Que se soit en cas d’obésité morbide, sévère  ou modérée vous risquez de rencontrer des difficultés pour l’obtention de votre assurance emprunteur et notamment sur la partie ITT.

Le refus sur les garanties ITT et les surprimes sur la partie décès PTIA  seront les réponses les plus souvent fournis par les assureurs.

Pourquoi ? Tout simplement parce que ceux ci considèrerons que vous êtes en dehors des normes sur lesquelles ils ont construit leurs tarifs de base.


Le nombre de personnes en situation de surpoids ou d’obésité en France atteint les 40%. Autant d’emprunteur sont donc susceptibles de se retrouver dans une situation particulières dans le cadre d’un achat immobilier et ceci à cause de l’assurance emprunteur

En qualité de courtier d’assurance emprunteur en risque aggravé nous avons souhaité rédiger cette article afin que les personnes en situation de surpoids ou considéré obèse si l’on se base sur leur IMC (indice de masse corporelle) puisse trouver des solutions afin d’obtenir les garanties ITT sur leur assurance de prêt immobilier mais aussi par la même occasion limiter les surprimes qui leur seraient appliquées notamment lorsqu’elles sont importantes.

Reprenons d’ores et déjà la base et revenons à l’origine de la situation. Lorsque vous faites un prêt immobilier pour votre résidence principale et ce quelque soit la banque, celle-ci vous demandera un contrat d’assurances afin d’être couvert en cas de décès, d’invalidité mais aussi d’arrêt de travail. Le fameux quatuor DC, PTIA, IPT, ITT vous sera donc demandé et si vous ne le fournissez pas à la banque il deviendra quasi impossible que l’organisme bancaire vous consentisse l’emprunt.

Bien évidemment la banque de part sa position de prêteur, vous incitera fortement à souscrire son assurance emprunteur maison afin de vous octroyer un prêt dans les meilleures conditions tarifaires (et de marge pour elle).

Sur le principe et légalement (loi Lagarde de 2010) vous avez tout à fait la possibilité de sélectionner ce contrat d’assurances dans une compagnie d’assurances de votre choix et la délégation d’assurance (cf »Délégation d’assurance de prêt immobilier, définition et intérêt pour l’emprunteur.« ) présentera dans de nombreux cas un intérêt pour vous que se soit pour des raisons tarifaires mais aussi pour obtenir une garantie de meilleure qualité.

Néanmoins et peut importe votre choix (contrat groupe proposé par la banque ou délégation d’assurances) lorsque vous remplirez votre questionnaire de santé, il vous sera en complément des informations médicales classiques (antécédent de maladie, d’arrêt de travail, d’opération,….) d’indiquer votre poids et votre taille.

Ces deux données permettront à l’assureur de calculer votre IMC et ainsi de vérifier s’il est dans la norme ou pas. L’IMC se calcule en divisant votre poids par la taille au carré.


Exemple : une personne mesurant 1m70 et pesant 110 kg aura une IMC de 38.06 (110 kg /1.70m)

Ainsi cet emprunteur sera considéré en situation d’obésité sévère et il rencontrera des difficultés pour l’obtention de la garantie ITT sur son assurance de prêt immobilier. Cette absence de garantie ITT sera la plupart du temps synonyme de refus de prêt de la part de la banque ce qui entrainera l’abandon de projet d’achat.

Il est donc important de bien comprendre et surtout d’anticiper cette problématique car dans le cas contraire vous risquez non seulement de perdre un temps important dans le cadre de votre recherche mais surtout vous risquez de ne pas pouvoir acheter votre appartement ou votre maison.

Ainsi dans cet article et afin de vous faire comprendre la marche à suivre nous serons amenés à développer les points suivants :

Quel type d’obésité ou à partir de quel niveau de surpoids rencontre-t-on des difficultés sur l’obtention de l’assurance emprunteur

comprendre la façon d’appréhender le risque du point de vue de l’assureur et les conséquences sur ses conditions d’acceptation (surprime et/ou refus de garantie sur l’ITT mais aussi sur les garanties décès PTIA)

comment optimiser vos chances d’obtenir le meilleur contrat

un cas pratique de différentes réponses obtenues afin que vous constatiez les écarts de décision entre différents assureurs interrogés.

La décision de surprime de l’assureur peut elle être revue dans le temps

 

Quel type d’obésité ou à partir de quel niveau de surpoids rencontre-t-on des difficultés sur l’obtention de l’assurance emprunteur 

Le domaine de l’assurance d’ordre général est quasi exclusivement basé sur des statistiques. C’est en fonction de ces statistiques existantes que les tarifs de bases vous sont communiqués sur votre assurance emprunteur et en fonction de ces mêmes statistiques de base que l’acceptation médicale de votre dossier sera faite

L’organisation mondiale de la santé a établi des classifications suivant votre IMC :

IMC Interprétation
Moins de 16,5 Dénutrition ou anorexie
De 16,5 à 18,5 maigreur
De 18.5 à 25 Corpulence normale
De 25 à 30 surpoids
De 30 à 35 Obésité modérée
De 35 à 40 Obésité sévère
Plus de 40 Obésité morbide

 

Ainsi lorsque vous remplissez votre questionnaire de santé et que l’on vous demande d’indiquer votre poids et votre taille, si votre poids suivant dépasse la fourchette indiquée de taille ou bien encore si celui ci divisé par votre taille est supérieur à 1,25 c’est dans le but de connaître l’interprétation de votre obésité.

Comme nous l’avons indiqué précédemment les prix et l’acceptation médicales de votre dossier d’assurance étant établi sur des statistiques de bases vous pouvez très bien avoir un tarif normal sur la compagnie A et une légère surprime sur la compagnie B.

Pourquoi ? Tout simplement parce la compagnie A aura pris l’initiative d’inclure dans son prix de base les personnes ayant un IMC allant jusqu’à 28 ou 29 alors que la compagnie B se sera limité à 25.

Ceci est un simple exemple et ne constitue en rien une vérité. Le seul but est de comprendre que même dans le cas de surpoids léger l’acceptation médicale peut être différente d’un assureur à l’autre. On peut donc imaginer que pour des obésités plus fortes les écarts entre les décisions d’acceptation d’assureurs vont s’accroître.

Cette information est un des messages importants à retenir et sera celui qui par la suite vous permettra de trouver la meilleure solution pour votre assurance emprunteur notamment lorsque vous souffrez d’obésité sévère ou morbide.

Comme nous l’avions développé dans l’article « Assurance de prêt et maladie : Comment faire en cas de refus, de surprime ou d’exclusion ?« , les assureurs ont des grilles d’acceptations médicales qui leur sont propres et qui ont été élaborées en fonction de statistiques générales mais aussi de statistiques propres aux portefeuille d’assurances dont ils disposent.

A l’extrême un assureur qui a dans son portefeuille client des personnes en situation de surpoids ou d’obésité et qui constaterait dans le temps qu’il n’a que peu de sinistre à payer sur cette tranche de population aura une grille d’acceptation plus souple que son concurrent qui lui constatera des indemnisations fréquentes et liées au surpoids (apparition de diabète, de problème de santé lié à l’hypertension,…)

Tout est au final assez logique, on a peur uniquement des choses que l’on considère comme dangereuse et la notion de danger est différente d’une personne à l’autre. Même si cette explication ne semble que très peu humaine elle correspond exactement à la réflexion que peut avoir l’assureur.

Ainsi il estimera la plupart du temps qu’à compter du moment où le surpoids ou l’obésité est modérée, sévère ou morbide il ne peut faire une acceptation des garanties décès invalidité ou arrêt de travail aux conditions classiques c’est-à-dire avec un tarif normal.

Il prendra en compte votre sexe et les différents facteurs aggravants potentiels ou les prédispositions à certaines pathologies.

Les affections cardiovasculaires, le diabète de type 2, l’arthrose notamment au niveau du rachis, des hanches et des genoux, l’apnée du sommeil, les affections du système métaboliques ou bien encore certaines formes de cancer (sein chez les femmes, prostate chez les hommes) étant des conséquences plus fréquentes chez les personnes en situation de surpoids, il étudiera ces aspects et vous donnera l’acceptation médicale de votre dossier

Ainsi et en fonction de ces éléments il pourra décider :

D’accepter votre dossier aux conditions normales pour toutes les garanties

D’accepter votre dossier avec des majorations sur l’ensemble des garanties DC PTIA IPT ITT

D’accepter le dossier sur la partie décès PTIA avec des surprimes mais de refuser l’IPT et l’ITT

Ou de refuser totalement votre dossier

 

La deuxième décision vous permettra de finaliser votre dossier d’emprunt mais il faudra garder à l’esprit que le niveau de surprime pourrait être différent dans une autre compagnie

La troisième et quatrième décision vous mettrons dans une situation complexe pout la finalisation de votre dossier d’emprunt car la banque estimera que sans assurance ou en l’absence de garantie ITT elle prend un risque plus élevé de non remboursement de votre emprunt. Elle aura donc tendance à vous refuser le crédit immobilier.

A savoir également que lorsque un des facteurs de risques que nous avons énuméré ci-dessus est déjà présent (diabète, hypertension,….) la tâche se complexifiera car l’assureur verra qu’un facteur aggravant s’est manifesté et il aura généralement la main plus lourde sur sa décision.

Dans ce cas, même en cas de surpoids « plus classique » habituellement intégré dans la grille d’acceptation médicale de base, vous rencontrerez des difficultés.

 

 

Comment trouver une solution pour obtenir les meilleures conditions d’assurance sur son prêt immobilier lorsque l’on souffre de surpoids ou d’obésité ?

La clé a été donnée lorsque nous vous l’avons indiqué un peu plus haut dans l’article lorsque nous vous avons indiqué qu’il fallait retenir que les grilles d’acceptation médicales sont différentes selon les assureurs.

Il va donc falloir confronter les grilles de plusieurs assureurs afin de trouver la compagnie qui sera la plus enclin à accepter votre dossier dans de bonnes conditions

Vous constaterez que sur une problématique de surpoids sans facteurs aggravant les compagnies vous demanderont la plupart du temps un questionnaire spécifique en rapport avec le rapport poids taille (bien souvent aussi appelé questionnaire surcharge pondérale) qu’il faudra faire remplir par votre médecin et qui s’additionnera bien souvent à des analyse de sang.

Ceci permettra à l’assureur de savoir si il existe à ce jour des complications liées à votre surcharge pondérale et si oui à quel niveau. La présence de consommation d’alcool ou de tabac peut également influencer la décision de l’assureur.

Dans le cadre de votre recherche et suivant l’intermédiaire auquel vous allez vous adresser les solutions pourront avoir un intérêt ou pas.

En effet même si cette information n’est pas inscrite noir sur blanc, certaines compagnies ont pris pour habitude de refuser les emprunteurs qu’ils considèrent comme présentant un risque. C’est notamment le cas sur les contrats groupe de banques. La plupart établissement bancaire vous présenteront un contrat CNP puisqu’il couvre 80% des banques (Crédit Agricole, Caisse d’Epargne, Crédit Foncier, Banque Postale et une grande partie des agences Banque Populaires)

Certaines  compagnies d’assurances présentes en délégation ont également le même type d’acceptation médicale.

La tendance actuelle et pour des raisons de pure simplicité pour l’intermédiaire en assurance est maintenant de vous orienter vers des systèmes de souscription électronique aussi appelé 100% digital. Les compagnies qui ont construit ce type de système ont réussi à vendre aux intermédiaires le fait que les clients pourraient se débrouiller seul et qu’en remplissant leur questionnaires de santé, les emprunteurs auraient une réponse immédiate dans une majorité de cas. En effet ces systèmes avec questionnaires de santé intuitifs référence un certains nombre de pathologies simples et permettent de donner une réponse sur l’acceptation médicale de votre dossier de manière quasi instantané.

Mais ne nous y méprenons pas les machines ont une limite et lorsque votre IMC dépassera la norme de l’assureur vous repartirez dans le circuit classique c’est-à-dire avec des demandes d’informations complémentaires qui devront être données par votre médecin et seront dans la foulée soumises au médecin conseil de la dite compagnie afin qu’une décision « humaine » soit prise sur votre dossier.

Néanmoins il est vrai que ce système d’adhésion permet à bon nombre d’intermédiaires en assurance de s’improviser spécialistes de ce que l’on appelle le domaine du risque aggravé et dans le même temps de soulager leur implication et le temps passé sur votre dossier. Intéressant pour eux mais qu’en est-il pour vous ??

La décision finale pourra être négative notamment si la compagnie interrogée n’a pas une grille d’acceptation favorable dans votre cas mais il est vrai que vous aurez eu une décision rapide.

Il est également inutile de se rendre sur un comparateur d’assurance emprunteur et de sélectionner la compagnie la moins chère. Ce n’est pas comme cela que ça marche. Ce n’est pas en partant du prix le plus bas et en le majorant de surprimes que vous trouverez la solution adéquate. Rassurez vous, ce n’est pas en sélectionnant la compagnie la moins chère non plus.

Une machine est une machine et comme vous pourrez le constater, il ne vous sera pas demander de fournir votre poids et votre taille ou votre dossier médical. Le comparateur est uniquement là pour vous donner le prix de base. Il en est de même pour la plateforme téléphonique à laquelle il est relié. Les interlocuteurs avec les lesquels vous pourrez prendre contact ont été formé pour traiter du dossier standard et vous faire adhérer au contrat sélectionné par la machine. Vous risquez ainsi de perdre du temps précieux sur votre dossier d’assurance pour au final un résultat peu satisfaisant et qui vous ramènera au point de départ (cumul du temps passé pour fournir un dossier complet + compagnie non adapté à votre profil avec réponse partielle sur les garanties ou négative)

Le process qui vous permet de gagner le plus de temps reste bien entendu de viser juste c’est-à-dire des compagnies qui ont une certaines expériences sur les personnes en situation de surpoids et qui d’ordre général donnent des réponses favorable. Bien entendu cette information n’étant pas d’ordre public vous la trouverez la plupart du temps chez des courtiers spécialisés en risque aggravé « Courtier assurance emprunteur spécialisé en risque aggravé de santé et convention aeras« . Ces cabinets de courtage même si il ne faut pas faire de généralités ont bien souvent une expérience forte sur le domaine. En effet comme nous l’avons indiqué précédemment la problématique de surpoids touchant une proportion importante de la population il y a fort à parier qu’ils auront grâce à leurs diverses expériences, réussi à identifier les compagnies les moins chères pour votre cas personnel.

Ainsi même si vous passez un peu plus de temps à constituer votre dossier, celui-ci sera soumis aux assureurs susceptibles de vous garantir aux meilleures conditions et notamment sur la partie ITT.

De plus, si plusieurs assureurs acceptent de garantir votre prêt immobilier vous aurez ainsi la possibilité de choisir le contrat qui présente les surprimes les plus faibles. Les écarts pouvant être importants d’un organisme à l’autre vous pourrez ainsi économiser plusieurs milliers d’euros en procédant ainsi.

Comme nous le répétons régulièrement et ce dans différents secteurs d’activité « mieux vaut 1 qui sait que 10 qui cherche ».

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des baisses de taux de crédit immobilier pour ce mois de Juin 2017 !

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Les taux sont au plus bas, c’est le moment de s’endetter pour investir et valoriser son patrimoine. Voici le barème des meilleurs taux de crédit immobilier grâce à notre comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier ou votre renégociation :

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux

Afin de vous donner un ordre d’idée du cas dans lequel un emprunteur peut se retrouver nous allons vous donner un cas pratique tiré d’une expérience réelle. Ceci vous permettra ainsi de visualiser la situation dans laquelle une personne avec surcharge pondérale  peut se retrouver confronté lorsque son banquier ou lui-même n’a pas anticipé la difficulté lié à l’obtention de l’assurance emprunteur.

 

Cas pratique d’une personne qui est en situation d’obésité et qui souhaite faire un emprunt immobilier.

Un emprunteur de 36 ans non fumeur, mesurant 1m88 pour 144 kg se rapproche d’un courtier en prêt immobilier afin de monter son dossier d’emprunt pour sa résidence principale. Il a signé un compromis de vente pour un bien neuf et peut prétendre au prêt à taux zéro.

il s’est adressé à courtier en prêt immobilier afin de gagner du temps, éviter les problématiques sur le prêt à taux zéro et obtenir ce que tout le monde veut c’est-à-dire le meilleur taux.

Ce courtier lui trouve assez rapidement une solution auprès d’une banque qui lui propose un taux tout à fait convenable.

Bien entendu l’organisme bancaire lui suggère de souscrire le contrat groupe de la banque car sinon son dossier de prêt pourrait être refusé (limite sur les 33% d’endettement atteinte) ou le taux du prêt augmenté.

Passons sur le fait que la méthode est totalement contraire à la loi Lagarde qui permet de choisir librement son assurance emprunteur, ce qui aurait d’ailleurs au vue de son âge limité son endettement et donc faciliter le remboursement de son emprunt dans le temps.

Passons également sur le fait qu’il était du conseil du courtier en crédit immobilier de conseiller à son client au vue de son âge et de la moindre qualité du contrat de la banque de souscrire une délégation d’assurance…

Attardons nous par contre sur le fait que ni le courtier en prêt ni le conseiller bancaire, n’ont anticipé la problématique de surpoids du client pourtant visible. Aucun de ces deux « professionnels » ne s’est posé la question de la mise en place de l’assurance emprunteur et surtout de son acceptation.

Les échanges ont donc encore duré quelques semaines comme cela se passe tous les jours dans les agences bancaires. Fournir un document…, en profiter pour voir si il est possible de négocier 0.05% de moins sur le taux du prêt…..

Un mois est alors passé avant que le dossier se finalise et le conseiller bancaire fasse remplir le questionnaire de santé au client afin de l’adresser à la compagnie d’assurance. Bien entendu le poids et la taille sont indiqués.

Trois semaines plus tard (temps administratifs moyen de traitement pour un contrat groupe bancaire) l’emprunteur reçoit un courrier de la compagnie d’assurance groupe l’informant de la notification de refus complet de son assurance emprunteur. L’assureur n’a pas demandé d’informations complémentaires et le client avait pourtant un questionnaire de santé vierge sur tous les autres aspects médicaux.

Informant le courtier en prêt immobilier et le conseiller bancaire ceux-ci prennent conscience que le rapport poids taille a posé problème.

Le courtier en prêt immobilier décide alors de proposer au client une délégation d’assurance auprès de la compagnie avec laquelle il travaille le plus régulièrement et qui est dite spécialisée pour les emprunteurs souffrant de risque aggravé.

Là aussi refus, un questionnaire spécifique sur le surpoids a par contre été demandé au client. En  15 jours seulement le dossier a été traité par mail et l’assureur avait un service d’acceptation médicale efficace du moins sur les délais de traitement.

Le courtier en prêt immobilier bien qu’intermédiaire en assurance et spécialisé dans le domaine du crédit se tourne alors vers un autre professionnel afin de confier le dossier à un courtier spécialisé en risque aggravé de santé.

Le client fournit les seules pièces dont il dispose à savoir les copies de sa demande d’adhésion et de son questionnaire de santé mais également un bilan sanguin qu’il a réalisé récemment et le questionnaire spécifique lié au surpoids qui lui avait été demandé précédemment.

Son dossier étant complet, il est soumis à 3 compagnies qui ont accepté d’étudier son dossier même si les documents émanent d’une compagnie concurrente. Dix jours plus tard il obtient 3 réponses

Compagnie A : acceptation en décès Ptia avec majoration de 200%

Compagnie B : acceptation en décès Ptia avec majoration de 150%

Compagnie C : acceptation en de toutes les garanties avec une surprime de 125% en DC PTIA et 175% en IPT ITT

Le client accepte bien sûr la proposition de la compagnie C qui lui accorde l’ensemble des garanties et lui permet de finaliser son dossier de prêt. Rappelons que sans les garanties ITT la banque risque de lui refuser l’accord de financement.

Il s’aperçoit par la même occasion et à sa grande surprise que malgré des niveaux de surprimes que l’on peut considérer comme élevé le coût global de cette assurance est moins onéreux que celui du contrat groupe qui lui avait proposé par sa banque.

Ce client bien qu’ayant trouvé une solution aura donc perdu au global plus de 2 mois dans son projet car ses interlocuteurs n’ont pas anticipé sa problématique. Comme à leurs habitudes, Concentré sur le taux du crédit et non spécialiste de l’assurance, ils auraient pu mettre à mal le projet d’achat de cette personne.

Dans un cas similaire et afin que de mettre toutes les chances du côté de l’emprunteur :

Le conseiller bancaire aurait dû lancer la démarche auprès de son assureur interne le plus rapidement possible

Le courtier en prêt immobilier aurait dû trouver un courtier spécialisé en risques aggravé de santé à préconiser à son client dès le premier entretien. Ceci aurait permis de trouver une ou plusieurs solutions alternatives qui soient à la disposition du client une fois que la réponse de l’assureur de la banque serait formulée. Il était en effet quasi certains que cette compagnie n’assurerai pas le client ou du moins pas dans des conditions favorables.

A noter que si ce client avait eu moins de 35 ans, il aurait peut être pu (en fonction de ses revenus) profiter du dispositif prévu par la convention AERAS sur les prêts à taux zéro (cf « Convention AERAS, Droit à l’oubli fonctionnement et solution pour votre assurance de prêt immobilier« ).

En effet lorsque l’emprunteur rentre dans un seuil de revenus indiqué par le dispositif AERAS et que l’assureur lui applique une surprime, celle-ci est totalement prise en charge sur la part concernant le prêt à taux zéro. Ceci aurait donc pu considérablement diminuer le coût de son assurance emprunteur.

Si l’on devait résumer les conseils à prendre en compte lorsque l’on souffre de surpoids, d’obésité ou que l’on est considéré en situation de surcharge pondérale, il conviendrait :

 

 

CONSEIL N°1 : ANTICIPER

Après lecture cet article vous aurez certainement pris conscience que l’obésité ou le surpoids seront une des problématiques de votre obtention de crédit et ce à cause de l’assurance emprunteur.  Il en sera de même si vous avez réalisé dans un passé récent une des chirurgies liées à cette obésité telle que la sleeve ou le bypass.

Ainsi de la même manière que vous aurez consulté plusieurs banques ou interroger un courtier en crédit immobilier vous avez tout intérêt en parallèle à vous atteler à le recherche d’une assurance emprunteur.

Elle constituera au vue des surprimes qui peuvent vous être appliquées un élément non négligeable de votre coût d’emprunt.

Inutile donc de perdre du temps à négocier de 0.05% de moins sur votre taux de prêt immobilier si vous interlocuteur bancaire vous met des bâtons dans les roues sur la partie assurance.

Rappelons que sur 20 ans une économie de 0.05% sur un taux d’assurance représente en euros le double de 0.05% sur un taux de crédit, les formules de calcul n’étant pas les mêmes.

Dans tous les cas l’anticipation de votre démarche vous permettra au pire de résilier l’assurance de la banque quelques semaines plus tard si l’option bancaire vous avez été imposé et qu’elle était moins qualitative ou plus onéreuse.

La Loi Hamon vous permettra de résilier votre assurance emprunteur dans les 12 mois qui suivent la signature de votre offre de prêt. Mais attention, pour que la demande de résiliation soit acceptée par la banque il conviendra de satisfaire ce que l’on appelle l’équivalence de garanties (cf »Changer d’assurance de prêt : L’analyse de l’équivalence de garantie de la loi HAMON« )

 

 

CONSEIL N°2 : DEMANDER A REMPLIR LE DOSSIER D’ASSURANCE DE VOTRE BANQUE

Exigez du banquier qu’il lance la demande d’assurance même si vous n’avez pas finalisé vos négociation sur la partie prêt. Tout d’abord, ceci vous permettra d’être fixé sur les conditions d’acceptation de l’établissement bancaire mais aussi de savoir si en fonctions des bases de garanties qui vous sont accordées l’établissement bancaire vous suit ou pas….

En effet en cas de refus des garanties ITT la banque risque de vous indiquer qu’elle ne peut pas vous accorder le crédit. Si tel est le cas, vous comprendrez bien aisément qu’il n’était pas utile d’aller plus loin sur la négociation du taux.

Il faudra alors faire votre demande ailleurs et refaire un dossier d’assurance auprès de la nouvelle banque. Pourquoi ? Tout simplement parce que dans le domaine de l’assurance emprunteur il n’y a pas de process établi lorsque le client rencontre des difficultés sur l’accord des garanties de son assurance emprunteur. La convention AERAS ou aucune autre Loi n’impose à la banque de vous prêté de l’argent si les conditions demandées ne sont pas requises.

Certaines banques accorderont le crédit même si vous n’avez que les garanties décès PTIA alors que d’autres refuseront.

Une chose est sûre, si la banque n’a pas constaté par elle-même (par la vente de son assurance interne) qu’elle ne peut pas vous assurer, elle n’ira pas plus loin même si vous apportez les mêmes garanties avec une délégation d’assurance.

En effet les banquiers, puisqu’il n’y avait pas de règle sur le sujet, les banquiers ont inventé la leur. Ils souhaitent une assurance complète avec décès PTIA IPT ITT. Si vous fournissez le contrat d’assurance du concurrent avec des garanties partielles, ils refuseront votre dossier d’emprunt en vous indiquant que vous ne fournissez pas les garanties demandées pour la couverture d’un prêt de résidence principale.

Néanmoins si vous faites la demande auprès d’eux et que leur contrat apporte des garanties partielles (refus des garantie ITT par exemple) à ce moment là votre dossier pourrait être accepté.

Doit on en conclure que lorsqu’ils font un peu de marge complémentaires la règle de l’obtention du prêt change ?

Cela semble être assez fréquemment le cas ….. Et c’est à ce moment là qu’ils seront plus enclin à accepter l’offre d’assurance en délégation soit parce qu’elle sera plus couvrante ou moins onéreuse pour vous.

 

 

CONSEIL N°3 : BIEN CHOISIR SON OU SES INTERLOCUTEUR

Que se soit pour la partie bancaire ou assurance, vous avez tout intérêt à valider que vos interlocuteurs aient bien cernés le fait que votre surpoids va poser une problématique côté assurance emprunteur.

Le banquier ou le courtier en crédit immobilier risque de ne pas se poser la question soit par manque d’expérience sur la partie assurance emprunteur soit tout simplement parce qu’ils ne sauront pas comment aborder la question du surpoids avec vous. Beaucoup d’interlocuteur vont donc fermer les yeux jusqu’au bout en se disant qu’ils verront à la fin si le dossier passe.

Gros problème, vous risquez comme nous l’avons vu dans le cas pratique de perdre 2 mois et vous retrouver au point de départ si votre dossier de prêt est finalement refusé.



C’est donc à vous de prendre les choses en main et notamment si vous souffrez d’obésité sévère ou morbide car c’est dans cas précis que les difficultés seront les plus complexes.

Aborder donc les choses simplement en indiquant au banquier et/ou au courtier en prêt immobilier que votre surpoids peut poser un problème sur l’assurance et que vous souhaitez que cette partie soit traitée en même temps que le reste.

Rapprocher vous comme nous l’avons indiqué dans l’article d’un courtier spécialisé dans les risques aggravé de santé. Il aura très certainement l’expérience nécessaire pour trouver des solutions et pourra également vous guider vis-à-vis du discours à tenir à la banque pour imposer votre délégation d’assurances.

En conclusion nous espérons que cet article vous aura fait prendre conscience que même si vous n’avez pas de problème de santé avéré, le surpoids ou l’obésité représenterons un frein potentiel sur l’obtention de votre prêt immobilier. En ayant conscience de ces difficultés, en prenant les choses en mains sur la partie assurance emprunteur et en ne vous faisant pas dicter les règles par votre banquier vous devriez arriver à solutionner votre dossier, le tout, en évitant les surprises de dernières minutes .

Ces autres articles devraient vous intéresser :


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*