Alors que l’on croyait la réforme des retraites enterrée par l’accumulation des évènements récents mais voici que le premier ministre s’est dit déterminé à relancer les négociations. Le président Macron semble même considérer cette réforme des retraites comme la mère de toutes les réformes.

Nous allons donc entrer dans le dur entre un président déterminé à réformer le système des retraites, et une population qui ne comprend pas l’intérêt et la motivation profonde derrière cette « mère de toutes les réformes ».

Dans une récente interview dans la presse régionale, le président lance d’ailleurs une énorme fakenews pour essayer de justifier la nécessité absolue d’une réforme des retraites : « Nous avons tous vu durant cette crise ce qu’on appelle la deuxième ligne, les livreurs, les caissières… Toute cette France-là est la France perdante du système de retraite actuel. »

Ainsi, la réforme des retraites aurait pour objectif d’augmenter le montant des retraites de ceux qui sont doivent aujourd’hui être considérés comme les véritables premiers de cordés ?

Pourtant, dans la même interview, il explique que « la question du nombre d’années pendant lesquelles nous cotisons demeure posée« .

Bref, tout ça pour augmenter la durée de cotisation et partir plus tard en retraite. Enfin, le véritable objectif de la réforme des retraites apparaît clairement : Il faut allonger la durée de cotisation à défaut de baisser les retraites ! 

Nous aurons donc du attendre 3 ans de négociation pour que le gouvernement annonce enfin la réalité de sa mission.

Aujourd’hui, la retraite à taux plein est acquise pour celui qui cotise pendant 172 trimestres, soit 43 années de cotisations sans aucune interruption. A défaut de ces 43 années, vous devrez atteindre 67 ans pour espérer bénéficier d’une retraite à taux plein.

Demain, il faut donc tout simplement s’attendre à ce que le nombre d’années ou de trimestres de cotisations augmente pour retarder l’âge réel de départ à la retraite. Que d’énergie gaspillée alors qu’il aurait été tellement plus simple d’expliquer la vérité.

Demain, devrons nous cotiser pendant 44 années ou atteindre 68 ou 69 ans pour partir à la retraite à taux plein ? C’est en tout cas, un scénario tout à fait plausible si on regarde les données utilisées pour bâtir le rapport Delevoye (Réforme des retraites : »Il faut travailler plus longtemps ! » Ça veut dire combien d’années en plus ?).

 

Pourrons nous échapper à la baisse des retraites ?

C’est là une question importante. Est il possible de faire porter l’objectif d’équilibre du système des retraites uniquement sur ceux qui cotisent, c’est à dire sur les travailleurs.

Un système des retraites par répartition, c’est un équilibre permanent entre le montant des cotisations perçues pendant l’année et le montant des pensions retraites versées cette même année. Aujourd’hui, l’équilibre de long terme est proche puisque sur les 300 milliards d’euros annuel, l’écart entre le montant des cotisations perçues et le montant des pensions retraites versés est négatif de seulement 4 à 10 milliards d’euros. C’est vraiment peu, c’est toujours trop, mais finalement très peu au regard de l’importance du système.

Néanmoins, la crise dans laquelle nous entrons va faire déraper ce déséquilibre puisque la baisse de l’activité économique et le chômage qui s’en suit devrait être à l’origine de cotisations en baisse. La question est alors de s’interroger sur celui qui doit faire un effort pour permettre au système de retrouver l’équilibre à court terme (et consolider ainsi l’équilibre de long terme).

Il est de coutume de demander à ceux qui travaillent de faire un effort supplémentaire en augmentant la durée de leur vie active. C’est l’augmentation classique des durées de cotisations.

Mais ne pourrions nous pas enfin admettre l’évidence d’une nécessaire baisse des retraites ? L’équilibre du système de la retraite par répartition, c’est aussi une question de solidarité générationnelle. Aujourd’hui, on a parfois le sentiment d’un âge d’or qui profite d’une belle retraite alors même que ceux qui la payent doivent travailler dans des conditions économiques de plus en plus difficile.

Les retraités d’aujourd’hui, ont beaucoup travaillé pour obtenir leur pension retraite. Mais les travailleurs actifs d’aujourd’hui doivent travailler encore plus pour leur maintenir un niveau de retraite qui n’est plus en adéquation avec la santé de notre économie.

Nous assistons à une forme d’égoïsme d’une génération de retraités qui refuse de renier sur ces acquis, même si la conséquence directe de leur égoïsme est d’étouffer leurs enfants qui n’arrivent plus à s’en sortir.

Augmenter les cotisations ou allonger la durée de la vie active pour maintenir coûte que coûte le niveau de vie des retraités n’est pas un choix raisonnable. L’équilibre du système repose aussi sur la nécessité de la prise de conscience d’une solidarité transgénérationnelle.

Lorsque les conditions économiques ne permettent plus d’assurer un niveau de cotisation suffisant, la seule solution est la baisse des pensions retraites.

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes à 1 heure pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 89€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 350€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 


278 Comments

  1. Jean-Louis says:

    Baisser les retraites vous êtes vraiment des incompétents.

    • Il prêche pour sa paroisse 🙂
      Et c’est légitime, il veut faire du buzzzzzz

      • C pour servir toujours les intérêts des mêmes. Faire culpabiliser et niveler par le bas

      • Et si on disait clairement combien rapporte un euro cotisé, durant sa carrière professionnelle pour prévoir le montant de sa retraite….

        • Ont etouffe pas nos enfants ont les aides contrairement à ce que l’on dit baisser les retraites déjà pendant deux j’ai perdu 10%de ma complémentaire et les fonctionnaires ont en parlent pas c’est encore eux qui vont avoir la serise sur le gâteau comme d’habitude

    • En quoi baisser les retraites est-ce être incompétent ?

      Indécent, certes.
      Choquant, malhonnête, voire, incongru.

      Mais pas incompétent.

      • Baisser les retraites mais pour qui ? Ceux qui touchent 800 ou 900€ par mois ? Le monsieur là il n’est pas concerné ! Réduire les écarts , oui mais là on touche aux plus aisés et même cela ne veulent probablement pas .

      • Ils savent ce qu’ils font. Et C’est très grave

      • Bravo, baisser la retraite, de qui ? De ceux qui touchent 320 € aussi ! Pourtant j’ai travailler toute ma vie.

    • Bonhomme says:

      Non à la baisse des retraites . travailler+de 40 ans et à peine avoir 1000 euros ? Que l’état paye ses charges sociales,que l’on arrête d’exonérer les grandes entreprises. La sécu elle est à nous, conquis de 1946

    • Leforestier says:

      Oui une honte comme mon ka j’ai travaillé de 14 ans a 58 ans et avoir ma retraite qu’a 62 ans et tout compris 1065e par mois alors me la baisser merci des fumiers se gouvernement et je connais des gars qui on presque pas travailler dans leurs vie touche plus que moi il y a ou devenirs révolutionnaires

      • Vous avez cotisé pour payer les retraites de nos aînés. Les retraités étaient peu nombreux. Aujourd’hui les retraités sont très nombreux (2fois plus qu’en 1990). Et ce sont les actifs qui payent nos retraites. Il faut donc plus de quantité de travail et de cotisations pour payer plus de retraités. C’est comme une balance. Et ne croyez pas que la fortune des riches pourrait payer tout cela. Il faudrait 10 fois plus.

    • Vous avez raison, et de plus, ce petit monsieur ne paraît pas savoir que les retraites baissent depuis plus de 7 ans…

      • Quelle honte ,!
        Travailler autant d’année pour être dans la misère !
        Mais à qui tout ça profité ?
        Qu’ils baissent leur salaire tous ces politiciens qui viennent nous faire la morale !

        • charlotte2 says:

          Bonjour,
          L’effet recherché est obtenu : on s’insurge, on se rebelle !!!: c’est bien ça que cherchait à obtenir Monsieur Fonteneau .
          La solution qui sera trouvée sera un compromis entre allongement du temps de travail et baisse des pensions . Les retraités savent dèjà qu’ils ont vu leurs pensions baisser ces dernières années : donc la chose est en cours .
          Par contre dire que la génération des retraités actuels n’aide pas leurs enfants : ceci est faux , nombre d’entre « les anciens » ne mettent plus un euro de coté , mais aident leurs enfants ( donations et autres aides ponctuelles)

    • D’autant que nous retraité avons travaillé beaucoup plus que les actifs actuels, le nombre d’heures de travail officiel était 40 heures par semaine pour moi 70 heures par semaine et je partais le lundi matin et rentrai le vendredi soir pas de vie de famille nous avions 3 puis 4 semaines de congés il n’y avait pas de congés parental , les actifs travaillent insuffisamment.

    • Le meilleur moyen est de taxer le capital Arnau plus grande for tune du monde 100 milliards deuros

      • Le système de retraite est une organisation entre salariés et d’une génération vers la plus jeune. Les riches n’ont rien à voir avec ce système. C’est comme si vous demandiez aux chinois de payer nos retraites. De toutes façons, il faudrait 10 fois plus d’argent que la fortune de Arnaud. Et encore, il faudrait être rapide avant qu’il ait le temps de quitter la France.

      • Au lieu de vouloir rétablir le communisme sachez que les riches peuvent partir du jour au lendemain.

      • Oui taxons Arnaud. Et les autres aussi, avant qu’ils partent.
        Puis ensuite, on passera à Belardi…

  2. Le Mecreant says:

    Quand tu a 850 € pour une carrière complète, y a plus grand chose a baisser… le mieux c’est encore l’euthanasie comme le propose attali, qui a largement dépassé la DLC.

    • « Le niveau de vie médian des retraités est légèrement supérieur à celui de l’ensemble de la population »

      En 2017, selon l’enquête Revenus fiscaux et sociaux de l’Insee (encadrés 1 et 2), le niveau de vie médian des retraités vivant en France métropolitaine s’élève à 1 850 euros par mois (tableau 1). Il est supérieur au niveau de vie médian de l’ensemble de la population : 1 730 euros par mois.
      Cette analyse ne tient pas compte de l’avantage que représente le fait d’être propriétaire de son logement, du point de vue du niveau de vie. Comme les retraités sont davantage propriétaires que l’ensemble de la population, en tenir compte augmenterait encore l’écart entre les retraités et l’ensemble de la population

      source : https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/9-18.pdf

      • Mallard Ghislaine says:

        Une fois de plus, il nest nullement question d’aller chercher l’argent là ou il est : tout en haut de la pyramide !
        Disputons les miettes di gateau plutôt que le gateau lui même.
        C’est comme pour le Covid, on nous annonce une recrudescence des cas, alors qu’il s’agit de cas testes positifs, donc asymptomatiques (rappelons su’un asymptomatique ne peut transmettre le voris).
        Bref, mensonges et desinformation partout..
        Reveillez vous !

        • henri vanlancker says:

          Retraité on me dit je suis égoïste .que je veux pas rogner sur mes acquis.je suis parti à la retraite sans jamais avoir eu de rtt .je faisais 42h30 par semaine.pas de 35hoo.après on me demande de faire des sacrifices.allez vous faire voir

          • Tout à fait d’accord. Bosser 43 ans et avoir cotisé et s’entendre dire c’est un peu fort de café. Nos retraités avec la hausse de la csg elles ont déjà diminué . Et elles ont été augmentées de combien en 5 ans.
            Le problème c’est le chômage. Mettez les chômeurs en activité vous aurez des cotisations.

          • Vous avez tout à fait raison…
            Aujourd hui, les retraites sont culpabilises…
            Perso, j ai travaillé 45 h, et non 35…pour avoir une retraite de la part de la cram à 850 euros…
            Alors, il est hors de question de me laisser manipuler par les hauts capitaux qui ne savent plus quoi faire de leur argent… Et j en passe…

        • Guillaume
          autant vous avez souvent des réflexions interessantes, autant sur les retraites vous tenez des propos girouettes. Vous avez longtemps soutenu qu’il n’y avait pas de problème de financement..niant les évidences mises en lumière par le candidat Fillon (qui sait bien compter vous l’admettrez).et maintenant vous vous réferrez au rapport Delevoye, donc avant le covid, pour expliquer la catastrophe….un peu panurge non ? la situation a été brutalement aggravée par le confinement et le manque de cotisations dû au chômage partiel, c’est la responsabilité de l’état. Au delà, on revient toujours à la même équation….cotisations, âge ou montant des retraites. Vous noterez que les Français partent plus tôt que leurs voisins, qu’ils travaillent moins….c’est normal, ils s’épuisent dans les manifestations à tout propos….et la durée de vie s’allonge. La mesure d’âge semble la plus logique, mais dans l’immediat et pour une durée limitée, on pourrait demander un effort àux retraités, dès 1200€, fonctionnaires inclus, pour compenser le manque de rentrées dûes au chômage.

        • Tout ce que vous dites est faux. Cela ne vous dérange pas ?
          La retraite s’appelle l’assurance retraite et ne concerne que les gens qui cotisent. On paye les retraites de juillet avec les cotisations des actifs de juin. Or il n’y a pas assez de cotisants parce que pas assez de travail. Ceux qui le fournisse sont partis.

      • Niveau de vie ne veut pas dire retraite.

        Avec une retraite à 1200€ et deux studios loués, vous arrivez à vos 1850€.

        Serait-ce donc qu’économiser toute sa vie pour investir dans un bien immobilier pour sa retraite serait mal ?😁

        • eh oui c’est ce que pensent beaucoup de bobs ainsi d ailleurs qu’un certain retraité ! il vaut mieux être en France cigale que Fourmi ! les cigales ont prix les congés selon la loi ainsi que le travail effectué sans dépassement et les fourmis pour assurer une retraite convenable à leurs épouses ou compagnes et aux enfants n’ont qu’à payer pendant que nous régalons les cigales ! les fourmis qui se sont privés de congés ou de départ en vacances pour préserver leur avenir n’ont qu à payer :! nous engraissons tous ces rsa à vie volontaires et nous ne devons rien dire ! stop à ces hypocrisies et que l’état prenne en charge ses responsabilités et fassent le ménage ! notre Petit Roi n avait il pas déclaré qu’un nouveau monde s’ouvrait ! qu’il l ouvre en commençant à reformer le mille feuille tant décrié par tous mais jamais ouvert ! il y a des millards à économiser !

        • Mais bien sur. Explique comment avec un smic tu achetes 2 studios, surtout que tu regardes avec des yeux d’aujourd’hui (taux a 1%) alors que pour un retraité d’aujourd’hui les taux ont été de 8-10% il y a 25 ans…donc tu ne pouvais quasi rien emprunter.

          • Certains sont hors réalité, c’est dingue .

          •  » Explique comment avec un smic tu achetes 2 studios, surtout que tu regardes avec des yeux d’aujourd’hui (taux a 1%) alors que pour un retraité d’aujourd’hui les taux ont été de 8-10% il y a 25 ans…donc tu ne pouvais quasi rien emprunter. »

            Le monde n’a pas commencé il y a 25 ans.

            Mon grand-père, ouvrier, cumulant deux emplois, a pu le faire, et bien plus, dans les années 50. A cette époque, on n’empruntait guère. On attendait d’avoir l’argent et on achetait. C’était avant l’entrée massive sur le marché de l’achat immobilier d’une population nouvelle à partir des années 1960-1970, grâce aux crédits hypothécaires octroyés par le secteur bancaire.

            La contrepartie, à cette époque, c’est qu’il n’y avait pas de cotisations sociales, ou peu. Donc peu de protections sociales. Quand il est tombé gravement malade, en 1969, ma grand-mère a du revendre des terrains.

            On ne peut pas tout avoir. Soit on s’assume, soit on dépend de l’État. Et quand l’État va mal…

            D’autre part, pour gagner 1200€ de retraite, il me semble qu’il faut gagner bien plus qu’un smig, lors de sa vie active, non ?

            • MR Fonteneau pourquoi une telle haine envers les retraites ? Si notre pays est sans une si mauvaise situation ne n’est sûrement pas la faute de nos retraites. Au lieu de demander une baisse des retraites (en moyenne 950 €) pourquoi ne pas demander à tous ceux qui gagnent plus de 5000€ par mois et ils sont nombreux de cotiser un peu plus ? Je vous rappelle que beaucoup de jeunes actifs sont très souvent dépendants des retraités pour arriver à vivre. Et comme ces retraités égoïstes sont des parents ils préfèrent se priver pour que leurs enfants puissent vivre mieux.

          • François says:

            Taux à 10% mais prix au m2 2x moins cher.

            Être 40 ans au smic c’est l’accepter. Celui qui veut augmenter son niveau de vie fait ce qu’il faut pour.

        • Idem avec un petit portefeuille d’actions.

      • Malheureusement tous les retraités ne sont pas propriétaires et quand vous avez un loyer de 700 euros sur une retraite de 1200 euro il reste pas grand-chose pour vivre une fois les charges payée

        • japanonly says:

          c’est bien vrai mais , arriver en rtetraite après avoir travaillé et ne pas etre au moins propriétaire de son logement cela revient a avoir été inconséquent toute sa vie, avoir préfèrer les vacances rtt congés maladie bidon etc etc au lieu de travailler pôur le futur; c’est un choix recpectable mais qui ne donne pas le droit d’exiger que les »fourmis » payent a leur place

          • Demandez à u smicard d’acheter son logement dans certaines régions ,île de France, Côte d’Azur etc est aujourd’hui pratiquement impossible compte tenu du prix de l’immobilier,c’est une réalité que vous ne semblez pas connaître donc arrêtez de porter des jugements. Si ceux qui ont des petits salaires pouvaient acheter,très souvent ils feraient ce choix .

            • japanonly says:

              lorsque l’on ne peut pas vivre sur la cote d’azur, il y a des régions bien moins chères: creuse ardennes haute saone etc etc; vouloir vivre sur la cote d’azur, c’est louable mais si c’est impossible ce n’est pas aux retraités de subvenir aux inconséquant; un oeuf au plat nourri autan que du caviar

            • « Demandez à u smicard d’acheter son logement dans certaines régions ,île de France, Côte d’Azur etc est aujourd’hui pratiquement impossible »

              Ce sont aussi des régions championnes du logement social. Il y a peut-être une relation de cause à effet ?
              – le logement social, il faut le financer, donc lever des impôts,
              – la priorité au logement social asséche les réserves foncières, limitant le l’offre privée et accélérant la hausse des prix.

              D’autre part, ce sont des régions attractives. Il est illusoire de croire, ou de faire croire, que tout le monde pourra devenir propriétaire dans ces lieux sans s’éloigner.

              Cependant, à l’échelle régionale, puisque vous parlez de région, on peut se loger en IdF ou en PACA à moins cher, pour peu qu’on s’éloigne des centres attractifs. Entre les prix de Paris et ceux de la Seine et Marne, par exemple, on n’est carrément pas sur la même planète.

              La propriété massive est un fait récent, datant tout au plus des années 50-60. Avant, il y avait très peu de propriétaires en France, entre 5 et 10% maximum.

            • Le smicard vivant en IdF qui ne s’est jamais posé la question de partir là où l’immo coute 5 à 10x moins cher l’a un peu choisi.

          • Vous avez raison

      • Jean luc says:

        Moi j’ai quitté la France il y a 15 ans (au moment de ma retraite) car je ne voulais plus avoir à faire à des gouvernements de fénéants, de teouillards, de voleurs et qui préfères verser des millions chaque mois à des dechets d’étrangers, qui viennent en France pour voler kes Français et piller la France, mais surtout avoir chaque mois de l’argent de l’état sans rien faire.

        • Et vous vivez donc à l’étranger et touchez la retraite Française et finalement vous êtes bien heureux de vivre avec l’argent de l’état sans rien faire.

          • Franchement écrire cela … vous n’avez aucune crédibilité sur le sujet ,restez dans votre bulle et certitudes. Si un retraité touche une pension ,quel que soit le montant d’ailleurs, c’est qu’il a suffisamment cotisé pour prétendre à ses droits non . Alors votre commentaire est nul .

            • Monsieur,
              Vous avez travaillé certes comme beaucoup de gens mais vous avez bénéficié des systèmes comme l’éducation et la santé … Vous avez bénéficié des infrastructures des forces de sécurité … Alors vous avez des droits mais aussi des devoirs surtout de dire merci à votre pays! Le patriotisme fiscal veut dire quelque chose pour soit et les autres … Une question de moralité.

              • Pas de patriotisme fiscal quand ceux qui travaillent sont moins bien lotis que beaucoup d’assistés qui ne font rien de leur journée

      • En quoi est ce étonnant ou même injuste? Les personnes retraitées ont mathématiquement plus d’ancienneté et d expérience pro que la population active qui intègre des jeunes sortis d étude etc

        L’idée se baisser les cotisations comme d’allonger la durée est débile. L’espérance de vie en bonne santé est déjà inférieure à l’âge légal de départ à la retraite avant la reforme.
        Et une bonne partie des retraités perçoit une retraite inférieure au smic.
        On a que le mot économie et croissance à la bouche, mais qu’on leur donne de quoi bien vivre et consommer et cela fera travailler les actifs !!
        Un jeune de 29 ans qui trouve votre analyse sur les retraités égoïstes bonne à jeter aux abrutis de bfm tv

        • vos certitudes m’impressionnent….mais n’apportent rien en termes de solution. Si les gens avaient travaillé à l’école (gratuite !!) dans leur jeunesse, ils n’auraient pas eu une vie de smicards, auraient cotisé suffisamment pour avoir une retraite correcte….chacun est libre de gérer sa vie comme il l’entend. Facile de considérer que c’est toujours la faute à d’autres…..et donc il faut que tous nous fassions un effort, actifs comme retraités.

    • Payet Annie claude says:

      Monsieur Fonteneau devrait redescendre sur terre .on a déjà travaillé toute une vie et on vit en faisant attention à tout avec nos retraites de misère.la majorité des retraites ne sont pas riche contrairement à ce que votre langue de vipère est en train de raconter.

      • On a du lui demander de lancer cette idée pour voir…

      • Cadences infernales et retraites de misère…
        Cela fait 60 ans que j’entends cette plainte sûrement justifiée. Tout petit, ça m’a foutu la trouille. Alors, je me suis mis rapidement à apprendre beaucoup, puis à travailler beaucoup pour me payer mes études et mettre ensuite ma famille à l’abris du besoin. Et ça a marché.
        Etre pauvre, c’est une chance pour s’en sortir.

  3. Bonjour
    Dois je vous rappeler que nombres de retraités actuels ont travaillé jusqu’à 65 ans et pas à 35h par semaine . Pour parler de solidarité : demandez déjà aux bénéficiaires des régimes des régimes spéciaux d’être solidaires et vous entendrez leurs réponses … Les vrais nantis , ce sont eux et ça n’est pas près de changer

  4. il ne faut pas oublier que les retraités d’aujourd hui de plus de 70 ans n ont pas connu les ou très peu les 35h pas les rtt et pas beaucoup plus que les ‘ semaines de congés ! remettons tout le monde sur le point de l’égalité de ceux qui sont à la retraite et de plus de 70 ans à savoir 44 h par semaines, 3 semaines de congés payés et pas de rtt . ils travailleront plus seront payés plus et donc les cotisations augmenteront ! quant au chômage obligeons les professionnels du rsa de travailler et si refus au bout de 2 propositions on stoppe les allocations et là tout le monde repartira travailler et il n y aura plus de pénurie dans les emplois agricoles, les restaurants etc..
    arrêtons de subventionner les femmes dites seules, la cmu que les plus de 70 ans n ont jamais connu même s ils leur arrivaient d’être au chômage ! réorganisons toutes ces associations de défense des enfants, des mères dites célibataires car avoir 3 enfants et plus soit avec le m^me nom d’un homme ou de père différends dites moi ce que veut dire femme seule ! quels sont ces idiots qui demandent la baisse des retraites pour ceux de 70 ans et plus ! ces beaux orateurs connaissent ils le travail manuel de ces personnes des années 60? bien sur que non ! il y a pleine de solutions pour alléger les charges de l’Etat mais faut il encore que celui ci veuille les entendre et que les beaux parleurs et donneurs d’idées veuillent aussi les entendre et les explorer avant de donner des idées trop simplistes ! en France le mille feuille administratif a été et est toujours la perte de nos finances tout comme ces associations qui naissent chaque jour et qui coûte tous les jours du »pognon de dingue » mais que personnene veut voir !

    • Bonjour, parfaitement je suis de ceux la (plus de 70 ans) j’ai travaillé dans le bâtiment (48 h par semaine) puis dans le commerce de 50 à 70 H par semaine puis viré comme un malpropre à 49 ans suivi de commerçant indépendant et finir à 60 ans avec une retraite de 1300 € Vous croyez que j’ai envie de voir baisser ma retraite ,quand les nantis se pavanent à l’aise avec gros 4X4, piscine ,résidence secondaire,vacance de l’autre coté de la planète. Que dire du chômage…….. Trouver un artisan pour vous construire un muret en moellon de 30 mètres de long , vous attendrez 6 mois car cet artisan ne trouve personne qui veuille travailler ou c’est tellement trop cher en charge que les factures explosent……dans ce pays on arrose à tout va , mais on voudrait couper l’eau au petit.
      Stop au gabegie …………

    • Là, je crois que vous tenez un bout de la solution. Mais ce n’est pas très politiquement correct. Donc ça ne se fera pas, on détournera les yeux des vrais problèmes pour se contenter de souffler l’écume.

    • Tout à fait d’accord avec Lemaire et nobo

  5. Le système des retraites en France est à la fois très généreux (comparé aux autres pays), mais surtout très injuste, d’un métier à un autre, quand on compare la somme des cotisations versées par un pensionné (y compris les parts dites patronales) et le cumul des pensions reçues compte tenu des âges de départ (qui impactent l’espèrance de vie et donc la durée de pension) et des règles de calcul des dites pensions. Ce n’est pas un problème de répartition versus capitalisation, c’est un problème de mode de calcul (avantages acquis…).

  6. Jean-Louis says:

    Franchement baisser les retraites ce n’est pas le sujet sauf a appauvrir une nouvelle fois les Français. Il y en a marre de ces idées qui ne sont que pour le fric et non l’humain. Du fric il y en a on a vu avec le COVID que on peut sortir des milliards alors que c’était impossible avant.

  7. Les retraites ont déjà baissé et cela va continuer en ne suivant plus que le coût de la vie plutôt que le pouvoir d’achat.
    Antan, la durée de vie laissait peu d’espoir de toucher sa retraite alors que c’est maintenant le contraire et c’est pourquoi c’est équitable d’augmenter la durée de cotisation

    Plutôt que d’en revenir comme antant avec des revenus aussi minces qu’une pension de retraité, qu’on supprime les retraites (ou alors les retraités s’ils se plaignent) pour éviter ce problème

    • Jean-Louis says:

      augmenter la durée de cotisation c’est une idée le reste n’est que stupidité.

    • japanonly says:

      Supprimer les retraités ? n’est ce pas , finalement, ce qu’ont fait nos dirigeants avec leur gestion calamiteuse de la crise covid ? et n’est ce pas le but d’une deuxième vague consécutive au laxisme généralisé face a ce virus ?

  8. La France semble être le pays où le temps de travail d’une vie est le plus faible lorsque l’on tient compte de tous les paramètres…durée hebdomadaire, congés payés, jours fériés, début dans la vie active, âge de départ.
    Il est grand temps de dire la vérité au Français…que la richesse individuelle et d’un pays vient aussi du temps consacré au travail… et qu’il existe un déséquilibre structurel entre les actifs et ceux qui sont à la charge de ces mêmes actifs.
    Il me semble également important de laisser le choix de l’âge de départ avec comme principe le nombre de trimestres ou de mois travaillés et/ou le nombre de points accumulés.
    Sans oublier l’abolition des privilèges qui ont été accordés au régimes spéciaux et dans une moindre mesure aux fonctionnaires !

    • Jean-Louis says:

      Et réduire les salaires des hauts fonctionnaires et les cumuls retraites et salaires et les salaires indécents des patrons du CAC40 ( ex ex pdg renault Carlos Ghosn qui était un voyou et ne payait aucun impôts en France) Voila des vrais privilèges à abolir

    • « Il est grand temps de dire la vérité au Français…que la richesse individuelle et d’un pays vient aussi du temps consacré au travail… »

      Pas d’accord avec vous. Le taux horaire de chaque métier est plus ou moins différent.

      • Bien sûr tous les métiers ne se valent pas…mais une part de la richesse individuelle peut venir du temps consacré à travailler…pour résumer, il y a aussi des individus qui sont devenus riches en travaillant beaucoup et d’autres qui sont restés pauvres parce qu’ils n’ont pas voulu se bouger..!
        Même si le travail n’est pas une fin en soi, pourquoi d’après vous certains pays asiatiques ont eu un tel essor économique ?

        • Parce qu’ils bossent, certes.
          Mais aussi :
          Parce qu’ils ont une pyramide des âges favorable ?
          Parce qu’ils n’ont pas encore de dette à rembourser ?
          Parce qu’ils n’ont pas encore un système de protection sociale dispendieux ?
          Parce qu’ils sont moins étendus, et ne s’embarassent pas d’aménagement du territoire ?
          Parce que dans la grande marche du monde, on leur a assigné le rôle de produire pas cher pour l’Occident ?
          Plus quelques autres centaines de raisons…

          Pour en revenir à la valeur travail, comment va se faire la répartition des richesses quand les robots remplaceront bien plus qu’aujourd’hui les travailleurs ? Dans les champs, pas de problème, la main d’oeuvre est étrangère. Mais ailleurs, dans le tertiaire ?

        • keith kennedy says:

          Là vous parlez dans l’ancienne économie. Maintenant avec l’inventivité de la BCE et consorts, On parkera cela ailleurs et on fera rouler la dette, tant que les taux sont bas. La BCE fera tout pendant des décennies pour les garder bas.
          De plus il y a la CRDS. On parle de 2049 au lieu de 2024.

  9. Bonjour à tous ,
    Guillaume , j’apprécie votre coté provocateur.
    Sur le fond , et sur les chiffres vous n’avez pas tord. Notez qu’il y a une grande disparité dans les montants de retraites. Mathématiquement , baisser les retraites serait une solution ,en appliquant des notions de seuil…
    Mais c’est plus compliqué que cela car sociologiquement les retraités représentent la population qui vote le plus et là c’est éminemment politique.

  10. Bonjour, pourquoi ne pas baisser uniquement les retraites élevées.
    Il me semble logique que ceux qui ont une retraite supérieure à 2000 euros par part fiscale puissent supporter une baisse.
    Cette baisse serait progressive, plus on gagne plus ça baisse.
    On pourrait également fixer une retraite maximale à 4000 euros par part fiscale par exemple.
    Les sommes économisées pourraient servir à la fois pour augmenter les retraités les plus modestes et éviter aux actifs de travailler plus longtemps.

    • Surpris qu’il faille attendre le 40ème commentaire pour avoir une proposition de type communiste!
      Pour rappel: pour les salariés la retraite est strictement proportionnelle aux cotisations versées et les impôts sont déjà là pour réduire « les inégalités » (ce qui n’est pas leur vocation première!)
      Pour la baisse des retraites, c’est déjà fait: 0.3% d’augmentation en 10 ans et une CSG augmentée de 2%, soit une perte de 15% en pouvoir d’achat.
      Et ce n’est pas près de s’arrêter, l’inflation étant le meilleurs moyen d’annuler la dette, on peut s’attendre à une sérieuse augmentation de celle-ci et a une diminution concomitante du pouvoir d’achat des retraités!

      • @Guy
        Votre rappel utile s’imposait car une résurgence possible de l’inflation touchant alors la plupart des revenus est loin d’être une vue de l’esprit.
        Les économistes ne sont-ils pas partagés sur ce sujet d’importance majeure ?

    • « Il me semble logique que ceux qui ont une retraite supérieure à 2000 euros par part fiscale puissent supporter une baisse. »

      Si vous aviez une retraite de plus de 2000€, peut-être trouveriez vous ça moins logique ?

      • @Softy
        Les cadres moyens et supérieurs ayant travaillé dans de rudes conditions, faisant preuve de compétences, de volonté(qualité de plus en plus rare) et parfois de responsabilités écrasantes,peuvent en effet bénéficier de retraites supérieures à 2000€ : Quel est le problème ? Faut il remettre au goût du jour une sorte d’égalitarisme qui a maintes fois fait ses preuves dans les pays où il a sévi notamment au 20 ème siècle?
        il semble vous avoir échappé une règle essentielle en économie : C’est bien le TRAVAIL et les compétences qui créent les richesses quelles qu’elles soient !

    • Jay Lucien says:

      Oui c est une très bonne idée…sauf que ces gros retraités paient plus d impots qui vont dans une autre caisse de l etat…et profite aux gros fonctionnaires…

    • japanonly says:

      oui mais il y a mieux: tout le monde la même retraite et supprimer le drapeau bleu blanc rouge et le remplacer par la faucille et le marteau: Tout le monde doit etre pauvre au nom de l’égalité, sauf la nomenclatura bien sûr

      • Ah, j’allais, le dire, vous me l’enlevez de la bouche. Il faut bien évidemment récompenser chacun selon ses mérites, et les datchas du bord de mer devront être réservées aux meilleurs serviteurs du système.

    • C’est justement avec un raisonnement communiste comme le votre qu’il est grand temps de cotiser le moins possible au régime général et se faire sa retraite par capitalisation (Ass-Vie, PEA, PER, PEE, etc).

      Beaucoup de retraités crient au scandale avec l’histoire de BlackRock. Je les laissent comparer sur 30 ans 1 € cotisé et géré par l’état vs le même sur un fonds actions BlackRock…

  11. Que l’on baisse la retraite de Mr FONTENEAU, tout d’abord et l’on verra par la suite

  12. On travaille toute notre vie pour gagner une misère et on veut nous baisser les salaires comme ça vu qu’on gagnera pas assez il faudra travailler encore plus

  13. il ne faut pas oublier que les retraités de 70 ans et plus ont la plupart commencé à travailler à 14 ans ! à quel âge commence t on actuellement , minimum 20 ans ! en fin ceux qui veulent travailler ! les 70 ans et plus ont fait plus d un métier pour ne pas être au chômage car à l époque le chômage lorsqu on avait 20 ans c’était rien du tout ! même si on avait travaillé à l’àge de 14 ans et que l’on avait cotisé dès 18 ans ! que l’on retire tous les systèmes de retraite qui nous coûtent plus qu’ils ne rapportent : sncf- edf- police- gendarmes – armées -et tous fonctionnaires ainsi que députés, maires, conseillers de tout genre ministres, ex Présidents de la République et sénateurs cumulards ! que l on fasse un régime pour tous ! il y aura moins de disparité et une dette moins élevée ! regardons la gestion des caisses de retraites des notaires et de leurs employés ! elle n est pas en faillite et au contraire en bénéfice ! sachons gérer et nous ferons comme les Notaires il y aura du bénefice et arrêtons l’assistanat social qui nous tue !

  14. Je suis un peu surpris des commentaires affirmant que les retraités d’aujourd’hui auraient travaillé 44 heures par semaines jusqu’à 65 ans avec seulement 3 semaines de congé payés !

    En effet, la retraite à 60 (avec 150 trimestres de cotisation), a été instituée en 1982, ainsi que les 39 heures et la 5ème semaine de congés payés.

    Ceux qui avaient 65 ans en 1982 ont maintenant 103 ans, il ne doit donc pas beaucoup en rester !

    En revanche, nombreux sont ceux qui on bénéficié des dispositifs de préretraite poor arrêter de travailler vers l’âge55 ans.

    La vérité est que dans leur grande majorité, les retraités actuels ont moins travaillé et moins cotisé que ce qui est demandé aujourd’hui pour bénéficier d’une retraite à taux plein (150 trimestres vs 172).

    Il ne serait donc que justice d’ajuster le montant des retraites servies actuellement (du moins pour la part excédant un SMIC), en tenant compte du montant des cotisations versées pendant la vie active, ceci afin d’alléger le fardeau pesant sur les actifs et la dette léguée sur les générations futures.

    (je précise, qu’étant moi-même cadre retraité, je ne défends pas ici mes intérêts, mais celui de mes enfants et petits-enfants.)

    • Si vous vouliez réellement défendre les intérêts de vos enfants et vos petits enfants, vous souhaiteriez au contraire une augmentation des retraites, pour leur laisser plus lors de votre décès, ou les aider plus par de plus grosses donations de votre vivant.

      • @adnstep

        Votre logique de mathématiques élémentaires est pourtant très accessible !

      • En quelque sorte vous demandez à ceux qui travaillent de cotiser pour verser à vos enfants. De quel droit méritent ils cette retraite ? C’est bien la preuve que le montant de votre retraite pourrait être baissé puisque vous n’en avez pas besoin.
        Personnellement mes parents ont une petite retraite, j’ai de bons revenus et mes cotisations sont donc élevées, avouez que je puisse être amer de savoir qu’elles enrichissent vos enfants qui ont sans doute déjà bénéficié d’un niveau de vie familial confortable. Mais comme cela ne suffit pas il faut en plus créer une dette qui sera remboursée par mes enfants

        • Et bien nous sommes dans le même cas. Et nous voyons les choses différemment.

          J’ai moi-même cotisé pour d’autres, pourquoi d’autres ne cotiseraient pas pour moi ? C’est bien là l’essence de ce système vicié à la base, non ? Ce que je fais ensuite de cet argent ne regarde que moi. Le contrat initial n’est pas que la retraite doit juste vous servir à survivre.

          Sans compter qu’en aidant ses enfants ou ses petits-enfants, on leur permet de faire des études parfois très coûteuses, qui leur donneront des diplômes qui leur permettront de gagner plus, donc de cotiser plus, peut être pour vos enfants. Vous voyez, j’initie un cercle vertueux dans le cercle vicieux.

          • Non nous ne sommes pas dans le même cas : je ne suis pas retraité. Ma génération va cotiser plus que la votre car lorsque vous cotisiez il y avait moins de retraités (partant plus tard, vivant moins longtemps, avec moins de droits).
            Quant à considérer comme vertueux un cercle qui consiste à réserver les études aux enfants dont les parents peuvent payer plutôt qu’aux enfants en ayant le potentiel c’est un point de vue. D’autres y voient un comportement de caste… il faut le reconnaître, universel.
            PS : je quitte ce blog, je ne répondrai pas à vos remarques et vous prie de m’en excuser

            • « Non nous ne sommes pas dans le même cas : je ne suis pas retraité. »
              Ben, moi non plus. On doit juste avoir quelques années d’écart.
              Que dire…

              « Quant à considérer comme vertueux un cercle qui consiste à réserver les études aux enfants dont les parents peuvent payer  »
              Vous seriez surpris du nombre de familles qui se saignent aux quatre veines pour les études de leurs enfants, même avec de faibles salaires, et parce qu’eux-même n’ont pas eu accès à ces études. Une survivance du monde d’avant, sans doute…

        • Sur quels critères objectifs faudrait il préjuger des » besoins » d’autrui ?

  15. Les retraites ont déjà beaucoup trop baissé.
    Depuis quelques années, elles sont plus taxées qu’avant et ne sont pas suffisamment indexées sur le coût de la vie

  16. la preuve que vous ne connaissez pas tout et qu’avant d’affirmer quoi que ce soit il faut contrôler !
    j ai pour ma part travailler dès l’age de 14 ans en août 1961 – j ai donc connu les 44 h (voire plus) et 3 semaines de congés pays pendant 21 ans ! puisque j ai été réformé par l armée suite à un accident ! je n ai jamais connu les rtt et très peu de congés et pourtant j ai été cadre supérieur pendant plus de 35 ans ! alors s il vous plaît les retraites que nous avons sont largement dues ! en effet lorsque vous touchez 16 mois de salaires sur un an pour différentes raisons (changement d’employeur etc ;; ) les cotisations sont prises sur 16 mois mais la retraite n est calculée que sur 12 mois ! où est donc la logique ! et plus d un retraité à travailler plus que son temps légal en semaine et quand il fallait redoubler dans la m^me journée nous le faisions car à l’epoque il manquait de main d’oeuvre et nous le faisions car nous travaillions pour un employeur avant tout ! aujourd hui on travaille pour un salaire ! avant nous travaillions pour une société, un patron ! actuellement cela est mis de côté tout comme la conscience professionnellet ce à 80 pour cent !

  17. Bernard B says:

    D’abord, et avant tout préalable, que l’état se réforme, fin de tous les privilèges, députés, sénateurs, retraites et avantages divers opulents pour les ex présidents, sénateurs, ministres, députés, etc, etc…la liste est très/trop longue, fin d’une fonction publique pléthorique (hors certains ministères régaliens) fin de ce mille feuilles administratif que seul ce pays a le secret de « fabrication » que l’état donne déjà l’exemple, et après, seulement après, nos politiques pourront demander aux citoyens des efforts.
    Franchement, seuls des politiques sans soucis de réélection peuvent éventuellement essayer une grosse réforme de l’état Français.

  18. « Demain, devrons nous cotiser pendant 44 années ou atteindre 68 ou 69 ans pour partir à la retraite à taux plein ? »

    Bah non. Si vous commencez à travailler à 16 ans, vous pourrez arrêter à 60.

    Mais, me direz-vous, aujourd’hui, tout le monde a le bac et fait des études supérieures ! Et bien tant pis pour eux.

    Le malin, demain, se trouvera rapidement un emploi, et cumulera emploi et formation, ce qui lui permettra de progresser.

    Y’a plus qu’à organiser toussa en favorisant l’apprentissage et en revalorisant le RNCP, plutôt que favoriser la diplômation à outrance.

    • japanonly says:

      Exellent commentaire, en effet la course aux diplomes faisant croire qu’il y a adéquation entre études et emplois est une bêtise sans nom; avec un simple bac (un vrai pas un en chocolat comme maintenant), je ne remercierais jamais assez le seul employeur de ma vie de m’avoir licencié a mi carrière, m’obligeant a creer mes entreprises, en vivre et investir pour la retraite. Alors, lire qu’il faudrait prendre a ceux qui ont créé pour distribuer aux traine savates , non.

      • A partir du moment où tout le monde à le bac, le bac ne faut plus rien.

        • japanonly says:

          Les diplomes , on s’en fou , seuls compte l’intelligence,le courage,l’opportunisme et l’observation pour réussir; les diplomes ne sont que des « points » pour acceder a des postes dans la fonction publique, pas pour effectuer un vrai travail enrichissant.Le plus curieux , dans cette société est bien que les jeunes rêvent, non )pas de réussir mais d’optenir un poste le plus haut possible en tant que larbin de l’état, larbin corvéable a merci.

  19. julien Bonnetouche says:

    ça va Guillaume ?

    déjà 40 commentaires !!!!

    Pas étonnant, il n’y a que des vieux dans ce blog..

    • cher Monsieur Bonnetouche ! les vieux ont permis d’être ce que la France a été jusqu’à l’aube de la décadence de mai 1981 ! sans les efforts déployés au travail par »ces vieux » d’aujourd’hui, que vous semblez haïr , la France n’aurait pas été ce qu’elle f^t ! Grâce aux incapables qui nous ont gouverné depuis 1981 nous sommes arrivés à la catastrophe des retraites que nous connaissons. le gouvernement de Mr JUPPE a essayé de réformer mais s’est heurté un mur violent de socialos gauchistes bobos qui ne voulaient pas écouter et comprendre ! 25 ans après nous sommes en train de heurter ce
      mur ! tant que nous n arrêterons pas les régimes spéciaux des nantis de la fonction publique et assimilé rien n’ira ! pourquoi la caisse de retraites des notaires et de leurs employés n’est pas en déficit ? parcequ’elle est gérée unanimement employeurs et employés et dans l’intérêt de tous ! gérons la caisse de retraite de la sécu correctement et faisons une retraite pour tous sur les mêmes égalités et non pas sur des salaires sur 10 ans pour les uns, 25 pour d’autres, des départs à 50 ans, 52 ans 55 ans et 64 ans pour d’autres ! arrêtons aussi les cumuls pour les élus ! notre Petit Roi devrait d’en inspirer lui qui nous a promis
      un nouveau monde !

  20. Il faudrait rappeler que nous sommes le pays où nous commençons à travailler le plus tard ,ou l’on s’arrête le plus tôt,où entre les 2 on ne travaille pas beaucoup,et dans lequel les retraites sont les plus élevées et parmi celles versées le plus longtemps,ça va mieux comme ça?

    • « Il faudrait rappeler que nous sommes le pays où nous commençons à travailler le plus tard  »
      Il suffit de rémunérer les étudiants 😁

  21. Guillaume G. says:

    Bonjour Monsieur Fonteneau,
    Quand je vois le succès que rencontre aujourd’hui sur votre blog ce vieux débat éculé bien de chez nous, je me désole.
    Le drame de ce pays, à travers certains des commentaires postés supra, c’est que trop de Français ne veulent pas travailler.
    Ils vivent le travail non comme un facteur de réalisation et d’épanouissement personnel mais comme une aliénation.
    A partir de ce postulat de départ, comment voulez vous mener sereinement un débat pourtant d’une extrême importance ?
    Cordialement,

    • « Ils vivent le travail non comme un facteur de réalisation et d’épanouissement personnel mais comme une aliénation »

      Arbeit macht frei ?

      L’épanouissement au travail ? Qui ? Combien de personnes concernées ? Tout au long de mes (pour le moment) 31 ans de carrière, j’ai eu des moments exaltants, mais d’autres pendant lesquels je m’interrogeais sérieusement sur le fonctionnement du système et combien de temps ça pouvait durer sans que ça casse. Au bout d’un moment, ça use, et mieux vaut partir avant de vieuconiser.

      NB : avoir plus de temps libre me permettra de satisfaire mon goût pour les musées et les expositions, et quelques travaux manuels, ce qui ne manquera pas de m’épanouir bien plus que passer des journées au boulot. Ah, et, j’oubliais, plus de temps à m’occuper de mes placements 😁.

  22. Sans compter que notre système de retraite ,outre tous les profiteurs du monde politique,syndical et fonctionnaires et qui cumulent souvent dans les 3,est un système de Ponzi à bout et pour lequel il est temps de siffler la fin de la récré!
    Il est grand temps d’évoluer et merci de ne pas nous bassiner avec l’esprit du CNR d’inspiration communiste.

    • Guillaume G. says:

      Absolument d’accord avec vous PCC.

    • Mais je ne pense pas que l’âge pivot ou le système unique soient la solution.

    • tout à fait d’accord avec vous sur le Ponzi scheme.
      Ne pas oublier par qui ont été fait tous les systèmes issus du CNR: des personnes qui avaient connus la guerre, les privations, les atrocités diverses et variés. ils n’allaient pas regarder dans l’assiette du voisin pour voir s’il y en avait plus pour lui piquer.

  23. Tout à fait d’accord. Bosser 43 ans et avoir cotisé et s’entendre dire ca c’est un peu fort de café. Nos retraites avec la hausse de la csg elles ont déjà diminué . Et elles ont été augmentées de combien en 5 ans.
    Le problème c’est le chômage. Mettez les chômeurs en activité vous aurez des cotisations.

  24. Je trouve la question posée dans cet article bien naïve. Augmenter la durée de cotisation est bien évidemment le moyen le plus efficace de diminuer les pensions, notamment dans le privé. Actuellement, avec environ 41 années de cotisation, combien d’actifs du privé sont en emploi lorsqu’ils liquident leur retraite ? Réponse: environ 30%. Eh oui ! L’écrasante majorité des actifs du privé prennent leur retraite alors qu’ils sont au chômage, aux minima sociaux voire (pour ceux qui ont un conjoint qui travaille ou touche déjà une pension) aucun revenu du tout. D’où une pension litteralement laminée par la décote et la proratisation (il faut s’être penché sur le sujet pour comprendre la terrible efficacité de la double peine). C’est génial comme système ! Actuellement, au-dela de 60-62 ans maxi, vous êtes indésirables dans les entreprises. Même les cadres qualifiés qui bossent 50h hebdo: je le vois bien dans ma propre boîte industrielle qui, avec des produits hyper techniques d’une durée de vie de l’ordre de 30 à 40 ans, aurait pourtant sur le papier tout intérêt à garder son personnel technique expérimenté. D’une manière ou d’une autre, les ingés sont dégagés vers 63-64 ans, alors qu’il leur manque 2 à 3 ans de cotisation. Demain, avec une augmentation de la durée de cotisation à 43 ou 44 ans et un âge de départ sans décote (mais pas sans proratisation, nuance !), les mêmes cadres éjectés à 63 ans après une vie de travail à 50h hebdomadaire et qui auront cotisé à fond (solidarité toussa) partiront à la retraite pour une douzaine d’années après 6 ou 7 ans d’inactivité et une pension réduite de 30% a 40%. Quand je vous dit que l’augmentation de la durée de cotisation est LE moyen infaillible pour laminer les retraites !!!

  25. Vu ce qui vient de se passer, je ne comprends pas trop par quel coup de génie ce gouvernement va pouvoir faire avaler une restriction des retraites, un allongement du temps de travail, ou toute autre contrainte peut-être totalement justifiée, alors qu’on vient de trouver des centaines de milliards gratuits pour préserver l’économie de la faute initiale du confinement généralisé. Puisque l’argent est gratuit, pourquoi ne le serait-il pas aussi quand il s’agit des retraites ?

    Castex a beau avoir survolé son CP (dixit sa maîtresse. Enfin, son institutrice, plutôt), je ne pense pas qu’il ait les pouvoirs de Mandrake le magicien.

  26. Triste navigation à vue.

  27. Jay Lucien says:

    Oui c est une très bonne idée…sauf que ces gros retraités paient plus d impots qui vont dans une autre caisse de l etat…et profite aux gros fonctionnaires…

  28. Bonjour

    « Nous assistons à une forme d’égoïsme d’une génération de retraités qui refuse de renier sur ces acquis, même si la conséquence directe de leur égoïsme est d’étouffer leurs enfants qui n’arrivent plus à s’en sortir. »

    étouffer leurs enfants!!!! Ces enfants là, commençant à travailler à 25 ans voudraient le même confort à 30 ans que leur parent n’obtenaient ce confort après l’âge 40 ans , tout en ayant commencé à travailler à 20 ans. Il faut mettre la main à la pâte mes enfants ( le laboureur et ses enfants)
    De plus ces parent aident toujours matérièlement et gardent souvent les enfants etc.. ça fait de belles économies tot ça. les apl etc.. connaissait pas . C’est dur mais ça a été dur pour les parents;

  29. Leurs parents, tout

  30. Bonjour

    « Le drame de ce pays, à travers certains des commentaires postés supra, c’est que trop de Français ne veulent pas travailler.
    Ils vivent le travail non comme un facteur de réalisation et d’épanouissement personnel mais comme une aliénation.
    A partir de ce postulat de départ, comment voulez vous mener sereinement un débat pourtant d’une extrême importance ?
    Cordialement, »

    Exact.

  31. Remettre la France au travail est une évidence ,mais après avoir dévalorisé cette valeur et érigé en mode de vie l’assistanat le réveil sera difficile !Quant aux retraités qui se plaignent ici ,combien ont voté pour Mitterrand le miteux pour avoir la retraite à 60 ans et après moi le déluge,et non financée!

    • Pas moi, vu que j’avais 12 ans à l’époque 😁.
      Ouf !

      Ceci dit, je ne suis pas pour l’allongement ad vitam aeternam de la durée du travail, non plus que pour l’augmentation forte du nb d’heures travaillées par semaine. En tout cas pas dans tous les métiers.

      Lors de la première guerre mondiale, on a mis femmes et enfants au travail dans les usines d’armement pour soutenir l’effort de guerre, et on les a fait bosser jusqu’à 48h par semaine… Au bout de quelques mois, quelques semaines, même, on a arrêté, tant il y avait d’accidents. On est rapidement redescendu à 40h, je crois.

      C’est idem quand on avance en âge, dans certains métiers. Pensez-vous, par exemple, qu’un CRS de 65 ans soit utile face à des blacks Bloks déchaînés ? Qu’un maçon puisse continuer à soulever des charges après 60 ans ! Dans d’autres domaines, c’est le stress, la fatigue accumulée, notamment dans les transports pour rejoindre son lieu de travail, qui fait atteindre les limites.

      Bref, s’il y a des métiers qui se prêtent à l’allongement de la durée de travail, d’autres non. Comment faire alors ?

      Il me semble aussi que les heures travaillées ne sont plus les mêmes. Au début de ma carrière, j’ai le souvenir que la charge de travail était moindre, que j’avais des temps de pause entre chaque tâche effectuée, qu’on pouvait se concentrer sur un sujet sans être dérangé… aujourd’hui, il faut être multitâche et parfois je ne vois pas la journée passer. Mais c’est peut-être parce sur je vieillis 🤣🤣.

      Bref, sans que j’ai beaucoup réfléchi au sujet, je pense que le nb d’heures de travail hebdomadaire doit être modulé en fonction de l’âge et des métiers (au niveau de l’entreprise ? au niveau de la branche ?) Qu’on doit pouvoir taper dans un quota d’heures sup au besoin de l’entreprise, sans contrainte, …et que ceux qui veulent travailler plus doivent être récompensés, et non pas montrés du doigt.

      En ce qui concerne la retraite, ce qui me gêne le plus, c’est le recul sans discontinuer. Je préfère un droit disponible à 40 ans de boulot, ou 160 trimestres cumulés. Ceux qui ont commencé tôt, et doivent avoir des emplois moins bien rémunérés et plus pénibles, pourront s’arrêter plus tôt. Ceux qui ont fait des études, et sont donc censés avoir des emplois mieux rémunérés, devront s’arrêter plus tard mais ne travailleront pas plus longtemps. Et auront de meilleures retraites.

      Ce premier cliquet atteint, ceux qui poursuivraient pourraient avoir des retraites complémentaires.

      Est-ce soutenable économiquement, je n’en ai aucune idée.

  32. Bonjour

    « On pourrait également fixer une retraite maximale à 4000 euros par part fiscale par exemple. »

    Je ne suis pas concerné, mais beaucoup de nos dirigeants l’auraient mauvaise et je vous prie de croire qu’ils n’auraient pas beaucoup envie de proposer une réforme tendant « à égaliser » comme chez les communiste. Que dis je chez les communistes on se sert d’abord avant de donner les miettes à la majorité laborieuse. Laborieuse que dis-je puisque la retraite est la même pour tous —> tir au flan ou laborieux. L’initiative connaît pas là-bas !!!

  33. Henrioux says:

    Vous confondez tout ce qui aboutit à des raisonnements absurdes.
    Ceux qui sont à la retraite actuellement ont cotisé obligatoirement à un système qu’ils n’ont pas choisi
    Aujourd’hui ils touchent ce dont ils ont droit selon leur durée et niveau de cotisations et il serait très injuste de les pénaliser en baissant leur niveaux de pension auquel ils ont droit
    Le problème se situe pour les générations à venir si le système ne change pas, en particulier parce que l’espérance de vie augmente et que les nouvelles générations seront beaucoup plus longtemps à la retraite…normal donc qu’ils prennent aussi leur retraite plus tardivement, être âgé de 60 ans il y a 20 ans, aujourd’hui ou dans 20 ans ce n’est pas la même chose au niveau de la santé et de sa capacité à travailler.
    Une autre possibilité serait de passer à un système privé, chacun cotise le montant qu’il souhaite, la durée qu’il souhaite et prend sa retraite à l’âge qu’il le souhaite.
    Et pendant une génération c’est l’état qui prend en charge les retraités actuels

  34. Guillaume
    Merci de ne pas agiter le chiffon rouge : Le sujet des retraites est déjà trop passionnel, voire ingérable, pour espérer un quelconque débat serein…
    A mon avis, un dépoussiérage appuyé est nécessaire (iniquité entre les régimes, pb de financement, marché du travail vs silver economy), et je souhaite bien du courage à nos dirigeants.
    Cordialement

    • Ah, mais, GF n’aurait pas mis le rôti au feu si le guide suprême n’avait pas rouvert le débat ! Alors que tout le monde croyait la réforme morte et enterrée.

      S’il s’obstine, la rentrée va être difficile, mais l’hiver va être sanglant. Il ne fera pas bon être commerçant à Paris, surtout, que, cette fois, les forces de l’ordre risquent de manquer un peu de zèle…

  35. On prend une moyenne nationale des retraites, mais on oublie que les retraites des fonctionnaires sont nettement plus élevées que celles du privé.
    D’autre part, pour les fonctionnaires, la retraite est financée par un actif pour un retraité, alors que pour le privé, on approche de 2 actifs pour un retraité.
    La retraite des fonctionnaires est en partie payées par le privé et par nos impôts et taxes, par la CSG aussi payée par les retraités, les taxes sur les hauts salaires.
    Le problème vient des fonctionnaires qui ont des retraites supérieures et surtout des régimes spéciaux qui ont peu cotisé dans la durée normale de leur fonction pour avoir une retraite à taux plein comme on l’exige pour les retraités et sauf pour les hauts privilégiés de la fonction publique;
    Quand on parle de diminuer les retraites, il paraît logique d’examiner que depuis plus de 60 ans, à partir de 1956,les gouvernements n’ont jamais cessé de ponctionner les personnes âgées, pour venir en aide au 3ème ou au 4ème âge et je ne fais pas le détail de l’ensemble depuis cette date de ce que les gouvernements prodigues et successifs, en prélèvements sociaux ont inventés, pour soi-disant pour les aider et force est de constater, notamment dans les EHPAD, un résultat calamiteux du personnel insuffisant et bien ailleurs, et les retraités, aujourd’hui, financent toujours la CSG, la CASA, la CRDS, véritable pompe à fric qui arrange nos élites, mais jusqu’à quand allez-vous encore stigmatiser ceux qui ont une retraite durement méritée et ont plus travaillé que la génération actuelle et en plus continuent à financer les retraites et aide les jeunes!!!

    • Lol.
      Beaucoup de croyances et d’erreurs, en ce qui concerne les fonctionnaires. Renseignez-vous, il y a suffisamment de sources sur internet pour remettre à jour ces quelques erreurs.

  36. Oui une honte comme mon ka j’ai travaillé de 14 ans a 58 ans et avoir ma retraite qu’a 62 ans et tout compris 1065e par mois alors me la baisser merci des fumiers se gouvernement et je connais des gars qui on presque pas travailler dans leurs vie touche plus que moi il y a ou devenirs révolutionnaires

  37. Escoffier zahra says:

    Pourquoi l etat veut toucher à retraite s il veut remplire les caisses j ai une idée .il faut arrêter RSA et inciter les chômeurs à travailler. Prenez exemple sur le maroc y a pas RSA y a pas d allocation familiale .les gents se débrouillent quand même pour nourire leurs enfants ,ici y a ceux qui vivent qu avec les allocations et des aides don arrêtez de dire les caisses vide .

  38. Francois says:

    L’état nous berne continuellement y compris en jouant sur il faut travailler plus longtemps car on vit plus longtemps…..oui mais avec quelle santé (la durée de vie en bonne santé commence à régresser) ????
    Vivre jusqu’à 90 ans et être un légume les 10 dernières années ça sert à quoi…je préfère mourir à 80 ans en bonne santé!

    Si on a commence à travailler tard à 22 ans, 25 ans ect c’est par ce qu’on fait des études et faire des études n’est pas des vacances contrairement à ce que semble penser des personnes qui ont commencé à travailler à 14 ans….. J’ai 44 ans et suis ingénieur et suis rentré à 24 ans sur le marché du travaille donc avec 43 ans de cotisation pour avoir la retraite pleine j’aurai 67/68 ans….c’est de la folie…
    Et pourquoi les jeunes font des études car c’est la promesse d’avoir un job contrairement à ceux qui n’en font pas , aujourd’hui il y a des facteurs bac +5….
    Et oui ce n’est pas comme en 1961 en 2020 il y a 10% de chomage….ce qui n’existai t pas à l’époque ou l’on pouvait commencer à 14 ans…
    Et oui à l’époque on aimait travaillé et on avait l’amour du patron et ne regardait pas son propre salaire….mais peut être qu’à l’époque le patron « chouchoutait » ses employés car il y avait manque de main d’œuvre (col bleu / blanc) alors qu’aujourd’hui on a rien à foutre de l’employé car 50 gus qui tape à la porte de l’entreprise pour entrer….alors oui je travaille pas encore pour l’amour du geste….
    enfin bref ça m’a fait du bien!!!

    • En bref, vous n’êtes pas content car l’État ne veut pas respecter le contrat tacite signé avec vous il y a 20 et quelques années.

      Pour en revenir aux études, qui ont tendance à s’allonger, et vu que l’allongement de la durée du travail est malheureusement certaine, je pense qu’on va commencer à voir, si ça n’est pas déjà le cas, des jeunes qui arbitreront en faveur du travail et compteront ensuite sur la formation interne ou le CET.

      « aujourd’hui il y a des facteurs bac +5…. »
      S’il y a des facteurs bac+5, c’est qu’ils ont fait des études dans un domaine dans lequel il n’y a pas d’emploi. Se sont-ils posé la question de leur employabilité future ?

  39. Et par hasard ils font comment dans les autres pays?On est devenu à ce point un pays de feignasses?

    • japanonly says:

      C’est pas nouveau, un pays de faineants , jaloux , hypocrites, envieux,mais en aucun cas un pays d’entrepreneurs responsables de leur propre vie et de celle de leur famille; Est ce peuple qui a généré des gouvernants tels que ceux au pouvoir ou est ce le pouvoir(depuis miterrand)qui a entrainé ce peuple vers la faineantise généralisée?

  40. La seule solution est le plein emploi.
    Plein emploi c’est cotisations, des impôts prélevés, des consommateurs et acheteurs donc des entreprises qui produisent et recrutent. Si cet axe n’est pas fait. Alors on pourra casser les retraites mais aussi la secu et nous aurons que des pauvres et des très riches… (au fait arrêtons de dire qu’à 2kf ou 3kf, on est riche, surtout déduction des impôts), riche c’est 10kf au moins.

  41. julien Bonnetouche says:

    @LEMAIRE ( entre autres)

    Oui mais c’est vous, ou en tous cas votre génération, qui avez voté pour le système politique qui gère le pays depuis Mitterrand voire Giscard !!!!
    Vous étiez jeune à l’époque , et vous croyiez sans doute à la poupée qui tousse et au petit Jésus soviétique !!
    L’argent c’était le mal, et le libéralisme, une horreur réservée à ces incultes d’amerlocs !!

    Et voilà où tout ça nous a mené…

    • cher Monsieur Bonnetouche, pour votre info je n ai jamais voté ni giscard ni Mitterrand ! j ai été formé dans ma jeunesse par des gens qui m ont appris qu’il fallait se méfier des centristes car ils ne savant jamais où se trouve la gauche et la droite et naviguent à vue quant aux socialistes on m a aussi raconté que grâce à eux nous avons eu le droit à des exactions contre les mineurs après guerre que grâce à eux nous avons la guerre d’algérie et toujours grâce à eux il a fallu appeler le Général DE Gaulle pour sauver la Frances des mains mises des Américains ! S’il vous plaît avant de raconter n’importe quoi renseignez vs sur les personnes ! pour ceux qui ont voté Giscard Mitterand , HOLLANDE ET macron aujourdhui je leur laisse le choix ! mais admettez quand vous avez un peuple qui votent à moins de 60 % de ses électeurs et que le candidat est élu à moins de 50 % du nombre de votants inscrits croyez vs que ceal est une élection ! il devrait être obligatoire de voter sinon une amende doit être donnée et cela devrait être inscrit dans la constitution ! une partie de la population ne vote plus car écoeuré des promesses jamais tenues et ceux qui votent le plus ceux sont les assistés rsa et compagnie car s ils vont demander aux mairies des aides qu’ils ont toujours d ailleurs on regarde s’ils sont allés votés aux dernières élections et si non on leur fait remarquer que la prochaine ils n auront plus rien ! donc forcément on ne touche pas non plus à cette classe sociale qui permet d’avoir la barre des 40% de votants !

  42. Exactement,c’est l’addition de ces 40 dernières années qui est sur la table,après avoir bien mangé il faut payer .There’s no free meal ,à la Thatcher pour en énerver quelques uns ici…

    • There’s no free meal, c’est pas Milton Friedman ?

      • Bon, c’est « there’s no free lunch ». Et c’est bien Milton Friedman. Entre autres.

        « L’expression fait référence à une pratique commerciale qui avait cours aux États-Unis à la fin du XIXe siècle. Les patrons de bar offraient souvent un repas gratuit (free lunch) aux consommateurs qui s’engageaient en échange à acheter au moins une boisson. Le tenancier incitait par là les consommateurs à venir chez lui et à y consommer, compensant ainsi la dépense supplémentaire par une hausse des consommations vendues. Les ligues anti-alcooliques s’y opposèrent, y voyant une incitation à la consommation d’alcool…

        C’est en 1966 que Robert Heinlein popularise l’expression dans son célèbre roman de science-fiction, Révolte sur la Lune. Le traducteur français ne comprit pas l’expression et la traduisit mal. Au lieu de souligner le message voulu par Heinlein (la gratuité, ça n’existe pas), il traduit la phrase « there ain’t such a thing as a free lunch » par « il n’y a rien de mieux qu’un repas gratuit », au sens complètement différent.

        À la suite de Heinlein, le prix Nobel d’économie Milton Friedman a été un des grands vulgarisateurs de l’expression, qui depuis est entrée dans le langage courant des économistes.

        Une signification libérale
        La phrase There is no free lunch souligne ici qu’il n’y a justement pas de repas gratuit et que celui qui paye pour la générosité du tenancier, c’est en fait celui qui a bénéficié de cette générosité. Appliqué à l’économie politique, l’expression permet de comprendre qu’il y a toujours quelqu’un qui paye pour les cadeaux offerts par les politiciens à certaines classes de la population. En particulier, c’est le contribuable lui-même qui va financer les cadeaux fiscaux que les politiciens lui feront sous couvert de générosité exceptionnelle. »

        Le reste sur Wikibéral.

  43. Mais de ui se moquer l’auteur de l’article ?
    Pourrais il vivre avec 1000 € de retraite ?
    Alors parler de la diminuer est une indécence de sa part, ça mériterait des excuses !!

    • Ghislaine Mallard says:

      De toutes façons, nous pouvons discuter du sujet autant que nous voulons/pouvons, le gouvernement a prévu un nouveau confinement à la rentrée, qui permettra de faire passer le reste des lois liberticides sans que nous puissions sortir pour manifester.

    • Si ton logement est payé, oui.
      Par contre tu manges, tu dors et basta. Tu oublies les vacances de retraités à parcourir la France en car

  44. Ghislaine Mallard says:

    De toutes façons, nous pouvons discuter du sujet autant que nous voulons/pouvons, le gouvernement a prévu un nouveau confinement à la rentrée, qui permettra de faire passer le reste des lois liberticides sans que nous puissions sortir pour manifester.

    • Lefebvre says:

      Les jeunes travaillent plus ???de qui se moque t on : mon mari a travaillé 51 ans je défie un seul jeune d en faire autant de plus on travaillait 48 heures/semaines soit 13 heures de + donc environ 40 heures de plus/ mois! alors quelque chose a ajouter???? Il n y avait que 3 semaines de congés votre article est minable++

    • Prévu ne signifie pas qu’il s’appliquera.
      Il s’appliquera si les gens sont assez cons pour ne pas respecter les règles de distanciation, masques etc …

    • Il n’y aura pas de nouveau confinement, ça coûte trop cher.

  45. Lefebvre says:

    Les jeunes travaillent plus ???de qui se moque t on : mon mari a travaillé 51 ans je défie un seul jeune d en faire autant de plus on travaillait 48 heures/semaines soit 13 heures de + donc environ 40 heures de plus/ mois! alors quelque chose a ajouter???? Il n y avait que 3 semaines de congés votre article est minable++

    • Ton mari a travaillé 51 ans mais pas avec la même intensité qu’aujourd’hui.

      • Je suis d’accord avec Laurent. En trente ans, j’ai l’impression que l’intensité à augmenté. Ce qui ne veut pas dire que c’est linéaire. L’intensité du travail à l’usine ou au champ il y a 60-80 ans était peut-être tout aussi forte qu’aujourd’hui.

  46. En parlant du confinement,pendant celui-ci les retraites ont été versées à 100% et non pas à 84% ni à 0 comme pour ceux qui ont perdu leur boulot ou leur boîte,confinement général décidé pour sauver les retraités.J’ai même lu que le pouvoir d’achat des retraités avait augmenté pendant cette période.

    • Non, confinement général décidé pour sauver le gouvernement. Comme a dit le guide suprême : « Philippe, il gère son risque ». Le président étant lui inattaquable.

    • Une grosse partie des fonctionnaires a également été payée 100% à rien foutre…et beaucoup font encore semblant de bosser à distance !

      • japanonly says:

        en effet , ça , personne n’en parle , c’est tabou; D’un autre coté ,des fonctionnaires payés a ne rien foutre ,ça existe depuis bien avant le confinement; Bien évidement, je ne parle pas des hospitaliers , des flics ou des pompiers mais de l’immense majorité de ceux qui « travaillent »dans les « zorganismes »crées de toute pièce , sans utilité pour la nation sinon celle d’occuper les déchuts de la pôlitique, ou de ceux qui se font engraisser dans une des multicouches administrative territoriales

    • ce que vs oubliez de dire c est que pendant le confinement les travailleurs n’ont pas eu de dépenses de transports pour aller au travail ce qui est quand même une bonne économie pour certain,s qui travaillent à 25 km de chez sans transport en commun possible entre autres et pas de stresse dû au travail et pour certains aussi pas de frais de garde pour les enfants! quant à une augmentation des retraites pour cette période vs êtes un peu perdu dans vos déclarations ! merci de me donner le pourcentage de l augmentation ! c’est plutôt une baisse de 0.5 pr cent par une taxe supplémentaire sur la csg ! donc pour l’instant la balance est plus dans les travailleurs ! quant au chômage pour d’autres le cas devait arriver un jour ou l’autre ! ne mettons pas tout sur le covid ! cela a été pour tus un mauvais moment à passer qui aurait pu être évité si le Petit Roi avait écouté son consul de YUHAN et les experts militaires qui ont tiré la sonnette d’alarme en janvier mais que ces bons messieurs des ARS ont ignoré étant donné que ces personnages de l ARS , payés à ne rien faire, sont des imminentes personnes infaillibles !

  47. Le taux de redistribution des retraites est de 1 à 4 entre les plus fortes pensions et les plus faibles.
    C’est à dire que les plus aisés divisent par 4 leurs revenus par rapport à leur vie active eu égard aux salaires minimas.
    Vouloir plus de solidarité c’est accentuer cet écart qui est déjà très fort, d’autant que ceux qui ont des pensions de bon niveau, se sont bougé le cul pour les obtenir.

    Marre de cette démagogie gilet jaune et de taper sur ceux qui ont (un peu) d’argent mais pas suffisamment pour se barrer dans les paradis fiscaux.

  48. chrysalide says:

    moi je pense que ce bazar des retraites il a commencé après mai 68, çà a fait éclaté tellement de chose notamment la conscience professionnelle, « on travaillait pour une entreprise , on en était fier », les jeunes ont cassé cela, en passant d’un patron à l’autre quand ça leur chantait, car « il n’y avait pas de chômage », puis les « glorieuses sont arrivées » et là rappelez vous les grèves des banques qui réclamaient 14 mois et des augmentations de salaires!!! même à cette époque on trouvait facilement du travail puis la dégringolade a commencé , le chômage a augmenté, la CMU a été créée, l’immigration a augmenté car avec le retard l’afrique et autre pensait qu’on était encore dans les glorieuses vu que « eux » crevaient la faim!!, alors là vous voulez que ce qui reste d’actifs, qui commencent à bosser à 25 ans tellement ils tirent sur études, formation,stages!!!nous payent des retraites ?????en plus d’assumer celles déjà en place (des glorieuses) celles très anciennes (qui ont plus de 90 ans), et bien sur se préparer leur retraite à eux!!! ils faudrait pour cela qu’ils soient salariés à au moins 3000 euros!!!en smic bien sur!!
    donc comme tous les « politichiens » devraient dans ce cas être au moins 10 fois plus ça nous met un sénateur à 30 000 et un ministre a 50 000!!!
    non soyons sérieux, nous vivons en ce moment un tournant car on ne peut pas continuer ainsi à dépenser sans compter pour les malins qui tirent leur épingle du jeu en douce, en profitant du système pour crier haut et fort dans 30 ans (ou moins pour le politichiens) qu’il n’est pas question de baisser « leur retraite durement gagnée »
    il faut en effet que tout simplement tout le monde travaille et que tout le monde cotise? même les émigrés qui ne demandent que ça, travailler!!!…
    nous avons beaucoup trop « avantages acquis au gré des décennies », il faut remettre à plat notre système de répartition, et c’est vrai que çà doit être plus égalitaire et ça passera par enlever des avantages « anciens des glorieuses », car le temps est à la restriction et que maintenant on ne peut plus financer des excuses de « avant c’etait possible »
    le travail c’est le maitre mot

  49. Monsieur Fonteneau
    Vous n ‘êtes pas sérieux
    Salarié et travailleur indépendant le cumul des statuts est très négatif pour le calcul de la pension par régime. Malgré 10h de travail par jour la retraite est faible .
    L’amertume est forte.vos propos je vous le souhaite sont écrits dans le but de faire parler de vous. Sinon c ‘est grave pour vous.
    Vous me sembler meilleur dans le cynisme que dans les conseils positifs en investissement car a vous lire rien n’a grâce à vos yeux .
    J’espère que votre heure viendra vous accepterez d ‘être mangé à la sauce que vous préconisez. Vous aurez certainement une grosse pension.
    Ce n est pas joli de dire que les retraites saignent leurs enfants par leur égoïsme.
    Tout cela est bien petit….

    .

  50. Les encours sur Livret A se montent, en juin 2020, à 433 milliards. Cet argent est censé servir au logement social.

    Utilisons-le plus intelligemment.

    La capitalisation totale du DAX 30, l’équivalent allemand du CAC 40, avoisine les 1200 milliards. Avec nos 433 milliards, nous pourrions acheter 1/3 de la côte allemande.

    Et, comme chacun sait, les Allemands sont travailleurs, ils aiment ça. Nous pourrions donc profiter de leurs qualités pour améliorer nos retraites.

    Ainsi, chacun serait heureux, allemands au travail, français à la retraite. Et tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

  51. Bon, c’est « there’s no free lunch ». Et c’est bien Milton Friedman. Entre autres.

    « L’expression fait référence à une pratique commerciale qui avait cours aux États-Unis à la fin du XIXe siècle. Les patrons de bar offraient souvent un repas gratuit (free lunch) aux consommateurs qui s’engageaient en échange à acheter au moins une boisson. Le tenancier incitait par là les consommateurs à venir chez lui et à y consommer, compensant ainsi la dépense supplémentaire par une hausse des consommations vendues. Les ligues anti-alcooliques s’y opposèrent, y voyant une incitation à la consommation d’alcool…

    C’est en 1966 que Robert Heinlein popularise l’expression dans son célèbre roman de science-fiction, Révolte sur la Lune. Le traducteur français ne comprit pas l’expression et la traduisit mal. Au lieu de souligner le message voulu par Heinlein (la gratuité, ça n’existe pas), il traduit la phrase « there ain’t such a thing as a free lunch » par « il n’y a rien de mieux qu’un repas gratuit », au sens complètement différent.

    À la suite de Heinlein, le prix Nobel d’économie Milton Friedman a été un des grands vulgarisateurs de l’expression, qui depuis est entrée dans le langage courant des économistes.

    Une signification libérale
    La phrase There is no free lunch souligne ici qu’il n’y a justement pas de repas gratuit et que celui qui paye pour la générosité du tenancier, c’est en fait celui qui a bénéficié de cette générosité. Appliqué à l’économie politique, l’expression permet de comprendre qu’il y a toujours quelqu’un qui paye pour les cadeaux offerts par les politiciens à certaines classes de la population. En particulier, c’est le contribuable lui-même qui va financer les cadeaux fiscaux que les politiciens lui feront sous couvert de générosité exceptionnelle. »

    Le reste sur Wikibéral.

  52. Les retraites ? Simple, il y a 3 leviers :
    1) Augmenter les cotisations
    2) Augmenter la durée de travail (repasser aux 39h ou travailler jusqu’à 65 ans)
    3) Baisser les retraites

    Gouverner, c’est prévoir et on voit bien que 20 ans après le passage aux 35h, cela n’a pas beaucoup créé d’emplois. Résultat, les retraites ne sont plus à l’équilibre. Idée géniale que très peu de pays appliquent …

    Quelques pistes de réflexion :
    > Les retraites ne baisseront, ni n’augmenteront ; c’est l’inflation qui fera le travail
    > Le reste à charge d’une maison de retraite est d’environ 2000 euros.
    Il ne serait pas choquant d’envisager de plafonner les retraites pour un couple de retraités à 4000 euros.
    > Le nombre de trimestre à cotiser devrait être mis en lien avec l’espérance de vie en bonne santé
    (Vous travaillez jusqu’à disposer d’une moyenne théorique d’espérance de vie en bonne santé de 15 ans)
    > 2 smicards à 60 ans, ne sont pas égaux qu’ils soient propriétaire ou locataire.
    L’idée est de pousser les jeunes trentenaires à devenir propriétaire (et non pas de pénaliser ceux qui ont compris de ne pas jeter chaque mois un loyer par les fenêtres).
    > Les gains de productivité et donc de richesses ne sont pas terminés. Robots, IA et autres smartphones quantiques seront là pour vous aider 😉

    • « repasser aux 39h »
      Pourquoi pas 40 ?

      • Oui mais payées combien ???39 payées 35 après les 35 payées 39 ???🤣Meilleure idée sur la terre que personne d’autre n’a appliquée !
        C’est bien tout le problème , on dit toujours les 35h ,non ce sont les 35 h payées 39 le fond du problème , on peut travailler 20h ….payées 20 h !

        • J’en reviens à la proposition. Puisque les 3 voies évoquées habituellement pour rétablir les comptes ne sont pas acceptables pour les uns ou pour les autres, il faut en trouver une quatre, une cinquième… :

          – nouvelle contribution payée sur tous les revenus

          – Fond de pension national sur le modèle norvégien.

          – limitation des retraites à un max de xxxx€, les hauts revenus pouvant compléter par des fonds de pension

          – …

          • japanonly says:

            ces propositions ne sont pas sans interet, loin de la mais , pour y arriver , il faudrait totalement refondre le système actuel et , pour cela il faut un autre vrai chef,pas un éternel « poseur de questions »; Une telle réforme , en profondeur nécéssiterait l’adhésion d’une grande majorité des gens , mais totalement irréalisable tant la confiance en les politiques manque dans ce pays; En attendant , on creuse encore et toujours; Comme disait mon grand père , une bonne guerre et tout repart

  53.  » il y a 3 leviers »
    Plus un quatrième, élargir l’assiette des cotisations à tout type de revenus.
    On va pas y couper, à cette brillante idée, non plus.

  54. Philippe says:

    C’est toujours étonnant ces problèmes de mémoire – sans doute l’âge (je provoque)

    Pour mémoire la semaine de 40 heures a été instaurée en1936
    Celle de 39h en 1981
    Celle de 35h en 2000

    Donc il faudrait comparer des choses comparables (moi aussi je fais des semaines de 45h+ depuis plus de 10 ans pour une durée légale à 35)

    Donc partons de ce constat et prenons en référence la duree légale

    Temps travaillé sur la carrière :
    Si Guillaume a un peu de temps, il serait étonnant de comparer le nombre d’heures « légales » travaillées au cours d’une carrière pour des gens nés en 1940, 1950, 1960….

    Pour rappel l’âge légal de la retraite était de 65 ans avant 83 puis 60 ans avant de remonter progressivement Et de calculer ce que cela donnerait pour un âge de 67 ans

    Je crois que certains seraient surpris du résultat (Je l’avais fait et il me semble que ceux qui travailleraient le plus sont ceux nés entre 1965 et 1985)

    Sur le niveau des pensions :
    Comme cela a été souligné, le niveau median des retraites est supérieur au niveau median des salaires
    Et pourtant nous savons tous que le taux de remplacement n’est pas de 100% – Donc les salaires des retraites actuels perçus au cours de leur activité professionnelle étaient supérieurs à ceux des actifs actuels
    La crise va encore accentuer l’écart puisque le taux median des retraites devrait être de 115% du taux median des salaires

    Sur qui finance quoi :
    Il ne faut jamais perdre de vue que les retraites actuels n’ont pas cotisé pour eux – ce sont les générations en activité qui cotisent actuellement pour payer les pensions des retraites actuels
    Le taux de cotisations est passé de 8,5% à 17,75% en 50 ans
    Donc les actifs d’aujourd’hui paient davantage que ce qui a été payé, en son temps, par les retraités d’aujourd’hui (+ de cotisations = salaire en – pour les actifs)

    Alors effectivement il est toujours évoqué une équation avec 3 paramètres : Taux de cotisation, durée de cotisation, âge de départ

    Le taux de remplacement ou le niveau des pensions ne sont jamais évoqués – il y a moins de pudeur quand les cotisations des actifs augmentent

  55. « Donc les salaires des retraites actuels perçus au cours de leur activité professionnelle étaient supérieurs à ceux des actifs actuels »

    Il faut nuancer très nettement ces propos. En effet les retraités ont subi de fortes pertes de pouvoir d’achat au cours des 25 dernières années. La hausse du niveau de vie global des retraités est, en fait, quasi exclusivement due à l’arrivée de nouveaux retraités aux carrières mieux rémunérées que les anciennes générations. En regardant l’évolution des pensions des retraités en place, par contre, le bilan est tout autre… d’où ces différences de perception en fonction des âges.

    En ce qui concerne le niveau de vie des retraités comparé à celui des classes actives, le rattrapage du niveau de vie des retraités s’est fait dans les années 90. Depuis, l’écart relatif s’est resserré, et inversé, et il me semble que le pic a été atteint en 2014 ou 2018. Depuis, l’écart se resserre, et sans changement, les actifs devraient de nouveau passer devant avant 2030.

  56. N’oublions pas non plus que tous ces chiffres ne sont pas gravés dans le marbre, mais reposent sur des hypothèses de calcul, des conventions. Il suffit de surévaluer un peu, ou de sous-évaluer, l’apport du patrimoine aux revenus des retraités pour obtenir l’exact contraire des chiffres publiés. Ainsi, avec la baisse des rendements de pratiquement tous les placements « sans risque », on devrait voir apparaître une baisse marquée du revenu médian des retraités si le COR prend en compte ces modifications et revoit ses hypothèses de calcul.

    • Au fait, la source des retraites, c’est les cotisants, non ? Mais si on ouvre à fond le robinet des licenciements comme ça a l’air bien parti, il y aura de moins en moins de cotisants et donc une perte croissante pour les caisses de retraite, et là on attaque donc aveuglément les retraités et ceux qui travaillent ou travailleront… jusqu’à colère et épuisement.
      Mais si on ne licencie pas en masse, on mécontente les actionnaires « qui iront voir ailleurs ». Et là, pas de négociations possibles, chaque proposition à peine esquissée à été retoquée vite fait.
      On tourne en rond et nos dirigeants, passés et présents ne souhaitent visiblement pas prendre le problème dans son intégralité et proposer des ajustements intelligents (je ne parle pas de « saupoudrage », merci, on a donné).
      Il me semble que c’est un équilibre complexe qu’il faut trouver, mais il faut des personnes décidées et compétentes pour cela. Dur à trouver en ce moment…

  57. occhipinti says:

    je dois prendre ma retraite dans deux ans donc j’aurais travailler 43 ans selon mes calcules je devrais percevoir une retraite de 1200 euro donc je dois me sentir coupable d’avoir commencé à travailler à l’âge de 16 ans je mérite se qu’ont me doit
    je me sent coupable de rien des efforts j’en ai fait toutes ma vie l faut demander aux gens que vous avez élu de faire eux l’effort avec les salaires qu’il se prennent des gens qui ne servent à rien ils ne sont même pas productif ils faut qu’ils travaille avec leurs mains pour savoir se que c’est vraiment ça les ferait réfléchir c’est branleurs qui ne servent à rien

    • La question n’est pas d’opposer les générations mais de réfléchir à une répartition différente de la charge.

      Vous avez commencé tôt et aurez cotisé 43 ans. Avec la réforme, nombreux sont ceux qui devront cotiser 44 ans pour atteindre l’âge d’équilibre de 64 ans et éviter la décote.

      Pour un même revenu de 1400 €, un salarié touchera 1078 € quand un retraité percevra 1273 € ==> 200 € d’écart pour un même montant initial -Est-ce normal ?

      Alors que 50% des dépenses de santé sont « consommées » après 60 ans, pour quelles raisons le taux de CSG est-il de 9.2% pour un salarié, quel que soit son salaire alors qu’il faut percevoir une pension supérieure à 1800 € pour subir ce taux (taux réduit en decà)

      Il est envisagé par exemple de créer une nouvelle branche pour la dépendance : est-ce que tous, salariés et retraités seront concernés par ce futur prélèvement : repousser l’âge de la retraite c’est encore faire supporter cette charge aux seuls salariés

      • Le problème est pour la génération qui a payé 9.2% toute sa vie active, en pensant qu’elle paierait moins à la retraite.

        « La question n’est pas d’opposer les générations mais de réfléchir à une répartition différente de la charge. »
        J’ai bien peur que sorte du chapeau la solution : élargissement de l’assiette. Après la CRDS, la Contribution Spéciale pour la Retraite.

      • occhipinti says:

        arrêtez avec vos calcule a la con oui je merite mes 1200 euro de merde c’est des gens comme vous qui avez voté pour se type maintenant il ne faut pas culpabiliser les autres

  58. Toute cette génération qui nous dit moi j’ai travaillé tant payez maintenant,c’est cette génération qui s’est acheté deux baraques payées par l’inflation ,loue 3 mois ou plus au Portugal pour échapper au fisc en ayant arrêté l’école en 4 ième avec le certif,pris sa retraite anticipée à 58 ans et vous explique lors du repas dominical que les jeunes sont des branleurs…

  59. Après la lutte des classes, on voit ainsi poindre dans cet article la lutte des générations…..
    Cela met dramatiquement en cause la cohésion des familles et de la société ….
    J’en reste coi et déconfit ….il ne nous manquait plus que cela

    Comme le disait jadis Georges Marchais,  » il faut prendre l’argent là où qu’il est …c’est à dire au grand capital ».
    Réédition avec la taxe Valjean, idée lumineuse pour réinventer l’ISF ….

    Mais il s’agit ici de tondre ces salauds de retraités payés à ne rien faire par la jeune génération en activité, dont, qui plus, ils perçoivent des loyers en tant que propriétaires-bailleurs.
    Ajouter à cela le privilège de ne pas avoir de loyer à payer en tant que propriétaire de sa résidence principale …..
    « C’est un scandale ! » comme l’aurait dit le clown de la télé de l’époque.

    Comment faire la peau de ces salauds de retraités, « that is the question » !
    Prévisionniste en catastrophes, GF ne manque pas d’idées :

    Et si les prix de l’immobilier s’effondraient ….?
    Voilà une belle affaire pour la jeune génération !

    Et qui plus est, si le télétravail explosait, entraînant la fin des bureaux et l’effondrement des SCPI dont tant de retraités détiennent des parts ……quel spectacle …ce serait comme un un tsunami…!

    Quant à un plan de soutien au secteur de la construction pour limiter les destructions d’emplois liée à la crise du Covid, surtout pas…cela bénéficierait indirectement à ces salauds de retraités en qualité de propriétaires-bailleurs…..

    Prenons la précaution de ne pas (faire) prendre nos désirs et croyances pour des connaissances .

  60. Il faut ajouter que les retraités se rapprochent chaque jour de leur décès et que leurs enfants sont généralement les héritiers du patrimoine constitué par leurs parents …à moins de le refuser, ce qui est assez rare…. !

    Par conséquent, en termes de GESTION DE PATRIMOINE ( n’est-ce pas l’objet de ce blog ?) il suffit que les parents préparent intelligemment la TRANSMISSION par anticipation de façon à ce que l’ETAT ne prenne pas 20 à 40% de l’héritage en droits de mutation …

    Que l’Etat encourage donc les DONATIONS, DONATIONS-PARTAGES, ce serait bénéfique en terme de cohésion familiale et sociale, et au plan économique …et aussi moins pervers que la LUTTE DES GENERATIONS

    • « Que l’Etat encourage donc les DONATIONS, DONATIONS-PARTAGES, ce serait bénéfique en terme de cohésion familiale et sociale, et au plan économique …et aussi moins pervers que la LUTTE DES GENERATIONS »

      Je suis d’accord avec vous. Mais vous savez bien, Gilbert, que l’héritage, c’est le mal 😁.

  61. Jamais une génération n’a autant vécu aussi bien sur le dos d’une autre ,cela vous déplaît mais c’est un fait.Et non content de racketter les actifs ces propriétaires bailleurs n’ont tellement pas confiance qu’ils se permettent de demander des documents et des garanties bien au-delà de ce que la loi prévoit pour une location,pour mon prochain dossier je vais leur donner mon caleçon ainsi ils pourront aussi faire des analyses pour voir si je ne suis pas malade et ne serait pas arrêté avec une perte de salaire!
    Et que dire des fonctionnaires qui ne cotisent pas,leurs lignes de cotisations sont virtuelles ,leurs caisses de retraite sont virtuelles ,sauf pour occuper des syndicalistes à ne rien foutre,sauf la Prefon caisse de retraite des fonctionnaires avec des avantages spécifiques qui n’existent nulle part ailleurs et surtout pas pour le privé.
    Cotisations retraite virtuelles,mais retraites bien réelles souvent supérieures au traitement de la carrière,avec en plus l’astuce de passer chef les 6 derniers mois,retraites payées par l’impôt en fait et qui doublent notre dette quand cela est pris en compte.

    • Vous avez raté votre vie. Vous auriez dû cocher « vieux » et « fonctionnaire » dans vos choix d’orientation.

    • Les envieux devraient prendre exemple sur le général de Gaulle.
      On pourrait citer une parole du général de Gaulle à un parterre de journalistes le 4 fév. 1965  » Je ne vais pas mal, mais rassurez-vous, un jour je ne manquerai pas de mourir.»
      De Gaulle qui avait refusé d’être maréchal était resté général de brigade « rassurez vous , la mort égalisera tout cela. »

      • François says:

        De Gaulle ne pouvait pas être Maréchal et n’avait été nommé général qu’en transitoire.

        • @François,
          Certes , c’est le 25 mai 1940 , qu’il est nommé général de brigade à titre temporaire : » chef admirable de cran et d’énergie »( citation du général Weygand , chef des armées le 31 mai 1940) et c’est à la libération qu’il aurait refusé d’être nommé Maréchal , peu enclin aux honneurs transitoires, mais plutôt tourné vers les valeurs existentielles , peut être influencé par les idées de Charles Péguy et d’Henri Bergson ?

          • François says:

            Le maréchalat est une distinction honorifique qui nécessite d’abord de passer par les grades de général de brigade et général de division, avec, quand même des commandements opérationnels en phase.
            Qu’une proposition fut faite à la libération est possible, mais la nomination n’aurait pas été réaliste car depuis Londres il faisait de la politique essentiellement et ne dirigeait guère le terrain.

            • @François,
              Merci pour vos précisions.
              il est vrai que les journalistes et historiens utilisent souvent le conditionnel pour relater de grands évènements qui peuvent parfois donner lieu aux interprétations les plus diverses.
              Les faits historiques vérifiés et incontestables doivent cependant être retenus aux fins d’ un raisonnement objectif.

    • François says:

      Je vous propose de présenter cela au monde hospitalier dans le cadre du Ségur, des forces de sécurité ou du monde carcéral.
      Ils ne doivent pas avoir les mêmes sources.

      • @FRANÇOIS

        Les professions très difficiles que vous évoquez(auxquelles ont pourrait rajouter : les pompiers,chauffeurs de bus agressés,etc…) impliquent le plus grand RESPECT du public et devraient bénéficier de règles spécifiques dans l’exercice de leur travail et un âge de départ et mode de calcul de leurs retraites en adéquation avec les réalités.
        Leur rôle social essentiel est le dernier rempart protégeant la sécurité et la liberté des citoyens comme cela a été largement démontré durant le confinement

        • Mais, Chris, ce que vous décrivez, c’est justement d’où on vient, sachant que pour ces personnels, la tendance depuis des années est l’allongement des carrières, les coups de rabot sur les avantages divers et variés, la stagnation de la valeur du point d’indice…

          La réforme en cours prévoyait d’ailleurs la prise en compte des primes pour la retraite, afin de compenser le reste.

          • adnstep,il semble bien que ces personnels fonctionnaires (mais de plus en plus contractuels ne pas l’oublier !) essayent depuis plusieurs années d’attirer l’attention sur leur situation qu’ils estiment délaissée. (police,santé,fonctions régaliennes,etc…)

            Une preuve si besoin était qu’il conviendrait d’aborder plus largement la notion de fonction publique, trop souvent décriée, avec un peu plus de discernement ne pensez vous pas ?

            • Le passage à 35h a vraiment fait du mal.

              D’un côté, il a désorganisé totalement les institutions (plannings, récupérations, charges de travail restant la même, voire en augmentation, mais avec moins d’ETP disponibles…), de l’autre il a obligé à faire des économies qui se sont portées soit sur les équipements, soit sur l’immobilier, soit sur les rémunérations, soit sur les effectifs, au gré des mandatures. Ajoutez à celà une complexification administrative, la transformation des métiers (on ne fait plus, on « fait faire » au privé, censé être moins cher, ce qui est vrai puisqu’ainsi on diminue les effectifs, et on est censé contrôler ce qui est fait, ce qui prend en fait plus de temps que le faire soi-même, surtout quand c’est mal fait), le court termisme (il faut assurer la com du ministre, les projets à long terme n’ont pas la côte), les injonctions contradictoires, … Bref, le système me paraît de plus en plus malade et irréformable.

              • adnstep,Le système que vous évoquez est tributaire d’un marché mondialisé qui implique dans tous les domaines de produire à moindre coût possible.
                Les réformes du système proposées partent de ce postulat qui est maintenant admis par l’ensemble des acteurs politiques et économiques.
                il s’agit donc de définir la nature exacte de réformes présentées dans tous les cas non pas en raison d’un système supposé « malade », mais comme une nécessaire adaptation à un nouveau contexte économique à priori irréversible ce qui ne peut manquer de provoquer des tensions.

                • François says:

                  Le transfert de charge à l’industrie privé (qui en redemande d’ailleurs) permettait la réduction des effectifs donc du coût de la main d’oeuvre et surtout les éventuelles retraites.
                  En revanche, outre le prix des prestations dont l’augmentation peut s’avérer exponentielle, le secteur public a perdu des savoir faire, mais aussi souvent de la capacité opérationnelle. En effet, l’industrie privée passe souvent en second temps les réparations des institutions (moins bons payeur que le particulier) et ne sais pas tenir compte des urgences.
                  Ainsi durant la crise du COVID, certains moyens étaient en attente de réparation chez des concessionnaires, malgré un besoin avéré.

                  De plus le non remplacement de fonctionnaires d’état dans certains secteurs est compensé par le recrutement dans des strates inférieures (régions, département, communes). Toutefois cela permet aussi de proposer un travail à un nombre conséquent de personnes handicapées.

                  Tenant compte de ces éléments, il convient de poursuivre l’optimisation de la fonction publique en ajustant les effectifs là où ils sont nécessaires au détriment de certains postes désuets. Toutefois on fera rarement d’une dactylo une infirmière.

                  • « au détriment de certains postes désuets. »
                    La suppression de ces postes s’est, malheureusement, traduite non pas pas une suppression des tâches effectuées, mais par un transfert de celles-ci aux strates supérieures, avec un temps de travail de plus en plus consacré aux « tâches annexes » au détriment du coeur de métier 🙄

                    • Et pour compléter votre commentaire qui résume parfaitement le sujet :
                       » les strates supérieures délaissant le cœur de métier »,comment s’étonner d’une dégradation dans la qualité des services rendus par des personnels dans l’obligation d’appliquer ces nouvelles politiques relevant d’intérêts considérés comme incontournables ?

                    • François says:

                      En partie seulement, car l’informatisation des postes au lieu de supprimer des tâches les augmentent.
                      Les échelons supérieurs demandent de plus en plus d’éléments (parfois les mêmes) , alors qu’une simple requête à leur niveau permet de les obtenir.
                      La suppression à souvent porté sur des échelons intermédiaires, mais le nombre de « dirigeants » n’a guère baissé entraînant une répartition des rôles par des directions dites croisées avec l’effet cité en début de texte.

    • « non content de racketter les actifs ces propriétaires bailleurs …. »

      ……. »ils se permettent de demander des documents et des garanties bien au-delà de ce que la loi prévoit pour une location,pour mon prochain dossier je vais leur donner mon caleçon  »

      Pas de souci, la GLI fera une anale ease de votre caleçon et vous refusera sûrement, les salauds !
      Et puis, la trêve hivernale devenant estivale puis joignant l’hivernale, etc…. vous pourrez rester au chaud dans votre kalçon si vous trouvez un salaud de bailleur (y en a dans les zoos, ils naissent tout petits comme ça, c’est mignon) qui par bonté aveugle, a consenti à vous laisser ranger vos affaires dans ce studio…

      Vous comprenez un peu plus pourquoi les pouvoirs publics, à force de règlementation débile, montent les catégories les unes contre les autres ?

      Il est des pays où vous n’avez pas à donner 15 tonnes et demie de justif, et où vous emménagez rapidement, : mais gare au faussaire ou à l’impayé, car vous entrez vite mais dégagez vite, avec un credit score et autre qui vous colle…au caleçon à vie !
      D’aucuns trouvent ça mieux, d’autres hurlent c’est trozinjust, personne n’est jamais content, et on ira taguer et déboulonner des statues ensemble…..

  62. Je vous rassure tout va bien ,et je ne suis ni l’un ni l’autre,juste marre de payer a fonds perdus!

  63. Vous ne pouvez pas reprocher aux retraités actuels, ou en passe de l’être de bénéficier d’un système qu’eux-même ont vu se détériorer entre le début de leur carrière et le moment de prendre leur retraite. A carrière et fonctions équivalentes, ils prennent leur retraite plus tard et avec des pensions moindres que la génération précédente. Et la non revalorisation des retraites est là pour leur rappeler chaque année leur appauvrissement.

    Quand à la sortie sur les bailleurs, c’est bien simple, le droit est fait pour les locataires. Puisqu’on sait qu’on ne peut pas expulser facilement, on se premunit de tout problème à l’entrée. Simple mesure de précaution. Vous en pâtissez ? Prenez-vous en au législateur, mais pas aux propriétaires.

    Vous ne pouvez pas vous en prendre aux fonctionnaires non plus. Bien qu’il y ait de plus en plus de contractuels dans la fonction publique, même la fonction publique d’état y est encouragée, les postes sont ouverts sur concours. Tout le monde peut postuler. Le statut de fonctionnaires comporte des avantages et des inconvénients. Comme par exemple des salaires moindre que dans le privé à responsabilités équivalentes, beaucoup de primes, qui ne sont pas prises en compte dans la retraite., Pas de 13eme, 14eme mois, pas de CE équivalent à ceux des grands groupes, pas de OEE (la Prefon, non mais allô, quoi 😁).Il n’est pas rare que la retraite d’un cadre A soit juste de 50% de son salaire. Mieux vaut avoir pris ses précautions ! Comme par exemple en allant travailler dans le privé, ou, généralement, les qualités de certains fonctionnaires et assimilés sont très bien vues des employeurs et les salaires très intéressants.

  64. Des salaires moindres que dans le privé?à voir il me semble que plusieurs études démontrent le contraire,d’une courte tête peut-être mais en faveur des fonctionnaires malgré tout ce que disent les syndicats,et puis qu’ils cotisent pour leur retraite comme tout le monde,nous ne sommes plus en 1945!La menace communiste qui est l’origine de tous ces avantages a disparu à priori.

    • Parce que les études auxquelles vous faites allusion se concentrent sur la fonction publique d’état, et que dans la fonction publique d’état, il y a beaucoup de cadres A, et de hors cadres, aux salaires forcément élevés par rapport à la moyenne, mais inférieurs à ce qu’ils auraient pu espérer dans le privé. D’ailleurs, les employeurs privés ne se gênent pas pour débaucher cette main d’oeuvre efficace, peu revendicative (surprenant ? Non, les fonctionnaires n’ont pas appris à négocier leur salaire), très autonome (ça, ça m’étonnera toujours, que des employeurs du privé considèrent leurs cadres maison comme moins autonomes que des fonctionnaires qu’ils viennent d’embaucher !). Bon, pour être honnête, un fonctionnaire plan-plan n’a aucune envie d’aller bosser dans le privé. Ceux qui font le saut savent très bien à quoi s’attendre.

      « et puis qu’ils cotisent pour leur retraite » les fonks cotisent pour leur retraite. Par rapport au salaire brut, le taux de cotisation des agents de l’Etat est de 9,94% en 2016, avant de converger en 2020 vers le taux moyen de 11,15% des salariés du secteur privé. C’est la partie « employeur » qui est disproportionnée entre les entreprises privées (16%) et l’État (75 à 125%).

      La solution proposée par des instituts libéraux est de verser à chacun, fonctionnaires compris, leur salaire complet, charges comprises, et de laisser chacun s’assurer obligatoirement mais librement au près de la compagnie ou mutuelle de son choix.

      Le raisonnement est le suivant :
      Le « salaire complet », fait disparaître la distinction purement formelle entre charges salariales et patronales puisqu’en fait, selon eux, toutes deux sont des impôts sur le pouvoir d’achat des salariés, sur la valeur marchande qu’ils ont créée et qui a été reconnue comme telle par les clients. Ces charges sont en réalité des impôts sur le revenu prélevés à la source. Pourquoi ne pas les faire apparaître comme tels dans la feuille de paye ? Ce serait une révélation pour la plupart des salariés, et cette information les conduirait à réfléchir sur l’énormité des prélèvements qu’ils subissent, pour des résultats de plus en plus fragiles, puisque les retraites perdent chaque jour de leur valeur et la couverture médicale est de moins en moins satisfaisante.

    • François says:

      Je vous propose de présenter cela au monde hospitalier dans le cadre du Ségur, des forces de sécurité ou du monde carcéral.
      Ils ne doivent pas avoir les mêmes sources.

  65. Triboulin says:

    Il ne s’agit pas d’enrichir nos enfants mais de ne pas les tondre.
    Savez vous que les cotisations prélevées aux actifs représentent environ 30% de leur salaire net san parler de la dette quon leur laissera?

    • François says:

      Oui mais ces prélèvements leur assure un maintien de salaire en cas de coup dur ainsi qu’une assistance en cas d’accident, de problème de santé, ……
      Il est difficile d’avoir le beurre, l’argent du beurre et la crémière, mais en ce domaine la France est la pays qui protège le mieux.

  66. François says:

    La difficulté du système actuel est la lisibilité sur sa retraite future.
    Cette dernière va dépendra ensuite essentiellement :
    – du montant du salaire qui dépend finalement de l’offre et de la demande. Si l’on est pas contant de ses émoluments rien n’empêche d’aller voir ailleurs en se mettant sur le MARCHE du travail.
    – de la pénibilité qui a bien baissé (sac de ciments de 30 au lieu de 50 kg, aides au levage, pauses, IA, …..). Un coefficient de pénibilité par année en fonction du travail effectif serait-il une usine à gaz ?

    La durée de cotisation s’ajoute pour trouver un équilibre au système. Une mise en rapport avec l’espérance de vie ne semble pas indécent.
    En revanche un âge de départ pivot (ou autre) pose le problème pour ceux qui par nécessité, incapacité aux études ou choix ont commencés à travailler tôt. En effet, outre l’aspect possible de pénibilité (traité plus haut), peut s’jouter un sentiment d’être lésé par rapport à ceux qui rentre plus tard avec parfois une meilleure rémunération lié aux études.

    La difficulté est avant tout dans la communication pour permettre d’avoir une lisibilité sur les acquis et leur évolution en fonction de la construction de carrière.

    Quand au départ à la retraite, outre l’aspect financier, l’aspect sociétal est également à prendre en compte. Né en fin 1959, j’ai touché mon premier salaire en 1976 (pas tout à fait 17 ans), mais ne compte pas m’arrêter avant 64 ans. Un incident de parcours à 56 ans m’a permis de prendre conscience de l’importance du rapport humain et de la transmission de valeurs que je ne retrouve pas totalement dans l’oisiveté, la culture de mon jardin ou le bénévolat.

    Pour revenir au propos de GF, plus que la réduction de la retraite, c’est son plafonnement qui pourrait être étudié.

  67. Pas la peine de baisser les retraites ou d’age pivot. La solution est d’une simplicité enfantine : A la mort du retraité, si les caisses de retraite récupérent 10 % des retraites perçues, le tour est joué. Par exemple, si un retraité a touché 20 000 euros/an pendant 20 ans, soit 400 000 euros, à sa mort, la caisse de retraite récupère 40 000 euros sur la succession, et tout le monde est content, le retraité qui a toujours perçu sa retraite et bien vécu, et les caisses de retraites qui ne seront pas en déficit. et si le retraité a tout dépensé ( et bien fait vivre l’économie du pays)et n’a pas de biens immobiliers, , pas de succession, tant pis pour les caisses de retraite, et c’est tout.

    • Intéressant.
      Néanmoins, le retraité un peu aisé mettra rapidement en place une stratégie (épargne ?) permettant de payer ces 10% de frais de succession supplémentaires.

  68. Dindonsauvage says:

    Alors moi je vais juste rebondir sur un fait,

    On a arrêter l’économie et créé une crise sociale sans précédent pour nos retraités…
    car les gens qui meurent du Covid sont les fragiles et les âgées avant tout…
    beau remerciement de nos retraités.

    bon courage guillaume

    Ps: le discours du FN se généralise dangereusement 🙂
    Ps2: qu’une génération ait pourrie la planète et s’en lave les mains c’est beau 🙂

    • On sera tous retraités un jour, alors il faut faire attention. Et si on baisse les retraites, ça ne va pas améliorer l’économie, c’est les retraités qui achètent les voitures neuves et qui fréquentent lres restaus. … alors que si les caisses de retraite ponctionnent à la mort du retraité ( et de son conjoint) une somme proportionnelle à la retraite perçue tout au long des années, personne ne sera lésé. Ça fera se plaindre certains, mais transmettre un héritage n’est pas un but de vie. Mais ce qui m’étonne, c’est que cette idée ne soit jamais émise, je ne crois pourtant pas être un génie.. 😉 . Pour ma part, à ma mort, et après celle de ma compagne), l’etat pourra bien tout prendre si il veut, je ,m’en fiche, mes gosses savent se débrouiller, c’est pas des demeurés.. 🙂

      • Dindonsauvage says:

        C’est là l’essentiel de ce qu’on laisse sur terre nos enfants…
        Après gommer les inégalités de naissances pour laisser s’exprimer le talent, pq pas…
        Après pas sûr que la consommation des retraités soit indispensable.

    • Commentaire en forme de bouillie pour chat tellement cela mélange tout…
      Le confinement a été imposé par deux erreurs d’analyses des autorités médicales: 1°) après avoir répété, le covid c’est pas une grippe, elles nous ont dit : pendant les pandémie de grippe on constate une baisse de la contagion pendant les vacances scolaires donc les vecteurs ce sont les enfants donc on ferme les écoles et donc on payent les parents à garder les enfants , les dits parents y trouvant leurs bénefices (payer sans avoir à se déplacer (temps carburant) ni à payer une nounou, ..)ne sont plus du tout presser de mettre fin à cette situation ( enfin jusqu’à qu’ils craquent , disons 2 – 3 mois), 2°) la seule solution pour traiter les malades les plus sévères c’est la réanimation, donc il faut protéger la réanimation quitte à arrêter tous les autres soins (qui se rappeleront à notre souvenir plus tard…), or quand on regarde les statistiques des entrées-sorties de réanimation , entre ceux qu’on n’y met pas car cas désespérés, ceux qu’on ne réveillent pas et ceux qui vont garder des séquelles lourdes… On voit que c’est plus proche des soins palliatifs que de la solution curative. (Sur ce point l’analyse de Raoult est pertinente…). Au passage on note la complicité des médias , par exemple sur le sujet des masques: on nous a dit dans le même temps; le masque ne sert à rien si vous n’êtes pas malade ( donc ne vous dépçecher pas de vous en fabriquez vous mêmes, mais OK, après il évite que vous ne répandiez vos postillons infectés..) et en même temps: on est contagieux trois ou quatre jours avant d’avoir des symptômes…
      IL n’ y aurait pas là une incohérence que les médias auraient pue pointer ?? D’ailleurs les masques étaient réservés aux soignants mais on a vite constaté que certains de ces mêmes soignants se servaient dans les stocks (non gardés!) des hopîtaux pour les distribuer à leurs connaissances… (Peut être pas les mêmes qui se répandaient devant les médias pour gémir du manque de masques pour leur travail ???) Alors l’analyse c’est pour protéger les retraités, c’est de l’explication pour les gogos immatures à la culture technico scientifique quasi nulle et à qui on répètent pour les mener comme les gamins derrière la flûte de Hamelin,  »écoutez les scientifiques  » (Que cela soit pour une pandémie que pour d’autres sujets…). Analysez mieux les avantages pour des gouvernants (et à la faire durer …) en matière d’endormissement d’une population un peu trop sujette à se plaindre, d’une telle crise et sa gestion… Pour en revenir aux retraites, même si vous ne vous en rendez pas compte , celles -ci, de fait baissent depuis 2012 faute de révalorisation (pourtant prévue au plan…) et d’ajouts de prélèvements… Pas besoin de faire des études longues (en management patrimonial ou autres..) pour le voir… On vous a agité un chiffon devant les yeux, vous avez couru dessus, prenez du recul… Murissez … Il est grand temps!

      • Dindonsauvage says:

        Donc alors

        1) je suis dans un hôpital et c’est moi qui suis le directeur de crise, de l’hôpital, mais aussi du département. J’ai géré la pénurie, l’ai vu et ai organisé le déploiement avec mes collègues administratif, l’ARS, les libéraux.
        2) j’ai un niveau scientifique assez important pour porter des recherches nationale, comprendre les études internationales, animer des congrès.
        3) les malades touchés étaient dans une écrasante majorité des cas des patients agées, des retraités, qu’ils soient en ehpad ou au domicile.

        Bien à vous 🙂

        Ps: votre canapé était il confortable pendant le confinement ?

        • Dindonsauvage

          « 3) les malades touchés étaient dans une écrasante majorité des cas des patients âgées, des retraités, qu’ils soient en ehpad ou au domicile. »

          Que peut-on en conclure ? Nous avons tant besoin d’être éclairés !

          • Dindonsauvage says:

            absolument rien de plus que l’épidémie de grippe saisonnière ou de canicule… les plus fragiles partent en premier… c’est juste une question d’immunité et de volume exposé…

            et aussi de perception des générations… en 1957 personnes n’avait été ému des morts de la grippe. en 2003 la canicule avait ému les gens…

            ça n’est pas à moi de juger 🙂

            • Et en 1969, les 30 000 morts de la grippe en décembre n’avaient ému personne.

              Mais :
              1) ces générations-là avaient connue la guerre, la vraie.
              2) le bombardement médiatique n’était pas le même qu’aujourd’hui, ni la judiciarisation de la société (je cite le prez : « Philippe, il gère son risque »)
              3) la confiance en l’État était bien plus élevée.

              Et, pour taquiner, j’ajouterai qu’à l’époque, la première ligne de défense contre la maladie, c’était le médecin de famille, et pas les urgences.

        • Freud a surement une explication pour votre condescendance et votre dégout  »d’une génération (qui a) pourrie la planète et s’en lave les mains c’est beau  » (celle de vos parents…) et manifestement votre regret de devoir soigner (enfin soigner…) des retraités ( vous ecrivez aussi:  »en 1957 personnes n’avait été ému des morts de la grippe » et  »absolument rien de plus que l’épidémie de grippe saisonnière ou de canicule… les plus fragiles partent en premier… c’est juste une question d’immunité et de volume exposé…) bref sans pression médiatique vous n’aurriez donc fait que peu de cas de retraités dont vous écrivez « pas sûr que la consommation des retraités soit indispensable » ? êtes vous représentatif de l’état d’esprit de la fonction administrative hospitalière ? Personne ne conteste l’adaptabilité de la fonction hospitalière (en particulier de ses éléments les plus jeunes…) dans cette crise (avec il est vrai, le soutien du reste de l’administration, de l’armée de la SNCF, etc…)? mais sur la plan médical (et social): bon bilan en matière de maîtrise du virus ??
          Sans doute peut on attendre, dans le monde de la santé un peu plus d’humilité et moins de cynisme, même si je vous l’accorde il est plus passionnant et gratifiant de  »porter des recherches nationales et (d’) animer des congrès » que de compter les masques (y compris avant la crise… ) et les blouses… Non le confinement n’est pas confortable surtout si on comprend petit à petit comment il a été décidé et pourquoi… A propos, dans leur écrasante majorité les retraités sont plus agés que les actifs, c’est quand même pas une découverte ? Quant à leur fragilité, et leur façon de vivre ce n’est pas à vous d’en décider! Beaucoup sont (encore) loin de votre idée de dépendance infantile généralisée, le monde à  »l’âge de la retraite » n’est pas juste un vaste Ehpad géré par quelques fonctionnaires imbus d’eux même…

          • @TOURAIN

            Vous avez cité Freud,n’oublions pas le regretté G.Brassens dans sa célèbre chanson à remettre au goût du jour pour conclure ce passionnant débat :
            « Le temps ne fait rien à l’affaire »!

    • Laquelle, de génération ?

      « Ps: le discours du FN se généralise dangereusement »
      Que dit le FN sur les retraites ?

  69. @François. Je reprends ici le fil, l’interface ne permettant pas les réponses en cascade trop longues.

    « En partie seulement, car l’informatisation des postes au lieu de supprimer des tâches les augmentent.
    Les échelons supérieurs demandent de plus en plus d’éléments (parfois les mêmes) , alors qu’une simple requête à leur niveau permet de les obtenir.
    La suppression à souvent porté sur des échelons intermédiaires, mais le nombre de « dirigeants » n’a guère baissé entraînant une répartition des rôles par des directions dites croisées avec l’effet cité en début de texte. »

    Tout à fait.
    J’ajouterai aussi :
    – répugnance à changer ses vieilles habitudes pour s’adapter à l’informatisation (aujourd’hui, on dit numérisation)
    – des règles juridiques inadaptées (signature documents officiels, par exemple)
    – et des moyens techniques insuffisants, ou l’absence de procédure, dans la gestion quotidienne, le mitage informatique (chaque petite entité veut son appli pour faire la même chose) ou au contraire la trop grande uniformisation.

    Pour le second point :
    – toute réforme de l’administration se faisant par les cabinets, on peut raisonnablement imaginer que les hautes strates hiérarchiques sauront se protéger en justifiant de leur haute importance 😁.

    – de plus, le système de promotion inhérent au fonctionnement des administrations impose la conservation de nombreuses strates intermédiaires, sauf à bloquer l’évolution de carrière de personnels qui, si on ne peut leur trouver une porte de sortie vers le privé, en concevront de l’amertume et ne rendront plus les services que l’on est en droit d’attendre.

    • François says:

      En phase avec vous.
      Pour les demandes croisées je fais le choix d’envoyer à tous le même modèle et d’attendre les réactions.
      Pour certaines remontées « habituelles », dont je ne voies pas de plus value, je ne renvois plus et attend une réaction. Si elle vient, je demande l’utilité.
      Pour la distribution des courriers, je note quand même des améliorations moins papivores (ou seulement à l’initiative de l’utilisateur) mais Il ne reste encore les signatures électroniques évitant des aller retours de signataires et un référentiel commun de documentique aisément consultable des dernières versions à jour avec suppression des éléments caducs.

  70. Pour rappel :
    – La position actuelle du FN : fixer l’âge légal de la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisations pour percevoir une retraite pleine, contre 62 ans actuellement avec 43 annuités pour la retraite à taux plein d’un salarié né en 1973 ou après.

    – la position du PS : les socialistes appellent à maintenir l’âge de départ à 62 ans, et à 60 ans pour les carrières longues et pénibles.

    – la position d’EELV : EELV refuse d’associer allongement de l’espérance de vie et recul de l’âge de départ en retraite et prone la réduction du temps de travail, qui contribuerait selon EELV à faire baisser le chômage. Sur la question du financement déplafonnement du niveau des dépenses figé aujourd’hui à 14% du PIB. Contribution des revenus du capital (stock-options, intéressement, produits financiers).

    – la position de LR : divisé sur la question des retraites, entre libéraux, ardents défenseurs de l’équilibre financier, et gaullistes/droite sociale tenants d’une ligne plus sociale. Globalement, recul de l’âge de la retraite, prise en compte de la pénibilité, sécurisation des petites retraites.

    – la position de LFI : le départ dès 60 ans, aucune retraite inférieure au seuil de pauvreté, et pour une carrière complète, aucune retraite inférieure au SMIC, une extension de la reconnaissance de la pénibilité, l’intégration des trimestres au RSA dans le calcul de la retraite, ou encore la suppression de la double peine de la décote.

    – la position LREM : c’est un peu compliqué, cette réforme, alors :
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9forme_des_retraites_en_France_en_2020

    Bon maintenant, la mission, si vous l’acceptez : ranger les commentaires dans les cases : FN/PS/EELV/LR/LFI/LREM. Vous pourrez ranger un même commentaire dans plusieurs cases.

  71. Réforme des retraites : les 5 plans envisagés par le gouvernement

    Le Parisien révèle samedi 11 juillet le contenu d’une note secrète datant du mois de mai. Plusieurs scénarios concernant la réforme des retraites y sont décryptés, incluant des potentiels changements majeurs par rapport au projet d’origine.

    La réforme des retraites reste une des priorités de l’exécutif. Une note secrète de la direction de la Sécurité sociale, et remise aux ministres en charge du dossier avant le remaniement, imagine les potentielles pistes à suivre pour faire accepter ce texte tant contesté. Le Parisien révèle les scénarios étudiés par le gouvernement pour parvenir à ses fins.

    En premier lieu, la fameuse clause du grand-père pourrait être appliquée de manière intégrale. Cela voudrait dire que le système universel à points concernerait seulement les nouveaux entrants sur le marché du travail, soit les jeunes nés à partir de 2004. Décrite comme « la meilleure solution de repli », cette décision reviendrait donc sur la période de transition permettant de passer d’un système à un autre à partir de 2022.

    Comme expliqué dans le texte relayé par Le Parisien, si cette option permet « d’être relativement lisible car proche du projet actuel, tout en vidant celui-ci d’une partie de sa sensibilité en reportant son application », elle pourrait en revanche donner l’impression d’un gouvernement qui fait un pas en arrière et accepte en partie les critiques de ses opposants.

    Une retraite à deux étages ?

    L’une des autres décisions explorées par l’Etat pourrait être de continuer à se baser sur le système actuel des retraites mais en le divisant en deux étages. Un premier régime de base présenterait des règles de calculs identiques pour tous et une convergence des cotisations. Le second permettrait un maintien des régimes complémentaires adaptés en fonction des types de professions. Trois silos seraient alors établis : un privé, un non salarié et un public. Une manière de répondre aux critiques sur l’uniformisation du système mais qui supposerait des décisions polémiques comme la fin de la règle des six derniers mois pour les fonctionnaires et les assurés des régimes spéciaux.

    Le troisième scénario pourrait lui s’appliquer à envoyer des messages forts à l’échelle politique. Cela passerait notamment par la disparition des régimes spéciaux, souvent pointés du doigt. Une quatrième option assumerait, elle, une « baisse des coûts de gestion » selon la note révélée par Le Parisien. Cela serait rendu possible en réduisant le nombre de caisses et leurs effectifs. Une position encore jamais présentée publiquement par l’exécutif. Toutefois, ces deux scénarios, bien qu’évoqués, n’auraient pas les faveurs du gouvernement.

    L’âge légal de départ à la retraite en question

    Lors de son allocution présidentielle du 14 juin, Emmanuel Macron affirmait déjà qu’il allait falloir « travailler et produire davantage ». Cela pourrait se traduire par « le relèvement de l’âge légal de départ à la retraite » à 64 ans. La note propose aussi « l’instauration d’un âge minimal du taux plein » sans décote (passant de 62 à 63 ou 64 ans) qui pourrait « être combinée avec une baisse de l’âge du taux plein » ramené de 67 à 65 ans.

    Emmanuel Macron pourrait en dire davantage lors de sa future prise de parole. Mardi 14 juillet, veille du discours de politique générale de son Premier ministre Jean Castex, le président de la République répondra aux questions de deux journalistes lors d’un entretien télévisé.

    • adnstep
      Merci pour toutes vos informations fort instructives.
      Sur les  » bons retraités  » qui accepteraient d’avoir un pouvoir d’achat amputé au profit des actifs, et les  » mauvais  » qui le défendent,arguant du fait qu’ils ont créé en leur temps le monde de prospérité actuel par leurs efforts consentis et conjoints, il serait temps, à présent, de renoncer à ces vaines attitudes manichéistes réductrices à travers ces discours simplistes, opposant les « bons « et les » méchants ».
      -Faut-il rappeler les cotisations patronales et salariales qui ont été régulièrement imputées sur leurs revenus à longueur d’année,en tant que salaire différé de leur futur retraite?
      Car imaginons que les actifs actuels ne puisse plus envisager une retraite décente leur permettant simplement de vivre, il ne serait pas du tout certain qu’ils seraient amené à s’investir autant que leurs aînés dans la société !
      Autre discours à la mode,entendus ici ou là : il suffirait de ne pas rembourser la dette et de la déclarer nulle pour connaître une nouvelle ère de prospérité, sans égards pour les conséquences désastreuses qui pourraient s’ensuivre, et en particulier une hausse exponentielle des taux d’intérêt et une dévaluation record de la monnaie commune !

      Ne pas oublier que notre monde du vingt-et-unième siècle n’est pas apparu ex nihilo et qu’il a bien fallu que des hommes le fassent émerger du néant par leur labeur et leur synergie, même dans un contexte de reconstruction d’après guerre et des changements qui s’annonçaient comme l’universalisation de l’économie et la mondialisation naissante.

      Si on veut la pérennisation de notre économie la seule solution sera de TRAVAILLER, car faut-il encore rappeler que seul le travail crée les richesses?

      • travailler, ok. Mais pour fabriquer quoi ? les magasins regorgent de marchandises, qu’ils ont le plus grand mal à écouler, car les français ont leurs placards remplis d’un tas de vétements et d’objets inutiles qui s’entassent dans leurs placards.. et un tour de taille autorisant peu encore une augmentation de nourriture à iingurgiter. La population n’augmente pas, et les infrastructures sont suffisantes, et même souvent sur dimensionnées … Nous avons 37 millions de logements pour 65 millions de personnes, 200 000 personnes ( sous traitants compris)suffisent pour construire 2 millions de voitures par an. et nous avons 6 millions de chomeurs…. Vous voulez fabriquez quoi,? il faut etre concret maintenant…… 😉

        • « Mais pour fabriquer quoi ?  » Tout les produits qui n’existent pas encore et dont vous aurez besoin demain.

          A titre d’exemple, le marché du jeu vidéo, même s’il n’est pas tout neuf, ne se monte encore qu’à 5 milliards, contre 132 milliards dans le monde. Nous manquons d’éditeurs, de producteurs, de développeurs de jeux, et la fiscalité, une fois de plus, n’est pas faite pour les attirer.

          « un tour de taille autorisant peu encore une augmentation de nourriture à ingurgiter »
          l’idée des écolos, c’est plutôt de payer plus pour manger moins, et de frabiquer moins avec plus de monde. J’ai bon là ?

        • @Thierry
          « Pour fabriquer quoi »? Oui vous avez raison soyons concret :
          La question , en effet est fondamentale , mais malheureusement ( c’est une question de survie ) , nous n’avons pas d’autre choix que l’augmentation quasi exponentielle de la croissance , surtout dans le contexte actuel du développement des pays émergents et de leur démographie galopante , croissance qui peut être vue comme la condition sine qua non de la pérennisation des systèmes économiques , tant sur le plan national que mondial ( nous l’avons constaté récemment avec des problématiques basiques d’approvisionnement en matériels médicaux , suite à une pandémie que personne n’attendait )
          En effet, si la croissance devait s’écrouler ou même ralentir , il pourrait se produire ipso facto de véritables réactions en chaîne qui affecteraient toutes les infrastructures et les approvisionnements , en raison des interdépendances des modes de production aussi bien des produits manufacturés que des matières premières!

          En fait l’extrême abondance des produits mis à la disposition des consommateurs , repose sur un ensemble de processus de fabrication , depuis l’extraction des matières premières jusqu’aux transports , qui mettent en concurrence le facteur travail et le facteur capital d’entreprises à l’échelon mondial , autrement dit les infrastructures et les moyens de production.
          Donc si on voit son réfrigérateur bien pourvu , cela pourrait devenir très vite une illusion dans l’avenir en cas de récession !

          • Chris, Je suis d’accord  avec vous, mais vous n’apportez pas de réponse à ma question . Tout le monde appelle la croissance comme certains font appel à Dieu, mais personne n’est capable de répondre cette question simple, à savoir : quoi produire, afin que nos 6 millions de chomeurs dans les 3 catégories de pole emploi puissent travailler. Car je veux bien que l’industrie du jeu vidéo crée quelques emplois, mais c’est peanuts par rapport aux enjeux actuels.. et le mécanicien monteur licencié de chez airbus, ou la vendeuse de prêt à porter dont son magasin de centre ville a fermé ne vont pas se reconvertir en ingénieur de développement informatique de jeux vidéo, il faut quand même rester un peu les pieds sur terre .. 😉 . La réponse des politiciens est : il y aura du travail dans des secteurs qui n’existent pas encore… de quoi se marrer, c’est maintenant que les gens ont besoin de travailler.

            • @Thierry
              Certes , la nouvelle politique de l’offre doit reconnaître le bon process d’évolution des métiers , dans le cadre de la globalisation des marchés et d’une compétitivité exacerbée.
              Probablement, était ce l’objectif du  » CICE « ( crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi ) , qui devait permettre notamment aux micro – entreprises et plus généralement aux PME , de s’adapter plus facilement à de nouvelles conditions de l’offre exigées de facto , en investissant dans la qualité des produits ou de leurs services ( s’il s’agit par exemple de l’artisanat ) et de pouvoir gagner des parts de marché à l’export.
              Quant aux grandes entreprises , il était impératif qu’elles se tournent vers la formation et dans les compétences de la haute technologie , en vue de l’augmentation de la productivité et de l’innovation pour leurs produits existants ou relevant par exemple de l’intelligence artificielle , comme les robots ou les véhicules autonomes : en fait les défis de l’IA sont immenses et ils pourraient concerner tous les domaines d’activités , industrie , santé , agriculture , agroalimentaire , voire les RH !
              Mais quid des métiers moins qualifiés ? On peut se rassurer en envisageant l’extension du secteur tertiaire à de nouvelles formations , comme l’aide à la personne , la sécurisation des biens , la sécurité en général , le para médical , autant d’idées pistes pouvant même relever de l’auto – entreprenariat .😉

              • @Thierry

                Conclusion : les entreprises doivent être compétitives dans un contexte macro économique de globalisation , le but étant bien évidemment la croissance du PIB par habitant , qui est l’indication par excellence du maintien du niveau de vie ou de son amélioration !

    • Bon finalement, c’est un sixième scénario qui se profile : on verra ça plus tard.

      La bonne vieille méthode du Petit Père Queuille.

      « Il n’est pas de problème dont une absence de solution ne finisse par venir à bout. »
      Henri Queuille.

      • adnstep,

        Certes mais dans un tel contexte d’incertitude, encore faut il avoir une solution à proposer et le courage de la mettre en œuvre !

        Cordialement

  72. A ce sujet, les économistes (orthodoxes, s’entend !) s’accordent à dire qu’un travailleur ne travaille que s’il y trouve un intérêt. Et la fiscalité française n’y aide pas vraiment : https://www.contrepoints.org/?p=375894

    • François says:

      La fiscalité française n’aide pas, mais le système social de redistribution un peu plus.
      En font partie, les retraites, le chômage, les prestations sociales, …..
      Il est possible d’accepter certaines purges sous réserve de l’assurance d’un juste retour.
      Attention à l’équilibre global

  73. Bon maintenant que tout le monde a le bac, va faire des études supérieures, et occuper des postes bien rémunérés, on est sauvés : http://www.lefigaro.fr/vox/societe/maxime-tandonnet-que-signifie-encore-un-bac-dont-le-taux-de-reussite-atteint-95-20200715?utm_source=app&utm_medium=sms&utm_campaign=fr.playsoft.lefigarov3

  74. François says:

    En effet, mais il y a 20 milliards de baisse de charges pour embaucher les moins de 25 ans.
    En revanche ceux qui ont plus de 25 ans et perdus leur emploi du fait du COVID ?
    Certains ont un peu d’expérience mais ne seront pas pris car économiquement moins rentable.
    Moindre mal ????

    • Certes un problème majeur, si l’on observe par ailleurs que 50 000 étudiants de plus vont aborder l’enseignement supérieur lors de la prochaine rentrée !!!!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine