Les marchés actions atteignent leur plus haut historique si l’on tient compte des dividendes versés aux actionnaires. Depuis 1987, la performance du CAC40, dividendes réinvestis, laisse rêveur.

Imaginez depuis 1987, votre capital aurait été multiplié par 14, soit un taux de rendement actuariel de 8.55% par année pendant 32 ans, sans rien faire, sans avoir besoin de passer de temps à gérer et surtout sans impôt sur le revenu pour l’épargnant dans un PEA.

Nouveau ! Découvrez notre nouveau livre « Succession«  dans lequel nous vous livrons tous nos conseils et stratégies pour régler votre succession et réduire les droits de succession.

 

Et toujours nos bestsellers « Assurance vie et gestion de patrimoine » et « Investir dans l’immobilier« 

L’épargnant qui aurait placé 500€ / mois pendant 32 ans aurait épargné 192 000€… mais serait aujourd’hui à la tête d’un patrimoine financier de 1 000 000€, soit 808000€ de plus-value sans rien faire. 

 

 

Pourtant, dans la vraie vie, je ne connais personne (ou presque) qui se soit enrichi grâce à l’investissement sur les marchés actions !

Voilà pour la théorie des vendeurs de rêves car dans la vraie vie, je dois vous avouer ma perplexité devant la réalité des rendements réalisés par les épargnants.

Cela fait 15 ans que je rencontre des épargnants fortunés tous les jours, 15 ans que je connais l’extrême rentabilité théorique de l’investissement en action, pour autant en 15 ans, je n’ai jamais rencontré un épargnant qui se soit réellement enrichi grâce à l’investissement en bourse.

La théorie est belle … mais dans la pratique cela semble plus difficile à mettre en œuvre. En revanche, en 15 ans, j’ai rencontré des centaines d’épargnants qui avaient beaucoup perdu à cause de leur placement en bourse.

Je suis personnellement rentré sur les marchés financiers en 2001. En 15 ans, j’ai donc vécu deux crises boursières majeures et n’ai jamais gagné grand chose grâce aux marchés actions. Je dois être mauvais, car n’importe quel théoricien m’expliquera que la bourse est le meilleur placement à long terme (et c’est d’ailleurs devant cette triste réalité que j’ai décidé en 2013 de ne plus être CIF et de ne plus faire de conseil financier – Je suis trop mauvais en pratique pour prétendre conseiller habilement).

Malheureusement, en 15 ans de rendez vous client, je constate que je ne suis pas le seul à être mauvais. Je n’ai jamais rencontré aucun épargnant qui se gargarise d’avoir réalisé ces rendements théoriques. Jamais, sauf une fois, un lecteur du site qui me téléphone un jour en m’expliquant qu’il avait placé 90 000€ en 1990 et qu’il avait aujourd’hui 900 000€ sur son PEA parce qu’il n’avait pas le temps de gérer et c’était contenter d’attendre malgré les nombreuses sollicitations de ses amis Conseil en gestion de patrimoine qui ne comprenaient pas cette absence de gestion.

Bien évidemment, j’ai très souvent rencontré des épargnants ou des conseillers financiers qui m’expliquaient avoir fait un « super coup » sur une valeur ou sur une année. Étrangement, ces derniers ne se sont jamais vantés lors des mauvaises années….

Devant mon évidente incompétence, celle des très nombreux professionnels de la gestion de patrimoine et de tous les épargnants rencontrés depuis 15 ans, j’ai besoin de vous. Je ne sais pas répondre à la question de l’article. En théorie, j’ai toutes les armes, mais en pratique, il me faut avouer mes incompétences sur le sujet.

 

Expliquez nous comment vous vous êtes durablement enrichi grâce aux marchés actions.

PS : Comme d’habitude, n’oubliez pas de valider votre vote pour une bonne prise en compte dans le sondage

Coming Soon

 




68 Comments

  1. La méthode de Warren Buffet est plutôt efficace et suivie avec succès par de nombreux investisseurs. On achète de solides blue chips pour 20 / 30 ans et on réinvesti les dividendes.

  2. Jonathan Kaminski says:

    The intelligent investor – Benjamin Graham
    Value investing
    Ce qui explique la non rentabilite de la plupart des epargnants est comportementale.

    • Oui, je crois. Je suis convaincu que la meilleure solution réside dans l’idée de l’investissement à très très long terme dans des entreprises leader en profitant des excès de faiblesse des marchés pour se renforcer.

      Et surtout, abandonner l’idée de spéculer, d’anticiper, d’essayer de comprendre, de se croire plus malin que le hasard du court terme. 😉

      • Bertrand says:

        Je suis d’accord avec vous.

      • tarquin says:

        Bonjour, oui je partage totalement votre stratégie, je l’applique depuis plusieurs dizaines d’années avec succès. J’ajouterai qu’il faut résister à l’envie de vendre pour prendre ses gains, laisser porter, par contre il faut vendre quand la société se replie trop fortement et perd sa qualité que vous décrivez ci-dessus.

      • Laurent says:

        Difficile d’identifier les entreprises leader car les leaders d’un jour ne sont pas forcément celles du lendemain. L’investissement « tranquille  » en ETF me semble pas mauvaise d’autant que les dividendes sont réinvestis. À LT, cela

  3. Bertrand says:

    Comme dans votre exemple de PEA qui passe de 90 000€ en 1990 à 900 000€ aujourd’hui, la vraie technique consiste à acheter les bonnes entreprises (leaders de leurs secteurs) et à ne plus rien faire ensuite niveau gestion, mise à part réinvestir les dividendes.

    • Oui, nous sommes d’accord. Mais, cette stratégie personne ne vous la donnera car personne ne peut se rémunérer pour vous expliquer de ne rien faire.

      Cela ne fait pas l’affaire des CGP qui ne pourront pas justifier leur travail de conseil et se faire payer en commission ;

      Cela ne fait pas l’affaire des sociétés de gestion qui ne peuvent justifier leur pseudo valeur ajoutée ;

      Globalement, cela ne fait pas l’affaire du monde de la finance.

      • Bertrand says:

        En effet, mais ça fait l’affaire de Mr Tout le monde qui n’engraisse pas les intermédiaires. Les CGP pourraient se faire payer les conseils concernant la sélection des actions issues des « bonnes entreprises, leaders de leurs secteurs ».

  4. Merci Guillaume de votre extrême franchise qui vous honore.

    En vérité, personne n’en sait rien

    Comme déjà dit, le lazy investment, après analyse bien sûr, fut mon meilleur investissement, d’une façon insolente, et indue.
    Un peu d’analyse, de l’intuition, de la flemme ou plutôt, l’oriental wu-wei, le non-agir : oui c’est bien comportemental….!
    Et faire coïncider les prises de bénéfices boursières avec des réinvestissements tenant compte des cycles de chaque actif (bourse=> immobilier=> obligations, etc et dans le désordre
    Mais il faut suivre depuis longtemps pour prétendre être au fait de la décorrélation des cycles, et les erreurs peuvent être nombreuses

    Donc je ne suis pas un exemple.

    • Mais attention, parce qu’aujourdh’ui l’investissement passif est un concept marketing monopolisé par les bullshit fintech !

      Le vrai investissement passif c’est détenir des actions en direct nominatif administré dans un PEA et pas un ETF !

      • oui, c’est ce que j’avais préconisé aussi pour se prémunir de toute spoliation d’intermédiaire : le nominatif quel qu’il soit; comme quoi les modes pépères ont aussi du bon

  5. La méthode que je connais et qui marche 🙂
    1- Analyse du client et voir le capital à investir
    2- Utilisation d’une AV avec un ETF MSCI World
    3- investissement régulier/mensuel dans l’AV avec X% sur le fond en euro et Y% sur le tracker MSCI World (Lyxor WLD par exemple) – X et Y dépendent du patrimoine et objectif du client.
    4- Equilibrage annuel

    Et surtout: dormir tranquille …

    Celui qui a mieux, il peut le démontrer, j’attends toujours ….

    OP

    • Depuis combien de temps mettez vous en place cette stratégie ? Les ETF en assurance vie sont relativement récents.

      Les frais de gestion du contrat d’assurance vie ne sont ils pas un frein au rendement ? Ne serait il pas plus simple de se contenter d’un investissement en direct dans un PEA ? Qu’en pensez vous ?

      • Un ETF est quand même sacrément intéressant pour celui qui n’a pas de gros montant à investir chaque mois en bourse. Si tu as 500 balles à mettre chaque mois tu ne peux pas acheter 1 BOUYGUES, 1 TOTAL, 1 AIR LIQUIDE, etc .. sauf si tu veux tout dépenser en frais de courtage.

        Et puis les ETF et autres trackers sont dans le PEA

    • domi954 says:

      Bonjour OP, votre message m’intéresse. Pouvez vous me contacter SVP 0687750470. par avance je vous remercie. Domi954.

  6. Je n ai rien perdu ou gagné de significatif en bourse – Sur BFM TV , il y a quelques mois , un CGP à monopolisé l antenne pour conseiller avec insistance LEHTO une action immobiliere finlandaise – Depuis elle n a perdu que les 2/3 de sa valeur ….(moi aussi sur ce produit …)
    Pour le reste on peut avoir du feeling pour certains types d activité de société : à suivre parce que profitable puis brusquement en chute pour des raisons diverses – Le pire faire face à une opération d initiés –
    On doit se préoccuper de l aspect fiscal du produit et de son revenu, ce qui n est pas évoqué

  7. Benoit CHRISTIAN says:

    Deux axes d’analyse selon moi :

    1) Comment battre le marché et/ou les pros des salles de marché ?

    La clé me semble effectivement être l’horizon très long terme d’un investissement en bourse. Un professionnel doit « rendre des comptes » régulièrement, c’est à dire constater la performance de son portefeuille et au besoin corriger ses positions. Il ne peut pas se permettre de faire une année à -30% par exemple, contrairement à un investisseur particulier (s’il est suffisamment solide psychologiquement pour supporter la perte potentielle).

    Un trader doit « couper » sur une position en fonction de sa performance journalière, hebdomadaire, mensuelle ou annuelle, ce qui tend à rapprocher de celle des indices boursiers (voir à être moins bonne à cause des biais cognitifs biens connus en économie comportementale).

    Pour espérer un rendement de long terme, il faut donc acheter une action comme on achèterait de l’immobilier, avec un horizon 15 ou 20 ans. Et pas pour faire un « coup » en bourse à court terme, ce qui revient à jouer à pile ou face !

    2) Le modèle économique du « monde de la finance »

    Pourquoi les sociétés de gestion facturent-elles des frais de gestion fixes et non uniquement des frais variables indexés sur la performance ? Car elles sont bien incapables de vivre sans ces commissions fixes !

    Le monde de la finance et plus globalement tous les réseaux de distributions de produits financiers se nourrissent sur la bête sans apporter de plus-value. Leur business est de faire acheter et revendre pour toucher des commissions, frais de gestion, … Ils profitent de l’opacité du système (qui prendra peut-être fin si on applique réellement MIF2) et de l’inculture économique des clients… D’où le lobbying farouche de ces acteurs pour ne pas communiquer le relevé annuel des frais à leur client et continuer d’indiquer les performances « net de frais de gestion » !

    Tout ce système est une immense pompe à fric qui sert à faire vivre des milliers de personnes très intelligentes mais qui n’apportent aucune plus-value.

    Résultat, le meilleur conseil est probablement d’acheter régulièrement sans se soucier de la volatilité à court-terme (à plus forte raison avec les politiques expansionnistes des banques centrales qui n’en finissent pas et provoquent une inflation mécanique des actifs). Mais malheureusement peu de particuliers sont réellement capable de tenir psychologiquement fasse à une baisse importante des marchés…

    • « Pourquoi les sociétés de gestion facturent-elles des frais de gestion fixes et non uniquement des frais variables indexés sur la performance ? Car elles sont bien incapables de vivre sans ces commissions fixes ! »

      => merci infiniment de rappeler à tous cet élément fondamental en la matière !

    • Benoît CHRISTIAN « Pourquoi les sociétés de gestion facturent-elles des frais de gestion fixes et non uniquement des frais variables indexés sur la performance ? Car elles sont bien incapables de vivre sans ces commissions fixes ! »
      très intéressante remarque !!!

  8. tarquin says:

    Pour revenir sur la performance de Warren Buffet, les recherches ont chiffrées à 19% son rendement annuel de très long terme (50 ans), à comparer à 12% pour le S&P500 dividendes réinvestis. Ce qui donne un alpha de 7% en faveur de WB, une perf considérable ! Sachant que sur le très très long terme il est impossible de battre l’indice de référence.
    Mais on apprend que WB a utilisé un effet de levier de 1,6 en empruntant pour investir, à WB on prête très facilement et à taux très bas.
    Alors petit calcul : 12×1,6 = 19 conclusion WB avec son stock-picking n’a pas créé de l’alpha, il n’a pas été capable par ses choix de battre l’indice de référence (comme tout le monde). La sur-performance vient de sa stratégie de sélection de valeurs à faible risque associée à un effet de levier.

  9. Michel 2 says:

    « En 15 ans, j’ai donc vécu deux crises boursières majeures et n’ai jamais gagné grand chose grâce aux marchés actions. Je dois être mauvais, car n’importe quel théoricien m’expliquera que la bourse est le meilleur placement à long terme. »

    Investi en actions depuis 2011, heureusement pour une petite somme, j’ai perdu presque 50% aujourd’hui. J’ai constaté que lors des rebonds, je remonte tout doucement et lors des corrections j’en prends plein la poire !!!!

  10. Normal, 15 ans c’est trop court
    A long terme, soit 100 ans c’est toujours gagnant
    Alors prêt ?

    Partez (couvert)

    et rendez vous en 2120

  11. Francis says:

    Pour battre le marché, il faut faire comme le top 5 de plus de 10 ans de cette liste :
    https://www.boursematch.com/palmares.php

  12. SCHOLLER says:

    Les seules personnes que je connaisse qui se sont enrichis, sont celles qui ont investi dans leur société. En l’occurrence une amie entrée chez Microsoft à Seattle en 1983 et reparti dans les années 2000 …. millionnaire….

    Et l’autre est entrée chez Amazon il y a plusieurs années (qu’elle a quitté depuis) et a bénéficié de la distribution d’actions gratuites, en dollars….

    Et enfin, une cliente, qui a bénéficié de titre de la société LECTRA. qui pendant longtemps tournait autour de 5 à 7 euros… qui a fini par décollé pour aller jusqu’à 27 euros me semble-t-il…

    Mais globalement, je suis d’accord avec l’article. Apporter une performance aux clients est difficile. Les exemples que je connais sont des « opportunités » de carrières et non des investissements réels…. Je pense qu’il n’y a eu aucune analyse à l’origine de leur participation……

  13. J ‘ai l’impression que le regard porté sur las actions est biaisé par le prisme de l’immobilier!
    Pour acheter de l’immobilier il y a des frais de 10 % à l’entrée idem à la sortie et jusqu’à présent l’immobilier dans les grandes villes a flambé!
    Il faudrait une bonne crise immobilière pour remettre les pendules à l’heure …
    J’ai des actions en portefeuille sur un compte titre que je possède depuis 20 ans et je concentre mon portefeuille sur les dividendes de société jugées en bonne santé. Je n’hésite jamais à me couper un bras et à prendre mes bénéfices dès 10 % de gain. J investis avec la lenteur de l’escargot suite à de fortes baisses seulement provoquées par les humeurs du marché.
    Je ne fais jamais de moyenne à la baisse et je ne soucis pas du pris de revient. Les fluctuations m’importent peu je ne regarde que la rentabilité des dividendes … Le gain sur la valeur des actions est la cerise sur le gâteau. Le cash ne brûle jamais les doigts j’investis donc peu et lentement. Une chose est certaine j’ai moins de plaisir en bourse car les algorithmes et la politiques ont pris la main.
    Il y a 20 ans la bourse était synonyme d’investissement dans des entreprises que j’avais plaisir à suivre sur la longueur en ayant la connaissance de leurs projets. Aujourd’hui c’est la roulette russe … Au lieu de jouer au loto au tiercé aux jeux à gratter j’investis en bourse mais plus çà va plus les mouvements à la hausse comme à la baisse sont amplifiés sans justifications économiques mais spéculatives! Je comprends tous les gens qui se détournent de la bourse mais je préfère encore la bourse aux jeux de hasard.

    • Michel 2 says:

      Comme vous dites les algorithmes et Trading HF ont tué le système et seuls les initiés s’en mettent plein les poches. Vu que c’est un jeu à somme nulle devinez qui sont les plumés !!

  14. Pas de trading
    Pas de petites sociétés peu suivies illiquides et sujettes a des variations erratiques
    Préférence pour les sociétés a forte implication familiale
    Préférence pour les dividendes réguliers
    Gestion de long terme
    Ne pas s interdire les prises de bénéfices quand le potentiel est épuisé souvent quand tout le monde est à l achat

  15. On est je crois tous d’accord sur le problème du mauvais timing, la vente au mauvais moment.
    Le fait que 50 % de baisse nécessite 100 % de hausse pour se refaire n’est pas toujours bien compris.

    Après débat : vaut-il mieux des OPCVM où des actions en direct ?

    Dans tous les cas, tenir des positions longues doit être payant si on regarde les perf de beaucoup d’opcvm sur 10 à 15 ans

    • tonnick says:

      Les OPCVM sont plus abordables dans le sens où la sélection des actions est un exercice compliqué. Pour être complet, il faut également intégrer les trackers dans l’équation, ils permettent d’investir sur un panel de sociétés avec des frais fortement réduits par rapports aux OPCVM. De nombreuses études ont d’ailleurs montré que l’immense majorité des OPCVM font moins bien que leur indice, alors pourquoi ne pas miser tout simplement sur l’indice avec des frais réduits?

  16. saccard says:

    À la lecture des commentaires, la notion de long terme est omniprésente.
    On en revient à l’efficience des marchés…le mythe de la bonne affaire…, les  » gros » ont déjà du mal, alors imaginez les petits porteurs…
    Pour résumer, si investir en bourse se résume à acheter des actions et à laisser bouillir à feu doux pendant 20 ans, autant faire de l’immo, c’est à peu près aussi  » lazy « .

  17. Fredy Gosse says:

    dans un monde qui change plus vite chaque jour et où les objets que
    Nous Aurons dans 10 ans ne seront plus les mêmes voir même ne sont pas inventés ,j ai du
    Mal à croire qu il suffit d acheter et d attendre une vie. Buffet vient de se prendre une sacrée déculotté et je doute que sa méthode soit toujours efficace surtout quand il plaide le faux dans les les médias pour vous inciter à acheter ce qu il veut vendre à bon prix.Personnellement je n ai jamais gagné d argent en bourse par actions réfléchies ,la seule fois où ce fut positif ce fut sur une décision impulsive irraisonnée .un matin je me suis levé avec une certitude absolue je devais vendre tout tout de suite ce que j ai fait …bien m’en a pris c’était juste avant le crac des techno
    Malheureusement ça ne c est jamais reproduit lol
    .

  18. Je confirme un commentaire vu plus haut. Quand on travaille dans des entreprises cotees, il y a parfois des dispositifs incitatifs pour prendre des parts dans son entreprise.
    J’ai une connaissance qui mettait 10% de son salaire chez Amazon de 2006 a 2012 (environ 10% de 2000 soit env 2500E), elle y a travaille pendant 6ans soit a verse environ 15000E. L’action qui valait env 50$ pendant la phase d’investissement a ete vendu en 2017 aux alentours de 1000$ soit un x20. Elle a achete cash un restaurant a Bordeaux en 2017.
    Pour ma part, j’ai travaille 2ans chez PayPal et faisais la meme chose. J’ai achete des actions aux environ 40/50$ en 2016 et elles sont aujourd’hui a +100$(belle croissance qui se confirme). Je les garde au chaud tant que le e-commerce a le vent en poupe et que PayPal est de synonyme de paiement securise et de confiance en ligne…

  19. GILBERT says:

    En jouant la carte de l’épargne entreprise : achat d’actions avec abondement de l’entreprise,
    une de mes connaissances s’est constitué une belle cagnote en fin de carrière.
    Ses employeurs ont été successivement Lyonnaise des Eaux , GTM Entreprise , Vinci.

    En dehors de ce schéma je ne connaîs personne qui se soit enrichi en bourse.
    Pour ce qui me concerne, j’ai toujours connu une crise de la Bourse après y avoir mis de l’argent !

    • Michel 2 says:

      Ca ne marche pas à tous les coups. J’ai acheté du Engie (ex GDFSuez) à 23€ avec abondement certes, mais aujourd’hui ça vaut 12,30€, un beau plongeon pourtant pour un fleuron de notre économie – pas LoL

  20. De mon côté j epargne depuis 2 ans 200€/m sur un tracker S&P500 sur un PEA d’ une banque en ligne (donc frais faibles). On verra dans 30 ans si ça aura été la bonne stratégie…

  21. Bonjour,

    Ca me rappelle une étude qui avait été réalisée par un broker US (Fidélity,je crois…) il y a quelques années,dont il ressortait que sur tous les comptes clients hébergés chez eux,ceux qui avaient les meilleures performances boursieres étaient les morts,et ceux qui avaient oublié qu’ils avaient un compte chez eux….

  22. J’ai cherché….

    à priori,c’était une étude interne (on se demande bien pourquoi!) sur tous les comptes Fidélity (des milliers,on parle ici d’un géant du courtage et de l’asset management) et sur 10 ans (2003-2013) dont le money manager James O’Shaughnessy avait fait mention sur Bloomberg radio.

    meilleures performances de comptes clients:
    n°1:clients décédés
    n°2:compltes oubliés

    https://twocents.lifehacker.com/the-best-investors-literally-forget-about-their-portfol-1782581085

  23. Fredy Gosse says:

    Bof depuis 87 parmi les 10 plus grosses capitalisations il n’en reste plus que 5

  24. Fredy Gosse says:

    France telecom
    Introfuction 97 valeur 27 70
    Cotation 14 ,40
    Valeur pépère de famille

  25. 1: quel a été la performance des 5 « survivantes » depuis ’87?

    2:les 5 « disparues »,ont-elles vraiment été rayées de la surface du globe? »rétrogradées » aux places 11 à 16,voir plus loin?changement de nom?rachat par un conccurent?

    il serait interessant de savoir,le résultat n’est peut-etre pas aussi catastrophique que ça….
    et puis surtout:la bourse,ce n’est pas que le cac 40,encore moins les 10 plus grosses capi de ce dernier!

  26. Mème si Orange n’a sans doute pas fait d’étincelles sur la période,,ne voir que le cours d’une pure action de rendement sur longue période est un racourci un peu facile,non?
    et puis le pépère de famille a peut étre la chance de pouvoir compter sur une mémère de famille qui aurait conservé par exemple du l’Oréal,sur cette mème période,non?
    Du long terme et de la diversification,ca peut donner de bonnes choses,quand mème!

  27. Fredy Gosse says:

    Ok faites comme vous aimez

  28. Pour s’enrichir avec les actions le mieux c’est de prendre des fonds d’actions non cotées et surtout de faire une bonne sélection. Actuellement mes fonds tournent autour de 15% de TRI. Avantage il n’y a rien à faire et il est impossible de vendre ce qui évite de faire des conneries. Doubler son capital en 5 ans, le quadrupler en 10 et le multiplier par 16 en 20 ans devrait être suffisant.
    Mais ce que je constate c’est que ce type d’investissement n’intéresse personne. Allez comprendre…
    Et chaque fois que j’en parle ici c’est la même chose…

    • Bonjour, bien evidemment que ca interesse. Comment trouvez-vous et comment selectionnez-vous les actions non cotees sur lesquelles vous investissez? Pouvez-vous partager certaines bonnes affaires au potentiel x16 en 20ans.
      Je fais partie des optimistes qui pensent que vous ne pouvez perdre que ce que investissez mais que les gains sont eux illimites…

  29. La plus grande qualité des titres non cotés est son principal défaut: le manque de liquidité.
    Le principal défaut des titres cotés est leur plus grande qualité: la liquidité.

  30. personnellement, je dispose d’un compte titre chez meeschaert qui a fait un rendement sur 15 d’environ 10% (complétement pourri, c’est surtout liée au timing et aux frais de gestion élevée), je dispose d’un fonds euro croissance (30 ans à 80%) qui m’a rapporté 36% en 2 ans !!!

    je compte prochainement m’ouvrir un PEA (et fermer meeschaert) et ma stratégie va principalement se reposer sur de grosses entreprises qui verse des dividendes avec un PER correcte, (renault/ orange/société générale ect…), exemple de société dans laquelle je ne vais pas investir ubisoft PER de 40 et 0 dividende

  31. Jonathan Kaminski says:

    Eurocroissance c’est juste un blend de fonds euros (zero rendement) + actions non ? Ds ce cas il suffirait de combiner un fonds euros et un support en actions dans l’AV pour obtenir le meme rendement.
    Comment investir dans les fonds de private equity dont parle Polo? Y a til des OPCVM ou des fonds etrangers ds lesquels on peut investir facilement ou alors ce sont des tickets d’entree a 500 000-1 million? Principalement efficace sur les tech -y compris biotechs- ds leur phase d’illumination peu avant leur IPO.

  32. Bonjour,
    Je suis tombé sur ce site en voulant apprendre à boursicoter : Julien Flot – Grapseobourse.fr Pour moi c’est un exemple de personne qui pourrait s’enrichir grâce à la bourse. Je conseil de regarder son blog pour apprendre et gérer un portefeuille d’action, il est assez transparent sur ses ordres et les montants mis en jeu. Sa perf depuis le début d’année est de +26% à ce jour.
    Par contre pour faire comme lui, il faut y consacrer beaucoup de temps (suivre les cours au quotidien), mais cela n’empêche pas de faire des profits sur du plus long terme en suivant les cours à la semaine.

    • Oui, c’est de la spéculation, du casino. Ces méthodes ne sont pas accessibles à l’épargnant et ne correspondent pas à l’esprit d’une épargne de bon père de famille à long terme.

  33. La plupart des epargnants sont toujours en cash, car on ne veut pas acheter au « plus haut »…Puis ca augmente de 50% achete…Ca perds 20% et ils vendent. Ou bien, sans aucune connaissance financiere, se decide a faire du stock picking au lieu d’investisssir dans un fond diversifie avec des charges raisonnables.

    Il faut etre convaincu que le prix des actifs a vocation a augmenter (Car la masse monetaire augmente plus rapidement que la richesse, donc la valeur de l’epargne se devalue).

    Si vous etes convaincu de cette these, vous pouvez investir regulierement et etre relativement serein.

    • la masse monetaire augmente plus rapidement que la richesse, donc la valeur de l’epargne se devalue » = 16 mots pour parfaitement résumer la situation! Bravo

      • Le meilleur graphique a regarder pour comprendre cela c’est le cours du Franc Suisse depuis 1974 (-75% en 45 ans). D’un cote, un pays qui controle son deficit et de l’autre un qui fait tourner la planche a billet.
        Malgre des taux a -1%, les investisseurs placent leur argent en Franc suisse car ils savent que c’est une devise forte a long terme dont le pouvoir d’achat est preserve. Le dollar est voue a repartir a la baisse a un moment ou un autre, c’est pour cette raison que j’aime tous les actifs qui profitent de la baisse du dollar (Emerging Market, Inde, Vietname, Indonesie….)
        Tant que les taux reels sont negatifs, c’est difficile pour le prix des actifs de significativement baisser.

  34. Christian says:

    L’assurance vie « mesplacements liberté » (assureur Spirica) propose des fonds de Private equity accessibles à partir de 1000 Euros, mais je ne sais si le jeu en vaut la chandelle…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*