La loi de finance pour 2018 est elle le symbole de la révolution financière pour votre épargne ?

L’objectif du gouvernement est simple et clair : Il faut que l’épargne trop abondante s’investisse dans l’économie réelle ! 

L’épargne, ce n’est pas de l’investissement ! C’est l’analyse qui semble guidée le raisonnement fiscal du gouvernement. .. Nous retrouvons là, un leitmotiv répété ici depuis longtemps. L’épargnant doit abandonner l’idée d’une épargne abondante pour se muter en investisseur ( cf »L’épargne est une erreur, débarrassez vous en avant qu’il ne soit trop tard ! »)

(ps : Je vois déjà le bonheur de notre cher lecteur/commentateur @ankou qui le répète inlassablement depuis 2011). 


 

L’épargne est abondante parce qu’elle bénéficie d’avantages fiscaux trop importants. On parle ici de l’assurance vie ou de l’épargne réglementée telle que les PEL, les CEL ou les livrets A. Dès lors que l’on considère qu’il y a trop d’épargne, il faut supprimer les avantages fiscaux qui encouragent les Français à épargner toujours plus. CQFD !

C’est la raison pour laquelle la fiscalité du PEL et de l’assurance vie au delà de 150 000€ verront leur avantages fiscaux supprimés pour être identiques aux supports qui pourront accueillir l’investissement. A partir de 2018 (et même dès le 27/09/2017 pour l’assurance vie) :

 

Avant d’aller plus loin, revenons sur quelques bases…

 

Définition de l’épargne : L’épargne, c’est la partie du revenu d’un agent économique qui n’est pas consommée. Ce revenu est souvent considéré comme une consommation différée.

Il peut s’agir d’une épargne de précaution, c’est à dire une partie du revenu dont la consommation est différée pour couvrir les aléas financiers de la vie. Il peut également s’agir d’une épargne projet, c’est à dire une partie du revenu dont la consommation est différée pour permettre la réalisation d’un projet futur (acquisition importante telle une maison ou voiture ; réalisation d’un investissement, …)


Le point important est de comprendre que l’épargne n’est qu’une consommation différée. Accumuler de l’argent pour le plaisir d’accumuler de l’argent, sans projet ni utilité, est probablement contre productif et source d’un appauvrissement certain (cf »C’est quoi une bonne gestion de patrimoine ? Quels sont les objectifs que vous devez poursuivre ? »).

Pourtant, c’est une réalité en France ou l’épargne est abondante. Combien possèdent des comptes épargne (PEL, Assurance vie, CEL…) dont les montants excèdent largement leurs besoins à long terme ? Cette liberté d’épargner est essentiel. Chacun doit être libre d’utiliser son argent comme il l’entend. Pour autant, dès lors que l’intérêt général considère qu’il y a trop d’épargne, n’est il pas incohérent de continuer à l’encourager fiscalement ?

Faut il que les contribuables participent financièrement à la constitution d’un épargne collectivement jugée comme non indispensable ?

 

 

Définition de l’investissement : L’investissement, c’est la décision par laquelle un individu affecte ses ressources propres (son épargne) ou des fonds empruntés à l’accroissement de son stock de biens productifs.

L’investissement, c’est donc l’utilisation de l’épargne constituée ou de la capacité mensuelle d’épargne lorsque l’investissement est réalisé à crédit, pour devenir propriétaire d’un moyen de production de flux futur.

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des baisses de taux de crédit immobilier pour ce mois de Juin 2017 !

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Les taux sont au plus bas, c’est le moment de s’endetter pour investir et valoriser son patrimoine. Voici le barème des meilleurs taux de crédit immobilier grâce à notre comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier ou votre renégociation :

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux

Il peut s’agir d’un moyen de production immobilier qui permet de loger un tiers ou soi-même, soit au titre d’une résidence principale que d’une résidence saisonnière, mais l’investissement, c’est surtout participer à l’aventure entrepreneuriale en devenant actionnaire d’une entreprise (grande ou petite) à l’occasion de l’émission de nouvelles actions.  

Attention, il ne faut pas confondre épargne en action sur le marché secondaire, qui n’est rien d’autre qu’un échange de titre entre épargnants spéculateurs sur la valeur future d’une entreprise, et investissement en action sur le marché primaire, qui est l’émission de nouvelles actions dont le produit permettra à l’entreprise d’investir et d’augmenter ses moyens de production.

En outre, l’investissement nécessite pour un individu de mettre beaucoup de lui-même dans une action, un travail (source : Larousse).

 

 

Quels pourraient être les investissements encouragés ?

Vous l’avez compris le PLF 2018 a pour objectif de lutter contre l’épargne abondante afin d’encourager l’investissement. Pour le moment, le gouvernement semble vouloir se contenter de supprimer les avantages comparatifs de l’épargne pour que naturellement l’investissement progresse. Il n’est pas certain que cela soit suffisant.

Attention, contrairement à ce que beaucoup pensent, investir en unité de compte dans un contrat d’assurance vie, ce n’est pas un investissement, c’est une épargne qui n’est pas investie dans l’économie réelle, sauf quand elle répond aux caractéristique ci dessous -cf  » M. Macron, la bourse est elle vraiment plus utile que l’immobilier pour la croissance ? » .

 



Au final :

  • L’investissement pourra être immobilier même si l’imposition confiscatoire des revenus pour les contribuables dont la tranche marginale est élevée sera un frein. Dans la logique d’investissement, il est cohérent d’encourager l’immobilier neuf (Loi PINEL), par nature productif. On peut néanmoins regretter pour l’instant l’oubli concernant l’immobilier ancien avec travaux (cf »Investir dans l’immobilier pour de bonnes raisons qui ne seront ni fiscales, ni liées au taux immobilier ! « ). En effet, l’achat d’un bien immobilier qui ne ferait pas l’objet de travaux ou d’une construction n’est pas un investissement mais simplement un placement spéculatif ou de jouissance.

 

  • L’investissement pourra être financier dans le capital des entreprises. Il s’agit alors de participer à l’augmentation de capital d’une entreprise (grande ou petite) afin d’augmenter ses fonds propres et donc sa capacité à investir pour augmenter ses capacités de production. Cet investissement dans l’émission de nouvelles actions (augmentation de capital ou création de l’entreprise) bénéficiera de la flat tax à 30% et pourrait même bénéficier d’une réduction d’impôt IR PME renforcée dont les modalités devraient prochainement être discutée à l’assemblée nationale ou en commission des finances. A ce titre, les PEA, PEA-PME mais aussi FCPR, crowdfunding, crowdlending ou autres fonds de capital investissement pourrait devenir des supports financiers de premier ordre.

 

 

Et vous comment percevez vous cette idée de décourager l’épargne au profit de l’investissement ?

Ces autres articles devraient vous intéresser :


28 Comments

  1. oui on va investir , mais à l’étranger ..

  2. clairement, l’épargne « rentable » va demander plus de connaissances . Les placements classiques et faciles à comprendre ne rapportent plus rien et le reste demande une plus de connaissances.
    Ceux qui ne veulent pas approfondir le sujet ont plusieurs alternatives:

    +dépenser au lieu d’épargner
    +épargner sur des produits non rentables
    +écouter leur conseiller (banquier, assureur, etc) hum hum ….

    En gros rien ne change mais les plus néophytes seront encore plus désavantagé.

    Pour les autres rien ne change sauf qu’on les motive davantage à investir dans l’économie…

  3. d'Aubigny Pierre says:

    Bonjour Monsieur,

    Je réagis à votre article (https://www.leblogpatrimoine.com/strategie/le-gouvernement-veut-decourager-lepargne-au-profit-de-linvestissement.html) car je ne perçois pas les choses de la même façon que nos gouvernants.
    En quoi retirer les placements financiers de l’ISF rebaptisé l’ISI sert-il mieux l’investissement que l’immobilier?

    Les placements boursiers n’apportent rien aux entreprises (sauf lors d’augmentation du capital),
    cela ne sert que les actionnaires qui accumulent des revenus et les replacent dans d’autres investissement boursiers toujours aussi improductifs.

    Les placements immobiliers font travailler bien plus de monde via les travaux récurrentes…

    M Macron et ses sbires ne servent que leurs amis et ne se préoccupent pas plus des Français que les autres politiciens.

    Il faudrait développer cette approche dans l’un de vos articles.
    Merci

    • Oui, nous sommes totalement d’accord.

      C’est la raison pour laquelle j’essaie d’expliquer que seul l’investissement en action nouvelle via augmentation de capital est un investissement et que l’achat d’action sur le marché secondaire n’est que spéculation.

      Pour l’immobilier, nous sommes bien d’accord, il manque une réflexion sur l’immobilier ancien avec travaux, car les travaux sont une source incroyable d’activité dnas le bâtiment + rénovation énergétique

      • Badtimes says:

        Lorsque vous gérez un petit immeuble d’appartements en location vous êtes obligé de faire des travaux d’entrtetien Ou d’amélioration de façon continue sinon celui-ci vieillit mal et de par la même devient plus difficile à louer. On doit le gérer comme une petite entreprise sinon il périclite. J’appelle cela de l’investissement productif et social et non de la rente. Ce gouvernement qui vient de faire un plan logement pour augmenter le nombre de logements notamment en zones tendues et puis nous pond une fiscalité qui va à l’inverse de ce plan.
        Alors quand vous nous suggérez dans votre article qu’il lutte contre l’epargne Pour encourager l’investissement j’avoue ne plus rien comprendre ou alors il est lui même schizophrène!

      • Je n’ai peut être pas tout compris, mais ce n’est pas parce qu’on va taxer les PEL ou augmenter l’impôt sur l’assurance vie (de 7.5% +17.6% de CSG à 30%) pour les intérêts des portefeuilles > 150k€, qu’on va vraiment décourager l’épargne…. et la sur taxation de l’immobilier ne s’adresse qu’à ceux qui sont éligibles à l’ISF et qui ont plus de 1,3M€ d’immobilier divers. Seuls ceux ci sont réellement impactés, ou du moins à part la hausse de la CSG, ils voient leur situation inchangée par rapport à l’ISF. Quant à la bourse, si elle n’apporte pas d’argent frais, elle permet une certaine liquidité indispensable à l’épargnant et une valorisation qui peut significativement rentabiliser son investissement initial.
        Mais c’est risqué…. et demande de s’intéresser à l’entreprise. Et au delà de l’aspect investissement, ça permettrait de faire progresser l’image de l’entreprise et des entrepreneurs aux yeux des Français

        • L’idée est de décourager … ou du moins, vous avez raison de ne plus encourager fiscalement l’investissement en assurance vie… L’intérêt de l’assurance vie ne doit pas reposer sur une opportunité fiscale.

  4. Ah si seulement l’argent qui dort était plus facilement transmissible, l’économie en profiterait quasi immédiatement. On préfère rallonger les délais de donations tous les 15 ans au lieu des 6 comme par le passé. Donner ainsi une épargne de précaution à des héritiers à des fins de consommation est hélas une idée relayée aux oubliettes. Et pourtant si l’on prend la peine de se pencher sur les motivations des donataires, la priorité n’est pas d’acheter des parts dans des entreprises ou investir en bourse mais procéder à l’achat de la RP ou bien encore de la voiture ou encore d’améliorer un confort de vie. Tout ceci génère TVA et autres recettes et offre de l’emploi et du travail. Bilan plutôt que de taxer une épargne « différée », n’aurait il pas fallu commencer par permettre la circulation inter générations de ces flux financiers ?

    • Tout à fait d’accord avec vous. En prime, les donataires qui n’investiront pas dans leur RP ou leur voiture investiront ce qu’ils auront reçu dans la création de leur entreprise ou dans une formation complémentaire qui leur permettra de saisir une opportunité de carrière…
      A noter : l’épargne n’est pas que sous forme « liquide », elle peut être aussi sous forme de biens matériels (un bâtiment, un terrain, des terres…) qui ne demandent qu’à être valorisés… Ce n’est pas à 70 ans que l’on crée une exploitation agricole sur les terres en jachère dont on a hérité…

  5. J’avais cru comprendre qu’il fallait épargner davantage pour préparer sa retraite car la répartition pourrait ne plus être à terme la seule solution. Que et qui croire?

  6. Bonjour à tous,

    Peut être que les supports d’investissement pour demain n’existent ils pas encore ?

    Il me semble que la flat tax va dans un premier temps, uniformiser l’ensemble des placements financiers sur le volet fiscal..(je me rappelle d’une epoque ou la plus value mobiliere sur un support monetaire, obligataire ou action etaient différentes. )

    Beaucoup plus simple pour ensuite aiguiller l’épargne sans montage d’usine à gaz et surtout de surcout (dépense public) portée par l’état (politique outre mer, politique immobilière, politique retraite…)

    Concernant l’investissement en capital de PME, malgré les crowfunding existant (et se developpant ???), je ne pense pas que demain, la plupart des personnes désirant investir mais n’ayant jamais achetés ou suivis des actions dans un PEA (ou compte titres) pourront être en capacité d’etre associés à une PME ???
    en tout cas moi en tant qu’entrepreneur, je ne suis pas certain d’accpeter ce type d’associés…

    Pour ceux qui désire investir à l’étranger, bon courage (et bon investissement , les terres rares, les diamants etc..) et bon entourage (specialiste fiscalité du pays et des conventions fiscales, regime matrimoniale, sens de la propriété dans le pays…etc)
    bon choix avec pleine de belle lisibilité, Le Maroc, la thailande, le portugal et l’angleterre… attention la fiscalité est mouvante partout…

    Juste un rappel au niveau croissance hormis la chine, la zone euro n’est pas si mal en 2017…!!
    N’oubliez pas de rentrer de temps pour vous faire soigner et voir les amis et la famille…

    La transmission est une problématique pour tres peu de monde..
    Etude insee de 2015 patrimoine brut pour 47% des francais 158 000 €
    10 % des francais detiennent un patrimoine minimun de 595 700 €
    (dans le cas d’un couple avec deux enfants et une residence principale, je vais pas trop payer)…

    Reste la question posée !! l’épargne c’est une consommation differée.. On est pas en retard sur la problématique retraite dans ce pays ?
    tiens le retour des contrats retraite et d’investissement pour des revenus différés? prochaine evolution d’ici la fin du quinquennat ? en tout cas apres l’ANI pour la santé, bientot l’ANI pour la prévoyance… la retraite suivra.. (à titre particulier ou collectif…)

    L’épargne a un but et une utilité nous sommes d’accord, depuis 15, la plupart des investisseurs ont échangé sur le +0,15% ou le plus 0,20% sans les frais ….

    Le retrour de la macro (n) économie..avant la gestion de sa micro economie.

  7. Tant que nous n’aurons pas pris sérieusement le chemin qui nous écartera des 57 % de dépenses publiques sur PIB, ces « politiques » ne seront que de la poudre aux yeux entre deux corrections administrées sous l’oeil attentif de Bercy. Sous la pression de la remontée des taux vous allez voir les quelques avantages fiscaux être repris sous un prétexte ou un autre.

  8. et qui va payer nos maison de retraite à plus de 2000 € par moi par personne ????

    Il faut bien mettre de coté de l’argent pour cela
    c’est pas les retraites toujours taillés qui vont payer nos hébergements en ehpad !! L

    • Mais ne pas épargner pour investir, ne signifie pas s’appauvrir bien au contraire !

      Ce n’est que la philosophie qui change… l’idée est simplement d’utiliser votre argent pour investir et non simplement l’accumuler sur des comptes mal rémunérés.

      • Vous auriez aussi pu répondre que @frank fait une confusion, souvent vue ici et ailleurs, entre le capital et le revenu.

        Pour sa retraite, il n’aura pas besoin de capital, mais de revenus.
        Si il a investi sa vie durant, peu importe la taille du bas de laine sous le matelas, du moment que les revenus tirés de ses investissements soient suffisants pour vivre une retraite confortable.

  9. charlotte 2 says:

    Bonjour,
    2000€ par mois et par personne : à mon avis c’est plus !!!
    En effet , l’idée d’économiser pour préparer l’éventualité d’être obligée d’avoir recours à une maison de retraite était , me semble-t-il une bonne chose à 70 ans je ne me vois pas me lancer dans un investissement dans les entreprises : je n’ai aucune compétence dans ce genre d’investissement, de plus j’ai toujours cru qu’à cette âge , il fallait « sécuriser » ses avoirs et l’orientation vers les fonds en Euros étaient le BON conseil il n’y a pas si longtemps encore. Je crois que si l’on ne veut pas prendre de risque , il va falloir accepter une érosion de son épargne et de sa retraite ( érosion par les 2 bouts en quelque sorte )

  10. Bonjour.
    J’ai une retraite par capitalisation que j’ai ouvert en 1996. Elle se comporte toujours d’une manière très performante. Il existe toujours de très bon placement. Hélas, la décision de limiter à 150.000€ par personne le montant de l’assurance vie va m’obliger à faire un autre choix de placement et je vais commencer à ouvrir un compte épargne pour chacun de mes petits enfants.
    Autant j’adhère à la démarche d’investissement dans les Entreprises autant je ne trouve pas encore une source de renseignement fiable pour cette action.

  11. Bonjour,

    Du dur, il ne reste pas grand chose de simple pour placer son argent « en bon père de famille »

    D’ailleurs, cela pourrait entraîner des jurisprudences qui peuvent faire mal 🙂 Puisque tous les actes notariés notamment insistent sur ce point…

    Ces mesures sur l’assurance vie et le PEL semblent s’appliquer sans effet rétroactif.
    Vous pouvez le confirmer?

    Concrètement, pour les sommes versées sur des PEL ou des assurances vie avant le 1e janvier, ces nouvelles dispositions ne semblent pas s’appliquer

    Bonne journée

  12. Quand on voit comment l’Etat gère ses propres affaires,on est dubitatif quant au bien-fondé de ses « orientations »…En outre,mon argent est à moi,et j’en dispose à ma guise!

    • Une autre confusion souvent vue ici et là.
      Votre argent est à vous si il est stocké chez vous sous une forme tangible et échangeable, or, art, immobilier par exemple.
      Il n’est pas à vous si vous l’avez mis en banques ou dans des sociétés d’assurance

      Et tenir compte de la limitation à 1000€ sur toutes les transactions non privées qui limite très fortement cette notion de « chez vous »

    • ROLAND GARNIER says:

      En effet, moi j’ai envie de parler de liberté…
      L’épargne est souvent le fruit d’un travail déjà très ponctionné. Et si je comprends bien en m’incitant à orienter celle-ci (l’état+les cie d’ass qui souhaitent que le risque soit porté par l’épargnant ont conjugué leur efforts+la bien bienpensance idéo ) vers des produits + risqués, là en effet j’ai envie de parler de manipulation, de contrat non honorés dans le sens initial qui était donné et donc atteint à ma liberté

  13. Une récente étude de Hendrik Bessembinder (Arizona State University) remet en cause le postulat classique de l’avantage des actions par rapport à d’autres formes de placement, dits « moins dynamiques ». Chiffres à l’appui, elle conclut que:
    1. dans la moitié des cas, les actions font perdre de l’argent aux investisseurs,
    2. seules 42 % des actions rapportent plus, en termes réels, que les Bons du Trésor U.S.
    La réticence des épargnants français à l’égard des placements en actions ne s’expliquerait-elle pas par une conscience intuitive de cette réalité, et une méfiance à l’égard de gestionnaires qui ne font pas grand cas des intérêts des actionnaires minoritaires?
    Au-delà de la remarque qui précède, comme le font remarquer plusieurs intervenants ci-dessus, le vrai problème de l’économie française et la raison fondamentale de son atonie est plutôt le poids récurrent de la dette publique, qui l’asphyxie. Tant que des mesures sérieuses et durables ne seront pas prises, toutes les mesures censées favoriser l’investissement, dynamiser l’économie, etc. ne seront que des cataplasmes sur une jambe de bois, malgré tous les présupposés de M. Macron sur les avantages respectifs des biens « productifs » et les autres (parmi lesquels, selon lui, l’immobilier).

  14. Si le boursicotage ne paraît effectivement pas de prime abord financer les entreprises, en fait il rend possible le financement de première main en organisant la liquidité: achèteriez-vous une nouvelle action d’une entreprise si vous ne pouviez pas la revendre?

    C’est exactement le même principe que pour le marché de l’occasion de l’immobilier ou des voitures.

  15. J’ai investi cette année dans 2 PME.
    ISF-PME n’existe plus puisque l’ISF n’existera plus, donc plus d’aide à ce niveau

    Le dispositif IR PME (Madelin) est par contre absolument pitoyable.
    Plafonnement d’investissement à 100 000 pour un couple. Seulement 18% peuvent être récupérés. Par contre la blague c’est que les sommes récupérables sont soumises au plafond de niche global (10 000€ par an). Ce plafond est déjà largement rogné par un PINEL + emploi à domicile. En bref très difficile de récupérer l’intégralité des 18% même si c’est reportable pendant 5 ans.

    Et je vous dis pas la liste des contraintes pour être éligibles au dispositif… longue comme le bras (PME en phase d’amorcage ou création, au moins 2 salariés, détenir les actions au moins 5 ans…)

    Donc je veux bien que le gouvernement souhaite réorienter l’épargne vers l’investissement, mais il va falloir prévoir des mécanismes beaucoup plus intéressants pour cela.
    Quand j’investis j’ai le droit à une aumone en réduction d’IR, et encore, étalé sur 5 ans. Alors que je prends 100% de risque avec mon argent. Et en cas de plus value, ca sera PFU à 30%

    Si je fais du placement pépère en AV (par exemple OPCI), ca va être du rendement à 4 ou 5%, avec un risque très faible, et une fiscalité à 7.5+17.5%

  16. « Je vois déjà le bonheur de notre cher lecteur/commentateur @ankou qui le répète inlassablement depuis 2011 »
    Je vais demander des royalties, a minima un bon gueuleton si c’est moi qui fais le choix du restaurant. Désolé, ma confiance est aussi limitée que chez les Banques 🙂

    Vous auriez pu ajouter que je le répète depuis des lustres, par exemple sur le forum des Échos qui s’est éteint justement, coïncidence? en 2011

    Si je peux me permettre, pour être plus précis je n’aurais pas tourné les choses ainsi.
    Ma position serait plutôt synthétisée sous la forme: il faut décourager l’épargnant à travers son épargne d’effectuer des placements au profit des investissements.

    Je n’ai pas entendu notre gouvernement émettre l’idée de taxe Tobin modifiée Ankou, par exemple.

  17. dans 5 ans on en parlera plus ; bonne nuit

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*