Encore une fois, je sors de mon centre de compétence pour vous fournir des données qui doivent nous permettre de comprendre la profondeur de ce que nous vivons actuellement.

Depuis quelques temps, nous sommes abondés d’analyses et d’études qui ne cessent d’expliquer que la pression fiscale est très forte en France du fait d’une redistribution très forte. L’impôt permet de réduire les inégalités entre les citoyens. Ces articles expliquent tous, que finalement, l’inégalité en France est faible.

Dans un article « Les allocations réduisent le nombre de pauvres de cinq millions » publié par l’observatoire des inégalités, on comprend un peu plus ce que cela signifie avec des chiffres de 2014 (on peut légitimement penser que ces chiffres se sont accentués depuis). Cet article est construit autour des chiffres publiés par le ministère des solidarités et de la santé sous le titre « Minima sociaux et prestations sociales – Ménages aux revenus modestes et redistribution »

Cette étude explique qu’avant redistribution et autres aides sociales, l’inégalité primaire en France est très forte !

« Investir dans l’immobilier » Découvrez la nouvelle version enrichie de notre bestseller ! Investir dans l’immobilier, LE livre qu’il faut avoir lu avant d’investir dans l’immobilier !
 
375 pages de conseils, de stratégies, d’analyses juridiques, économiques et fiscales pour vous aider à investir de manière rentable dans l’immobilier !
 

Découvrir le livre et les avis des lecteurs

C’est la raison pour laquelle, les récentes annonces d’Emmanuel MACRON, qui auront pour conséquence d’augmenter encore cette redistribution, ne sont en aucun cas une solution pertinente ! Il ne faut pas s’attaquer aux inégalités après redistribution en augmentant encore la solidarité nationale, mais à l’inégalité primaire, c’est à dire avant redistribution.  C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre notre article « #giletsjaunes : L’étrange défaite d’Emmanuel MACRON ».

Imaginez vous la déconsidération sociale de cette partie de plus en plus grande de la population qui ne peut vivre de son travail et qui doit demander l’aumône de l’état pour survivre ? 

 

Voici en synthèse quelques chiffres de la réalité de la pauvreté en France :

  • Dans les ménages composées par une personne seule, 24.2% des ménages seraient sous le seuil de pauvreté. Cela signifie qu’ils percevraient un revenu inférieur à 60% du revenu médian ;
  • Dans les familles monoparentales avec 2 enfants ou plus, le taux de pauvreté atteint 61% !
  • Dans les couples avec 3 enfants ou plus, le taux de pauvreté atteint 40.3%.

En moyenne, avant redistribution, 22% des ménages sont sous le seuil de pauvreté. C’est la redistribution qui permet de réduire ce taux de pauvreté à 14%.

 

 

Pour comprendre la différence entre inégalité avant redistribution et inégalité après redistribution, voici le détail du mode de calcul :



 

Dans le détail, on constate que les prestations familiales sans conditions de ressources et les allocations logements sont les prestations sociales qui contribuent le plus à la réduction des inégalités.

Ainsi, lorsque le gouvernement cherche à réduire les aides aux logements … la conséquence directe est une augmentation des inégalités et surtout l’augmentation du nombre de ménages qui passe sous le seuil de pauvreté. N’oubliez pas qu’il s’agit là de chiffres de 2014.

 

 

Barème des meilleurs taux de crédit immobilier

Consultez notre barème des meilleurs taux actuellement proposés par les banques via notre comparateur de crédit immobilier.
 

Comparer les taux immobiliers entre 100 banques



Posez vos questions et obtenez nos réponses

129 Comments

  1. La défiscalisation des heures supplémentaires et la baisse de la csg des retraites n’est pas de l’an redistribution ! Pourquoi cet amalgame ?

    Pourquoi dites vous qu’il ne faut pas augmenter la redistribution au début de votre article et à la fin, vous accusez le gouvernement de baisser les allocations logements ?? Faudrait savoir ….

    • Je crois que le véritable sujet est de s’attaquer à la rémunération des salariés ! Pourquoi avant redistribution 22% des ménages est sous le seuil de pauvreté !

      Presque 1 français sur 5 ! Le sujet ne me semble d’augmenter la redistribution (c’est à dire taxer ceux qui ne sont pas pauvres … pour augmenter encore la redistribution) mais de faire en sorte que les personnes sous le seuil de pauvreté avant redistribution sortes de la pauvreté et vivent de leur travail.

      • Bonjour Guillaume,

        Je suis globalement d’accord, car il y a plus de 10% de salariés pauvres avant redistribution, et que ça désespère (outre les concernés) ceux qui seraient en recherche d’emploi : à quoi bon si c’est pour finir pauvre ? Ceci dit, c’est oublier les +20% de travailleurs non salariés pauvres avant redistribution, sans même parler des chômeurs et des inactifs (retraités ou autres).

        La refonte de la redistribution me semble indispensable, notamment pour mieux cibler sur les personnes les plus vulnérables. Il faut ensuite de vigoureuses politiques de sortie des cercles vicieux, très ciblées également.

      • Rémy Bonal says:

        Bonjour Guillaume,
        (Votre article est très intéressant!)

        A la question de savoir pourquoi 22% des ménages (salariés ?) sont sous le seuil de pauvreté avant redistribution, il y a déjà une réponse : la redistribution !
        Car en prenant les revenus salariés nets, vous ne comptez pas toutes les aides touchées, mais vous comptez pourtant les charges sociales qui servent à financer la redistribution.
        A ce compte là, naturellement, les « pauvres » sont nombreux.

        Mais la question est plutôt de savoir combien de ménages seraient sous le seuil de pauvreté sans toucher aucun revenus de redistribution, et sans payer les charges sociales finançant la redistribution.
        Si en bref ils touchaient la totalité de l’argent versés par l’employeur pour leur rémunération.

        Sujet passionnant, qui aboutirait surement à la question de l’efficience du système de redistribution.

        • Le seuil de pauvreté était un seuil calculé par rapport au revenu médian … si vous supprimez les charges sociales, vous augmentez les revenus et donc le seuil de pauvreté. De surcroît, les « plus pauvres » étant celle qui profitent de la redistribution (elles cotisent moins qu’elles recoivent), le taux de pauvreté devrait augmenter.

          Êtes vous d’accord ?

      • Pour moi la baisse des charges salariales a pour but de justement améliorer la rémunération des salariés.
        Par contre le problème de la méthode employée est que les écarts de salaires se sont accentués.
        Je suis très content de gagner une somme non négligeable mais je vivais personnellement très bien sans. N’aurait on pas pu trouver une idée qui aurait permis une augmentation plus forte des bas salaires ?

      • La redistribution n’est pas dans le programme de Macron, il est d’ailleurs prévu de mettre à plat ce système. vous dites qu’il faut faire en sorte que les personnes sortent de la pauvreté en vivant de leur travail, regardez bien le programme de Macron puisque vous l’avez soutenu et vous verrez que c’est le but de son quinquennat . Mais là vous ne parlez que des travailleurs « pauvres » et qui ne pourra être résolu que par l’amélioration de l’économie .
        pour le reste de la population dite inactive la redistribution est nécessaire, vu le niveau de redistribution de la France actuel, on ne peut pas aller plus haut sans augmenter le PIB, tout ce système est à revoir

        La France a versé 714,5 milliards d’euros de prestations sociales en 2016, ce qui représente 32,1 % du PIB (+4 points en 20 ans), comparé à une moyenne de 27,5 % pour l’Union européenne à 28 pays.

    • Donc je confirme ! Augmenter la redistribution telle que la hausse de la prime d’activité annoncée lundi, ne change rien au problème de fond qu’est le taux de pauvreté avant redistribution.

      En outre, baisser les aides aux logements sans augmenter le revenu primaire … a pour seule conséquence d’augmenter le nombre de personne sous le seuil de pauvreté.

      • conseil en patrimoine says:

        Guillaume
        Pardonnez moi, mais votre analyse me parait un peu simpliste. Les causes seraient un salaire insuffisant, ok, mais il ne faut pas en rester là. La concurrence des pays émergents ? bien sûr…. mais ces bas salaires en France correspondent à quoi ? des emplois peu qualifiés !! et pourquoi en avons nous autant ? il y a des accidents de la vie sans doute, des individus faibles, mais surtout des gens qui n’ont pas de formation. Dans un pays où l’éducation est gratuite, c’est curieux non ? 150000 jeunes qui sortent du système éducatif sans formation de base, c’est un scandale et autant ou presque de futurs pauvres (presque parce qu’il y a des business illegaux très lucratifs). Notre éducation nationale pétrie de ses certitudes a toujours bloqué l’apprentissage qui en Allemagne forme 80% des jeunes et permet même de devenir PDG de Porsche ! notre éducation nationale qui déverse des bacheliers qui ne savent même pas calculer un pourcentage (confirmé par un prof de fac de mes amis en 2e année de maths !!!). Est ce normal ? je dis NON, la cause de la pauvreté prend en grande partie sa source ici et confronte nos concitoyens à la concurrence des pays émergents. Croyez vous qu’un jeune qui se joue des possibilités de son smartphone est incapable de faire mieux que de pousser des caddies chez Leclerc ??? ensuite, il y a l’evolution des moeurs de la société. De plus en plus de foyers monoparentaux, avec des pères qui oublient de payer la pension alimentaire et la mère qui subit sans savoir comment réagir…et qui est obligée de galérer, d’arrêter sa formation et de devenir caissiére ou de se contenter du RSA et des aides multiples…regardez le profil de certaines candidates du jeu « N’oubliez pas les paroles » qui rêvent d’être chanteuses plutôt que de se former à un vrai métier. Alors je ne suis pas d’accord du tout avec votre analyse, il faut remonter aux racines du problème. Je suis sûr que si vous interveniez dans la gestion des finances de ces gens là vous dégageriez 20% d’économie dans 80% des cas. Macron l’a diagnostiqué mais il se heurte à l’impatience des citoyens et l’inertie des corps constitués. Obliger les gens à se former aurait aussi l’avantage de leur développer l’esprit critique et éviter de croire bêtement aux théories du complot qui courrent sur les réseaux sociaux. Sachez d’ailleurs qu’on avait parié avec mon épouse que ça allait sortir des gilets jaunes après l’attentat de Strasbourg. …ce jaune s’encrasse chaque jour, il faut aussi être lucide et reconnaître ses responsabilités

  2. Le seuil de pauvreté est une norme internationale qui ne veut pas dire grand chose. Pour un même revenu, on ne vit pas du tout de la même façon en région parisienne ou dans un village…

    En outre, vous faites abstraction de la compétitivité donc ce n’est pas grave si la France continue encore de dégrader son solde extérieur. Une bonne partie des hausses de salaires iront aux chinois, pas de souci ….

    • Mais c’est exactement le sujet ! Les travailleurs français ne seront JAMAIS compétitifs face aux émergents ! Faire travailler des enfants au Bangladesh est tellement moins cher que nous aurions tord de nous en priver 😉

      Je crois qu’il faut arrêter avec cette idéologie de la compétitivité par les couts ! Ou alors accepter, et accélérer, l’appauvrissement des populations et leur offrir des conditions de vie semblables à celles rencontrées dans les pays les plus pauvres ! Belle perspective progressiste.

      • Nous ne serons jamais compétitif sur le coût de production, mais nous pouvons l’être en y intégrant le transport. Surtout si le fuel augmente au niveau mondial.
        Nous pouvons aussi jouer la qualité.
        J’ai l’exemple d’une entreprise de jouets en Espagne qui remonte la pente face aux chinois.
        Cela exige un pacte social que les allemands ont su faire et que les français ne feront, d’après moi, jamais.
        Après la guerre, mon père a fait 3 travails en même temps pendant quelques années pour assurer à sa famille une vie heureuse. . Et il y a 2 jours, j’entends à la télévision une femme gilet jaune qui dis ne pas arriver à vivre avec 1.100 € mais qu’elle ne fera pas d’heures supplémentaires !

      • Je suis d’accord avec François, le seuil de pauvreté n’est qu’une norme qui n’est pas liée à la réelle pauvreté. On peut vivre très décemment en province avec 1100€!
        Quant à la compétitivité, il n’y a pas que la chine!
        Les abattoirs Allemands sont très compétitifs par rapport à la France!
        De même l’augmentation du SMIC entraîne une augmentation des plus hauts salaires et même une industrie à haute valeur ajouté comme l’industrie pharmaceutique quitte la France face à la concurrence d’autres pays européens : Italie, Ireland, Allemagne…

        • Vivre très décemment avec 1100€ / mois ? …. On ne vit pas très décemment avec 1100€ /mois… on survit avec décence… !

          Quant à l’exemple des abattoirs allemand, il est parfait. Je vous encourage à relire cet article « Le scandale des travailleurs détachés dans les abattoirs allemands » http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/11/27/20002-20131127ARTFIG00193-le-scandale-des-travailleurs-detaches-dans-les-abattoirs-allemands.php

          Enfin, cette phrase me laisse perplexe : « l’augmentation du SMIC entraîne une augmentation des plus hauts salaires et même une industrie à haute valeur ajouté comme l’industrie pharmaceutique quitte la France » …

          • Si pour vous la décence c’est la télé Oled le restaurant 2 fois par mois et le dernier Smartphone, alors non!
            Si par contre la décence c’est se loger, se nourrir , se chauffer et s’habiller, alors oui on vit décemment en province avec 1100€!
            Pas dans les plus grandes villes bien sûr!
            Pour les plus hauts salaires, je voulais dire ceux au dessus du SMIC pas les dirigeants!

            • Tout dépend si on parle de 1 100 € / mois par unité de consommation, ou dans l’absolu… parce que les réalités sont très différentes selon son âge, sa structure familiale, etc.

            • Guy,

              Savez vous quel est le prix d’un kilo de tomate ? ou d’un kilo de viande ? Je vous assure que lorsque vous avez payé 500€ de loyer + 200€ de nourriture + 50€ de plein d’essence + 100€ d’assurance + 100€ de faux frais lié à la vie (il faut bien se vêtir ou se chauffer) + une mutuelle complémentaire + vous n’avez pas intérêt à tomber en panne de voiture ou de lave linge … Vous ne vivez pas « très décemment » avec 1000€ / mois ! Vous assurez le minimum tous les mois et vous « priez » pour ne pas avoir de dépenses imprévues.

              • conseil en patrimoine says:

                à 1100€ par mois, on a les APL et des aides sociales de la Caf si on a des enfants….100€ d’assurance voiture et habitation ? une voiture d’occase assurée aux tiers, allez chez Direct Assurance et c’est 350€ par an …parlons de réalité, je n’ai pas dit que c’était facile mais c’est pas la Siberie

      • Guillaume,
        Admettons que vous ayez raison : c’est quoi votre solution ? On augmente les bas salaires ok et tout va pour le mieux ?
        Merci de développer une stratégie globale car sans cela, cela fait penser à une politique de relance par la demande qui a déjà été testé plusieurs fois et qui a été un échec, côté chômage principalement
        Nb : vous avez raison qu’on ne sera jamais compétitif par rapport aux pays pauvres mais la France a vu sa part de marché sur les exportations intra communauté européenne se dégrader constamment et fortement (de moitié de mémoire) depuis 30 ans. Donc on a un problème de compétitivité prix et qualité aussi sans doute

        • Je n’ai pas de solution. Mais que pensez vous de la réflexion portée par cet article « [Réflexion] Et si TRUMP avait raison ? Le protectionnisme est il une solution ? » https://www.leblogpatrimoine.com/strategie/reflexion-et-si-trump-avait-raison-le-protectionnisme-est-il-une-solution.html

          La solution imaginée par « Roux » dans les commentaires va dans ce même sens. Cela me semble d’une grande pertinence.

          • Guillaume, Trump ne se bas pas pour le protectionisme mais lutte pour conserver les US dans la maîtrise des nouvelles technologies, innovations, etc pour conserver la suprématie au niveau mondiale et empêcher la Chine de venir les dépasser. Droits sur le importations ne sont que l’arme dont il se sert pour faire plier la Chine. Celle ci a besoin d’un niveau d’activite très élevé pour ne pas avoir de difficulté sociale, c’est son talon d’achille Et Trump s’en sert. Le protectionisme n’a jamais été une solution.

  3. Macron a du concéder des mesures de redistribution parce qu’il était dos au mur. Mais sa philosophie initiale est précisément de relancer l’emploi et l’entreprenariat, avec ce que ça entraîne en termes de dignité. A cet égard, il a souvent fait remarquer que le vrai scandale était d’avoir toute une classe d’âge (jeunes) représentée à ce point dans les statistiques du chômage.

    • Ce qui est dommage c’est qu’il ne mette pas en place à destination des entreprises, par exemple, des incitations (fiscales, sociales, fourniture de formateurs, etc.) à embaucher / former des jeunes sortis du système depuis longtemps. Pérenniser le CICE et diminuer l’impôt sur les sociétés n’a de sens qu’en réponse à des objectifs de société : meilleure redistribution des profits, réduction des inégalités salariales, emploi des jeunes / des exclus du système, etc. Le reste n’est que de l’argent jeté par les fenêtres en espérant que quelqu’un de bien intentionné le trouve et le dépense à bon escient.

  4. Bonjour.
    Une petite synthèse.
    avant sur 100 de valeur ajoutée de l’entreprise 60 aux salariés 40 au capital.
    Aujourd’hui 40 aux salariés et 60 au capital.
    Les 20% qui manquent aux salariés, c’est l’état qui en compense une grande partie en aides diverses.
    Il manque d’argent.
    Où le trouve t-il ?
    En empruntant à ceux qui sont passés de 40% à 60% !!!

    • Fredy Gosse says:

      A croire que la France n’est composée que d’entreprises internationales-:)
      la réalité est qu’un système de capitalisme de connivence s’est installé , il y ceux qui en profitent et ceux qui paient
      c’est vrai des entreprises ,c’est vrai des courtisans, et c ‘est vrai des saltimbanques et ce sera pire demain avec la folie verte dont les français paieront l’addition et ils n’ en ont pas conscience l’effet « 1984  » joue à plein
      Le pire c’est qu’il aussi un assistanat débridé au nom de l’égalitarisme, de l’accueuil des masses de l’ex empire colonial ( curieusement libéré du joug Francais depuis 1960/62) et apparemment sans effet sur la productivité des pays enfin libres)
      cette société coute cher et nous rend non compétitifs ( GUILLAUME VIS A. VIS DE L’EUROPE)
      il ya 2 moyens d e faire du commerce soit être moins cher et là le Bangladesh , effectivement à équivalence de qualité est imbattable soit être technologiquement en avance par rapport à nos clients
      Cependant nous vivons d’ailleurs un moment cocasse (enfin triste à pleurer)EDF fête Avec 30 % de parts de,la société , le démarrage en fanfare de son EPR en Chine…mais est incapable de le faire une Europe
      c’est dramatique ,nous avons tout appris aux chinois et désormais nous avons créé un concurrent mondial .Nous avons fait pareil avec les TGV en Corée ou en Chine…

      Nous avons une équation infernale la France dirigée par des énarques depuis 1945 , à chaque erreur de gestion ,fait payer l’addition aux français et pour continuer à rester maitre du jeux distribue des aumônes qui multipliées par un nombre de plus en plus grand de bénéficiaires deviennent insupportables en termes de couts.
      en effet il faut augmenter les impôts et augmenter le déficit ce qui a pour effet de baisser le pouvoir d’achat et l’ activité économique
      nous sommes devenus des écureuils tournant dans une cage mais …..il y a tellement d’écureuils nourris dans la cage ,même à minima ,qu ‘ouvrir la cage ferait mourir de faim trop d’écureuils
      Macron vient une fois de plus de faire de l’illusionnisme et en Europe ça commence à grincer car il avait vendu aux dirigeants européens la baisse de la dépense publique et il nous fait du Hollande bis

      coinces, nous sommes coincés…

    • Ange LERUAS says:

      pouvez vous donner vos sources ?

      Quel est le montant des valeurs ajoutées prise en compte ( source) ?

      Il ne faut pas retranscrire ce qu’on n’est pas capable de démontrer.
      Mais ce n’est certainement pas votre cas et espère donc avoir votre réponse par retour;

  5. Jean-Yves FINET says:

    Cela conforte mon point de vue : l’éventail des rémunérations est source d’inégalités… Certes, quel que soit le niveau de salaire, celui-ci est plus ou moins « mérité » : parmi les salariés, certains travaillent beaucoup et mériteraient d’être mieux payés et ne le sont pas, et, inversement, nous avons tous constaté des situations dans lesquelles le niveau de salaire n’est pas justifié…Il en est de même parmi les fonctionnaires et les professions indépendantes…C’est la raison pour laquelle je pense qu’un vaste débat sur ce sujet mérite d’être ouvert avec la participation de tous : mais cela demandera beaucoup de temps….et, en attendant les résultats et les propositions, je suggère une mesure « simpliste » mais immédiate permettant de résoudre les problèmes soulevés par les gilets jaunes : versement d’une « prestation de solidarité » de 200 € par mois (éventuellement modulée selon les revenus) aux 10 millions de foyers considérés comme pauvres, sans charges sociales ni fiscales, le financement étant assuré par 10 millions de foyers les plus imposés prélevant 200 € par mois (en moyenne, avec modulation selon les revenus et le patrimoine) sur leurs revenus, sans réductions fiscales ou sociales ; l’opération serait neutre pour l’Etat et les entreprises ; le système serait géré par un organisme indépendant (la Fondation de France par exemple) avec l’aide des mairies et des C.A.F. ; je pense que ce processus devrait être contraignant car le volontariat (pourtant souhaitable…) ne suffirait pas, mais serait-ce conforme à notre Constitution ??? Les sommes cumulées concernées sont énormes (2 milliards d’euros par mois) mais n’est-ce pas le prix à payer pour retrouver une vraie solidarité nationale et la paix sociale ?
    Le débat est ouvert….

    • Intéressant, mais vos 10 millions de foyers comprennent une bonne partie de la classe moyenne qui a le sentiment d’être la fourmi de la fable vers qui on finit toujours par se tourner à chaque recherche de financement. Gare au retour de flammes ! …

    • La France dernier pays communiste…!

    • L'Avenir En Commun says:

      Même qu’on pourrait appeler ça « l’impôt progressif sur le revenu » avec 14 tranches de 0 à 80%.

    • Ce qui détermine le prix de votre travail n’est pas le temps que vous y consacrez ni sa difficulté, mais la création de valeur qui en résulte.
      Si la création de valeur est faible vous serez payé au lance-pierre.

  6. La TVA sociale fait partie de la réponse, car est le seul moyen de cibler l’origine de notre déficit de compétitivité.
    Elle est refusée car vue, à juste titre, comme « en plus ».
    Si, en schématisant

    – on baisse la TVA frappant tout ce qui est fabriqué en France (ou en Europe) de 20 à 18%
    – on accroit inversement celle de biens ex-Europe de 20 à 25%,

    –> On favorise notre compétitivité sans pénaliser le pouvoir d’achat global.

    Nous ne résoudrons RIEN si la fiscalité ne cible pas à la source l’écart social (dit crûment le dumping)

    • Le problème c’est que sans accompagnement social, cela revient à une baisse de pouvoir d’achat sur les (nombreux) biens de consommation plus ou moins courante que nous achetons à l’étranger.

      • Oui Jean-Luc, mais si on accroit le pouvoir d’achat – en proportion – des produits fabriqués localement, cela s’annule.
        Dissocier le pouvoir d’achat d’une recherche de compétitivité pour enfin aider à résoudre la question de l’emploi n’a aucun sens

  7. Jean-Yves FINET says:

    Je suis d’accord mais je précise qu’il y aurait, selon les statistiques, 17 millions de foyers imposables…
    Comme, selon les sondages, 60 % des français soutiennent (plus ou moins !!!) les gilets jaunes, il se trouve que les 10 millions de « contributeurs » correspondent exactement à ce pourcentage…
    Je ne fais donc que leur demander de mettre en pratique leurs convictions ! J’ai toujours privilégié les actes aux paroles : ce serait quand même bien que les « beaux parleurs » (souvent raleurs aussi..) deviennent des « agisseurs » !

  8. – Si quelqu’un gagne moins de 1092 euros par mois, c’est qu’il travaille à temps partiel. Certains secteurs sont champions du temps partiel subi (vente, hôtellerie-restauration, entreprises de nettoyage, aide à domicile…) : le gouvernement ne pourrait-il pas prendre des mesures pour inciter ces secteurs à proposer davantage de temps complet, quitte à réorganiser leurs activités et à avoir des salariés plus polyvalents ? Après tout quand ces personnes ne travaillent que 30 heures par semaine, c’est le contribuable qui paie les aides…

    – être un parent solo est source de pauvreté : que fait-on pour prévenir les ruptures conjugales, avant la vie de couple et de potentiel parent et pendant celle-ci ? il me semble qu’il est plus rentable pour la collectivité de dépenser 1000 euros pour permettre à un couple de bien fonctionner que de dépenser chaque mois pendant plusieurs décennies des centaines d’euros d’aide pour limiter les conséquences de la rupture du couple…

    • En fait, des associations religieuses existent déjà pour épauler les couples en difficultés relationnelles (un exemple : CANA – Communauté du Chemin Neuf). L’État pourrait s’en inspirer pour les couples athés.

  9. Bonjour

    à partir de quel salaire appartient-on aux 10 millions de personnes les plus aisées ?

  10. La meilleure chose à faire est de mettre le paquet pour relancer le commerce extérieur de la France, ce qui permettra la réduction du déficit commercial et de la dette de l’état puisque ce sont des déficits jumeaux.
    Ainsi le pays récupérera progressivement les ressources nécessaires au financement de ses dépenses sociales qui baisseront également.

  11. bonjour

    c’est quoi être riche?

    Réponse vague; parce que si on vit à paris ou dans une ville de province c’est différent!

    source internet: 3045€ / mois pour une personne, 5940 € pour un couple. Il me semble que ‘est correct ! peut-être le salaire d’un prof (école lycée collège ) presque en fin de carrière. Moi ça ne me paraît pas énorme pour dire qu’on est riche! D’autres parlent de 5000 €
    Alors ou prend-on les 10 millions de riches. Je pense que peut-être un écart se creuse vraiment vers 5% de la population (en fin je ne sais pas exactement) peut-être 4 millions de personnes.
    Selon une étude 1% des personnes gagne plus de 7000 € mois. ça c’est pour le salaire mail faut aussi tenir compte des rapports du capital qui augmente avec l’age.
    Enfin ! beaucoup d’études avec des chiffres qui vont parfois du simple au double tant la question est complexe. Enfin je pense que la majorité des gains est détenue par une minorité.

    • Fredy Gosse says:

      Du coup
      Même si on leur prend tout vu leur nombre le trou abyssal n’est toujours pas comblé ..et un rapport de 1 a 4 est raisonnable sauf à vouloir la République des tous pareils?bonjour la motivation
      On ira au resto invité par un membre de la nomenklatura et à 20 h en plein repas le serveur disparaîtra vu que lui il’tetmine a 20 h et si le suivant s est fait porter pâle tant pis pour vous .Moscou année 60?

    • C’est 1% des personnes ou 1% des salariés?

  12. Entre temps effectivement j’ai recherché et comme dit JEAN-LUC c’est très complexe.

  13. pour réduire les inégalités avant redistribution je pense qu’il faudrait avant tout augmenter le taux d’emploi en France ce qui augmenterait le gâteau à se partager
    ça veut dire entre autre décaler l’âge de départ à la retraite ,travailler plus que 35h et surtout se former aux métiers de demain pour avoir des emplois qualifiés bien rémunérés

    • Nous avons déjà-+ 3 millions de chômeur + 2 à 3 millions d’emploi de service à domicile (emplois subventionnés qui n’existeraient pas sans la réduction d’impôt ou du moins pas tous). Faire travailler plus, ceux qui travaillent déjà changerait ‘il la donne ? Oui, si notre problème est le manque de main d’œuvre … Est notre cas en France ? Je ne sais pas.

      • Il ne peut pas y avoir de problème de main d’oeuvre si à l’origine nous n’avons pas les investissements qui permettent de développer les entreprises. Pour faire les investissements il faut de l’argent, et cet argent est pris par l’état pour être redistribué sous couvert de salaire différé.

        Donc, on a beau jeu de dire qu’on ne manque pas de main d’oeuvre.

        • le problème des entreprises n’est pas d’avoir un manque de main d’oeuvre pour pouvoir produire. le problème des entreprises est qu’elles n’arrivent pas à vendre tout ce qu’elles produisent. Les magasins sont remplis jusqu’à la gueule, et vous trouvez qu’il y a un manque de main d’oeuvre ? Il y a juste un manque d’acheteurs, c’est tout.

          • Si vous avez rendu impossible une opportunité, il est impossible de qualifier et de quantifier ce que vous n’avez pas gagné.
            Et votre constat ne se base donc que sur l’existant. Il est donc biaisé même si dans les faits il est juste. Voyez-vous la perversité de la chose?

            • euh non, c’est pas clair ( Vous devriez faire de la politique, ou être agent commercial ;)) Et moi, j’aime la clarté et les faits. Et dans les faits, je vois juste que les entreprises n’arrivent pas à vendre ce qu’elles produisent, c’est tout.. , c’est même pour ça qu’elles recrutent à prix d’or des agents commerciaux performants. 🙂 ( ou qu’elles disent de trouver personne pour accomplir cette tâche difficile qui effectivement n’est pas donnée à tout le monde.)

  14. le problème n’est pas le manque de main d’œuvre mais un manque de qualification(tout notre système éducatif est aussi à revoir !)

    • La qualification est effectivement un des aspects, mais il me semble qu’il faut également tenir compte du lieu (les chômeurs sont-ils à proximité raisonnable des emplois ?), de la compatibilité des emplois avec les charges familiales (un parent célibataire avec deux enfants peut-il être cuisinier dans un restaurant jusqu’à 23h ?), et d’autres aspects qui m’échappent certainement.

  15. Petite erreur dans l’article :
    « …C’est la redistribution qui permet de réduire ce taux de pauvreté à 14% » (et non 16%)
    Merci pour cet article, qui mets bien en avant le chômage chez les jeunes (mais pas trop chez les +50 ans curieusement). Il faudrait aussi avoir les chiffres de la pauvreté homme/femme pour améliorer la photo.

  16. Pour positiver, il y a des actions en cours pour lutter contre le chômage longue durée (et donc la pauvreté) et notamment « territoire zero chomeur » (www.tzcld.fr). Initié sous Hollande et renforcé par Macron, la démarche est innovante mais curieusement, assez peu mis en avant dans les médias ou discours politiques.

  17. Fredy Gosse says:

    Et pourtant tout ne va pas si mal sur terre?lire Le triomphe des Lumières de Steven Pinker

  18. Ne pas oublier que nous vivons au pays des 35 heures , donc salaires qui vont avec les 35 heures ! Sans même parler des mois de mai qui dont un remake d’un pont trop lo(i)n(g).
    Sans même parler de l’âge de la retraite et docn de sa durée effective ( qui est un salaire différé ).

  19. julien bonnetouche says:

    Bonjour à tous,

    Ce qui ne ressort pas très bien de votre article, c’est que une fois les impôts passés par là et bien sur la redistribution, la différence de revenus disponible entre les plus riches, ( ceux qui payent l’impôt) et les moins riche n’est pas si important que ça.
    je crois avoir lu des chiffres quelque part un rapport de 1 à 4
    Je pense que l’on doit en exclure les hyper-pauvres et les huper-riches bien sur
    Cela dit les revenus des ménages en France sont beaucoup trop bas, les raisons je les ai dites bien des fois ;

    Mais en gros c’est simple :

    si l’on subventionne la pauvreté on aura plus de pauvres

    De même pour le chômage : c’est à force de subventionner le chômage que l’on est arrivé à en avoir tant !!

  20. et une TVA a 33 /100 sur les produits de Luxe permettrait de récupérer combien ? …
    car le Luxe est un élément de différenciation … plus c’est cher, et plus ca a de la valeur !
    lorsque l’on achète une voiture à plus de 150 K€, une montre, un sac, des chaussures, une robe de plus de 5 K€ … 13 % de plus … Est-ce indolore ?
    cette TVA verte permettait de financer la transition sociale et écologique …

    • Oui je suis assez d’accord
      Cette idée du retour de la tva majorée qui existait jusque dans les années 80 fait partie des idées que je me suis permis d’envoyer à la presidence de la république !

      Comme un taux de tva différencié sur la conso électricité et gaz entre une conso « de base » et la conso au delà (le prix différencié existe déjà dans ma région pot le prix de l’eau)

      Autres idées soumises :
      -une baisse significative (30% ?) du train de vie de l’etat (Marc Dosiere les a estimé à 1,5 Mld pour l’elysees, le sénat, l’assemblee …

      -une augmentation des tranches d’ir 41 et 45% pour compenser les revenus supplémentaires induits par la baisse des charges en octobre (un cadre supérieur y a gagné au moins 2000€ alors qu’il n’en a pas vraiment besoin)

      -la suppression des communes de moins de 100 habitants (sauf si isolés)
      -la fusion des villages ou petites villes qui sont accolés l’un à l’autre

      Et bien d’autres idées encore ….

      • Fredy Gosse says:

        Vous êtes encore et toujours dans la répartition fiscale alors que le problème est comment créer des emplois avec moins dépenses publiques et ça Macron
        n en n’a pas parle

        • créer des emplois sans dépense publique, la solution ? c’est ce que font les américains … mais alors comment expliquez-vous qu’aux USA, beaucoup de travailleurs américains soient dans une grande paupérisation ?

          • Parce-que le fait qu’il y ait des pauvres c’est naturel. Il est plus dur de créer de la valeur que de ne pas en créer. Le drame c’est d’être pauvre dans une zone urbaine et donc en proie à la misère. La pauvreté est une affaire de revenu, la misère touche à la dignité, à la décence.

      • Non sur l’augmentation des tranches d’IR. On ne rémunère pas un travail selon le besoin du travailleur. Sinon c’est du communisme et toute la chaîne du travail perd en valeur et en qualité.

  21. On fait beaucoup de projections mais concrètement, il y aura toujours des travailleurs pauvres. Le problème est de savoir comment ils peuvent sortir de cette pauvreté, et là l’idéologie égalitariste de notre pays empêche toute réflexion sereine jusqu’à bloquer totalement « l’ascenseur social ».
    Pourtant, il est aisé de comprendre qu’en passant les charges sociales et patronales de 46 à 30 % on pourrait déjà créer des emplois, éviter les boulots multicasquettes générateurs de burn-out et d’absentéïsme et donc de coûts supplémentaires pour la société.
    Nous nous trouvons dans une situation où l’on fait toujours plus avec de moins en moins. Ca ne peut pas marcher.
    J’en ai marre de ces gens que l’on entend sur tous les médias parler de salaires différés. Essayez de dire à n’importe qui de non-français qu’il vivra demain du travail qu’il effectue aujourd’hui. C’est absurde, d’autant plus que les retraités pèsent de plus en plus lourd et que le salaire non perçu est de moins en moins un salaire différé mais un salaire consommé.

  22. S’attaquer aux niveau des salaires les plus bas OUI mais pas n’importe comment car notre économie est imbriquée dans son système : Augmentation des salaires = augmentation des prix = augmentation des impôts pour faire marcher notre société telle que nous l’avons et ,en l’état actuel augmentation des délaissés.
    L’effet colère des citoyens ne viens pas de notre président actuel mais de 40 ans de « gestion douteuse »:
    La France et notamment les Français sont productifs mais quoi ou comment produire dans un pays qui, au cours du temps, a perdu, vendu, délocalisé une invraisemblable quantité d’industries ou de technologies qui aujourd’hui nous fondent à importer ce que nous faisions très bien. Oui il y a les pays en voie de développement qui ont des salaires bas, font travailler des enfants etc.. Ceci nous n’y pouvons rien c’est la mondialisation et cela ne s’arrêtera pas. Par contre si l’on décidait de reconstruire des usines, d’effectuer de la recherche d’innovations, de la nouvelle technologie, de l’éducation en accord avec les besoins réels de notre économie, etc. Il en résulterait plus d’emplois certainement mieux rémunérés. Pour favoriser la consommation nationale on pourrait appliquer le levier de taxes douanières à l’entrée de marchandises que nous réalisons. Vous me direz c’est une forme de protectionnisme, je crois pas car d’autres pays n’hésitent pas, je parlerait plutôt d’une sauvegarde mais aussi cela serait une ressource pour l’état.

  23. Moi , je suis étonné de ce que je lis de vos commentaires . Tous tournent autour de : faut il plus redistribuer , faut il augmenter les salaires , brefs sur quels paramétres jouer .
    Mais bigre , le probléme me semble ailleurs . Déja , on ne prend pas en compte tous les revenus « annexes » , travail au noir + chomage ou emploi salarié , ni tous les avantages en nature y compris pour des emplois modestes . D’autre part , notre systéme fabrique des revenus « officiels  » bas puisqu’on a interet a étre bas pour toucher des aides sociales ! Mais le plus important , c’est l’éducation . C’est par la qu’il faut prendre le probléme . Nous sommes dans un pays ou quiconque , je dis bien quiconque , enfant de chomeur , d’ouvrier etc , peut se faire une place correcte , correcte j’entends de 2 fois le smic a 4 fois . Il suffit de s’en donner la peine , mais c’est la que le bas blesse . Les parents ne sont pas assez incitatifs envers leurs enfants , les enseignants ne sont plus soutenus , on donne des directives aux prof pour fausser la realité ( on remonte les notes artificiellement ) , notre systéme sanction / recompense a un eventail trop faible ( dans l’administration , il n’y a pas de sanctions pour ceux qui ne travaillent pas ou pas assez ou inefficients , et les recompenses ne sont pas suffisantes pour ceux qui méritent . Les cadres sont considéres comme des privilégiers et les « pauvres » comme des victimes du systéme . C’est donc notre systéme de valeurs qui est en cause , l’amour du travail bien fait ( aujourd’hui , des erreurs partout dans les domaines administratifs , des malfacons systématiques dans le btp etc ) . etc
    Alors me direz vous , que proposez vous ?
    Deja remonter les niveaux d’exigence partout ( systéme sanction recompense ) , ne plus « payer » des gens a rien faire ( plus de chomage mais obligation de se former 8h par jour dans les metiers porteurs et pas dans le systéme pourri cogéré syndicats/patronat ) , pour l’université ouverture des places de filiéres en fonction des debouchés (cad fini les tas d’etudiants en sociaux , psycho etc ) , des medecins la ou il y a des besoins et non la ou ils ont envie d’aller ( ce sont des « salariés » de la securité sociale , sans secu , de combien seraient leur revenus ) etc etc
    et puis faire beaucoup d »economie , en commencant a donner des signes ( pourquoi autant de representants entre deputés senateurs , cese , etc ) , supprimer vraiement une couche du mille feuille des collectivités etc . Et puis il y a ensuite les grands classiques des economies , retarder l’age a partir duquel on percoit la retraite , etc . Redonner de la consideration aux entreprises , a la reussite etc . Quant a l’immigration , politique de quotas ( selon les pays et selon les metiers revisable en temps que de besoin ) . Et arréter de lancer des chiffres qui ne font pas sens : exemple le prix des loyers . Il y a beaucoup de villes moins cheres que Paris , Marseille etc , il faut donc expliquer et faire passer aux gens que l’on doit se deplacer en fonction des lieux ou on peut trouver un emploi pour soi et/ou des loyers moins chers . Il faut arréter de chercher la clé qu’on a tombé au pied du reverbére car c’est le seul endroit ou il y a de la lumiére . Alors on pourra parler de redistribution plus facilement , il y aura tellement moins de personnes concernées a aider, en tout premier lieu ceux qui ont des problémes de santé . Bref transformer ce pays le plus morne de la planéte qui pleurniche sur son sort en un pays qui a la peche et va de l’avant .
    Ceux qui gouvernent , le pays , les entreprises , les administrations , les peres de famille ont pour mission de galvaniser leur entourage et leur donner foi , espoir et force pour se hisser dans un environnement mondialisé . Tout n’est pas dans les chiffres , comment je prends une pincée ici pour la remettre ailleurs . Et faut tuer l’idée qu’il suffirait de prendre aux riches pour donner aux autres , intellectuellement satisfaisant sauf qu’on les ferait fuir . Et pour illustrer mon propos , je trouve que les gilets jaunes sont pitoyables dans leur demarche , vision du pays et de leur condition ( quoique bien manipulés et certains volontairement ) , et la reponse du president aussi , non au niveau de ce qu’il a concédé , mais dans le discours tenu , c’était triste et ca ne donnait pas de l’espoir , ni de l’envie , ou du dynamisme , et par la meme non incitatif a rentrer chez soi .

    • Merci pour cet excellent résumé!
      Je souscrit à 100%!

    • Ange LERUAS says:

      Bien dit, ben vraieee

      0n en revient à la cause originelle de nos PB: l’éducation et primordialement à notre Education nationale qui semble ignorer que

      * la production des uns devient la consommation des autres, ce qui implique l’équité suivante :
      * dans une vie chacun doit produire pour les autres autant que les autres produisent pour lui. Une autre équité implicite :
      * dans une vie chacun doit produire lors de ses temps d’activités autant que ce qu’il consommera lors de ses temps d’activités et ces temps d’inactivités. Une autre équité par analogie :
      * chaque nation, bon an – mal an, doit produire pour les autres nations autant que les autres nations produisent pour elle.

      Ceci admis on peut alors avec ce socle communs commencer à discuter (conseil de Confucius) où en somme nous des sièecles et des siècles après?

    • Ange LERUAS says:

      bien dit, ben vraiee

      Nos problèmes trouve leurs causes dans l’éducation, primordialement avec l’éducation nationale qui faisant un déni oublie d’enseigner les vraies base de l’économie.

      * la production des uns devient la consommation des autres, ce qui implique l’équité suivante :
      * dans une vie chacun doit produire pour les autres autant que les autres produisent pour lui. Une autre équité implicite :
      * dans une vie chacun doit produire lors de ses temps d’activités autant que ce qu’il consommera lors de ses temps d’activités et ces temps d’inactivités. Une autre équité par analogie :
      * chaque nation, bon an – mal an, doit produire pour les autres nations autant que les autres nations produisent pour elle.

      quand aux vrais chiffres de l’économie et leur articulation je vous renvoie sur mon commentaire fait il y a quelque minutes que vous trouverez plus bas.

    • Bien résumé. J’y ferai un ajout : changer la loi pour ne plus permettre de squatter les logements des autres + limiter la durée d’expulsion des locataires qui ne payent plus leur loyer à 3 mois + rééquilibrer réellement les rapports entre bailleurs et locataires. Avec ces 3 changements, les français réinvestissent dans l’immobilier, il y a des logements pour tous même ceux qui n’ont pas de garants, les entreprises du BTP tournent à plein, on arrête de subventionner pour rien les sociétés d’HLM.
      Et c’est bien à cause de ce dernier point que ça pêche. Car les HLM veulent garder leurs milliards de subventions et font un lobbying très puissant auprès des politiques de toutes les tendances.

  24. Jean-Claude says:

    Imaginons que tous les jours, 10 amis se retrouvent pour boire une bière et que l’addition totale se monte à 100 euros.
    (Normalement, cela ferait 10 euros par personne).
    Mais nos dix amis décidèrent de payer cette facture selon une répartition qui s’inspire du calcul de l’impôt sur le revenu, ce qui donna ceci :
    · Les 4 premiers (les plus pauvres !?), ne paient rien.
    · Le cinquième paye 1 euros
    · Le sixième paye 3 euros
    · Le septième paye 7 euros
    · Le huitième paye 12 euros
    · Le neuvième paye 18 euros
    · Le dernier (le plus riche ?!) paye 59 euros.
    Les dix hommes se retrouvèrent chaque jour pour boire leur bière et semblaient assez contents de leur arrangement.
    Jusqu’au jour où le tenancier décida de leur faire une remise de fidélité !
    « Comme vous êtes de bons clients, dit-il, j’ai décidé de vous faire une remise de 20 euros sur la facture totale. Vous ne payerez donc désormais vos 10 bières que 80 euros. »
    Le groupe décida de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon qu’ils auraient payé leurs taxes. Les quatre premiers continuèrent à boire gratuitement. Mais comment les six autres, (les clients payants), allaient diviser les 20 euros de remise de façon équitable ? Ils réalisèrent que 20 euros divisé par 6 faisaient 3.33 euros.
    Mais s’ils soustrayaient cette somme de leur partage alors le 5ème et 6ème homme devraient être payés pour boire leur bière. Le tenancier du bar suggéra qu’il serait plus équitable de réduire l’addition de chacun d’un pourcentage du même ordre, il fit donc les calculs. Ce qui donna ceci :
    · Le 5ème homme, comme les quatre premiers ne paya plus rien. (un pauvre de plus ? Ndt)
    · Le 6ème paya 2 euros au lieu de 3 (33% réduction)
    · Le 7ème paya 5 euros au lieu de 7 (28% de réduction)
    · Le 8ème paya 9 euros au lieu de 12 (25% de réduction)
    · Le 9ème paya 14 euros au lieu de 18 (22% de réduction)
    · Le 10ème paya 50 euros au lieu de 59 euros (16% de réduction)
    Chacun des six « payants » paya moins qu’avant et les 4 premiers continuèrent à boire gratuitement. Mais une fois hors du bar, chacun compara son économie :
    « J’ai seulement eu 1 euros sur les 20 euros de remise », dit le 6ème il désigna le 10ème « lui, il a eu 9 euros ».
    « Ouais ! dit le 5ème , j’ai seulement eu 1 euros d’économie »
    « C’est vrai ! » s’exclama le 7ème , « pourquoi aurait- il 9 euros alors que je n’en ai eu que 2 ? Le plus riche a eu le plus gros de la réduction »
    « Attendez une minute » cria le 1ier homme, « nous quatre n’avons rien eu du tout nous. Le système exploite les pauvres ».
    Les 9 hommes cernèrent le 10ème et l’insultèrent. La nuit suivante le 10ème homme (le plus riche ?!) ne vint pas. Les neuf autres s’assirent et burent leur bière sans lui.
    Mais quant vint le moment de payer leur note ils découvrirent quelque chose d’important : ils n’avaient pas assez d’argent pour payer ne serait-ce que la moitié de l’addition !
    Et cela, mes chers amis, est le strict reflet de notre système d’imposition. Les gens qui payent le plus de taxes tirent le plus de bénéfice d’une réduction de taxe.
    Taxez les plus fort , accusez-les d’être riches et ils risquent de ne plus se montrer désormais. En fait ils vont boire à l’étranger…,
    Pour ceux qui ont compris, aucune explication n’est nécessaire.
    Pour ceux qui n’ont pas compris, aucune explication n’est possible

  25. Fredy Gosse says:

    Reprofiter
    Sur un portable pas toujours evident

  26. Je me demande si les 100 euros de salaire supplémentaires donnés par l’Etat, ne serait pas source de distortion au principe de  » concurrence libre et non faussée » dont nos dirigeants sont si fiers…Si une partie du salaire est versée par l’Etat et non par la boite qui est en concurrence avec d’autres sur le marché international ( ce qui est inadmissible, le salaire devrait suffire à vivre, et tout le monde devrait disposer d’un revenu lui permettant d’être assujetti à l’IR), c’est bien une distortion de concurrence.

  27. Ne nous éloignons pas cependant de l’idée que seule une pauvreté étendue et bien ancrée dans nos sociétés rend d’autant plus efficient ce sentiment agréable et irremplaçable de confort et de richesse.

    • Le confort ne se mesure pas par comparaison.

      • Je ne suis absolument pas d’accord avec cette affirmation personnelle.
        Le confort c’est relatif.
        Par exemple, au milieu de gens qui n’ont pas de chauffage dans leur maison, ceux qui vivent dans une maison mal chauffée la trouveront confortable.

        • Vous avez raison…la richesse n’offrira jamais le confort que peut nous offrir la pauvreté.
          Comment pourrais-je autant apprécier de me sentir au chaud dans ma maison si je n’en savais pas nombreux saisis dehors par un froid piquant.

          • Je ne comprends pas comment la pauvreté peut offrir le confort ?

            • Oui c’est la même interrogation que je soumettais à Damien et Virollaud.

              • Ah. Ok je comprends.
                Mais je comprends aussi l’affirmation de Virollaud : je préfère être dans une maison mal isolée que dans une maison pas isolée du tout, si je sais que je n’ai pas les moyens d’être dans une maison parfaitement isolée.

                • J’acquiesce d’autant plus à cette affirmation que je n’en ai jamais prétendu le contraire.
                  Dans confort, j’entendais le sentiment de richesse que nous apporte celui-ci…sentiment d’autant plus délectable lorsque nous le savons privé à d’autres.

                • Si cela vous demande un effort pour vivre dans une maison mal isolée alors ce n’est pas du confort.
                  Le confort c’est le bien-être sans effort.
                  Par exemple, être bien au chaud. Ou encore, avoir de l’eau qui coule du robinet. Ou le fait d’avoir accès à un moyen de locomotion pour faire ses activités quotidiennes.
                  Si vous êtes dans une maison mal isolée, elle a beau être mieux qu’une maison pas isolée, vous avez toujours un peu froid et cela vous demande un effort physique et mental pour continuer à y habiter.

                  • Je n’ai pas dis que je ne désire pas la maison parfaitement isolée, mais que je préfère la mal isolée à celle qui ne l’est pas du tout. De plus cela me donne envie de me bouger pour me donner les moyens d’avoir la maison bien isolée.

        • Non cela s’appelle un luxe.

  28. julien bonnetouche says:

    Bonjour à ceux qui veulent taxer les riches,

    Pensez vous réellement qu’il y a assez de riches dans notre pays pour tout payer pour les autres ?

    Et puis si on va un peu plus loin, imaginons que l’on prenne d’un coup tout l’argent des riches (je vous laisse choisir le niveau à partir duquel on l’est), c’est du one shot :

    Qui va faire tourner la boutique France ensuite ? les fonctionnaires peut être ?

    D’autant qu’entre temps les riches seront devenus pauvres et que vous devrez les entretenir aussi !

    • Des riches, il y en a bcp, oui, j’ai même lu dernièrement en france qu’il y a 2 millions de français qui ont un patrimoine supérieur à 1 million d’euros . ( Dont pour bcp, pas pour tous, qui n’ont eu qu’à naitre pour l’avoir) . 1 million d’euros, c’est déjà 70 ans de salaire au smic, alors oui, c’est énorme, et il y a bcp de français qui ont bcp plus, bien-sur. Et 500 000 euros de patrimoine, c’est énorme aussi, c’est 35 ans de salaire au smic ( pratiquement tout ce que peut espérer gagner un salarié au cours de sa vie). Et il y a des français qui ont des centaines de millions d’euros, et même des dizaines de milliards…

      • Je crois que vous confondez le patrimoine et les revenus. Je vais vous l’expliquer en vous donnant le cas d’un ami, et c’est un cas très courant dans l’immobilier :
        Il a un patrimoine supérieur à 1 million d’euros mais après impôts et taxes il gagne moins que le smic.
        Vous ne trouvez pas ça énorme cela aussi ?

        • Sauf qu’il a le choix de revendre son bien de 1 million d’euros, et de vivre comme un roi jusqu’à la fin de ses jours. Tout le monde n’a pas ce choix.

          • Et voila toute la différence entre une personne entrepreneuse qui a réussi à force de travail à avoir un patrimoine de 1 million et une personne qui ne l’aura pas :
            La première essaiera de transmettre ce patrimoine pour aider sa famille. La seconde ne pensera qu’à le dépenser et à en jouir.
            C’est pour cela que la seconde n’aura jamais un patrimoine de 1 million sauf à jouer au loto.

            • Je ne peux que vous approuvez étant moi même dans ce cas. Si je vend tout et dépense au fur et à mesure mon capital, combien d’années vais je vivre de ce capital: tout peut arriver, à commencer par l’inflation, et toutes sortes d’autres problèmes qui viendrons réduire très vite ce capital. Thierry malheureusement est comme ce type de français qui pense qu’on est riche avec un million!, qui sont jaloux et envieux, qui voudrait bien les avoirs mais ne veulent rien faire pour si ce n’est de les prendre(voler) avec des impôts trop lourds. Desolant

              • En fait, plus on a de l’argent, plus on a peur. Dommage d’avoir peur au point de ne pas vouloir jouir de la vie…

                • « En fait, plus on a de l’argent, plus on a peur » : Franchement, vous croyez ce que vous écrivez ?
                  Il faut du courage et un brin de folie pour entreprendre. C’est ceux qui ne font rien qui sont tétanisés par la peur.
                  Si je suis votre raisonnement, tous les GJ ont peur de ne pas y arriver parce qu’ils sont très riches ou le contraire ?
                  La fourmi n’a pas peur, de même que la cigale. La différence c’est qu’il y en a une qui bosse et l’autre qui a faim, mais qui jouis de la vie.
                  Attention, je ne dis pas que tous les plus riches l’ont mérité, idem pour tous les moins riches. Mais globalement, on ne devient pas riche par erreur ni pauvre par hasard.

  29. julien bonnetouche says:

    Tiens au fait un autre exemple de subvention de la pauvreté :

    en France on n’arrête pas de subventionner les bas salaires (exonérations totale des charges parfois pour le smic)

    Les employeurs sont donc tentés de proposer plus d’emplois mal payés, on se met à leur place puisque l’État le propose,

    les candidats à l’emploi y adhèrent facilement puisqu’ils n’ont pas d’autre proposition vu leur absence de formation, et surtout qu’ils vont bénéficier d’aides complémentaires diverses de la part de l’État puisqu’ils sont mal payés donc avec des revenus faibles.

    Finalement tout le monde est content, mais la dette de l’État ne cesse d’augmenter et les impôts aussi.

    Et c’est pour cela qu’il y a tant d’emplois mal payés. CQFD

  30. Ange LERUAS says:

    Il n’y a jamais de hors sujet dés lors que dans notre vie sociétale l’économie est un tout indissociable.

    La pauvreté en France est le point d’actualité qui est à l’origine des manifestations des GJ

    On ne peut pas dire qu’elle est mineure même si après redistribution
    elle est fortement réduite.

    Ce qui est à retenir c’est que les 6 redistributions Allocation sans condition, allocation avec condition, allocation logement, minima sociaux, RSA et prime pour emploie représente en 2014 78,576 milliard au profit de ceux qui ont le moins de revenus dont le financement devrait correspondre à l’impôt sur le revenu et l’ISF représentant en 2014 74,4 milliard

    Dans ces 78,576 milliards de redistribution ne sont pas pris en compte toutes les gratuite induite spécifique à ces ménages ou personnes, à bas revenus. COMBIEN ? Quelqu’un a-t-il la réponse.

    Il y a une autre aide à prendre en compte, qui est une redistribution qui profite à tous : c’est le déficit de l’État : 85,56 milliard en 2014 190,65E:mois par ménage.

    Pour information
    – la redistribution pour les quatre premiers déciles des foyers, les plus pauvres 312,5E/mois par ménages
    – les prélèvements sur les Trois derniers déciles, les plus riches, représente 528,40E/mois moyen par ménage
    – les prélèvements pour les ménages avec plus de 100000E par ans devient 3118E/ mois par ménage.

    Si on doit faire le bilan et que l’impôt des plus riches (base année 2014) couvre les redistributions 76,8 milliard, le déficit, autre forme de rétribution, 85,56 et on estime les gratuités à 10 milliards cela fait un total de 172,36 milliards de prélèvement sur les ménages imposés à IRPP et l’ISF : 74,4 milliard. Équilibrer signifie de multiplier ces prélèvements par 2,317.

    C’est a dire augmenter l’impôt :
    de528,40 à 1224,30 par mois moyenne des ménages qui gagnent plus de 2 500 par mois
    de 3118 à 7224,40 par mois moyenne des ménages qui gagnent plus de 8335 par mois
    Chacun sachant ce qu’il paye peut faire son calcul.

    Mais cette attention cette augmentation n’est pas susceptible de redistribuer un euro de plus que les redistributions faites aux ménages en difficulté. De toute évidence la fiscalité ne peut donner de solution
    la marche de manœuvre restent donc
    * la réduction de la dépense publique
    * la remise en ordres des transferts par foyer
    * la réduction des productions peu agréables vers des productions plus utiles ou agréables.
    * l’augmentation de production des actifs
    * l’augmentation du nombre d’actifs par la prise de conscience que la productions devient la consommation des autres nous obligeant à produire autant pour les autres que les autres produisent pour soi.

    Si quelqu’un à une autre porte de sortie que celle-ci qu’il la dévoile.

    Connaissez-vous le principe de notre vie en société nationale pour savoir comment agir ?.

    À regarder d’une certaine manière :
    vouloir changer est la croix et la bannière.
    Retenir notre PIB pour notre richesse
    c’est un outrage envers la politesse
    dû à toutes nos productions nationales
    par ce qu’elles seules nous sont primordiales

    Ce n’est pas plus de valeur qui vous satisfait
    mais tous les biens et services dont vous usez.
    Si taxes et charges, votre PIB fait monter !
    votre consommation ne fera que baisser.
    Bien plus, pour x ou pour y, l’État prélève
    c’est toujours à vous que ce plus on enlève

    La morale est que toute apparence
    n’est qu’un leurre qui lève tout espérance
    que vous produisiez pour les autres avec soin
    dans l’espoir de mieux satisfaire vos besoins.

    Quand comprendrez-vous enfin que les productions,
    de nos actifs deviennent nos consommations.
    – que les 646 milliards de gain pour leurs prouesses
    ne peuvent faire 2 295 milliards de richesses.
    – Que 581 milliards ne sont que des attributions
    aux inactifs pour payer leurs consommations
    – que 184 milliards de dépenses pour tous nos soins
    c’est autant aux actifs et inactif de moins
    – et les 387 milliards en usages collectifs
    sont levés au laborieux et aux inactifs.
    – qu’après ces faits de notre vie nationale
    reste 456 milliards pour richesse familiale
    : 240 milliards pour la richesse des productifs.
    : et 216 milliards celle de tous les non actifs.
    Si peu ! que l’état: plus 67 milliards dépense
    et 40 ans, de remboursements se dispense.
    -Contribuant pour 82 milliards les plus aisés
    aide tous ceux que les progrès ont délaissés.

    C’est l’histoire vraie de notre vie en commun
    Où la somme des comportements de chacun,
    doit nous guider vers le même intérêt.
    Mais, envoûté de monnaie vous le fait dénier.
    Riches et pauvres montés en adversaires
    vous fait condamner que des boucs émissaires.

    Alors ! Sans vergogne sur nos gouvernements
    – vous médisez sans cesse, ni n’êtes content,
    -reprochez qu’ils pèchent par manques et excès !
    Bien souvent du trop, trop peu ou du pas assez.
    Ainsi nous français de ce bois nous sommes faits !

  31. Ange LERUAS says:

    La pauvreté en France est le point d’actualité qui est à l’origine des manifestations des GJ

    On ne peut pas dire qu’elle est mineure même si après redistribution
    elle est fortement réduite.

    Ce qui est à retenir c’est que les 6 redistributions Allocation sans condition, allocation avec condition, allocation logement, minima sociaux, RSA et prime pour emploie représente en 2014 78,576 milliard au profit de ceux qui ont le moins de revenus dont le financement devrait correspondre à l’impôt sur le revenu et l’ISF représentant en 2014 74,4 milliard

    Dans ces 78,576 milliards de redistribution ne sont pas pris en compte toutes les gratuite induite spécifique à ces ménages ou personnes, à bas revenus. COMBIEN ? Quelqu’un a-t-il la réponse.

    Il y a une autre aide à prendre en compte, qui est une redistribution qui profite à tous : c’est le déficit de l’État : 85,56 milliard en 2014 190,65E:mois par ménage.

    Pour information
    – la redistribution pour les quatre premiers déciles des foyers, les plus pauvres 312,5E/mois par ménages
    – les prélèvements sur les Trois derniers déciles, les plus riches, représente 528,40E/mois moyen par ménage
    – les prélèvements pour les ménages avec plus de 100000E par ans devient 3118E/ mois par ménage.

    Si on doit faire le bilan et que l’impôt des plus riches (base année 2014) couvre les redistributions 76,8 milliard, le déficit, autre forme de rétribution, 85,56 et on estime les gratuités à 10 milliards cela fait un total de 172,36 milliards de prélèvement sur les ménages imposés à IRPP et l’ISF : 74,4 milliard. Équilibrer signifie de multiplier ces prélèvements par 2,317.

    C’est a dire augmenter l’impôt :
    de528,40 à 1224,30 par mois moyenne des ménages qui gagnent plus de 2 500 par mois
    de 3118 à 7224,40 par mois moyenne des ménages qui gagnent plus de 8335 par mois
    Chacun sachant ce qu’il paye peut faire son calcul.

    Mais cette attention cette augmentation n’est pas susceptible de redistribuer un euro de plus que les redistributions faites aux ménages en difficulté. De toute évidence la fiscalité ne peut donner de solution
    la marche de manœuvre restent donc
    * la réduction de la dépense publique
    * la réduction des productions peu agréables vers des productions pus utiles ou agréables.
    * l’augmentation de production des actifs
    * l’augmentation du nombre d’actifs.

    Si quelqu’un à une autre porte de sortie que celle-ci qu’il la dévoile.

    Connaissez-vous le principe de notre vie en société nationale pour savoir comment agir ?.

    À regarder d’une certaine manière :
    vouloir changer est la croix et la bannière.
    Retenir notre PIB pour notre richesse
    c’est un outrage envers la politesse
    dû à toutes nos productions nationales
    par ce qu’elles seules nous sont primordiales

    Ce n’est pas plus de valeur qui vous satisfait
    mais tous les biens et services dont vous usez.
    Si taxes et charges, votre PIB fait monter !
    votre consommation ne fera que baisser.
    Bien plus, pour x ou pour y, l’État prélève
    c’est toujours à vous que ce plus on enlève

    La morale est que toute apparence
    n’est qu’un leurre qui lève tout espérance
    que vous produisiez pour les autres avec soin
    dans l’espoir de mieux satisfaire vos besoins.

    Quand comprendrez-vous enfin que les productions,
    de nos actifs deviennent nos consommations.
    – que les 646 milliards de gain pour leurs prouesses
    ne peuvent faire 2 295 milliards de richesses.
    – Que 581 milliards ne sont que des attributions
    aux inactifs pour payer leurs consommations
    – que 184 milliards de dépenses pour tous nos soins
    c’est autant aux actifs et inactif de moins
    – et les 387 milliards en usages collectifs
    sont levés au laborieux et aux inactifs.
    – qu’après ces faits de notre vie nationale
    reste 456 milliards pour richesse familiale
    : 240 milliards pour la richesse des productifs.
    : et 216 milliards celle de tous les non actifs.
    Si peu ! que l’état: plus 67 milliards dépense
    et 40 ans, de remboursements se dispense.
    -Contribuant pour 82 milliards les plus aisés
    aide tous ceux que les progrès ont délaissés.

    C’est l’histoire vraie de notre vie en commun
    Où la somme des comportements de chacun,
    doit nous guider vers le même intérêt.
    Mais, envoûté de monnaie vous le fait dénier.
    Riches et pauvres montés en adversaires
    vous fait condamner que des boucs émissaires.

    Alors ! Sans vergogne sur nos gouvernements
    – vous médisez sans cesse, ni n’êtes content,
    -reprochez qu’ils pèchent par manques et excès !
    Bien souvent du trop, trop peu ou du pas assez.
    Ainsi nous français de ce bois nous sommes faits !

  32. Fredy Gosse says:

    ben mon gars toi tu vas te faire lyncher sur les barrages …..
    RIC RIC RIC
    premier RIC
    pas de salaires à moins de 3000 euros,
    second RIC
    ISF rétabli et augmenté massivement il faut faire payer les riches
    troisième RIC
    baisse massive des impôts pour les autres et donner du pouvoir d’achat
    quatrième RIC
    sortie de l’UE pour pouvoir obtenir gratuitement de la banque de France toute la monnaie nécessaire à la relance de l économie du pays
    cinquième RIC
    mettre des droits de douane pour protéger nos productions et relancer l’emploi
    voila je crois que j’ai tout compris RIC RIC RIC HOURRA

  33. Jean-Yves FINET says:

    En relisant les nombreuses réponses à l’occasion de ce sujet, je constate qu’aucune mesure concrète n’est réellement proposée et je le regrette…
    J’ai donc recherché deux citations de John Kennedy :
     » Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays  »
     » Si la société libre ne parvient pas à améliorer le sort de la majorité des pauvres, elle ne pourra pas sauver la minorité des riches  »
    En rédigeant mes commentaires d’hier à 11h32 et 11h59, je n’avais pas en tête ces deux citations, mais il aurait peut-être été utile de les rappeler…
    Je n’ai pas, dans ces commentaires, la prétention d’apporter « la solution » mais il me semble que le débat sur l’éventail des rémunérations des salariés et des indépendants mérite d’être mené car on ne peut pas tout demander à l’Etat et aux Entreprises ; L’Etat n’a plus les moyens financiers pour satisfaire toutes les demandes et les réformes indispensables sont longues à mettre en oeuvre, donc laissons lui le temps mais agissons tout de suite en attendant ; les Entreprises doivent être compétitives, donc ne les chargeons pas plus…
    Un dernier mot sur les « réformes »… : celles-ci doivent être utiles, consensuelles, et surtout elle doivent être simples… La relative cacophonie de ce débat me fait penser que le consensus est loin d’être atteint… Quant à la simplicité, les réformes effectuées depuis mai 2017 ne témoignent guère de cette volonté, bien au contraire…

    • Les mesures concrètes ont déjà été proposées :
      – moins d’état
      – moins d’état
      – moins d’état

      Je ne vois pas ce qu’il faudrait faire d’autre puisque le problème vient quasi-exclusivement de l’état.

  34. Ange LERUAS says:

    @ fredy jean luc Damien

    C’est parce que notre éducation nationale raconte des contes à ses petits et grands écoliers depuis la maternelle jusqu’au sortir de l’Ena que les histoires vraies de notre vie en société ne peuvent plus se comprendre.

    Habituer à l’État providence, les droits acquis et les entreprises payeuse, tant de fois rabâchés : aujourd’hui plus personne ne sait que la seule richesse de la nation c’est la production de nos actifs qui pour la produire physiquement, intellectuellement ou financièrement reçoivent 646 milliards.

    Si le RIC existait quelle serait la première des questions à poser ?
    ce n’est pas : si on veut décapiter jupiter ou lui permettre de nous mater, ni encore faut-il pas faire payer au riche les besoins des pauvres. Le résultat est connu d’avance mais Jupiter sans tête et le riche devenu pauvre que faisons-nous ?

    Donc la question à poser, notre richesse nationale définie, nos productions pour646 milliards, est :

    1° combien de nos consommations nationales (production nationale aprés échange d’exportations contre des importations) laissons- nous aux actifs avec leurs pouvoirs de consommer de 646 millions (notre PIB production) :
    45 %
    50 %
    55 %?

    Ce choix fait détermine alors l’ensemble des attributions à faire à toutes les catégories d’inactif du retraité au gamin en passant par les handicapés, malade, en vacances, chômeurs…

    45 % donc 789 milliards pour les inactifs en quelque sorte notre PIB solidarité (actif envers inactifs)
    50 % donc 646 milliards
    55 % donc 529 milliards

    Ce choix fait nous connaissons notre PIB consommation = PIB production + PIB solidarité.
    45 % donc 1 435 milliards
    50 % donc 1 292 milliards
    55 % donc 1 175 milliards

    Ne vous demandez plus à quoi correspond notre pib de 2 295 milliards. Il est fantaisiste puisque il comprend : impôt, cotisation, charge… qui ne sont pas une richesse nationale sans quoi la nation la plus riche sera celle qui impose le plus. Mais quand on impose un max et qu’on n’est pas la nation la plus riche au point de devoir emprunter : on est mal barré.

    Non seulement il y a dans notre PIB de 2295 milliards d’impôt charge cotisation… mais en plus des revenus imputés. Des revenus imputés ! chercher ce que c’est : et pour combien dans notre PIB de 2295 milliards en particulier un facile à trouver pour 184 milliards

    2° questionnement à soumettre en RIC qu’elles distributions faites-vous entre les différentes catégories d’inactifs des 749 ou 646 ou 529 milliards puis qu’elles seront les attributions à chaque ayant droit dans chacune des catégories.

    3° questionnement à soumettre au RIC : parmi vos consommations nationales, vous actifs, vous inactifs aprés votre entente de parts respective de consommations nationales quel pourcentage voulez vous consacrer :
    *pour vos soins de santé :
    14 % à enlever de vos consommations globales
    16 %
    18 %
    * Pour vos consommations collectives
    30 % à enlever à vos consommations globales
    32 %
    42 %

    Aprés votre choix vous saurez alors quel pourcentage entre 50 % et 56 % il vous reste pour vos consommations familiales.

    Il n’y a pas d’autre questions pour faire de notre république une démocratie

    Une fois fait,la répartitions auprès des inactifs ne pose plus de problème puisque démocratiquement décidé, reste à contrôler la répartition des 646 milliards de rétributions, dans les outils de production, afin que l’équité soit assurée. C’est un problème interne des unités de productions avec peut-être un arbitrage à prévoir par RIC.

    Sinon reste encore à contrôler l’usage de la part de consommation désiré pour nptre mode de santé mutuel ou encore de nos modes de consommation collectifs afin que’il n’y eait que des consommations utiles et agréables.

    Vous voyer que le Ric est nécessaire mais pour des revendications intelligentes qui prenne l’ensemble du partage de la richesse entre les actifs et inactifs d’une part puis suivant les modes de consommation mutuel, collectif ou familial sachant que notre consommation ne peut être que l’équivalent de nos productions.

    Freddy le Ric n’est pas à rejeté!
    Jean luc vous voyer bien qu’il y a des solutions!
    Damien l’Etat ne peut rien dans une democratie il execute les decicions.

    On n’a que trop laissé faire l’Etat et ses dirgeant pour nous foutre la pagaille avec leur Etat providence, les droits acquis et les entreprise payeuse qui n’ont jamais rien payé mais uniquement se vit d’intermediair pour faire en sorte que le prix payé par le consommateur se repartisse entre rétribution des actifs et attribution des inactifs.

    En fait en bon FRANÇAIS préférer faire compliqué quand on peut faire simple puis râler contre tout et surtout contre des boucs émissaires.

  35. Fredy Gosse says:

    Et ben reste plus qu a expliquer cela auxGJ lol et de leur faire accepter comme questions soumises à référendum
    J ai l impression que vous vivez dans l illusion
    En théorie on peut admettre le principe mais vu l absence de culture économique des masses quand ce n est pas la désinformation Et l’extraordinaire enchevêtrement des conséquences vos convictions restent du domaine de la bisounourserie

    • Ange LERUAS says:

      @ freddy

      Quand j’ai commencé à intervenir sur ce blog c’est pour passer petit à petit, comme le disait Ludwing von Misse d’une économie qui était celle que certains voulaient qu’elle soit, à ce quelle doit être pour expliquer notre mode de vie qui, dans le temps, a eu quatre évolutions
      * le remplacement de la solidarité de la famille par la solidarité des actifs envers les inactifs.
      * le remplacement de la générosité et du paternalisme patronal par la solidarité des plus aisés vers les moins aisés
      * la mise en place de la mutualisation santé
      * la mise en place de la collectivisation de consommations de biens et de surtout de services collectifs

      L’économie se devait donc d’être un reflet de cette volonté d’évolution qui est aujourd’hui accepté par tous, hormis les proportions de ces solidarités.

      Les intervenant dans ce bloc sont assez homogènes bien qu’il arrive quelque fois, mais encore bien moins que d’autre blog, à se radicaliser et faire de l’opposition systématique.

      La critique doit toujours être constructive et servir à celui qui propose de rechercher la méthode pour expliquer, par exemple comme je le désire, que l’économie peut être rationnelle et s’expliquer avec un lexique restreint et en peu de temps.

      Ce qu’il faut s’est de trouver la clef qui permet d’ouvrir la porte de votre attention.J’ai abordé le sujet de plusieurs façon et la dernière par le celle du PIB repris en alexandrin qui en une page reprend les quatre évolutions de la nôtre vie en société.

      Vous n’avez pas critiqué ce texte alors qu’il est peut être critiquable, vous avez critiqué ma démarche et relever la difficulté de faire comprendre au GJ cette réalité incontournable du déroulement de notre vie en société nationale.

      Donc je reste sur ma faim savoir si une page au lieu de long texte et des livres permet d’expliquer notre principe de vie sociale avec pour transcription économique
      * le PIB de productions
      * le PIB de solidarité.
      * le PIB de consommations
      * la rétribution des actifs
      * les attributions aux inactifs : retraite chômage, vacances, handicap, maladie …
      * les contributions: mutuelle, collective, de transferts
      Un lexique réduit
      ou il suffit d’ajouter la différenciation entre
      * monnaie fonction circulation dans une nation et entre nation, ou fonction partage dans une seule nation
      * l’économie patrimoniale (passive), l’économie production/consommation (active) et l’interface entre ces deux économies : Epargne.

      La difficulté n’est pas de faire comprendre cela au GJ mais à tous et à vous qui lisez ces lignes en particulier.

      Mais il me paraît, qu’en particulier, Freddy a compris que l’économie peut être regardé au travers de ce qui est dit en une page. Donc chez lui et certainement chez bien d’autres blogueurs et même chez celui qui nous reçoit sur ce blog qui n’a formulé aucune critique sur mes annonces de simplicité de l’économie réduite au vocabulaire précédant : que faute de critique sur le fond vous faite appel à des préjugés dont celui de faire comprendre aux autres de passer de la complexité à la simplicité. Et vous avez raison c’est bien cela le problème : renié son savoir emmagasiné depuis des décennies.

      Eh bien oui le soleil ne tourne pas autour de la terre, pas plus que l’économie est complexe puisque elle est le reflet de notre vie donc compréhensible et simple. Et admettre la simplicité ne peut se faire que par la vulgarisation des réalités par ceux qui comprennent. Mais ! ces derniers, comme vous, ne le faite pas, par orgueil d’avoir des décennies tenter de façon complexe d’expliquer l’économie et cela à produit pour effets de se faire opposer les uns aux autres. Résultat les GJ affronte le pouvoir.

      Si ceux qui comprennent la simplicité de l’économie ne se manifeste pas, chacun dans son milieu, il y a aucune raison que le dialogue (pouvoir /GJ ) aboutisse, faute de socle commun.

      La responsabilité ne revient pas à l’un des deux protagonistes de ce dialogue (une minorité) mais l’immense majorité, vous, moi, les blogueurs, Guillaume qui laissons faire ces dialogues sans socle commun.

      Au lieu de râler contre les autres : cette majorité devrait s’investir pour vulgariser ce socle commun afin que les RCI décrit dans mon commentaire précédent puisse être proposé et voté en pleine connaissance des réalités qu’induisent ces décisions et d’appeler un chat un chat.

      Par exemple : faire comprendre que la fiscalité relève de l’imaginaire,et la contribution pour a, ou pour b … a une réalité qui se traduit par des parts de consommation nationale.

      La responsabilité de notre avenir ne dépend que de cette majorité capable de comprendre la réalité, et qui apparemment existe dans ce blog, mais se tait craignant ne plus pouvoir faire leur affaire, alors qu’il sera toujours possible de continuer son marché, puisque le patrimoine existe et existera toujours dont les outils de productions. Cette différenciation entre patrimoine et production/consommation vous fera mieux comprendre ce que dit Guillaume : qu’investir dans la bourse, ce n’est pas investir dans l’outil de production et comprendre que les outils de production doivent être ceux qui permettent de produire des biens et services dont la population a un véritable.

      Conclusion de RIC (sans besoin de changer de république) ne doit pas être une action laissée aux GJ mais de la majorité qui à la capacité de comprendre ce que j’écris ici avec mes fautes de syntaxes et d’orthographe qui ne sont préjudiciables qu’a moi, alors que vos fautes de visions sur l’économie sont préjudiciables à l’avenir de vos enfants.

      Il n’y que les RIC proposé par des vrais sachants qui son capable d’avenir. Si ce corps intermédiaire montrait son existence le pouvoir comprendrez qu’il ne peut plus agir en fonction de son fonds de commerce électoral.

      Pour que corps intermédiaire existe véritablement, et ne soit plus ces tentatives de mouvement citoyen comme voulait l’être, nous citoyen puis aujourd’hui LREM sans autre socle que vouloir représenter la société civile, ce qui n’est pas suffisant : il faut pour socle commun une vision acceptable par tous et inattaquable. Mais ce socle commun doit aller au-delà de l’économie puisque l’économie, l’écologie, la migration et la surnatalité sont indissociables il suffit alors de ne pas les dissocier pour avoir là aussi un socle commun.

      Chacun est responsable de notre avenir qu’allez vous faire pour cet avenir puisque l’avenir est incapable de dire ce qu’il peut faire pour vous donc : vous demande ce que vous pouvez faire pour lui.

      Qu’aller vous faire, allez-vous participer à créer un mouvement capable, comme les GJ l’ont fait, d’ameuter des troupes de gens raisonneurs, rationnel et social à la fois ?

      Et suffisamment intelligent pour ne pas aller en désordre défier que le pouvoir mais, aussi, en passant par chacun des représentants élus pour leur faire comprendre que l’intérêt général est préférable à l’intérêt particulier et que l’économie est à la fois holistique et dynamique ce qu’ils paraissent ignorer Et cela vous demande que deux heures avant qu’il n’est plus argument à vous opposer.

      Si l’économie peut se résumer en une seule page  et deux heures d’explication: vous faire renier vos préjugés va demander de longues pages et du temps. J’espère pas aussi longtemps de cela a été pour que le soleil ne tourne plus autour de la terre où c’est seulement en 1992 que Galilée a été réhabilité encore que, non pas pour avoir dit la vérité, mais condamner à tord pour incompréhension entre lui et son accusateur.

  36. Bonjour à tous,
    Je me permets de laisser un petit commentaire sur votre blog, après avoir lu toutes ces analyses!
    POUR ma part, je gagne le smic depuis 36 ans! Mes parents etaient comme moi, de simples employés par contre eux avaient la possibilité! de partir en vacances chaque année et certains de leurs ami(e)s après avoir épargné de longues années avaient la possibilité d’ACHETER un petit bien en bord de mer ou ailleurs permettant ainsi à des personnes au revenu modeste de profiter de ce bien en toute simplicité. AUJOURD’HUI au Smic , il est difficile voir impossible vu les tarifs de s’offrir une semaine avec ces enfants en juillet ou en août…J’ai pu partir à 3 reprises seulement avec mes enfants en 20 ans!!.
    Tout cela pour vous dire que la situation ne s’arrange pas du côté des plus pauvres, ouvriers ou simples employés…

    • Je crois que votre situation est partagée, grosso modo, par la moitié des français. Vous ne gagnez pas assez d’argent pour vivre correctement dans la France d’aujourd’hui. Par contre, pour la résidence secondaire, vous pouvez oublier : même ceux de l’autre moitié n’ont, pour la grande majorité, pas les moyens non plus.
      Mais vous ne payez à l’état que la TVA et un peu d’impôt pour assurer les services sociaux, l’éducation, ect..
      Du coup c’est la moitié « la plus riche » qui doit payer leur part plus celle de la moitié « la moins riche » (ça marche aussi avec « la plus pauvre » et « la moins pauvre »). Du coup ils sont écrasés d’impôt et n’y arrivent pas non plus. Pourquoi vous pensez qu’il y a des chefs d’entreprises dans les GJ ?
      Et pourtant ils n’ont pas eu accès à tous les avantages donnés aux « moins riches » : APL, bourses, exonérations diverses d’impôts ou de taxes. Ce qui peut paraître logique .. puisque ce sont eux qui les payent pour « les moins riches ».
      Quand à ceux qui sont vraiment très riches, ils n’avaient aucune raison de rester dans ce pays, pour toutes les raisons ci-dessus plus une haine de la population à leur égard, et se sont installés ailleurs.
      Tout ce speech pour vous dire que je comprends vos problèmes et vos envies. Mais il ne faut plus compter sur l’autre moitié de la population pour les arranger parce qu’elle n’en a plus ni l’envie, ni de toutes façons les moyens.

  37. Bonjour

    Je suis d’accord avec Stéphane mais je le suis aussi avec Patrick D. En effet je gagne bien ma vie( enfin relativement !!. Toutefois c’est de l’huile de coude qu’il a fallu ( y compris dimanche et jour férié) pour rénover et rénover. J’ai toujours été volontaire et lorsque à chaque fois qu’on nous a imposé une taxe supplémentaire et bien je me suis remis au travail pour compenser!
    Mais aujourd’hui, dans le domaine ou j’ai exercé je me demande si nous n’allons pas être asphyxié . De plus j’ai toujours géré moi même et n’ai jamais pris d’assurance impayés( sérieuse économie).. J’ai eu une seule dégradation payée en partie ( parce que on ne récupère jamais le tout) par la personne physique se portant garante de impayés et dégâts éventuels). Voilà, gérant moi même j’ai toujours été très rigoureux quant au « recrutement de nouveaux locataires ». Toutefois cela ne présume en rien de l’avenir: il vaut mieux toujours avoir un peu de réserves ( capital mobilisable facilement). Nous avons, ma femme et moi, toujours été très actifs au niveau des syndics quant à l’entretien global des copropriétés. Tout ça n’est pas de tout repos. Aujourd’hui nous avons fait donation (nue propriété et usufruit) d’une partie de notre immobilier à nos enfants. Ce que j’observe c’est que l’engagement personnel de nos enfants est insuffisant* ou sera insuffisant à maintenir ce capital générant des revenus. * nous nous occupons toujours de la location des biens.
    Voilà, sans capital au départ, nous avons commencé par un studio (situé près d’une futur bouche de métro) à rénover. Et puis nous avons enchaîné.
    Nous n’avons pas « vécu l »enfer » nous nous sommes accordés des temps de repos avec des vacances. Toutefois, »en force de l’âge » il faut savoir être raisonnable et mettre la main à la pâte. Dans notre société on parle beaucoup de loisirs et de moins en moins de travail ce n’est pas propice à l’enrichissement suffisant* pour vivre un peu mieux. * je ne parle pas d’avarice ni d’argent pour de l’argent mais de l’argent comme un moyen.
    Et puis les 35 heures  » je me permets », ce n’est pas sérieux. Volontairement j’exagère mais à peine arrivé on est déjà reparti. Je ne pense pas que sur ce forum quelqu’un me contredira ou alors qu’on m’excuse pour une telle affirmation. Et puis j’enfonce le clou, c’est vrai que pour certains la vie n’est pas facile et dans ce pays je pense que c’est plutôt un problème de répartition des ressources. Ainsi lorsque j’entends parler de souffrance je trouve que le mot est un peu fort. Bien sûr comme disait ROCARD on ne peut pas assurer toute la misère du monde. Mais il n’est pas interdit de la voir cette misère, cette souffrance dans le monde. alors relativisons notre »souffrance » et faisons en sorte de ne pas en prendre le chemin en considérant que s’il n’y a pas de richesses qui se créent il n’y aura plus rien à distribuer!

    ———————–

    Aujourd’hui nous courbons le dos sur ce qui nous tombe dessus ! on verra bien!
    Je ne voudrais pas terminer sans dire que je ne compatis pas avec les gilets jaunes mais parfois on a entendu tout et n’importe quoi; Il y a ce qui est faisable et ce qui ne l’est pas. Le capital d’entreprise n’est pas toujours une fortune destinée à des privilégiés ( certes ça existe) mais !!!) mais un outil qui produit des revenus destinés à des salariés. Pas de capital —> pas salariés et évidemment du chômage.
    Bonne fin de journée.

  38. La souffrance , faut voir ce que l’on met derriere . C’est relatif .
    Moi je la vois en Afrique et d’autres pays , voir le Viet Nam ( le Nord ) etc . Un peu en France
    mais pas en aussi grande proportion . Et ce qui est important , c’est le temps pendant lequel on y
    reste . 1 an c’est pas pareil que 10 ans .
    Oui on parle peu de travail , ou pas assez . Les 35 h , on les paie . Il faut faire beaucoup d’effort dans la vie pour maintenir son niveau  » d’employabilité  » . Se tenir au courant , se former , par exemple en cours du soir . La société va tres vite et ceux qui n’ont pas compris qu’il faut s’adapter ou qui ne veulent pas faire l’effort se trouvent distancés , decrochés , mais faut pas qu’ils mettent tout sur le dos de la société , des riches , du gouvernement . Chacun doit faire son examen de conscience et voir ce qu’il peut faire pour ameliorer sa situation . Moi j’ai déménagé 11 fois avec femme – qui a perdu chaque fois momentanément son emploi – et 3 enfants .
    J’ai fait quelques études et pendant que je n’avais qu’une mobylette a 25 ans , mes copains qui avaient choisi d’entrer dans la vie active de suite roulaient en voiture et se « foutaient  » de moi .
    Il serait bon que l’état providence devienne plus econome , moins genereux et incite plus au travail plutot qu’a maintenir par des aides sociales des situations qui ne satisfont personne , ni ceux qui les percoivent ( toujours plus ) , ni ceux qui les paient ( qui n’en peuvent plus ) . Il faut rompre ce cercle avant que cela ne dégénere violemment , on en a un exemple avec les GJ qui
    les jours passant se sont mus en violence et mouvement politique remettant en cause les institutions sous pretexte qu’eux avaient la solution , convaincus qu’ils sont par un precheur haineux et une extremiste énervée . Il faut se parler calmement et trouver les voies d’amelioration aux questions sérieuses soulevées par ce mouvement – il y en a – et ce dans un cadre mondialisé , le grand soir n’est pas la solution .

  39. Totalement d’accord avec les témoignages d’Alain et Jean.
    Cependant avec un tel coût du travail et un tel niveau de taxation, la France n’y arrivera jamais sans tous remettre à plat pour tout reprendre. Et cela ne pourra pas se faire sans casse : les avantages, aides, sécurité sociale et autres vont être fortement revus à la baisse.
    Soit on y arrive en discutant et dans le calme, soit après la faillite et dans la douleur.
    Je ne crois pas que trouver ce genre de solution calmement soit possible en France.

  40. julien bbonnetouche says:

    bonjour,
    Je suis vraiment désespéré des lire les commentaires de ceux qui ont du mal à s’en sortir financièrement.
    Plus personne ne peut rien, mais pour vos enfants, essayez dès le jeune age, de leur donner de l’ambition ( autre que de devenir footballeur ou chanteur bien sur)
    dites leur que l’on peut arriver à tout en partant de rien, il suffit de le vouloir très tôt dans la vie. et de fournir les efforts pour cela.
    J’ai souvent eu l’occasion dans ma carrière de demander à des lycéens : combien voulez vous gagner dans votre vie future ?

    La plupart sont incapable de donner une réponse même approximative. c’est pourtant essentiel à l’aube de choisir une orientation professionnelle !!

    On doit pouvoir répondre à cette question vers l’age de 15 /16 ans
    comme on doit savoir lire lorsque l’on rentre au CP. C’est très facile à cet age là les enfants apprennent à lire en 3 mois avec des petits bouquins comme la méthode BOCHER très facile à utiliser par n’importe quel parent, même pas très intello.

  41. @ Julien,
    Pour illustrer votre propos: voulant embaucher une stagiaire pour ma société, durant l’entretien elle m’a dit qu’elle voulait gagner le smic comme rémunération. Je lui ait répondu d’accord vous voulez combien alors et là blanc complet, elle ne savait pas à combien se montait le smic! Elle était pourtant en fin de première année dans une école de commerce. Donc au collège…..

  42. Savez-vous comment est calculé le PIB? Savez-vous comment les impôts sont pris en compte dans le PIB?
    Peut-on encore dire sérieusement que l’indicateur qu’est le PIB vaut quelquechose?

    • Ange LERUAS says:

      @ Damien 17 décembre 1505

      Est-ce une question?
      Si c’est une question aller relire mon commentaire 15 décembre 2018 at 18:42 qui vous était destiné personellement.

      vous y lirez:

      « Ne vous demandez plus à quoi correspond notre pib de 2 295 milliards. Il est fantaisiste puisque il comprend : impôt, cotisation, charge… qui ne sont pas une richesse nationale sans quoi la nation la plus riche sera celle qui impose le plus. Mais quand on impose un max et qu’on n’est pas la nation la plus riche au point de devoir emprunter : on est mal barré. »

      « Non seulement il y a dans notre PIB de 2295 milliards d’impôt charge cotisation… mais en plus des revenus imputés. Des revenus imputés ! chercher ce que c’est : et pour combien dans notre PIB de 2295 milliards en particulier un facile à trouver pour 184 milliards? »

      auquel vous n’avez pas répondu mais donc Freddy à répondu ce qui à valu de ma part un autre commentaire:

      Puis continué par mon commentaire 16 décembre 2018 at 12:43

      Où Je ne pose pas de question mais soumet des solutions à votre critique.

      Il faut cesser chacun dans son coin de râler pour rechercher des solutions

      Parler de la pauvreté en faisant des amalgames entre revenus primaires tel que la retraite, le chômage et revenus de transfert pour ne parler que de redistribution est une erreur qui ne peut permettre de trouver de solution.
      Si vous ne considérer pas que le PIB actuel est inutile et qu’il doit être remplacés par trois PIB
      Le PIB production 646 milliards ( revenu primaire des actifs)
      Le PIB solidarité 581 milliards ( revenus primaire des inactifs)
      Le PIB consommation 1227 milliards consommation faite par actif et inactifs.

      Le revenu primaire des inactifs n’est pas à considérer comme une redistribution mais comme un outil mathématique pour que les inactifs ait un revenu primaire de 581 milliards puisse avoir leur part dans la consommation nationale de 1227 milliards

      Par la suite les revenus primaires des actifs et des inactifs sont ceux des contribuables et sur ces revenus primaires les ménages les plus aisés en revenus primaire ( d’activité et inactivité) 17, 8 millions de ménages imposés finance des revenus de transferts vers les ménages moins aisés de 83 milliards ( IR + ISF). C’est donc ce montant qui doit faire l’objet d’une redistribution mieux coordonnée.
      Dans ces transferts ne sont pas pris en compte les gratuités ainsi que la part de transfert vers ces ménages en difficultés, pour 67 milliards d’emprunt que fait l’Etat .

      Tout ces chiffres sont ceux de 2017

      Autre conseil pour cette redistribution:
      * il faut cesser de parler de transfert individuel pour ne considérer que le transfert vers des ménages et leur composition (unité de consommation).
      * différencier les ménages propriétaire en fin de remboursement et les ménages locataires ou en cours d’acquisition ( ceux qui font des efforts d’épargne)

      Relisez aussi mon commentaire 15 décembre 2018 at 14:07

      Tous ces commentaires commentent la réalité de notre vie en société nationale qui n’attend de la part des blogueurs qui s’exprime ici des critiques (démontrer une erreur).

      • Ange LERUAS says:

        Lire: qui n’attend que de vous la critique.
        argumentée: l’erreur décelée et la raison pour laquelle c’est une erreur.
        Le progrès n’avance que par palier d’erreurs.

  43. Fredy Gosse says:

    La capacité humaine a n entendre que ce qui lui convient est infinie …

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.