Qui l’eut cru. Alors que le flot d’informations anxiogènes nous annonçait le pire pour l’hiver économique, voici que nous abordons l’automne avec un CAC qui retrouve des niveaux de valorisation tout à fait satisfaisants.

Nous retrouvons presque le niveau de 6300 points. Lorsque nous étions autour de 5700 points, nombreux étaient ceux qui attendaient la catastrophe à venir avant d’investir.

Le CAC40 venait de dégringoler de 25%, mais ce n’était pourtant pas suffisant pour justifier un investissement. Ainsi, vous êtes nombreux à attendre éternellement cette grande chute des cours de bourse pour investir.

Une forme de jouissance s’est alors parfois emparé de vous… « Je l’avais bien dit.. vous allez voir que j’ai raison ». A la télévision et sur les réseaux sociaux, les collapsologues et autres prédicateurs millénaristes se sont alors multipliés pour expliquer pourquoi, nous allions nous effondrer.

Pourtant, nous sommes début novembre, et pour le moment, ça va plutôt pas mal. La situation est difficile, mais nous nous adaptons.

On profite du beau temps, pour retarder l’allumage du chauffage, on réduit nos kilomètres inutiles, les lumières de la ville s’éteignent à 22h, on réduit la température des piscines… mais rien de catastrophique pour le moment.

Le pire n’est jamais certain. Attention à l’apocalypse cognitive (cf. « Gestion de patrimoine : L’apocalypse cognitive vous empêche de prendre les bonnes décisions. »).

Attention, il ne s’agit pas de nier les défis du futur, juste d’expliquer que le pire n’est jamais certain (et que le meilleur non plus d’ailleurs, mais comme nous n’y prêtons pas beaucoup attention, c’est moins problématique) – Nous aimons nous faire peur avec les pires des scénarios catastrophes, pour nous rendre compte que finalement, nous possédons une capacité d’adaptation hors du commun.

Nous venons de vivre une forte baisse, mais vous ne l’avez pas vu. Ceux qui ont profité de cette baisse pour se positionner semblent relativement peu nombreux.

Aujourd’hui, nous retrouvons des niveaux de valorisation trop élevés pour pouvoir y investir massivement.

Bref, autour de 5700 points, vous aviez une belle occasion d’investir. Maintenant, c’est trop tard.

Bien évidemment, pas de panique, vous aurez d’autres occasions. Nous allons probablement connaître d’autres baisses dans les prochaines semaines, mois.

Ce sera alors une opportunité que vous devrez réussir à saisir. La bourse, ce n’est pas très compliqué :

  • A très long terme, ça monte ;
  • A court terme, ça monte, puis ça descend, puis ça monte ; Mais on ne sais jamais quand et combien.
  • A court terme, quand ça monte trop fort, ensuite ça baisse ;
  • A court terme, quand ça baisse trop fort, ensuite ça monte ;
  • Puis ça baisse ; puis ça monte …et à long terme, ça monte toujours.

Derrière ces quelques phrases enfantines, je crois qu’il y a tout ce que vous devez savoir avant d’investir en bourse. Cela ne fait pas très sérieux et très intelligent, mais il s’agit pourtant de ma conclusion après plus de 20 ans de pratique.

En appliquant ces règles simplistes avec un portefeuille diversifié, je crois que vous avez tout ce dont vous avez besoin pour investir en actions.

C’est le message que vous nous avons essayé de vous faire passer dans ce « Replay Visio : « Les secrets de l’investisseur de long terme pour réussir en bourse ».

A suivre.

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos services :
Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Conférences patrimoniales
Gestion conseillée
Livres et formation 
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Investir dans l'immobilier
Optimiser sa Succession

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :