La crise économique du coronavirus nous fait entrer dans un nouveau monde économique.

Et si les 30 glorieuses étaient devant nous ?

Après les crises de 2001 et 2008, l’austérité budgétaire avait été la solution unanime des états pour essayer de solder les déficits importants assumés par les états souverains pour amortir les effets des chocs économiques. Une austérité justifiée par tous pour « rembourser » la dette et sauver les états d’une faillite que l’on annonçait comme inévitable.
Souvenez vous de la phrase de François FILLON en 2012 : « Je suis à la tête d’un état en Faillite ». C’était là, un propos d’un autre temps. Ce n’était pas vrai, mais notre erreur a été de le croire et de nous enfoncer dans une stratégie suicidaire.
 

 
En 2012, l’objectif prioritaire était la réduction des déficits par tous les moyens et principalement les augmentations d’impôts;
En 2020, la priorité est donnée à la construction d’une nouvelle croissance économique, qui seule nous permettra de rembourser les dettes. Les déficits ne sont plus un problème.  Nous allons mobiliser un budget digne des budgets de guerre pour construire les bases d’une croissance économique nouvelle qui trouvera ses racines dans le développement durable et l’écologie.
La destruction économique qui suivra la crise du coronavirus donne aux gouvernements l’autorisation d’utiliser ces moyens extra-ordinaires, tel le plan Marshal qui a suivit la seconde guerre mondiale.

Nous sommes en train de vivre un changement de paradigme majeur qui doit nous permettre d’espérer le meilleur après des années de désespérance, de croissance économique anémique, d’austérité et de hausse d’impôts.
 

Et si le pire était derrière nous ? Et si le meilleur était devant nous ?

Demain, grâce au soutien monétaire des banques centrales et la conviction nouvelle que nous ne pourrons jamais rembourser les dettes sans le retour d’une croissance économique forte, nous allons nous engager dans la construction d’une croissance économique nouvelle.
Nous n’avons plus le choix; Sans croissance économique, nous sommes perdus. Notre endettement paraîtrait alors  insurmontable. Nous gouvernants vont donc enfin concentrer leurs efforts sur la création d’une croissance économique nouvelle et cela « quoi qu’il en coute » à court terme.
Depuis de nombreuses années, les besoins de consommation des citoyens sont largement assouvis dans nos pays développés. Les citoyens sont globalement riches et ne savent plus comment dépenser tant leurs besoins essentiels sont satisfaits et la consommation superfétatoire la norme.
Aujourd’hui, être pauvre en France, c’est ne pas pouvoir partir 2 fois en vacances dans l’année ou ne pas avoir les moyens de se payer un abonnement à netflix ou une TV extra large. Il suffit de voir l’importance de l’épargne pendant le confinement : Lorsque nos capacités de consommation sont réduits à l’essentiel, l’épargne abonde sans que nous nous en rendions compte.
 

L’écologie est un concept marketing qui sera à la base de la construction d’une croissance économique nouvelle.

Le prétexte écologique sera donc largement utilisé pour renouveler nos besoins de consommation et justifier des hausses de prix, la nécessité de nouveaux investissements productifs. L’écologie est un concept marketing qui sera à la base d’une croissance économique nouvelle.
Les consommateurs veulent consommer local, bio, durable ; Ils vont donc exiger une production plus respectueuse de environnement et la remise en cause d’une mondialisation excessive qui est justement à l’origine de la destruction de nos économies (Il ne s’agit pas de remettre en cause la mondialisation, mais l’hyper-mondialisation du cycle de production).
Depuis des mois, j’évoque avec vous l’idée de la grève du consommateur, c’est à dire l’idée d’une volonté puissante des consommateurs de consommer différemment, de consommer moins, mais mieux.
La nouvelle croissance économique doit se construire autour de ce désir puissant. Voilà un nouveau besoin à satisfaire (cf »La grève du consommateur va t’elle accélérer la mutation du capitalisme ? Who is John Galt ? »).
Nous étions face à un consommateur repu, le voilà à nouveau affamé. C’est une bonne nouvelle pour le capitaliste qui saura satisfaire sa faim. La perspective d’une croissance économique écologique pourra mettre fin à la grève d’un consommateur qui trouverait alors du sens dans son acte d’achat.
Des filières industriels davantage respectueuses de l’environnement vont donc se créer pour satisfaire cette demande des consommateurs. Une plus grande traçabilité, des matières premières exploitées de manière respectueuse de l’environnement, des lieux de production plus proches des lieux de consommation seront la nouvelle norme qui portera la filière industriels et donc la croissance économique des prochaines années.
Ces filières industriels seront par ailleurs fortement consommatrices d’innovation technologique telles que l’impression 3D ou l’intelligence artificielle qui leur permettra d’apporter une valeur nouvelle pour la société.
Ces filières industrielles seront également consommatrice de main d’œuvre spécialisée et pourront apporter un début de réponse au chômage de masse et à toutes cette population qui se sont lentement mais surement fait exclure du marché de l’emploi à la suite des délocalisations des années 2000-2010.
 
 

En 2020, c’est fini l’austérité. Place à l’endettement illimité ou presque à taux zéro pour construire la croissance économique indispensable au remboursement de la dette publique !

Arrêtons ce pessimisme et faisons confiance à la capacité d’adaptation de l’homme et donc du capitalisme pour créer une nouvelle croissance économique source de richesse et de bien-être collectif.
Le capitalisme va s’adapter comme il l’a toujours fait et c’est la crise du coronavirus qui va nous donner les moyens de créer cette nouvelle croissance économique indispensable.

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

73 commentaires