Nous vous alertons depuis de nombreux mois sur les déviances du crowdlending, c’est à dire du crowdfunding dédié au financement des PME et des TPE. Nous vous avons proposé de nombreux articles dans lesquels nous étions interrogatifs :

Sur le modèle économique des plateformes de crowdfunding qui les pousse à une course aux volumes au détriment d’une sélection rigoureuse des dossiers de financement (cf » Crowdfunding : Et si on se passait des plates-formes ? » ou encore « Crowdfunding, l’avenir est local, indépendant et probablement sans plateforme.« )

Sur le rendement véritable de l’investissement en crowdlending compte tenu de l’importance des défauts (Le crowdlending est il vraiment viable ? Faire le métier de banquier n’est peut être pas si facile…« ) ;

Sur la qualité réel des projets financés qui s’avèrent être que très rarement des projets d’investissement mais régulièrement des besoins de trésorerie (BFR) déguisés de la part d’entreprises qui se sont vues refuser le financement bancaire. (cf »Qui emprunte sur les plateformes de crowdfunding lending ? Des exclus du financement bancaire ?« )

 

Souvent seul à dénoncer l’utilisation commerciale et marketing du crowdlending, tout en saluant le potentiel d’innovation et de révolution que représente le financement participatif, l’UFC que choisir vient de publier une étude alarmante sur le crowdfunding et plus particulièrement sur le crowdlending dans laquelle elle confirme l’intégralité de nos analyses.

Le titre de l’étude résume pleinement le cœur de l’analyse d’UFC  « Crowdlending Des placements risqués au potentiel moindre que le Livret A ? » 

 

Morceaux choisis:

Notre analyse montre ainsi que les acteurs des placements participatifs fournissent un service médiocre aux consommateurs. La promesse de rendements surestimés, la présentation partiale et la sélection hasardeuse des projets à financer que nous avons identifié au regard de l’étude de 337 entreprises financées, des obligations légales insuffisamment respectées ainsi qu’une multitude de clauses que nous jugeons abusives au sein des conditions générales d’utilisation des plateformes sont autant de manquements à la loyauté vis-à-vis des consommateurs.

L’UFC-Que Choisir a, enfin, mené une estimation des rendements auxquels peuvent s’attendre les consommateurs ayant prêté à des entreprises via des prêts participatifs. Le résultat est sans appel puisque, en raison des défauts d’entreprises prévisibles, leurs rendements ne devraient pas être supérieurs à celui du Livret A, loin des 7% promis par les discours marketing.

 

Que dire … Merci l’UFC QUE CHOISIR pour cette étude et cette analyse pleine de bon sens !

Il est maintenant urgent de revoir le modèle économique du crowdlending pour espérer utiliser toute l’innovation de rupture que représente le financement participatif…

L’avenir du crowdfunding serait il indépendant, local et sans plateforme comme nous l’écrivons depuis quelques mois … (cf « Crowdfunding, l’avenir est local, indépendant et probablement sans plateforme.« ). 

 

A suivre

 

Source : Etude UFC sur le crowdlending

 

 

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des taux toujours historiquement bas. 

Trouvez les banques qui n’ont pas encore augmenté leur taux immobilier depuis le début de l’année ! Pour connaître ces banques : comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer comme nous vous l’expliquons dans notre article sur les meilleurs taux immobilier pour septembre 2017

Cliquez ici pour comparer plus de 100 banques et trouver le meilleur taux

Ces autres articles devraient vous intéresser :


7 Comments

  1. P'titlouis says:

    Désolé, mais le lien vers l’étude ne marche pas.

    Il semblerait que l’étude soit basée principalement sur Unilend et Finsquare….. vraiment pas les meilleurs plateformes.

  2. Cela s’appelle :

    « entrée dans l’âge adulte »

    Avec ses limitations et ses nécessaires solidifications, pas forcément péjoratives, au demeurant.

  3. Bonjour,

    Cette étude va permettre au secteur de se remettre en cause… enfin j’espère 😉 Par contre je trouve le calcul du rendement injuste car il met toutes les plateformes dans le même panier. c’est ce que je dis d’ailleurs ici :

    http://www.crowdlending.fr/forums/sujet/ufc-que-choisir-doit-on-remettre-en-cause/#post-10886

    @Guillaume : Toi qui est un pro de la gestion de patrimoine, tu sais bien que tous les produits d’une même gamme ne se valent pas et qu’il faut bien choisir 😉

    • Merci Mathieu nous prendrons le temps de décortiquer tout cela à ton retour.

      « @Guillaume : Toi qui est un pro de la gestion de patrimoine, tu sais bien que tous les produits d’une même gamme ne se valent pas et qu’il faut bien choisir 😉 »… je sais surtout qu’il faut un conseil indépendant du vendeur pour accompagner l’épargnant 😉

  4. P'titlouis says:

    Bonjour

    J’ai entrepris de décortiquer l’étude pour vous.
    Elle fera l’objet d’un post complet sur http://www.montaigneconseil.fr

    L’affichage d’un rendement moyen ne nous intéresse pas puisque justement notre service est basé sur la sélectivité. Nous n’avons que déjà trop averti de la piètre qualité de certains ex-leader du marché….

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*