Saluons la lucidité du président Macron.

Alors que la facilité aurait été de faire plaisir aux lobbyistes du marché immobilier (courtier en crédit et autres promoteurs immobiliers en tête), en accordant toujours plus de subventions au marché immobilier, Emmanuel MACRON vient de recadrer le débat autour de la relance du marché immobilier.

Il aurait été tellement plus facile de sortir le carnet de chèques pour faire plaisir aux business de l’immobilier sans véritablement s’attaquer au véritable problème de la crise du logement.

Ce ne sera vraisemblablement pas le cas (et c’est tant mieux)

Voici quelques extraits des propos d’Emmanuel MACRON à l’occasion d’une interview dans le magazine Challenges :

« La vérité, c’est qu’on a beaucoup d’aides et qu’on a créé un paradis pour les investisseurs immobiliers »

[…]

« Mais ce n’est pas au cœur de la crise qu’il faut déposer le moteur et le refaire »,

[…]

« À mes yeux, on a besoin d’un double choc. D’abord une simplification et une réduction des délais pour produire des nouveaux logements »

[…]

« regarder comment développer beaucoup plus de logements locatifs intermédiaires pour baisser les prix, parce que la crise du logement se situe là« 

Challenges, interview d’Emmanuel MACRON sur la crise du logement

« Regarder comment développer beaucoup plus de logements locatifs intermédiaires pour baisser les prix, parce que la crise du logement se situe là« 

La phrase la plus importante est celle-ci : »pour baisser les prix [de l’immobilier], parce que la crise du logement se situe là« 

S’il est vrai que le logement peut devenir une bombe sociale, c’est principalement en raison des prix trop élevés dans certaines régions (il ne faut surtout pas généraliser le constat).

Oui, la crise du logement est avant tout une crise du logement trop cher.

On manque de logement à prix abordable. La résolution de la crise du logement doit passer par une baisse des prix de l’immobilier et des loyers. C’est une évidence !

Les Français n’ont pas tous les moyens de se loger dans des conditions acceptables. C’est ça la véritable crise du logement à laquelle il convient de s’attaquer. La bombe sociale est là ! Le problème, ce sont les prix de l’immobilier insupportables dans certaines métropoles !

Les solutions sont alors multiples :

  • Construire davantage et plus facilement dans les zones qui manquent sérieusement de logements (et il n’y a en pas tant que ça au regard de la démographie) ;
  • Accélérer sur la rénovation du parc de logements ; L’obligation de travaux liée à l’interdiction de louer des logements dont le DPE est E, F et G va dans ce sens ;
  • Réduire la demande pour faire baisser les prix de l’immobilier ; Les prix de l’immobilier sont le fruit de la confrontation de l’offre et de la demande. Pour faire baisser les prix, il faut faire baisser la demande, c’est-à-dire, maintenir une politique d’octroi de crédit immobilier sous contrôle ; On ne peut pas promettre à tous d’être propriétaire. Ce ne serait que mensonge et populisme qui conduirait à accélérer les prix de l’immobilier ; Faire baisser la demande peut également être possible avec la décentralisation de l’activité économique (cf. plus bas) – Aujourd’hui, la demande de logement est très centralisée sur quelques métropoles ; La décentralisation de l’économie, via une réindustrialisation par exemple, permettra de diffuser la demande sur tout le territoire et ainsi réduire les tensions actuelles. Une économie de service est centralisée autour des métropoles ; Une économie industrielle est naturellement décentralisée, car les usines sont en campagnes.
  • Faire baisser les loyers tout en encourageant les propriétaires bailleurs à investir ! Sacré challenge tant ces deux objectifs apparaissent comme contradictoires. Néanmoins, un dispositif fiscal inspiré de loc’avantages pourrait permettre de l’atteindre. Loc’avantages, ce sont des réductions d’impôts qui sont proportionnelles à la faiblesse des loyers : Plus le loyer est élevé, plus vous payez d’impôt ; Moins le loyer est élevé, plus vous profitez davantages fiscaux (cf. « Détail et analyse du dispositif fiscal loc’avantages« )
  • Réduire les avantages fiscaux qui détournent le marché immobilier ; La location saisonnière est évidemment problématique !
  • Accélérer la décentralisation ! La crise du logement est en réalité une crise très localisée ; 50% des Français vivent dans 5% du territoire. La crise du manque de logement se situe dans ces 5% du territoire occupés par 50% des Français. Le jour où la décentralisation, accélérée par la fibre optique, le télétravail et la volonté politique de réindustrialiser les campagnes, permettra à tous de vivre ailleurs que dans ces 5% du territoire, il n’y a plus de crise du logement. La crise du logement n’est pas nationale. Elle est très localisée aux très grandes métropoles et littoraux ! Ailleurs, les prix de l’immobilier sont sains et parfois même très faibles.

Source des cartes : https://bmericskay.github.io/portfolio/FranceCommune.html

À suivre.

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos services :
Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Conférences patrimoniales
Gestion conseillée
Livres et formation 
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Investir dans l'immobilier
Optimiser sa Succession

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :