Alors que les marchés actions baissent fortement sur les anticipations d’un nouveau confinement, l’investisseur de long terme doit être capable de conserver son sang-froid et s’interroger sur les conséquences réelles de cette crise du coronavirus sur la valeur de long terme des entreprises.

Celui qui considère que cette crise grave mais passagère est de nature à détruire la capacité bénéficiaire des entreprises à court terme (2020 et 2021), mais ne remet pas en cause la capacité des entreprises à créer de la valeur à long terme doit pouvoir profiter des excès baissiers de la bourse casino pour investir à long terme dans le capital d’entreprises dont il juge le modèle économique solide et pérenne malgré cet accident de court terme.

Les cours de bourse ne représentent pas la valeur des entreprises cotées ; Les cours de bourse ne sont que les prix payés lors de la dernière transaction entre un acheteur et un vendeur d’actions.

Les cours de bourse reflètent l’état d’âme des spéculateurs, de ceux qui spéculent avec le marché à court terme. La bourse est le terrain de jeu de ceux qui parient sur l’évolution du nombre d’acheteurs ou de vendeurs d’actions à court terme.

La valeur des entreprises est une notion de long terme qui est mal considérée dans ces moments de folle spéculation; Le spéculateur ne s’intéresse pas à la capacité de l’entreprise à générer des bénéfices à long terme; Le spéculateur s’intéresse au nombre de vendeurs et d’acheteurs d’actions à court terme.

Les épargnants particuliers ne devraient pas se comporter comme des spéculateurs ; ils ont perdu d’avance face à la finance algorithmique et aux tradings à haute fréquence ; Si vous voulez perdre votre argent, vous devriez préférer le PMU ou le casino de Deauville.

Les épargnants doivent se comporter comme des investisseurs de long terme et s’intéresser à la capacité des entreprises à générer toujours plus de bénéfices à long terme. L’investisseur de long terme saura saisir les errements de la bourse casino pour investir à bon compte dans le capital de ces belles entreprises bradées par les spéculateurs obsédés par le court terme et le combat entre le nombre d’acheteurs et de vendeurs à court terme.

Alors que le CAC40 chute de 3.70% au moment ou je rédige ces lignes, le moment semble parfaitement opportun pour recommencer à investir comme nous avions commencé à la fin du mois de mars 2020.

Il est peut-être trop tôt. Peut-être pas. Seul l’avenir nous le dira. L’investisseur de long terme conscient de son incompétence dans l’art divinatoire saura saisir chaque baisse pour investir à bon compte. Il est impossible d’investir alors que les cours sont au plus bas. L’idéal est alors d’accompagner la baisse et de toujours garder en tête qu’on ne sait pas, mais qu’après la hausse viendra la baisse .. et après la baisse viendra la hausse.

Comme nous vous l’expliquions déjà en mars, vous devez investir progressivement votre capital lors de la baisse des cours. Chercher à investir massivement, c’est prendre le risque d’investir trop tôt … mais aussi le risque de ne jamais investir. Celui qui attend un CAC40 à 3500 points prend le risque de ne jamais investir si la chute anticipée n’arrive jamais.

Vous devez accepter l’idée de ne pas savoir, et surtout de ne pas chercher à être meilleur que le hasard.

L’investisseur de long terme est patient. Il investit pour les 15 prochaines années de l’argent dont il estime ne pas avoir besoin, et laisse les salariés, le modèle économique, la capacité adaptation de l’entreprise se mettre en œuvre pour créer toujours plus de valeur à long terme.

Lors de mes rendez-vous d’assistance patrimoniale ou lors de mes rendez vous de restitution de bilans patrimoniaux, j’explique souvent que l’investisseur de long terme doit investir en bourse, comme il investit dans l’immobilier !

Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine

14 commentaires