Les banques centrales pourront elles réussir à augmenter les taux d’intérêt ou au contraire n’allons nous pas entrer dans une période longue dans laquelle les taux resteront éternellement bas.

Revenons ensemble sur l’irréversibilité des taux très bas tel que le subit le Japon depuis 30 ans.

L’irréversibilité des politiques monétaires de taux excessivement bas est un sujet ancien que nous avons détaillé ici pour la première fois en 2013 via cet article « L’irréversibilité des politiques monétaires non-conventionnelles ? Plus rien n’arrête la liquidité mondiale …« . Depuis, rien n’a changé et nous confirmons même cette impression de l’impossible retour à la normal du niveau des taux d’intérêt (Attention, cette situation pourrait ne pas bénéficier totalement au taux de crédit immobilier. En effet, les banques centrales veulent des taux bas pour relancer l’activité économique mais elles craignent la constitution de bulles immobilière aux effets dévastateurs).

Cette idée est d’ailleurs au cœur de notre stratégie d’investissement sur les marchés action (cf »Stratégie d’investissement 2019 : Forte baisse du marché action et hausse des taux d’intérêt avant retour de l’hyperinflation des actifs ? »).

Tous nos conseils dans 3 livres !
 

  • « Investir dans l’immobilier » : Tous nos conseils et stratégies pour réussir votre investissement dans l’immobilier ! 375 pages de conseils et de stratégies.

 

Des livres vendus à des milliers d’exemplaires et dont les lecteurs reconnaissent la qualité !

Mais attention, derrière l’idée de taux bas éternellement bas, il ne faut pas minorer le risque politique qui peut, au sein même de l’union Européenne, aboutir à des taux différents selon les états. L’exemple de l’Italie VS l’Allemagne est parfait pour illustrer ce risque.

Demain, la France pourrait bien prendre le même chemin (cf »Les #giletsjaunes seront ils à l’origine de l’éclatement de la zone Euro sur fond de hausse des taux d’intérêt ? »).

 

Patrick ARTUS vient de publier une analyse intéressante autour de cette thématique de l’irréversibilité des taux d’intérêt très bas dans un article intitulé : « La BCE dans le piège de la Banque du Japon« . Au terme de cette analyse, Patrick ARTUS, la conclusion est la suivante : « Nous pensons donc que, comme la Banque du Japon, la BCE est condamnée à ne pas pouvoir remonter ses taux d’intérêt, en raison des effets de la hausse des taux d’intérêt à long terme sur la solvabilité budgétaire de plusieurs pays et sur les portefeuilles obligataires des banques et des investisseurs institutionnels. »

 

Extrait :

« La Banque du Japon est condamnée à maintenir des taux d’intérêt nuls à long terme en raison de la taille de la dette publique et de la détention d’obligations par les banques et les investisseurs institutionnels au Japon. Une remontée des taux d’intérêt à long terme aurait des effets catastrophiques sur la solvabilité de l’Etat et des intermédiaires financiers au Japon.

Mais le même piège est en train de se refermer sur la BCE : après de nombreuses années de taux d’intérêt très bas, la remontée des taux d’intérêt à long terme ferait apparaître une crise de solvabilité budgétaire dans plusieurs pays (France, Italie, Espagne, Finlande, Belgique) ainsi que des pertes très importantes sur les portefeuilles obligataires des banques et des investisseurs.

Barème des meilleurs taux de crédit immobilier

Consultez notre barème des meilleurs taux actuellement proposés par les banques via notre comparateur de crédit immobilier.  

Comparer les taux immobiliers entre 100 banques

Comme au Japon, le maintien dans la zone euro de taux d’intérêt très bas pendant une longue période de temps interdit de remonter les taux d’intérêt, d’autant plus que la situation cyclique de la zone euro se dégrade, ce qui a deux effets : rendre plus difficile à court terme la remontée des taux d’intérêt ; allonger encore la période de taux d’intérêt très bas, donc renforcer encore l’irréversibilité de cette situation de taux d’intérêt très bas.

 

 

Une remontée des taux d’intérêt à long terme aurait comme effet de faire disparaître la solvabilité budgétaire dans plusieurs pays. Les graphiques 7a/b montrent les écarts entre le déficit public et le déficit public qui stabilise le taux d’endettement public. L’écart est suffisamment faible pour qu’une normalisation des taux d’intérêt à long terme conduise à la perte de la solvabilité budgétaire en France, en Italie, en Espagne, en Finlande, en Belgique ;

 

Qui sommes nous ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :   
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. Comme nous vous l’expliquons dans cet article « Comment rendre la gestion de patrimoine accessible à tous ? », l’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée de 30 à 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –   

 Réserver un rendez vous d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

  

Découvrir notre offre de conseil patrimonial



Posez vos questions et obtenez nos réponses

8 Comments

  1. Si l’on y ajoute notre démographie européenne, le tableau se rapproche d’ici peu des nippons.
    Au demeurant, la Chine n’y échappera pas.

    Au final, est ce si grave ? (cf le Japon il y a des siècles) ?

    • mais le sujet de la Zone Euro me semble différent. La BCE peut maintenir une politique monétaire de taux très bas … mais quid du risque politique qui pourra faire diverger le taux au sein de la même zone ?

      N’est ce pas le cheminement vers lequel nous nous dirigeons ?

    • Sauf que le Japon ce n’est pas la France même pas du tout:
      – Une différence essentielle entre le Japon et la France est que la dette du Japon est détenue à 95% par les Japonnais eux-mêmes, ce qui en fait une dette « détenue par soi-même », alors que la France a une dette détenue pour plus de 50% par des étrangers.
      – Et puis le déficit extérieur (et le reste …) du Japon n’est pas du tout le même.

      Explications:
      https://www.youtube.com/watch?v=GvX6tZannh8

      Voir aussi la 2ème vidéo sur la bulle immobilière de l’Irlande, la crise de l’€ et pourquoi il faut vite « débancariser » vos avoirs !!

  2. bonjour
    D’ou l’importance accrue de la gouvernance politique au sein de l’union européenne

  3. Ce n’est pas tout à fait le même contexte.

    la dette japonaise est détenu pour l’essentiel par les japonais les protégeant d’une attaque des marchés.
    La dette Française est détenu à 64% par des non-résidents et notre pays est aussi soumis aux aléas politiques de la zone euro.

  4. Les taux vont remonter de gré ou de force. L’Allemagne ne va pas supporter bien longtemps de subir l’inflation tandis qu’elle est le bon élève de la zone euro.
    Evidemment des taux en hausse seraient catastrophiques pour la France, mais n’est-ce pas là le moyen d’obliger l’état français à prendre des mesures qu’il a toujours refusé de prendre? Comme, au hasard, réduire les dépenses de l’état.

  5. Comment se protéger ( voire profiter ) de l’éclatement de la zone euro ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.