Les taux des crédits immobiliers poursuivent leur lente mais certaine hausse. L’organisme de caution crédit logement vient de dévoiler les chiffres pour ce mois de Mars 2017 et confirme une légère hausse de 0.06% à 1.60% en moyenne toutes les durées confondues.

 

Barème moyen des taux de crédit immobilier par durée et par qualité emprunteur.

 Avril 2017 15 ans 20 ans 25 ans
févr-17 mars-17  Ecart févr-17 mars-17  Ecart févr-17 mars-17  Ecart
Excellent 1,04% 1,10% 0,06% 1,22% 1,27% 0,05% 1,40% 1,48% 0,08%
Très Bon 1,22% 1,27% 0,05% 1,45% 1,50% 0,05% 1,68% 1,76% 0,08%
Bon 1,34% 1,39% 0,05% 1,58% 1,64% 0,06% 1,86% 1,92% 0,06%
Moyen 1,63% 1,69% 0,06% 1,84% 1,95% 0,11% 2,19% 2,25% 0,06%
Ensemble 1,31% 1,36% 0,05% 1,52% 1,59% 0,07% 1,78% 1,85% 0,07%
Moyenne du marché 1,60%

 

Le remontée des taux d’intérêt des crédits immobilier est donc très très lente sur ce premier trimestre 2017 et cette lente progression se confirme encore pour ce début du mois d’avril 2017 comme nous vous le présentions dans cet article « Taux immobilier Avril 2017 : En ce moment, la hausse des taux est plus faible pour les meilleurs dossiers ?« .

Ainsi, depuis le début de l’année 2017, la hausse moyenne des taux de crédit immobilier est proche de 0.20% sur toutes les durées passant de 1.40% à 1.60% en moyenne toutes durées confondues. 

Rien de catastrophique donc ! Mais attention, les banques centrales commencent à laisser infuser l’idée que les taux ne pourront éternellement rester à ces niveaux d’extrême faiblesse (cf  » Barème actualisé en temps réel des meilleurs taux immobilier en ce moment« ).

 

 

« J’espère que les gouvernements de la zone euro savent que les taux d’intérêt ne vont pas rester à leur niveau actuel » Benoît Coeuré (BCE)

Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne, a annoncé en tout début de semaine « J’espère que les gouvernements de la zone euro savent que les taux d’intérêt ne vont pas rester à leur niveau actuel« .

Ce qui est vrai pour les états est à fortiori valable pour les emprunteurs immobiliers. Les taux immobilier sont extrêmement faibles mais cela ne devrait pas durer.

Au moment ou j’écris ces lignes le taux d’emprunt de l’état Français est proche de 1% alors que l’inflation semble s’installer au dessus de 1.20% et que la croissance devrait dépasser les 1.20%, soit l’équivalent d’un taux d’intérêt naturel proche de 2.50%. En effet, la théorie fixe le taux d’intérêt à long terme d’un pays comme étant la somme de son taux d’inflation + taux de croissance du PIB.

Avec 0.90% à ce jour, nous avons encore de la marge avant d’atteindre le taux naturel proche de 2.50%. Les taux de crédit immobilier suivront mécaniquement le resserrement de la politique monétaire de la BCE. Si la banque centrale européenne organise la hausse des taux d’intérêt, les taux de crédit immobilier suivront inévitablement.

 

 

Dans un contexte d’amélioration de la conjoncture économique, une hausse des taux de crédit immobilier est normale et saine.

Imaginez le contexte extra-ordinaire que nous connaissons depuis quelques mois :

La conjoncture s’améliore et l’ensemble des indicateurs d’activité affiche un niveau élevé de confiance dans la croissance. Bref, #çavamieux. Nous ne retrouvons pas les niveaux d’activité d’avant crise de 2008, mais indéniablement, ça va mieux…

L’inflation se reprend progressivement grâce à l’effet de base du pétrole. Nous verrons dans les prochains mois si cette inflation progresse dans le reste de l’activité économique. La persistance de taux d’intérêt manifestement inférieur au taux naturel sont de nature à accélérer ce retour d’inflation. Devant la visibilité d’une meilleure croissance, de très nombreux acteurs vont essayer de profiter des taux bas pour investir… Des taux trop bas dans un contexte d’amélioration de la croissance est une excellente opportunité d’investissement.

 

Bref, les taux de crédit immobilier resteront à ces niveaux d’extrême faiblesse si la croissance devait rester atone et l’inflation ralentir. Par contre, si l’amélioration de la conjoncture devait se confirmer, même modestement, les taux de crédit immobilier devraient augmenter… et ce serait très bon signe. 

Nous tenons ce discours de manière relativement constante depuis septembre 2016 (cf « Une hausse des taux de crédit immobilier pour 2017 ?« ). Là ou, le propos semblait totalement anachronique par certains d’entre vous à l’époque… tout le monde aujourd’hui intègre cette nouvelle réalité. C’est dur à dire et à accepter, mais ça va mieux.

 

 

Enfin, les banques doivent augmenter leur marge d’intérêt sur les crédits immobiliers à cause de l’amendement BOURQUIN et autres attaques à leur modèle économique.

Aujourd’hui, les banques considèrent le crédit immobilier comme un produit d’appel, peu margé qui leur permet de vendre d’autres services davantage rémunérateur tel que l’assurance emprunteur, l’assurance habitation, les packages sur le compte bancaire.

Ce modèle économique est attaqué de toute part et notamment par une accumulation de nouvelles dispositions législatives qui redonnent le pouvoir aux clients des banques. Par exemple, l’amendement BOURQUIN sur l’assurance emprunteur autorise la libre résiliation de l’assurance de prêt à partir du 01/01/2018 pour tous les crédits immobiliers y compris les crédits immobiliers en cours (cf « Assurance de prêt : L’amendement BOURQUIN pour résilier annuellement votre assurance emprunteur à partir du 01 Mars 2017 puis 2018.« ).

A partir de 2018, les banques vont devoir revoir leur tarif sur l’assurance de prêt et les marges, aujourd’hui honteuse, vont fondre. Il va bien falloir trouver d’autres sources de revenus pour maintenir leur chiffre d’affaires.

Les banques vont probablement devoir reconsidérer le crédit immobilier comme une source de rentabilité et non simplement comme un produit d’appel permettant de vendre d’autres produits rentables. Cela devrait se traduire par une inévitablement hausse des taux d’intérêt des crédits immobiliers.

 

 

Au final, les taux de crédit immobilier sont à ce jour d’une extrême faiblesse mais cela ne devrait pas durer très longtemps et la hausse pourrait accélérer dans les prochains mois, années.

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. Comme nous vous l’expliquons dans cet article « Comment rendre la gestion de patrimoine accessible à tous ? », l’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée de 30 à 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Réserver un rendez vous d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de conseil patrimonial


One Comment

  1. Et donc, si on souhaite acheter, mieux vaut le faire maintenant alors que les taux sont encore relativement bas. Entièrement d’accord sur le fait qu’une hausse des taux n’est pas un mauvais signe, mais au contraire le signe de relance de l’économie. Cependant, le taux de propriétaires en France reste parmi les plus faibles d’Europe. est-ce parce que ces derniers ne peuvent pas suivre les taux? Les banques sont-elles trop exigeantes?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.