Nous sommes tous enfermés dans notre cercle social !

Nous sommes tous persuadés que les riches sont les autres ; Nous sommes tous persuadés que les pauvres sont les autres !

Bref, nous sommes tous persuadés d’appartenir à la classe moyenne.

 

Mais dans les statistiques, de qui parlons nous ? C’est quoi la classe moyenne ? A partir de quel revenu peut on se considérer comme appartenant à la classe moyenne ?

Quelle pourrait être la définition de classe moyenne ? Êtes vous d’accord avec cette définition de classe moyenne : Appartenir à la classe moyenne, c’est avoir un revenu médian, c’est à dire un revenu par membre du ménage autour du niveau de vie central qui partage la population des ménages en deux parts égales :

  • 50% des ménages a un niveau de vie supérieur ;
  • 50% des ménages a un niveau de vie inférieur.

 

La notion du niveau de vie est également une notion qu’il convient de définir afin d’organiser une réflexion cadrée.

Selon l’INSEE, le niveau de vie prend la définition suivante : Le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d’unités de consommation (uc). Le niveau de vie est donc le même pour tous les individus d’un même ménage. Les unités de consommation sont généralement calculées selon l’échelle d’équivalence dite de l’OCDE modifiée qui attribue 1 uc au premier adulte du ménage, 0,5 uc aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 uc aux enfants de moins de 14 ans.

 

Le revenu disponible du ménage comprend les revenus d’activité (nets des cotisations sociales), les revenus du patrimoine, les transferts en provenance d’autres ménages et les prestations sociales (y compris les pensions de retraite et les indemnités de chômage), nets des impôts directs (impôt sur le revenu, CSG).

 

Ainsi, en France, le niveau de vie médian est de 20300€ par an en 2015. Malheureusement, cette notion de niveau de vie médian ne vous permet pas de vous situer dans la hiérarchie des revenus en France. Cela nécessite quelques retraitements afin de tenir compte de la composition du ménage.

En effet, le niveau de vie  « est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d’unités de consommation (uc) » (ou autrement dit « Revenu disponible par unité de consommation« ) avec cette attribution d’unité de consommation :

  • 1 adulte du ménage = 1 UC de consommation ;
  • 2 ième adulte du ménage = 0.50 Unité de consommation ;
  • Enfant de plus de 14 ans = 0.50 Unité de consommation ;
  • Enfant de moins de 14 ans = 0.30 Unité de consommation.

 

Ainsi,

  • Une ménage de 1 adulte ; 0 enfants = 1 unité de consommation ; Revenu disponible brut médian de ce ménage = 20300€ (niveau de vie médian) * 1 (nombre d’unité de consommation = 20300€ = 1691€ par mois de revenu disponible pour le ménage.
  • Un ménage de 2 adultes = 2 unité de consommation ; Revenu disponible brut médian de ce ménage = 20300€ (niveau de vie médian) * 2 (nombre d’unité de consommation = 40600€ = 3383€ / mois de revenu disponible pour le ménage
  • Une manage de 2 adultes ; 2 enfants de moins de 14 ans = 2.10 unités de consommation = 20300*2.10 = 42630€ = 3552€ / mois de revenu disponible pour le ménage
  • Une ménage de 2 adultes ; 2 enfants de plus de 14 ans = 2.50 unités de consommation = 20300*2.50 = 4229€ de revenu disponible par ménage.

Pour rappel, voici le revenu disponible d’un ménage comprend les revenus d’activité (nets des cotisations sociales), les revenus du patrimoine, les transferts en provenance d’autres ménages et les prestations sociales (y compris les pensions de retraite et les indemnités de chômage), nets des impôts directs (impôt sur le revenu, CSG).

 

Ainsi, pour appartenir à la classe moyenne, il faut avoir un revenu mensuel proche de ceux présenté ci dessous :

Célibataire Couple sans enfant Couple + 2 enfants < 14 ans Couple + 1 enfant > 14 ans et 1 enfant < 14 ans
Nombre d’unité de consommation 1 1,5 2,1 2,5
Niveau de vie médian par unité de consommation 20 300 €
Revenu disponible médian du ménage pour être dans la classe moyenne 20 300 € 30 450 € 42 630 € 50 750 €
soit en Euros par mois pour le ménage pour être dans la classe moyenne 1 692 € 2 538 € 3 553 € 4 229 €
Soit en Euros par mois pour chaque adulte pour être dans la classe moyenne 1 692 € 2 538 € 1 776 € 2 115 €

 

 

Carte du niveau de vie médian par commune en 2015

 

 

Faites vous partie des 10% les plus riches ?

Mais alors, puisque vous ne faites pas partie de la classe moyenne, faites vous partie des 10% les plus riches.

Le niveau de vie des 10% dont le niveau de vie est le plus important sont les ménages dont le revenu par unité de consommation est supérieur à 37510€ par année, soit 3126€ / mois !

 

Célibataire Couple sans enfant Couple + 2 enfants < 14 ans Couple + 1 enfant > 14 ans et 1 enfant < 14 ans
Nombre d’unité de consommation 1 1,5 2,1 2,5
Niveau de vie médian par unité de consommation 37 510 €
Revenu disponible médian du ménage 37 510 € 56 265 € 78 771 € 93 775 €
Soit en Euros par mois pour le ménage 3 126 € 4 689 € 6 564 € 7 815 €
Soit en Euros par mois pour chaque adulte
3 126 € 4 689 € 3 282 € 3 907 €




24 Comments

  1. Je me considérerai « riche » lorsque je pourrai acheter sans trop compter, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.
    Les statistiques ne font que mettre en évidence l’appauvrissement de ce pays, à force de distribuer à ceux qui ne font rien ou qui font mal!!!
    Sur le papier ok je fais partie des « plus riches » mais en réalité je dois jongler en permanence pour pouvoir boucler mon budget si je ne veux pas me faire assommer par les impôts ou autres taxes et obligations, donc je ne me considère pas comme riche!

    • Oui, c’est justement l’intuition que je voulais développer dans l’article. Nous assistons à un déclassement généralisé.

      Vous êtes parmi les plus aisés du pays, pourtant, vous avez sincèrement le sentiment de ne pas être dans l’aisance.

      Que dire des 50% des ménages dont le niveau de vie est inférieur à 1692€ par unité de consommation ? On parle de la moitié des ménages ! C’est considérable ! Pourtant la classe moyenne ce sont bien eux !

    • Richesse et pauvreté sont relatives au milieu dans lequel on évolue, aux charges qu’il nous impose et aux emprunts que l’on rembourse…

      A charges égales, à cause des habitudes de consommation autour de soi, quelqu’un qui gagne 2000 euros/mois se sentira riche (et sera considéré comme riche) dans une commune où le revenu médian est de 1000 euros, tandis qu’il se sentira pauvre (et sera considéré comme pauvre) dans une commune où le revenu médian est de 3000 euros…
      (vous pouvez remplacer « commune », par « collègues de travail » ou « milieu social »)

      Par ailleurs, il serait utile de compléter les chiffres donnés par GF, si cela est possible, par une notion chère aux travailleurs sociaux : le « reste à vivre » (revenus – charges fixes) qui permet de mieux rendre compte de la situation économique d’une personne ou d’une famille. Celui qui gagne 5000 euros et a un reste à vivre de 500 euros se sentira plus pauvre que celui qui touche 1000 euros et a un reste à vivre de 800 euros.

    • Si j’intègre ce que je paie en impôts et taxes, en tant qu’une unité de conso, je deviens classe moyenne inférieure voire pauvre !

  2. Bonjour.
    Pour une meilleure compréhension de l’article, peut-être faudrait-il rappeler la définition du « revenu disponible » qui ne correspond pas au net mensuel, mais au revenu defalqué des impôts (juste impôt sur le revenu ou cela prend-il aussi en compte les impôts locaux ?) et augmenté des prestations sociales.

    • Merci, je venais tout juste de l’ajouter lorsque je reçois votre message. Les grands esprits …

      Le revenu disponible d’un ménage comprend les revenus d’activité (nets des cotisations sociales), les revenus du patrimoine, les transferts en provenance d’autres ménages et les prestations sociales (y compris les pensions de retraite et les indemnités de chômage), nets des impôts directs (impôt sur le revenu, CSG).

  3. Merci des précisions. Que voulez-vous dire par « les revenus d’activité (nets des cotisations sociales) » ? Serait-il possible d’avoir des expl de calculs ? (parce qu’au vu du tableau mon foyer serai ans le 9e décile, et pourtant j’ai l’impression de passer mon temps à faire attention…)

  4. Les statistiques ne servent pas à grand chose car elles ne prennent pas en compte le lieu de vie. ce que je retiens c’est que les revenus ne progressent plus depuis une petite trentaine d’années et que le partage de richesse s’est fait exclusivement au bénéfice de l’Etat, mais cela on l’entend rarement.

    • Bonjour,

      C’est la raison pour laquelle j’ai inséré dans l’article la carte de France du niveau de vie médian par commune. Vous constaterez que les différences ne sont pas énormes.

      • Bonsoir
        Je trouve particulièrement préoccupant la paupérisation croissante des grandes villes (Lyon, Marseille, Toulouse, Nice… et même Paris dans une moindre mesure) avec des niveaux de vie somme toute très moyens alors que c’est dans ces centres urbains que le coût de la vie et notamment celui du logement est le plus élevé !!
        Et pourtant c’est bien ces grands centres qu’il faut viser quand on veut un emploi…
        Deuxième point, les niveaux de vie plus élevés sont dans les 1ères couronnes de ces grandes villes : se dirige-t-on vers une « ghetto-isation » des centre-villes à l’américaine ??

  5. Bonjour

    Ces données ne sont elles pas complément faussées par le travail au noir?
    À mon sens, beaucoup de gens haussent fortement leur niveau de vie avec ce moyen, mais cela n’apparaît pas dans les stats…

    Cordialement

    • Euh… pour les cadres et employés salariés, travailler au noir me paraît assez compliqué quand même !! Je ne suis donc pas sûr que cela puise concerne tant de gens que ça au final…
      Et en même temps, vu la pression fiscale et le coût du logement, difficile de vraiment les blâmer !!!
      Personnellement je suis fatigué de passer plus de la moitié du temps à travailler juste pour mon toit et les impôts…

  6. Bonjour,
    article fort intéressant; je note une ou deux erreurs:

    Dans les exemples, je lis: Un ménage de 2 adultes = 2 unité de consommation. Au dessus, on précise que le 2e adulte apporte 0,5UC, ce qui me parait logique, dans la mesure où, au sein du ménage, certains postes sont « partagés » (éclairage, chauffage, certains impôts, etc.)

    Dans le tableau de calcul des 10% les plus riches, colonne couple sans enfant, si le revenu médian mensuel disponible du ménage est de 4689€, il faudrait le diviser par 1,5 pour obtenir le revenu mensuel médian de chaque parent et non pas par 1 comme dans l’exemple.

    Ou alors je n’ai pas tout compris …

  7. Bonjour,

    Je me pose une question suite à la définition du revenu disponible donnée :
    « Le revenu disponible d’un ménage comprend les revenus d’activité (nets des cotisations sociales), les revenus du patrimoine, les transferts en provenance d’autres ménages et les prestations sociales (y compris les pensions de retraite et les indemnités de chômage), nets des impôts directs (impôt sur le revenu, CSG). »

    Les revenus fonciers constituent des revenus du patrimoine. Cependant, dans le cadre d’un investissement immobilier effectué à crédit, faut-il les prendre en compte ( les revenus fonciers servant à rembourser les mensualités du crédit) ? Autrement dit, doit-on prendre en considération :
    1) tous les revenus fonciers
    ou
    2) uniquement la fraction des revenus fonciers qui excède le montant du remboursement des crédits en cours.
    Je serai tenté par la 2ème solution. Car si les loyers sont inférieurs ou égaux aux remboursements je ne m’enrichis pas en terme de flux de revenus, par contre je m’enrichis en terme de patrimoine (remboursement du capital du prêt payé en partie par les loyers).

    Qu’en pensez-vous ?

    • A mon sens, seuls les revenus fonciers excédentaires sont à prendre en compte. On « s’enrichit » également lorsque l’on touche un salaire – s’il en reste à la fin du mois- tout comme celui qui valorise un patrimoine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*