Le mythe du rentier est solidement ancré dans l’esprit de nombre d’entre nous qui voulons trouver le moyen de nous dégager de la contrainte matérielle pour enfin faire ce qu’il nous plaît. Nombre d’entre nous recherchons donc le moyen d’être rentier pour ne plus être obligé d’exercer un emploi qui n’a pas de sens.
Je crois qu’il s’agit là d’un objectif de vie partagé par beaucoup même si le moyen pour l’atteindre peut prendre plusieurs formes. Je crois qu’il est possible de dégager deux stratégies :

– Les premiers vont s’acharner pendant la première partie de leur vie professionnelle pour créer le maximum de valeur et se constituer le patrimoine le plus important possible qu’ils pourront ensuite consommer, sans effort, pendant la seconde partie de leur vie ; Ce sont les candidats rentiers qui croient que leur patrimoine leur permettra de ne plus travailler sans pour autant renier sur un train de vie qu’ils souhaitent maintenir à haut niveau ;

– Les seconds n’ont pas pour objectif d’arrêter de travailler pour vivre de leur rente, ils ont pour projet de vie d’être libre de travailler dans une activité qu’ils exerceront avec passion. Ces derniers n’ont pas besoin d’un train de vie élevé pour être heureux et ils recherchent avant tout à se libérer de la contrainte financière pour ne pas subir leur vie professionnelle (et donc leur vie tout court).

 
Deux visions très différentes qui utiliseront donc deux stratégies opposées pour atteindre leur projet de vie. Mais avant tout, je crois qu’il est illusion de croire que le bonheur serait dans la flemmardise. L’homme est fait pour travailler, mais aussi pour être libre. Et si, en réalité, votre véritable objectif était d’être libre de travailler.
Personne n’aspire à ne rien faire ; En revanche, tout le monde rêve de travailler avec passion dans une activité qui ne serait pas aliénation. Je crois qu’il s’agit là de l’objectif commun à ces deux profils dont l’objectif de liberté est prioritaire.
Reprenons en détail nos deux candidats à la recherche de la liberté.
 

Se constituer un patrimoine élevé pour ensuite en profiter et vivre d’une rente immobilière ou financière.

Pour ces premiers, être rentier, c’est être riche ; Être rentier, c’est disposer d’un patrimoine suffisamment important pour pouvoir consommer sans avoir besoin de travailler. L’objectif de rente s’accompagne d’un objectif de train de vie élevé.
Ils ont donc pour objectif de se construire un patrimoine important qu’ils pourront ensuite consommer lorsqu’ils le jugeront suffisant. Malheureusement, le péché d’avarice guette et ces candidats à la liberté pourrait ne jamais atteindre jamais leur objectif de vie car après l’aliénation du travail, ils pourraient bien être aliénés par leur patrimoine.
Que signifie disposer d’un patrimoine important ? Réussiront ils à se contenter du patrimoine constitué pour jouir de leur nouvelle liberté ou se sentiront ils toujours dans le besoin de toujours plus ?
C’est le risque du consommateur. Celui qui rêve d’être rentier pour jouir d’un train de vie élevé sans travailler pourrait ne jamais atteindre son objectif et ne jamais se sentir suffisamment libre.
Classiquement, la stratégie suivie par ces candidats rentiers est souvent la même : Il s’agit de s’investir très fortement dans la création de richesse dans la première partie de leur vie pour ensuite espérer ralentir et jouir du capital accumulé.

Ceux qui ont la chance d’exercer un emploi rémunérateur profiteront des largesses de leur rémunération pour investir dans un portefeuille titre ou profiter de l’effet de levier pour investir dans l’immobilier ; Ayant pour objectif de se constituer le plus rapidement le plus gros patrimoine possible, ils investiront massivement leur énergie dans cet objectif de vie. L’endettement immobilier, même excessif ne leur fait pas peur. Ils veulent aller vite car ils pourraient ne pas avoir l’énergie suffisante pour tenir le rythme pendant 20 ans.

Ils s’acharnent, travaillent énormément pendant la première partie de leur vie active pour ensuite espérer ralentir. Cela leur demande beaucoup d’énergie et de sacrifice, mais on a rien sans rien. Il n’y a pas de secret pour faire de l’argent, il faut créer de la valeur et donc travailler beaucoup.

Ils utilisent l’argent créé par leur activité rémunératrice pour investir et se constituer une rente. Malheureusement, ils disposent rarement du temps nécessaire pour s’investir eux même dans la construction de ce patrimoine, mais ils ont l’argent pour le faire faire par des tiers.

Les autres, c’est à dire ceux qui n’ont pas la chance d’exercer un emploi rémunérateur disposent souvent de temps qu’ils pourront employer pour créer une seconde activité professionnelle. Ils se considèrent comme entrepreneur de leur patrimoine et s’investissent dans ce projet de constitution de patrimoine comme il le ferait pour une entreprise. L’immobilier est également un support intéressant pour ces profils qui pourront utiliser leur talent et leur main pour apporter de la valeur dans l’immeuble en réalisant les travaux par eux-mêmes;

Ces profils n’ont pas l’argent, mais le temps et le talent pour construire (au sens littéral du terme) leur patrimoine.

Dans un premier temps, ces candidats rentiers n’auront qu’un accès limité au crédit immobilier et ne pourront pas bénéficier d’un effet de levier important du fait de revenus professionnels limités. En revanche, au gré de leur bonne affaires, les choses pourraient bien changer et ils pourraient bien, à leur tour, disposer de l’argent suffisant pour déléguer les travaux et la construction du patrimoine.

 
Vous l’aurez compris, ces candidats rentiers sont entièrement tournés vers la construction de leur patrimoine ; Ils n’ont que ça en tête : Accumuler un maximum pour, un jour, être libre d’arrêter cette vie de dingue et pouvoir continuer de consommer sans avoir besoin sans travailler.
De toute manière, ils n’auront pas l’énergie suffisante pour tenir 20 ans. Malheureusement, ils pourraient rapidement s’épuiser devant la perspective d’un objectif sans fin. Dans 20 ans, ils s’apercevront à quel point il est usant de gérer un patrimoine important ;
Ils voulaient être rentier pour ne plus être aliéné par leur emploi salarié ; Ils seront finalement aliénés par leur patrimoine.
 

Réduire sa dépendance matérielle et économique pour être libre de créer de la valeur avec passion.

Pour ces seconds, l’objectif n’est pas tant d’être rentier que d’être libre. Être libre, c’est ne pas être dépendant et pouvoir prendre la décision de changer de vie sans que cela ne remette en cause sa famille. Ainsi, pour être libre, ces candidats cherchent à réduire leur dépendance économique et financière.
Contrairement aux candidats rentiers, ils ne sont pas des consommateurs. Ils n’ont pas pour objectif de consommer. C’est là une forme de liberté, la liberté de ne pas avoir besoin d’un train de vie élevé pour avoir le sentiment de réussir sa vie.
Ces candidats n’ont pas pour objectif d’arrêter de travailler. Ils veulent être libre d’exercer leur travail avec passion et donc de renoncer à ces emplois « alimentaires ». Ils veulent être libre de renoncer à un emploi rémunérateur pour le plaisir d’exercer un travail pour le plaisir.
Pour être libre, il ne faut pas être dépendant. Ils ne poursuivront donc pas nécessaire une stratégie d’accumulation de patrimoine mais une stratégie de réduction de leur dépendance. Ils espèrent atteindre la liberté en réduisant leur besoin de consommation avant de chercher à gagner toujours plus.
Contrairement aux premiers, ils se méfieront de l’endettement immobilier avec excès et de la recherche de l’effet de levier du crédit. Pour ces seconds, être libre, c’est aussi ne pas être dépendant d’un crédit immobilier qu’il faut rembourser. Le crédit immobilier est une forme d’aliénation qui pourraient les empêcher d’être libre.
Réduire sa dépendance, être libre, c’est aussi avoir son toit. Ils auront pour objectif prioritaire d’être propriétaire de leur résidence principale afin d’y loger leur famille et garantir un minimum de protection. Le remboursement rapide de ce crédit immobilier sera pour eux une priorité ;
Plus vite le crédit immobilier sera remboursé, plus vite ils pourront espérer retrouver leur liberté de choisir leur vie.
Libéré de la contrainte matérielle, ces candidats vont découvrir la puissance créatrice de la liberté. Celui qui est libre peut se donner le temps de créer une entreprise, de suivre son instinct et prendre les décisions fortes qui seront à l’origine d’une réussite économique et financière.
Au lieu de s’enfermer dans l’obsession de se constituer un patrimoine élevé à tout prix, la liberté permet de prendre le temps de créer, d’être innovant et au final de se constituer, sans le vouloir, un patrimoine élevé.
Pour ces derniers, la constitution d’un patrimoine élevé n’est pas un objectif de vie, ce n’est que la conséquence de l’exercice de leur liberté. A mon sens, il s’agit là de la véritable richesse.
Se constituer un patrimoine élevé ne peut pas être un objectif de vie ; Ce n’est que la conséquence financière d’un choix de vie, mais ce n’est vraiment pas le plus important.

Leblogpatrimoine.com vous conseille dans la gestion de votre patrimoine
Bilan patrimonial
  • Conseil en gestion de patrimoine INDÉPENDANT
  • Un tarif unique de 89€ TTC, sans surprise
Découvrir le service
Assistance patrimoniale
  • Un abonnement pour un accompagnement patrimonial PREMIUM
  • Un tarif unique de 350€ / mois, sans surprise, sans engagement de durée
Découvrir le service
Livres et formations

3 livres pour vous former et apprendre à gérer votre patrimoine

Découvrir les livres

58 commentaires