Vous le savez, je ne fais pas de politique, je n’ai aucun dogme, aucune certitude, j’essaie juste de réfléchir avec vous autour des sujets qui touchent votre patrimoine. Ici, entre nous, nous échangeons autour de l’investissement immobilier, des placements, de la fiscalité, de la retraite, des succession … bref, tout ce qui à trait à votre argent ou à votre patrimoine.

Néanmoins, je ne suis pas journaliste. Cela signifie que je ne suis pas objectif. Je ne vous propose pas un compte rendu froid et objectif d’une situation… je vous donne mon avis, mon analyse et surtout, je vous laisse critiquer mon propos afin que chacun puisse se faire une idée personnelle du sujet. Vous êtes sur un site d’opinion ! La mienne… et celle des commentateurs qui permet une libre d’expression de chacun, sans filtre.

D’ailleurs, je crois que vous devriez absolument lire cet article afin de mieux comprendre l’environnement du moment : [Réflexion] Bien gérer son patrimoine, c’est comprendre que la vérité n’existe pas ! Nous sommes narration

 

Depuis quelques mois, j’ai le sentiment de subir une pression grandissante avec le développement de la lutte contre les fakenews. 

Par exemple, la semaine dernière, je vous présentais l’avancée des réflexions de Jean Paul DELEVOYE autour de la réforme des pensions de réversion dans cet article « Réforme des retraites : Des pensions de réversion revues à la baisse pour les futurs veufs ou veuves ».

Dans cet article, je reprenais l’allocution dudit Jean Paul DELEVOYE, haut commissaire à la réforme des retraites, devant l’assemblée nationale.

Cette allocution ne me semblait laisser aucun doute sur l’objectif du gouvernement : Il s’agit de modifier le mode de calcul des pensions de réversion pour aboutir à une baisse qui pourrait être non négligeable selon l’exemple repris par Jean Paul DELEVOYE lui même.

Voici cette vidéo de cette allocution :

 

Malheureusement, cet article et cette vidéo semble avoir été repris massivement sur les réseaux sociaux. La polémique enfle, l’inquiétude monte en plein soulèvement #giletsjaunes.

L’honorable journal Le Monde, produit donc un article « Non, les pensions de réversion ne vont pas diminuer de 25 %« , partagé sur les réseaux sociaux par Monsieur DELEVOYE, dans lequel le journaliste explique :

« Plusieurs messages diffusés, notamment sur Facebook, affirment qu’une loi « qui vient de passer » va diviser par deux les pensions de réversion, les faisant passer de 50 % à 25 % du montant de la retraite du conjoint défunt. Celui-ci, diffusé sur la page d’extrême droite Droite nationale 3 a ainsi été partagé environ 60 000 fois en trois jours sur le réseau social « 

Contrairement à ce qu’affirment ceux qui colportent cette rumeur, aucune loi votée cette semaine, ni même cette année, ne modifie le niveau des pensions de réversion. [NDLR : Oui, c’est vrai, aucune loi n’est encore votée… mais les discussions autour du futur projet de loi vont en ce sens]

aucun texte voté récemment ne modifie les pensions de réversion, on trouve cependant d’autres cris d’alarme sur le même sujet. Dont celui poussé par le député Nicolas Dupont-Aignan le 19 novembre 2018, accusant le gouvernement d’avoir confirmé « qu’il détroussera[it] les veuves ».

En cause, une intervention du haut-commissaire chargé de la future réforme des retraites à l’Assemblée nationale, Jean-Luc Delevoye, le 14 novembre. Selon M. Dupont-Aignan, M. Delevoye aurait expliqué devant les députés que « si une personne percevait une retraite de 2 000 euros et que son conjoint défunt percevait une retraite de 4 000 euros, la pension de réversion ne sera plus de 2 000 euros mais de seulement 1 000 euros, soit une diminution de 50 % ! »

A en croire l’ancien candidat de la présidentielle et président de Debout la France, cette déclaration correspondrait à une annonce de ce qui a été décidé dans le cadre de la réforme des retraites. C’est faux.

Pour bien comprendre, il faut savoir que Jean-Paul Delevoye était auditionné à l’Assemblée nationale au sujet des discussions en cours sur la future réforme, qui doit en principe être votée aux alentours du milieu de l’année 2019.

Le passage de l’audition évoqué par Nicolas Dupont-Aignan est le suivant. Interrogé à plusieurs reprises sur les pensions de réversion, M. Delevoye répond qu’il « travaill[e] actuellement sur plusieurs pistes ». Parmi celles-ci, le haut-commissaire cite l’idée d’un « système de “splitting” » qui existe dans d’autres pays.

…]

 

 

Qui croire ? Fakenews ou pas fakenews ?

Faut il enterrer la communication autour des discussions qui entourent la prochaine réforme des retraites ? Ne pouvons nous plus essayer de comprendre la réalité des ambitions d’un texte de loi ?

Puisque cette idée de « spitling » est évoquée devant les parlementaires, est il une fakenews de l’analyser et d’expliquer qu’il s’agit de la proposition avancée pour la prochaine réforme des retraites ?

Est il utile de décrédibiliser l’information pourtant parfaitement juste ? Le haut commissaire ne doit il pas au contraire assumer ses idées, l’avancée de ses réflexions pour les présenter aux français ? La transparence et l’échange n’est il pas un procédé normal en démocratie ?

 

Cette affaire est d’autant plus désagréable pour moi, simple petit blogueur, que c’est la seconde fois qu’un de mes articles est considéré comme une fakenews. La première concernait la suppression de la taxe d’habitation et son absence de financement.

 

Il ne s’agit pas d’une anecdote ! Peut on parler de tentative d’atteinte à la liberté d’expression ? Je ne sais pas, mais je ne trouve pas la situation heureuse et à la hauteur des enjeux du 21ième siècle.

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. Comme nous vous l’expliquons dans cet article « Comment rendre la gestion de patrimoine accessible à tous ? », l’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée de 30 à 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Réserver un rendez vous d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de conseil patrimonial


57 Comments

  1. Bonjour Guillaume,

    Il est certain que nous demeurons dans un pays où le combat pour la liberté d’expression n’est aujourd’hui pas un vain mot, par retournement pervers de la notion de fausse nouvelle (c’est pas mal aussi en français)

    Tel ou tel journal (grassement subventionné) s’érigeant en pourchasseur de fakeniouse, personne n’y croit vraiment, surtout à l’ère des yellow gilets.

    C’est pour cela que je trouve plein de mansuétude avec votre préambule :

    « Néanmoins, je ne suis pas journaliste. Cela signifie que je ne suis pas objectif. Je ne vous propose pas un compte rendu froid et objectif d’une situation… »

    Il y a bien longtemps que les journalistes « objectifs » ne sont plus, si toutefois ils ont jamais existé (humain, trop humain)
    Je leur dénie tout droit d’excommunication, personnellement.

    C’est pourquoi c’est la confrontation des arguments dûment étayés qui permet à un consensus d’émerger et à la vérité, idem (un jour, toujours ???!)

    Pour le cas Delevoye, crier avant d’avoir mal n’est pas encore un délit, car l’on peut s’attendre à tout avec nos amis élus : on leur retournera que pour nous aussi, ces soit disant cris d’orfraie, ce sont des « éléments de langage »……

    • « Il y a bien longtemps que les journalistes « objectifs » ne sont plus, si toutefois ils ont jamais existé (humain, trop humain) »
      Je dirais même ne plus trop me souvenir en avoir entendu ou lu un qui dure: je veux dire qu’un jour, un journaliste peut paraître objectif sur un plateau de télé, puis vous le retrouvez la semaine d’après pris en délit de connivence.
      En même temps comment peut-on être objectif quand on est payé (subventionné) par l’Etat ou un grand groupe lobbyiste ?
      Quant à la liberté d’expression (du peuple), j’attends personnellement CE SOIR dans la tourmente des Yellow Vest, un grand geste d’EM vers les référendums d’initiative populaire. Prions !!!!

  2. On peut rebaptiser cet article… est ce que les reseaux sociaux sont une bonne chose?
    Nous voyons bien que toute la communication est aujourd’hui reprise, modifiée, interprétée sans aucun fondement et considérée comme publiée au journal officiel. Autant je peux comprendre la demande de clarification des gilets jaunes sur l’utilisation faite de l’argent public, autant je suis navré de la pauvreté des arguments ou de la nullité de la compréhension de l’économie de la majorité des français. Et toute opposition au pouvoir se delecte de pouvoir mettre de l’huile sur le feu pour mettre le pays en mode insurectionnel. Je ne suis as spécifiquement macroniste ou autre mais sans être initié ca devient difficile de trier dans la masse d’informations dont nous sommes journalièrement bombardés. Quid? Couper son téléphone et vivre sa vie dans sa réalité.

  3. Bonjour Guillaume,
    Non, votre liberté d’expression n’est pas menacée. C’est votre marque de fabrique d’avoir « osé demystifier la gestion de patrimoine », j’entend celle qui n’est pas faite par les « pseudo CGPI » qui ne cachent en fait que des vendeurs de produits immobiliers ou financiers.
    Alors continuez à être ce poil à gratter de la gestion de patrimoine, vous avez un bel avenir!
    Bonne semaine Guillaume

  4. Bonjour Guillaume,
    Vous écrivez « Néanmoins, je ne suis pas journaliste. Cela signifie que je ne suis pas objectif. »
    J’aime énormément votre sens de l’humour !!!…:) 🙂 🙂 🙂
    Si les journalistes dans leur ensemble étaient objectifs et respectaient leur code de déontologie, cela se saurait 🙂
    Le Gouvernement actuel n’a rien trouvé d’autre que de tenter bâillonner le bon sens et la vérité au travers de la loi Fakenews…nous sommes revenus au heures les plus sombre de l’U(E:))RSS…

    Que vive la liberté d’expression, dans le respect mutuel des personnes.

  5. SANS COMMENTAIRE OU NO COMMENT

  6. Je soutiens vos propos, votre site et votre liberté d’expression et la mise à disposition des lecteurs que nous sommes d’informations et de l’écosystème, auxquelles nous n’aurions pas accès où dont nous n’aurions pris connaissance que trop tard, qui ont ou auront un impact sur nos finances, sur notre patrimoine, pour que nous soyons mieux armés pour le gérer.

    Le problème c’est que les gens, même ceux sans mauvaise intention, ne lisent plus le corps des textes voire même, et cela est inquiétant, mais j’ai eu plusieurs fois l’occasion de le constater, souvent ne comprennent pas les mots, les nuances, les conditionnels, …

    Je ne parle pas ici des langues de bois et des politiciens « politiciens », ceux qui sont près à vous regarder en face et vous dire qu’ils n’ont jamais dit ce qu’ils viennent de dire de vive voix, comme possiblement M. Delevoye et bien d’autres.
    Oui avec ceux-là, vous aurez du mal et de plus en plus, je crains, car ils sont de plus en plus nombreux et, oui, il semble que ce soit une nouvelle pratique pour diriger, gouverner et communiquer. Pratique qui me semble d’ailleurs reprise par les dirigeants et managers de grandes entreprises.

    • @bernard
      Hélas, pas nouveau… voir J.ELLUL et  » la parole humiliée » ou le primat de l’image sur le mot, donc le texte, donc la sémantique, donc le sens que l’on veut…. transmettre.

      Et c’est bien à un flinguage de la transmission auquel on assiste.

  7. Vous avez mon plein soutien pour continuer à nous éclairer.
    Je comprends que le job devient difficile mais votre éclairage est nécessaire et participe à la réflexion de vos lecteurs assidus, dont je fais partie.
    Indiquez nous en effet lorsque vous êtes mis en difficultés car nous devons aussi comprendre votre environnement.
    Je comprends que ce type de blog puisse devenir aussi une cible puisqu’il est lu notamment par des personnes qui souhaitent gérer au mieux leur patrimoine, donc de personnes par définition privilégiées puisqu’elles ont justement du patrimoine.

    • Attention, je ne dramatise pas non plus. Il ne s’agit pas de pression directes ou difficultés à publier. Personne ne m’a jamais dicté un article, ou suppression sauf lorsque je dénonce des arnaques et reçoit 24h après un courrier des avocats pour diffamation.

      Je veux simplement mettre en avant qu’il est de plus en plus complexe de lire la vérité dans l’abondance d’info et dans la volonté politique de contrôler la vérité. Je n’avais pas ce sentiment sous hollande ou sarko ! On avait le droit de dire, écrire ce que l’on voulait !

      Aucun député, ministre ne tentait de vous décrédibiliser ou remettre en cause votre honnêteté.

      • Si on regarde le job de député actuellement, pas simple non plus. Entre la voiture brulée devant le domicile et l’autre reçoit par la poste une balle … Là, il y a une pression directe.
        Il faut donc regarder tous ces éléments avec un peu de recul et essayer de comprendre où tout cela va attérir et … comment gérer/développer son patrimoine dans ce contexte.
        Pas simple simple

  8. Jean Claude says:

    J’espère de tout cœur que le projet de loi sur les fake news voté par l’assemblée et retoquée par le Sénat(il sert quand même à quelque chose)va être refusé par le conseil constitutionnel ,faute de quoi vous risquerez d’être prochainement censuré voire condamné par nos inquisiteurs et propagandistes du pouvoir en place.
    Il y a lieu de s’en inquiéter

    • CAPL conseils says:

      XD

      • A CAPL conseils.;
        J’attends plutôt vos arguments qui pourraient éventuellement me rassurer pour l’avenir si cette loi est votée

        • On ne se comprend pas
          j’espère que ce projet de loi va être annulé par le conseil constitutionnel car je crains pour notre liberté d’expression et celle de Guillaume.
          On le voit chaque jour avec le politiquement correct comme par exemple la censure exercée par le CSA et les chaines publics aux ordres du pouvoir( sans parler du Monde aux mains d’une oligarchie) vis a vis d’Onfray et de Zemmour etc… d’où mon inquiétude pour l’avenir si cette loi est définitivement votée

          • CAPL conseils says:

            Je comprends votre crainte mais je ne la partage pas complétement…
            En effet dans le cadre de cette discussion, je ne vois pas en quoi Guillaume aurait créer une fakenews suite à la vidéo qui témoigne de ses propos ! Je suis très agacé personnellement par les fakenews et reprends des posts da’mis qui ne vérifient pas les images ou posts qu’ils publient alors que des sites comme hoaxbusters font le job.
            J’effectue une veille juridique et fiscale qui est obligatoire avec notre profession regulierement avec différents supports, vu que le cadre réglementaire français est instable mais le blog de Guillaume a un côté avangardiste avec ses articles de bonne qualité.
            Seul le ton et l’engouement qu’il transmet nous pousse a contre argumenter avec certains commentateurs mais cela élevé a mon avis le débat et nous pouvons etre en désaccord sans se déchirer voire s’insulter comme sur les réseaux sociaux.
            Bref que cette loi pose un problème, il faudra prouver que la fakenew soit réelle hors dans le cas présent c’est bien le cas ?

  9. Bonjour Guillaume,
    Il faut peut-être vous interroger sur les titres de certains articles.

    L’article donné en exemple « Des pensions de réversion revues à la baisse pour les futurs veufs ou veuves » en est le parfait exemple : Evidemment je comprends que vous souhaitiez attiser la curiosité et pousser le lecteur à cliquer sur l’article mais je pense qu’il faut être plus mesuré.

    Si le titre était « pension de réversion, discussions autour de la réforme » vous auriez pu analyser les débats comme bon vous semble sans pour autant créer cette diffusion virale.
    2 clients m’ont appelé pour m’indiquer que les pensions de réversions étaient diminuées, que c’était une honte etc… Après leur avoir expliqué que ce n’était pas du tout le cas ils m’ont transmis l’article reçu par réseau sociaux interposés.
    A la question « avez-vous lu l’article en question » j’ai compris que non pour l’un et que le second l’avait lu mais pas compris et donc…. on revient au titre!

    Je suis un lecteur assidu de votre blog et j’aime parfois votre manière de prendre notre discipline à rebrousse-poils mais quand des titres sont si provocateurs j’adhère aussi au fait qu’on se rapproche de la fakenews (même si je comprends qu’il ne s’agit pas d’une volonté de tromper mais plus d’une manière conscient ou pas d’influencer)

    • Vous avez raison, les titres sont parfois trop « aguicheurs ». J’essaie de faire la synthèse du propos dans 10 mots.

      Par exemple, face à une communication volontairement biaisé de la part de Monsieur DELEVOYE qui est passé dans tous les médias pour expliquer que les bénéficiaires actuels d’une pension de réversion n’était pas concerné…. n’est il pas nécessaire d’essayer d’expliquer « ce qui n’est pas dit » dans sa communication maitrisée ?

  10. Hebdomadaire :
    Je suis un fidèle lecteur d un hebdomadaire réputé pour ses analyses approfondies , très rarement contestées et dont le sérieux est évident
    Il édite périodiquement des dossiers qui font l objet d articles très documentés : parmi lesquels 2
    récents sont particulièrement intéressants : 2 Titres :
    – Des siècles de censure , Liberté d expression , l Etat d urgence
    – Vie privée , c est terminé

  11. julien bonnetouche says:

    Guillaume,
    Je ne retiens qu’une chose dans tout ça : votre blog marche fort !!
    Et c’est très bien.

  12. Bonjour Guillaume,
    je crois que vous faites une confusion entre l’intention objective de votre article, rédigé avec les précautions habituelles et bienvenues dont vous vous entourez dans votre travail d’analyse, et l’exploitation qui en faite par certains avec la volonté de manipuler, ou à tout le moins d’utiliser des raccourcis.

    Ainsi dans votre article, vous indiquez que « Monsieur DELEVOYE propose une réforme globale des pensions de réversions qui devrait conduire à une baisse non négligeable des pensions de réversion versées aux veuves et veufs. » Votre interprétation est intègre et l’on ne peut vous accuser de désinformation.
    Mais lorsque des messages Facebook indiquent que « une loi […] va diviser par deux les pensions de réversion, les faisant passer de 50 % à 25 % du montant de la retraite du conjoint défunt », cela fait passer l’idée que TOUTES les pensions dans TOUS les cas de figure seront divisées par deux, ce qui est absolument inexact, sauf à démontrer que l’ensemble des situations comporteraient un conjoint gagnant le double de l’autre.
    En ce sens, l’article du Monde a tout à fait raison de dénoncer le raccourci, et il me semble pas du tout que vous êtes visés. Le postulat selon lequel « c’est la seconde fois qu’un de mes articles est considéré comme une fakenews » en invoquant la liberté d’expression me semble un peu exagéré, parce que vous mettez sur le même plan l’effort de clarification loyal d’un journaliste et les billevesées colportées à des échelles industrielles sur les réseaux sociaux, qui, elles, constituent le vrai danger.
    Bien cordialement, en vous remerciant précisément pour votre exercice de la liberté d’expression, qui me permet d’écrire ces lignes sur votre blog.

    • Merci. Evidemment, il s’agit d’une crainte à moyen long terme. Je suis totalement libre d’écrire ce que je veux. Mais ne croyez vous pas que marginaliser une position en faisant toujours référence à une fakenews populiste (extrême droite) n’est pas dangereuse à moyen terme.

      Demain, lorsque tel article sera considéré comme « fakenews », ne sera t’il pas rendu invisible pas les google et compagnie a qui l’on imposera le tri entre vérité et mensonge ? Qui dit la vérité ?

      Je ne suis évidemment pas visé directement. Je n’ai qu’une influence médiocre.

      • Absolument, il est rageant voir un bon papier emporté par ce genre de polémique, surtout que vous n’y pouvez rien. Mais nous vous lisons précisément parce que vos arguments, qu’on les partage ou pas, sont toujours scrupuleusement étayés et fondés sur des sources tangibles. De plus, vous ne craignez pas le débat, et même, vous l’encouragez. Bien sûr, vous serez parfois, comme aujourd’hui, une victime collatérale par l’effet indirect de l’exploitation tronquée de vos travaux. Mais tant que vous vous conformerez à cette éthique, vous ne pourrez être sérieusement mis en cause sur le fond. C’est cela qui compte, et c’est cela qui fonde et continuera de fonder, votre crédibilité.
        PS : la loi sur les fausses informations est l’archétype du projet délirant élaboré avec les meilleures intentions du monde. Une spécialité française, en somme…

  13. La presse c’est 10 milliards d’euro de chiffres d’affaires

    Dont 3 milliards de subventions directes et indirectes (cour des comptes)

    Les propriétaires sont milliardaires : Crédit Mutuel, Mathieu Pigasse le banquier de gauche, etc …
    En ont-ils vraiemnt besoin ? Pourquoi les journalistes mordraient la main qui les nourris ? Les réseaux sociaux représentent-ils une menace pour les journalistes ?

    A lire « Ils ont acheté la presse » Benjamin Dormann (Bon courage)

  14. Bonjour Guillaume,

    vous dites « Je veux simplement mettre en avant qu’il est de plus en plus complexe de lire la vérité dans l’abondance d’info et dans la volonté politique de contrôler la vérité. Je n’avais pas ce sentiment sous hollande ou sarko  »

    Deux phénomènes sont inquiétants et perturbent le débat actuel

    – La montée en puissance de la figure de l’individu, qui a atteint son paroxysme à l’occasion de l’épisode des « gilets jaunes ». Les Hommes politiques ne sont plus dignes de représenter les individus. Des représentants du peuple issus de cette contestation n’ont pas plus de légitimité.
    Donc, le sachant est dénigré et chaque parole compte. Echanger, participer à des forums est parfait mais ne plus reconnaître de légitimité à quiconque en dehors de soi-même est inquiétant
    – La prédominance des réseaux sociaux qui s’accompagne parfois de manque de curiosité intellectuelle est le corolaire. Les « fake news » circulent très vite et l’organisation même de l’appli FB conduit l’utilisateur à tourner en vase clôt puisque l’échange se fait entre membres de groupes partageant les mêmes idées.

    S’en suit l’impression que la vérité est de moins en moins accessible où atteignable en tant que consensus et le sentiment d’hostilité qui peut être ressenti.

    Je note que votre façon de présenter est toujours objective et argumentée d’où le succès de votre blog. Malheureusement, nos concitoyens recherchent de plus en plus la facilité dans l’analyse et le manichéisme gagne les esprits.

  15. Ton parti pris est en lui même une vérité. Chacun se positionne par rapport à ce que tu écris. Attaqué pour diffamation ? jamais. Auteur de fake news, jamais rien vu en ce sens. Reste à bien analyser ceux qui t’attaquent peu import la manière.

  16. Effectivement, de nos jours, la liberté d’expression, et même de conscience, est menacée :
    – accusation de -phobe, de fakenews, d’extrémiste, de réactionnaire…dès qu’une opinion, même étayée, ne plait pas
    – appel au boycott (cf ce qui est arrivé à la marque Michel et Augustin lors de la dernière présidentielle),
    – procès en diffamation pour les lanceurs d’alerte
    – associations culturelles dont les statuts font mention d’une religion qui se voient subitement et, sans motif exprimé, privée d’agréments et autres subventions alors que des associations culturelles laïques, ayant les mêmes activités, les obtiennent
    – personnes qui doivent dissimuler (y compris à leur domicile) leurs opinions et leurs loisirs pour ne pas perdre leur travail
    – chercheurs qui, selon le Point, peinent à faire publier leurs travaux parce que leurs conclusions heurtent des féministes
    – refus du CEDH de reconnaître le droit des maires à la liberté de conscience
    – tentative de révoquer la liberté de conscience du corps médical

    Or, la liberté d’expression et la liberté de conscience (dans la mesure où elle n’appelle pas à commettre des délits ou des crimes et où elle est étayée) est l’indispensable protection à toute dérive totalitaire qu’elle soit marchande, communiste, écologiste, féministe, machiste, religieuse, centrée sur une personne ou un parti…

    Elle est aussi indispensable pour permettre la recherche et ses avancées, notamment sur des sujets sensibles.

    Elle est aussi une garantie de protection des consommateurs et des usagers : un employé qui risque le licenciement s’il refuse de vendre tel ou tel produit, car il estime pour telle et telle raison, qu’il ne répondra pas aux attentes, aux besoins et aux possibilités de son client, va causer du tort à ses clients : s’il s’agit d’une perceuse (c’est gênant, mais le client s’en remettra), s’il s’agit d’un prêt immobilier toxique, les conséquences peuvent être désastreuses (cf la crise des subprimes).

    Au passage, nous sommes tous responsable de la liberté d’opinion et de conscience, par notre attitude sur les réseaux sociaux, dans les médias, dans la vie associative ou au travail…et appliquer la devise « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire » (tout en affirmant mes propres opinions sur le sujet ou en réfutant votre argumentaire).

  17. J’ai passé pour ma part mon expression par la réponse à un mail dont l’objet était:
    « Et maintenant: Le dialogue », voir ci-après.
    Merci à ceux qui me feront des remarques, j’ai un niveau trop élémentaire sur le sujet pour bien comprendre les rouages.. (D’où mes questions).

         Monsieur GUERINI,

    En retour, merci de m’accorder ce dialogue.
     
    De grâce, Monsieur GUERINI, cessez ce qui devient, dans la sphère LREM, de manière récurrente, des « blagounettes » (je n’ai pu trouver de qualificatif adéquat qui ne soit injurieux) .
     
    Vous – même, par exemple, si je ne me trompe, auriez dû faire une annonce plus propre concernant les retraites, sur un plateau télévisé.
     
    A savoir : plutôt que de dire « les retraités ne seront pas touchés », dire, au minimum : « je rassure les retraités qui touchent actuellement une pension de réversion et ceux qui en toucheront une avant la prochaine réforme, ils ne seront pas affectés ». 
     
    Beaucoup notent bien votre difficulté sur le sujet, y compris dans le mouvement.
     Car ils ont mesuré l’impact qu’aura le nouveau système sur un grand nombre de veu(f)ve(s) qui, avant même d’avoir fait leur deuil, se poseront la question de savoir comment survivre sans de drastiques boulversements, voire la misère pour certains. 
     
    Et, vous le savez, les enfants seront impactés, chacun plus ou moins suivant son propre cas, l’ensemble de la population va réagir !
     
    Le postulat précédent le calcul, sorte de sophisme de haute volée, a des effets iniques.
     
    Votre serviteur, un électeur d’Emmanuel MACRON (dès le premier tour) qui le regrette à ce jour.
     
                                                                                                         Christian ——–
    P.S.
    Je subodore que le Président, ce soir, va proposer l’équité de la fiscalité avec une vraie progressivité plus étendue, repoussant les deux frontières.

    De mon point de vue, cela répondrait déjà en partie aux demandes.
    Mais, je n’ai toujours pas compris pourquoi la partie d’ISF supprimée n’as pas été assujettie à une obligation stricte du ruissellement, avec contrôle, sur le mode de ce qui est déjà fait concernant les niches fiscales ( le terme n’est d’ailleurs pas heureux lorsqu’elles apportent véritablement un mieux du point de vue social ) pour des épargnants plus modestes. Hélas, Hélas, Hélas !!!

    Le dialogue veut que vous m’expliquiez. 
    Merci d’avance, Monsieur GUERINI pour votre réponse.

    • Juste pour compléter votre commentaire, retrouvez l’article de Guillaume en 2017 relatif à l’IR et qui le paie, en fonction de ses revenus. De mémoire, 20% des Français paient 70% de l’IR, 1% paient 20%…..et l’IR pèse moins de 5% sur l’ensemble des impôts et taxes.
      La progressivité de l’IR est à mon sens excessive, tout le monde devrait payer des impôts, mais l’ampleur des taxes gomme cette progressivité. Pour l’ISF, pareil, ça devrait démarrer à partir de 500 k€ avec un taux plus modeste. On sait bien que le Français estime qu’un impôt est juste quand ça ne le concerne pas….
      A mon avis, on devrait remettre la fiscalité à plat avec les aides en tout genre, plutôt que de bricoler un système illisible pour tous et qui crée la suspicion

      • @Roert, effectivement 84% des français aiment l’ISF alors rabaissons le seuil à 500 euros afin que tout le monde puissent en profiter.

    • @CHRISTIAN,
      De quel droit irait-on vérifier ce que les gens font de leur argent dés lors qu’ils acquittent normalement leurs impôts??
      Accepteriez vous que l’administration vienne vous demander tous les ans ce que vous avez fait de vos économies?
      Et pourquoi pas aussi leur mettre un bracelet électronique des fois qu’ils aient envie de quitter le pays ces sales riches.

  18. Il faudrait peut-être avant tout expliquer que, dans le régime général, les pensions de réversion sont déjà plafonnées en fonction des ressources du bénéficiaire. Alors il serait juste que le régime de la fonction publique s’aligne sur celui du régime général

    • Ben oui !

      Certains fonctionnaires touchent plus en net à la retraite et ils ne cotisent pas …

      • Un fonctionnaire qui ne cotise pas !
        A quoi bon cotiser, ce serait le salarié fonctionnaire payé par l’État qui redonnerait à l’État une partie de ses revenus. Idiot n’est ce pas! car de surcroît, il faudrait d’autres fonctionnaires pour gérer ces cotisations.

    • Votre proposition est assez discutable. Il faut prendre du recul avant des décisions à l’emporte pièce…
      Il fut une époque de plein emploi où la fonction publique cherchait à recruter, avant même la fin des études parfois en rémunérant après un premier pré-concours, pendant leurs études, les étudiants (par exemple: IPES pour l’éducation nationale, très intéressant car jouant le rôle d’une bourse pour certains, issus de familles modestes).
      N’oubliez pas que nombre de fonctionnaires, aujourd’hui en retraite, ont souvent fait le choix d’un engagement, de fait un contrat signé pour un minimum d’années de fonction, accepter aussi obligatoirement un poste aux antipodes de ce qu’ils souhaitaient si besoin; condition pour se présenter au concours pourtant même très sélectif ) les titularisant dans la fonction publique en cas de réussite.
      Un choix, fait en parfaite connaissance du fait que les avantages de leur retraite compensait en partie, à l’époque du recrutement dans les années soixante / soixante-dix, un salaire nettement plus élevé auquel ils auraient pu prétendre, à qualification équivalente, dans le privé.
      Sans compter, en général, des possibilités d’évolution bien plus limitées et une partie de leur travail rémunérée par des primes ou heures supplémentaires non prises en compte dans le calcul de leur retraite.
      Évitons une sorte de rupture de contrat à sens unique, ce n’est ni juste, ni sain pour la cohésion sociale.

  19. Guillaume
    Dans le dernier numero du JDD, un spécialiste des médias sociaux indiquait qu’un changement « d’algorihtme » dans Facebook avait contribué à faire naître la colère des gilets jaunes, en ce sens que ces gens là abonnés à unn groupe, ne voient plus que l’information dispensée par le groupe, sans avoir celle d’autres médias. C’est effectivement un danger considérable pour la démocratie, car les fake news ne sont pas contredites, elles sont plutôt enflées par le groupe qui ne souhaite que ces informations pour grossir et se faire entendre….. De fait, une information partielle ou donnée en dehors de son contexte, peut être transformée faute de contradicteurs, ce n’est pas le cas de votre blog, vous l’avez vu, mais dans un groupe fermé Facebook une hypothèse devient réalité rapidement (cf le pacte de Marrakech). Sur la question des pensions de réversion, je vous avais dit que l’approche de JP Delevoye était une piste pari d’autres, car les partenaires sociaux réagiraient. Le temps s’accélère, mais pas à ce point….
    Les fake news ne sont pas un phénomène nouveau, certains les ont utilisées à des fins funestes au XXe siècle, et ça doit vraiment nous inciter beaucoup de prudence et d’humilité

  20. Courage ! Continuez votre blog qui est empreint d’indépendance et d’objectivité

  21. Bonjour
    petit mot seulement pour suivre le débat

  22. Fredy Gosse says:

    C est la rançon du succès Guillaume….
    Si vous êtes lu c’est que probablement vous rendez un service que la presse subventionnée et donc muselée ne rend plus
    Ensuite vous êtes un peu ambitieux vous recherchez la verite ..
    Chacun a la sienne tant que chacun peut exprimer la sienne avec arguments nous restons en démocratie Si demain une autorité ou un serveur a le droit de qualifier de fake News votre opinion alors nous basculerons en dictature.
    Comme chacun le sait la démocratie cause toujours et la dictature ferme ta gueule?
    Et moi qui suit réellement sceptique sur le réchauffement climatique je pourrai rejoindre un club de vieillards pour jouer aux cartes???

    • Fredy, alors mettez le ventilo et les persiennes en open traversant pour courant d’air, pour jouer aux cartes sans transpirer, on doit expier nos fautes climatiques vous savez….

      Mais vous serez toujours intéressé par les dessous desdites cartes, mmh ??

      • Fredy Gosse says:

        J ai du mal à saisir le sens du texte à moins que vous me géo localisiez faussement ?pour le dessous des cartes c’est bien pour cela que je suis réellement septique (même si pour la majorité abrutie de propagande je suis digne de la fosse sceptique
        ?

        • Moi je vous suis … mais employez le terme Climato-réaliste et ajoutez y scientifique, c’est mieux et ça sent « moins mauvais » 🙂 🙂 🙂

  23. « Si demain une autorité ou un serveur a le droit de qualifier de fake News votre opinion alors nous basculerons en dictature. »

    Alors chrétiens, tous aux catacombes !

    Il existe des supports /serveurs alternatifs (donc forcément adeptes du Komplot) qui vous hébergeront, et qui seront accessibles hors Gougle et autres.

    Qu’importe.

    Débattre ici des Aristoph…/Fairv et tutti quanti évite au moins d’amplifier les catastrophes patrimoniales, si on se cantonne à la simple gestion de patrimoine, mais cela ira plus loin et profond dans la réflexion, car le patrimoine est un INSTRUMENT DE LIBERTÉS (au pluriel) et c’est pourquoi nous nous retrouvons ici et sur d’autres sites a priori non dédiés à ce sujet

  24. Fredy Gosse says:

    @Guillaume
    Important sur ma messagerie 3h15 du
    Matin il y’a un lien indiquant un’message venu de californie répondant à un titre de votre blog
    Quand je clique il n y a pas de message et ce n’est pas la première fois .Avez vous un »contrôleur »de messages ?

  25. Les Français ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Ils se chamaillent beaucoup, mais se laissent mener sans trop savoir où ils vont. Il faut dire que la fiscalité chez nous ressemble à des sables mouvants, une matière complexe que le Prince malaxe à loisir en mettant devant le fait accompli. Vous refusez cette opacité et cette forme de fatalisme Guillaume. Aussi, vous posez les bonnes questions et par vos critiques, remettez l’église au centre du village. Nous vous sommes très reconnaissants. Peut-être que nous ne vous le disons pas assez. Aussi, ne vous laissez pas atteindre par le cirque médiatique de l’embrouille, de la pensée unique ou de l’intimidation. Ce n’est que du bruit. Le but de ce blog n’est-il pas justement de tirer les choses au clair ? Sachez que nous vous soutenons, car vos lecteurs ne prennent plus les vessies pour des lanternes.

  26. Franchement tout a déjà été dis. Alors je me contente d’un « Bravo Guillaume pour votre blog et votre travail ». Vous ne lancez pas de fakenews mais vous montrez aux politiques les conséquences de leurs actes quand ils soulèvent le couvercle de la boite de Pandorre.
    Continuez comme cela. Au final même eux sont contents quand ils voient ce qui a failli leur tomber dessus … mais ils ne le vous dirons jamais.

  27. Toute proportion gardée , Guillaume , vous subissez ce que Macron subit en ce moment , ce que
    certains dirigeants arabes ont subi , et bien d’autres etc
    Cela , je le résume en :
    A l’heure des réseaux sociaux est il toujours possible de gouverner ?
    dit autrement , est ce que tout ce qui se raconte sur les reseaux sociaux n’est il pas la vérité ?
    ou tout ce qui provient d’institutions , professionnels n’est il pas que manipulatoire , complot ?
    ou rejet de toute forme d’autorité , le pouvoir , le savoir etc ???
    Cela doit nous interroger sur la facon dans le futur , de communiquer , de gouverner , d’informer
    etc . Le monde n’a t’il pas vraiement changé ? fini l’epoque ou l’on respectait le curé et l’instituteur

Répondre à Roert Cancel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.