Et si, une nouvelle fois, TRUMP avait raison depuis le début ? Et si le coronavirus n’était qu’une épidémie saisonnière comme il en existe beaucoup qui va disparaître d’elle même avec le changement de saison ?

Il faut savoir lire et écouter ceux qui savent. Moi je ne sais pas.

En Janvier, il fallait entendre les Chinois qui nous expliquaient la violence de l’épidémie. Trois mois plus tard, nous comprenons nos erreurs et payons notre absence de préparation alors même que nous avions le temps de nous organiser, de nous préparer à la pandémie.

Aujourd’hui, ne faut il écouter le professeur Raoult qui explique, avec une sérénité déconcertante dans l’excitation du moment, que le coronavirus est peut être un virus saisonnière qui disparaîtra tout seul avec le changement de saison vers la fin mai ?

Nous vivons au cœur de la narration. La narration d’un président qui veut se croire chef de guerre et qui invente donc une guerre (qu’il arrive à perdre – S’inventer une guerre, pour ensuite la perdre, c’est vraiment ballot) ; La narration d’une société qui veut changer de modèle de société et qui s’invente un prétexte pour basculer votre une nouvelle société et mettre fin au libéralisme ; La narration des collapsologues qui trouvent dans le coronavirus la validation de leurs prédictions d’effondrement ; …

Bref, chacun voit dans l’arrivée soudaine de ce nouveau virus la confirmation de ses certitudes.

Malheureusement, la narration ne peut résister à l’épreuve des faits et de la science. Aujourd’hui, il est encore trop tôt pour être affirmatif, mais, il semble bien que nous arrivons au terme de cette épidémie dont la mortalité aura finalement été relativement réduite au regard de nos anticipations.

C’est du moins ce que semble affirmer le professeur Raoult. Voici sa dernière vidéo. Je ne peux que vous conseiller de la regarder, c’est vraiment intéressant.

 

On parle aujourd’hui d’environ 25 000 morts, soit autant que le nombre de morts pendant la canicule de 2003 … C’est beaucoup, beaucoup trop … mais finalement très peu au regard des conséquences économiques et des morts qui pourraient trouver leur origine dans l’arrêt de l’économie (cf notre article « Accepter la mort pour sauver l’économie ? La fin de l’utopie d’une société sans risque. » écrit le 07 avril dernier et dont le propos est aujourd’hui confirmé).

Il est bien évidemment trop tôt pour affirmer avec certitude que nous arrivons prochainement au terme de cette hystérie collective, mais c’est là une hypothèse qu’il ne faut pas négliger.

Envisager cette hypothèse d’une épidémie saisonnière qui disparaîtrait d’elle même avec le changement de saison, c’est croire dans un avenir radieux loin de ces schémas apocalyptiques dans lesquels on se projette depuis quelques semaines ; C’est croire à une reprise économique très violente dès la mi juin 2020, une violente remontée des cours de bourse et la reprise de la vie d’avant très rapidement.

Ce serait aussi une défaite de la narration dominante et des médias au service du discours officiel et une victoire de ceux qui ose réfléchir en dehors des cases. Ce serait la victoire des fakenews sur la narration domoninante et surtout un perte de confiance dans le discours public… A ce titre, je ne peux que vous encourager la relecture de cet article « [Réflexion] Bien gérer son patrimoine, c’est comprendre que la vérité n’existe pas ! Nous sommes narration » : 

Extrait :

« Nous sommes pollués par cette société de la communication et la narration qui entoure les faits. La vérité n’existe plus. La vérité n’a plus d’importance !

Nous sommes dans une société ou le plus important n’est pas le « fait », mais l’interprétation de ce fait par ceux qui possèdent et maîtrisent les médias. Celui qui maîtrise la narration autour d’un « fait », crée la vérité admise par la société. Pourtant, pour chaque fait, les interprétations, la narration peut être multiple et donc il existe potentiellement autant de vérités que de récits narratifs.

Ces médias sont les journaux, la télévision, les blogs, et les réseaux sociaux. Chacun de ces médias interprète un « fait » et impose sa narration. Ici, sur leblogpatrimoine, nous sommes au paroxysme de cette interprétation narrative des faits : Nous vous proposons notre narration, notre interprétation des faits ! Nous créons notre vérité. Est ce la vérité qui sera finalement retenue par la société ? Je ne sais pas. 

Vous êtes ici, sur un blog ! Un site sur lequel, un auteur communique et donne son analyse (sa vérité) autour d’un fait ! Il ne s’agit pas d’une analyse objective et froide (une analyse objective n’est que l’interprétation d’un fait au regard de la narration dominante), mais d’une analyse subjective, c’est à dire que je vous propose ma narration, mon interprétation d’un fait en conformité avec la narration dominante ou non.

A ce titre, il est intéressant de lire la nouvelle définition légale de fakenews : « toute allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable ». Cette définition est liberticide et contraire à la liberté d’expression en ce sens qu’elle interdit la narration alternative à la narration majoritaire ! En contrôlant, la construction de la vérité, on construit le pouvoir et ses opposants ! C’est très grave ! La notion de vérité est par nature subjective ! Personne, et encore moins un juge, ne peut donc déterminer objectivement la « vraie » vérité.

Au final, la vérité est l’analyse narrative qui aura le plus d’adeptes et qui sera reprise par le plus grand nombre ! Tout est narration ! Nous sommes en permanence en « combat » pour faire reconnaître sa narration comme étant la vérité, c’est à dire la narration dominante, reconnue par la majorité. Celui qui investit dans la narration dominante, c’est à dire dans la narration qui deviendra la nouvelle vérité, dominera ce nouveau monde.

L’économie est une narration. La politique est une narration. La vie personnelle est une narration. Il y a la narration libérale, social-démocrate, communiste … Chacun interprète un même fait au regard de sa propre narration.

Ainsi, les médias sociaux bouleversent la construction de la narration dominante (nous sommes ici un exemple parfait de cette remise en cause de la narration dominante – En vous proposant notre propre narration, souvent différente de la narration dominante, nous participons à faire changer la vérité car nous remettons en cause la narration dominante du pouvoir ancien des journaux papiers et autre presse traditionnelle).

 

Le meilleur n’est jamais certain, mais le pire non plus et attention à nos biais de confirmation.

Et surtout, c’est devoir accepter, une nouvelle fois, la victoire de TRUMP et notre médiocrité.

A suivre.

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 

– La gestion conseillée – Un service de conseil financier indépendant pour vous accompagner dans la gestion financière de votre épargne ou de votre assurance-vie. Comment diversifier votre épargne sur les marchés financiers ? Quelles unités de compte choisir ? Comment prendre du risque pour espérer améliorer le rendement de votre épargne ?

Découvrir notre service de gestion conseillée

 


438 Comments

  1. Olivier says:

    La victoire de Trump…. Avec le nombre de morts qu’il y a aux Etats Unis, c’est relatif….

    • Bonjour, les chiffres doivent être pris en compte en fonction du nombre d’ habitants dans un pays. Cordialement, et non  » brut de décoffrage « . MERCI

      • Oui, c’était la réponse que je préparais. 60000 morts aux USA pour 320 millions d’habitants.

        30 000 morts en france pour 60 millions d’habitants.

        • Le confiné says:

          Bonjour Guillaume,

          Comme je partage votre titre et votre vision de cette hystérie surtout médiatique, pour moi organisée pour créer le choc, la stupeur et la stupéfaction depuis des semaines en vue de faire avancer les peuples dociles et bêlant vers toujours plus de loi liberticides et contraignantes, vers un nouvel ordre Mondial piloté par les grands marionnettistes financiers et immoraux de ce monde. Sans parler du rôle « ambiguë » de l’OMS, financé à 70 % par des intérêts privés ! De frais indépendants !!

          J’invite les lecteurs du Blog à écouter et partager l’analyse juste et salutaire qui nous vient d’un anthropologue Suisse de Renom : Jean-Dominique Michel. Un peu long, mais vraiment passionnant; prenez le temps, cela vaut le coup !

          https://youtu.be/4MqArCjrkmI

          Nos autorités Gouvernantes vont volontairement provoquer bien plus de morts économiques dans le monde fragile des entreprises indépendantes, des indociles, que de morts directs ou supposés (désastres en EPHAD) du fameux Covid qui lui même va faire flop sans changer notoirement la courbe de mortalité en France !

          Quelle tristesse de voir le Français M MARTIN ou MMe MICHU s’abreuver de médias dépendants et aux ordres et de ne savoir réfléchir par lui même !

        • Michel 2 says:

          Oui très juste, il faut parler en valeur relative. Néanmoins, le bilan aurait probablement été moindre là aussi, si l’anticipation avait été plus précoce au lieu de partir sur le principe de l’immunité collective à la Boris Johnson lequel a failli mourir de ses bêtises. Devra t-il lui aussi rendre des comptes?
          Pour TRUMP, son principal objectif, dit-on, est sa réélection.
          Il va devoir faire oublier ses âneries sur l’ingestion de désinfectants et autres annonces invérifiables versus son pari gagnant sur la saisonnalité de la pandémie. A priori, au vu d’experts Américains qui ont témoigné hier dans « C dans l’air », le peuple ne devrait pas trop lui en tenir rigueur.
          En revanche, on pourra lui reprocher le fait d’avoir encouragé trop rapidement le « déconfinement » et la reprise de l’activité et donc d’avoir été l’acteur de trop de décès. Mais il aura toujours la possibilité de rétropédaler en affirmant que ce n’est pas de sa responsabilité puisque que ce sont les sénateurs de chaque état ou compté qui ont la décision finale. Sa réélection risque quand même d’être compromise sauf si Biden est jeté en pâture avec ses histoires d’attouchements sexuels.

          Dans le cas contraire cad où les faits lui donnent raison, son deuxième mandat est quasi assuré.

    • Philippe says:

      Il y a moitié moins de morts par million d’habitants aux États-Unis qu’en France ! La propagande donne toujours des chiffres en valeur absolue sans les relativiser ni par rapport à la population totale, ni par rapport à d’autres causes de mortalité. Chaque année il y a 600 000 morts en France, toutes causes confondues.

      • Guillaume
        je vous rejoins dans votre analyse, cette crise montre un affaiblissement de notre esprit critique lessivé nuit et jour par les médias. Une précision concernant le nombre morts, le comptage est différent d’un pays à l’autre, et certainement imparfait; nous ne serons vraiment fixés qu’en fin 2021 lorsqu’on aura consolidé la mortalité 2020. Et je me dis aussi que nos conditions de vie se sont considérablement améliorées malgré ce virus, depuis 100 ans, quand sévissait une grippe espagnole bien plus féroce et qui frappait surtout les jeunes…grippe espagnole qu’on a oubliée jusqu’à ce Covid19. Alors de quoi seront faits nos lendemains ?

    • Damien says:

      Moins de morts aux USA qu’en France. Il faut savoir lire les chiffres.

    • Mahier says:

      Je lis vos billets quotidiens avec intérêt et les trouve plutôt pertinent mais quand vous quittez votre domaine , celui de la finance, pour celui de la santé et de la politique vous vous égarez et vos propos sont stupéfiants et mettent en cause votre crédibilité.
      « hystérie collective, schémas apocalyptiques, narration dominante…… » Que de certitudes ! votre discours est effectivement une autre narration sans plus, basée sur une hypothèse, des probabilités qui, si elles ne se vérifient pas, vous oublierez au plus vite…..
      Le rôle du politique consiste à éviter le pire s’il se produit , pas à jouer au loto (cf Roselyne Bachelot qui, à juste titre, avait commandé 1 milliard de masques en définitif pour rien!)
      Pour exister (et c’est votre enjeu) mieux vaut effectivement se placer hors du consensus même scientifique « hors des cases », se singulariser . Que risquez vous? Au mieux vous pourrez dire « je vous l’avais bien dit, contrairement à tous les autres…. », au pire vous oublierez vos propos et vous pourrez toujours dire que la crise a été bien mal géré!!!!

      • adnstep says:

        Le consensus, est-ce une vérité scientifique ?

        « vous pourrez toujours dire que la crise a été bien mal géré!!!! » Je crois que beaucoup de monde le dit.

        • Michel 2 says:

          Le consensus est tout sauf une VÉRITÉ SCIENTIFIQUE!

          Et c’est bien le (un des) problème(s) du GIEC et du réchauffement climatique et il n’y a pas si longtemps la terre était plate par consensus.

      • adnstep says:

        « Le rôle du politique consiste à éviter le pire  »
        Avec 5.8% de récession pour 15 jours de confinement, et 13% annoncés pour le reste, je ne crois pas que le pire sera évité.

        Ceci dit, je peux me tromper. C’est une récession de PIB, et le PIB, c’est pas ce que les gens mettent dans l’assiette. Tant qu’il y a à manger.

    • Les usa c est 5 fois la France environ..

  2. Bonjour, votre article est très intéressant et effectivement l’arrivée de l’été va peut-être faciliter la fin de l’épidémie.
    Votre idée de départ selon laquelle nous aurions du écouter les chinois en janvier quand ils nous mettaient en garde contre le virus me surprend. Je considère qu’au contraire les chinois ont minimisé l’ampleur de l’épidémie allant jusqu’à nous faire croire qu’ils n’ont eu qu’un peu plus de 4000 morts.
    S’ils nous avaient donné le vrai nombre de victimes, nous aurions certainement pris conscience plus tôt des risques de pandémie.

    • Encore de la narration pour déculpabiliser ceux qui n’ont pas pris les décisions.

      La mise en quarantaine de la chine dès Janvier, la fermeture des frontières devaient nous donner quelques renseignements sur la réalité de la gravité du virus.

    • Damien says:

      On sait officiellement depuis début février que les chinois ont menti sur les chiffres.
      Si je le savais alors forcément les personnes aux commandes le savait aussi. Les médias mainstream reçoivent des consignes je peux vous le garantir parce-que c’est impossible qu’ils l’aient découvert en avril alors que tout le monde le savait dès début février.

      • Jean Claude says:

        De plus l’OMS et leurs dirigeants ont minimisé au début cette crise.
        Et là Trump a raison de discréditer cet organisme onusien mené par des incompétents.

        • William says:

          Pas vraiment, mais on ne les a pas cru, car on avait le souvenir du SRAS qui est resté en Asie …
          le calendrier des annonces de l’OMS est la : https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/events-as-they-happen

          et les annonces des 2 prem!ères semaines de janvier sont très claires.
          on a juste préféré penser que cela ne nous conernait pas, et au début les Médecins parlaient plus d’une grippe saisonnière alors que si on lit bien les déclarations de OMS du 13 janvier, ….

          • Michel 2 says:

            Vous avez raison, le SRAS avorté a joué dans la balance si je puis m’exprimer ainsi !
            Néanmoins entre la mi janvier où les choses s’affirmaient en Chine et pays limitrophes et le 15 mars,( date à laquelle l’Italie notre voisin du sud était déjà bien impliqué), il y 2 mois. Deux mois à quoi faire, à part à s’occuper d’une réforme des retraites morte née ?

      • Thierry says:

        déclaration du prof Raoult concernant les chiffres chinois : «  »On ne sait pas tout mais je ne crois pas qu’ils mentent plus que les Français… Tout le monde ment plus ou moins… Je ne sais pas si les politiques chinois mentent plus que les autres, je n’ai pas de raison de le croire »

        • Michel 2 says:

          Oui mais TRUMP dit qu’il a des preuves. On va bien voir ce qu’il en est!

          • Le Mecreant says:

            les américains avaient des preuves que saddam fabriquaient des bombes sales.. on les cherche encore

            • adnstep says:

              Un bon mensonge repose sur un fond de vérité.

              Les armes de destruction massive en Irak était un arsenal d’armements chimiques produit ou fournit par les Occidentaux dans les années 1980 et utilisé durant puis après la guerre Iran-Irak (1980-1988).

              Cet arsenal d’arme chimique devient l’argument déclencheur de l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003. Colin Powell présente en effet le 5 février 2003 devant le Conseil de sécurité des Nations unies un dossier mensonger sur un programme de fabrication d’arme de destruction massive.

              Entre 2003 et 2011, seulement 5 000 munitions chimiques périmées ont été découvertes par les forces d’occupation.

              Autre point : le programme nucléaire iranien. Je passe sur les divers épisodes soviétiques qui ont conduit à la destruction d’Osirak par les Israéliens.

              Enrayé par Israël et l’Iran puis par l’ONU et l’AIEA, le programme nucléaire irakien est définitivement abandonné dans les années 1990 après la guerre du Golfe.

              En juillet 2008, 550 tonnes d’uranium concentré en provenance d’Irak sont transportés par avion jusqu’à la base militaire américaine de Diego Garcia, dans l’océan Indien. Ce stock aura vraisemblablement été utilisé depuis comme combustible dans les centrales américaines.

              Parmi les vecteurs qu’aurait pu probablement utiliser l’armée irakienne figurait le missile balistique Al Hussein d’une portée de 644 kilomètres.

              Biologique et chimique :
              Les Irakiens avaient des stocks considérables d’armes biologiques : anthrax, aflatoxine et de bactéries Clostridium perfringens pouvant causer la gangrène et la ricine et des recherches furent également effectuées sur les salmonelles et le choléra selon une révélation aux inspecteurs de l’ONU du docteur Rihab Taha, chef du programme d’armes biologiques irakien pendant sept ans, jusqu’en 1995.

              Mais également d’armes chimiques (gaz moutarde, sarin et tabun), et l’expérimentation par l’armée irakienne du cyclosarin qui fut le seul pays à l’utiliser au combat lors de sa guerre avec l’Iran. 52 % des équipements de fabrication d’armes chimiques irakiens est estimé être d’origine allemande et 21 % d’origine française.

              L’utilisation au combat de munitions chimiques est attestée à partir de 1983. Selon Slate, des documents d’époque déclassifiés de la CIA et des interviews d’anciens responsables des renseignements américains montrent que l’Irak, avec le soutien des États-Unis, a utilisé à plusieurs reprises des armes chimiques, notamment du sarin, pendant sa guerre contre l’Iran.

    • adnstep says:

      Tout à fait.

  3. Nous ne pouvions pas nous mettre en quarantaine en janvier sans avoir encore le moindre cas, personne ne l’aurait accepté. D’ailleurs certains pays ont été épargnés sans avoir pris autant de mesures que nous, c’est très facile de dire ce que nous aurions du faire après.

  4. chrysalide says:

    tous les chiffres aussi sont « narration », faux et archi faux tout cela…..et çà ne sera pas un virus saisonnier, on le gère comme une peste et on mettra des années à revenir à une vie « ancienne qui était notre vie confortable » , il faudra nous ré inventer une vie…confortable, saine, ou non!!

    et il y aura d’autres épisodes catastrophiques sur cette terre qu’ils soient de notre faute ou non, si nous voulons survivre il faut s’adapter, inventer, créer des modèles de vie « autres ».

    notre patrimoine ou nos revenus tant qu’ils nous permettent de passer tous ces « aléas » c’est suffisant

    • adnstep says:

      Oui, donc vous convenez que détruire l’économie durablement pour ça, c’est cher payé et inutile.

    • Michel 2 says:

      Vous n’en savez rien chère chrysalide si le virus sera ou non saisonnier, pas plus que moi ou nous tous.
      Cependant la courbe de Gauss (courbe en cloche) au vu de celle de Chine et des pays limitrophes où il n’y aurait plus de cas, peut laisser penser, avec un « à priori », qu’il en soit ainsi. Pour le reste, d’accord avec vous.

  5. Pour ma part ; j’ai de gros doute aussi sur ce Covid et sa gravité.
    Je pense aussi qu’il s’agit d’un point de divergence en tout cas qui va payer?
    BIBI

    • Le Mecreant says:

      Qui va payer? personne, c’est comme le feu d’artifice commandé pour le mariage du dauphin: IMPAYABLE !
      Maintenant que certains vont être ruinés a la sortie, c’est une évidence, a commencer par les petits entrepreneurs.

  6. Ne pas oublier que le nombre de morts est exponentielle tant qu’une bonne partie de la population n’est pas infectée. Ici on parle d’environ 6% qui l’a eu avec à la clef 30.000 décès. On peut arriver sans soucis à plus de 200.000 morts en moins de deux mois et encore si à ce moment là les hôpitaux fonctionnement sinon on multiplie par combien ce chiffre si les soins n’existent plus ?
    Arrêter l’économie 4 jours plus tard c’était au final possiblement 30.000 morts en plus.

    • Philippe says:

      Toc donc si je reprends vos chiffres : 6% de 67 millions = 4 millions. 30 000 morts = o,75% de 4 millions….

    • Le Mecreant says:

      Aujourd’hui, le taux de mortalité (selon les pays) varie entre 11 et 15 % ( et plus de 50% pour ceux qui sont en réa) donc rapporté à la population française de 67 millions, en hypothèse basse, ça ferait plus de 7 millions de morts…
      Les gouvernements (et pas seulement le gouverne-ment français) le savent sans doute depuis le début (ces chiffres circulaient déjà début janvier quand on nous disait 0,2% ) Ils avaient, et ont donc toujours quelques raisons d’opter pour le confinement, non ?

    • Michel 2 says:

      Ce n’est pas ce que dit la courbe des nouveaux cas!

    • adnstep says:

      Et donc au 31 mai, on en est à 200 000 morts ?

  7. Johannes says:

    Personnellement je me suis dit qu’il y avait anguille sous roche quand j’ai vu le Parti Communiste chinois prendre de grandes mesures de confinement à Wuhan.

    Jusque là, en effet, au cours de sa déjà longue histoire (bientôt 100 ans), on ne peut pas dire qu’il se soit beaucoup soucié de la préservation des vies humaines.

    J’ai annulé un voyage à noël.

  8. Patrick says:

    30000 mais à minima 60000 de plus si rien n’avait été fait donc on change d’échelle. Il faut aussi raisonner en coût (humain) évité. Le bilan n’est plus aussi minime. 60000 aux Us mais ce n’est pas fini, hors ehpad, domicile,…

    • Philippe says:

      Patrick, les conséquences économiques du confinement vont provoquer des dizaines de millions de morts dans le monde, en particulier dans les pays pauvres : famines, émeutes, guerres. Il faut voir ce qui se passe en Inde par exemple, c’est abominable pour les plus pauvres… Édouard Philippe l’a dit, notre économie est au bord de l’effondrement car comme le disait Macron il y a peut, il n’y a pas d’argent magique… même pour l’hôpital.

  9. ADRIEN MICHEL says:

    Il est probable que le COVID 19 ne fera pas plus de morts qu’une forte grippe saisonniére.

    Par contre le confinement généralisé, sans test, aura contribué à augmenter le nombre de malades et son coût sanitaire, économique et humain sera considérable.

    « Malheur au peuple dont le prince est un enfant et dont les princes mangent dés le matin » . L’eclesiaste.

  10. Bonjour,
    certes on constate, à ces jours -ci, 60 000 morts aux Usa pour 320 ou 330 000 000 d’habitants contre 20 000 en France pour 60 000 000 d’habitants mais on oublie souvent une donnée démographique importante qui (à mon sens ) relativise les choses la densité de population aux Usa n’est que de 34 / 35 habitants / km2 alors que nous avons en France +/- 105 habitants / km2
    jm

    • adnstep says:

      @champagne : Alors relativisons un peu plus : la densité de population à NY ou LA, principaux foyers américains, est bien plus élevée que dans l’est de la France où en Seine-saint-denis, principaux foyers français..

  11. Ne pas oublier que le monde a deux hémisphères et que les virus voyagent avec les êtres humains entre ces deux hémisphères.

    Les saisons étant inversées entre les hémisphères et n’ayant à ce jour ni traitement ni vaccin, il est certain que le virus reviendra puisqu’il ne disparaîtra pas miraculeusement avec le printemps dans le monde entier.

  12. Caractériser le fonctionnement de notre société dans la narration est tout à fait pertinent.
    Je parle aussi de discours.

    Le discours que l’on tient pour toute analyse, commentaire, point de vue.

    L’influence des médias au plan du groupe, la recherche de l’auto réalisation pour soi nous font développer des discours auquel on se prête à croire et pour lesquels on cherche l’adhésion comme si on voulait s’en convaincre davantage.

    Il y a des effets pervers (propagande) dans tout cela.

    Attention aussi à la perversion narcissique…un grand danger pour notre société!

    Préservons notre libre pensée, ouverte par nature

  13. Effectivement nous ne savons rien de la vérité
    j’ai personnellement adoré cet interview.
    Je ne nie pas l’existence des malades, des morts et tout ceci reste dans tout les cas bien triste.
    Cet Homme s’est retrouvé en haut de l’affiche car les médias ont voulu raconter une histoire et il a profité de cet instant de médiatisation pour les ridiculiser tout simplement en faisant comprendre à tous que c’était eux qui avait créé leur propre vérité.
    Comme il l’a dit également au niveau des politiques et du fonctionnement de notre système, c’est gens n’ont pas la compétence. Non pas parce qu’ils sont bêtes mais parce que ce n’est pas leur métier.
    Les médias ont joués aux apprentis expert et ils ont eu le malheur de se faire recadrer par un réel expert, un homme qui n’a aucun intérêt, un passionné.
    Alors il peut se tromper et ceci est un autre débat mais en tout cas les journalistes ont eu face à eux quelqu’un qui avait la parole libre.
    Donc bien loin du covid 19 nous devrions tous prendre du recul vis à vis de l’information qui nous est donné à la petite cuillère car ce type d’information (fausse ou réelle) nous l’avons dans tous les domaines

    • adnstep says:

      « qui va payer »

      Les Européens.

      A coup de nouvelles règles écolo, de nouvelles lois, de nouvelles directives, qui vont un peu plus étouffer notre économie, transformer la société dans le « bon » sens, empêcher toute voix ou idée discordante, …

      GF le rappelle : la définition officielle de Fake news ne déparerait pas dans les lois d’une dictature. On a le droit de tout dire, à condition que ce soit officiellement permis. Sinon, on vous écrasera, non pas en vous torturant ou en vous envoyant au goulag, mais en jetant sur vous l’anathème médiatique et en lâchant les juges politisés.

      Le contrôle de la parole se faisant selon une mécanique idéologique de refus du débat contradictoire, par l’occupation de la totalité du champ médiatique (d’où les attaques en règle contre les média sur internet, ou les changements lexicaux de la « novlangue ») et de régulation des opinions (par l’érection d’associations bien choisies en défenseurs de ce qu’il faut bien appeler la nouvelle morale »).

      Ces changements étant imposés depuis le haut, que ce soit au niveau français et au niveau européen (CEDH, administration bruxelloise), et quel que soit le gouvernement élu, la seule échappatoire est le retrait (d’autres diront le repli) : retrait vers les lieux périphériques, moins soumis à ces lois, donc plus libres, confiance uniquement dans le pouvoir local, plus facilement accessible, …et, mais là je rêve, grève à la John Galt.

    • Michel 2 says:

      [+1]

      L’Histoire lui appartient désormais avec un grand « H » si l’avenir lui donne raison et un tout petit « r » comme rigolo si c’est l’inverse.

  14. Comment on peut commenter le nombre de morts ? Qu est que l on sait ? Comment comparer les états unis et la France ? c’est quoi la base de calcule des états unis (Hopilat + EPHAD +domicile ?) c’est combien le nombre de morts en France (on a pas le nombre de mort à domicile ) il y a autant de mort du covid que la canicule 2003 ? (pour rappel le nombre de mort de la canicule etait évalué à 11 435 et est passé à 19 490 en 2007 4 an plus tard.
    Pour rappel vous savait que vous ne savait rein et quand on en sait pas plus que ça on ferait mieux de …
    restons modeste

  15. Thierry says:

    C’est quoi, ce titre « … hystérie collective.. ». Il n’y a eu aucune hystérie collective, il y a juste eu des mesures qui ont été prises pour éviter que les services d’urgence et de réa ne soient submergés ( et on a eu chaud sur ce point), je n’ai vu aucune hystérie collective, juste du bon sens. Il n’y avait alors aucune autre solution que le confinement, décision prise le 17 mars alors que l’on avait pourtant que 175 morts. Maintenant, on est à plus de 30 000 ( avec les morts à domicile). A combien serions-nous si on avait écouté les inconscients qui ne voulaient pas de confinement, et donc des services d’urgence submergés ?

    • adnstep says:

      Je suis d’accord avec le titre. C’est bien une hystérie collective que nous sommes un certain nombre à subir.

      • Thierry says:

        Et donc, juste par curiosité, si on avait pas confiné le 17 mars, selon vous, il y aurait combien de morts ce 1 er mai ? ( et ne tentez-pas de vous défiler, je veux un CHIFFRE, votre estimation 🙂 )

        • adnstep says:

          Aucune idée. Et j’ai la flemme de chercher des projections que je comprenne et que j’estime juste ou pas trop pipotées. Autant dire que je ne citerai pas l’Imperial College de Londres. Et pourtant, Dieu sait que je suis plutôt fan des brits. Donc vous n’aurez pas de réponse.

          Mais pour vous faire plaisir, si on s’en tient à un calcul exponentiel, en fonction des paramètres (masque ou pas masque, lavage des mains ou pas, attroupements ou pas, contagiosité, tests ou pas tests, isolation correcte des malades, ça va de 0 à 500 000). Mais ça reste des maths, et les prévisions précédentes des oracles se sont souvent révélées fausses ( voir article de Raoult plus bas).

          Les précédentes grippes asiatiques, dans les années 50-60 ont fait entre 30 000 et 100 000 morts, selon la façon dont on compte (beaucoup de décès d’affection respiratoire n’étaient pas comptabilisés comme aujourd’hui dans les morts directs du virus, et il est de toute façon difficile de reconstituer ces chiffres passés).

          A l’époque, aucune mesure de confinement, ni ciblé ni généralisé, mais aucune mesure prophylactique non plus (masques, gants, lavage, isolation des cas suspects …,).

          Rapportés à la population d’aujourd’hui, ça donne 45 à 150 mille décès.

          Mais vous, savez-vous combien de morts de plus nous aurons à cause du confinement, du fait des cancers diagnostiqués en retard, les AVC et infarctus qui ne sont plus comptabilisés ou ont disparu, les diabétiques qui ne vont plus voir leur médecin, les malades d’hypertension idem, …

          Attendez-vous à un aggravement généralisé de la situation sanitaire en France dans les mois qui viennent et à de nombreux morts dont la cause aggravante aura été le confinement… Combien de morts en plus ?

          • Philippe30 says:

            Le problème étant que le confinement est une mesure absurde dans son principe.

            Mise en place par manque de précaution et d’anticipation ou par laxisme plus ou moins intentionnel.

            Cette mesure n’aurait jamais dû être appliqué à l’ensemble des Français sur l’ensemble du territoire.

            Il aurait fallu l’appliquer aux départements fortement touchés.

            Maintenant c’est quoi l’option du déconfinement , c’est le retour à début Mars car qu’elle aura été le bénéfice en terme immunologie de mettre 60 Millions de personnes bloqués sans contact pendant 2 mois ?

            Quand les personnes vont ressortir ce seront des éponges à infection de toutes sortes

            Comparaison entre le fiasco Belge applicable la France et la réussite des Pays bas en terme d’immunologie collective
            https://reseauinternational.net/covid-19-confinement-policier-belge-inefficace-versus-liberte-hollandaise-gagnante/

            La vidéo en bas de page montre des parlementaires Autrichiens et Italiens dénoncer le confinement
            https://reseauinternational.net/manifestation-virtuelle-du-1er-mai/

            Le meilleur pour la fin …..
            https://reseauinternational.net/privatisation-et-vente-de-la-france-a-la-decoupe-le-mobilier-national-maintenant/

            • François says:

              Le confinement n’a jamais eu pour but d’arrêter l’épidémie, mais de la freiner pour arrêter l’engorgement des hôpitaux et permettre la mise en place de mesures de régulations sanitaires et possibilité de renforcement des sites en surchauffe.

          • Thierry says:

            Vous demandez  » combien de morts en plus dans d’autres pathologies que le covid si on avait pas confiné ?. Mais justement, avec les services d’urgence et de réa qui aurait été submergés sans ce confinement, on peut affirmer sans se tromper qu’il y aurait eu bcp de morts en plus. En réa, par ex, aujourd’hui, il n’y a pas que des covid, il y a 4000 covid, et 3000 autres pathologies, ( pour 5000 places au départ !!!!). Pour le coup, les accidentés de la route, et tous les autres, on en aurait fait quoi ?

            • adnstep says:

              Attendez vous à une vague de cancers en fin d’année. De gens qui auraient consulté, et qui ne l’ont pas fait, par peur, par pression, … , qui vont aller consulter, vont peut-être commencer à être traités, mais trop tardivement.

              Pour le nombre de morts sur la route, je vous le concède : quand on n’utilise pas sa voiture, on a moins de risque d’accident. Idem pour le ski, ou autres sports à risque : quand on reste chez soi, on ne risque pas l’entorse du genou. Quoique.

    • adnstep says:

      Les gens n’ont manifestement pas la même la perception de la vie, du risque, de la liberté, cela se retrouve dans diverses questions (climat, pollution, pandémie, etc.) et cela dessine une fragmentation « psycho-politique » à l’oeuvre dans les démocraties.

      Les estimations scientifiques du taux de mortalité des infectés covid-19 dans une population varient depuis quelques semaines entre 0,1 et 1%, on ne sait pas où cela va pencher quand les tests sérologiques massifs diront le nombre réel d’infectés. Pour le moment, le seul à avoir fait des tests massifs, en France, c’est Raoult. Je vous laisse chercher sur le site de l’IHU les conclusions qu’on peut en tirer.

      Il semble acquis que ce taux est très faible avant 40 ans (moins d’un mort sur 1000 à 10000) puis progresse jusqu’à des taux élevés à 80 ans et au-delà (plus de 10%). Vous pouvez dire que c’est énorme ou pas, ce n’est plus un fait mais une opinion (libre). Le principe de précaution a un coût économique : nous commençons à le mesurer, là aussi on jugera ce coût normal ou anormal, selon son opinion (libre).

    • Michel 2 says:

      Le problème n’est pas le confinement; à la mi mars, il n’y avait aps guère d’autres solutions, il était trop tard. Un nombre important d’individus non testés étaient déjà infectés. Le problème c’est la non anticipation et protection des français avant la montée épidémique.
      Enfin, un peu de bon sens, comment peut-on imaginer des Chinois ou des Coréens tous avec un masque mais infectés pour partie malgré tout (que les chiffres soient exacts ou pas) et des Français se bécotant ou jouant dans les parcs, restos, piscines, …. avec enfants et grands parents, les uns sur les autres sans aucune protection, et qui auraient passé à côté de la contagion ?
      A l’image des Japonais le 29 mars dernier, qui doivent regretter aujourd’hui.
      https://www.facebook.com/watch/?v=203172050976375

      • TOURAIN says:

        la réponse est dans votre question!
        Vous constatez que le confinement était incontournable car la prise de conscience fut trop tardive…
        Pensez vous que si on avait eu des masques à distribuer en janvier, voir début mars, la population française les aurait portés ?? Pour sur, lors d’un futur rebond de COVID (verison 20 ou 21), voire à la moindre annonce de grippe en novembre 2020, tout le monde ressortira son masque (et fera la queue pour se faire vacciner contre la grippe…) . Ah si Mme Bachelot avait confinée la Gaule 15 jours avant de dire:  »hey, j’ai deux doses de vaccins pour chacun » et bien nous aurions tous fait la queue devant sa pharmacie… Ah si en 1939, on avait cru aux chars plus qu’en la ligne Maginot (qu’on savait incomplète – pour ne pas vexer les Belges, en croyant d’ailleurs que des chars ne pouvaient pas massivement et rapidement traverser un massif comme les Ardennes… Mais il ne manquait pas un bouton de guêtres !) . Je ne doute pas qu’on trouve bientôt , de nombreuses personnes compétentes nous disant,  »ce qui se passe est exactement dans la ligne de ce j’écrivai, du genre – si on continue comme ça, il va y avoir une catastrophe – », mais avant de sortir le camion de l’ornière il vaut mieux constater qu’il faut descendre et pousser, plutôt que juste reclamer un futur procès pour le chauffeur à qui on a confié les clés… Surtout que les défauts d’entretien du véhicule ont quelques années… et que les débats portaient plus sur le salaire des mécaniciens que sur les pièces de rechange même celles indispensables à ces mêmes mécaniciens (alors les passagers…).

        • Michel 2 says:

          « Pensez vous que si on avait eu des masques à distribuer en janvier, voir début mars, la population française les aurait portés ??  »

          Oui, je le pense, même s’il aurait fallu sanctionner pour cela. Les Français ou tout au moins une grande majorité acceptent d’être confinés le 17 mars dernier et n’aurait pas accepté les masques pourtant bien moins contraignants. D’ailleurs, ceux-ci vont être obligatoires prochainement dans les départements rouges et sous conditions et je puis vous assurer sous peine d’une amende de 135€ qu’ils vont les porter.

          Le principe d’un stratège militaire, c’est de trouver la faille de l’ennemi.
          La ligne Maginot très bien mais laisser une faille béante dans les Ardennes sous couvert qu’elle était infranchissable, même pour la meilleure armée du monde de l’époque avec les panzers les plus évolués, a été une erreur de jugement fatale.

          • François says:

            Et pourtant c’est par là que cela passait à chaque fois. Comme quoi, l’histoire est un éternel recommencement.

  16. turquier says:

    A écouter le professeur Raoult, nous serions sur la phase descendante, nous amenant à voir disparaitre le virus. Il ne faut pas oublier que la pente est liée au confinement, et prédire qu’en l’absence de confinement nous allons continuer à voir la courbe dans le bon sens me parait hasardeux pour le moins…
    Par contre sa démonstration du traitement de la maladie dans sa phase primaire à l’aide d’antivirus, démontre que la France en n’ayant pas testé massivement, a permis à la maladie de se développer individuellement à un stade trop avancé pour une solution médicamenteuse, ne restait plus que la phase réanimation pour beaucoup avec trop de cas fragiles, surpoids, age, etc (à l’inverse de l’Allemagne par exemple qui a peut être guéri précocément les malades car elle pratique une politique de tests massive et on le voit efficace)
    Quand à l’économie, la nature a horreur du vide, nous allons peut être pouvoir assumer l’expression « il leur faudrait une bonne guerre »…

    • adnstep says:

      Ce n’est pas la première épidémie virale que nous subissons.

      Faut-il rappeler ce qui s’est passé pour les précédentes ?

  17. julien bonnetouche says:

    60 millions de virologues ?

    A lire les commentaires ci dessus, chacun a son idée précise sur le virus.

    Soyons simples :

    Raoult a surement raison car il en sait plus que tout le monde : C’est tout de même l’un des plus grands spécialistes mondiaux en virologie.

    Il a dit qu’il fallait traiter tout le monde avec l’hydroxychloroquine + Zythromax.
    Dommage pour ceux qui n’ont pas pu en bénéficier et qui sont morts..

    Il dit maintenant que fin mai, c’est quasi-fini :

    Libre à chacun de ne pas le croire, mais il y aura une conséquence simple : les actions vont remonter.
    Dommage pour ceux qui ont leur propre idée négative sur la poursuite de l’épidémie.

  18. Bonjour

    Suivre

  19. Dans 4 semaines, la réponse. Ce post de Guillaume avec les commentaires est à mettre de coté, à relire fin mai.

    • adnstep says:

      4 semaines après, on a deconfiné on retourne sur les plages…

      Par contre, côté économie, ça va être sanglant…

  20. LeSage says:

    Pourquoi les médias des milliardaires ne veulent pas proratiser par pourcentage malade/mort et mort/population mais font des chiffres en gros titre ? Pourquoi nous crétinisé pour aller vers un idiocratie ? Pourquoi on est devant les médias plutôt que derrière ses microscopes ? le fake new permet de faire revenir des mythes, la terre est de nouveau plate ou ronde ? Pourquoi Desproges a dit « On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui » et qu’après Canteloup dans CCC est au pilori des maires ? ex-député LRM J Song Forget est trop critique sur l’exécutif ? Les questions sont pourquoi on fait peur à la population ? Pourquoi certain prône l’économie et d’autre la vie d’un état démocratique à un état despotique ? Pourquoi le CoviD-19 à un financement plus important que le VIH ? Pourquoi le coté obscure est plus facile ? Pourquoi avoir peur de la malade, si on veut être immunisé avec des anticorps ? Pourquoi on parle des morts du covid-19 et pas de Ebola et de la somme des avancées sur l’avancer des scientifiques sur le coronavirus en deux mois par rapport au VIH en 5 ans ? Pourquoi les médias parlent de mort au lieu de débordement publique ou de l’inflationniste des coupes des salaires et des marché primaires en bernes par rapport au marché secondaire ? Pourquoi on parle aujourd’hui d’une chose qui existe depuis bien avant 2013, pourquoi on n’a pas écouté comme écrit Frederic Keck dans les Sentinelles des pandémies leur arrivé déjà très proche ? Pourquoi on ne fait pas attention à l’Amazon qui pourra être le prochain foyer ? Pourquoi on laisse mettre des millions de satellite en orbite pour la 5G qui pourrait être le prochain virus de la végétation, y aura-t-il un boomerang de la nature ? ou de l’espace ?
    Moi, ce que je sais, c’est que je ne sais rien.

    • Thierry says:

      purée, j’ai rien compris…..

      • LeSage says:

        Il y a rien a comprendre, juste qu’il y a beaucoup de question et que nous ne sommes pas des Nostradamus, donc vivre dans le présent, et les historiens feront leur écrit. deux priorités le vaccin ou les anticorps. 😉

        • …Et aussi, tout simplement apprendre aux gens à développer leurs système humanitaire….

          Si on consacrait ne serait-ce que 10% de l’espace médiatique pour partager ce qui est naturellement bon pour développer son système humanitaire cela changerait beaucoup!

          J’irai même jusqu’à dire que si ces 10% d’espace médiatique était rempli de vide (écran noir et silence) cela serait bien plus bénéfique que de se faire assommer de peurs qui elles, contribuent très significativement à l’amenuisement de notre système humanitaire.

          Pourquoi ? Pourquoi ne partageons pas cela ? Pour toutes les raisons évoquées ci et là (maintenir les gens dans la peur = contrôle = manipulation plus facile des masses = business big pharma = nous faire perdre notre pouvoir créateur…)

          …Il n’y a que la Désobéissance qui peut nous sortir de là… Mais il faudra s’attendre aussi à de nouvelles vagues qui pourront être très différentes de ce à quoi on peut s’attendre aujourd’hui.

          Nous pouvons être des guerriers pacifiques et ne pas attendre que l’on diminue de 10% notre exposition aux peurs tout simplement en nous infligeant pas nous même cet espace Médiatique « Manipulatoire ».

          Notre seule certitude, c’est l’incertitude !

          En attendant, vivez au présent, écoutez vous et reprenez VOTRE pouvoir en commençant à éloigner les peurs que l’on vous infligent et donc ces Médias. Créez votre espace vous M’M.

          • Michel 2 says:

            Votre certitude c’est l’incertitude.
            La deuxième vague est votre certitude … donc elle aussi incertaine que certaine !!! 🙂 🙂

            Cf. Interview de D. Raoult qui considère la 2ème vague comme de la science fiction

      • adnstep says:

        Purée.
        C’est le mot juste.

      • Michel 2 says:

        LoL ! MDR Bravo Thierry!

        Trop de question existentielles et ….. aucune réponse.

        Si, j’en ai peut-être une sur la SIDA.
        Dans les années 80, le Sida a d’abords infecté les homosexuels puis les « marginaux » du sexe, prostituées et autres papillonneurs sans protection.
        Ils ont été très vite classés dans la catégorie de la « vengeance divine » par les puritains, cathos et autres religieux.
        Voilà pourquoi, je pense, le VIH a manqué de fonds et de recherche au début. De plus on pouvait s’en protéger, soit par l’abstinence, soit par la capote, il devenait visible en quelque sorte alors que le Codiv-19, rien de tout cela.

  21. Bon si Thierry a eu aussi du mal à suivre, ça me rassure…

  22. Philippe30 says:

    Beaucoup de choses tournent autour de cette histoire de virus
    Toutefois je trouve que la ficelle est bien grosse , pourquoi arrêtez en confiner la moitié de la population mondiale…
    Il y a eu dans le passé des pandémies ( Grippe de Hong Kong etc …) le nombre de morts pour la France fût relativement identique à ceux que l’on dénombre actuellement.
    La population étaient moins nombreuses dans les années 50-60 mais les techniques de santé moins performantes.

    Je trouve étonnant que tous le monde meurt du virus , disons que c’est une façon de grossir les chiffres … pourquoi donc un gouvernement pas au point sur la crise ne tente t’il pas de minimiser alors les chiffres.

    Je perçois dans cette histoire une manipulation qui tend à nous conduire vers des vaccinations , d’autres pandémies et aussi une prise de contrôle de la population , une main mise d’instance policière enfin pour faire simple un futur très encadré

    Pour la réflexion
    https://reseauinternational.net/techniques-de-manipulation-de-masse-et-propagande-application-a-la-covid-19/

    • Michel 2 says:

      Très bien votre lien sur la manipulation de masses. On y retrouve très souvent effectivement les méthodes utilisées par les politiques et les médias.

    • Oui d’autant plus que des médecins ont reçu la consigne de déclarer l’ensemble des décès constatés sur cette période avec le motif de pandémie COVID-2….
      Dans les chiffres donnés, il y a une quantité incalculable de patient décédés avec une cause réelle tout autre !

  23. adnstep says:

    Fallait-il confiner ?

    Il n’y a guère d’enseignement scientifique possible sur la valeur relative des diverses mesures (distance de 1 à 2 m, masques, pas de rassemblement X personnes, fermeture de l’activité A, B ou C, assignation à rester chez soi etc.) car aucun protocole sérieux n’a été fait pour tester la dynamique de la contamination selon ces diverses hypothèses, ni pour évaluer l’impact social, économique et psychologique en face.

    Ce que le gvt, ou le comité scientifique, dit là-dessus est très en-dessous de Raoult niveau transparence des faits et preuves à base des avis. Ce qui est agaçant, c’est quand certains de ces gens brandissent de manière arrogante « les experts », « les scientifiques » alors que c’est du flan en terme de niveau de preuve et méthodologie. On va finir par faire détester la science à force de lui faire endosser la couverture médiatique de préférences politiques et bureaucratiques.

    « Si on n’avait pas confiné, il y aurait eu plus de morts » on n’en sait rien. La seule façon de le savoir serait d’avoir deux populations identiques, une confinée, l’autre non, et d’aller aux résultats au bout d’un an.

    Faut-il imposer le masque à tout le monde ? Partout ?

    Faut-il ouvrir ou pas les écoles ?

    Choisissez bien votre camp. Il y a dans votre réponse bien plus de politique que de science.

    Êtes-vous dans un bon département ou un mauvais? Vert ou rouge ?
    Attention, il y a un piège. Orange is the New Black ?

    Et des erreurs (1 victime dans le lot, rouge, guère plus en corse, rouge). Comment ça il y a des erreurs ? C’est mesuré au doigt mouillé ? On ne sait pas compter dans les ARS, où on a des monsieur plus qui ne veulent prendre aucun risque, ou des gens infoutus de faire une règle de trois ?

    Et personne au ministère pour jeter un coup d’œil et relever ces erreurs ? Personne pour éviter le ridicule ?

    Heureusement que nous ne sommes pas en guerre.

    • François says:

      Le rouge tient compte des cas, mais aussi des possibilités de réa.
      A priori, le Lot, le Gers, ne sont guère fournis en hôpitaux pour les cas graves, systématiquement rapatriés vers Toulouse. D’où les limites d’un découpage départemental.
      Mais il faut bien un point de départ.
      Tout le monde veut le déconfinement, critique la centralisation, ….. mais les mêmes attendent les directives étatiques et se retranchent derrière.
      Et si reprise il se retrancheront encore plus.

      • adnstep says:

        A priori, c’est une cagade, a posteriori, ça va être corrigé.

        Pas besoin de circonvolutions.

        « .. mais les mêmes attendent les directives étatiques  »
        Les chiffres sont compilés et traités par des fonctionnaires et agents travaillant dans des organismes sous tutelle étatique. L’algorithme de comptage a bon dos. Moi aussi j’ai pratiqué le redressement de courbe molle pour faire plaisir non pas au chef, qui n’est pas plus dupe que ses collaborateurs, mais à la directive écrite quelque part dans un bureau par un « rat de cabinet » anonyme qui aura été remplacé deux ans après par un autre jeune énarque a qui on demandera de pondre rapidement une autre directive selon la mode du moment.

        Ce sont les élus locaux qui sont montés au créneau pour s’étonner de ces décisions reposant sur des erreurs de comptage ou d’appréciation. Et ce sont les habitants du coin qui se sont subitement demandé où était la vérité et qui leur mentait.

        Et au final c’est une fois de plus l’état qui se ridiculise. Dommage.

        Comme disait une habitante : l’erreur est humaine, mais là, on n’a pas droit à l’erreur.

      • Philippe30 says:

        C’est marrant Paris qui a bien été touché est en vert …..
        A croire que sans Paris la France ne peux pas redémarrer ….

        Alors oui vous allez me dire beaucoup de lits , de médecins etc ….

        Mais je vais vous rétorquer beaucoup de monde , de brassage de population dans les transports en commun.

        Alors que dans d’autres départements où il y a moins de lits alors peut être ils seront en rouge.

        Il aurait fallu déconfiner certains départements depuis longtemps où il y avait très peu de cas et aujourd’hui ils seraient des test pour la autres en terme de restauration et autres activités

        Cette gestion ressemble à du n’importe quoi lié soit à de l’incompétence soit à une volonté délibéré de destruction économique ou autre idée tordue.

        Car il ne faut pas rêver , les deux mois de confinement vont couter des années d’impôts au profit de qui ….

  24. Badtimes says:

    Bonjour Guillaume,
    Vous dites : » Chacun de ces médias interprète un « fait » et impose sa narration »
    Vous avez raison. Il suffit de comparer l’interview du Professeur Raoult (que j’avais déjà visionné) et celle de BFMTV hier soir: mauvaise interview à charge pour essayer de le piéger sur tout ce qui a été dit sur lui, sur la politique etc au lieu de s’attacher aux faits qui sont trés biens expliqués dans votre vidéo. de plus avant leur interview et il y a une une description de lui et de son travail et des rumeurs sur pleins de choses qui sont courantes dans toutes entreprises ou entités ou des gens travaillent.
    On peut faire dire ce que l’on veut aujourd’hui en présentant les choses à sa manière. Du temps de l’URSS, ou de l’Allemagne Nazi ou autre dictatures l’information, était tronquée ou tuée car la force prédominait (Corée du Nord de nos jours).
    Aujourd’hui c’est beaucoup plus soft et sournois mais le résultat est le même si ce n’est pire. Notre monde va vivre un futur ou il sera de plus en plus difficile de se forger une vérité propre qui soit la vérité. La narration (le conte ou l’histoire imaginaire, etc.) est devenue la règle alors qu’avec internet on pensait qu’obtenir le vérité était devenu plus facile!

  25. Stephan says:

    Bonjour à tous, croyez vous au vu du (toujours trop) mais finalement si peu de mort, que la prochaine pandémie aura les mêmes effets sur nos politiques ? A autre président,ministre,député autres mesures !! Le 21eme siècles, et NOS MÉDIAS sont les seul responsables. ILS ont propagés ce virus bien plus rapidement et bien plus loin que le virus lui-même. Tout le reste n’est que banalités. La grippe(devenue banale), les morts de la route(banal), les accidentés de la route(un peu moins banal car plus vendeur(niveau visibilité ou like)), un arrachage de sac(banal), obsolète, les like et l’égocentrisme des gens. Le 21eme siècle dans toute sa brillance. Votre président ne sera plus à la fin de son mandat. Que ce soit à cause/grace a ce virus, ou de l’énorme déficit créé pour/contre ce virus. Au final ,,,qu’y aura t’il de changé ? Rien, les actions vont remonter(car il n’y avait pour certaines aucune raison qu’elles plongent), les seuls pour qui cela aura changé quelques choses, ce sont les victimes collatérales. Celles qui aurait pu/du gagner quelques jours,quelques mois,quelques années si ce virus n’était pas venus frapper à leur porte. À moins que,,,,

  26. moreau says:

    Excellente vidéo
    Ce Monsieur a le courage de reconnaître que des épidémies disparaissent d’elles mêmes et qu’il n’en connaît pas forcément la raison.
    Le Professeur ne critique pas le confinement non plus mais annonce simplement que le truc est en train de diminuer en intensité de transmission.
    Bien de rompre avec les discours dominants
    Restez chez vous OUI mais aller quand même faire une heure de marche
    marre des jusqu’auboutistes qui se révèlent dans ce genre de situation

  27. adnstep says:

    Dernier exemple en date, le docteur Alby (une sorte de docteur Bombay au féminin) qui sévit sur LCI en ce moment :

    – les erreurs de cartographie ? Ce ne sont pas des erreurs. Cette maladie est très dangereuse, il faut faire très attention, surtout dans les départements en vert où il faut être encore plus vigilants qu’ailleurs. S’il y a doute, il faut mettre en rouge.

    20 minutes après : MLP veut imposer le masque à tout le monde, et partout, êtes-vous d’accord ? Non, mais c’est juste de la politique. Il ne faut pas imposer le masque, ça ne sert à rien. Le gouvernement a raison, il ne faut pas l’imposer.

    Bon, on a compris ce qui tient lieu de réflexion scientifique chez cette dame.

  28. BONGAS says:

    https://www.mhlw.go.jp/english/

    Bonjour
    Le lien ci-dessus vous permettra de suivre la situation au Japon : au 30/04 décès 415 pour une population de 126 000 000 d’habitants.
    Bien sur au Japon la distanciation et les gestes d’hygiène sont recommandés ainsi que le port du masque.
    J’y ai vécu de 1993 à 1996 pendant plus de 3 ans à titre professionnel;
    A cette époque j’ai appris que dès l’école maternelle l’usage des masques et l’hygiène des mains étaient enseignés et que cet enseignement se poursuivait tout au long de la scolarité.
    A mon sens cet enseignement obligatoire tant en public qu’en privé est la principale raison de la faible incidence du Covid 19. De même était enseigné les attitudes à tenir en cas de tremblement de terre (se mettre au plus vite sous une table par ex.). Enfin dans les années où j’y vivais le port du masque était très fréquent et ce pour deux raisons principales : ne pas transmettre ses postillons dès que l’on a le moindre petit rhume et ne pas respirer l’air pollué..
    Conclusion : des tests pour identifier les porteurs et les soigner OUI et surtout des masques pour limiter la transmission. Quant aux caractéristiques de ces masques utiles dans les deux sens « inspiration expiration » demandons le cahier des charges aux Japonais.
    Cordialement.

    • adnstep says:

      Le simple lavage des mains au savon est sans doute plus utile pour lutter contre le coronavirus que l’entretien d’une cohorte de comités Théodule.

      Quand aux masques, il n’y a rien de sorcier dans leur conception.

  29. Les chiffres que nous donne le gouvernement ne prennent pas en compte les décès des personnes agées covid+ à domicile et pourquoi ? environ 9000 qu’il faut rajouter selon les médecins libéraux.
    Cela nous fait environ 34 000 morts au total.
    Quand on fera le bilan on se rendra compte de la mauvaise gestion de cette crise sanitaire.
    « Le meilleur système de santé au monde  » on pourrait en rire si ce n’était pas si grave.

  30. François says:

    Personnellement j’ai écouté l’interview d’hier vers 23h00.
    Le professeur Raoult est égal à lui-même, en ramenant à du factuel observé, refusant de se projeter et faisant part ouvertement de ses incertitudes.
    Rappelons qu’initialement, pour lui c’était une grosse grippe et qu’il ne jugeait pas le confinement totalement nécessaire. Il reconnait maintenant le bénéfice de l’écrétage et laisse à chacun son métier.
    Plutôt bon, avec un mérite de dédramatiser si l’on positive.

    Pour les statistique, les sources des chiffres différent énormément en fonction du dépistage opéré. Donc la fiabilité et les statistiques qui en découlent ne sont pas comparables.
    En effet, si vous testez systématiquement en PCR avec pour une même personne un jour non, le lendemain oui et le dans l’heure qui suit non (observé sur certains cas d’après la presse), vous comptez combien de personne 3 ou 1 ?

    Donc comme lu précédemment, on fera les comptes à la fin, si fin il y a.

    • adnstep says:

      « Donc comme lu précédemment, on fera les comptes à la fin, si fin il y a. »

      En fait, on fait les comptes maintenant, puisque la Carte de déconfinement repose semble-t-il sur ce genre de comptage.

      • François says:

        Comme expliqué plus bas la carte repose sur la diffusion du virus et les capacités de réanimation. Il faut bien partit de quelque chose.

        Pour les comptes plus tard, je parle des comparaisons d’efficacité de niveau mondial pour décerner le titre olympique du coronavirus, en espérant qu’il ne soit pas remis à 2021 comme les jeux.

        • adnstep says:

          La première donnée qui sera mise à profit par les autorités sanitaires sera l’intensité de la circulation du virus dans chaque département. L’estimation de cet indicateur sera effectuée en fonction de la part des patients consultant les services d’urgence hospitalière pour une suspicion de Covid-19.

          Trois niveaux de circulation du nouveau coronavirus seront établis : en vert, lorsque cette proportion se situe en deçà de 6 % des patients consultant aux urgences, en orange lorsqu’elle se place entre 6 % et 10 %, et en rouge au-delà.

          Cet indicateur sera affiné, a expliqué le ministre de la santé, par d’autres informations comme les remontées du réseau de médecins généralistes Sentinelles ou encore le taux de tests positifs au coronavirus dans chaque territoire.

          Or, de nombreuses réactions d’incompréhension ont eu lieu en raison du classement en rouge de départements jusqu’à présent plutôt épargnés par l’épidémie, comme la Haute-Corse, le Lot et le Cher. Les agences régionales de santé concernées ont relevé des erreurs et indiqué que le chiffrage serait corrigé.

  31. adnstep says:

    Un autre détail sur la carte.
    Si j’ai bien compris, cette carte a été établie en fonction du nombre de tests réalisés, et pas en fonction des tests positifs au coronavirus.

    D’où les erreurs en Haute-Corse : les gens qui ont fait plusieurs tests, anonymes, ont été comptabilisés autant de fois qu’ils ont été testés.

    Ou dans le Lot, ou en PACA, qui ont beaucoup plus testé qu’ailleurs.

    La question qu’on peut se poser c’est pourquoi ce choix du nombre de tests ? Et pas du nombre de tests positifs ?
    Parce qu’il y a tellement peu de tests positifs que pratiquement toute la carte aurait été verte ?

    Et quelle est la logique, quand on sait que les mouvements de population ne seront pas interdits entre départements ?

    En tout cas, je ne pense pas que les cabinets ministériels et comités de réflexion aient bien mesuré ce à quoi le simple bon sens nous fait penser : on instaure la concurrence entre départements, au sein d’un même espace socio-économique, mais une concurrence faussée, entre ceux qui peuvent redémarrer et ceux qui ne le peuvent pas.

    Qui va l’emporter ? Ceux qui vont pousser à une Libération plus rapide et plus générale, ou ceux qui vont pousser pour réimposer un confinement généralisé ?

    • adnstep says:

      Un mois après, j’ai ma réponse : ceux qui l’ont emporté sont ceux qui ont poussé à un deconfinement plus rapide.

  32. julien bonnetouche says:

    Un petit retour sur le passé récent.

    Je dois faire mon mea culpa.

    la virologie a fait partie de mon cursus universitaire autrefois (elle a peu changé depuis), et cela a contribué pourtant jusque vers le 20 février à me faire sous estimer l’impact économique de cette crise.

    j’ai écris à l’époque des commentaires sur ce sujet ici.

    Explication :

    Premièrement :
    il était évident, d »après les données fournies par les chinois en février,(et qui étaient exactes) que le nombre de morts, ne dépasserait finalement pas ceux d’une épidémie de grippe comme celle de 1969 ou même 2014.
    Ce n’était donc en rien comparable à la peste ou à la grippe espagnole.

    Deuxièmement :
    Le coronavirus fait partie d’une classe connue de virus pulmonaires saisonniers disparaissant aux beaux jours en général.

    Mais je n’ai pas pensé un seul instant que nos hôpitaux n’étaient pas en capacité de recevoir tous les malades (il y a longtemps que j’ai quitté l’hôpital).

    je n’ai pas imaginé non plus un seul instant que l’on préférerait tuer l’économie planétaire plutôt que voir quelques milliers de mourants dans les couloirs des hôpitaux faute de place.

    l’Histoire retiendra surement cet épisode avec des qualificatifs du genre : « 2020 la grande folie du confinement »

    Si j’étais, d’ici un an ou deux, un futur thésard à l’esprit « malin », je m’appliquerais à faire une étude comparative sur le nombre de morts en réanimation (1 sur deux environ) et ceux que l’on aurait pu éviter si dès le début le traitement de Raoult avait été appliqué partout.

    les chiffres et études sur tout cela vont bientôt sortir ce ne sera pas difficile.

    • François says:

      Même l’intéressé explique dans son intervention que cette comparaison n’est pas possible et que sont traitement a été appliqué à des cas qui aurait pu guérir sans aucun remède.

      • adnstep says:

        Ça, c’est sans doute la ligne de défense qui sera adoptée lors de futurs procès.

        Les faits sont têtus : c’est en Europe qu’il y aura eu le plus de décès. Quelles qu’en soient les raisons.

  33. Graphique de l’évolution du nombre de décès en France. L’effet COVID est certain, mais nous sommes sur la fin … du moins espérons.

  34. François says:

    La carte prend en compte le côté epidiemiologique mais également les capacités hospitalière en cas de rebond, en particulier la réanimation.
    https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2494121-carte-du-deconfinement-deja-une-nouvelle-serie-de-departements-rouges-ou-verts-ce-vendredi/

  35. julien bonnetouche says:

    François,

    Je ne suis pas statisticien, mais il me semble que votre argument ne tient pas.
    le nombre de cas qui guérissent tout seul est le même dans tous les lots considérés.

    La chose qui nous intéresse est le nombre de morts à l’arrivée, en prenant deux lots au départ identiques, l’un n’ayant rien pris, l’autre ayant suivi le protocole de Raoult.

    Au bout de quelques jours, dans les deux cas un certain nombre rentrent en réanimation : quel % dans les deux cas ?

    Après réanimation combien de morts dans les deux cas.

    • François says:

      Dans ce cas, vous devez prendre le dossier médical de chaque patient pour étudier les comorbidités de chacun, les contre indications , la date d’apparition des symptômes, …..
      Avant de trouver des lots identiques …..

      Le lot des cas guéris tout seul est peut être le même, mais aux vues des queux qui se formaient « juste pour savoir » devant l’entrée de l’IHU du Marseille, je pense que la proportion d’asymptomatiques traités n’est pas la même qu’ailleurs.
      Or l’asymptomatique semble avoir plus de chance de guérir seul, d’où mon interrogations sur la possibilités de panels comparables.

  36. Philippe says:

    Vous parlez de cette épidémie avec une légèreté qui a fini de m’outrer.
    Narration, les annonces mortuaires qui sont passées de 2 à plus d’une dizaine de pages dans notre presse locale??? Il est clair que, du fond de votre Vendée, vous n’avez pratiquement pas été affectés par le virus et celui-ci prend un caractère lointain, abstrait, voire irréel.
    Cette « narration » prend une toute autre dimension quand on y l’a côtoyée, et ce n’est pas au nombre de décès encore relativement contenu, grâce au dévouement EXEMPLAIRE des personnels médicaux (curieusement oublié dans votre article… encore une fakenews?), mais c’est à la fulgurance de sa circulation et sa propension à mettre à terre nos services sanitaires qu’il faut en prendre la juste mesure.
    Mesure dont me semblent de plus en plus souvent dénués vos développements, affublés d’approximations grammaticales qui, ajoutant à mon exaspération, me conduisent, aujourd’hui à me désabonner de votre blog.

    • Jean Claude says:

      Le coronavirus a fait une nouvelle victime

    • LeSage says:

      ? Désabonner vous, juste de la discutions, elle est stérile dans le fond mais pose question sur question, surement le but du poste, se poser des questions. Mais pourquoi Philippe vous désabonner du blog s’il y a une chose qui pourra être bien dans un autre file de discussion? Le besoin de fake news permettant pour certaine d’être vivant.

    • Thierry says:

      justement, pourquoi se désabonner ? , c’est bien que quelqu’un rétablise les faits, pour ouvrir un peu les yeux des autres…

  37. julien bonnetouche says:

    Raoult a très bien expliqué qu’en dehors de ses résultats personnels, dès aujourd’hui un faisceau d’arguments vont dans le sens de l’efficacité de l’hydroxychlotoquine : la faible mortalité dans les populations qui en prennent pour d’autres raisons.

    Des études mondiales viendront certainement à l’appui de sa thèse.

    il faudra alors que l’on nous explique les raisons profondes qui ont amené le gouvernement à avoir non pas une attitude de neutralité, mais à décréter une interdiction de prescription du plaquenil par les médecins de ville, qui sont justement ceux qui voient les malades en premier c’est à dire le plus tôt, au moment où il est efficace.

    Et surtout que l’on ne vienne pas nous dire que c’est par crainte des effets secondaires, ce serait supposer que les médecins sont incapables de prescrire un antipaludéen !!!

    il très est possible que l’on revive l’affaire du sang contaminé.

    • William says:

      Comme dit RAOULT dans le long interview : https://www.youtube.com/watch?v=cj4bGVszZP8

      36 millions de pillules consommées en 2019 dans le monde
      les effets secondaires et les précautions à prendre sont connues !

      il y a un faisceau qui va toujours dans la même direction, soit incompétence, soit magouilles, quoique les 2 sont comptibles …

  38. Jean Claude says:

    Le coronavirus a fait une nouvelle victime

  39. julien bonnetouche says:

    Philippe,
    vous ne devriez pas vous désabonner de ce blog, car vous avez encore beaucoup à apprendre.
    Réfléchir plus loin que le bout de son nez par exemple.

    Et vous ne trouverez personne ici qui manque d’empathie ni à l’égard des soignants ni des familles touchées par la maladie.

  40. Philippe says:

    Rien dans les propos publiés ce jour ne le montre pourtant. Dommage.

  41. adnstep says:

    Bonjour Philippe. Une personne de mon entourage vient de fêter ses 84 ans samedi dernier.

    Elle a connu les privations de la guerre, a choppé le croup en 1949, la tuberculose en 1954, et se promène depuis avec un demi-poumon en moins (opérée par le professeur Metras), a failli rester hémiplégique en 1986 suite à un problème au dos, (peu de chirurgiens ont accepté de prendre le risque de l’opérer. Et encore moins de spécialistes avaient réussi à déterminer ce qu’elle avait réellement. Ça permet de relativiser sur la compétence des uns et des autres)…

    Et, c’est fou, elle ne considère pas cette épidémie comme la plus grande catastrophe de l’humanité.

    Je ne vous ferai pas l’affront de vous rappeler le lourd tribut payé à la peste, la variole, la tuberculose, avant qu’on emploie la streptomycine, …la grippe asiatique de 1957, qui fit 2 a 3 millions de morts dans le Monde, dont 100 000 en France (« Un Français sur cinq a la grippe. Les hôpitaux sont submergés. Les médecins doivent travailler jour et nuit » titrait « Le Journal du dimanche », le 13 octobre 1957)

    Comme disait Raoult (encore lui) : je n’ai pas l’impression de prendre des risques. J’en ai pris infiniment moins que mon père (médecin militaire). Il a rappelé également que tous les personnels de l’IHU avaient été traités dès le début et qu’aucun d’entre eux n’était tombé malade.

    Comme dit plus haut, il semble acquis que le taux de mortalité du covid19 est très faible avant 40 ans (moins d’un mort sur 1000 à 10000) puis progresse jusqu’à des taux élevés à 80 ans et au-delà (plus de 10%). Vous pouvez dire que c’est énorme ou pas, ce n’est plus un fait mais une opinion (libre). Le principe de précaution a un coût économique : nous commençons à le mesurer, là aussi on jugera ce coût normal ou anormal, selon son opinion (libre).

    Bref, vous êtes outré, c’est votre droit. Vous voulez vous désabonner ? Faites-le.

    Faites ce que vous croyez bon. Nous, on ne va pas vous empêcher de la faire. Ni vous empêcher de penser ce que vous voulez. Ou de le dire et de l’écrire.

    Mais pourquoi vous fendre d’un ultime post sur ce blog inutile pour clamer à la face du Monde que vous aller le quitter ? Est-ce si important ?

    • LeSage says:

      Ajoute, malgré ma dyslexie, le droit à la faute, même orthographique. Maître Yoda dans Star war disait – fait le, ou ne le fait pas … donc moi je pose plus de question pour cacher mon infirmité orthographique 🙂

      • adnstep says:

        Alors vous êtes tout excusé.
        Mea culpa.

        PS : faites comme moi : rejetez la faute sur le correcteur orthographique.

  42. adnstep says:

    Histoire d’en rajouter une couche :

    Actualité des maladies infectieuses

    Les maladies infectieuses humaines ont évolué comme les sociétés humaines, lentement, en touchant d’abord de petits groupes puis des populations de plus en plus larges. Les maladies infectieuses humaines sont ainsi le reflet de la façon de vivre des hommes. Elles sont nées avec les premières sociétés rurales et nomades, et frappent désormais, à l’heure de la globalisation et de la mondialisation, un monde fortement urbanisé où vivent 6 milliards d’habitants. (…)

    Les maladies contagieuses inter-humaines apparaissent sans doute il y a moins de 10 000 ans, à l’exception de la tuberculose, âgée de plus de 15 000 ans. On estime que la rougeole est apparue il y a 7 000 ans, à partir d’une souche issue du bétail, et s’est spécifiquement adaptée à l’homme quand la population a été suffisamment dense pour permettre au virus de se dispenser d’un réservoir animal. On pense également que la variole est devenue épidémique chez l ’homme il y a 4 000 ans, peut-être en évoluant d’un virus proche infectant le chameau (le camelpox virus), qui, sur le plan génétique, est le virus le plus proche de la variole. Théoriquement, nous pouvons retracer l’origine de ces virus en les comparant génétiquement à leurs plus proches voisins, grâce à des techniques autorisant la datation des séparations (les horloges moléculaires) et permettant d’estimer la date d’apparition de la spécialisation d’un pathogène humain.

    L’urbanisation

    En outre, la sédentarisation a posé le problème de la gestion des excréments, provoquant l’apparition explosive de pathogènes digestifs humains, constitutifs du péril fécal. Tout processus de sédentarisation s’accompagne en effet d’un risque de souillures des eaux de boisson par les déjections. A son apparition, il est vraisemblable que les infections d’origine digestives sont devenues les plus communes de l’espèce humaine. La régression des infections liées au péril fécal n’a été observée que quand les moyens de drainage des eaux usées et la mise en place de l’acheminement d’eau propre a pu se mettre en place, de façon assez tardive, dans les villes de l’Antiquité. Il est vraisemblable que, pendant la très longue période commençant il y a 15 000 ans et se poursuivant jusque dans l’ère historique, des micro-organismes se sont spécialisés dans des populations relativement petites. D’ailleurs, la lutte contre les maladies infectieuses a probablement peu évolué depuis la Haute antiquité, et seules les sites urbanisés où le traitement des eaux avait été mis en place ont permis de faire augmenter l’espérance de vie et d’influencer la démographie.

    Les voyages

    Cet équilibre entre micro-organismes, animaux et humains va connaître une évolution permanente du fait du déplacement des hommes et des animaux. (…)

    Ainsi, les grandes guerres de notre histoire ont leur cortège d’infections désastreuses. La rencontre de l’Orient et de l’Occident au cours des guerres médiques (entre les Perses et les Grecs) entraîna une épidémie considérable sur le territoire grec, connue sous le nom de « peste d’Athènes ». Les guerres et l’expansion de Rome aux confins de l’Orient et de l’Occident se sont accompagnées d’épisodes infectieux, auxquels il fut aussi donné le nom de pestes, et qui se sont avérés l’une des causes de la décadence romaine (l’empereur Marc Aurèle en aurait été victime). Une immense peste, appelée « peste justinienne », sévit dans toute l’Europe du vie au ixe siècle. Les Croisades mirent en contact les armées occidentales avec l’Orient et l’Afrique, où sévissait encore la peste (Louis IX en mourut) ; elles furent suivies de la pire épidémie que l’on eût connue à ce jour, la grande peste, dite « peste noire », du Moyen-Âge, qui aurait tué 30 % de la population européenne. Cette peste noire est probablement l’événement qui eut l’effet le plus significatif sur la démographie humaine et sur l’histoire du Vieux Continent.

    Les échanges commerciaux eux aussi ont été le vecteur des maladies. C’est ainsi qu’à plusieurs reprises, le choléra a suivi la Route de la soie pour se déplacer du Gange, où se situait son réservoir traditionnel, vers l’Europe. Il est intéressant d’observer que le choléra, dans ces pandémies, a suivi les moyens de déplacements les plus modernes de l’époque, commençant par le chameau, le long de la Route de la soie, puis par le cheval à travers la Russie, enfin par les relais de poste qui lui conférèrent une vitesse considérable. Dans les temps modernes, il se déplaça en bateau, à l’exemple du choléra qui frappa le sud de la France au xixe siècle, arrivé par bateau à Marseille (et dont Jean Giono fit le sujet du Hussard sur le toit). Ultérieurement, le choléra emprunta l’avion pour atteindre l’Afrique noire puis l’Amérique du Sud, où il est la cause d’une pandémie particulièrement sévère. Les routes maritimes ont joué un rôle considérable dans la diffusion des maladies contagieuses, en particulier pour la peste, véhiculée par les rats. Pour la France, on estime que les deux principales épidémies (la peste justinienne et la peste noire) sont, elles aussi, arrivées par la mer à Marseille. Et la dernière peste qui eût atteint la France de façon durable, et qui décima une partie importante de la population (un épisode évoqué par Marcel Pagnol dans Le Temps des secrets), débarqua à Marseille des soutes d’un bateau de commerce, le Grand Saint-Antoine, au milieu du xviiie siècle.(…) [Mai 1720, on devait célébrer les 300 ans au Frioul !]

    L’Amérique

    Parmi les catastrophes infectieuses observées dans le passé, la rencontre de l’Ancien et du Nouveau monde constitue un véritable modèle. (…)

    Au cours de ce processus d’échange et de mondialisation, les maladies se sont mutualisées. Celles qui sont le mieux identifiées, car elles sont faciles à reconnaître dans les textes anciens, sont la rougeole et la variole. Elles sévissaient de manière endémique dans l’Ancien monde, où les populations leur payaient un lourd tribu, en particulier parmi les plus jeunes. Jusqu’au milieu du xxe siècle, il existait un proverbe fameux, en Afrique centrale qui disait : « Tu compteras tes garçons quand la rougeole sera passée », ce qui témoigne du rôle qu’occupait cette maladie en matière de mortalité infantile. Dans une population non immunisée, les rougeoles sont encore bien plus dangereuses et tuent également les adultes. Ces deux maladies, rougeole et variole, ont décimé les Amérindiens. On considère que 90 % de ceux qui décédèrent dans les cinquante années qui suivirent la première rencontre avec les migrants européens sont morts de ces deux maladies. Il est vraisemblable que la facilité avec laquelle l’Amérique a été conquise fut en partie liée à la violence de ces épidémies.

    A l’inverse, certaines maladies ont été importées d’Amérique. Nous savons que la syphilis a été ramenée par les marins de Christophe Colomb, pour exploser dès la fin du xve siècle dans toute l’Europe, en particulier grâce aux guerres que les Français firent en Italie contre les Espagnols (d’où les expressions « mal de Naples » et « mal français »). (…)

    Les guerres cumulent toutes les conditions favorables au développement des maladies infectieuses ; elles entraînent la concentration d’une population de soldats relativement homogène, dans des conditions de vie sont souvent mauvaises, chez des êtres dont le système de défense immunitaire est affaibli du fait du stress et qui souffrent de blessures constituant autant de portes d’entrée facilitant les maladies. Les belligérants sont à la fois les victimes et les sources potentielles d’épidémies nouvelles. Récemment encore, dans le cadre des guerres civiles d’Afrique centrale, en 1997, une épidémie majeure de typhus frappa le Burundi et le Rwanda et toucha plus de 100 000 personnes. On pense enfin que c’est au cours de la guerre d’Angola que les premiers transferts de l’infection du virus HIV hors d’Afrique ont été réalisés, du fait de la présence de troupes cubaines dont le retour aux Antilles apporta la maladie en Amérique.

    L’organisation sociale humaine actuelle

    L’homme a davantage modifié son organisation sociale dans le courant du xxe siècle qu’au cours de tous les siècles précédents. La population a explosé pour atteindre 6 milliards d’individus. La répartition des hommes sur la terre a profondément changé. Il existe aujourd’hui plus de 25 mégapoles de plus de 10 millions d’habitants, en particulier en Asie, ce qui se traduit par une urbanisation et une hyper-urbanisation très nouvelle. New York et Londres, les premières mégapoles, sont nées au début du xxe siècle dans les pays les plus riches. Dans la seconde partie du xxe siècle, les mégapoles se sont formées dans les pays pauvres ou de développement intermédiaire. Cela signifie, compte tenu du niveau d’hygiène relativement bas de ces mégapoles pauvres, que le risque d’y voir exploser des épidémies est de plus en plus probable. La mutualisation des germes dans le cadre de la mondialisation se fait de plus en plus rapidement. Les mêmes constatations qui sont faites pour l’économie, les textiles ou les voitures valent aussi pour les microbes. Les hommes se déplacent de plus en plus fréquemment et de plus en plus vite. On estime que plus de 500 millions de personnes prennent l’avion chaque année. Toutes les conditions sont ainsi réunies pour qu’apparaissent de nouvelles épidémies, car les hommes atteignent un très haut niveau de densité et donc une bonne réceptivité, et pour que celles-ci se diffusent rapidement, car les humains se déplacent de façon incessante.

    Le climat

    Les changements climatiques influencent à leur tour l’écosystème, et par conséquent les maladies infectieuses. Ainsi le réchauffement climatique observé en Europe du Nord, modéré pour l’instant, a-t-il fait reculer vers le nord la limite de la présence des tiques vecteurs de maladies. Les tiques qui donnent la maladie de Lyme sont désormais présentes dans les forêts suédoises, de plus en plus proches du pôle, car les conditions climatiques leur permettent aujourd’hui d’y vivre, ce qui n’était pas le cas il y a une quinzaine d’années. L’événement climatique connu sous le nom d’El Niño, en associant des changements micro-climatiques et des inondations, a eu une influence particulière en Amérique du Sud. Des maladies qui avaient toujours eu une répartition très limitée ont ainsi pu s’y étendre et l’on a vu y apparaître de nouveaux foyers. On pense que l’importance de l’épidémie de choléra en Amérique du Sud est liée à ce phénomène. (…)

    Les risques

    On constate que les humains ont du mal à intégrer le risque infectieux d’épidémie. Ainsi, les projections démographiques publiées régulièrement dans la presse supposent implicitement qu’il n’arrivera aucun accident imprévu. Le même état d’esprit s’applique quand on tente de modéliser les futures épidémies. Mais, dans l’état des connaissances et compte tenu des phénomènes multifactoriels associés aux épidémies, cela ne semble guère raisonnable. Car malgré tous les progrès qui ont été faits, les événements qui ont pu altérer l’évolution démographique au xxe siècle restent, comme par le passé, les guerres et les maladies infectieuses. Ceci est particulièrement visible en Afrique noire, dans les pays touchés de plein fouet par le SIDA, et pour lesquels le recul est suffisant pour examiner les faits et en mesurer les conséquences. L’Ouganda et le Botswana ont ainsi subi un recul spectaculaire de leur espérance de vie. On voit ici toute la vanité des projections démographiques faites pour l’Afrique avant l’épidémie. Les projections postérieures à celle-ci se sont d’ailleurs avérées tout aussi fausses, car la natalité a augmenté brutalement en réponse à la surmortalité provoquée par le virus, ce qui n’avait pas été non plus modélisé ! (…)

    Enfin, toute une série de maladies liées à de nouveaux virus – les virus des fièvres hémorragiques, les virus respiratoires, les virus transmis par les arthropodes – sont en augmentation spectaculaire depuis quelques années, souvent du fait des modifications de nos écosystèmes environnants. L’explosion de ces maladies virales pose plusieurs problèmes. L’un des plus importants est qu’au moment de leur apparition, nous n’avons souvent pas les médicaments permettant de les maîtriser.

    En conclusion

    Des nouvelles maladies infectieuses peuvent apparaître en tout endroit du monde et à tout moment, comme le SIDA et Ebola en Afrique noire, la grippe aviaire et le SARS en Chine, la maladie de la vache folle en Grande-Bretagne. Il est impossible de prévoir quelle prochaine maladie fera demain son apparition. Une seul chose est certaine, c’est que cela arrivera. Seule la vigilance nous permettra de détecter le plus tôt possible les épidémies avant qu’elles frappent une partie trop importante de la population. Il faut donc maintenir une lutte raisonnée et permanente contre les maladies infectieuses, ce qui inclue l’hygiène et son apprentissage dès le plus jeune âge, la vaccination contre les agents contagieux pour lesquels elle existe, et l’usage raisonné des anti-infectieux. Toutefois, l’inattendu doit être attendu avec beaucoup de vigilance et il est essentiel que se développent partout dans le monde des laboratoires susceptibles d’identifier les pathogènes émergents et une formation médicale permettant de reconnaître les maladies nouvelles. Il faut reconnaître que, dans le domaine des maladies contagieuses, les personnels soignants (infirmières et médecins) ont joué un rôle important et douloureux. Souvent la contagion n’est constatée que lorsqu’un soignant contracte la même maladie que le patient qu’il soignait. Ce fut le cas des fièvres hémorragiques en Afrique et du SARS en Asie. Les médecins devront donc réapprendre à être extrêmement vigilants pour se protéger et ne pas être eux-mêmes le vecteur de nouvelles épidémies.

    Didier Raoult, Professeur de médecine à la Faculté de Marseille.

    Copyright octobre 2005-Raoult / Lignes de Repères

  43. William says:

    Si RAOULT n’existait pas, je n’ose pas imaginer comment on se serait fait ballader de Guerre en Guerre par nos sympathiques Elus, le premier de cordée en tête bien sûr !

    Merci à Monsieur Didier RAOULT d’avoir exprimé clairement l’avis de son équipe de l’IHU de Marseille.

  44. Jean Claude says:

    Excellent résumé historique de Raoult.
    Principe de précaution oblige,recherche à tout prix du consensus,poids des organismes étatiques type CNRS,INSERM , lobbies pharmaceutiques et comités theodules font que ce type de personnage indépendant du système est en voie de disparition au profit du mandarinat.

  45. LeSage says:

    Oui excellent en effet. Cela me permet de monter une marche de mon échelle pour regarder autrement. Malgré cela une question m’échappe de la bouche pourquoi les virus de terre s’efface pour les virus animales? [la pollution, les pesticides, bio sous contrôle].

  46. chrysalide says:

    oui çà devrait être notre prochain ministre de la santé, mais je pense que le pauvre homme fera pas deux mois quand il comprendra la pression des laboratoires, et les autres ministres jaloux, rentrer dans un panier de crabes, le premier reflexe c’est de s’en sortir sans bobo!!mdr

  47. François says:

    Accessoirement le professeur Raoult dit aussi :
    – qu’il est totalement d’accord avec le principe de précaution pour les vaccins et médicaments ;
    – qu’il reconnait que ce qu’il enseignait il y a dix ans est aujourd’hui en partie faux ;
    – que le COVID 19 est peu contagieux par rapport à la variole ou la rougeole.
    En revanche, je le rejoins sur la médecine d’urgence où les premiers infectés deviennent ces cobayes pour tester les possibilité immédiates et sur la politique de (sur)protection dans un tel contexte. Il en est de même dans sa description de la peur de la mort des sociétés occidentales qui se croient à l’abri depuis la grippe de Hong Kong (40 000 morts en France en 1969), mais ce n’était qu’une grippe §

    • Thierry says:

      « Après la pause de l’été 1969, l’épidémie de l’hiver (décembre 1969-janvier 1970) est très sévère en France avec 17 000 décès directs (déclarés comme dus à la grippe), et un excédent de mortalité de plus de 40 000….  » ( wikipédia) . Et nous, pour l’instant, on a 25 000 décès directs, ( sans les morts à domicile estimés à 9000), et on verra dans quelques mois l’excédent de mortalité. Mais le problème, c’est que ce n’est pas fini du tout…..

  48. adnstep says:

    « qu’il reconnait que ce qu’il enseignait il y a dix ans est aujourd’hui en partie faux »

    C’est un peu la différence entre science et dogme, non ? Cependant, certains enseignements sont perpétuels, et ne sauraient être remis en question (non, la Terre n’est pas plate, même si c’est amusant de jouer à croire le contraire).

  49. Jean Claude says:

    Par exemple un virus est il vivant ou non?
    100%des scientifiques il y a 20 ans disaient que non.Aujourd’hui ils ne sont plus que 50%.Et demain?

  50. adnstep says:

    Je ne sais pas si la carte de la DéconfiNation, qui vient d’être modifiée, pour l’expueger des erreurs les plus grossières, a une quelconque valeur scientifique.

    Mais elle permettra a coup sûr de mesurer l’influence politique des différentes forces en présence.

    Ainsi, le maire LREM de Nevers s’offusquait de voir son département en rouge ou en orange. Il a réussi à convaincre le cabinet du ministre de la santé de repasser la première carte en vert, dit-il.

    Il s’attache désormais à faire passer la seconde carte en vert également…en effet, avec 4 malades, il ne comprend pas pourquoi la Nièvre n’est pas en vert. C’est sans doute en rapport avec le nb de cas constatés en Côte d’or, département limitrophe à l’est. Mais la Côte d’or, ce n’est pas la Nièvre.

    • Michel 2 says:

      Cette carte repose principalement sur des statistiques, ce n’est pas de la science sauf à admettre que les statistiques sont une science.

  51. Michel 2 says:

    35 fois le mot « narration » dans 60 lignes environ.
    Ouf ! On attend la fin ! 🙂 🙂

    La langue française est pourtant riche.
    http://www.synonymo.fr/synonyme/narration

  52. Julien R says:

    Cher Guillaume

    Ne nous incluez pas dans votre médiocrité et assumez là tout seul svp, surtout si vous faites partie des adorateurs de trump.

    Enfin ce type d’article est bien trop facile à écrire aujourd’hui le 1er mai, à l’heure où l’épidémie est (presque) derrière nous et nous en sortons effectivement avec un nombre de morts limité.

    Auriez-vous eu le courage de diffuser cet article il y a un mois, quand l’épidémie faisait chaque jour de plus en plus de victimes? Je ne pense pas.

    C’est tellement facile de faire les analyses a posteriori, quand les cartes sont dévoilées…

  53. Ahzpokes says:

    Je vous invite à regarder cette petite vidéo, on ne nous dit pas tout…
    https://youtu.be/h03whZ0FN10

  54. J’entendais un médecin sur RMC parlait de 50k vies sauvées.
    Le coût va être au moins de 200Mds pour l’économie.

    L’age moyen des morts est de 81 ans et l’espérance de vie est d’environ 9 ans mais étant donne que ce sont des personnes avec des conditions probablement plutôt 5 ans.

    Ça fait 4m/vie sauves ou environ 800k euros par année de vie supplémentaires…La sante n’a pas de prix mais elle a un coût.

    C’est horrible a dire mais oui, il y a 600k morts par an en France et quand il vaut dépenser 10Mds pour sauver l’avenir des jeunes, personne ne veut le faire mais 200Mds pour sauver des baby boomers qui était de toute façon en bout de vie, la tout de suite on répond l’appel. Quelle hypocrisie de la société.

    • Thierry says:

      Au moins, le calcul est intéressant, et je vous en remercie. Donc, pour économiser 200 milliards, ( c’est à dire seulement 2 fois la fortune de Arnault), il faut laisser crever les vieux chez eux sans soins ( puisque sans le confinement les services de santé auraient été submergés, et il aurait fallu s’occuper aussi des accidents de la route, ect… ). Et pour le coup, il y aurait eu encore bcp plus de morts. C’est un choix, mais je suis certain que vous n’auriez pas accepté de laisser crever vos parents, ou grands-parents, sans rien faire… 😉

      • adnstep says:

        Vous préférez laisser crever de faim un partie de la population.

        https://www.google.com/amp/s/actu.fr/societe/coronavirus/coronavirus-misere-extreme-emeutes-la-faim-precarite-se-renforce-seine-saint-denis_33237297.html/amp

        C’est un choix.

        NB : quitte à faire dans l’héneaurme, je me permets, n’est-ce pas.

        NB2 : c’est en bas de chez vous que ça se passe.

        • Thierry says:

          Ne vous inquiétez pas pour la nourriture en france, En France on crève de trop bouffer, pas l’inverse. mais je vous accorde volontiers que pour bcp, si ils n’ont plus accès à leur pot de Nutella, ou à leur mc Burger de chez macDonald, ils ont l’impression de crever de faim, oui, ils sont bien capable de faire des émeutes pour du nutella, ça , ça s’est déjà vu…. ;). De toute façon, en seine st denis, ils perçoivent toujours les minimas sociaux, ça ne change rien pour eux, ne vous inquiétez pas. ( sauf pour les dealers, et autres trafiquants, il parait qu’ils ont une forte perte de chiffres d’affaires, c’est bien de se faire du souci pour eux, mais bon…….)

      • 200Mds ce sont les effets direct sur le déficit de l’Etat pas les conséquences a long terme qui seront bien plus importantes et dévastatrices.
        Ce que je pointe c’est l’hypocrisie de la société qui réagit aux morts que l;on voit a la TV ou quand c’est en Europe.
        Mais si les morts sont indirectes (pollution, réchauffement climatique,.,) ou bien sur un autre continent alors la on s’en fou.

  55. chrysalide says:

    il ne faut pas dire que tout a été dépenser pour sauver les baby boomer, au début de l’épidémie et en rapport avec ce que la chine avait subis, il faut se rappeler que on a eut que quelques mois de novembre (en chine) a février/mars (chez nous) donc 4 mois seulement pour remarquer que les personnes « fragiles » décédaient plus rapidement dont justement les personnes âgées, ce qui est logique vu que c’est un virus « aérien » qui envahit les poumons
    MAIS c’est quand le médecin chinois de moins de 40 ans qui avait identifié le virus en novembre
    DECEDAIT que les choses ont été vu sous un autre angle, et donc on avait la preuve qu’il pouvait aussi atteindre des personnes jeunes et en bonne santé…..
    oui les enfants sont les moins fragiles MAIS ils décèdent aussi soit du cov19 (pour certains a la santé fragile) soit des conséquences du virus qui déclenche d’autres pathologies graves

    donc oui on peut s’inquiéter après 6 mois de cette progression fulgurante, et oui notre système de santé n’était pas préparé à çà, et cette douloureuse constatation va nous faire mettre en place (enfin je l’espère) des dispositions « crise sanitaire exceptionnelle » pour que nous soyons pas pris au dépourvu la prochaine fois , CAR IL Y AURA D AUTRES VIRUS A L AVENIR

    l’argent n’est pas à calculer après coup en disant on aurait du faire autrement pour que çà nous coûte moins cher « par tête, vieille ou non, fragile ou pas, en fin de vie ou non »

    c’est nous dire, voilà cette épidémie nous a coûté très cher, on doit maintenant investir dans des dispositions QUI NOUS PERMETTRONT QUE CA NOUS COUTE MOINS CHER LA PROCHAINE FOIS
    mais çà c’est utopique pour les pauvres humains que nous sommes, on est plutôt pour réagir dans l’urgence car maintenant avec la panoplie d’antibio, vaccins etc.. on se croit a l’abri de tout. La preuve que NON!!

    Et j ‘en suis heureuse, nous sommes plus dans guerroyer au moindre mot de travers, alors heureusement il y a les épidémies!!!!!

    • Jean Claude says:

      Pour les personnes âgées le vaccin contre la grippe n’est efficace qu’à environ 40%.Qu’en sera t’il pour le prochain vaccin contre le coronavirus?
      Par ailleurs quand vous rentrez à l’hôpital vous avez en gros une chance sur deux de ressortir avec une infection nosocomiale(staphylocoque doré antero bacteres….).La plupart de ces bactéries qui vous pourrissent la vie sont multiresistantes aux antibiotiques actuels.
      Et que fait on au niveau de la recherche pour préparer le futur?pas grand chose compte tenu des enjeux.le faible prix de la plupart de ces antibiotiques peut expliquer celà.
      Enfin il est urgent de rapatrier la production de nos médicaments principaux actuellement fabriqués en Chine ou en Inde faute de quoi comme pour les masques on sera les derniers servi en cas de nouvelles épidémies

      • adnstep says:

        « La plupart de ces bactéries qui vous pourrissent la vie sont multiresistantes aux antibiotiques actuels. »

        En êtes-vous si sur ?

        «Non, la résistance aux antibiotiques n’est pas une menace pour la population.»

        Le professeur Didier Raoult (déjà lui !), spécialiste en maladies infectieuses, directeur de l’unité de recherche sur les maladies infectieuses et tropicales émergentes et de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection à Marseille, entend jeter un pavé dans la mare et démentir les prévisions alarmistes.

        Pourtant, Marisol Touraine, la ministre de la Santé, a fait de la lutte contre l’antibiorésistance la grande cause nationale de 2016. Le rapport du Dr Jean Carlet sur les antibiotiques, remis à la ministre le 23 septembre dernier, pointe en effet que près de 160. 000 patients développent chaque année en France des infections dues à des bactéries multirésistantes aux antibiotiques et 12.500 en meurent directement.

        «S’il y a 12.500 morts en France à cause de bactéries multirésistantes comme l’indique le rapport Carlet, on devrait en avoir plusieurs centaines à Marseille. Or j’ai déclaré 33 morts en cinq ans pour cette cause», souligne le Pr Pierre-Édouard Fournier, président du Comité de lutte contre les infections nosocomiales.

        «Ce sont des prédictions basées sur des modèles mathématiques auxquels on peut faire dire ce que l’on veut», estime le Pr Raoult qui, pour sa part, préfère se référer aux constatations de phénomènes existants. Depuis 2001, il bénéficie au sein de l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (APHM) d’un outil unique en France, un observatoire de la résistance aux antibiotiques des principaux micro-organismes pathogènes appuyé depuis deux ans sur un système de surveillance qui regroupe les résultats de 80 % des laboratoires de microbiologie de la région Paca.

        Or, selon ces données, entre 2001 et 2015, il n’a «pas été observé d’augmentation globale ou de phénomène de cumul de la résistance», souligne le Pr Raoult. «Sur les dix bactéries pathogènes les plus fréquemment isolées, les taux de résistance ont soit peu augmenté, soit diminué», précise-t-il en citant l’exemple du staphylocoque doré, dont la résistance à la méticilline a régressé de 33,4 % en 2001 à 12,8 % actuellement. Aucun cas de résistance à tous les antibiotiques disponibles n’a été observé dans une étude sur 51 cas de souches de bactéries pathogènes hautement résistantes.

        «Il est urgent de changer de modèle»
        La seule bactérie multirésistante qui ait réellement émergé récemment en Paca est Klebsiella pneumonia (angines, infections pulmonaires ou infections urinaires), responsable d’une épidémie dans plusieurs établissements de la région. «Nous avons montré qu’aucune de ces bactéries n’était panrésistante en utilisant des molécules antibiotiques anciennes, que les études et les analyses actuelles ont trop tendance à négliger alors qu’elles sont très efficaces», indique le Pr Raoult.

        «Il est urgent de changer de modèle», s’alarme le professeur, selon lequel nous avons un patrimoine de 33 molécules anciennes efficaces dont certaines ne sont plus commercialisées parce qu’elles ne sont plus rentables. Il cite ainsi l’exemple d’une patiente atteinte d’une tuberculose multirésistante qui a été guérie grâce à une molécule contre la lèpre tombée en désuétude.

        (La Provence, 2015).

        • François says:

          +1 Même si je ne suis pas pour l’application systématique d’antibiotique, voire de médicaments, mais c’est un autre combat.

      • Michel 2 says:

        Tout est question de mutation ou de réassortiments génétiques:

        Le coronavirus:
        https://www.science-et-vie.com/corps-et-sante/le-coronavirus-va-t-il-muter-vers-une-forme-plus-dangereuse-55135

        Extrait:
         » Parmi la centaine de mutations que nous avons repéré à ce jour dans son génome, il n’y a aucun indice de modification lui apportant un avantage adaptatif, affirme Louis Duplessis, généticien à l’université d’Oxford. De manière générale, la plupart des mutations au cours d’une épidémie ont très peu d’impact sur la contagiosité ou sur la virulence, ces évènements adaptatifs sont extrêmement rares. Surtout, en l’absence de vaccin, de traitement et d’immunité naturelle de la population, ce coronavirus est soumis à très peu de pression de sélection ».

        Le virus du Covid-19 est plus volontiers sujet à des accidents de parcours qui diminuent ses fonctions et sa virulence, à l’image de la perte de 382 nucléotides sur l’ARN d’une souche de virus repérée dernièrement chez 8 patients hospitalisés à Singapour – un évènement similaire avait eu lieu lors des débuts du SRAS en 2003. Meriadeg Le Gouil, spécialiste des coronavirus à l’université de Caen, insiste : « ce virus est déjà bien adapté à la circulation chez l’Homme, sa transmissibilité est tout à fait suffisante et il est peu probable d’observer des changements génétiques qui influencent fortement la sévérité de la maladie « .

        La grippe:
        https://www.sfm-microbiologie.org/wp-content/uploads/2019/02/VIRUS_INFLUENZA.pdf

        Extrait:
        « La variabilité génétique des virus de la grippe repose sur deux mécanismes génétiques majeurs :
        les mutations ponctuelles et les réassortiments.
        -a- Les mutations ponctuelles
        Pour les virus de la grippe comme pour les autres virus à ARN, les mutations ponctuelles sont dues
        à l’absence d’activité correctrice de la polymérase virale. Seules les mutations ponctuelles qui
        confèrent un avantage aux virus seront sélectionnées. Ces mutations sont à l’origine de
        l’adaptation à des hôtes d’espèces différentes, et à l’évolution de la virulence des souches. Les
        mutations dans les gènes de l’hémagglutinine et, dans une moindre part de la neuraminidase,
        sont essentielles, car elles permettent au virus d’échapper au système immunitaire de l’hôte.
        D’un point de vue épidémiologique, les mutations ponctuelles dans les gènes de l’hémagglutinine
        et de la neuraminidase sont à l’origine d’une dérive (ou glissement) antigénique, à l’origine des
        épidémies annuelles de grippe. Ainsi, l’immunité acquise au cours d’une grippe n’est pas efficace
        sur les souches des années suivantes du fait de cette dérive antigénique, ce qui explique les
        réinfections successives au cours de la vie d’un individu.
        -b- Les réassortiments génétiques
        Le réassortiment génétique est un échange de
        segments d’ARN entre deux virus lors d’une
        infection mixte, c’est-à-dire lorsqu’une même
        cellule est infectée par deux virus différents,
        phénomène fréquent chez le canard. Lorsque
        deux virus différents se répliquent dans une
        même cellule, l’incorporation des segments
        génomiques dans les particules virales
        nouvellement formées est aléatoire (Figure 2).
        Elle conduit à la production de nouveaux virions
        dont génome contient des segments d’ARN qui
        proviennent des deux virus parentaux. Ce
        processus évolutif est brutal. D’un point de vue
        épidémiologique, les réassortiments génétiques
        qui impliquent les gènes de l’hémagglutinine et de
        la neuramidase sont à l’origine d’une cassure
        antigénique, qui conduit à des pandémies de
        grippe. La cassure antigénique est l’introduction
        dans la population humaine d’un virus portant
        une HA et/ou une NA d’un sous-type nouveau. Il
        n’y a plus de réactivité antigénique croisée avec
        les virus antérieurs, l’ensemble de la population
        humaine est sensible à ce nouveau virus, qui peut donc initier une pandémie. Ces cassures ne
        concernent que la grippe A, pour laquelle de nombreux sous-types de HA et de NA sont décrits
        dans le réservoir aviaire. « 

        • Michel 2 says:

          Assertion de Sciences & Vie dans le lien précédent:

           » Surtout, en l’absence de vaccin, de traitement et d’immunité naturelle de la population, ce coronavirus est soumis à très peu de pression de sélection ».

          A COGITER si cette affirmation est vérifiée scientifiquement !!!

  56. A Michel2 : narration devient un mot à la mode comme l’a été autrefois « la problématique ». Maintenant, si vous êtes interviewé, et pour faire sérieux, il faut absolument casé « que ça a du sens » ou que « c’est dans votre ADN » et si vous êtes un financier de « disruption ».

    • Michel 2 says:

      C’est exactement ce qui m’énerve, ces espèces de mots ou expressions « à la mode » voire inventés (Cf. la bravitude de Ségolène Royal sur la muraille de Chine) qu’utilisent/ répètent à outrance ces personnes pour se donner un air intelligent ou cultivé.
      Le pire, c’est qu’à un moment cela dessert plus le propos et son auteur, qu’il ne l’enrichit.
      Perso, j’ai arrêté de lire l’article à la dixième répétition.

  57. Ramené au million d’habitants ,ce qui est le plus parlant les US sont à peu près 185/ million,la France à 360/ million ,l’Allemagne à 50/million,mais nous sommes les plus forts avec le meilleur système de santé et social et bureaucratique au monde ,que le monde entier nous envie!!!!

    • adnstep says:

      Et surtout nous avons le confinement le plus strict, donc plus efficace.

      • Michel 2 says:

        Partant du principe que la majorité des malades ont été infectés avant le confinement sans le savoir pour la plupart, le confinement plus strict n’est pas une considération rationnelle dans la survenance de plus de cas. C’est logiquement le contraire.
        La différence entre l’Allemagne et la France c’est d’abords le nombre de tests et d’isolement des cas suspects que l’Allemagne a rapidement mise en oeuvre alors que la France a attendu mai pour le faire et dans une moindre mesure.
        Le même mot revient à chaque fois que l’on parle du cas français: l’anticipation, (le manque de) !

        https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-pourquoi-l-allemagne-semble-t-elle-mieux-gerer-l-epidemie-que-la-france_3894519.html

        • adnstep says:

          Protéger
          Tester
          Isoler

        • François says:

          J’attends la fin de la guerre pour juger. Toutefois, je relève :
          – beaucoup de lits inutiles car ne disposant pas du personnel soignant pour les mettre en oeuvre ;
          – recours massif à du personnel soignant « frontalier » (polonais, ukrainien, …) qui va se tarir.

          Dans un autre registre : l’Angleterre dispose de plusieurs scénario de déconfinement, mais actuellement elle attend de voir comment cela va se passer en France. Donc pas forcément les bons.

          L’espoir de tous, c’est que l’arrivée des beaux jours ralentisse la pandémie pour éviter (limiter ?) une reprise. Pour le reste, chacun essaye de faire au mieux.

          Pour info, d’après les statistiques, la France a dépassé l’Allemagne en nombre de tests effectués. Donc dans la logique des articles ont devrait assister à un retournement de tendance ?
          Je n’y crois pas !

  58. adnstep says:

    Michel, c’était du 2nd degré, pour le confinement.

  59. Bonjour

    Personnellement, je reste partagé entre plusieurs stratégies, du moins pour l’exprimer en quelques lignes ici. Je n’ignore pas les autres pathologies et la faim qui peut résulter de ce confinement de tant de pays. Partagé parce que je ne tranche pas systématiquement, mais j’ai une vue des choses que je développe en petit comité. Pour le coup à chacun sa narration.

    Bien protégés je me risque toutefois à dire qu’il serait peut-être opportun de remettre la machine en route ( parce que peut-être qu’on a fait de la surprotection) et on verra.
    Je lis aussi que la pandémie serait derrière nous. Je pense qu’il est un peu tôt pour le dire mais de toute manière il faudra faire avec. Je suis dans les personnes à risques et pourtant je dis qu’on on ne pourra pas éternellement rester dans la situation où nous sommes……………..
    ———————–
    Ah ces sacrés baby boomers qu’on envie! combien de temps va-t-on en parler et bien voilà une réponse parmi d’autres:

    IL ne faut pas sacrifier nos jeunes pour sauver les vieux ( EMMANUEL TOOD).

    D’autres voient les choses à l’opposé ( Mélenchon syndicats etc…)

    C’est pas si simple, mais il ne faut pas faire dans les extrêmes, mais dans un juste milieu. Ce qui est certain c’est qu’il ne faut pas braquer toute une population, parce que on ne fait rien sans une nette majorité.
    Les français ne sont pas dociles et tant mieux mais d’un autre côté si on veut prendre l’avis de chacun on n’a pas fini de faire du sur place.
    J’ai des petits enfants que je ne vois pas (c’est une évidence) et qui vont retourner à l’école, en étant rassurés par leurs parents. Il ne s’agit pas non plus rester dans un climat anxiogène.

    Lambdas que nous sommes, nous pouvons toujours disserter, mail y a des dirigeants qui sont relativement bien payés et c’est à eux de prendre des décisions. C’est à eux de prendre la température et prendre la distance appropriée. C’est au pied du mur qu’on voit le maçon. Là il ne s’agit plus de discours (langue de bois) qu’on attend.

  60. L’Allemagne fait plus de 500 000 tests /sem depuis le début,cela m’étonnerait que nous en fassions plus ,au plus fort de l’épidémie nous avions du mal à en faire 40 000/sem.
    Quant au confinement c’était le plus mauvais choix,nous sommes dans le peloton de tête rapport confinement/décès avec l’Espagne,l’italie et la Belgique.
    Choix de pays non préparé,pauvre,confit dans l’idéologie politique égalitariste et du seul pays qui a démissionné son ministre de la Santé au début de la crise(là où des décisions importantes devaient être prises) pour remplacer un candidat aux municipales car il se filmait la bite.
    France terre d’élections redondantes qui bloquent autant le pays que notre bureaucratie et de la gaudriole.

    • François says:

      Il est vrai que l’Angleterre et les USA étaient préparés, pourtant avec entre quinze jours et un mois de « retard » sur le continent, ils avaient le temps.
      Les tests PCC sont un jour oui, un jour non. Donc, si vous faites 10 fois le test à la même personnes, vous augmentez le nombre de tests faits, mais pas celui de personnes réellement testées.
      Maintenant, le population allemande est, moyennement, plus âgées que la Française, donc avec plus de risques. Cela peut aussi expliquer la différence de politique.

      • Michel 2 says:

        Vous savez bien que l’Angleterre et les USA, populistes !!! ont misé, au début, leur stratégie sur l’immunité collective ou comment sacrifier 2 à 5 millions de personnes pour en sauver 50 millions ou plus.
        Tant pis pour les premiers et tant mieux pour les survivants, sauf que pas prévu, le Premier ministre s’est trouvé dans la première catégorie et là…. quand on est touché personnellement on change vite de jugement!

  61. François says:

    Quand je vois le nombre de jeunes qui s’investissent en dehors pour éviter que des personnes âgées sortent de chez elles, pour aider les soignants au sens le plus large (ambulanciers, ….), les champs, je pense que chacun est à même de se gérer, éventuellement avec avis médical pour ceux qui se jugent à risque.

    Je n’attends pas de décisions des dirigeants, mais plutôt des orientations et une organisation de dépistage pour limiter les reprises. En effet, l’exécutif et le législatif ne peuvent travailler que sur du global et non sur du local. Même les préfets n’ont qu’une vue limités et ne peuvent qu’accompagner.
    Dans une situation aussi inconnu, la décision vient souvent de la proximité de terrain, adapté au cas local. Cela n’interdit pas de faire remonter les informations et situations pour anticiper les tendances, manoeuvrer en adaptant les dispositifs au plus près des cas.

    Dans cette logique, les restaurateurs, après connaissance des risques locaux, sont les plus à même de juger des conditions et moyens de réouverture, éventuellement accompagnés d’un conseiller « santé » pour avoir un oeil extérieur. Mais Matignon ou Bercy sont mal placé pour juger de la situation de chaque table.
    Personnellement, je vais une fois par semaine sur mon lieu de travail où je déjeune dans un self. Les mesures barrage y sont appliquées au mieux, et le personnel mangeant est réduit, mais hormis cela les repas sont prêts et servis à la chaîne.

  62. Malgré le nombre de morts aux USA,ramenés à la population ils en sont à moitié moins que nous….
    Quant aux tests,bien sûr qu’il n’est pas question de tester tout le monde sachant que négatif la veille on peut l’être le lendemain voire 1 h après ,mais tester les symptomatiques et les ISOLER ,au lieu de rentrer chez vous et prenez du paracétamol !On a confiné des malades ,des porteurs sains et des non malades.

  63. Avec notre ratio de décès par million d’hab les USA seraient à près de 120 000 morts.Et encore Salomon a eu du mal a intégrer les morts en EHPAD ,on dirait que ça le gêne il ne connaît que l’Hopital,nous ne connaissons pas les décès en ville.

    • François says:

      Peu de pays connaissent les décès en ville pour le moment.
      L’on m’a rapporté un cas d’une personne âgée en dégénérescence sénile certainement décédé du COVID à domicile dans le grand Est. Cela s’est avéré être une délivrance pour son entourage. Vous comptabilisez où ?
      Il est certain que, comme écrit plus haut, certains, atteints d’autres affections graves, sont décédés prématurément, mais de combien ?
      Sans vouloir minimiser, avec toute la condescendance possible pour ceux qui ont perdu un proche, la pandémie a été pour partie un accélérateur, d’où ma méfiance sur les comptages.

  64. François says:

    Pour les comparaisons inter étatiques, l’on verra à la fin de la guerre. Quand la vérité des chiffres sera établie sur des bases plus tangibles que des remontées incertaines.

    En effet, tous les jours l’on met des personnes saines avec des malades, en particulier dans les hôpitaux.
    Vous seriez pour la politique appliquée en Inde ?
    Il me semble pourtant que les malades étaient isolés, mais pas les asymptomatiques, qui ne le seront d’ailleurs jamais car ils ne devraient pas avoir de symptômes, donc ne pas être testés. La différence avec l’Allemagne vient certainement de là, mais en Allemagne aussi, ils rentraient se confiner chez eux ?
    N’oubliez jamais qu’à ce jour le seul remède connu est l’immunologie, choix initial de l’Angleterre, des USA, mais aussi de la Suède (au contraire de la Norvège) et des Pays Bas.

    La différence de mortalité pour beaucoup de pays semble venir, pour le moment de la mise en place des confinements (sauf exception supra).
    Si l’été arrête le virus ceux qui ont pu attendre correctement gagneront, si cela ne suffit pas on verra in fine qui s’en tire le mieux.
    Mais avant, on reste dans le domaine de la boule de cristal.

    • Seul remède connu ,l’immunologie,rien n’est moins sûr, l’immunité acquise après l’avoir contracté n’est pas si évidente.De même que la sérothérapie vantée par Salomon ,on en entend plus parler .
      On ne sait ce qui améliore les malades ,mais on sait ce qui l’aggrave…

  65. adnstep says:

    Satisfaits de la gestion de la crise par votre gouvernement ?

    Autriche : 84%
    Allemagne 71%
    GB : 61%
    Italie : 55%
    France : 38%

    • Michel 2 says:

      38% de quoi par rapport à quoi ?

    • Michel 2 says:

      Si c’est un sondage avec un échantillon de 1000 ou 2000 interrogés, ça ne veut absolument rien dire !

      • adnstep says:

        C’est un sondage paru ce jour sur le Monde.
        X% des personnes sondées trouvent que leur gouvernement a bien géré la crise.

        • Le Mecreant says:

          Ils ont du poser la question aux ministres et deputes la rem pour arriver a trouver 38% de satisfaits…
          Cela s’appelle de l’autosatisfaction.

  66. Si la politique du traitement de la pandémie en France avait été strictement identique à celle de l’Autriche, aurions-nous eu 84% de satisfait ?
    Pour la France, il faut donner de chiffres en « données corrigées » par rapport à l’état d’esprit des français 😁

    • adnstep says:

      Disons que ça donne une idée des rapports de force des « majorités présidentielles » par pays. La tirade sèche du président allemand, il y a quelques jours au sujet de Macron en dit long sur ce qu’on pense de lui en Europe.

      Le gouvernement Autrichien (droite + écolo) est un gouvernement de coalition, donc plus susceptible de convenir à un plus grand ensemble d’électeurs. Mais pour une grande majorité des Autrichiens, leur gouvernement, tout juste intronisé début janvier, a été exemplaire en prenant des mesures de confinement très tôt, sans être jamais aussi restrictives qu’en France ou en Italie. Les hôpitaux de la République d’Europe centrale n’ont jamais été débordés, tandis que les habitants ont toujours conservé le droit de se promener dans la nature, en respectant scrupuleusement les distances sociales.

      Dans un pays éclaté comme la France, le gouvernement est bien en peine de rassembler plus qu’une minorité forte, dans un moment dit « d’union nationale » et en plus avec un « état de crise sanitaire » qui lui donne plus de pouvoir. Museler médiatiquement, juridiquement et financièrement ses oppositions, ça a aussi un coût.

      D’autre part, il me semble qu’il y a eu moins de mensonges gouvernementaux dans ces pays. Au bout d’un moment, la com finit par ne plus suffire.

  67. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Juste pour le plaisir de l’esprit :

    Les millions de masques arrivent !!
    Normalement le 11 mai tout le monde en aura enfin un masque !!

    D’après les projections faites par les « spécialistes et mathématiciens » en particulier ceux de Singapour, en France, après les 15 mai l’épidémie sera quasiment terminée.

    Si tel est le cas, les masques tant attendus seront quand même utiles 4 jours …

  68. chrysalide says:

    spécialistes?? et mathématiciens?? alors que tout le monde entier est dans l’inconnu !! on a aucune idée de l’avenir, même les premiers (en chine) improvisent, nous tiennent au courant de leur évolution…et eux au bout de 6mois, se dé confinent tout doucement, et même si cela nous semble dérisoire (mort par rapport a leur population) ils ont été assez professionnels pour nous aider dans leurs solutions qui ont contenues l’épidémie, mais nous bien sur on a voulu faire « mieux », eux les masques c’est une philosophie, quand quelqu’un se sent malade ou fiévreux, il porte naturellement « une barrière » pour protéger les autres… nous on pense dès le départ « çà sert à rien »!!! alors faut pas s’étonner si ils sont produits tardivement………..
    je pense que l’usine qui va produire des masques lavables, et avec un tissu vraiment protecteur, moi j’investi!! car il va falloir aussi que cette philosophie devienne la notre dans l’avenir… car si vous pensez réellement que le 15 mai il y a plus de risque de l’attraper, vous êtes sans doute ceux qui croyaient que le nuage de Tchernobyl s’est arrêter a notre frontière!!

    Nous allons l’attraper sur au moins un an, mais en effet , nos hôpitaux seront mieux organisés et avec plus de matériels!!!

    • Michel 2 says:

      Sur ce coup, je suis plutôt d’avis avec Julien.
      Il est probable qu’à fin mai voire 2ème quinzaine de juin, on ait plus aucun mort du coronavirus et même aucun cas symptomatique.

  69. adnstep says:

    En tout cas, ça n’empêche pas certains de vivre :
    https://www.google.com/amp/s/www.laprovence.com/article/sports/5977208/le-foot-brave-le-confinement.html%3famp

    Et dire que certains malotrus voudraient les obliger à retourner à l’école !

  70. adnstep says:

    Je n’ai toujours pas compris pourquoi on autorisait les queues dans les magasins à 1 mètre d’écart, et qu’on interdisait aux pêcheurs de partir seuls sur leur bateau pour caler une ligne ?

    • A cause de notre idéologie socialiste égalitariste à outrance,de même qu’on ne peut pas se promener sur une plage landaise seul sans personne à des centaines de mètres ou au milieu d’une forêt ,ce confinement doit être aussi une punition ,il ne faut pas que certains puissent mieux le vivre.
      A quand une carte de la déconnardisation ?

      • adnstep says:

        Je crois qu’il y a une pétition en Bretagne pour autoriser les plages. Peut-être la pression politique sera suffisante ?

      • Michel 2 says:

        Mais si vous êtes seul sur votre plage landaise c’est parce que « les autres » sont confinés et respectent – CQFD

    • Le Mecreant says:

      C’est trop subtil et intelligent pour la populace que nous sommes ;=)

  71. Julien bonnetouche says:

    Chrysalide, je comprends que vous ne vouliez pas me croire moi. Mais il faut croire Raoult lorsque il explique que cette variété de virus est saisonnière et s’éteint naturellement en Europe au printemps, sans qu’on en connaisse les raisons. La projection des courbes de transmission du virus permet de situer à peu près la fin de l’épidémie. Déjà si vous avez vu la première carte de Salomon hier vous constatez que presque partout la transmission est en forte diminution ( quasiment tout est en vert). Même dans l’Est du pays. Tout cela n’a rien à voir avec la symptomatologie particulière qu’engendre ce virus. La variété corinavirus est connue elle depuis très longtemps, puisque c’est elle qui occasionne la plupart des simples rhumes. En gros vers fin mai la transmission sera proche de zéro partout sur le territoire.

    • Le Mecreant says:

      Oui , enfin Raoult fait partie de ceux qui ont affirmé péremptoirement que le virus n’arriverais jamais en france et que c’était une petite grippete. Quand à la chloroquine, « remède miracle » ça reste a prouver. A sa décharge, je me suis rendu compte qu’entre ce qu’il dit vraiment et ce que rapportent les médias, il y a tout un monde, il est bien moins affirmatif que ce qu’on prétend. En l’occurrence il reconnais lui même qu’on ne sais rien de ce virus, et que le fait qu’il soit saisonnier est une possibilité… ou pas…
      Notamment quand il parle de la disparition estivale, il rappelle que ca reprend en décembre (pour la grippe) et qu’on explique pas plus sa disparition que sa réapparition.

      Il a aussi rappelé que les vaccins ont une efficacité très relatives sur les virus et que au bout de 40 ans ou presque et de 10aine de milliards de recherche on a toujours pas de vaccin contre le VIH…

    • François says:

      Peut être que notre petit confinement joue aussi un rôle ?

    • Michel 2 says:

      Vous allez vite Julien ; Raoult a pris des précautions et a dit: « ce virus POURRAIT être saisonnier comme d’autres virus respiratoires sans savoir pourquoi … »

  72. Bonjour

    Ayant beaucoup ( c’est tout relatif) en aventurier, et surtout à peu de frais, en dormant un peu n’importe où( Je ne réserve quasiment pas à l’avance: ou la veille et le jour même parfois dans l’après midi, et même un peu tard). Je n’ai jamais couché dehors, je me suis retrouvé sans logis, si bien que je me suis contenté de ce que je trouvais. Je me suis aussi souvent demandé si j’étais bien raisonnable. Je n’ai rien attrapé de grave ( comme maladie). Je me suis quand même retrouvé dans des pays où la médecine de ville n’existait pas et il n’y avait comme recours que l’hôpital. Bon, heureusement rien de bien grave, mais je n’avais pas envie de séjourner longuement dans cet hôpital. Bref on m’a quand même rassuré ( mais c’était limite) et j’ai pu continuer mon voyage. Revenu en France j’ai pensé à revoir « la chose » qu’on a vraiment résolu.

    Tout ça pour dire qu’il va falloir revoir un peu ma manière de voyager.

    A cet égard , en premier lieu, je pense que dans beaucoup de cas le port occasionnel !!! du masque sera la règle. Quant à être entassé dans un avion ce ne sera plus possible. C’est pour ça que je crois que beaucoup de compagnies aériennes ont du souci à se faire. A mon grand regret, puisque je voudrai encore en profiter un peu. J’ai vu que ITALIE , un prototype « de disposition des sièges » était à l’étude mais évidemment ça coûtera plus cher.
    Enfin nous avons encore un peu de temps pour y penser.

  73. chrysalide says:

    merci de penser que je ne suis pas trop débile, mais donner des dates avec ce virus qui « serait saisonnier »…. je n’y crois pas trop, par contre infecter de moins en moins de personne « si elles ont été contaminées, oui mais comme tout le monde s’est confiné pour ne pas l’attraper, donc n’est pas immunisé… il va encore ravager pas mal de monde, et l’été n’y fera rien, dans bcp de pays il fait chaud et il sévit très bien.
    de plus à mon avis c’est un virus qui mute alors il va s’endurcir et nous revenir avant cet hiver!!!donc re belote, mais là comme je dis on sera déjà préparé dans les hôpitaux et on aura du matériel!!!

  74. adnstep says:

    « Quant à être entassé dans un avion ce ne sera plus possible.  »

    Sauf chez Air France, semble-t-il. Les derniers vols revenant des Antilles semblent bondés, la compagnie ne distribue pas de masques, …

  75. Dindonsauvage says:

    Que le virus soit saisonnier cela reste à voir,
    Le SRAS, le Mers cov2 ses frères n’ont pas de saisonnalité.,
    Que le virus n’ai pas la capacité de muter pour échapper au vaccin cela reste à voir,
    Que l’épidémie s’arrêter peut-être si le confinement à bien rétablit un R0 très bas, pq pas,
    Que l’on ait pas de porteur sain cela reste à voir,
    Que le virus deviennent une nouvelle maladie à part entière cela est plausible,
    Raoult raconte une vérité scientifique bien tronqué, c’est son analyse, il pariait sur l’absence de cas en France janvier,
    Ramener à la population américain c’est bien la ramener à celle des foyers épidémiques c’est mieux…

    Une autre naration possible raoult sera interdit d’exercer par l’ordre des médecins et par les instances scientifiques pour des études interventionnelles sans autorisations.

    il faut savoir que l’ihu de Marseille a perdu toutes ses accréditations inserm en quelques mois après qu’il ai été prouvé des falsifications des données. et raoult commence ses vidéos quand ca chauffe pour agnès buzin… qui donne les accréditations inserm ? le mari de Mme Buzin… la situation est plus complexe que la simple science.

    allé une autre vidéo sur l’ihu et raoult.

    https://www.youtube.com/watch?v=E1EFzSM4p6I

    y a pas de fumé sans feu aussi on peut rester dans le recul et le raisonnable… je sais que je ne sais pas

  76. chrysalide says:

    aux dernières nouvelles d’une amie hôtesse de l’air chez easy, elle m’a dis que toutes les cies pratiquement sont arrêtées sur toute la planète et aucune directive de vol prévue, j’avais un vol prévu sur ténérife fin mai, il a été annulé, donc la cie a proposer un report en novembre (suivant évolution d’autorisation gouvernementale), donc je ne vois pas comment certains peuvent prévoir des échanges commerciaux en mai car fin de l’épidémie!!!
    vous êtes au pays des bisounours!!!

  77. Bonjour

    « Mais il faut croire Raoult lorsque il explique que cette variété de virus est saisonnière et s’éteint naturellement en Europe au printemps, sans qu’on en connaisse les raisons. »
    L’Europe c’est déjà grand mais ce n’est qu’une partie du globe. Et comme souvent, ces virus ne viennent pas d’Europe, si on veut voyager au delà!!! Je dirai que c’est un avertissement ou un rappel pour l’avenir. Bien sûr on connaissait les vaccins pour aller dans tel ou tel pays. Mais là devient plus complexe et le covid n’est que l’annonciateur de ce qui nous attend.

  78. Julien bonnetouche says:

    Autant il a été facile d’arrêter la machine économique autant cela risque d’être plus long à redémarrer. Mais pour le reste ( la transmission du virus ) je prendrais volontiers un pari avec vous Chrysalide !!

    • adnstep says:

      Il y a déjà eu plus d’une centaine de référés de syndicats contre diverses entreprises.

      Gageons que ça ça s’amplifier. La CGT, sud, solidaires,… vont s’en donner à coeur joie.
      Soit le gouvernement tranche et limite leur capacité de nuisance par la loi, soit le conseil d’État va rapidement être submergé et les entreprises hautement syndicalisées vont rester sur le bord du chemin tandis que leurs concurrentes étrangères vont reprendre à fond. Sans compter nos boulets habituels comme la SNCF. Pas grave, il suffira d’un nouveau plan à 200 milliards. C’est gratuit, c’est l’état qui paye.

  79. Bonjour

    « Quant à être entassé dans un avion ce ne sera plus possible. »

    Vous avez raison C’est vrai pour air France.

    Je n’ai pas été assez précis: je m’appliquais ça à moi-même. Mais je pense que beaucoup de voyageurs penseront la même chose.

    J’avoue que ça gâche un peu mes ( nos )projets.

    Pour ce qui me concerne nous avions préparé un voyage en israël. Nous organisons toujours nos voyages nous mêmes et donc si ça tourne mal tant pis pour nous. Jusque là jamais rien de bien grave. Juste un vol sec non remboursé ( validité de carte d’identité ! une omission) . Pas de pot nos passeports étaient à Moscou ( obtention du visa)ou je ne sais où pour un voyage en URSS.

    Bon, bref, ISRAËl—->on parlait de virus en Chine. Ma femme me dit non non mais il ne va pas arriver jusqu’ici. Elle n’est pourtant pas ignorante mais là je trouvais qu’elle avait la mémoire courte. Bref pour moi « attendons un peu »

    Et pour cause pour un voyage prévu sur 3 semaines on serait juste arrivé pour le confinement pendant 15 jours.

    Evidemment nous organisant nous même jamais de remboursement ( même partiel) possible.

    Bon pour nous « consoler » nous contribuerons à l’assainissement de la planète et nous resterons dans notre jardin à écouter les oiseaux.

    Mais au fait que pensez vous du secteur aéronautique. Dommage là on n’était pas trop mauvais.

    C’est certain que pour relancer la machine ce sera difficile et dans beaucoup de domaine.

    Quoiqu’il en soit ce coronavirus « passionne » et on est loin des sujets traités auparavant sur ce blog.

    • adnstep says:

      L’aéronautique, c’est 180 000 emplois directs en France, 360 000 emplois induits.
      C’est 12 % des exportations françaises de biens. Et , en 2015, les exportations aéronautiques représentaient 3,2 % du PIB hexagonal, un record mondial.

      Et un secteur très dépendant des commandes étrangères.

    • adnstep says:

      Coronavirus: l’aéronautique et la défense sous étroite surveillance

      Pour sauver l’aéronautique civile et militaire, les industriels et le ministère des Armées multiplient les « task forces ». L’aéronautique française, la deuxième du monde avec 195.000 salariés, aura besoin de milliards d’euros de recapitalisations, prévient le Gifas.

      Air Défense

      La filière aéronautique française emploie 195.000 salariés dans quelques 400 entreprises : une consolidation est inévitable.

      Par
      Anne Bauer
      Publié le 6 mai 2020 à 7h00

      C’était hier et cela semble déjà une éternité.
      « Le secteur aéronautique craint que les difficultés de recrutement n’entame sa croissance », expliquaient les dirigeants du Gifas, le groupement des industries aéronautiques, en juin dernier au Salon du Bourget. A présent, Eric Trappier, président du groupement des industries aéronautiques (Gifas), estime que le secteur ne pourra pas survivre sans plans sociaux.

      Pour l’heure, un tiers des salariés de la filière sont retournés sur site, un tiers est en télétravail et un tiers en chômage partiel. Mais celui-ci ne va pas durer et après avoir embauché 15.000 personnes par an au cours des deux dernières années et créé 8.000 emplois nets sur deux ans, l’industrie aéronautique française va devoir vite réduire la voilure .

  80. adnstep says:

    Ce jour, les Barcelonais se promenaient sur les Ramblas.

    En Autriche, les gens se sont rués dans les magasins.

    Tout celà, on peut le voir à la télévision.

    En France, dans 9 jours, on pourra se promener entre zones rouges et zones vertes, dans la limite de 100 km.

    Je souhaite bien du plaisir à ceux qui voudront empêcher certaines populations peu réceptives à l’ordre de se déplacer en masse.

    Vous avez pu le voir dans mon posts précédent sur les matches de foot. Mettre un PV de 135€ à un automobiliste qui n’a pas bien rempli son autorisation de circulation, c’est une chose. Arrêter une foule un peu moins conciliante, ça va être une autre paire de manches.

    Tracez un cercle de 100km autour de Paris.
    Tracez un cercle de 100km autour de Lyon.
    Tracez un cercle de 100kl autour de Marseille.

    Voyez le nombre de personnes qui vont pouvoir se déplacer.

  81. adnstep says:

    La Provence vient de passer en vert.

    D’après-vous, est-ce :
    1) Parce qu’en deux jours il y a eu une baisse importante de lits occupés ?

    2) Parce que Raoult à convaincu Macron ? Parce qu’on fait déjà les drive-tests qui vont être généralisés en France ?

    3) Parce que la Provence vit surtout du tourisme et qu’il était impensable qu’elle ne soit pas verte ?

    4) Parce que le Show-Bizz parisien veut retrouver sa maison du Lubéron.

    5) Parce que Johnny Depp en a marre d’être confiné à Saint-Tropez et qu’il a menacé d’attaquer avec le Black Pearl ?

    6) Parce que le virus est mort et ne circule plus ?

  82. adnstep says:

    Un avant goût du « monde d’après ».

    « Le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon s’est dit vendredi «écoeuré» face au nombre de masques annoncés à la vente par la grande distribution qui affirme elle ne pas avoir constitué de «stocks». «Je suis écoeuré quand je découvre qu’il y a un commerce de masques et que certains pouvaient s’approvisionner», a-t-il affirmé sur France 2. «Donc j’avais raison de demander la réquisition de toute l’industrie textile pour que chaque personne ait accès gratuitement à un masque», a-t-il affirmé.

    » La vente de masques chirurgicaux en supermarché révulse les médecins libéraux

    Les Ordres des professions de santé se sont offusqués dans un texte cinglant du nombre «sidérant» de masques annoncés à la vente par la grande distribution qui a affirmé ne pas avoir de «stocks cachés» et que les commandes n’allaient être livrées que «très progressivement». «Il n’y avait pas de stocks de masques cachés en France», a également assuré vendredi soir le directeur de la Santé Jérôme Salomon, interrogé sur le sujet.

    Demande d’une commission d’enquête parlementaire

    La Sénatrice de Gironde Nathalie Delattre (Rad Soc), a elle demandé la constitution d’une commission d’enquête sur le sujet, dans un courrier au président du Sénat Gérard Larcher et transmis à l’AFP. «De deux choses l’une: soit la grande distribution a une puissance de frappe infiniment supérieure à celle de l’Etat et a réussi à se procurer autant de masques en si peu de temps, et dans ce cas-là la commission devra faire toute la lumière sur les insuffisances de la chaîne de décision nationale. Soit la grande distribution se moque de la santé du peuple français, et devra répondre à cette question : combien de vies auraient pu être épargnées si ces stocks avaient été distribués plutôt que d’être stockés en attendant d’être vendus !», écrit-elle. »

    Pensez à faire des stocks de chips et de pop corn. Le festival ne fait que commencer.

  83. TOURAIN says:

    Le bal des hypocrytes n’est manifestement plus confiné… J’avoue sourire en lisant la révulsion des médecins libéraux sur la vente en grande surface de masques chirugicaux (ceux que distribuent les mairies dans les boîtes aux lettres ou même dans la rue ont ils un circuit plus déontologique?)… Je revois encore mon médecin à qui, à mi janvier, j’indiquais que je partais 3 semaines en Inde jusqu’au 17 février, alors que la situation à Wuhan prennait de l’ampleur dans les médias, me disant toute l’inutilité du masque si on n’est pas malade (les chirugiens en portent au bloc non pour se protéger mais pour ne pas postillonner dans l’incision qu’il viennent de faire, me disait il, achetez en en pharmacie si vous voulez, c’est pas cher et éventuellment, cela vous évitera que, dans un aéroport, une autorité locale vous ennuie parce que vous êtes étrangers…). J’en ai acheté, sans difficulté, à cette date… J’avoue aussi sourire en lisant l’indignation de Mme N. Delattre -sénatrice -(*) (qui, au passage, à un CV rempli plus d’activités dans le monde politique (assistante parlementaire, secrétaire de parti, etc… ) que dans la vraie vie économique – (pour sourire: en plus de son bac , elle a un dîplôme universitaire (si, si cela existe…) d’aptitude à la dégustation des vins , mention bien !); Cette indignation va être évidemment très contre productrice, car bien sur la grande distribution n’a pas en France les stocks au niveau annoncé (c’est de la commande… à livrer sur plusieurs semaines, et au total des volumes modestes vis à vis de la consommation de masques  »grand public » ) et qu’elle veut s’en servir comme produit d’appel, (à épuisement des stocks… selon la formule habituelle des dépliants publicitaires pour boîtes aux lettres…) . Mais bien sur, maintenant pour éviter la polémique la grande distribution freinera l’écoulement… Comme d’ailleurs les entreprises de BtoB spécialisées en pièces de rechange ou en gros, qui ajouteront quelques masques aux grosses commandes mais pour « dépanner » les gros clients… La subtilité de la relation commerciale ( le geste commercial…)qui échappe vite à beaucoup….
    (*) Cette dame, (selon wikipédia, colonel de réserve dans la Gendarmerie… tiens j’ai déjà vu cela…) dont le compagnon vit de la production du vin est évidemment totalement pertinente pour parler de  » se moquer de la santé du peuple français  ». Là encore la modération s’impose….

    • adnstep says:

      Tourain, vous manquez totalement de patriotisme.
      Tout ce pinard qu’on ne peut plus vendre aux chinois ou aux américains, il va falloir l’écluser nous même !

  84. Robert says:

    Nous devions rentrer dans une période ou 67 millions de sélectionneurs devaient donner leur avis pour l’Euro, résultat l’homme a une capacité d’adaptation incroyable car nous avons maintenant 67 millions d’experts médicaux.

    Guillaume nous dit « Chacun voit dans l’arrivée soudaine de ce nouveau virus la confirmation de ses certitudes. », je suis assez d’accord avec lui.
    Certitudes d’explosion de la bulle immobilière (comme nous sommes sur un blog sur le patrimoine), certitudes de revenir à la vie d’avant, certitudes que cela ne nous concerne pas, certitudes du complot …, chacun y trouvera sa vérité comme le dit Guillaume.

    Je suis quand même surpris de trouver sur ce blog ce type d’approche et utilisant une personne médiatique du type du Dr Raoult pour l’étayer.

    Le Dr Raoult est une figure scientifique reconnue cela ne fait aucun doute et bien loin l’idée de le contredire sur son domaine de connaissances et d’activité.

    Néanmoins, sa personnalité narcissique et arrogante associée à une communication contre-productive (Trump doit l’inspirer comme il le cite si bien) et une propension à vouloir s’afficher à contre-courant m’amène à m’interroger.

    Il est quand même contradictoire de dire qu’il y aura moins de morts par accident de trottinette, puis de brandir l’urgence de la situation et l’éthique de la profession, de crier haut et fort que la (sa) solution est trouvée et enfin de déclarer que la situation est inutilement dramatisée et sa fin est programmée pour cet été.

    J’ai quelques fois la vision du « Messie/Gourou Cosmo-planétaire du grand Mandarom » qui me revient car il a la capacité de fournir suffisamment de vérité pour qu’une majorité adhère au moins à une partie de son message et prête une oreille attentive voir béate à ses propos (je vois sur les réseaux sociaux (et même ici) des déclarations d’amour et d’adulation qui m’atterre).

    La vidéo présentée ici est certes intéressante, mais n’oublions pas ses premières vidéos lorsque nous ferons un vrai bilan (a minima fin juin/mi juillet voir septembre).
    https://www.youtube.com/watch?v=USCK-q4xEIc
    https://www.youtube.com/watch?v=00_vy-f22nE

    Guillaume se fera surement un plaisir de remettre le graphe à jour de l’évolution du nombre de décès en France.
    Ceci dit j’aimerai beaucoup que les prédictions du Dr Raoult puissent s’avérer exactes prochainement.

    Enfin même si le message de Lesage n’était pas clair sa conclusion me semble opportune « Moi, ce que je sais, c’est que je ne sais rien. »

  85. adnstep says:

    « selon wikipédia, colonel de réserve dans la Gendarmerie… tiens j’ai déjà vu cela… »

    Vous voulez sans doute faire allusion à un certain colonel des Dragons qu’on arrêta dans un troquet en pleine séance d’insultes d’ivrogne ?

    • TOURAIN says:

      Non je pensais à un lieutenant colonel de réserve, se défoulant le 1er mai dans la rue ( la salle des sports de l’Assemblée Nationale étant fermée ce jour là….) et qui, par la suite, à dire de ministre, n’était plus que  »le bagagiste  » d’une équipe de sport en transit sur les Champs Elysées…. Au passage, je me demande si le grade atteint par Mme DELATTRE l’est au titre de ses hautes compétences oenologiques, Compétences appréciées par la marechaussée ?

    • François says:

      Attention, il s’agit de réserve citoyenne. Dans ce cadre, c’est de la cooptation d’une personne qui peut aider l’institution, en aucun cas un statut opérationnel.
      En résumé, sa nomination est une opération de lobbying.

      • Quand bien même,quelle formation ou qualité lui permet d’avoir ce grade?Passe t-elle sa visite annuelle d’aptitude?

        • François says:

          Comme il s’agit de lobbying, le grade est souvent fonction de l’importance que l’on veut donner à la personne. Normalement, il est fondé sur une équivalence de diplôme civil. Le recruteur propose au bureau de gestion qui valide ou non.
          Un réserviste citoyen n’est normalement pas soldé, mais uniquement dédommagé de ses frais. A ma connaissance pas de visite d’aptitude.
          En revanche, pour le cas précédent, un recrutement en réserve opérationnelle donne un rôle actif lors des convocations, rémunéré au taux du grade par période effectuée. Normalement le grade dépend des certifications obtenues correspondantes aux équivalent du personnel d’active, s’appuyant également sur le passé « militaire ». Même en temps qu’expert pour un dossier, il est étrange de ne pas l’avoir recruté en réserve citoyenne, et de lui avoir attribué un tel niveau de grade…..

    • Fort heureusement il a été refusé d’autant plus que ces messieurs osent tout,c’est à cela qu’on les reconnaît,il avait demandé le 13e RDP!!!!!!!!

  86. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    En écho aux propos d’adnstep, je commence à en avoir mare de toute cette affaire.

    Le confinement, les chaines info télé non stop, les errances du gouvernement, maintenant la quarantaine si on va à l’étranger (ou que l’on en revient) l’absence de perspectives pour les mois à venir, le pistage, les brigades, la quarantaine dans les hôtels…

    Ce matin en faisant la queue à l’extérieur chez le primeur du coin, j’entendais une institutrice parler au téléphone à une collègue :
    Comment on fait avec les cahiers pour les correction ? on ne peut pas les prendre en main ?
    J’étais partagé entre lassitude et l’envie d’en rire.

    Et puis maintenant c’est la grande litanie des changements de comportements après le covid :
    Il parait que les achats de proximité sont devenus à la mode !! le bio aussi pendant que nous y sommes.

    Il y a un peu de vrai mais je ne suis pas certain de la durabilité du phénomène :

    Depuis un mois, nous achetons du poisson à un jeune marchand ( le bateau de Thibaud) qui ramène à Paris du poisson tout frais péché par un (tout ) petit bateau à Harfleur.
    Vraiment très bon !!! la senteur particulière du poisson tout juste sorti de l’eau.

    Mais voilà : nettement plus cher que notre poissonnier habituel sur la marché (qui se fournit à Rungis) lequel est aussi nettement plus cher que le supermarché bien sur.

    Et le primeur du coin dont je parle ci dessus, chez lequel on va aussi pour faire une promenade, lui aussi est beaucoup plus cher que carrefour.

    Bref, il ne faut pas que cela dure encore longtemps…

  87. Cette politique du « panpan cucul » commence sérieusement à m’exaspérer…

    • adnstep says:

      Du genre :  » si vous n’êtes pas sages, vous n’aurez pas le droit de sortir le 11″. ?

      • Oui cette infantilisation m’insupporte…qui plus est pour se plaindre ensuite de des effets.
        « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. » Bossuet

    • adnstep says:

      « Il ne faut jamais mentir, mais il n’est pas interdit de se montrer astucieux ! »
      CdG.

      Et le degré d’astuce pouvait être impressionnant…

  88. Robert says:

    Nous devions rentrer dans une période ou 67 millions de sélectionneurs devaient donner leur avis pour l’Euro, résultat l’homme a une capacité d’adaptation incroyable car nous avons maintenant 67 millions d’experts médicaux.

    Guillaume nous dit « Chacun voit dans l’arrivée soudaine de ce nouveau virus la confirmation de ses certitudes. », je suis assez d’accord avec lui.
    Certitudes d’explosion de la bulle immobilière (comme nous sommes sur un blog sur le patrimoine), certitudes de revenir à la vie d’avant, certitudes que cela ne nous concerne pas, certitudes du complot …, chacun y trouvera sa vérité comme le dit Guillaume.

    Je suis quand même surpris de trouver sur ce blog ce type d’approche et utilisant une personne médiatique du type du Dr Raoult pour l’étayer.

    Le Dr Raoult est une figure scientifique reconnue cela ne fait aucun doute et bien loin l’idée de le contredire sur son domaine de connaissances et d’activité.

    Néanmoins, sa personnalité narcissique et arrogante associée à une communication contre-productive (Trump doit l’inspirer comme il le cite si bien) et une propension à vouloir s’afficher à contre-courant m’amène à m’interroger.

    Il est quand même contradictoire de dire qu’il y aura moins de morts par accident de trottinette, puis de brandir l’urgence de la situation et l’éthique de la profession, de crier haut et fort que la (sa) solution est trouvée et enfin de déclarer que la situation est inutilement dramatisée et sa fin est programmée pour cet été.

    J’ai quelques fois la vision du « Messie/Gourou Cosmo-planétaire du grand Mandarom » qui me revient car il a la capacité de fournir suffisamment de vérité pour qu’une majorité adhère au moins à une partie de son message et prête une oreille attentive voir béate à ses propos (je vois sur les réseaux sociaux (et même ici) des déclarations d’amour et d’adulation qui m’atterre).

    La vidéo présentée ici est certes intéressante, mais n’oublions pas ses premières vidéos lorsque nous ferons un vrai bilan (a minima fin juin/mi juillet voir septembre).
    https://www.youtube.com/watch?v=USCK-q4xEIc
    https://www.youtube.com/watch?v=00_vy-f22nE

    Guillaume se fera surement un plaisir de remettre le graphe à jour de l’évolution du nombre de décès en France.
    Ceci dit j’aimerai beaucoup que les prédictions du Dr Raoult puissent s’avérer exactes prochainement.

    Enfin même si le message de Lesage n’était pas clair sa conclusion me semble opportune « Moi, ce que je sais, c’est que je ne sais rien. »

    • Thierry says:

      Très bien exprimé, complètement d’accord, du coup, plus rien à ajouter…

    • « Je suis quand même surpris de trouver sur ce blog ce type d’approche et utilisant une personne médiatique du type du Dr Raoult pour l’étayer. »

      Vous savez, je n’ai aucune compétence médicale, j’écoute et j’entends ceux qui doivent savoir. Ne pas vouloir écouter M Raoult, n’est il pas un biais de confirmation ? Ce n’est pas parce qu’il ne dit pas ce que nous voulons entendre, qu’il ne faut pas l’écouter.

      Moi, j’en sais rien.

    • Michel 2 says:

      « Guillaume nous dit « Chacun voit dans l’arrivée soudaine de ce nouveau virus la confirmation de ses certitudes. », je suis assez d’accord avec lui. »

      Un scientifique, un vrai n’a pas de certitudes, il n’a que des doutes !

  89. adnstep says:

    Déconfinés, mais surveillés et (au besoin) punis: la magie du «en même temps»

    FIGAROVOX/TRIBUNE

    Devant l’Assemblée nationale, le Premier ministre a pensé que le refrain bien connu ferait illusion. Mais les Français ne peuvent être «en même temps» libérés et contrôlés, juge la philosophe Julia de Funès.

    Par Julia de Funès

    Publié le 01/05/2020 à 11:58

    Par-delà la difficulté de l’exercice, la justesse du ton et le bien-fondé probable des mesures prises, le discours d’Édouard Philippe devant l’Assemblée nationale fut l’incarnation de la pirouette terminologique qu’est le «en même temps». Le «en même temps» de la complexité ne prenait-il pas soudain quelques airs de duplicité? Nous serons déconfinés mais en même temps plus contrôlés. Nous passerons de l’enfermement à l’examen, de l’isolement à la surveillance: massification des tests, identification des cas-contacts, mises en place de brigades, plan de mise à l’abri, quadrillage géographique départemental, kilométrage limité. On troque une restriction de liberté physique contre une restriction de liberté psychologique. Tout sera vu, visible, traçable, traqué, justifiable, justifié. Nos comportements seront moins limités mais davantage conditionnés parce que hautement contrôlés. Devenir moins libres tout en l’étant plus, c’est la magie du «en même temps».

    Ce contrôle ne suspend pas en même temps la confiance du gouvernement envers la population, annonce le Premier ministre.

    Comment faire confiance tout en contrôlant? Faire confiance revient – comme l’étymologie l’indique: cum fidere, avec foi) – à croire en l’autre, à parier avec la dose d’incertitude inhérente à toute croyance. Si on croit c’est qu’on ne sait pas. À l’inverse lorsque l’on contrôle, nous ne sommes plus dans la croyance et son doute consubstantiel, mais dans la connaissance des preuves. Il y a des phases de contrôle, des phases de confiance, mais les deux, de manière concomitante, restent impossibles. Comment être à la fois dans la croyance et la connaissance? Croire tout en ayant la preuve? C’est l’illusion du «en même temps».

    Le « en même temps » travestit la domination en protection et la permission en liberté.
    Le gouvernement s’est auto-félicité d’une certaine hauteur d’âme puisqu’il s’est exprimé en premier lieu et sans obligation constitutionnelle devant l’Assemblée nationale. En même temps, le (bio)pouvoir devient tentaculaire au point de s’immiscer jusque dans nos corps fiévreux à parquer en quarantaine. La noblesse d’âme peut-elle s’accompagner d’une intrusion jusque dans nos organes? C’est l’ensorcellement du «en même temps».

    » LIRE AUSSI – Eugénie Bastié: «Faut-il craindre le biopouvoir?»

    Le gouvernement se veut prudent sans en même temps tomber dans l’immobilisme. Il s’exempt de la responsabilité d’une reprise économique, qui dépendra des différents acteurs sociaux (écoles, entreprises, etc.). Ce ne sera pas de la responsabilité du gouvernement si les écoles et les entreprises ne parviennent pas à s’organiser, mais bien de la leur! Sauf que la complication des mesures sanitaires à mettre en oeuvre peut tout autant congestionner la situation qu’un immobilisme imposé. L’autonomie et la responsabilisation promises occultent, par leur teneur valorisante, la difficulté de la mise en marche et la crainte du gouvernement (pourtant «En Marche»…) à s’y risquer. C’est l’occultisme du «en même temps».

    À une époque où la complexité est sans borne, le «en même temps», signe d’intelligence et d’honnêteté intellectuelle, peut en même temps travestir la domination en protection et la permission en liberté.

    Laissons le mot de la fin à Tocqueville: «Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. (…) le souverain étend ses bras sur la société tout entière ; il en couvre la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient faire jour pour dépasser la foule ; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans cesse à ce qu’on agisse ; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger.» (De la démocratie en Amérique).

  90. Jean Claude says:

    Ça me rappelle aussi l’histoire de la grenouille que l’on plonge dans une casserole d’eau tiède sur le feu.Au fur et à mesure que la température monte la grenouille trouve ça agréable .A 50°C elle pense que ça commence à trop chauffer.Elle sent que ses forces se sont reduites.Si on renouvelle l’expérience avec au total 100 grenouilles une fois dépassée la température de 50°C ,90 d’entre elles seront ebouillantees et 10 auront pu sauter et s’enfuir.
    Dans notre cas avec ce confinement je pense qu’ on atteint les 50°C

  91. adnstep says:

    « Le Dr Raoult est une figure scientifique reconnue cela ne fait aucun doute »

    Ça, c’est un fait.

    « Néanmoins, sa personnalité narcissique et arrogante associée à une communication contre-productive (Trump doit l’inspirer comme il le cite si bien) »

    Ça, c’est une opinion.

    Le succès du docteur Raoult est d’abord du à la faillite officielle des Diafoirus de cabinet et à la communication gouvernementale.

    Quand la voie officielle fait tout à l’envers, ceux qui proposent une autre voie finissent par attirer l’attention. Et quand cette voie officielle lance ses chevau-légers sur les plateaux pour abattre la voie discordante, certains finissent par se demander pourquoi tant d’énergie est nécessaire.

    La bonne solution était peut-être d’encourager, plutôt que d’interdire, l’activité locale de l’IHU. D’abord parce que quoi que dise l’ARS ou le comité scientifique, des tas de gens se sont fait tester et traiter, et que ces gens étaient volontaires. Ensuite parce que ce système de dépistage et d’isolement des cas suspicieux, c’est maintenant ce qui devrait être fait à l’échelle nationale. Si j’ai bien compris les derniers changements de discours à ce jour.

  92. julien bonnetouche says:

    Bonjour Michel,

    Les propos de jean Dominique Michel sont tellement clairs et évidents, que si j’avais son talent je ne changerais pas un seul mot pour exprimer ma pensée !!

    Mais encore une fois, il nous le rappelle et nous en avons beaucoup parlé ici, le handicap majeur de nos sociétés résulte de la complexité de la décision administrative.

    Nous croyons naïvement que le ministre ou le président décident ; mais non c’est l’Administration qui décide !!

    La décision administrative est la résultante de forces et d’intérêts variées voire opposés, additionnés des spécialistes en ouverture de parapluies.
    Elle ne peut donc être simple et efficace.

    le dernier exemple en date, sont les 61 pages de directives pour la mise en place de la rentrée scolaire du 11 mai.

    Et dire que je faisais partie de ceux qui pensent qu’à l’administration centrale de l’éducation nationale il y a pléthore de fonctionnaires qui ne foutent rien !!!

    • François says:

      Normalement, l’administration prépare les dossiers en évoquant les différentes possibilités étayées et ensuite le chef décide. Toutefois entre le traitant, souvent spécialiste, pour les cas complexes les traitants chacun dans sa spécialité et le décidant, il peut y avoir une multitude d’échelons (chef de bureau, sous-direction, ….) qui peuvent filtrer, synthétiser, tenir compte d’indicateurs plus ou moins croisés ….. et pour un ministre un cabinet souvent avec pas mal d’énarques.
      C’est pour cela qu’il ne ressortira que des généralités et des recommandations pour l’ouverture des parachutes (et encore le parapluie devient vraiment trop petit). D’autant plus que in fine, la mise en oeuvre ne pourra se faire qu’en tenant compte de toutes les contraintes locales qui ne peuvent être modélisées en central.

      Au pire, les « directives » deviennent un road book et permettent de penser à des aspects que l’on aurait peut être omis.

      La discussion sur le nombre de fonctionnaires en administration centrale relève d’un autre débat qui demandera à rationaliser fonctionnellement chaque secteur pour limiter les chefs et les échelons, tout en gardant une capacité de synthèse fonctionnelle.

    • Robert says:

      « Les propos de jean Dominique Michel sont tellement clairs et évidents » effectivement l’approche, les arguments, les conclusions sont bien menés et amènent à un sentiment d’adhésion car le discours est différent et ne se limite pas à crier au loup comme beaucoup de la presse ou de la classe politique.

      Néanmoins il aussi intéressant de lire des contre arguments et une vision étayée du discours de Jean-Dominique Michel, après chacun pourra réellement faire son opinion.

      https://danielmusy.net/2020/05/01/monsieur-jean-dominique-michel-est-il-un-anthropologue-des-sciences-ou-un-simple-blogueur/

  93. julien bonnetouche says:

    Robert,

    En tous cas Daniel Musy est lui un blogueur, prof de français et membre du PS, ancien président du conseil général.

    Tout cela laisse à penser qu’il adhère plutôt aux thèses étatistes, pro- administratives et ne lui donne aucune autorité en matière épidémiologique.

    C’est l’exemple type de tous des « intervenants « chargés de diffuser dans les médias la doxa officielle !!

  94. adnstep says:

    Dans le même genre :

    Le Monde vient de publier un article sur le grand fiasco des masques (un petit retournement de veste, puisque le Monde était au début sur une ligne : les masques ne servent à rien). Et depuis 9h00 c’est un déluge de posts d’amis LREM défendant le gouvernement ! La cellule réponse/saturation des media du parti fonctionne bien elle 😀. On comprend mieux pourquoi les abonnements au Monde ont fortement augmenté depuis le début du confinement 😉.

    • Le Mecreant says:

      Il fut un temps ou Le Monde était un journal de référence, c’est aujourd’hui devenu un torchon a la botte du gouvernement en place a l’égal des autres… Il arrive qu’on y trouve un article de qualité… comme il arrive qu’on trouve un cheveux sur la soupe.

  95. Michel 2 says:

    Oui, c’est quelqu’un de la « nomenklatura » !
    Rien à espérer de ce genre de bonhomme engagé politiquement.

    Pourtant JD Michel est bien dans son sujet.
    https://www.revmed.ch/RMS/2002/RMS-2407/22444

    • François says:

      Même si JD Michel met à mal la belle démocratie Suisse (désolé @Michel 2, mais je ne pouvais pas la manquer), comme la française, certains arguments coulent bien.
      Il manque toutefois les preuves documentaires pour lesquelles il faudra acheter le livre (comme quoi ?)
      Maintenant, il retourne aussi un peu sa veste, sur certains points.
      En revanche, pour un non scientifique (mais c’est vrai que pour lui il n’y a plus de chercheurs) je ne peux pas le suivre sur l’inutilité du confinement, aux vues de l’explosion des cas graves. Je ne voies pas non plus comment traiter les insuffisances respiratoires autrement.
      Même avec 1% de cas grave, cela fait quand même 60 000 personnes à traiter sur un court terme.

      Il semblerait que le virus essaimait depuis déjà un moment.://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200504.OBS28331/un-patient-etait-atteint-du-covid-en-france-des-fin-decembre-assure-une-etude.html?cm_mmc=Acqui_MNR-_-NO-_-WelcomeMedia-_-edito&from=wm#xtor=EREC-10-[WM]-20200504
      Soit plus de deux mois avant l’explosion, l’immunisation de la population est peut-être plus importante qu’annoncée.

      • Michel 2 says:

        Comme quoi au pays de la démocratie (semi) directe, rien n’est parfait. Mais s’agissant de la mise en oeuvre d’un confinement total ou conditionné et à partir du moment ou la décision appartient aux dirigeants (ce qui reste discutable ?) , je ne vois pas trop le rapport avec la démocratie. Tous les pays démocratiques directe ou pas ont opéré ainsi.
        Certes le choix politique était difficile mais je pense il devait s’appuyer sur les conseils des scientifiques de chaque pays. Et c’est là, sauf si les dirigeants français, belges etc.. n’ont pas suivi leurs conseillers, que nos scientifiques auraient été défaillants.
        Bref, la formation scientifique d’Angela a été probablement déterminante dans ce choix et il se révèle à priori, que c’était le bon.

        Pour en revenir à JDM, il n’a pas prôné un non confinement mais un confinement circonstancié avec une campagne de tests massifs et l’isolement des cas positifs ou suspects.

        https://www.franceculture.fr/politique/y-a-t-il-un-modele-allemand-dans-la-lutte-contre-le-coronavirus

  96. julien bonnetouche says:

    Toujours la même chose :

    le confinement était la décision la plus politiquement et surtout médiatiquement acceptable en l’absence de masques et de tests.

    il y a aussi le problème de l’intubation que JDM cite, et surtout le nombre de morts parmi les intubés réanimés, : environ la moitié.

    Si l’on prend ces données, cela réduit d’une manière importante la raison d’être du choix du confinement, car on a voulu « la réanimation pour tous », mais la réanimation pour covid est loin de guérir tout le monde.

    Plus encore, à l’heure actuelle les services d’urgence sont débordés de cas graves qui n’on pas pu être traités avant. Là aussi les pertes risquent d’être élevées.

    Et bien sur les pertes les plus élevées sont à venir avec la pauvreté accrue.

  97. François says:

    Autant je vous rejoins pour le final, et certainement un traitement insuffisant des causes premières dénoncées par JDM, autant sur la première partie, même les pays qui avaient masques et tests ont fait ce choix. donc l’argument du seul politique et média tient mal.

    Pour les intubés, il y a deux approches les à moitié vides 50% de décès et les à moitié plein : 50% de vies sauvés.
    Choisissez votre camps !

    Quand aux cas graves des urgences, ils n’ont pas été reportés à ma connaissance. Ils ne sont pas venus, mais étaient-ils alors vraiment graves ?
    En revanche, il y a eu report des opérations non urgentes. Là encore, c’est faire un mauvais procès au monde médical de dire qu’il ne prend pas en compte.
    Toutefois, avec la baisse de la pollution, des accidents de la route, voire des accidents de travail, sans compter ceux liés au surmenage et au stress (même si un autre stress est apparu), les urgences ont naturellement vus le nombre de ces interventions se réduire.
    Durant le confinement, nous avons appel aux urgences pour un problème hors COVID. L’équipe était là en 20 mn vers 10h00, contre plus d’une heure, il y a un an à 6h00.

  98. adnstep says:

    Ça commence à changer de ton sur certains plateaux télé. Maintenant qu’une bonne partie de la France est verte, mais pas l’île de France, on y trouve moins d’atouts au confinement.

    Peut-on imaginer un seul instant que Paris ne soit pas verte quand la France se déconfinera ?

    Du coup, quelques arguments intéressants sont apportés par des médecins :
    – il n’y a pas beaucoup de différence entre rouge et vert (mode consolation).
    – impossible de confiner quand les parisiens vont reprendre massivement le travail.
    – les indicateurs choisis ne reflètent pas la réalité de la circulation du coronavirus, qui est moindre que ce qui est retenu.
    – d’autres pays ont moins confiné, comme la Suède, et le virus n’y circule pas plus que chez nous,
    – le rôle du confinement, c’était de ne pas saturer les hôpitaux, et les hôpitaux ne sont plus saturés,
    – le rapport coût/bénéfice d’une poursuite du confinement sera très négative,

    Ben, si c’est les médecins qui le disent 😉.

  99. julien bonnetouche says:

    le mystère de la carte ?

    Nous avons certainement des mathématiciens parmi nos amis commentateurs.

    Peut être pourraient ils nous apporter un éclairage sur la conception d’une carte mélangeant la circulation du virus et le taux d’encombrement des services de réanimation.

    D’ordinaire lorsque l’on mélange des carottes et des poireaux on obtient une soupe.
    Il y a aussi le croisement entre la carpe et le lapin, mais le résultat est plus incertain.

    Non décidément la soupe me semble plus probable…

    • adnstep says:

      « La carte n’est pas le territoire qu’elle représente. »
      Alfred Korzybski (père de la sémantique générale).

    • TOURAIN says:

      Pour faire » transparent » toute organisation qui se prétend fonctionner avec la coopération de tous et l’acceptation de tous, invente des indicateurs  »objectifs  » car ‘’vendus comme vérifiables par tous…
      Mais en pratique pour ne pas être piéger, quand on est proche du basculement, il faut des critères sur lesquels on a la main ou qui ne représentent pas vraiment une réalité : classer les départements en pourcentage des motifs d’entrée en urgence est évidemment un peu fumeux: c’est par nature déconnecté de la taille de la population supposée traitée par le service d’urgence, aussi de l’offre médicale autre que l’urgence publique. Classer le département par le ratio nombre de lits de réanimation occupés vis à vis de nombre de lits de réanimation disponibles avant la crise c’est refusé de voir que déjà, avant, le ration nombre de lit de réanimation (avant…) par habitant du département ou de la région variait quasiment de 1 à 3 selon les départements. (Si demain pour gérer ce genre de crise il faut augmenter le nombre de lits de réanimation en réserve ( cf. les ratios en Allemagne… ) et bien le retour au nombre d’avant n’est pas un objectif… ) Donc cette classification rouge verte dont on nous dit qu’au fond elle n’a pas de conséquence est surtout un outil de gestion à court terme (et on l’espère à moyen terme…) de l’offre hospitalière et en aucun cas une notion de circulation de de contagion du virus. Certes, Il y a et il y a eu plus de malades ( et d’immunisés ?) ramenés au nombre d’habitant dans les rouges que dans les verts, mais on est bien en peine de le quantifier avec la finesse et la rigueur supposées pour un indicateur OK / non OK. Maintenant la gestion du déconfinement n’est plus purement médicale ( et heureusement…) mais liée à l’inquiétude des politiques vis à vis des procès futurs ( les vrais procès avec juges et avocats… pas les polémiques politiciennes qui ne vivent que par les médias). Les plaintes viendront un peu ( et pas vraiment très solides sur l’aspect juridique) de ceux qui expliqueront que rien n’avait été prévu comme eux l’ont imaginé après deux mois de crise ; plus solides seront les plaintes qui pourront argumenter sur le fait que des lacunes dans la gestion et les soins ont provoqué des décès chez des proches , plus solides seront ceux qui en faillite suite au confinement réclameront dédommagement. Pour les ministres et hauts fonctionnaires, il faudra montrer à certains qu’on n’en pas trop fait et assez fait pour les autres. Idéalement , pour ces ‘’prévenus’’, dans leurs points de vue, arguant d’une gestion fine et dynamique de système hospitalier et du confinement en temps de crise exogène, un petit rebond permettrait de dire et de démontrer qu’ils ont fait au plus juste entre les critiques d’un bord et celles de l’autre bord… C’est en fait, la substance des discours officiels, fabriqués pour préparer les dossiers dans la crainte des procès. Sortir, sans « hoquet » du confinement justifierait les plaintes de ceux qui pensent, avoir été ruinés par l’excès de précaution imposés par les « scientifiques  ». Sortir sans  »hoquet » justifierait les plaintes de ceux qui pense que la réaction a été trop lente puisqu’on a finalement trouvé le bon rythme, mais à la fin… Le ‘’hoquet’’ étant bien sur mis sur le dos de l’indiscipline des citoyens…

      • Michel 2 says:

        Je trouve cette analyse très intéressante.
        Les plaintes multiples qui vont probablement se multiplier dans l' »après » crise virale vont alimenter de larges débats dont on imagine probablement que l’Etat qui en décrétant et sous couvert de l’état d’urgence sanitaire et s’arrogeant tous les droits ou presque via le Conseil d’Etat et dans une moindre mesure le Sénat, sortira gagnant de la grande majorité des cas de procès, connivence oblige.
        La suspension des transmissions des QPC pendant la crise n’est-il pas un élément qui pose de sérieuses questions sur l’avenir d’après crise ?

        https://www.marianne.net/politique/abus-du-gouvernement-respect-des-droits-pendant-l-etat-d-urgence-sanitaire-tout-repose-sur

  100. julien bonnetouche says:

    François,

    il ne s’agit nullement d’une affaire de verre à moitié vide ou à moitié plein.

    Décidément vous n’arrivez pas à vous départir de l’idée selon laquelle le nombre de vies sauvées dans l’immédiat l’emporterait sur l’impact global de la crise.

    En psychologie sociale existe la théorie du mort-kilomètre que tout le monde connait.

    C’est ici la même chose : le mort immédiat sous vos yeux, vous parait plus important que les morts différés bien plus nombreux que vous ne voyez pas.

    • Michel 2 says:

      [+1]

      On va finir par être d’accord sur tout ou presque Julien, sauf sur …………………………………………………………………….. l’immobilier parisien 🙂 🙂

  101. Julien bonnetouche says:

    👋😂

  102. julien bonnetouche says:

    Merci pour l’effort d’analyse , Tourain !! j’avoue n’en avoir pas eu le courage…
    Malgré tout , et ce n’est pas de votre faute, ça reste très fumeux !!

  103. Michel 2 says:

    ENFIN ! ……. une bonne nouvelle.

    « > Israël dit avoir isolé un anticorps

    Israël a isolé un anticorps clé du coronavirus dans son principal laboratoire de recherche biologique, a déclaré lundi le ministre israélien de la Défense. Dans un communiqué, Naftali Bennett a indiqué que « l’anticorps monoclonal neutralisant » développé à l’Institut israélien de recherche biologique (IIBR) pouvait « neutraliser » le nouveau coronavirus causant la maladie du COVID-19 chez les personnes infectées.

    Le ministre estime qu’il s’agit d’une « avancée importante en vue de trouver un antidote au coronavirus « 

  104. Cyrille says:

    * « Gouverner, c’est prévoir » : en février 2020, la ministre de la santé démissionne pour aller serrer des mains dans les rues de Paris …
    * Si la chaleur (et donc les saisons estivales) avaient un impact sur le virus, nous n’aurions pas de cas aux Antilles, à la Réunion, à Mayotte …
    * Pour l’instant, aucun traitement n’a prouvé son efficacité (la médecine par les preuves)
    * Le VIH est un virus ; cela fait 35 ans que l’on cherche un vaccin …
    * Crise sanitaire > crise économique > crise financière > crise sociale > crise géopolitique

  105. Cyrille says:

    Humm, quand on a pas de thermomètre, on ne trouve personne avec de la fièvre …

    • TOURAIN says:

      On est en train de se rendre compte qu’il y a un délai de 3 à 4 mois entre l’arrivée des premiers virus ( dess virus déjà en France en décembre 2019 selon certaines analyses a postériori de pneumonies atypiques ) et la prise de conscience par les autorités de la gravité et du besoin de mesures lourdes, surtout dans les pays sans récente expérience d’épidémie grave. Curieusement le Vietnam et Taiwan ont des expériences récentes de SRAS et aucun état d’âme vis à vis de la Chine , donc faisant plus confiance à leurs expéreinces qu’aux  »recommandations » de l’OMS, ont verrouillé séverement leurs frontières, ressortis leurs panoplies établies pendant les crises précédentes et s’en sortent plutôt bien. Gageons qu’en octobre, à la moindre information d’arrivée de la grippe  »classique » (je ne parle pas du retour de COVID – qui sera là le 20-) tout le monde, ici, resortira son masque et que dès l’ouvertures des officines, fera la queue pour le vaccin annuel (Pourquoi est il gratuit en France pour les plus de 65 ans? réponse: retour de dizaines d’année d’expérience des autorités sanitaires! mais on est encore en 2019, loin du 100% de vaccinés dans cette tranche d’âge, 49% en France- (82% en Corée, pays où la discipline sanitaire est ancrée dans les gènes) confirmant que seule l’expérience douleureuse a un impact sur les décisions de précaution…))

      • adnstep says:

        A l’inverse, la France est l’un des pays imposant le plus de vaccins obligatoires… Mais ces obligations sont-elles respectées ?
        Concernant la grippe, on sait que c’est tout de même au petit bonheur la chance : on ne sait jamais quel virus ça frapper, et les labos font leur vaccin avec un cocktail de cibles probables. Des fous, ils visent juste, des fois moins.

        Fermeture sévère des frontières : c’est donc en toute logique que la France se précipite pour les rouvrir 😉.

        Corona en décembre 2019 : on a donc sans doute confiné des patients atteints avec des patients sains. On voit ce que ça donne comme expérience, avec le Charles-de-Gaulle. Heureusement, quand il s’agit d’une population jeune et robuste, en bonne santé, ce n’est pas grave, la maladie est bénigne, tous sauf deux dont sortis de quarantaine.

        Quand il s’agit d’un EHPAD ou autre lieu où sont confinées des personnes fragiles, combien de morts a-t-on provoqué ?

        • François says:

          Le Charles de Gaulle population entre 18 et 60 a,ns quand même.
          A priori il ne reste plus qu’une vingtaine de confinés et un hospitalisé. En revanche, le traitement médical suivi serait intéressant à connaître.

          • Michel 2 says:

            Il se murmure que l’hydroxychloroquine et l’azithromycine auraient été utilisés sur le Ch.D.G.

          • adnstep says:

            « Le Charles de Gaulle population entre 18 et 60 ans quand même. »

            Population encore jeune 😉 (moyenne d’âge : 30 ans), et en bonne forme physique.

            L’un des personnels sous respirateur est un Major de 50 ans.

        • François says:

          Pour les EHPAD, les pensionnaires sont confinés, mais rarement le personnel, mais le phénomène est semblable pour les grippes, mais avec moindre virulence certainement et possible vaccination.

      • adnstep says:

        « Curieusement le Vietnam et Taiwan ont des expériences récentes de SRAS et aucun état d’âme vis à vis de la Chine , »

        Aïe.

        Pour le Vietnam, je ne sais pas (quoique dans un passé plus ou moins récent, c’étaient pas mes meilleurs amis du Monde), mais en ce qui concerne Taïwan, je suis presque sûr qu’ils ont beaucoup d’états d’âme vis à vis de la Chine continentale.

        • TOURAIN says:

          Puisqu’il le faut, on explique: pas de dépendance vitale sur le quotidien économique vis à vis des décisions de Pékin. Qui peut en dire autant en Europe ? Aux USA ?

          • adnstep says:

            « pas de dépendance vitale sur le quotidien économique vis à vis des décisions de Pékin. »

            Vraiment ? !!!!

    • adnstep says:

      Selon l’OMS, 180 000 à 200 000 morts pour l’Afrique.

  106. François says:

    Au niveau de la contagion mondiale, quelques analyse.
    https://www.la-croix.com/Monde/Coronavirus-lintrigante-geographie-contagion-2020-05-05-1201092633?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=welcome_media&utm_content=2020-05-05
    En ce sens, les comparaisons inter-étatique pourraient être Suède(non confiné) et Norvège (confiné) : ratio de mortalité pratiquement de 2 à 1 ;
    UK et France, on ne devrait pas tarder à atteindre le ratio. L’étude régionale est aussi intéressante : pourquoi peu de ces dans l’Ouest malgré quelques grands centres urbains (Toulouse, Bordeaux, …), outre un confinement peut-être avant l’arrivée (à moduler eu égard au nombre conséquent de liaisons aériennes – 2 avions par 1/2 heures) peut-être que les transports en commun sont moins pratiqués (praticables) ?
    Dommage pour l’écologie avec le déconfinement.

    Pour l’Autriche et l’Allemagne (mais doublement des ces depuis le début du déconfinement), on ne peut qu’accorder la bonne politique de confinement, en isolant la région source (le Tyrol), peut être plus facile que d’isoler l’Alsace.

    On voit le rôle des rassemblements pour faire exploser brutalement l’épidémie, et celui de la pollution pour aggraver.

    Quand je parlais de verre à moitié plein ou de verre à moitié vide pour les réanimation, j’estime que toute vie vaut d’essayer d’être sauvé. Donc 50% de réussite n’est pas la panacée mais mieux que 0.
    Dans la continuité, de mon avis, le confinement aura sauvé plus de vie au km comme vous le dites que la poursuite d’une politique d’immunisation. Mais j’ai certainement le tort de considérer l’humain avant le monétaire.

  107. François says:

    Au niveau déconfinement, je préfère aussi la réaction du maire de Poissy qui disait hier matin sur RTL qu’il ne reprocherait pas au gouvernement de le laisser mettre d’oeuvre et qu’il prenait ses responsabilité plutôt que tous nos élus bien pensant qui attendent que le gouvernement viennent faire le travail dans leur circonscription respectives et reprochent trop de centralisation dans le même temps.

    Cela ne m’empêche pas d’être dubitatif sur une partie de la méthode. En effet, la différence entre le rouge et le vert : ouverture des lycées et des parcs ????
    Le but que j’identifie, moins de monde dehors, hors travail ?
    Si le temps est beau comme actuellement, cela n’empêchera la population de sortir mais avec des restrictions d’espaces aérés !
    En revanche toujours rien sur la sérologie.

    Autre questionnement, les cas asymptomatiques, à priori contagieux mais sans symptômes ?
    D’après ce que je comprend, il circuleront librement car non sujet à détection !

    • adnstep says:

      La règle des 100km a été établie pour empêcher le virus de circuler, pas les Français.

    • Michel 2 says:

      C’est un peu comme dans (beaucoup) l’entreprise, le DISCERNEMENT ne fait pas légion dans ce gouvernement.
      Est-ce par méconnaissance, par peur que le peuple ne comprenne pas ce qu’est par exemple la différence entre voyager dans un métro avec des dizaines d’autres personnes et se balader à 50 sur une plage de 5 ha, ou alors pour s’acheter un plus gros parapluie ?

      • François says:

        C’est malheureusement cela quand la société s’américanise en faisant des procès pour tout ou rien.
        Du coup de nombreux échelon, ayant soit disant un pouvoir de décision, le refuse ou se cantonne dans l’obstruction au nom du principe de précaution, constitutionnel me semble-t-il !

    • Michel 2 says:

      La sérologie !
      Je viens d’apprendre ce matin par une professionnelle de santé d’un laboratoire d’analyses, une énormité que j’avais du mal à croire: aucun test sérologique de dépistage des anticorps du Codiv-19 n’est encore disponible en France (sauf probablement pour les grands labo de recherche?).
      Ils seront lancés seulement la semaine prochaine. Incroyable !!!!

      • François says:

        Savez vous ce qui est entendu par disponible ? S’agit-il de la vente ou de la validation d’efficacité ?

      • adnstep says:

        Science et Avenir, 11 avril dernier, il y a presque 1 mois :

        A l’IHU Méditerranée Infection, on continue à dépister à tour de bras les malades des hôpitaux de Marseille et les personnes qui s’y présentent spontanément. 68640 tests ont été réalisés au 10 avril 2020 et 3998 patients ont été diagnostiqués positifs au SARS-CoV-2 qui provoque l’épidémie actuelle de Covid-19.

        Parmi ceux-ci, 2397 sont traités par l’association hydroxychloroquine et azithromycine préconisée par le Pr Raoult son directeur, qui maintien son crédo : diagnostiquer, isoler les contagieux et les traiter. Il a d’ailleurs mis en ligne de nouveaux résultats portant sur une cohorte de 1061 patients qu’il pris en charge avec ce protocole.

        Une situation qui s’améliore ?
        A l’IHU, comme dans les hôpitaux publics de Marseille, la situation semble s’améliorer. Alors que l’Institut détectait environ 350 patients par jour il y a 10 jours, cette semaine on en est plus qu’à une centaine par jour selon les chiffres communiqués par le Pr Raoult dans une vidéo datée du 8 avril. Une situation qui se confirme dans les services hospitaliers de la cité phocéenne : au 9 avril, 371 lits sur 617 disponibles étaient occupés par des patients Covid positifs dont 107 en réanimation pour 154 places réservées à cette pathologie. Plus généralement, dans les Bouches-du-Rhône, la situation reste sous contrôle avec 1109 patients hospitalisés dont 253 en réanimation et 144 décès au 8 avril.

        Pour détecter les personnes positives au coronavirus les test actuels reposent sur la méthode PCR qui permet d’amplifier et de révéler la présence d’ARN viral dans un échantillon, dans ce cas un prélèvement nasal à l’écouvillon. La cohorte de malades traitée à l’IHU est également suivie à l’aide de tests sérologiques qui permettent de détecter dans le sang la présence d’anticorps dirigés contre le SARS-CoV-2. Ces tests sont considérés par certains comme une des clefs du déconfinement et si plusieurs, des dizaines en fait, sont déjà disponibles, tous n’ont pas la même sensibilité ni la même composition antigénique.

        « Les tests sérologiques peuvent être très utiles s’ils sont bien maîtrisés »
        Et l’interprétation des résultats n’a rien d’aisé : « Les sérologies c’est quelque chose de compliqué, à plus forte raison pour des virus à ARN. Il faut se méfier des interprétations binaires, la valeur prédictive positive d’un test, c’est-à-dire le fait qu’une personne positive au test soit effectivement contaminée dépend ainsi de la prévalence de la maladie au sein d’un groupe de population » explique le Pr Pierre-Yves Levy, biologiste à l’IHU. Autrement dit, le résultat d’un test de sérologie n’est pas binaire, ne se lit pas facilement, ce n’est pas noir ou blanc.

        A l’IHU, le chercheur évalue l’efficacité de certains de ces tests et dresse des profil sérologiques des patients traités. L’enjeu étant de connaître la cinétique des anticorps (savoir quand ils sont produits, combien de temps ils restent présent dans le sang) et de comprendre quel degré d’immunité ils peuvent procurer après une première infection. »Pour le moment on n’en sait rien, tout simplement parce que on ne dispose pas de sérums tardifs, de sang de malades qui ont été infectés il y a plus de deux mois ni s’ils témoignent d’une immunité protectrice » souligne-t-il tout en précisant que « les tests sérologiques peuvent être très utiles s’ils sont bien maîtrisés ».

        Ces tests peuvent être ainsi particulièrement utiles, et nécessaires, pour détecter les personnes négatives (celles qui n’ont pas été en contact avec le virus) et qui doivent impérativement continuer à utiliser des moyens de protection, des masques, particulièrement pour les soignants qui doivent traiter des malades atteints de Covid-19. De plus la présence d’anticorps peut être concomitante d’un test PCR positif et donc d’une contagiosité persistante. Outre le problème de leur disponibilité et des conditions de leurs réalisations, les tests sanguins seront un élément nécessaire mais pas suffisant pour décider de la fin du confinement.

  108. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Ci dessous la courbe de l’évolution de l’épidémie.

    https://www.google.com/search?rlz=1C1AOHY_frFR850FR850&sxsrf=ALeKk01w6Cigyy1BL7gDKPF7KWCROgDpXA%3A1588755159599&ei=13qyXrCZJMzgU7WkhfAK&q=%C3%A9volution+de+la+courbe++du+covid+en+France&oq=%C3%A9volution+de+la+courbe++du+covid+en+France&gs_lcp=CgZwc3ktYWIQAzoECCMQJzoHCCMQsAIQJzoFCAAQzQJQsZoCWLzvAmCW-wJoAXAAeACAAVaIAdQLkgECMjKYAQCgAQGqAQdnd3Mtd2l6&sclient=psy-ab&ved=0ahUKEwjw4LCX7p7pAhVM8BQKHTVSAa4Q4dUDCAw&uact=5

    Elle est la même à peu près partout dans le monde.

    Il n’y a pas besoin d’être matheux pour l’extrapoler et voir que d’ici fin mai les nouveaux cas avoisineront zéro. L’ épidémie sera terminée.

    Comment réagiront la population et les pouvoirs publics ?

    Conjugueront t ils leur peurs ? la première continuera elle à voir le diable en chaque individu croisé ?
    les seconds à craindre de relâcher l’étau, pour ne pas être accusés de tous les maux en cas de rechute même minime ?

    Ou bien, décideront ils en chœur de retourner travailler ?

    Hélas mes concitoyens et leurs gouvernants ne semblent plus à la hauteur de leur Histoire, et je crains bien, que leur préférence aille à la première option .

    • Oui, voici un travail complémentaire très abouti : https://aspofrance.files.wordpress.com/2020/05/covid19-au-5-mai-2020-1-1.pdf

      Allez faire un tour sur tout le document Pdf, c’est très intéressant.

      • Michel 2 says:

        J’aime bien, RU=40 000, Italie=34 000, …. et France Hôpital= 18000 !!
        Je ne connaissais pas cette nouvelle région France hôpital 🙂

        • François says:

          Peut être simplement prendre le même point de mesure pour tous les hôpitaux, puisque les données des EHPAD ou équivalents ne remontent pas systématiquement dans tous les pays.

    • adnstep says:

      Je propose que les gens qui ont peur restent confinés chez eux.

    • Thierry says:

      « d’ici fin mai les nouveaux cas avoisineront zéro. L’ épidémie sera terminée. » Encore heureux, que depuis pratiquement 2 mois que le monde est confiné, l’épidémie montre de forts signes de faiblesse. Pour ma part, je trouve catastrophique que en France, après 2 mois de confinement, on en soit encore à 200 ou 300 morts/jour. je n’aurais jamais cru celà possible, et pourtant, vous connaissez mon pessimisme sur le sujet. Au pic de l’épidémie en chine, ils n’ont jamais connu une journée à plus de 200 morts. Quoiqu’il en soit, l’économie mondiale est foutue pour un bon moment, pas la peine de se faire des illusions.

      • Michel 2 says:

        Il est vrai que 2 ou 300 morts par jour après 2 mois de confinement (total) c’est dans l’absolu anormal !
        Mais personne ne croit que ce confinement a été total et respecté à la lettre, ce serait mal connaitre les Français rebelles et la « bêtise » de certains groupes/ communautés qui sont surs d’avoir compris que le Codiv n’est qu’une mauvaise grippe.

  109. adnstep says:

    Avec vous suivi la dernière tragi-comédie gouvernementale avec le site desinfox ouvert puis rapidement fermé ?

  110. julien bonnetouche says:

    François,

    Je ne cherche pas à « chicaner ».

    il y avait autrefois jusqu’en 1980/90, le « tiers monde », les pays pauvres avec famines et ses épidémies de choléra régulières…

    Tout le monde sait aujourd’hui que la mondialisation a d’abord profité à ces pays les plus pauvres en leur permettant de développer leurs économies.

    Il en va des pays pauvres( moins pauvres donc aujourd’hui ou l’équivalent du SMIC est autour de 300/400€ comme des pays riches ( nous) : les gens sont plus ou moins pauvres, ou plus ou moins riches comme on veut.

    C’est à dire qu’il y a toujours et partout, des très très pauvres dans tous les cas.

    Ceux là bénéficient malgré tout d’un environnement meilleur depuis que globalement la situation générale s’est améliorée parce qu’ils participent à un écho-système.

    Cela fait que il n’y a plus qu’environ 1 milliard d’habitants sur terre qui (sur)vit avec 1 $ / jour, contre peut être le double quelques années en arrière.

    Alors voyez vous, un appauvrissement généralisé comme celui qui est en train de se produire et qui risque de durer quelques temps, va immanquablement se répercuter sur le niveau de vie de l’ensemble de la planète, et donc faire revenir les plus fragiles à des conditions tant alimentaires que sanitaires qui vont peser lourdement sur leur santé.

    Il ne s’agit pas ici de quelques milliers de vies comme celles que l’on tente de sauver dans nos services de réanimation mais de dizaines ou centaines de millions d’individus, qui vont en mourir avant leur heure et que vous ne ne prendrez pas en compte parce que vous ne les verrez pas.

    Le « monétaire » comme vous dites ne se résume pas , mais alors pas du tout, aux profit des plus favorisés.

  111. François says:

    Certes, vous faites un constat sur l’évolution du monde en omettant que l’aspect culturel des populations et son impact sur la démographie. Les progrès médicaux sauvent beaucoup plus de monde, mais le nombre de naissance n’a pas beaucoup baissé. Aussi, la population à nourrir croit de manière exponentiel par rapport à la ressource locale, d’autant plus que les populations pauvre semblent mieux résister aux virus, peut-être par le fait d’un système immunitaire plus développé, car plus souvent en oeuvre.
    Dans les années 90, il arrivait que les locaux projettent des enfants sous les roues des camions militaires. L’ordre était d’accélérer pour ne pas être lynché. Le cas se réglait ensuite pas la valise « diplomatique ».

    Si je suis votre logique (à outrance), revenons au moyen âge avec la sélection naturelle et abandonnons les progrès de la médecine, au moins la situation était claire. Seul les « forts » survivaient.

    Je ne pense pas que l’épidémie modifiera beaucoup le tissu industriel des pays pauvres, sauf si la consommation des pays « riches » ne repart pas, et donc les commandes qui vont avec.
    Certes, nous allons subir un choc économique avec un redémarrage plus ou moins compliqué suivant les secteurs. Mais, aurons nous en parallèle un choc comportemental ?
    J’entends par là un repli protectionniste ou une grève des achats ?

    Pour le protectionnisme, cela signifierai le rapatriement de productions en France. Donc il faudra des bras et de l’immigration, pour les travaux jugés dévalorisant pour les autochtones.
    La grève des achats, je n’y crois pas trop.
    Au cas où, les économies sont déjà fortement imposées (droit de succession, …..), la suppression de niches fiscales fera le reste. Au pire, cela fera comme aux USA, une grève des loyers avec risque sur le placement immobilier.
    En fonction du scénario, il y a bien sur l’impact sur le chômage. En ce domaine les licenciements secs commencent (un de mes fils chez un sous-traitant aéronautique, mais médical et automobile vient de l’apprendre). Là c’est l’inconnu, l’on était sur une bonne orientation, combien de temps pour la reprise, est-ce que des sans emplois accepteront les métiers cherchant de la main d’oeuvre (mais les frontières européennes ne sont plus fermé pour les travailleurs agricoles, les routiers, ….), est-ce que l’attrait pour les métiers manuels (apprentissage, ….) se poursuivra ??

    • adnstep says:

      François, Ce que vous décrivez est déjà plus ou moins en train de se produire. Si le covid19 provoque une vrai bonne grosse crise économique, on prendra les gilets jaunes pour de joyeux turlurons.

    • Michel 2 says:

      « Je ne pense pas que l’épidémie modifiera beaucoup le tissu industriel des pays pauvres, sauf si la consommation des pays « riches » ne repart pas, et donc les commandes qui vont avec. »

      Pour ma part, je reprendrais l’assertion ainsi:
      « Je pense que l’épidémie modifiera beaucoup le tissu industriel des pays pauvres, et comme la consommation des pays « riches » ne repartira pas comme avant, donc les commandes qui allaient avec avant seront fortement diminuées.

      • François says:

        Quelle est l’industrie des pays pauvres ?
        Matière première, la Chine repart donc les commandes aussi.
        Les productions polluantes dont médicaments, habillement, …. je ne vois pas l’Europe reprendre des productions à bas coût et cesser de se vêtir donc cela va repartir; Plus peut-être les effets d’un nouveau baby boom dans neuf mois après un confinement rapproché.
        Peut-être un recul sur les contre façons et bibelots avec la raréfaction touristique.
        Les ordinateurs, la téléphonie : entre la 5G et le télétravail qui vont exploser …..
        J’en oublie certainement, mais peut être pouvez vous m’aider à lister les grandes entreprises des pays pauvres qui verront leur activité cesser.

        • Michel 2 says:

          Ce n’est pas (sera pas) un problème de coût mais de quantités commandées aux pays (plus) pauvres.
          En période de déflation les commandes baissent, c’est mathématique.

  112. François says:

    J’oubliais le côté syndical qui au nom de la lutte des classes et le fait de ne pas revenir sur des acquis, car la moindre concession ne serait pas réversible, s’opposera à certaines idée de reprise comme le travail le dimanche pour des artisans, ….

  113. François says:

    N’est ce pas un faux problème avec les congés obligatoires et les RTT décomptés durant le confinement.
    J’aurai plutôt pensé au 8 mai qu’à l’Ascension, mais c’est vrai cela peut tomber un weekend, contrairement à un jeudi certain.

    • Michel 2 says:

      On ne revient pas sur les droits acquis ….. à force de batailles et de grèves, vous diront les cégétistes ! 🙁 🙁

      • François says:

        Pour le 1 mai d’accord.
        Pour le 8 mai, le rapport avec le monde du travail est quand même lointain.
        Il est certains que tant que la génération qui a connu la seconde guerre est là, cela peut être compliqué.

        • Michel 2 says:

          Et pourquoi pas le 1er ou le 11 novembre, le 25 décembre, que sais-je encore?

          • François says:

            Plus dans un rapport de répartition des jours fériés sur l’année. La période mai-juin est quand même dense en ce domaine, et le 8 mai pourrait être raccroché en signification au 11 novembre.

            Le 1 mai est une fête syndicale internationale, celle du (non-) travail, difficile.
            Celle du 11/11 permettra de regrouper toutes les glorieuses victoires françaises, pays en comptant le plus au monde. Donc importante pour la mémoire nationale des victimes des guerres mondiales et des attentats.
            Le 14 juillet, l’état ferait de sacré économie, mais le symbole de la Révolution…
            Le 1 janvier ????
            Après il reste les dates des fêtes dites religieuses, mais que tous apprécient en congé, surtout sur la période estivale.
            Cas particulier du 25 décembre c’est la fête des enfants (dans les départements du Concordat vous avez aussi le 26/12).

  114. adnstep says:

    Plutôt que pour une suppression des jours fériés, je serais plutôt pour une augmentation du temps de travail hebdomadaire à 40h, payés 40.

    • Thierry says:

      Tant que la demande mondiale n’est pas là, je me demande quelle peut etre l’utilité d’une augmentation de temps de travail. Regardez PSA, ils ne veulent même pas rouvrir les usines, pas de demande de bagnoles….. Je vois autour de moi, en ce moment, les personnes se posent des questions sur leur vie gâchée à courir le métro pour passer une journée de merde dans une tour verre à la Défense, avant de rentrer crevé le soir, ils en n’ont rien à cirer de s’acheter une voiture de chez PSA, ça m’étonnerait que votre idée ait une quelconque chance d’aboutir…..

      • TOURAIN says:

        Franchement croyez vous que les clients de l’industire automobile se résume à ceux qui prennent  » le métro pour passer une journée de m… dans une tour en verre »? Il s’agit d’une activité dont les marchés sont le monde entier ( avec des productions plus ou moins localisées) et pour qui le marché du client particulier est de plus en plus faible vis à vis des marchés gérés par les professionnels… Un exemple: avec quoi fait on les livraisons du e commerce? D’ailleurs plus vous vivez à la campagne ou hors des centres urbains, plus vous utilisez dierctement oun indirectement les produits de cette industrie…

    • Non, vous n’y êtes pas. Arrêtons l’hypocrisie.

      Entre le teletravail et le statut de cadre au forfait, c’est +40h payées 35h 😉

  115. Bonjour

    Rétablir les 40 h,Si vous voulez mettre les gens dans la rue c’est ce qu’il faut faire. Déjà Que tout le monde se souvient subitement que les petites mains existent et qu’on les flatte. Certainement qu’il y a des gens mal payés, mais je ne pense pas que ce soit au moment de la reprise qu’il faudra froisser les gens. Martinez écoute les discours et prévient………………

    • François says:

      Là encore que voudra la base.
      Dans l’administration et les gros groupes industriels, les commandes ne seront peut être pas présente donc pas grand chose. Mais pour les petits commerce et artisans cela peut être la survie de leur entreprise. Mais c’est vrai que la CGT se moque de ces nantis car patron.

    • Michel 2 says:

      C’est facile de remettre les 40 h hebdo, vous payez 5 heures supplémentaires à 25% voire plus, exonérées d’impôts et de taxes et ça marche !

    • adnstep says:

      Je pense (je sais, même !) que beaucoup de gens travaillant 35 ou 38,5 aujourd’hui souhaiteraient travailler plus, au moins un certain temps. Beaucoup de gens travaillant à mi-temps ou a tiers-temps souhaiteraient également travailler plus. Mais compte-tenu de la complexité des textes dans ce domaine, c’est difficile pour une entreprise d’augmenter le temps de travail sur un poste, et de revenir en arrière après. A contrario, certains employés souhaiteraient passer à 80%, plutôt en fin de carrière, mais leur statut ne le permet pas. Plus de flexibilité ne ferait pas de mal.

      Comme d’habitude, l’intérim fera tampon dans certains domaines.

      Seuls les syndicats seraient froissés, mais je ne suis pas sûr qu’ils seraient suivis par leur base.

  116. adnstep says:

    Officiellement, le temps de travail est à 35h, en réalité on doit être à 38.5.

    Les syndicats sont contre l’augmentation du temps de travail, pas ceux qui en tireront un bénéfice financier mesurable sur la paye à la fin du mois.

  117. adnstep says:

    Ça se terminera donc sans doute avec des augmentations d’impôts, taxes, …

  118. adnstep says:

    Tiens, il paraît que la grande étude pan-européenne Discovery prend l’eau.

    https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/infectiologie/essai-discovery-la-premiere-evaluation-clinique-prevue-dans-quinze-jours

    Les premiers résultats devaient arriver début avril.

    Pendant ce temps-là, ailleurs, heureusement, on agit.

  119. adnstep says:

    Le système de dépistage mis en place dès fin mars : https://ibb.co/mGYB7kr

  120. François says:

    Tant que l’on reste sur les seuls tests PCR, cela reste pour moi un pis aller.
    En effet, un coup blanc, un coup noir, cela me parait coûteux, au regard du résultat, mais certes psychologiquement utile.
    On reste, en effet, tributaire des symptômes et du volontariat. L’asymptomatique qui ne se teste pas pourra continuer à essaimer et il méme s’il se teste, il n’est pas sur qu’il ressorte positif.

  121. Lemien. says:

    Salut.
    J’ai été détecté positif au covid-19 sans être allé nul part. Simplement les courses. (En mars.)
    On m’a demandé de rester confiné chez moi, (Versailles). deux ou trois jours plus tard, les premiers signes, douleurs dans la poitrine, etc.
    Après tout ce que l’on entend. Pas envie de me faire triturer dans un hôpital pour en sortir les pieds devant. Je me suis souvenu que lors ce que mon père était malade, de la grippe, il faisait chauffer de l’eau bouillante, Il y rajoutait cinq gouttes d’huile essentiel d’eucalyptus. Le tout dans une casserole surmontée d’un entonnoir. Il respirait ça à plein poumons. J’ai décidé de faire pareil pour me soulager tellement j’avais mal dans la poitrine la trachée et les poumons, ce qui s’appelle inhalation ou fumigation. Une heure après avoir fait ma première inhalation, je me sentais déjà mieux j’ai passé une très bonne nuit le lendemain dans l’après-midi ça a recommencer à me picoter dans la poitrine, j’ai recommencé. Ce qui faisait Deux fois donc une fois par jour. Et depuis terminer plus de douleur plus de fièvre. Ma Santé est redevenu comme avant. L’eucalyptus à Permis de me décongestionner les poumons. La fièvre est tombé en trois jours ainsi que les douleurs, j’étais guéri. J’ai 70 ans et cardiaque. Je profite maintenant de la vie et des beaux jours qu’il me reste sans inquiétude pour ce virus qui n’est semble-t-il pas plus terrible qu’un autre si on sait le prendre.
    Just.

    • En pharmacie pour les bronches ,du perubore tres efficace j’en ai toujours pris plus un mélange d’huiles essentielles ,dans la maison en diffusion l’hiver.j’ai 73 ans.bonne journée

    • Le Mecreant says:

      « Pas envie de me faire triturer dans un hôpital pour en sortir les pieds devant.  »
      Je vous comprend, mais c’est aussi comme ça (cas non détecté ou déclaré, comme on veut) que les épidemies peuvent se propager, parce qu’en réalité vous ne savez pas vraiment ce que vous avez eu.
      Ceci est juste une réflexion, qui pose une question d’éthique, doit on se déclarer, avec les conséquences qui en découlent ou doit on rester « clandestin » pour vivre tranquille et ne pas se faire fliquer et rentrer dans « les fichiers » ?
      A l’heure ou on veut ficher les « covid + » la question se pose vraiment.

      • Oui je comprends tres bien,seulement ma dernière sortie date d’avant le confinement et je viens de faire ma seconde sortie ,avec un taxi allotad des cotes d’armor plus un masque fait maison .je n’ai pas de vehicule,mais neanmoins je prefere voir le moins possible les medecins generalistes et je ne tiens pas a servir de cobaye a ce gouvernement que je maudis.d’un autre côté ,je ne suis absolument pas malade .j’ai de la chance,je le sais bien.

  122. Bonjour

    En des circonstances similaires (grosse épidémie de peste) à ce que nous vivons voici ce que Madame de Sévigné écrivait à sa fille Madame de Grignan … Plus de 330 ans après on refait la mm chose !

    Jeudi, le 30ème d’avril de 1687
    « Surtout, ma chère enfant, ne venez point à Paris !
    Plus personne ne sort de peur de voir ce fléau s’abattre sur nous, il se propage comme un feu de bois sec. Le roi et Mazarin nous confinent tous dans nos appartements.
    Monsieur Vatel, qui reçoit ses charges de marée, pourvoie à nos repas qu’il nous fait livrer,
    Cela m’attriste, je me réjouissais d’aller assister aux prochaines représentations d’une comédie de Monsieur Corneille « Le Menteur », dont on dit le plus grand bien.
    Nous nous ennuyons un peu et je ne peux plus vous narrer les dernières intrigues à la Cour, ni les dernières tenues à la mode.
    Heureusement, je vois discrètement ma chère amie, Marie-Madeleine de Lafayette, nous nous régalons avec les Fables de Monsieur de La Fontaine, dont celle, très à propos, « Les animaux malades de la peste » ! « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » ».
    Je vous envoie deux drôles de masques ; c’est la grand’mode. tout le monde en porte à Versailles. C’est un joli air de propreté, qui empêche de se contaminer,
    Je vous embrasse, ma bonne, ainsi que Pauline ».

  123. Bonjour

    Parole de Suédois.

    Je viens de rentrer en Suède et suis horrifié par sa gestion du Covid-19

    Elle a choisi de traiter la pandémie avec un mépris pour le reste du monde qui la caractérise peut-être mieux qu’on ne le pense.

    ——————

    L’exception suédoise est un concept que la Suède se plaît depuis longtemps à mettre en avant dans de nombreux domaines, qu’il s’agisse de l’art, de la pop culture, de la technologie ou de la science.

    Il est vrai que nombre de Suédois·es de talent ont obtenu une reconnaissance internationale, comme August Strindberg, Ingmar Bergman, ABBA, Robyn, Ludwig Göransson, les fondateurs de Spotify et Skype, sans oublier, bien sûr, Alfred Nobel, pour n’en nommer que quelques-un·es. Le généreux système social suédois est aussi souvent cité comme un modèle par les progressistes du monde entier.
    Toutefois, la réponse de la Suède à la pandémie de Covid-19 a quelque peu terni la belle image dont elle jouissait. Ces dernières semaines, le monde a ainsi pu observer comment l’agence de la santé publique suédoise a choisi d’ignorer en grande partie le consensus scientifique qui s’est fait internationalement sur la réponse la plus efficace à apporter au Covid-19: la distanciation sociale. La Suède est le seul membre du groupe des pays les plus développés à avoir opté pour un laisser-faire presque complet face à la pandémie.
    Je suis Suédois, mais j’ai passé ces dix dernières années aux États-Unis. Récemment, toutefois, je suis retourné dans mon pays et je dois avouer avoir beaucoup de mal à comprendre la position incroyablement imprudente et arrogante de mon pays, même si cette réaction n’était pas totalement imprévisible. Cette approche problématique qu’a choisie la Suède face au Covid-19 a plusieurs niveaux.
    Prise de conscience tardive
    Tout d’abord, il reste très difficile d’être testé·e pour le Covid-19, qu’il s’agisse de tests PCR ou sérologiques. La Folkhälsomyndigheten, agence de la santé publique suédoise, a restreint les priorités de tests aux personnes hospitalisées, aux personnels soignants et aux personnes s’occupant de personnes âgées si elles sont «soupçonnées d’être porteuses du Covid-19». Selon l’agence, les individus présentant des symptômes de Covid-19 ne sont pas prioritaires pour les tests tant qu’ils ne sont pas hospitalisés, pas plus que les soignant·es ne présentant pas de symptômes du Covid-19.
    De la même manière, le port de masques, de gants ou d’autres protections en public n’est pas recommandé. Les gens qui portent des masques sont regardés de travers et la plupart des aspects de la vie publique restent accessibles, à l’exception de quelques grosses réunions publiques (les manifestations publiques de plus de cinquante personnes ont été interdites et les premières fermetures d’établissements nocturnes pour non-respect de la distanciation sociale n’ont eu lieu que ces derniers jours). Le fait que le Covid-19 puisse être transmis par des porteurs et porteuses asymptomatiques, ce qui a été établi il y a des mois, n’a été accepté que récemment et à contrecœur par l’agence de la santé publique. Auparavant, celle-ci niait qu’il pouvait s’agir d’un facteur de transmission, même s’il y avait un consensus international pour dire que c’était en partie à cela qu’était due la pandémie.
    Au moment même où les États-Unis et la majeure partie de l’Europe renforçaient leurs restrictions, les bars suédois se voyaient autorisés à ouvrir leurs patios extérieurs plus tôt que d’habitude. À quelques rares exceptions près, les bars, les cafés, les restaurants, les clubs et les magasins restent ouverts. Le nombre de morts du Covid-19 par habitant en Suède compte parmi les plus élevés au monde. Il dépasse celui des États-Unis et, surtout, il est près de six fois plus élevé que ceux de certains de nos voisins scandinaves. Lors de la rédaction de ce texte, la Suède s’approchait d’un total de 2.500 morts du Covid-19, soit plus que dans chaque État américain pris individuellement (à l’exception de quatre).
    Différences déconcertantes
    Dans l’ensemble, les Suédois·es (beaucoup sont des progressistes qui défendent avec passion les droits humains, l’immigration, le féminisme, l’égalitarisme, et la star locale du militantisme écologique Greta Thunberg) soutiennent cette politique qui a conduit à de très nombreuses morts.
    Comme l’ont montré les données de géolocalisation anonymisées fournies par Google, la population suédoise est en Europe celle qui a le moins changé ses habitudes à des fins de distanciation sociale. Lorsque je suis arrivé en Suède depuis Los Angeles le mois dernier (un voyage obligatoire que j’ai réalisé vêtu d’un masque, de gants et d’un ersatz de combinaison Hazmat n’étant pas sans rappeler celle des Beastie Boys dans «Intergalactic»), j’ai eu l’impression de débarquer dans un univers parallèle: aucun contrôle d’aucune sorte, aucune brochure sur les précautions à prendre contre le Covid-19… c’était comme si le virus n’avait jamais quitté la ville chinoise de Wuhan.
    Lors du trajet jusqu’à mon appartement de Stockholm, j’ai rapidement remarqué à quel point les choses paraissaient normales pour cette période de l’année. Le printemps –ce moment où les Suédois·es tentent de se remettre de la longue période hivernale en s’exposant compulsivement le visage au soleil, les yeux fermés– semblait plus normal que jamais. Je n’ai vu personne qui semblait se préoccuper de distanciation sociale. Les cafés étaient pleins à craquer et les gens pique-niquaient dans les parcs, assis à plusieurs sur une même couverture. Durant les premières heures de mon retour à Stockholm, j’ai vu plus de poignées de mains et d’embrassades que je n’en avais vu en deux mois à Los Angeles (où je n’en avais vu aucune, il faut dire).
    Après avoir passé cette dernière décennie à travailler à San Francisco et Los Angeles en tant que journaliste culturel et producteur TV, j’ai choisi de revenir temporairement en Suède pour m’occuper de ma grand-mère, 71 ans, durant cette période difficile (en tenant compte de toutes les mesures de précaution internationalement recommandées et plus encore). Être témoin de telles différences entre mon pays natal et mon pays d’adoption était extrêmement déconcertant et cela m’a mis en colère.
    Irresponsabilité
    Il y a plusieurs explications à cette approche si particulière qu’a choisie la Suède, mais les principales tournent (je pense) autour d’une culture de la conformité et de l’entretien d’une image d’exception nationale. Avant mon retour, l’expression «Nous ne faisons que suivre les recommandations» revenait déjà sans cesse depuis deux mois dans la bouche de mes amis suédois. Susan Sontag a ainsi décrit cette tendance à la conformité: «Dès que cela est possible, les situations et les mots sont pris au pied de la lettre.» Souvent, cela implique d’écouter les conseils que dispensent les spécialistes pour le bien général.
    Mais que se passe-t-il lorsque les spécialistes donnent aux gens des conseils qui peuvent les rendre malades? Dans une société où le taux d’éducation est si élevé, on pourrait imaginer que la population se révolterait face à une réponse gouvernementale d’autant plus aberrante qu’il est aujourd’hui prouvé qu’elle entraîne de nombreuses morts, n’est-ce pas? La réponse est non.
    L’épidémiologiste Anders Tegnell a été l’une des voix les plus fortes et les mieux écoutées de l’équipe en charge d’apporter une réponse à l’épidémie. Il a affiché un détachement proche de la lobotomie pour parler du coût tragique de son plan de réponse et a refusé d’assumer la responsabilité des pires résultats du plan en question, en rejetant sur les établissements pour personnes âgées la responsabilité des morts inévitablement causées par l’approche gouvernementale.
    «Je pense que, dans les grandes lignes, nous avons réussi à faire ce que nous voulions, a récemment déclaré Tegnell à la BBC. Ce qui est moins bon, en revanche, c’est le taux de mortalité, mais c’est à peu près tout –je veux dire que c’est en partie dû à la stratégie, mais pas vraiment tant que ça. Cela s’explique principalement par le fait que nos établissements pour personnes âgées n’ont pas été capables de maintenir la maladie hors de leurs murs.»
    Une autre voix importante est celle de Johan Giesecke, ancien du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies qui travaille aujourd’hui en tant que conseiller auprès de l’agence de santé publique suédoise. Les déclarations de Giesecke sur le modèle suédois frisent l’absurde, avec des interviews saupoudrées d’expressions à base de «J’ai un bon pressentiment» et «Tous les autres pays ont tort». Les Suédois·es, dans leur ensemble, ne semblent pas dérangé·es outre mesure par ces absurdités. Tegnell et Giesecke sont d’ailleurs même devenus des personnages très populaires.
    Voix dissidentes étouffées
    Certaines voix plus raisonnées ont heureusement réussi à se faire entendre en dehors de la réponse officielle du gouvernement. La virologue suédoise Lena Einhorn (qui critique sévèrement Tegnell et Giesecke) a expliqué à la BBC pourquoi elle souhaitait essayer de commencer à aplatir la courbe: afin de donner au système sanitaire le temps de trouver des remèdes, voire un vaccin au virus.
    Joacim Rocklöv, professeur en épidémiologie à l’Université d’Umeå, et Anders Jansson, médecin à l’hôpital de Danderyd, ont aussi critiqué très violemment le modèle de leur pays. Ils ont été rejoints par dix-neuf autres spécialistes qui ont signé avec eux une tribune parue dans le grand quotidien Dagens Nyheter et intitulée «L’agence de santé publique a failli à sa tâche, il est temps que les responsables politiques agissent». Ajoutons à cela que les vingt-deux signataires de la tribune ne sont que quelques-uns des plus de 2.000 universitaires qui ont signé une pétition réclamant un changement d’approche. Toutefois, ce groupe a été très largement ignoré par les institutions qui font l’opinion en Suède.
    Il faut expliquer qu’en Suède, le modèle national d’approche du Covid-19 a été défendu de manière très agressive par nombre d’éditorialistes et autres commentateurs et commentatrices. Une culture destructrice de dénigrement systématique des journalistes (ou même des scientifiques!) qui critiquent la position suédoise s’est mise en place. Et les éditorialistes qui se posent en garant·es (autoproclamé·es) d’idéologies supposément empathiques sont clairement les plus véhément·es.
    Aveuglés par un sentiment d’invincibilité, des auteurs et autrices ont commencé à attaquer des spécialistes et à empêcher tout débat critique. Jansson a récemment adressé une réponse virulente aux responsables de cette tendance inquiétante dans le quotidien suédois Aftonbladet. «Je vous accuse, écrit-il, d’avoir détruit toute possibilité de débattre autour de la question la plus importante qui se pose à la Suède depuis la Seconde Guerre mondiale. Vous mettez des vies en danger. Vous devriez avoir honte.»
    Silence et confusion
    Ce que je n’ai pas vu beaucoup, en revanche, ce sont des discussions rationnelles sur les raisons qui font que le peuple suédois pense que sa petite agence de santé publique est à ce point supérieure au savoir accumulé au sujet du Covid-19 dans tous les autres pays développés. L’un des rares journalistes à soulever régulièrement des questions critiques est Christian Stichler, correspondant pour la télévision allemande, qui lors d’un débat récent à la télévision suédoise a regretté l’absence en Suède de streitkultur, «culture du débat», dans les échanges entre journalistes et autorités.
    On entend aussi malheureusement très peu parler aux informations des personnes décédées et de leurs familles, ou même des soignant·es qui risquent leurs vies en raison des conditions épouvantables auxquelles les exposent nos autorités. Pour un petit pays comme la Suède, il y aurait de quoi créer un véritable traumatisme national.
    Quelques rares éditorialistes ont toutefois réussi à faire entendre leur avis discordant. Par exemple, Peter Wolodarski, le rédacteur en chef du journal le plus important du pays, Dagens Nyheter, n’a pas suivi l’opinion de la plupart de ses collègues.
    Dans le domaine politique, les opinions concernant le virus et l’épidémie ont laissé la même impression de confusion. J’ai constaté plus de similitudes entre les discours de la gauche suédoise et ceux de Fox News qu’entre la gauche suédoise et les mouvements progressistes du reste du monde. C’est la gauche qui a fait l’éloge le plus enthousiaste de la réponse suédoise au Covid-19, non sans quelques accents nationalistes. Que des manifestations contre le confinement aient éclaté un peu partout aux États-Unis ces dernières semaines n’a rien de bien étonnant. En revanche, il est plus surprenant d’avoir vu les manifestant·es américain·es envahir les rues pour demander des coupes de cheveux et des hamburgers en brandissant des pancartes «FAISONS COMME LA SUÈDE».
    Où étaient le gouvernement suédois et le Premier ministre Stefan Löfven durant tout ce temps? Löfven a tenu en mars un discours terne de cinq minutes, préenregistré, à la nation. Il manquait de passion, et n’a pas vraiment proposé de plan concret afin de mettre un terme à la propagation du virus.
    Un épisode historique honteux
    Tout cela a été bouleversant pour l’expatrié temporairement rapatrié que je suis. Durant les dix années que j’ai passées en Californie, la Suède m’a toujours paru comme un havre de raison, particulièrement rassurant après l’élection (encore difficile à digérer) de la star de l’émission de téléréalité The Apprentice au poste de président des États-Unis. J’ai gardé cette foi en mon pays en dépit du fait que la Suède avait elle-même des problèmes manifestes avec l’extrême droite: le parti des Démocrates de Suède, fondé en 1988 par des personnes en lien avec des néonazis, a connu un regain de popularité ces deux dernières années, remportant de nombreux sièges au Parlement et obtenant parfois des résultats plus élevés que tout autre parti dans le pays.
    La réponse unique de la Suède face au Covid-19 s’explique en partie par la grande confiance que la population suédoise a toujours eue dans son gouvernement. Ces dernières années, cette confiance a commencé à s’étioler à cause d’une divergence entre les individus qui soutiennent l’extrême droite, en plein essor, et ceux qui s’engagent dans la sauvegarde des valeurs historiques de leur pays.
    Löfven est tout juste parvenu à conserver son poste de Premier ministre après les dernières élections, en 2018, et s’il a réussi, c’est en abandonnant bon nombre des célèbres politiques sociales-démocrates du pays, poursuivant ainsi son virage à droite. Toutefois, le gouvernement a pu profiter d’un regain de confiance avec la crise sanitaire actuelle. De mon point de vue, c’est une manière pour les citoyen·nes de projeter leur responsabilité vers les autorités tout en se libérant de leur propre imprudence.
    La Suède de ma jeunesse, pour sa part, était encore guidée par l’idée du folkhemmet («la maison du peuple»), qui s’est principalement développée dans les années 1930 et 1940. Elle constituait un intermédiaire sûr entre le socialisme et le capitalisme, attirant de nombreuses personnalités défenseuses des droits humains, tout en évitant la brutale suppression des libertés individuelles qu’entraîne le communisme ou l’appauvrissement destructif et irresponsable des individus considérés comme des «losers» par l’impitoyable capitalisme américain. C’est de là que provient la majeure partie de ce qui fait rêver les progressistes outre-Atlantique pensant à la Suède, de nos généreux congés parentaux à la gratuité de l’enseignement supérieur.
    Cependant, le folkhemmet est aussi malheureusement en étroite relation avec le principe fondateur de lagom –le juste équilibre. Le sens de lagom durant la crise du coronavirus en Suède n’a pas changé par rapport à d’habitude: personne ne doit se démarquer (paradoxalement, c’est précisément l’inverse que fait la Suède sur le plan international). Le concept de lagom est, à son tour, lié à une culture de prévention des conflits, que l’on retrouve dans la vie quotidienne des Suédois·es, mais aussi dans des contextes historiques beaucoup moins reluisants, comme durant la Seconde Guerre mondiale, lorsque le pays a décrété une neutralité stricte. Il existe chez le peuple suédois une tendance à la passivité lâche et un sentiment de supériorité morale qui a refait surface depuis cette époque. Nous y revoilà, avec 2.500 décès [plus de 3.200 au 11 mai, ndlr] qui auraient sans doute pu être évités, jugés certes malheureux, mais acceptables.

    De plus en plus de Suédois·es portent un regard critique sur la réponse apportée par leur pays à la pandémie. Mais il y a fort à parier que la période actuelle va devenir un épisode historique aussi honteux que lorsque la Suède a laissé l’Allemagne envahir la Norvège.
    Ces notions culturelles spécifiques à la Suède, la notion de lagom, la confiance démesurée dans les expert·es du gouvernement et le sentiment intériorisé d’exceptionnalisme ont souvent profité au pays. Mais en cas de crise mondiale, ils deviennent un handicap. Il est toujours possible que la réponse suédoise face à la pandémie finisse par être justifiée –si par exemple, l’immunité collective fait son effet et que le taux de mortalité en Suède s’avère inférieur à celui des pays voisins en fin de crise. Cette issue semble hautement improbable, mais c’est toujours de l’ordre du possible.
    Cependant, au bout du compte, cela n’aura pas beaucoup d’importance. Il n’y a aucun moyen de savoir comment les choses vont évoluer et en pariant seule sur une stratégie qui semble déjà se retourner violemment contre elle, la Suède se montre aussi irresponsable qu’arrogante. Et sans doute, donc, très suédoise.

    • adnstep says:

      Beaucoup trop d’écriture inclusive dans ce long texte…

    • Thierry says:

      La suède, 3250 morts pour 10 millions d’habitants. Ramené aux 65 millions de la population Français, ça ferait donc plus de 21.000 morts. C’est donc mieux que la france (26 500 ). Néanmoins, c’est bcp plus que ses voisins, Norvège avec 250 morts pour 5 millions d’habitants Finlande, idem et Danemark, 500 morts pour 5 millions aussi. On verra bien d’ici, la fin de l’année ou l’an prochain qui avait raison, c’est intéressant les paris, tant qu’on ne parle pas de vies humaines.

      • TOURAIN says:

        La densité de la population en Suède est au niveau national de 23 hab/ km2 , contre 117 en France… Si on remarque que la moitié des décès sont dans la zone de l’agglomération de Stocklhom ( < 1 5000 000 hab…) cela change un peu la vision…. (et ''en temps normal '' il a 30% moins de lits de réanimation pour 1000 hab en Suède qu'en France…). Ceci étant, le critère nombre de lits de réanimation affectées COVID, dont on nous rabache chaque jour les statistiques pour justifier le classement français rouge / vert soit disant représentatif de la circulation du virus et de l'aptitude du système de santé est, jour après jour, moins pertinent, en effet, après deux mois d'expériences intensives , au vu des taux d'efficacité de la réanimation (40 % de décès semble t il , malgré déjà 30% de non prescription compte tenu du panorama médical des patients… Et aussi du taux des séquellles lourdes pour ceux que l'on réveille…), les équipes médicales s'orientent, dans un certain nombre de cas vers des solutions moins lourdes et finalement souvent efficaces… Par ailleurs, En France métropolitaine, avant la crise il y avait un rapport 3 entre le département ou le ratio lit/ hab est le plus fort et celui où il est le pus faible, (et 1,5 si on compare les régions…), Cela relativise un peu plus la pertinence et l'analyse des classements des départements en rouge ou vert…. (Qui d'alleurs ont peu d'influence sur la vie du citoyen déconfiné…)

    • Michel 2 says:

      Quand la com prend le pas sur la science, un pays (populiste) a de grand soucis à se faire pour l’avenir !

      • TOURAIN says:

        Quelle science ? Quels scientifiques écoutés ? L’école du P. Raoult ou celle du P. Delfraissy ? Comme le sujet du jour etait la Suède, je laisserai la réponse à Greta qui court depuis des mois, le monde, en train et en bateau en nous répétant  »écoutez les scientifiques  » .
        Ps: l’avantage avec le débat COVID par rapport à celui du climat, c’est qu’on a une chance de connaître les réponses cette année ( plutôt qu’en 2050 ou 2100):
        chloroquine solution ou effet placebo ? pas de virus en été ? 2éme vague ou vaguelettes  »as usual  » avec les virus, ou pas? Bilan en décès directs et colatéraux entre confinement ou pas ? Rien que pour connaître ces réponses, promises à court terme, cela vaut le coup d’éviter les attroupements!

        • Michel 2 says:

          Il y a la vraie Science, celle qui démontre et se répète, celle qui cherche, celle qui doute aussi, les sciences exactes, celle qui cherche avec rigueur et méthode, …..
          et la pseudo science celle à laquelle se réfère, par exemple, Gréta, celle du GIEC intéressée (pour sa survie), …

  124. Julien bonnetouche says:

    Nous l’avons déjà dit maintes fois. Le problème n’était pas le nombre de morts qui diffère peu confinement ou pas mais l’embouteillage des hôpitaux dans des pays où il existe de nombreuses populations vivant en promiscuité. Ce phénomène est certainement réduit en Suède tous comme il l’est dans le Berry ou la Bretagne.

  125. Par peur des peuples qui se réveillent  » les puissants  » ont inventé une pandémie avec la grippe saisonnière pour les calmer et les remettre en sommeil . Qui sont les membres du groupe secret Bilderberg qui se réunissent chaque année? Surtout garder le pouvoir. Qu’importent les dommages collatéraux.

    • adnstep says:

       » Qui sont les membres du groupe secret Bilderberg  »

      Ben, on ne sait pas, puisque c’est un groupe secret. 🙄.

      A moins qu’on le sache. Mais alors où est le secret ?

      PS : la réponse, c’est qu’il n’y a pas de membre, que des invités.

    • François says:

      Dans les démocraties le peuple qui veut se réveiller peut prendre des responsabilités en se présentant à des élections et même simplement en votant, sans théories complotistes sur des soit disants puissants.

    • TOURAIN says:

      Bon cela va surement troubler votre sommeil , mais vous devrez noter que S. Weinberg, (ENA) président de Sanofi (La société dont une partie des recherches est payée par les crédits d’impôts octroyés par l’Etat Français… et dont le PDG américain prétend qu’il réserve le vaccin contre SRAS cov 2 au plus offrant…) est membre de la Commission Trilatérale, organe permanent du groupe Bilderberg… Enfin, c’est S. Weinberg , alors membre du conseil d’administration de la banque qui aurait recruté E. Macron (ENA) chez Rothschid… Je dis cela ou rien…

  126. adrien says:

    Bonjour

     » les puissants » ont inventé une pandémie »

    C’est certain il y a des groupes secrets influents, mais pouvez vous être plus explicites sinon votre propos ne nous éclaire guère.

    • Robert says:

      Bah c’est simple, prochaine réunion Bilderberg en mai/juin comme chaque année pour 2.5 jours de sessions de travail (même si ils disent que celle ci est annulée, ils le feront en visioconférence ;-)) ), et donc le 2 juin au soir présentation des conclusions et directives d’Edouard Philippe sur la suite du déconfinement.
      Donc encore quelques jours à attendre.

      • TOURAIN says:

        Hier, 23/05, la région Ile de France est passée en dessous des 60% d’occupation de lits de réanimation (nombre fin 2019) occupés pour COVID, et donc toutes les régions sont vertes selon les critères d’avant le 11 mai…. (peut être plus au goût du jour…) Voyons si cela tient la semaine.. 20% de gain en 1 semaine en IDF – 40% en 2 semaines. Au niveau départements, sont à la traine, Seine Saint Denis (93) à 101% et… la Creuse (23) à 100% d’occupation des lits de réa… Pour info 3 autres départements dépassents encore les 75% (07, 77, 52) , au total 10 départements France métropolitaine dépassent encore les 60% ( dont 68, 88, 55, 91, 92). Les statistiques sur l’état des patients à la sortie de réanimation sont une autre question…

  127. François says:

    Dans les démocraties le peuple qui veut se réveiller peut prendre des responsabilités en se présentant à des élections et même simplement en votant, sans théories complotistes sur des soit disants puissants.

    • Thierry says:

      Bof, pour ma part, je ne me rendrai pas dans un café ou un restau de sitôt, j’attends que le Covid disparaisse de la planète par l’opération du Saint-Esprit , ou que l’on ait un médoc ou un vaccin, du coup, c’est super, ceux qui iront auront plus de place, ils pourront respecter une certaine distance entre eux sans problème,( puisqu’ils ne pourront pas utiliser de masques.)

  128. adnstep says:

    La Peur tue l’Esprit :

    https://youtu.be/l3hf2LQ3SNs

    • Thierry says:

      pour ma santé, je n’ai peur de rien, j’ai juste peur de le transmettre par inadvertance, comme je vous l’ai déjà expliqué, à ma mère, ou d’autres personnes agées, c’est tout. pourquoi prendre des risque inutiles, juste pour aller boire une bière au bistrot en bas de chez moi, c’est idiot….. 🙂

      • TOURAIN says:

        Dés que vous sortirez de chez vous , dès que vous croiserez un inconnu, dés que vous toucherez quelquechose qui n’est pas chez vous depuis 72 heures minimum vous prendrez un risque (par nature évitable et donc inutile) ….

        • Thierry says:

          mais dès que je sors de chez moi, je porte un masque, j’essaie toujours de garder mes distances, je me lave les mains très fréquemment, et j’ai toujours mon flacon de gel hydroalcoolique que j’utilise fréquemment, et voilà, comme ça pas de problème, et si tout le monde faisait comme moi, il y a longtemps que l’on entendrait plus parler de covid 19 en france……. 😉 . Vous voyez, ce n’est pas compliqué, mais comme les gens ne sont pas sérieux, nous sommes tous punis….

          • adnstep says:

            « mais dès que je sors de chez moi,  »
            Vous sortez de chez vous ? C’est nouveau, ça…

            😁

          • adnstep says:

            « mais comme les gens ne sont pas sérieux, nous sommes tous punis…. »

            Il y a longtemps que les punitions collectives sont interdites, à l’école.

            La circulaire n° 2014-059 du 27-5-2014 est très claire : « Les punitions ou sanctions collectives sont donc prohibées. Outre le fait qu’elles sont illégales, leur finalité éducative ne serait pas atteinte ».

            Mais Phillipe Barbe-Blanche ne le sait pas.

            « et si tout le monde faisait comme moi, »
            Moi aussi je rêve que tout le monde fasse comme moi. Ça irait bien mieux sur cette planète, c’est certain.

          • Le Mecreant says:

            Si tout le monde faisait comme vous… ben si le covid serait toujours là… ( ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire attention. et se proteger.)

  129. julien bonnetouche says:

    Oui redonner confiance aux gens va être un autre défi pour le gouvernement.
    Notamment pour qu’ils dépensent les sous économisés pendant le confinement.

    Il faut se méfier, ils sont capables de remettre le ISF ou de trouver un nouvel impôt qui y ressemble !! !!
    Finalement on peut se passer de beaucoup de choses :

    Au lieu d’acheter la dernière Porsche je vais garder ma vieille JAG. Quant au sac Chanel que j’envisageais d’offrir à la femme pour son anniversaire, cela peut très bien attendre une autre occasion….{e: !!!!}

    • Thierry says:

      tiens, porsche, jaguar…. au moins, on comprend que la balance commerciale de la France est déficitaire….. 😉

  130. TOURAIN says:

    Nécessité fait loi et ni Porsche, ni Chanel n’attendent après vous pour faire des bénéfices…
    Au passage si vous dépensez suffisament peut être échapperez vous à l’ISF sauce Duflo… A priori on ne déclare pas les sacs Chanel, enfin je crois… Maintenant comme disait ma grand mère, derriere le corbillard y a jamais un coffre fort, tout au plus des héritiers…

  131. Bonjour

    « La Peur tue l’Esprit » Peut-être. et même certainement pour certains. Ma femme est en conversation avec une amie qui dit » on est mort de trouille ». On les a invité mais elle et son mari ne sortent plus du tout ( courses livrées en drive ). Là je pense qu’ils vont tomber malade.

    TOUTEFOIS, j’écoutais récemment une jeune fille d’une vingtaine d’années qui disait ne pas être très concernée étant donné qu’elle était jeune et non vulnérable. C’est un EGOÏSME QUE JE NE COMPRENDS PAS.

  132. adnstep says:

    Vous vous demandez si nous nous serrerons à nouveau les mains. Ne risquons-nous pas d’aller vers une société très hygiéniste, sans serrage de main, bises et où nous porterions tous des masques et nous méfierons les uns des autres ?

    C’est un point d’interrogation. Je ne sais pas du tout comment notre société va évoluer dans ce sens-là. C’est une menace qui plane, celle d’une société hygiéniste qui place la santé comme norme au-dessus du reste. La santé est devenue norme politique : nous ne savons pas si nous reconduirons des élections municipales et les décisions scientifiques se sont parfois substituées aux décisions politiques. Elle est devenue norme civique, puisque les gestes barrières conditionnent nos comportements sociaux. Enfin, elle est norme morale, la vie bonne équivaut à la vie saine. Une société qui place la santé comme nouvelle norme, qui renforce l’hégémonie du médical dans nos vies, le « pan-médicalisme » comme dit André Comte-Sponville, est une société qui fait de l’individu, de sa santé et son bien-être la mesure de toute chose. La santé est et doit rester un moyen, il y a d’autres idéaux plus humanistes : la liberté, la justice, la politique. Une société hygiéniste est une société malade, en mal d’idéaux politiques. La santé est un symptôme qui se prend pour un remède.

    Julia de Funès, philosophe.

    • TOURAIN says:

      La philosophie humaniste, (sans doute une des conséquences ou au moins favorisée par la grande peste de 1350…,) a beaucoup évolué depuis et sans doute dans l’excès en Occident en privilégiant toujours plus l’individu par rapport à la société, vient de peut être trouver une limite. Après… Si on abandonne définitivement la manie de se faire la bise à tout bout de champ en dehors du cercle familial (au bureau, entre politiques, etc…) est ce un mal ?

  133. François says:

    J’écoutais sur RTL ce matin une médecin qui annonçait la future recrudescence de maladies coronariennes chez les femmes du fait de l’augmentation du stress.
    Se faire livrer, un décontaminant tout à l’arrivée. Je préfère choisir dans le magasin. Avec un minimum de précautions, qui finalement ressortent souvent du savoir vivre élémentaire tout va bien.

    • TOURAIN says:

      Le principe de précaution (qui a été introduit dans la constitution française…) est sans doute le stade ultime de la philosophie humaniste qui place l’individu au dessus de tout… (et qui va étouffer la forme ultime de cet humanisme, comme souvent le stade ultime d’une évolution, tel un cancer, étouffe ce qui l’a générée..)
      Nous verrons bien, si on nous parle en octobre ou novembre de quelques  »clusters » de COVID (le 20 maintenant) ou même de grippe, à quelle vitesse nos concitoyens ressortiront leurs masques ( dont la grande majorité de ceux qui pleuraient après, en avril n’auraient même pas envisagé de le porter en janvier si dsiponible) et se précipiteront pour télécharger l’application stop covid sur leur smartphone, alors qu’ils regardent cela comme plutôt intrusif voire liberticide en cette fin de mai… Enfin … si au moins il reste l’hygiène élémentaire de se laver fréquement les mains et que les instituteurs recommencent à insister sur ce point qui est depuis toujours au programme de l’école élémentaire…)…. Concernant stop covid, il est évident qu’on pourra demain paramétrer l’application -ou similaire – pour n’importe quelle maladie ou recherche de contact ou d’individu a priori inconnu, ayant le même centre d’intérêt, et étant à proximité…

      • adnstep says:

        Stop Covid n’est d’aucune utilité, car non obligatoire, pas de géolocalisation, contact en bluetooth style happn ou Tinder (bon, ça, ça fonctionne, plus ou moins 🤣), besoin de rester + de 15 min à moins d’1m du Zombie et en plus pas obligatoire de se signaler.

        Je pense que ça va être un fiasco.

        • TOURAIN says:

          1°) en mars, on nous a expliqué que le masque n’était pas utile (objectivement si vous n’êtes pas contagieux et que vous vous lavez les mains très régulièrement… cela se défend) mais il est devenu obligatoire dans les transports, les restaurants… 2°) en juin on nous dira Stop Covid cela ne sert à rien et d’ailleurs les gens seront réticents à le brancher… Sauf que c’est facilement paramétrable, et qu’en cas de nouvelle vague (de Covid ou de grippe, ou d’autre chose…), là, les mêmes gens vont se précipiter. et d’ailleurs on le rendra sans doute obligatoire, au moins dans certaines situations…(stades ? transports? si vous n’êtes pas branché c’est facilement contrôlable ..)
          A. Huxley avait déjà pronostiqué dans les années 30 que le totalitarisme basé sur la violence (nazisme, communisme et dérivés (khmers rouges, etc)) etaient voués à l’échec, par contre le totalitarisme doux qui instille la peur ( »le méchant loup  » des enfants) rend docile, surtout si on fournit ce qui est décrété bon (des masques, mais aussi la nourriture jugée correcte, un peu de distraction – politquement correcte -, mais aussi ce qu’on doit penser…etc…) , les médias (enfin celles contrôlables) sont là pour cela – les incontrôlables sont décriées (souvent à raison mais toujours avec succès) dans les médias pour leurs dérives – et si, en plus, chacun se sait épier (big brother)… Voilà un écart de philosophie de vie déjà existant entre le mode  »asiatique  » et le mode  »occidental » en perte de vitesse sur de nombreux sujets victime du principe de précaution érigé en dogme absolu (qui par nature ralentit toute évolution… même naturelle (le cycle de la naissance, la vie, la mort)), mais qui est aussi un aboutissement d’une certaine philosophie en fin de cycle… Mais qui en précède une autre…

          • Thierry says:

            et maintenant, on nous dit que le covid va disparaitre avec la chaleur, et qu’il n’y a de seconde vague nulle part.. allez voir la forme de la courbe des nouveaux cas en Iran, vous la verrez, la seconde vague…. ( le chiffre des décès, on s’en fiche, on sait que les chiffres ne correspondent à rien). En plus, pour nous dire que le covid n’aime pas la chaleur, faut etre con, il fait chaud en iran, ou au brésil, ou en arabie saoudite ou la courbe est en hausse….. Eh oui, on nous en raconte des conneries….., c’est à nous de faire preuve de bon sens

            • adnstep says:

              Vous auriez alors du rapidement quitter Paris, puisque même les médecins les plus orthodoxes invités sur les plateaux télés concèdent désormais que la coronavérole est, je cite, « un virus du confinement », que les clusters ont éclaté à l’occasion de rassemblements familiaux ou religieux, et que se promener au grand air dans les zones peu denses est un bon moyen de s’en prémunir.

              • Michel 2 says:

                Et voilà pourquoi, cher Thierry l’Iran et l’Arabie Saoudite ont des taux de mortalité en progression -la religion-
                Il est évident au vu des sociétés occidentales qui se sont confinées et qui se déconfinent avec un R0 qui est passé de 0.60 environ avant le déconfinement à 0,7 actuellement, que la chaleur du printemps a un effet indéniable sur la baisse de la mortalité de la pandémie. Ce n’est cependant pas la seule variable à prendre en compte.
                Exemple si vous vous assemblez à 2000 personnes dans un zénit climatisé avec 10% de contagieux, il est évident que les conséquences vont être désastreuses, printemps (chaud) ou pas.

                Quant au Brésil, dont le pic épidémique est en retard sur celui des pays européens, il faut considérer le nombre de décés (si tant soit peu que l’on peut leur faire confiance mais le problème se pose également en Europe) en rapport avec la population:
                – Brésil: 27 000 décés du coronavirus pour 210 millions d’habitants soit 0,013 %
                -France: 28 000 décès pour 66 millions d’hab. soit 0.04%
                – Italie: 33 000 pour 60,4 millions soit 0,05%
                – Espagne: 0.058%
                – Allemagne: 0,010%
                – USA: 0,03%
                – ….

                Ce qui veut dire que le Brésil a un (pour l’instant) un taux de mortalité proche du Brésil – CQFD

            • adnstep says:

              Pour être sur qu’il y ait eu une deuxième vague en Iran, encore eût-il fallu que la première soit passée.

              Et pas seulement dans les stats.

              • Thierry says:

                la forme de la courbe des cas en iran est criante, ( ils ont été confiné, alors ça c’est calmé, mais maintenant…… ) mais il est vrai qu’on ne peut jamais être sûr de rien, ce n’est pas moi qui vous dirai le contraire…. 😉 . En tout cas, si la chaleur avait une influence, il ne devrait plus y avoir de nouveaux cas là-bas….. 😉 et encore moins dans les pays du golfe… et pas du tout au soudan

                • adnstep says:

                  Peut-être que si ça n’avait pas été des pays chauds, il y aurait eu beaucoup plus de morts.

                  Je ne prends qu’un exemple : l’Arabie Saoudite, 33 millions d’habitants, 500 morts. Même en multipliant par 10, vous arrivez péniblement à 5000 morts, ce qui est bien moins élevé qu’en France. Population plus jeune, c’est aussi certainement un facteur positif.

                  Pour la tuberculose, quand on n’avait pas encore le BCG, on envoyait les malades au sanatorium. Le principe du sanatorium repose sur le traitement par la cure d’air, de lumière et de soleil.

                  La tuberculose touche 5000 personnes par an en France et en tue 700.

                  • Thierry says:

                    oui, bien-sûr, je parlais de l’arabie saoudite,ou du Soudan ou du Mexique, , juste pour la forme des nouveaux cas qui est en train de monter en flèche malgré la chaleur, c’est tout…. mais je ne suis pas un épidiémologiste, on verra bien d’ici un an les résultats, on aura plus de recul. C’est juste pour dire qu’il vaut mieux respecter les gestes barrières et ne pas compter sur la chaleur, comme dans le titre de l’article ci-dessus, , c’est tout…

          • adnstep says:

            « et d’ailleurs on le rendra sans doute obligatoire, au moins dans certaines situations…(stades ? transports? si vous n’êtes pas branché c’est facilement contrôlable ..) »

            C’est la seule façon de le rendre efficace, en effet.

            • Michel 2 says:

              Enfin soyez raisonnable !
              Pourra t-on imposer à quelqu’un d’acheter un smartphone quand il a juste un télèphone de l’ancienne génération sans localisation ou pas de téléphone du tout?
              Pourra t-on imposer a quelqu’un de charger ou remplacer sa batterie quand celle-ci ne tient plus la charge au delà de quelques heures?
              Pourra t-on empêcher quelqu’un de déconnecter sa carte SIM s’il ne veut pas être suivi par le big brothers?
              Pourra t-on, plus globalement, quelqu’un d’être libre de ses déplacements, d’aller voir sa maitresse ou son amant, …. ????

              En France, qui peut penser cela ? Ca n’a aucune chance d’aboutir!

              • TOURAIN says:

                Ben c’est comme pour les masques, c’est pas obligatoire dans la rue mais dans les transports il y aura des amendes pour l’absence! Donc à vous de vous équiper si vous voulez monter dans le transport!
                Alors demain, stop covid cela ne sera pas obligatoire dans la rue mais on peut décider que pour aller sur les gradins d’un stade ou au spectacle, là l’organisateur peut l’imposer. Ce que je vous explique c’est qu’on est en train, de déconstruire l’aboutissement de 5 siècles d’humanisme qui ne s’est réellement développé qu’en Occident, avec les formes les plus aboutis (et au fond assez consensuel en Occident, en première approche…) que sont les droits de l’homme ou le principe de précaution , notion qui n’ont au fond pas la même importance ni la même résonnance quasi religieuse et dogmatique dans d’autres parties du monde… PS: si vous passez un contrôle avec votre bluetooth branché et que vous le débranchez juste après, big brother le saura et vous classera  »rebelle suspect » présumé à confiner d’urgence… Et oui!

                • adnstep says:

                  +1.

                  Les souvenirs de lecture de Neuromancer et Shockwave Rider remontent à la surface.

                  Il paraît que « les furtifs » d’Alain Damasio, est à la hauteur. A lire, donc.

                • Michel 2 says:

                  Vous ne pouvez pas comparer les masques avec un smartphone stop Covid-19.
                  Avec le non port de masque une personne infectée qui le sait ou pas risque d’infecter plein d’autres.

                  Avec le smartphone, soit c’est une personne infectée – combien de personnes infectées vont se déclarer comme tel, Humm j’ai de gros doutes sur le nombre réel- qui signale aux autres qu’il est porteur dans un environnement proche, soit ce sont les personnes saines qui sont informées d’un contaminé proche sans savoir qui il est réellement et souvent il sera trop tard si celui-ci ne porte pas de masque.
                  Bon après le but de l’application serait de retrouver toutes les personnes qui ont été proches d’un contaminé. J’imagine alors un métro bondé, des couloirs interminables ou le dit contaminé a croisé chaque matin et chaque soir des centaines voire des milliers de personnes. Et alors que fait-on ? On avertit ces milliers de personnes qui peuvent très vite devenir des millions puisqu’elles mêmes ont croisé d’autres centaines ou milliers d’individus (fonction exponentielle) d’aller se faire tester.
                  Ca devient très vite kafkaïen!

                  • TOURAIN says:

                    Non pas bienvenue chez Kafka mais bienvenue à Séoul ou Ulsan ou Incheon.. enfin où vous voulez au  »pays du matin calme »…(Au passage, je n’ai jamais ressenti le calme le matin dans les villes de Corée du Sud…) Bon… mais si vous vous savez positif, il est recommandé (cà c’est la forme polie de l’injonction…) de vous confiner pas de vous balader avec stop covid branché! Non, c’est une fois qu’on vous a détecté positif qu’on va interroger Stop Covid pour repécher tous les malheureux qui vous ont croisés! C’est la technique Corée du Sud (ou aussi Singapour) qui fait l’admiration des Yaka Ileufalu qui savaient tout en janvier… PS: à ce jour , Stop Covid est supposé réglé à distance inférieure 1 m durée de contact supérieur à 15 mn…. Donc si vous êtes en mouvement, en dehors d’une manif, vous ne risquez rien… Mais peut être imaginez vous qu’on puisse changer ces réglages ?
                    Je rappelle aussi que le Ministère des Solidarités et de la Santé aura accès aux données des contacts  »stop Covid » d’une personne détectée positive et cela sur les derniers 21 jours… A ce jour, c’est sur la base du volontariat, mais rien n’empêche une entité privée de l’exiger : spectacles, stades…Soit pour refuser les positifs , soit pour paraître plus responsable vis à vis des autres  »clients  » mais surtout des autorités de tutelle capables de prononcer des fermetures administratives… Bref , la technologie permet de vous rendre demandeur (et oui,c’est vous qui le demandez, pas un juge…) pour porter un bracelet électronique, qui vous géolocalisera de façon plus précise et rapide que la triangulation des bornes de contact de votre téléphone ou votre carte bancaire, et en plus permettra de donner votre état de santé, et plus, facilement… Et ne pensez pas ne pas tenir compte des messages vous demandant de vous confiner, sans délai, puis de vous faire tester… C’est passible de mise en danger de la vie d’autrui par négligence…. Et qui sera jugée à l’aune des  »connaissances scientifiques  » au moment de votre action… Tout est prévu…

                    • Michel 2 says:

                      Vous avez comparé les masques avec les smartphone et maintenant vous comparez les Coréens avec les Français.
                      Excusez moi, je pouffe de rire même si le sujet ne s’y prête. Bonne soirée

          • adnstep says:

            « Voilà un écart de philosophie de vie déjà existant entre le mode »asiatique » et le mode »occidental » »

            Pas d’accord. Le totalitarisme, le contrôle social, sont bien plus présents en Asie qu’en Occident. Même si, en France, on a souvent promu et aimé le socialisme étatique, jusqu’à former les futures élites de quelques dictatures communistes sanglantes (Lénine, Ho Chi Minh…) : https://www.google.com/amp/www.leparisien.fr/amp/info-paris-ile-de-france-oise/histoire-sur-les-traces-de-lenine-a-paris-29-10-2017-7360686.php

            • TOURAIN says:

              Nous disons la même chose, la philosophie humaniste s’est développée à l’extrême dans les pays occidentaux, créateurs «  »des droits de l’homme » et du principe de précaution dogme suprême… L’Asie a conservé une démarche où l’individu est secondaire par rapport à la société ou le groupe et qui permet l’acceptation plus facile du contrôle social qui prend avec le bigdata des formes de plus sophistiquées et imparables quoique présentées comme douces et  »pour votre bien  » (reconnaissance faciale – y compris avec masque!- application de type stop covid , de fait très intrusive …).

        • TOURAIN says:

          Au passage pas de géolocalisation interne mais capable de dire que vous étiez à telle heure à moins de x mètre d’une personne ou d’une borne dont on connaît la position ….

          • Michel 2 says:

            C’est ça la géolocalisation: dire où vous étiez à telle heure!

            • TOURAIN says:

              Et oui tout compris, STOP COVID est vendu officiellement sans géolocalisation, mais il suffira q’un des porteurs (de téléphone) fournisse ses trajets pour retracer ceux des autres…. Bien sur , c’est juré, personne ne fera cela… Quoique…. Si c’est pour votre bien? celui de vos proches peut être ? Vous n’allez quand même pas refusé ?

  134. Michel 2 says:

    Bientôt des avions zéro carbone, les écolos vont être aux anges !
    Seule ombre au tableau …. encore des Chinois:

    https://www.futura-sciences.com/tech/actualites/avion-electrique-avion-turboreacteur-100-electrique-80920/

    • Thierry says:

      Un écolo ne prend pas l’avion, il se contente de partir vacances au maxi à quelques centaines de kms de son domicile. ( Bon, restez calme, je sais que vous bruler d’envie de me sortir des exemples de personnes qui se disent écolo, et qui vont aux seychelles, comme duflot, mais pour moi, du coup, c’est pas des écolos, c’est n’importe quoi.)

      • Michel 2 says:

        Oui mais les écolos ne prennent pas l’avion parce que la pollution avec en premier lieu la production de CO2 , même si en réalité ce n’est pas la plus « méchante » mais passons. Mais si l’avion à plasma ne produit plus de CO2, rien n’arrêtera les écolos de voyager en avion!
        6 à 7 h en avion pour aller aux USA, c’est mieux qu’une semaine en bateau, non?

    • TOURAIN says:

      La démondialisation ( oui la reconversion industrielle? ) est en cours :
      lu dans la feuille quotidienne du CCFA:
      PSA VA PRODUIRE SES PROPRES MASQUES DEPUIS SON USINE DE MULHOUSE
      L’usine PSA de Mulhouse (Haut-Rhin) va produire à partir du mois d’août les masques de protection pour les salariés du constructeur dans le monde. Une « ligne automatisée » de fabrication de masques chirurgicaux sera installée en août dans l’atelier de peinture de Mulhouse, afin de « couvrir les besoins d’équipement des salariés du groupe », a annoncé la direction de PSA dans un communiqué. Les machines de production seront achetées auprès d’un « industriel français », a-t-elle précisé, sans en dévoiler l’identité. Le constructeur sera ainsi en mesure « à terme » de fabriquer 10 millions de masques chaque mois.
      ET j’ajoute, cela tombe bien c’est à Mulhouse….

  135. adnstep says:

    « à quelques centaines de kms de son domicile. »
    C’est déjà pécher.
    Un écolo ne dois pas aller plus loin que ses pieds le mènent. Avec des chaussures en matière naturelle mais sans cuir, parce qu’il ne faut pas faire de mal aux animaux.

    De toute façon, un écolo ne part pas en vacances, il part sauver le Monde.

    • Thierry says:

      oh, mon Dieu, quelle vision naîve et supercificielle vous avez des écolos, vous faites peur, parfois………. Non, pour moi, un écolo, c’est tout simple, en gros, un écolo actuel dans une société occidentale moderne, c’est juste une personne qui vit selon les conseils de jancovici, c’est tout simple, et ça prend pas la tête, c’est juste du bon sens…. ( et janco refuse de prendre l’avion pour des raisons récréatives, mange moins de viande, ect…..). Alors, même si ce n’est pas parfait et ne correspond pas à VOTRE vision d’un écolo, c’est déjà ça, e……

      • TOURAIN says:

        Jancovici (qui de par sa formation scientifique rélle et de haut niveau) n’est pas un écologiste politique mais (ou à cause de cela) doté d’un solide bon sens pragmatique, est pro nucléaire car préoccupé par l’augmentation du CO2 dans l’atmosphére et aussi totalement réaliste quant aux appels et besoins d’énergie de tous les humains quelquesoit leurs lieux de résidence.(Notion térriblement ditactique de  »l’équivalent esclave » et de son évolution dans l’histoire…)

        • Thierry says:

          Exactement !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Merci pour ces précisons, je crois que ADNSTEP en avait besoin….

      • TOURAIN says:

        Jancovici (qui de par sa formation scientifique réelle et de haut niveau) n’est pas un écologiste politique mais (ou à cause de cela) doté d’un solide bon sens pragmatique, est pro nucléaire car préoccupé par l’augmentation du CO2 dans l’atmosphére et aussi totalement réaliste quant aux appels et besoins d’énergie de tous les humains quelquesoit leurs lieux de résidence.(Notion térriblement ditactique de  »l’équivalent esclave » et de son évolution dans l’histoire…)

      • adnstep says:

        Vous, vous n’avez pas vu comment vivent les Élus dans le kibboutz/ashram/paradis de Notre-Dame-des-Landes. D’ailleurs, pour les chaussures j’ai tout faux. Eux, ils cultivent les pieds nus. Sans doute pour mieux faire corps avec Notre-Mère-la-Terre.

  136. adnstep says:

    A Marseille, les plages étaient fermées jusqu’à mardi.

    Ce weekend les gens y sont allés tout de même.

    Le préfet a donc envoyé la troupe… de médiateurs…lol.

    • TOURAIN says:

       »Ce que vous ne pouvez empêcher, laissez croire que vous l’avez désiré »
      Nicolas Machiavel ( fin du XV éme siècle…). Je suis de plus en plus convaincu que ce cynisme laxiste est la base de l’enseignement de l’ENA (*) depuis les années 1975… Au passage, je crois que le prefet actuel des Bouches du Rhône est ENA promotion VOLTAIRE (  »la fameuse  » …).
      (*) formation surreprésentée dans les instances politiques et administratrives dirigeantes de ce pays et encore plus depuis 7-8 ans…

  137. adnstep says:

    Effectivement, Pierre Dartout est de la fameuse promo.

    La notice Wikipedia nous apprend : « Il quitte le poste en septembre pour devenir ministre d’État de la principauté de Monaco en remplacement de Serge Telle. »

    Une bien belle fin de carrière.

  138. adnstep says:

    Michel2, c’est pour vous :

    (BFM B) – Morgan Stanley, Bank of America, UBS, Wells Fargo et Blackrock ont collectivement augmenté leurs avoirs en or de près de deux milliards de dollars au cours des trois premiers mois de l’année 2020, pour les porter à plus de sept milliards au total. Black Rock, le plus grand gérant d’actifs au monde a notamment triplé sa position.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez nos conseils pour gérer votre patrimoineInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine