus les éoliennes

                Jean-Bernard Dufourd, le maire de Naujac, qui était un ardent défenseur des éoliennes, a changé d’avis. Il ne défendra pas le projet de parc à …

        • Imaginez que vous travailliez 4 jours par semaine au lieu de 0,4 jour par semaine soit 4 jours tous les 2,3 mois (=70 jrs),
          ou encore que vous preniez 4 suppositoires par jour au lieu de 4 tous les dix jours,
          Hé ben ouais, ça change tout ! LoL

  54. julien bonnetouche says:

    Les champions de la décroissance sot en réalité des « suicidaires ».
    On doit les fuir comme il faut fuir dans sa vie quotidienne, les dépressifs qui ne cherchent qu’à nous pomper l’air qui nous reste !! Ha Ha Ha !

  55. Moi, je suis pour la décroissance.

    Quand il s’agit de celle des taxes et des impôts.

  56. En tout cas, GF a raison sur un point, nous vivons une grande transformation :

    Pétrole : l’Opep reconnaît sa défaite face au schiste américain

    Dans son rapport annuel, l’Organisation anticipe une baisse de la demande pour son pétrole. La production américaine devrait à l’inverse exploser à 22,8 millions de barils par jour.

    (Les Échos)

    Les pays de l’OPEP ne peuvent plus baisser le prix du baril, sauf à creuser des déficits dans leur budget, et ne peuvent plus l’augmenter, sauf à se le garder sur le ventre. L’Iran est vert de rage, les émirs vont nous acheter encore plus d’armement, et vont commencer à vendre les bijoux de famille (on va récupérer quelques tableaux,…), les Russes sont contents de voir leur diplomatie triompher partout, mais commencent à comprendre que régner sur le vide, ça remplit pas la gamelle.

    Il ne leur reste plus qu’à espérer une reprise économique mondiale, car, pour le moment, le seul moteur de croissance, c’est le consommateur américain.

    • Oui et en même temps l’autre américain, le soldat, se retire de ce moyen orient lequel s’arme de plus en plus. Je ne sais pour vous mais moi cela m’inquiète d’autan plus que Trump se désengage chaque jour un peu plus de l’otan !

        • Sur ce sujet, comme sur d’autres, il est à côté de la plaque.

          Il a vraiment du mal à s’adapter aux organisations complexes dans lesquelles toutes les décisions ne peuvent être prises qu’en convaincant d’une manière ou d’une autre une bonne part des participants. Et pour les convaincre, il faut être crédible et exemplaire.

          L’est-il ?

          • Mais il ne peut être tenu responsable du désengagement de l’OTAN des Américains, alors que l’on sait que cela vient uniquement d’une part de l’autosuffisance pétrolière des US et d’autre part de l’irresponsabilité voire la « traîtrise » de Trump !

            • La chancelière Angela Merkel a rapidement commenté ces déclarations lors d’une conférence de presse à Berlin, jeudi, aux côtés du secrétaire général de l’Alliance, M. Stoltenberg. « Je ne pense pas qu’un tel jugement intempestif soit nécessaire, même si nous avons des problèmes, même si nous devons nous ressaisir », a-t-elle déclaré. Les « termes radicaux » de M. Macron ne correspondent pas à « mon point de vue au sujet de la coopération au sein de l’OTAN », a ajouté la chancelière. M. Stoltenberg a, de son côté, estimé que l’OTAN restait « forte », relevant que les Etats-Unis et l’Europe « travaillaient ensemble plus que nous ne l’avons fait depuis des décennies ».

              • On en saura probablement plus au prochain sommet de Londres les 3 et 4 décembre prochain. Ça risque d’être animé.

            • Trump
              a bon dos ça date au moins de Kissinger cette opinion selon laquelle America First c est America First ..c était vrai pour le dollar d abord mais des protectionnistes américains çà existe depuis toujours et Trump a raison sur un point pourquoi les européens refusent de dépenser plus pour leurs défenses et en particulier l Allemagne et pourquoi les americains doivent suppléer l absence Européenne.
              La Défense future avec le développement technologique présent indique que la prochaine guerre sera la guerre des étoiles et nous ne pouvons, nous européens, . Y faire face que par une mutation profonde des cerveaux des militaires industriels et financiers . C est pas gagné …En ce sens Trump nous rend service même s il n’en n’a pas conscience probablement

              • Tout à fait. C’est bien parce que via le traité ITAR, les USA bloquent par exemple l’exportation des technologies laser, pour lesquelles ils sont leader dans le monde, que l’AED finance la mise en place d’un générateur laser de haute puissance européen.

                Pb : les Allemands sont passés maîtres dans la captation d’argent européen, les Français beaucoup moins.

              • Probablement avez-vous raison !

                Mais en tous cas si demain les chinois ou autres Russo arabes « frappent » aux portes de l’Europe, nous n’avons rien ou presque pour répondre sans le soutien de l’Amérique et d’autant plus si les British se « calfeutrent » avec leur Brexit.
                Et au rythme où va la désagrégation de cette Europe aux yeux voilés, sans capacité de créer sa propre défense, il y a de graves questions à se poser sur ce demain.
                Je présume que Chinois, Russes et moyen- orientaux observent tous cela de très près !
                Enfin ce n’est que l’avis d’un pauvre péquin qui n’y connais rien. 🙁

              • Sauf que du temps de Kissinger, « l’América first » était tributaire du pétrole du moyen orient !

                • Que les américains façonnaient selon leurs intérêts L histoire du moyen orient à une odeur de pétrole …bien entendu le pétrole de schiste et gaz de schiste sont une bénédiction du ciel’ pour les américains (ouille vade retro satanas) car ne plus dépendre des autres stratégiquement est fondamental mais chez nous apparemment je dis des stupidités . Nous avons tout faux, pas d anticipation des problèmes guerriers , incorporation dans un système européen libre de frontières mais dans toutes les composantes pensent national…et donc compétition à l export dont profitent les chinois .si nous ne vendons plus plus de centrales nucléaires ni de tgv par exemple. C’est parce que pour remporter des contrats nationaux les uns et les autres nous avons donné notre avance technologique…et pire quand parfois une co entreprise européenne pourrait voir le jour ce dont les autorités européenne qui s y opposent au nom de la concurrence intra européenne .on est chez les fous

                  • C’est bien vrai, d’autant plus fou qu’on a récréé les mêmes erreurs avec la Chine que celles que l’on a faites avec les Japonnais dans les années 60/70, invités joyeusement à venir flasher nos industries et processus technologiques, parfois hautement en avance sur la concurrence internationale.

                    Ceci étant dit, inutile de revenir sur ce passé malheureux, c’est l’avenir à dix ans qui m’inquiète,face à cette croissance inexorable des tensions tant économiques que géopolitiques entre pays et communautés.

  57. Des nouvelles du goulag vert :

    Voitures électriques : quand le paradis californien se transforme en cauchemar
    Publié le 06 novembre 2019
    Avec Laurent Meillaud.

    Les propriétaires de voitures électriques en Californie sont en colère. En cause ? Des feux de forêts et des intempéries qui créent des pannes massives du réseau électrique, entraînant de fait une immobilisation totale de leur véhicule.

    • Ah, rouler en Tesla et finir remorqué par un Dodge Ram 3500, moteur Hemi 8, 6.4L, 450 ch…

      • Et oui, on ne peut pas tout prévoir !
        Mais quand en France par exemple, la CGT bloquera de nouveau les dépôts de carburant, qui rira ? 🙂 🙂

        • Ils y arrivent de moins en moins. D’abord parce qu’ils sont de moins en moins nombreux, et parce qu’on les laisse de moins en moins faire.

          Je m’attendais d’ailleurs à ce que les GJ le fassent, mais a y réfléchir, ils se seraient autobai…

  58. ange LERUAS says:

    @ Michel 2
    5 novembre 2019 at 14:00
    Quand j’ai posté un post parlant d’énergie cinétique 1:2 mc² formule dépendante de la vitesse puissance 2 c ‘était en opposition a votre formule sur la force en rapport avec la vitesse puissance 1, pour vous dire que le rendement énergétique vis à vis des problèmes écologique se fou des formules, puisque le problème posé consiste à chercher le rendement énergétique du mode de propulsion c’est a dire l’énergie totale utilisé pour le déplacement d’un engin de la même masse, sur le même parcourt dans les même condition de vitesse, suivant le carburant.

    Au lieu d’aller vers l’utile, je constate que vous aller vers la polémique et continuer à faire un déni sur la responsabilité de cette dépense énergique anthropique, facteur de l’élévation de la t° et de rejet de particule vers la couche d’ozone pour la détruire ou créer l’effet de serre pour que la température augmente encore plus.

    Pourtant vous me sembler suffisamment armer pour nous parler de cela, mais vous continuer à faire diversion avec votre CO² et des formules alors que le C0² n’est pas une préoccupation écologique qui est la consommation d’énergie exothermique qui dégage aussi, en plus de la chaleur responsable de l’élévation de température, des particules dont les effet font aussi augmenter la température.

    J’espère que vous concentrerez vos savoir dans ce sens, celui de savoir si l’élévation de température est ou n’est pas handicapante pour notre avenir et s’il est nécessaire ou pas de ne pas avoir des dépenses énergétiques provenant d’énergie existante récupéré, voiture électrique doublé d’une production d’électricité à partir d’une énergie comme le rayonnement solaire naturel. À comparer avec un véhicule avec un carburant qui dégage sa capacité totale de réchauffement de l’atmosphère, alors qu’une infime partie est utilisée et qui demande, aussi, de l’énergie pour produire cet hydrocarbure et le transporter dans votre réservoir, ceci vaut aussi pour le carburant hydrogène, gaz ou hybride.

    Doit on choisir un carburant produisant le maximum de réchauffement ou celui qui récupère l’échauffement naturel?
    Votre expertise pourrait alors prendre plus de valeur.

    • Nouvelles confusions:

      E=mC² théorie de la relativité restreinte d’Einstein –> l’énergie équivaut à la masse (m) x la vitesse de la lumière (célérité=C)

      et l’énergie cinétique, énergie acquise par les corps en mouvement:
      E= 1/2mV² avec m= masse et V= vitesse en m/s

  59. ange LERUAS says:

    votre commentaire confirme ce que je dis dans le mien, ou j’ai hésiter à mettre c² ou v² mai sais décidé de mettre c², donc j’attendais la réaction et constate qu’entre chercher la réalité, votre savoir est bien votre obsession, jusqu’à parler de formule qui n’ont rien à voir avec le sujet ce qui fait que sur le sujet vous n’apportez rien rien rien, parce qu’il ne faut pas faire appel au savoir mais à la raison sur les sujet à traiter.
    Votre immense savoir devrait fait de vous une personne capable de bien raisonner, aussi je vous dit:
    Peut et doit mieux faire.

    • Quelle mauvaise foi !
      Vous ne changerez donc jamais !
      Dommage et STOP! Plus rien à vous dire.

      • ange LERUAS says:

        Excusez moi! Mais je ne suis pas de mauvaise foi quand je vous dis:
        Votre immense savoir devrait fait de vous une personne capable de bien raisonner, en ajoutant:
        Peut et doit mieux faire.
        Ceci dit en conclusion après vous avoir dit: que les formules que vous utilisez sont inutile pour trouver une solution au sujet de la discussion.
        Convenez que les deux formule 1/2 de Mc² et 1/2Mv² existent et sont sans objets avec le sujet de savoir si le réchauffement climatique est ou n’est pas, anthropique, est ou n’est pas, préjudiciable à notre environnement.
        Poser une question ne peut être considéré comme faire preuve de mauvaise foi.

  60. 🤗🤗🤗🤗😆😆😆

  61. Point de vue d’une banque avec le Bon Sens en plus !

    [«Les investisseurs ne doivent pas compter sur l’aide des banques centrales» -Thomas Pentsy–4. novembre 2019–

    Malgré le fléchissement de l’économie mondiale, les marchés des actions ont connu une évolution étonnamment positive cette année. Sacha Marienberg, responsable Investment Center de la Banque Migros, explique dans cette entrevue quelle évolution attendre sur les marchés financiers.
    Monsieur Marienberg, ralentissement conjoncturel, conflit commercial, Brexit: l’économie mondiale se dirige-t-elle vers une récession?

    La croissance économique mondiale a considérablement ralenti. Et la faiblesse de la croissance devrait se maintenir l’année prochaine. Nous ne prévoyons toutefois pas de récession mondiale, car la consommation privée se développe de manière robuste dans la plupart des pays occidentaux et stimule la conjoncture. En outre, les banques centrales se montrent disposées à soutenir l’économie et les marchés financiers.

    La BCE et la Fed ont d’ores et déjà assoupli leurs taux d’intérêt. Quelle marge de manœuvre reste-t-il aux banques centrales si l’économie mondiale devait continuer de s’affaiblir?

    Après la présentation du dernier catalogue de mesures, la marge de manœuvre de la BCE est très limitée. Il en va tout autrement aux États-Unis. D’autres baisses de taux y sont possibles et même attendues. Les marchés financiers prévoient de nouvelles mesures d’assouplissement de la part des banques centrales hors des États-Unis également. Selon moi, les marchés financiers surestiment la volonté des banques centrales de donner de nouvelles impulsions en matière de politique monétaire.

    Sacha Marienberg dirige l’Investment Center à la Banque Migros.
    Qu’est-ce que cela signifie pour la BNS?

    À l’instar de la BCE, la BNS ne dispose plus d’une grande marge de manœuvre en matière de politique monétaire. Comme la pression haussière sur le franc suisse est restée limitée après la récente décision de la BCE, la BNS a renoncé à abaisser ses taux lors de sa réunion de septembre. Elle envisagera toutefois une baisse des taux si l’ambiance sur les marchés financiers devait fortement se détériorer et le franc tendre à la parité avec l’euro.

    À quoi les investisseurs doivent-ils être attentifs quant à la future politique monétaire?

    Les marchés des actions profitent de la politique monétaire expansionniste des banques centrales. Dans un contexte de taux bas, les actions se caractérisent par une prime de risque très attrayante. Toutefois, la marge de manœuvre des banques centrales ne cesse de se réduire. C’est pourquoi, à long terme, les investisseurs ne doivent pas exclusivement tabler sur le soutien des banques centrales. Sur le long terme, les bénéfices des entreprises doivent à nouveau augmenter. Or seule la politique est en mesure de résoudre les problèmes tant structurels que de fond de l’économie mondiale.

    L’année prochaine auront lieu les élections présidentielles américaines. Les États-Unis et la Chine auront-ils résolu leur conflit commercial d’ici là?

    Nous ne pensons pas que le différend commercial sera résolu avant les élections présidentielles américaines – même si les deux parties pourraient bientôt signer une convention intermédiaire pour certains domaines. Il ne faut pas non plus s’attendre, jusque là, à une escalade totale du conflit. Car le président américain Donald Trump souhaite être réélu l’an prochain et ne peut donc pas se permettre une récession dans son propre pays. S’il était réélu, D. Trump devrait toutefois être prêt à accepter une escalade du différend commercial.

    Comment la Banque Migros se positionne-t-elle dans cet environnement de marché incertain?

    En raison du ralentissement conjoncturel et des nombreux risques politiques, notre tactique reste légèrement défensive. Nous avons quelque peu sous-pondéré les actions et nettement sous-pondéré les obligations en francs suisses. Pour diversifier notre portefeuille, nous continuons de miser sur l’or. De plus, notre allocation prévoit une position accrue en liquidités.

    Comment les investisseurs doivent-ils couvrir leur portefeuille?

    En premier lieu, ils doivent s’en tenir à leur stratégie de placement. En cas de volatilité accrue, notamment, il est important que l’investisseur maintienne l’allocation d’actifs qui a été définie. Il faut donc veiller à adapter régulièrement le portefeuille à la stratégie de placement. En outre, le patrimoine doit être largement diversifié et il convient d’éviter le risque de concentration. Si la stratégie de placement est appliquée de manière systématique et le portefeuille bien diversifié, aucune autre mesure de couverture n’est nécessaire.

    En dépit des nombreuses inquiétudes, les marchés des actions ont connu une évolution étonnamment positive cette année. Une telle envolée des cours est-elle justifiée?

    N’oublions pas que les marchés des actions ont bouclé sur des pertes en 2018, les cours ayant littéralement chuté au dernier trimestre notamment. Une grande partie de la performance de cette année doit donc être considérée comme une compensation pour l’année précédente.

    Quel est aujourd’hui le potentiel de cours des actions?

    Jusqu’à la fin de l’année, nous prévoyons une évolution latérale pour les actions assortie d’une volatilité accrue. Sur une période de douze mois, il faut s’attendre à un modeste rendement à un chiffre. En cas d’embellie conjoncturelle inattendue, les gains de cours pourraient bien entendu être nettement plus élevés.

    Sur quels marchés des actions tablez-vous? Y a-t-il des régions que vous évitez?

    Non, nous avons investi dans le monde entier. Nous accordons toutefois la préférence à des marchés établis, qui présentent des risques moindres et une plus grande transparence.

    Quels titres privilégiez-vous à la Bourse suisse?

    Comme le ralentissement de l’économie mondiale va probablement se poursuivre l’année prochaine, les titres sensibles à la conjoncture devraient rester sous-pondérés jusqu’à nouvel ordre. Des secteurs tels que l’industrie ou la consommation cyclique souffrent de la faible propension à investir et à acheter. Ainsi, les branches défensives telles que la santé et les biens de consommation de base restent demandés. Parmi les poids lourds, nous privilégions Roche par rapport à Novartis et Nestlé pour ce qui est du potentiel de cours et du rendement sur dividendes. Nous voyons également des opportunités chez Straumann, le leader mondial dans le domaine de la médecine dentaire.

    De nombreux emprunts d’État sont négociés avec des rendements négatifs. Que recommandez-vous aux investisseurs en obligations?

    Investir dans des obligations à rendement négatif n’est pas intéressant. Car à l’échéance, l’investisseur subit toujours une perte. À notre avis, des taux d’intérêt plus faibles et des gains de cours sur les obligations sont possibles exclusivement aux États-Unis. L’investisseur doit cependant être conscient que les investissements obligataires en USD sont liés à un risque de change.

    L’or a lui aussi fortement progressé cette année. Quelle sera l’évolution du prix du métal jaune à moyen et à long termes?

    Nous recommandons l’or en premier lieu pour diversifier le portefeuille. Outre l’incertitude accrue, le bas niveau des taux d’intérêt plaide lui aussi en faveur de l’or à moyen terme. À long terme, les placements en or ne contribuent cependant pas de façon substantielle au rendement du portefeuille, notamment du fait des faibles revenus générés.]

  62. J avais parie qu on serait entre5800 et 6000 en fin d année (l’année n’est pas finie mais on s en rapproche ..Pour moi l’année prochaine après les élections US sera l année de tous les dangers .Si Trump repasse
    Il n aura plus les mêmes atermoiements vis à vis de l Iran Si la gauche américaine passe on peut s attendre à des catastrophes économiques avec une augmentation massive des dépenses publiques entraînant rapidement une non compétitivité américaine accrue Alors certes il’y Aura de la liquidité par les banques centrale mais les événements politiques ont de fortes chances de tout balayer sans compter le divorce des masses françaises avec leurs poltiques frileux sur le problème identitaire français , les possibles événements Du Maghreb et bien sûr une EU ivre divisée sans idée du cap’a Suivre
    Bref ça va décoiffer .jai bien sûr oublie la Chine avec HK

  63. Ange LERUAS says:

    @ Michel²
    En économie très souvent il se dit n’importe quoi surtout quand il se fait des amalgames de choses qui ne sont pas mélangeables.

    Dèss le départ la démonstration est faite dans les dires des autres que vous reproduisez sans réflexion pour en faire un savoir personnel : « Malgrès le fléchissement de l’économie mondiale, les marchés des actions ont connu une évolution étonnamment positive cette année ».

    Il est normal que l’économie mondiale qui relève de l’économie active, ne soit pas en corollaire avec le marché des actions qui relève de l’économie patrimoniale ce qui fait que le marché des actions a besoin d’un outil la monnaie, qui se trouve être aussi un outil à l’économie, mais la concomitance n’en fait pas une corrélation. Le marché patrimonial, lors d’un changement de main de monnaie, ce n’est qu’un échange de droits de consommer qui reste disponible pour l’économie active.

    En aucun cas il ne faut attendre que les turbulences des échanges de patrimoine (le marché des actions en est un) soit cause de turbulence dans l’économie active que votre référente appelle le marché mondial qui, dans le fonds, n’est que la somme des productions et consommations nationales où des nations s’échangent des productions.

    Donc ; quand dans un sujet relatif à une composante du patrimoine, action et or, par exemple, il est irraisonnable de venir y introduire ; comme votre mentor le fait « ralentissement conjoncturel, conflit commercial ; ».

    Un projet ( ne pas dire d’investissement, mais) patrimonial est un projet personnel qui anticipe un projet d’évolution de votre vie en fonction d’usages correspondant à des besoins à court terme, moyen terme, long terme qui varie en fonction des moments de vie que vous traverser, il vous appartient de définir ces projets pour que vos conseillers vous oriente au mieux.

    Dans cette optique le conseil généraliste est uniquement utile à ceux qui en font leur gagne-pain, et qui donnent lieu à des études, du type de celle que Michel² trouve bien faite et recopie, bien qu’il soit dit en début : «Nous ne prévoyons toutefois pas de récession mondiale, car la consommation privée se développe de manière robuste dans la plupart des pays occidentaux et stimule la conjoncture. » puis un peu plus loin ; » En raison du ralentissement conjoncturel et des nombreux risques politiques »  » En cas d’embellie conjoncturelle inattendue »  » Comme le ralentissement de l’économie mondiale va probablement se poursuivre l’année prochaine, »

    De quand date cet article quand on y mentionne ; « et le franc tendre à la parité avec l’euro. » ?

    Ce qui oblige à finir ce commentaire par une question qui comme toutes les autres ne feront pas l’objet de réponse par celui censé d’y répondre. Ma question n’est pas idiote, c’est du franc suisse que nous parlons ?

    Alors je formule la question un projet patrimonial n’est-il pas particulier à la personne au point de ne pas généraliser et surtout ne pas suivre les psychoses dans lesquelles vous pouvez sombrer suite à un conflit, sans effet sur les autres, se présente ce conflit entre un créancier et un débiteur. Puisque débiteur et créancier, ne peuvent perdre un droit de consommer qui n’ont plus. L’un pour l’avoir transféré au débiteur et le débiteur en avoir déjà fait usage?

  64. Ange LERUAS says:

    @ Michel²
    En économie très souvent il se dit n’importe quoi surtout quand il se fait des amalgames de choses qui ne sont pas mélangeables.

    Dès le départ la démonstration est faite dans les dires des autres que vous reproduisez sans réflexion pour en faire un savoir personnel : « Malgrès le fléchissement de l’économie mondiale, les marchés des actions ont connu une évolution étonnamment positive cette année ».

    Il est normal que l’économie mondiale qui relève de l’économie active, ne soit pas en corollaire avec le marché des actions qui relève de l’économie patrimoniale ce qui fait que le marché des actions a besoin d’un outil la monnaie, qui se trouve être aussi un outil à l’économie, mais la concomitance n’en fait pas une corrélation. Le marché patrimonial, lors d’un changement de main de monnaie, ce n’est qu’un échange de droits de consommer qui reste disponible pour l’économie active.

    En aucun cas il ne faut attendre que les turbulences des échanges de patrimoine (le marché des actions en est un) soit cause de turbulence dans l’économie active que votre référente appelle le marché mondial qui, dans le fonds, n’est que la somme des productions et consommations nationales où des nations s’échangent des productions.

    Donc ; quand dans un sujet relatif à une composante du patrimoine, action et or, par exemple, il est irraisonnable de venir y introduire ; comme votre mentor le fait « ralentissement conjoncturel, conflit commercial ; ».

    Un projet ( ne pas dire d’investissement, mais) patrimonial est un projet personnel qui anticipe un projet d’évolution de votre vie en fonction d’usages correspondant à des besoins à court terme, moyen terme, long terme qui varie en fonction des moments de vie que vous traverser, il vous appartient de définir ces projets pour que vos conseillers vous oriente au mieux.

    Dans cette optique le conseil généraliste est uniquement utile à ceux qui en font leur gagne-pain, et qui donnent lieu à des études, du type de celle que Michel² trouve bien faite et recopie, bien qu’il soit dit en début : «Nous ne prévoyons toutefois pas de récession mondiale, car la consommation privée se développe de manière robuste dans la plupart des pays occidentaux et stimule la conjoncture. » puis un peu plus loin ; » En raison du ralentissement conjoncturel et des nombreux risques politiques »  » En cas d’embellie conjoncturelle inattendue »  » Comme le ralentissement de l’économie mondiale va probablement se poursuivre l’année prochaine, »

    De quand date cet article quand on y mentionne ; « et le franc tendre à la parité avec l’euro. » ?

    Ce qui oblige à finir ce commentaire par une question qui comme toutes les autres ne feront pas l’objet de réponse par celui censé d’y répondre. Ma question n’est pas idiote, c’est du franc suisse que nous parlons ?

    Alors je formule la question un projet patrimonial n’est-il pas particulier à la personne au point de ne pas généraliser et surtout ne pas suivre les psychoses dans lesquelles vous pouvez sombrer suite à un conflit, sans effet sur les autres, se présente ce conflit entre un créancier et un débiteur. Puisque débiteur et créancier, ne peuvent perdre un droit de consommer qui n’ont plus. L’un pour l’avoir transféré au débiteur et le débiteur en avoir déjà fait usage?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.