Dans le prolongement du lancement de mon opération « Portefeuille de l’investisseur de long terme » comme expliqué dans cet article « C’est parti ! Lancement du portefeuille de l’investisseur de long terme« , vous êtes nombreux à vouloir vous inspirer de ces portefeuilles pour réaliser vos propres décisions d’investissement.

Une précaution préalable. Je ne suis pas CIF (Conseiller en Investissement Financier). Mon métier, c’est le conseil en gestion de patrimoine, la stratégie patrimoniale et en aucun cas la sélection de placements ou de produits financiers. L’expérience des portefeuilles de l’investisseur de long terme n’est donc pas un conseil.

C’est alors avec une approche stratégie patrimoniale que je vais essayer de vous apporter une réponse à cette question qui m’a été posée hier par un lecteur « Si je voulais copier le portefeuille de l’investisseur de long terme, combien devrais-je y investir ? Et quel rendement attendre ?« 

Si je voulais copier le portefeuille de l’investisseur de long terme, combien devrais-je y investir ? Et quel rendement attendre ?

Commençons par la seconde partie de la question : Quel rendement attendre ?

Je vais vous décevoir, mais je ne connais pas l’avenir. Je ne sais pas quel va être le rendement futur du portefeuille. Ce que je connais, c’est le rendement passé. Dans le passé, un tel portefeuille doit obtenir un rendement à long terme compris entre 7% et 9% selon les périodes. Retenons 8% pas simplification.

Attention, il s’agit d’une performance hors frais. La maîtrise des frais est fondamentale. Diversifier votre épargne vers des unités de compte trop chargées en frais ou au sein d’un contrat aux frais trop important ne vous permettra jamais d’attendre ce rendement théorique (cf. « Épargner en assurance-vie est moins intéressant que dans un Compte-titres ordinaire (CTO). » et « Réveillez-vous ! Arrêtez d’épargner en UC dans votre assurance-vie, vous payez trop de frais !« )

– Souvent, vous n’aurez pas le choix : Il faudra changer de contrat d’assurance-vie et trouver un meilleur contrat (ou même abandonner l’assurance-vie au profit du PEA ou du compte titre.

Mais attention, le rendement n’est pas gratuit. Le prix à payer pour obtenir ce rendement « attrayant » sur le papier, c’est l’acceptation d’un stress important quant à la variation du cours de cotation dudit portefeuille. Entre le point haut et le point bas, il faut être prêt à accepter une chute du portefeuille d’environ 40%.

Un jour, le portefeuille de l’investisseur de long terme affichera une chute de 40% entre son point haut et son point bas. Il faut être capable d’accepter une telle variation des cours (et même renforcer l’investissement lorsque nous serons au cœur de la dépression). C’est ça le prix à payer pour avoir l’espoir d’obtenir un tel rendement (cf. Visio : « Quelle répartition idéale de votre patrimoine entre actions, immobilier et épargne ?« )

Maintenant que cette question fondamentale du rendement/ risque est posée, nous pouvons travailler la question de la part de votre épargne que vous pouvez consacrer à l’investissement dans le portefeuille de l’investisseur de long terme.

La part de votre épargne qui ne sera pas investie dans ce portefeuille action de l’investisseur de long terme pourra avantageusement être épargnée dans le fonds euros du contrat d’assurance-vie ou en SCPI (cf. visio : « Comment bien investir en SCPI en 2023 ? «  et Choisir les bonnes SCPI pour investir en 2023), un ETF d’immobiliers cotée ou une ETF obligataire par exemple.

Vous pourrez alors assez facilement calculer la variation maximum de votre portefeuille et le potentiel de valorisation de votre épargne.

Considérant un potentiel de rendement du portefeuille actions à 8% et un fonds euros à 2%, on obtient ce tableau d’espérance de rendement et de niveau de perte maximum en fonction de l’allocation fonds euros / fonds actions :

Espoir de rendement d’une épargne diversifiée entre fonds euros et actions en fonction de l’allocation
Niveau de perte maximum théorique d’une épargne répartie entre fonds euros et actions selon l’allocation

En d’autres mots, si vous répartissez votre épargne à 60% (actions) / 40% fonds euros, vous pouvez vous attendre à obtenir un rendement autour de 5.60% par an au prix d’une variation maximal de votre portefeuille de -24%.

Chacun doit alors être capable de comprendre le niveau de rendement auquel il peut prétendre en fonction du niveau de « variation » qu’il est prêt à assumer !

Bien évidemment, celui qui préférerait remplacer le fonds euros par un actif obligataire à échéance par exemple ou un ETF d’immobilier cotée ou à défaut, des parts de SCPI, pourrait espérer un meilleur rendement au prix d’une variation plus forte de son portefeuille !

À suivre.

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos services :
Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Conférences patrimoniales
Gestion conseillée
Livres et formation 
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Investir dans l'immobilier
Optimiser sa Succession

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :