C’est vrai qu’il est de bon ton de crier à la faillite certaine du régime de la retraite par répartition ! Il est tellement plus vendeur de faire peur et d’annoncer les catastrophes hypothétiques. Malheureusement, il faut s’y résoudre : La faillite de la retraite par répartition s’éloigne grâce aux réformes passées !! 

Ceux qui me suivent depuis longtemps connaissent mon leitmotiv : Il faut mettre fin à cette narrative, cette fakenews construite par les acteurs de l’épargne, qui veut que le régime de la retraite par répartition serait en faillite : Non seulement ce n’est pas vrai, l’équilibre du régime de la retraite par répartition est accessible avec de légers aménagements (cf »Arrêtez d’épargner pour la retraite vous n’en aurez pas besoin !), mais surtout, le paiement des cotisations retraites est rentable pour le cotisant ! (cf »Quel est le taux de rendement (TRI) de la retraite par répartition ? Est ce rentable de cotiser pour la retraite ? »).

Selon un prochain rapport du COR (Conseil d’Orientation des Retraites), le régime fusionné AGIRC-ARRCO devrait être excédentaire à partir de 2019 et même durablement dans les 3/4 des scénarios plausibles (selon l’évolution du taux de chômage, de la productivité, …).

Au total, en 2020, le régime de la retraite par répartition (régime général + Complémentaire AGIRC-ARRCO) devrait afficher un petit déficit de 2.2 milliards d’euros, soit seulement 0.1% du PIB. Ce déficit est faible au regard des 300 milliards de pension retraite qui sont versées aux retraités tous les ans.

Bref, nous sommes plus du tout dans la perspective d’un régime de retraite en faillite, mais seulement dans un petit déficit qu’il convient de combler par de petits ajustements paramétriques. 

 

 

L’équilibre du régime de retraite par répartition, une mauvaise nouvelle pour les vendeurs d’épargne qui aiment à jouer sur vos peurs pour mieux vous faire épargner.

Malheureusement, nous sommes peu nombreux à afficher une confiance élevée dans l’avenir du régime de la retraite par répartition. En effet, nombreux acteurs ont intérêt à laisser croire à la faillite annoncée du régime de la retraite par répartition :

  • Les syndicats patronaux ont intérêt à faire porter les cotisations retraites sur l’épargne et non sur les cotisations salariales et patronales pour réduire les charges payées sur les salaires et s’aligner sur les états les moins disant socialement ;
  • Les distributeurs d’épargne et autres compagnies d’assurance vie ont intérêt à vous encourager à épargner pour préparer votre retraite ;

 

Un jour, il faudra peut être s’interroger sur l’impact négatif sur la croissance économique d’un pays dont les habitants épargnent deux fois pour la retraite : Une fois, via les cotisations sociales prélevées sur les salaires ou les bénéfices des indépendants et une autre fois, via l’épargne qu’ils réalisent dans la perspective d’une faillite d’un régime de retraite qui n’arrivera jamais. 



En effet, quelqu’un qui épargne, c’est quelqu’un qui ne consomme pas ou qui n’investit pas ! (Ne revenons pas ici sur la différence entre épargne et investissement. En effet, épargner sur les marchés financiers, ce n’est pas investir … mais spéculer).

 

Cette peur excessive et non justifiée de voir le régime de retraite par répartition conduit même un certain nombre d’entre vous à mettre en oeuvre de mauvaises stratégies patrimoniales.

L’exemple typique concerne les gérants majoritaires de SARL ou autres dirigeants majoritaires de SAS qui recherchent des solutions pour ne plus cotiser au RSI ou au régime général des retraites (minoration du bénéfice, préférer les dividendes et les prélèvements sociaux aux cotisations RSI, …). Cf – Dividende : Préférer le RSI de la SARL aux prélèvements sociaux de la SAS est une bonne stratégie pour la retraite

L’éloignement de la perspective d’une faillite du régime de retraite par répartition est alors une très mauvaise nouvelle pour ces contribuables qui se sont laissés endormir par cette « narrative » des distributeurs d’épargne. 

 

 

Demain, la grande réforme des retraites MACRON et l’adoption des comptes notionnels pourra être construit sur des bases solides.

Cet équilibre prévisionnel du régime de la retraite par répartition est une excellente nouvelle dans le cadre de la prochaine grande réforme des retraites et l’adoption des comptes notionnels (cf »Comprendre la réforme des retraites avec les comptes notionnels. » et « MACRON : Réforme pour une retraite universelle inspirée par PIKETTY ?« ).

Cette réforme qui devrait animer les débats du premier semestre 2018 pourrait aboutir au maintien global des conditions actuelles de départ à la retraite. Dès lors que les paramètres actuels assurent un quasi équilibre à long terme, il n’y a plus de raison d’allonger la date de départ à la retraite, la durée de cotisation ou le montant des cotisations.

Néanmoins, les retraites par comptes notionnels devraient apporter plus de souplesse aux épargnants qui seront davantage acteur de leur retraite : S’agissant d’un capital de cotisation à convertir en pension retraite, chacun pourra déterminer s’il a suffisamment cotisé et si le montant des retraites est suffisant pour assurer son cadre de vie. 

Avec la retraite à comptes notionnels, celui qui disposera d’un capital épargné ou d’un patrimoine suffisant pourra se donner le luxe de partir précipitamment en retraite (60 ans ?)… alors que celui qui n’aura pas épargné ou qui ne dispose pas de patrimoine n’aura pas d’autres choix que de travailler plus longtemps (jusqu’à 67 ans ?) pour obtenir une pension retraite suffisante pour assurer son niveau de vie.

Cette perspective d’une retraite modulable en fonction de l’effort d’épargne des cotisants devrait donner l’opportunité aux vendeurs d’épargne de renouveler leur discours au profit d’un discours plus constructif ! 

Barème des meilleurs taux de crédit immobilier

Consultez notre barème des meilleurs taux actuellement proposés par les banques via notre comparateur de crédit immobilier.
 

Comparer les taux immobiliers entre 100 banques


22 Comments

  1. Ok pour l’analyse
    Mais un taux de replacement moyen inférieur à 50% pour la majorité des TNS est ce suffisant ?
    L’épargne en assurance vie ou autres solutions retraite type madelin ont encore de beaux jours devant eux.

  2. Aucun intérêt pour le madelin ???
    Je ne serai pas aussi radical
    La defisc est présente et pour certaines professions comme le monde agricole avec la MSA, double avantage fiscal et social, un réel intérêt pour les jardiniers élagueurs etc….
    Les taux d’interets techniques à 0 ok,
    l’espérance de vie augmente ok !
    Mais des solutions existent, les versements programmés en madelin sur de l’UC ont tout leur sens, et un bon contrat madelin avec une garantie de bonne fin avec une bonne prévoyance au sein du contrat est un conseil qui se tient.

  3. Bonjour,

    Comme souvent, votre avis est très (trop?) tranché.
    Quelles sont les hypothèses du COR? Notamment au niveau du taux de chômage. Sachant que beaucoup d’économistes nous expliquent que le taux de chômage actuel (supérieur à 9%) serait un plancher pour la France, et que l’économie mondiale est dans une phase positive, quel sera le déficit des régimes de retraites lors de la (et des) prochaines récessions ?

    Parler de faillite des régimes de retraites n’a, selon moi, pas de sens (au pire il y aura des ajustements), pas plus que dire que le régime actuel perdurera sans ajustement.

    Enfin, la capitalisation avec des taux zéro est forcément difficile, mais les taux resteront-ils à zéro pendant les 20, 30, 40 prochaines années (horizons à prendre en compte lorsque l’on parle retraite).

    Il ne faut pas fuir la retraite par répartition, mais en fonction de la situation, il est peut être prudent de prévoir une épargne retraite (qui pourra servir à financer d’autres projets lorsque les revenus auront diminués).

    • « la capitalisation avec des taux zéro est forcément difficile, mais les taux resteront-ils à zéro pendant les 20, 30, 40 prochaines années (horizons à prendre en compte lorsque l’on parle retraite). » Et quelle sera la valeur du capital lorsque les taux remonteront ?

      Si la baisse des taux à pour conséquence une augmentation de la valeur actuelle des actifs, la hausse des taux conduit inévitablement à la baisse de la valeur de ces mêmes actifs… C’est la base de l’actuariat et donc du fonctionnement de la retraite par capitalisation !

      • Si le capital est 100 % en obligataire, et sans flux nouveau effectivement c’est un problème.
        Mais un placement de capitalisation n’est pas forcément 100 % obligataire, et il y a des flux entrants sur ce type de contrat, et des flux sortants (exemple d’un contrat madelin par exemple).
        Et votre raisonnement est valable si on valorise les actifs en valeur de marché.

        Après je ne dis pas qu’il faut absolument faire du Madelin ou du PERP. Je dis simplement qu’être aussi catégorique que ce que vous faite peut être « dangereux » pour un client.

  4. Gerard MAUDRUX says:

    Oui la répartition ne peut faire faillite et toujours rester équilibrée. Il suffit d’augmenter les cotisations, leur durée, baisser la retraite, sa durée… Le problème est que la retraite (« équilibrée ») de la génération suivante ne sera pas la même et de plus en plus faible. Les médecins en savent quelque chose pour un de leur régime « sauvé » et « équilibré » qui déjà donne 15 fois moins pour la même cotisation entre 1972 et 2017, et ce n’est pas fini.
    Le retraité « disposera d’un capital épargné » avec les comptes notionnels. Vous oubliez de dire que ce capital est fictif, établi pour calculer la rente, et que cette rente sera financée par les cotisations de la génération suivante, nous restons dans la répartition pure.
    Quant au COR depuis quelques temps une année il publie que tout va bien, l’année suivante que cela ne va pas bien, puis on recommence.
    Certes les régimes obligatoires restent encore intéressants, surtout par leur déductibilité, mais il est faux de faire croire que dans 30 ans la retraite sera ce qu’elle est aujourd’hui.

  5. Bonjour à tous,

    Je m’inquiète un peu des répercussions de ce genre d’articles… surtout à partir de prémices de scénario du COR… sans cumuler tous les régimes obligatoires (oui car certains paient pour remplir les caisses des autres) !

    Mais quand je lis MADELIN=sert à rien ! Alors la… je suis très inquiet !
    Une analyse sans parler des taux de remplacement, est une analyse incomplète.
    FAUX de raconter que la capitalisation est proche de ZERO… cela montre une méconnaissance des solutions retraite du marché, des allocations possibles mais SURTOUT des rentes viagères versées !
    Le taux technique à 0% ou proche de 0% n’est pas une mauvaise chose, attention !
    La structuration d’un contrat retraite n’est pas aussi simple qu’on le pense mais de la, à dire que ca sert a rien : JE DIS NOOOON !

    • Oui, vous avez raison, le « rien » est excessif. « Pas grand chose » est peut être plus adapté.

      Que pensez vous du taux de rente viagère ? Vos clients sont ils contents lorsqu’ils transforment 100 000€ de capitalisation en moins de 5000€ de revenu annuels ?

      Ensuite, la question des taux zero est très intéressante car elle remet en cause tout l’intérêt de la capitalisation ! Lorsque j’écris que les taux d’intérêt négatif sont l’euthanisie des rentiers … c’est aussi l’euthanasie de la retraite par capitalisation.

      • Bonjour Guillaume,

        Avec ce genre de commentaires, vous faites « comme les vendeurs de produits », prendre de les mauvais arguments pour jouer la mauvaise foi et la peur ! Désolé d’être tranché..

        Je ne peux répondre à cette question sans connaitre le patrimoine du client ! Il a capitalisé 100000€ pendant combien de temps ? ça représente une prime périodique de combien ? et comparé à sa rémunération à l’époque ? Economie d’impôts sur ces versements MADELIN ou FILLON ? quel est son taux de remplacement ? ratio des deux ? etc…

        CAPITALISER c’est maitriser son capital pour un objectif.
        Expliquer en quoi les actifs maitrisent leur retraite quand on leurs montre que les caisses sont vides, plus d’inactifs que d’actifs, qu’au mieux ils auront 50% de ce qu’ils avaient cumuler sur tous les contribution sociales et autres qu’ils ont fait… Je dit bien au mieux car certaines professions, pourtant rémunératrice, ont des remplacements autour de 30% !

        Ne pas se tromper dans mes réponses : je ne dis pas que l’épargne retraite est LA solution ! Je dis qu’il faut la panacher dans une stratégie patrimoniale…

  6. Bonjour Guillaume,

    La répartition est sauvée mais beaucoup moins généreuse et toujours aussi inégalitaire. Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à regarder le montant brut moyen de la pension de droit direct qui se trouve dans le rapport du COR de juin.

    Peut-être que les Français épargnaient sans raison auparavant, mais avec les réformes successives, ils sont désormais obligés d’épargner s’ils ne veulent pas voir leurs revenus amputés de 30 % maintenant et peut-être 50 % pour les plus jeunes.

    Quant aux comptes notionnels, il faut bien comprendre une chose. Le système sera équilibré parce que l’ajustement se fera automatiquement par le montant des retraites. rien de miraculeux, donc. Le seul point positif serait la mise en place d’un régime unique et la fin des régimes spéciaux (y compris fonction publique d’état, territoriale, et hospitalière).

    AS

  7. Comme fréquemment, à chacun son prisme de lecture (par exemple, sur les contrats de Madelin, pour ma part lorsque je constate les frais sur versements et donc les fonds effectivement productifs – en ce compris avantage fiscal et social – je m’interroge sur les différents leviers alternatifs pour générer du patrimoine à terme et l’optimisation des flux globaux).

    Par ailleurs, le recours à des actifs avec dénouement en rente à horizon de la retraite ou à des actifs présentant une faculté de disposer des fonds avant échéance de la retraite et fonds non aliénés s’effectue selon les sensibilités de chacun.

    Quant à prendre pour argent comptant le COR, je marque pour ma part un léger scepticisme au regard d’une part des variables retenues (cf. commentaires ci-avant) et d’autre part, sur la propension de l’Etat gestionnaire à conserver une ligne de route (cf. la fameuse règle d’or du Traité de Maastricht avec des 3% et 60% qui aujourd’hui font considérablement sourire…).

    Bref, la pédagogie est nécessaire pour que les clients s’approprient leurs stratégies patrimoniales déployées qui, pour chacune, présentent des forces et faiblesses se compensant.

  8. L’hypothèse la plus pessimiste du COR étant chaque année toujours très optimiste et loin d’être réalisée, avec des taux de croissance et surtout de chômage dignes des chiffres des années 70 ou 80, on doit surtout conclure que les déficits vont perdurer, s’accumuler, etc …
    LE RETOUR A L’EQUILIBRE EST TRES LOIN D’ETRE UNE REALITE.

    • Bonjour,

      Votre propos est intéressant, pouvez-vous développer ? En quoi les hypothèses du COR sont systématiquement surévaluées ?

      Merci

      • Parce qu’elles s’élèvent chaque année à des niveaux de croissance et de chômage qu’on n’a pas eu depuis plus de 20 ans, et qu’il faudrait avoir en moyenne, tous les ans, pendant de nombreuses années. Comment pensez-vous qu’on puisse obtenir un taux de chômage de 7% en moyenne ? Mis à part en empêchant les chômeurs de s’inscrire, je ne vois pas, mais ça ne résoudra pas le problème des retraites pour autant. Je vous rappelle qu’il existe un minimum retraite et qu’en plus on veut l’augmenter.
        Si le COR veut m’embaucher, je veux bien faire des incantations avec un pierre philosophale en lisant un programme électoral pour annoncer qu’avec un taux de croissance de 5%, un taux de chômage de 1%, et un taux de découverte de mine d’or dans son jardin ou sa salle de bain par chaque français de 99%, le système de retraites français est sauvé !!! 🙂
        A part ça, je vous rappelle ce qu’a dit Emmanuel : il n’est pas le père noël !
        Le système de retraite par répartition marchait bien au sortir de la guerre, dans les années 50, avec 5 actifs par retraité, mais avec un ratio de moins de 2 actifs par retraité depuis la fin des années 2000, et depuis 10 ans l’arrivée de papy boomers en masse, pour encore de nombreuses années, comment voulez-vous assurer des retraites d’environ la moitié d’un salaire ? (ou plus avec le minimum retraite).
        Ces annonces fumeuses n’ont pour but que de rassurer les gens, notamment ceux qui ne lisent que les titres et croient tout ce qu’on leur dit, pour éviter qu’ils épargnent encore plus, donc consomment encore moins, ce qui réduirait le taux de croissance qui déjà n’atteint pas les fameuses prévisions du COR.

  9. Et encore une fois: « En effet, épargner sur les marchés financiers, ce n’est pas investir »
    🙂 🙂 🙂

  10. Ce système de retraite ne pourras pas fonctionner éternellemnt pour les récentes générations puisque qu’ il faut 2 voir 3 actif qui cotise pour un retraité et vu le taux de chômage ça finiras par coincer les vieux continuerons de toucher les retraites mais les générations x y et z ne toucherons rien ou alrs une misère!

  11. Lancelot says:

    Vous avez 11 ans de retard avec votre article: https://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/la-fin-de-notre-systeme-de-17932
    Vous pensez que les réformes de macron le guignol vont sauver ce système de retraite lol!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.