2016 est maintenant terminé, 2017 commence, le moment est venu d’essayer de réfléchir ensemble à une stratégie d’investissement et de placement pour 2017 ? Comment investir ? Faut il encore faire confiance à l’assurance vie et plus précisément au fonds euros ? Comment investir dans l’immobilier locatif ? Quid des taux d’intérêt des crédits immobilier ? Faut il spéculer sur les marchés financiers  ? Investir dans les entreprises ? Comment investir dans l’économie réelle ?
Essayons de tracer ensemble une ligne directrice que chacun amendera de son expérience et de son analyse pour obtenir une stratégie patrimoniale en accord avec son projet vie. En effet, il serait bien présomptueux de croire que l’analyse qui suit est la meilleure, ce n’est que mon analyse fondée sur mon expérience, mon aversion personnelle au risque, mes projections, mes croyances, … C’est donc en toute humilité que je vous confie ci après mes convictions… chacun fera le tri et adoptera celles qu’il juge pertinentes.
 

Etat des lieux… Ou en sommes nous ?

Lentement, mais surement la situation s’améliore, même si nous sommes toujours dans une grande mutation sociétale commandée par l’innovation numérique, le nécessaire développement durable et la fin des excès d’une mondialisation financière débridée qui augmente les inégalités entre les plus riches toujours plus riches, et les plus pauvres, toujours plus nombreux.
Les enjeux politique et démocratique qui animeront l’année 2017 devrait confirmer cette nécessaire mutation. A ce titre, 2017 devrait voir une prise de conscience mondiale au profit d’une plus grande redistribution de la richesse au profit des classes moyennes des pays développés, mais également l’accélération de la mutation environnementale de notre économie (cf « De la mutation économique à la mutation sociétale non sans conséquences sur le patrimoine et la fiscalité ?« )
L’inflation semble se redresser sur fond de rebond du prix du pétrole par rapport aux excès baissier du début de l’année 2016. La Banque Centrale Européenne anticipe une inflation à 1.90% en 2019 ; La politique monétaire excessivement accommodante semble porter ses fruits et les prix retrouvent un peu de vigueur. La question des effets de second tour d’une politique monétaire très accommodante pendant trop longtemps pourraient néanmoins commencer à se poser en 2017.
Il convient de rester particulièrement attentif à l’évolution des taux d’intérêt long terme. Les taux d’intérêt de long terme devraient très naturellement augmenter tout au long de l’année 2017 : Entre retour d’une petite inflation et un taux de croissance plus solide, le taux d’intérêt naturel devrait être supérieur. Néanmoins, inutile de se faire peur, les banques centrales ne peuvent se permettre une augmentation trop violente des taux d’intérêt et les taux d’intérêt resteront donc globalement très faibles au regard de l’historique de long terme, même si la hausse est quasi assurée au regard des excès de faiblesse constaté au début de l’année 2016. (Cf « Barème des niveaux actuels des taux d’intérêt des crédits immobilier« ).
 
Avant de rentrer dans le vif du sujet, je vous propose trois définitions fondamentales : Qu’est ce que l’épargne ? Qu’est ce qu’un placement ? Qu’est ce qu’un investissement ?

L’épargne est le résidu de son revenu qu’il reste après avoir fait ses dépenses. C’est une simple différence qui se compte en monnaie.

 

Les placements sont les supports, voire les produits ou les actifs que l’on acquiert avec cette Epargne. Ce sont des créances sur autrui, le plus souvent un état ou une entreprise. Les placements sont comptés en euros, mais indiqués sous une forme précise (Actions, obligations, fonds euros, etc.). L’épargne qui reste en monnaie, billets, ou sur un compte courant n’est donc pas placée.

 

Les investissements sont les achats de biens et services réalisés par les émetteurs de ces supports d’épargne, ils reçoivent de la monnaie qu’ils vont dépenser. Les « investisseurs » sont donc des entreprises, des entrepreneurs ou des états. L’investissement correspond à une dépense, on le répertorie comme un bien ou un service (Immeubles, machine, R&D, etc.). 

Source : Yomoni.fr
 
En 2017, vous devrez, plus que jamais, apprendre à faire la distinction entre ces trois termes comme nous vous l’exprimions dans cet article « L’épargne est une erreur, débarrassez vous en avant qu’il ne soit trop tard !« .
 
 

2017, vos placements sans risque et notamment en fonds euros de contrat d’assurance vie sont en danger à cause des taux d’intérêts réels négatifs.

Les taux d’intérêt négatifs devraient apparaître pour les épargnants et notamment les souscripteurs de fonds euros de contrat d’assurance vie.
Le taux d’intérêt réel négatif, c’est une situation dans laquelle le taux de rendement net de vos placements est inférieur à l’inflation. Ce pourrait être le cas pour la première fois en 2017 pour les épargnants qui ont placé leur épargne dans les fonds euros des contrats d’assurance vie.
Le rendement moyen des fonds euros en 2016 devrait être compris entre 1.50% et 2% avant prélèvements sociaux, c’est à dire entre 1% et 1.50% net de prélèvements sociaux alors que dans le même temps l’inflation 2016 est de 0.50% pour 2016. La situation est encore favorable à l’épargnant qui continue de voir son capital augmenter.
Le rendement moyen des fonds euros en 2017 devrait encore baisser par rapport à 2016 alors que dans le même temps, l’inflation anticipée pour 2017 devrait être supérieure à 1%.
Au global, en 2017, et ce sera la première fois, le rendement de votre contrat d’assurance vie devrait être inférieur à l’inflation. Vous verrez donc baisser la valeur de votre patrimoine placée en assurance vie.
Ce raisonnement sur l’assurance vie est applicable à l’ensemble des placements réalisés sur des placements sans risque tel que les PEL ouvert en 2016, les livrets A, LDD, … Au global, les placements sans risque seront à l’origine de votre appauvrissement en 2017.
Nous sommes pleinement dans le schéma que nous vous présentions au début de cette année : « Les taux d’intérêt négatifs sont ils la nouvelle euthanasie des rentiers ? »
 
C’est alors que face à cet appauvrissement mécanique vous disposez de trois alternatives :

Accepter de voir baisser, lentement, mais surement, la valeur de votre patrimoine. Votre patrimoine perd -+ 1% par année… mais les 99% restants restent garantis. Ceux d’entre vous qui détiennent à la fois une épargne disponible abondante et un crédit immobilier, pourront envisager le remboursement anticipé de ce dernier (cf »Et si le meilleur placement sans risque était le remboursement anticipé de votre crédit immobilier ?) ;

Abandonner totalement ou partiellement votre placement sans risque pour spéculer sur les marchés financiers et jouer au casino avec votre argent (= Diversifier votre contrat d’assurance vie sur les marchés financiers). 

Devenir entrepreneur de votre patrimoine et transformer vos placements en investissements. Et nous retrouvons là, la nuance essentielle que nous vous présentions ci-avant.

 

En 2017, vous devez apprendre à devenir entrepreneur de votre patrimoine pour réaliser des investissements dans un actif à usage patrimonial, seuls source de valeur.

Après 30 ans d’une épargne confortablement placée dans les fonds euros de votre contrat d’assurance vie, vous devez profondément revoir votre gestion patrimoniale afin de devenir un investisseur et vous donner les moyens de le valoriser à long terme.
Il n’est plus possible de valoriser votre patrimoine grâce à votre épargne et les placements sans risque. Spéculer sur les marchés financiers n’est bien évidemment pas une option viable pour les épargnants au bon sens. A court terme, la valeur de ces actifs est dépendante de la politique monétaire des banques centrales qui devienne progressivement moins accommodante. Le valeur de ces objets spéculatifs sera donc très volatile, à la hausse, comme la baisse.  Nous sommes probablement dans une phase de constitution d’une bulle spéculative qui pourrait s’accentuer début 2017… mais attention à ceux qui voudraient jouer… les retours pourront être d’une très grande violence.
 
Vous devez donc investir car c’est la meilleure solution pour lutter contre l’appauvrissement généré par les taux d’intérêt réel négatifs.  Comme nous vous l’expliquions dans cet article « Baisse des rendements : Faut il diversifier votre assurance vie vers les unités de compte et la bourse ?« , l’épargne et les placements sans risque ne peuvent être qu’une consommation différée et en aucun cas une source d’enrichissement.
 
Devenir investisseur, c’est utiliser vos placements et votre épargne, mais également votre capacité d’endettement, pour devenir propriétaire d’un actif (immobilier ou autre) dont l’usage permettra de dégager un revenu (et donc une valeur). Vous pouvez devenir investisseur et devenant directement ou indirectement propriétaire de cet actif.
Dans un monde, ou personne n’est capable de donner une valeur à l’argent, il est impossible de déterminer la valeur future de votre patrimoine. Vous devez alors abandonner l’espoir de valoriser votre patrimoine et vous concentrer UNIQUEMENT sur sa capacité à générer des revenus et des flux futurs. C’est alors que je m’oppose à l’idée qu’il faille investir dans des actifs tangibles. Je préfère l’investissement dans un actif d’usage, car seul l’usage patrimonial de cet actif lui donnera de la valeur.
Investir dans un actif d’usage, c’est :

Devenir propriétaire de sa résidence principale ou d’une résidence secondaire. Au delà de la valeur financière, l’usage de cette propriété n’a pas de prix ;

Investir dans un bien immobilier que vous serez capable d’aménager ou de structurer pour l’adapter à l’évolution de la société et aux besoins d’une demande qui évolue. La valeur de votre investissement immobilier tient pas tant dans la valeur du foncier, que dans la valeur de l’usage que vous lui conférez. Un bien en location vide à l’année aura naturellement moins de valeur qu’un bien en location meublée saisonnière, gîte ou chambre d’hôtes. Un bureau ou un commerce loué à l’année, aura moins de valeur qu’un local loué en co-working par exemple. L’usage donne la valeur de votre investissement, car il n’est plus raisonnable de spéculer sur sa valeur future ;

Directement devenir propriétaire d’une entreprise dont l’unique objectif est de générer un profit dans le temps. Investir dans une entreprise, c’est investir dans un actif d’usage, c’est à dire un actif qui utilisera l’argent et sa capacité d’endettement pour générer du profit dans le temps. Si vous n’avez pas la capacité à devenir directement entrepreneur, vous devez indirectement le devenir, c’est la cas de l’investissement dans l’entreprise. On peut investir dans une entreprise via la bourse ou le crowdfunding par exemple. Mais attention à ne pas confondre investissement dans l’entreprise (par nature très long terme) avec le placement sur les marchés financiers (par nature de court terme) ; La spéculation et la volatilité des marchés financiers pourra être mise à profit par les investisseurs pour devenir propriétaire de très long terme d’entreprise capable de s’adapter à la mutation sociétale en cours.

Investir dans un actif capable de générer une énergie ou la satisfaction d’un besoin primaire. Il s’agit simplement d’un investissement dans la terre agricole bio (quid de la protection à long terme de la qualité du sol avec l’exploitation agricole industriele ?), les forêts, et dans une capacité à générer une énergie renouvelable, tel que le photovoltaïque ou autre.

Et plus généralement, utiliser votre compétence pour générer un revenu pérenne. Bref, devenez chef d’entreprise à votre niveau et selon votre compétence. Investir nécessite, soit de l’argent, soit du talent (parfois même les deux). Celui qui n’a pas d’argent, doit utiliser son talent ;-). Certain auront le talent de rénover de l’immobilier, d’autre de rénover des véhicules de collection, de se projeter dans l’évolution de la société pour anticiper les besoins et travailler à y répondre. …

 
 

En 2017, continuez de vous endetter pour profiter d’un taux immobilier très faible… et bientôt inférieur à l’inflation anticipée à long terme.

Cela fait des mois que nous vous l’affirmons : Il faut s’endetter et profiter du niveau excessivement faible des taux d’intérêt. Et faites vous, car cela pourrait ne pas durer éternellement, car nous anticipons une hausse progressive des taux d’intérêt immobilier en 2017 (cf « Une hausse des taux de crédit immobilier pour 2017 ? » et « Immobilier, c’est le moment d’investir … mais peut être plus pour longtemps !« ).
Imaginez l’opportunité incroyable du moment : Vous pouvez emprunter à un taux inférieur à 1% sur 15 ans… alors que nous anticipons une inflation proche de 2% dès 2019 ! Cette situation est une opportunité rare que vous devrez saisir pour investir (cf point précédent) : Au lieu de subir les taux d’intérêt négatifs, vous en profitez pour vous enrichir et valoriser votre patrimoine ! (cf  » Pour ne pas subir les taux d’intérêt négatifs, il faut s’endetter et investir…« )
En effet, considérant que les taux d’intérêt réel négatifs sont l’euthanasie des rentiers… Elle fait le bonheur des emprunteurs. A vous de devenir emprunteurs ! A ce titre, vous pouvez utiliser notre comparateur de meilleurs taux de crédit immobilier afin de trouver la banque qui sera la moins chère pour votre crédit : Comparateur de crédit immobilier. 
Le retardataires peuvent encore engager la renégociation de leur crédit immobilier afin de profiter de cette baisse incroyable des taux immobilier : Simulateur : Renégocier son crédit immobilier. Calculer le gain de la renégociation du taux d’intérêt.
 
 

Au final, quelle stratégie patrimoniale pour 2017 ?

Les taux d’intérêt devraient rester très faibles, même si une légère remontée devrait s’enclencher au début 2017 ; (cf »Meilleur taux immobilier Décembre 2016 : La hausse se confirme et ils devraient encore monter en 2017« )

Les placements sans risque et plus particulièrement les fonds euros des contrats d’assurance vie devraient connaître les taux d’intérêt réel négatifs pour la première fois en 2017. Les épargnants verront baisser la valeur de leur patrimoine. C’est le début de l’euthanasie des rentiers ? 

Diversifier ses placements en spéculant sur les marchés financiers n’apparaît pas comme une réponse viable pour l’épargnant de bon sens. En effet, pour spéculer, il faut être capable de projeter la valeur futur d’un actif. Or, cette valeur est aujourd’hui dépendante de politique monétaire qui vont devenir de moins en moins accommodante (et donc faire baisser le prix des actifs action ou obligataire à court terme)C’est alors que l’épargnant qui ne souhaite pas investir son épargnant et qui souhaite conserver sa garantie de capital, n’aura pas d’autres choix que de conserver votre fonds euros, constater son appauvrissement, lent, mais certain. (cf »Baisse des rendements : Faut il diversifier votre assurance vie vers les unités de compte et la bourse ?« ) ;

Vous devrez apprendre à investir, idéalement à crédit, dans des actifs pour lesquels l’usage est la source de la valeur. Vous ne devez plus projeter la valeur future de cet actif (qu’il soit immobilier ou financier) mais uniquement sa capacité à générer un revenu (cf »Oubliez la valeur de votre patrimoine, seuls les revenus futurs générés par votre patrimoine sont importants…« ) ; L’investissement à long terme dans les entreprises est ici une manière d’investir indirectement dans un actif d’usage structurellement emprunteur, mais il peut également s’agir d’un investissement immobilier (locatif, location meublée, terre agricole, forêt, …) dont l’usage garantie une valeur.

Leblogpatrimoine.com vous conseille dans la gestion de votre patrimoine
Assistance patrimoniale
  • Conseil en gestion de patrimoine INDÉPENDANT
  • Un tarif unique de 89€ TTC, sans surprise
Découvrir le service
Accompagnement patrimonial
  • Un abonnement pour un accompagnement patrimonial PREMIUM
  • Un tarif unique de 350€ / mois, sans surprise, sans engagement de durée
Découvrir le service
Livres et formations

3 livres pour vous former et apprendre à gérer votre patrimoine

Découvrir les livres

46 commentaires