– Avertissement : le « Défi 6 % » est une initiative pédagogique qui vise à montrer qu’une prise de risque maîtrisée permet d’obtenir un rendement supérieur à celui des placements sans risque. Le défi 6% ne fournit aucun conseil ou recommandation d’investissement. – Une initiative d’Arnaud SYLVAIN, Conseiller financier indépendant.

La défiance des épargnants envers les placements financiers risqués (actions, SICAV…) est d’autant plus regrettable que ces placements procurent des rendements élevés à long terme. Ils sont donc adaptés à la préparation de la retraite, objectif régulièrement cité par les épargnants.
Le « défi 6 % » vise à vous réconcilier avec les placements financiers risqués. Il s’agit d’obtenir un rendement annuel moyen de 6 % à partir de supports disponibles au sein d’un contrat d’assurance vie (unités de compte et fonds en euros).
 

Les Français se méfient des placements financiers risqués qui sont pourtant parmi les plus rentables à long terme.

D’après l’Insee, le patrimoine des Français est composé de 61 % d’actifs non financiers (essentiellement immobilier) et de 39 % d’actifs financiers.
Parmi les placements financiers, les épargnants plébiscitent les placements bancaires et les fonds en euros des contrats d’assurance vie. Année après année, les enquêtes le confirment : les Français se méfient des placements financiers risqués.
 

 
Or, plusieurs études indiquent que les actions représenteraient pourtant un des meilleurs placements à long terme.
 

Comment dès lors expliquer cette désaffection, d’autant plus que la préparation de la retraite est l’un des principaux objectifs des épargnants français ?

Parmi les explications avancées, le pessimisme exacerbé des Français est parfois avancé. Mais s’ils avaient si peur de l’avenir, pourquoi n’épargneraient-ils pas sur les supports les plus rémunérateurs ?
Une autre explication serait le manque de culture financière. Cette piste semble beaucoup plus sérieuse, comme en témoigne l’appétence des épargnants Français pour les placements qui leur promettent à la fois la sécurité et un rendement élevé.
Cet engouement a d’ailleurs conduit l’AMF à multiplier ses actions de communication pour mettre en garde les épargnants.
Nul besoin de revenir sur les nombreux placements sécuritaires et rentables qui se sont finalement révélé des escroqueries, le Blog Patrimoine s’en fait régulièrement l’écho.
 

Que ce soit par pessimisme ou par manque d’intérêt, les Français ont-ils vraiment raison de se méfier des placements financiers risqués ?
 

Et si le risque payait ?

Face à la défiance et aux préjugés des épargnants, rien de mieux qu’un exemple pour montrer l’intérêt d’utiliser ces supports pour se constituer une épargne de long terme.
En conséquence, il semble intéressant de vous proposer (en accord avec Guillaume Fonteneau) l’expérience suivante : la construction et le suivi d’un portefeuille au sein d’un contrat d’assurance vie avec l’objectif d’atteindre un rendement annuel moyen de l’ordre de 6 %. Irréaliste ? Non, car ce n’est pas une promesse mais un objectif.
Pourquoi cet objectif ? Parce qu’un rendement de 6% est très supérieur à celui des placements sans risque, fonds en euros notamment, et qu’il paraît tout à fait atteignable. En revanche, il implique bien évidemment de prendre des risques.
 

Fonds en euros : des rendements qui se réduisent au rythme des taux d’intérêt


 
Cet objectif de rendement élevé vous permettra de vérifier la relation positive entre le rendement et le risque (n’oubliez pas qu’il n’existe pas de placement sans risque et à rentabilité élevée). Pour les placements financiers, le risque se matérialise entre autres par la volatilité.
Le portefeuille qui sera construit et suivi connaîtra donc des fluctuations. C’est pour cela que ses performances devront être appréciées sur le long terme. Il ne s’agit pas de procurer 6% par an, mais 6% en moyenne par an.
Vous l’aurez compris, l’objectif de cette expérience est de vous montrer que le risque paie à condition de disposer d’un horizon temporel suffisamment long et de respecter une stratégie éprouvée.
 

6%, c’est beaucoup ?

Si l’on se fie au rendement des placements sans risque – les fonds en euros « classiques » délivrent actuellement un rendement proche de 2% par an – cet objectif de 6% peut effectivement sembler ambitieux. Lorsqu’il est comparé à celui des différents actifs financiers, il apparaît plutôt raisonnable.
Il est ainsi proche du rendement des SCPI et des obligations sur longue période, et sensiblement moins élevé que celui des actions. Cet objectif ne devrait donc pas impliquer de prise de risque excessive.
 

Défi 6 % : Une expérience originale, transparente et sans filet

Afin que cette expérience soit la plus convaincante et la plus transparente possible, elle sera réelle. Je veux vous prouver que le risque paie et qu’un conseiller financier peut vous apporter une véritable valeur ajoutée.
Je souscrirai donc un contrat d’assurance vie et je vous montrerai pas à pas comment je construis et comment je gère une allocation d’actifs destinée à procurer un rendement moyen de 6% par an.
Chaque mois, je publierai sur le Blog Patrimoine une copie d’écran indiquant la composition et la valorisation du portefeuille.
 
[box]Attention ! Certains pourront être tentés de répliquer le portefeuille expérimental, surtout si les performances sont bonnes. Ils devront préalablement s’assurer que ce portefeuille est cohérent avec leur profil de risque et leurs objectifs.Pourquoi tiens-je à vous convaincre d’investir sur des supports financiers risqués ? Parce que je pense que ce type de placements représente une véritable opportunité pour les épargnants qui souhaitent valoriser un capital sur le long terme.Placer son argent sur des supports sans risque alors qu’on dispose d’un horizon de placement conséquent est une erreur.[/box]  
 
 

Et maintenant ?

  • Je vous expliquerai fin juin pourquoi j’ai choisi un rendement cible de 6% et ce qu’un tel rendement implique comme volatilité.

 

  • Fin juillet, je vous présenterai le contrat d’assurance vie que j’ai retenu et je vous expliquerai les raison de mon choix. Je vous annoncerai également les montants sui seront consacrés à cette expérience.

 

  • Fin Août, je vous détaillerai la stratégie pour atteindre un rendement annuel moyen de 6 % sur les dix prochaines années.

 

  • A partir de fin septembre, je vous livrerai un reporting mensuel.

 
Cette expérience est menée en partenariat avec Le Blog Patrimoine car c’est un haut lieu de débats et de controverses (merci Guillaume Fonteneau). Je compte donc sur vous pour formuler commentaires et remarques, et à poser vos questions.
 
Arnaud Sylvain
Conseiller financier indépendant

Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine

155 commentaires