Vous le savez, nous venons d’entamer une série d’articles sur le thème important (et complexe) de la préparation de la retraite. Le premier article avait pour objectif de vous aider à estimer le montant de l’épargne mensuelle que vous deviez réaliser pour vous constituer un capital suffisant (cf article « Préparation de la retraite : Combien devez vous épargner mensuellement ?).

Le second article concernait davantage le rendement de l’épargne retraite (cf article « Préparation de la retraite : Quel rendement pour l’épargne – retraite ?). L’objectif était ici de vous sensibiliser à l’importance du choix du support d’investissement de votre épargne retraite et notamment sur la nécessité de rechercher d’autres placements que le célèbre « fonds euros » des contrats d’assurance vie. Diversifier son allocation entre immobilier et marché financier doit permettre de faciliter la préparation de la retraite.

 

Et si on reprenait le sujet par le commencement : C’est quoi préparer sa retraite ?

Cette série d’article est importante et je crois que j’ai oublié d’évoquer le B-A-BA : Qu’est ce que bien préparer sa retraite ? Préparer sa retraite c’est essentiel, mais qu’est ce que cela signifie ?

Mon erreur d’appréciation et cette volonté de vous apporter des solutions avant même de poser un diagnostic est, je le crois, une erreur courante des épargnants : Beaucoup veulent préparer leur retraite, mais peu savent exactement ce dont ils auront besoin.

Au travers de cet article, je vais essayer de vous apporter une réflexion globale sur la manière de percevoir cette notion de « préparation de la retraite ». Le sujet étant tellement personnel et complexe qu’il ne pourra pas être totalement exhaustif : Je compte sur vous pour compléter ma perception des choses dans les commentaires que vous ferez à la fin de l’article.

 

Préparer sa retraite, c’est avant tout se préparer (et financer) une nouvelle vie

La priorité lorsque l’on évoque la préparation de la retraite est d’organiser son cadre de vie. C’est l’acte fondateur de cette nouvelle vie qui se construit. Assurer son cadre de vie, c’est tout d’abord être propriétaire de sa résidence principale, éventuellement de sa résidence secondaire et même de son camping car 🙂

Vous l’aurez compris, la question du revenu disponible à la retraite ne me semble pas être la priorité. La priorité est de se donner les moyens de vivre cette nouvelle vie. On ne parle pas directement de finance et d’épargne, encore faut il avoir les moyens (et donc le capital suffisant) pour financer ces nouveaux projets.

 



Avoir les moyens de se loger doit donc être votre priorité. Vous devrez soit être propriétaire de votre résidence principale, soit à minima vous dotez des moyens nécessaires pour être locataire à vie. Assurer son toit, est le minimum lorsque l’on espère vivre une retraite heureuse et paisible.

Pour ceux qui pourrait se le permettre, la question de l’acquisition de la résidence secondaire ou du camping car est du même ordre d’idée : On ne parle pas « placement », ni « rentabilité », mais simplement du financement d’une nouvelle vie (cf »Acheter une résidence secondaire, un investissement au rendement non financier inestimable »).

Comment le jeune retraité va il vivre sa nouvelle vie ? Le financement de cette nouvelle vie nécessitera la consommation rapide d’un capital lors du départ à la retraite. Il est donc essentiel de bien la préparer.

 

Se préparer une nouvelle vie, c’est disposer d’un capital disponible à la retraite.

Pour parler finance et épargne-retraite, la constitution d’un capital retraite me semble indispensable. Préparer sa nouvelle vie à la retraite passe par la constitution d’un capital qui aura vocation à être consommé rapidement quelques mois après le départ à la retraite : C’est le financement de la nouvelle vie du jeune retraité, l’achat du camping car, de la résidence secondaire, le financement des voyages, la rénovation de la maison, …

L’assurance vie, le PEA et plus généralement l’épargne financière pourrait être un excellent support à la constitution de ce capital retraite. En fonction du capital estimé et du rendement espérer des placements, le futur jeune retraité devra épargner mensuellement.

Vous pouvez utiliser notre simulateur pour estimer le montant de l’épargne mensuelle nécessaire.

 

 

Ensuite, préparer sa retraite, c’est se constituer un revenu complémentaire pour maintenir son niveau de vie.

Ensuite seulement, car la priorité reste l’organisation du cadre de vie du jeune retraité (avec plus ou moins de moyen financier, de la simple résidence principale, à la résidence secondaire et au camping car), la question de la constitution d’un revenu complémentaire doit être la priorité de l’actif en préparation de sa retraite.

Se constituer un revenu complémentaire, c’est vouloir maintenir tout ou partie de son pouvoir d’achat en compensant la perte de revenu inévitable à la retraite.

Dès lors que l’épargnant aura été prévoyant et qu’il aura prudemment provisionné le financement de sa nouvelle vie de retraité (provision pour les voyages, le camping car …), la question de la perception d’un revenu complémentaire n’est peut être pas si importante que cela (sauf cas particulier des artisans, commerçant et autres agriculteurs dont le niveau de retraite est particulièrement faible).

De surcroît, le mythe de l’effondrement certain du régime de la retraite par répartition doit être combattu. La retraite par répartition est un système de retraite viable à long terme qui vous assurera un niveau satisfaisant de revenu dès lors que vous accepterez de travailler au delà des 62 ans classiquement retenus (cf »La retraite par répartition est sauvée ! La faillite s’éloigne et le retour à l’équilibre devient une réalité. »).

 

Mais préparer sa retraite c’est surtout financer la dépendance.

D’expérience, et je rencontre des jeunes retraités quotidiennement, on constate que les besoins de revenus complémentaires ne sont pas très importants. A la retraite, les revenus baissent, mais les charges également.

Assez rares sont les clients qui veulent absolument conserver le même niveau de ressources – Vous me le confirmerez ou pas dans les commentaires, mais je ne perçois pas ce besoin comme prioritaire – La priorité reste le financement des nouveaux projets à la retraite, pour ce qui est de la perte de revenu, les jeunes retraités s’en accommodent.

De surcroît, considérant les dernières années de la vie active comme les années pendant lesquelles ils épargnent le plus, la perte de revenu n’est pas si « dramatique ». Suppression de la capacité d’épargne et baisse des charges permettent de faire face à la baisse des revenus. (En écrivant ces lignes, j’ai l’impression que je vais en faire hurler plus d’un en commentaire, mais encore une fois, c’est subjectif et c’est le fruit de 15 ans de rendez vous avec des jeunes retraités – )

Du moins, les besoins de revenus complémentaires sont assez faibles dans les premières années de la retraite, mais lorsque l’on évoque une maison de retraite ou encore des soins à domicile, la réponse est bien différente.

On s’aperçoit rapidement que les retraités n’ont pas besoin d’un revenu complémentaire à vie, mais principalement d’un revenu complémentaire le jour ou ils deviennent dépendants (c’est à dire les toutes dernières années de leur vie).

 

La question de la nécessité d’un revenu complémentaire est alors bien différente. Préparer sa retraite, c’est donc se donner les moyens de financer sa dépendance, soit :

  • par la constitution d’un capital suffisamment important pour être transformer en rente viagère en cas de dépendance (L’âge moyen des femmes hébergées en maison de retraite est de 85,8 ans, contre 84,6 ans pour les hommes);
  • par la souscription d’une assurance dépendance.

Êtes vous d’accord avec mon analyse ? Et vous comment voyez vous votre préparation de la retraite ?

Quels seront vos besoins à la retraite ?

Barème des meilleurs taux de crédit immobilier

Consultez notre barème des meilleurs taux actuellement proposés par les banques via notre comparateur de crédit immobilier.
 

Comparer les taux immobiliers entre 100 banques


8 Comments

  1. Il me semble difficile de se projeter dans l’avenir quand on voit la hausse incessante de la taxation des revenus de l’épargne depuis quelques années associée à des rendements en baisse, une fiscalité qui peut être rétroactive, et pour couronner le tout un Isf qui vient finir de ramasser ce qu’il reste.
    Si vous aviez prévu de vivre des revenus de votre épargne alors exilez vous car ce pays vous fera les poches jusqu’au dernier euro avant de se réformer.

  2. comme toujours un article intéressant et bien complet, suivi d’un commentaire de mickey plutôt réaliste que je partage.
    L’épargne privée et personnelle est fortement taxée et peu rémunératrice en fin de compte quand on se base sur du « net net » nets de prélèvements, nets de frais, nets d’inflation. Aussi il est difficile de faire des choix d’investissements pertinents et rémunérateurs.
    coté retraite par répartition et obligatoire, il faut savoir que la charge liée aux retraites dans un salaire de cadre représente 44% ! et pour la génération des 25/40 ans, il est bien sur évident, comptablement et démographiquement qu’ils ne toucheront jamais le juste retour de ce qu’ils financent actuellement qui demeure somme toute très généreux pour les retraités actuels. il y a un vrai conflit de génération camouflé, les retraités étant majoritaires ils bénéficient d’un transfert de richesse qui leur est largement bénéficiaire. un racket discret, efficace et totalement injuste.

  3. C’est mon schema de pensee ;
    1. Assurance vie pour piocher au gre des besoins.
    2. Madelin comme complement de revenu de ma retraite,que j’alimente pour essayer d’avoir 3000 euro par mois.
    3. Assurance dependance a la Mutex.
    4. Liquidités sur les livrets.
    J’ai toujours eu des problèmes avec l’immobiler:aversion au credit,probleme avec locatiar,entretien,…
    5.Peut etre ,en fin de vie professionnelle SCPI,mais je pense me contenter de ma loi Madelin.

    JL

    • Jean-Edouard says:

      jeanluc, vous parlez « Madelin », donc vous êtes TNS. Avez vous pensez à coupler Epargne salariale/Madelin avec optimisation maxi de l’abondement sur PERCO (si on parle retraite).

      • Je suis generaliste sans employé et n’ai pas acces au Perco.Je verse le maxi en Madelin qui me semble etre une bonne option dans mon cas sans héritiers directs.La transmission ne m’interesse donc pas.
        Merci
        JL

  4. Bonjour,

    je pense que l’article passe trop rapidement sur les différentes étapes de la vie d’un retraité : il y aura la retraite que l’on souhaite la plus active possible (sorties, voyages…) qui durera quelques années (>10 ans), une retraite paisible qui suivra (activités moins nombreuses mais capacité à se prendre en charge intacte 5 ans) puis la vraie retraite (on reste à la maison, on est encore autonome mais on fait appel à des aides pour les tâches ménagères 3-4 ans) et en fin la vie de retraité dépendants avec placement dans un établissement spécialisé
    Avec un départ à la retraite à 65 ans, on atteint déjà 85 ans avant le départ en EHPAD

    L’enchainement de ces situations fait l’impasse sur les accidents de la vie qui pourrait précipiter le passage d’une catégorie à une autre.

    Les besoins financiers seront donc importants au début, moindre en 2ème partie pour augmenter au cours de la 3ème et culminer en fin de vie.

    Par ailleurs, l’année de départ en retraite est également important : le taux de remplacement ne sera pas le même dans un an , dans 10 ans ou dans 25 ans.
    Pour ma part, j’anticipe une diminution de ce taux de 5 à 7% tout les 10 ans. (voir projections du COR et évolution entre 2000 et 2020)

    Enfin dernier point mais qui s’avère en définitive l plus important : quelle est votre niveau de rémunération actuelle (le taux d’épargne d’un ouvrier devrait être moindre que celui d’un cadre supérieur), la linéarité de votre carrière (les accidents de la vie pourront obliger à puiser dans une épargne déjà constituée) et in fine le montant de votre retraite (le minimum retraite interdira la retraite active, le recours à des aides à domicile….)

    Etre propriétaire de son logement c’est un atout indéniable, il permet d’envisager plus sereinement l’avenir mais il faudra évoluer au fil des années : le pavillon de banlieue ou à la campagne avec 3 chambres paraitra bien vide lorsque les enfants se seront éloignés et entretenir le jardin deviendra rapidement une corvée de plus en plus importante. A cet instant, les résidences séniors qui se développent actuellement me semblent être une très bonne opportunité (il faudra vendre la maison familiale et là ce n’est pas toujours facile sentimentalement parlant)

    Enfin arrivera le dernier moment de votre vie, celui où malheureusement la dépendance vous rattrapera. Et pour ne pas être une charge pour vos enfants, il faudra encore détenir suffisamment d’épargne ou de biens pour subvenir au coût très important de ces établissements.

    En conclusion et pour sourire un peu, je dirai qu’il vous faut investir dès aujourd’hui dans l’acquisition de votre résidence principale, puis dans un seconds temps dans une résidence sénior et enfin dans un Ehpad.
    Au moins, votre place sera réservée à l’avance ^^

  5. Bonjour,
    Je ferais 2 remarques : placement SCPI : Compte tenu de leurs frais d acquisition et que leur statut juridique va profondément changer dans un avenir pas si lointain :avec des conséquences assez imprévisibles :
    Directive AIFM
    2011/61/UE du 8 juin 2011 sur les gestionnaires de fonds
    d’investissement alternatifs, transposée par l’ordonnan
    ce n°2013-676 du 25 juillet 2013
    Décret n°2013-687 du 25 juillet 2013 modifiant le cadre juridique de la gestion d’actifs-
    Arrêté du 25 juillet 2013 relatif aux dépositaires de fonds d’investissement alternatifs
    Arrêté du 8 août 2013 portant homologation de modifications du règlement général de l’Autorité des marchés financiers ,
    Je trouve plus judicieux un achat de parts de Foncières côtées .
    EHPAD : Leur gestion dépend largement de leur administrateur , donc on peut tomber sur le meilleur et le pire . De plus tous vos frais ne seront pas couverts et si vous deviez revendre votre acquisition comptez perdre un bon tiers de la valeur d acquisition.
    De plus tous vos frais courants ne seront pas inclus –
    SANTE : Je trouve que vous minimisez ce poste , il ne semble ne pas prévoir que vous pouvez être gravement atteint dans votre santé – genre AVC etc , avant d avoir atteint l âge de la retraite ….

  6. Bonjour

    Suivre le débat

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.