C’est bon ! Ne vous inquiétez plus, votre banque ne fera pas faillite. La prochaine crise peut arriver demain matin, les banques sont maintenant hors de danger.

Cette protection des banques est une excellente nouvelle (ironie) et doit son avènement dans une ordonnance publiée discrètement le 20 Août dernier. Cette ordonnance qui a pour objectif la résolution des crises bancaires en France prévoit 4 outils :

  1. La cession d’activités : l’autorité de résolution cède des biens, droits, obligations, actions ou autres titres de propriété de l’entité en résolution à un tiers acquéreur. La banque qui menace de faire faillite est démantelée et vendue pour payer les dettes.
  2. L’établissement-relais (« good bank ») : l’autorité de résolution crée un établissement en charge d’acquérir les biens, droits, obligations, actions ou autres titres de propriété de l’entité en résolution en vue d’une cession au meilleur prix dans un proche avenir.
  3. La structure de gestion des actifs (« bad bank ») : l’autorité de résolution crée une structure de gestion des actifs en charge d’acquérir les biens, droits et obligations en vue de les liquider au meilleur prix.
  4. Le renflouement interne : l’autorité de résolution réduit et/ou convertit les éléments de passif de l’entité en résolution, à l’exception de ceux qui sont expressément identifiés comme ne pouvant pas faire l’objet d’une telle mesure. Soit le renflouement est utilisé dans le cadre d’une stratégie de « résurrection » et mis en oeuvre au bénéfice de l’entité en résolution si l’autorité de résolution estime que sa viabilité financière à long terme peut être restaurée. Soit le renflouement interne est utilisé dans le cadre d’une stratégie de démantèlement afin de capitaliser l’établissement-relais et de faciliter l’utilisation de la cession d’activités ou de la structure de gestion des actifs. Dans tous les cas, l’efficacité de l’instrument de renflouement interne devrait être accrue avec le respect des entités pour une exigence minimale de fonds propres et d’engagements éligibles (MREL).

 

De ces quatre outils de résolution de la crise bancaire, c’est le point 4 qui est le plus intéressant, incompréhensible, mais très intéressant :

Le renflouement interne : l’autorité de résolution réduit et/ou convertit les éléments de passif de l’entité en résolution, à l’exception de ceux qui sont expressément identifiés comme ne pouvant pas faire l’objet d’une telle mesure.

  

Le renflouement interne : Ponctionner les comptes bancaires, les transformer en action de la banque en faillite afin de sauver la banque.

De cette phrase totalement incompréhensible, il faut comprendre que l’ordonnance citée autorise les banques en difficultés à ponctionner les comptes bancaires de leurs clients afin de résoudre la crise bancaire.

Cette ordonnance prévoit donc l’extension du champ d’application de la procédure de renflouement interne (capacité à réduire unilatéralement les passifs et à convertir ces passifs en titres de capital) aux passifs détenus par les créanciers senior, notamment les dépôts non garantis par le Fonds de garantie des dépôts et de résolution. Dorénavant, c’est officiel depuis le 20 Août dernier, les épargnants pouvoir voir leur épargne ponctionner pour sauver la banque dans laquelle ils ont déposé leur argent.

Cela vous semble incroyable, c’est pourtant bien la réalité. Vous y voyez une atteinte au droit de propriété ? Vous avez raison ! 

Néanmoins, rassurez vous, le renflouement interne (=la ponction des comptes bancaires) ne devrait pas concerner les capitaux protégés par le fond de garantie des dépôts (100 000€ par personne et par banque et 70 000€ par personne et par compagnie d’assurance vie). Mais quelle est la valeur d’un tel engagement ? 

Nous ne sommes plus très loin de la proposition du FMI dirigée par Christine LAGARDE : Ponctionner 10% de l’épargne pour rembourser l’ensemble des dettes et résoudre la crise (cf »Une taxe de 10% sur l’épargne : La solution du FMI pour sortir du surendettement ?)

Vous ne croyez pas cela possible, je vous laisse le soin de consulter l’ordonnance en question : Ordonnance sur le renflouement interne

 

Le renflouement interne ne devrait cependant être actionné après que les actionnaires (détenteur d’action des banques ou de parts sociales des banques coopératives), et les détenteurs d’obligations de la banque en question ne soient sollicités. Rappelez-vous, Chypre à connu ça en Mars 2013 (cf « ALERTE !! CHYPRE : Au final, c’est l’épargnant qui paiera la facture de la crise !!) : Les épargnants ont payé la résolution de la crise bancaire par une ponction d’une partie de l’épargne qui dépassait 100 000€.

L’ordonnance qui vient d’être publiée légalise cette possibilité pour la France. Vous voilà prévenu !
  

Maintenant, la prochaine crise peut arriver! On a la certitude que les banques seront sauvées ! Les épargnants seront spoliés…

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de bilan patrimonial


68 Comments

  1. Avec le système en place et réellement opérationnel depuis l’effondrement de l’URSS et donc de l’autre système qui avait l’avantage de modérer les loups de la Finance, et la chute du mur dans lequel se sont engouffrés les apprentis sorciers, avec ce « System » donc les épargnants sont spoliés, avec ou sans ordonnance.

    Ce n’est qu’une officialisation de la chose, mais nos Financiers n’en ont jamais eu besoin (voir le récent renflouement des banques par les Etats, merci Monsieur l’ancien Président)

    D’où mes 2 principes de base
    – consommer
    – être en solde négatif chez eux.

    Vous avez juste oublié Guillaume de dire que cette décision européenne, effectivement peu ébruitée (cf prochaines élections françaises en décembre) va de pair avec la limitation dans le paiement en liquide, soi-disant pour éviter le blanchiment d’argent, mais en réalité pour être certain qu’on vous en piquera un max 🙂

    Je m’inquiète aussi, me demandant quelle part de ma pierre ils vont bien pouvoir s’approprier ………

  2. et ben….et pendant ce temps on occupe le peuple avec l’affaire Benzema and co!!!!

  3. Une raison de plus pour pousser les plus riches à partir ( avec leurs usines, leurs emplois … )

  4. Fredy Gosse says:

    c’est juste l’application d’une règle européenne…ça ne nous console pas pour autant ,d’autant qu’il parait que pour nous en sortir faut surtout pas changer le train de vie de l’Etat…tiens au fait la Grèce refait surface…. dormez bien ,il parait que la France est bien trop grosse pour subir le sort de la Grèce (c’est ce que j’ai entendu hier sur M6 dans l’émission consacré à notre dette)

  5. Et suivez le fil : ce qui veut dire : les assurances vies pleines d’obligations de ces banques se verront par la même ponctionnees a leur tour. Sachant que les compagnies d’assurances qui les détiennent ne pourront peut être pas survivre elles mêmes !! Il faut espérer qu’il n’y ait donc pas une autre crise qui se déclenche prochainement !!!

  6. Un décret comme celui-ci montre que l’épargnant doit plus que jamais se pencher sur la qualité de son épargne (et de sa banque) et ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier. Diversifier sur des actifs non corrélés ne suffit plus. Il va falloir imaginer d’autres scénarii de crises. Ca devient compliqué, mais les CGPI ont une carte à jouer car ils ont de beaux atouts en main.

  7. Tout cela était dans le tuyau depuis un bon moment.
    Perso j’ai réglé le problème en vidant mes comptes et mes contrats et versé tout cela en lieu sur c’est à dire hors de l’UE et je ne serais trop conseiller à ceux qui ne l’on pas encore fait d’en faire autant sans tarder.
    Sans tarder notamment car à compter du 1/01/16 le nouveau fichier FICOVIE informera le fisc de la totalité de vos avoirs en assurance vie pour les contrats de plus de 7500 euros.
    Je n’ai gardé qu’un compte chèque en France mais j’envisage même de le fermer et d’en ouvrir un dans une banque hors UE pour ne plus rien avoir en France.
    Ne plus rien avoir en France est pour moi une évidence depuis 5 ans environ donc j’ai aussi vendu mon immobilier et suis devenu locataire.
    Le gros avantage c’est que le jour ou cela ira trop loin je n’ai plus qu’à faire ma valise et je vous laisserai vous débrouiller avec ce …
    Charité bien ordonnée commence par soit même dit on…

    • si vous pensez être en lieu sur hors de l’ UE je ne vois pas pourquoi vous êtes encore ici , on n’a pas besoin de parasites en France on devrait vs enlever la nationalité française et vs expulser , la France ne s’en porterais que mieux

      • « Ah ! qu’en termes galants, ces choses là sont mises ! » …….

      • Fredy Gosse says:

        tiens ça me rappelle une histoire du bon vieux temps…
        cela se passe du temps de l’URSS
        2 camarades discutent dis camarade es tu un bon communiste ?l’autre outré ,bien sûr que je suis un bon communiste;; on va vérifier tout de suite
        camarade » Ankou « -:) tu as 2 maisons ,une en trop donnes tu la seconde maison au parti:lAankou énervé ,’est évident je donne la seconde maison..bien bien ;continuons tu as 2 voitures comme ces exploiteurs américains est ce que tu donnes ta second voiture;réponse: ta question est humiliante bien sûr que je donne ma seconde voiture
        Très bien très bien vérifions une dernière fois camarade tu as 2 poules est ce que tu donnes ta second poule ? NON je garde ma seconde poule
        là je ne comprends pas dit l’autre tu donnes la maison ,la voiture ,mais tu gardes la poule? explique moi.. l’autre :oui ,mais là j’ai effectivement une seconde poule
        Moralité c’est fou ce que les gens adorent partager la propriété des autres
        n’est ce pas Saisix ….

      • @ Saisix,

        Rassurez vous je ne suis déjà plus ici que de passage.

        Si on m’enlevait ma nationalité française ce qui est en fait impossible sans en avoir pris une autre au préalable je n’en serais que plus satisfait. J’ai en effet appris qu’une destination qui a ma préférence n’accorde pas sa nationalité aux étrangers résidents même après 10 ans de résidence ou plus. C’est dire que je me suis déjà intéressé au sujet et que pour des raisons fiscale cette solution m’intéresse (voir le cas des USA).

        Maintenant ce n’est pas parce que vous êtes vissé en France qu’il faut traiter les plus mobiles de parasite. Chacun est libre de faire ce qui lui est le plus bénéfique.

        J’ai liquéfié mon patrimoine ce que personne autour de moi ne fait. J’ai quitté le salaria pour une situation fragile et sans aucune garantie ce que la aussi personne ne fait autour de moi.
        Si j’en récolte les fruits ce n’est que plus légitime, non ?
        Je créé une boite, je travaille 70 heures par semaine, j’y pense 90 heures par semaine, j’y mets mes sous la aussi je ne vois pas beaucoup de gens en faire autant..
        Maintenant si les gens ne sont pas suffisamment conscients de la situation et acceptent de se faire tondre libre à eux mais je ne pleurerais pas sur leur sort. Ils n’avaient qu’à agir.

        Ce que je me suis dit 100 fois. Si tu te fais tondre, si tu perd ton capital alors que tu savais ce qu’il fallait faire pour l’éviter, il ne faudra t’en prendre qu’à toi (à moi) et tu pourras te dire que tu as été le roi des cons. Ne voulant à aucun prix regretter de ne pas avoir agit alors que je savais j’en ai tiré les conséquences. C’est tout.

        Les parasites n’ont rien à faire dans cette histoire.

        CQFD

        • Tout à fait d’accord même si je n’ai pas le courage de faire de même car c’est difficile ( la famille, les enfants, les amis, les placements en immobiliers, la vie en France … )

      • C’est justement par qu’il y a depuis trop longtemps des « parasites » dans notre beau pays que certains d’entre nous en ont marre de se faire plumer au delà du raisonnable et cherchent des solutions, certes pas très patriotiques, mais qui tendent à permettre la conservation du fruit de leur bonne gestion.

    • En effet Polo, votre option radicale a le mérite d’être « couillue ».
      Mais quel pays hors UE ?
      – Maurice a fait face récemment a un scandale bancaire
      – Panama en orbite US n’est pas si stable
      – Belize est si petit
      – l’inflation en Amérique Latine est d’ailleurs haute (Brésil et Argentine)
      – Asie du Sud Est, il faut y aller pour ouvrir un compte
      -Chine: on va y croiser les chinois ramenant du cash chez nous lol
      – la Suisse a un bilan bancaire central bien chargé et fait payer les dépôts

      • @ Sven,

        Ce n’est pas parce que vous choisissez d’aller hors de France que cela implique que vos comptes patrimoniaux soient dans le pays dans lequel vous choisissez d’aller vivre.

        Le pays de vie est notamment sélectionné selon la fiscalité mais uniquement.
        Le pays ou plutôt les 2 pays (c’est mieux qu’un) ou sont les comptes patrimoniaux sont sélectionnés selon la réputation du pays et de son système bancaire.

        Bien entendu la banque est sélectionné suivant vos critères : taille, activité, actionnariat, ratio…

        En fait il faut juste que le pays ou sont les comptes n’applique pas une fiscalité à la source comme c’est le cas sur les comptes situés aux US des non résident US.

        Vous dites : La Suisse fait payer les dépôts. J’ajouterais des comptes courant mais pas des comptes titres même lorsqu’ils sont 100% en cash. Donc pas de problème de ce coté là.

        • @ Polo

          Certes, il faut toujours dans l’idéal disjoindre lieu de résidence et lieu de détention des avoirs, voire un troisième pour l’entreprise, mais la difficulté est qu’il faut faire coïncider le choix du pays avec la solidité de la banque, et malgré les écrits anglo saxons ou de JP Chevallier, on manque de billes pour choisir….

          Je suis ok sur le cash sur les CTO en Suisse, ce qui est une piste à l’heure de la non -rémunération du liquide.

          Il faudrait cependant chercher hors Europe, l’exception suisse étant lourdement corrélée à sa situation géographique, comme on le voit avec les flux des migrants..

          • @ Sven

            Concernant le choix de la banque il est préférable d’en choisir une avec un actionnariat familial, le but étant toujours de la transmettre à la génération suivante ce qui implique une activité et une gestion avec un risque déduit.

            Concernant le pays hors UE je pense prioritairement à Singapour qui n’est autre que la Suisse asiatique. Et comme par hasard, plusieurs banques suisse ont une filiale à Singapour (mais cela ne dispense pas de s’y rendre pour ouvrir un compte). En fait le choix des pays n’est pas très vaste sauf à aller dans des pays trop exotiques à mon gout comme les Bahamas….

            D’après vous quelles pourraient être les conséquences de la mauvaise gestion de la BNS sur les comptes situés en Suisses :
            1) ne détenant pas du franc Suisse ?
            2) détenant du franc Suisse

        • Bine sûr , l’actionnariat familial ou avec affectio societatis….Voyez cependant le sort de la banque Wegelin, flinguée en un week end par les USA. Ses dirigeants se sont courageusement comportés, couvrant les clients sur leurs fonds propres….
          Je pense que la Suisse bancaire comme on la connaissait est morte(je ne parle pas du secret, terminé) avec sa tradition de prudence et de stabilité.

          Singapour ne me semble plus le meilleur relais en Asie, trop inféodé US…

          Je vous le disais, sans frauder mais en recherchant la sécurité, la liste est bien courte…

          Pour la BNS, le risque est un alignement sur le naufrage de l’Euro; si détention du franc suisse

          • @ Sven

            Vous dites : sans frauder mais en recherchant la sécurité, la liste est bien courte…

            Quel est le contenu de votre courte liste SVP ?

            Merci d’avance

  8. Le vrai problème est qu’il est difficile de savoir d’où viendra l’élément déclencheur et quelles seront les conséquences. On avance en terrain inconnu. Détenir ses avoir hors UE est peut-être une piste, mais peut-être pas la bonne. Pour FICOVIE, le Luxembourg n’est pas concerné, mais cela ne signifie pas pour autant que tout est résolu avec une assurance-vie luxembourgeoise. Il y a par contre des pistes totalement hors système à considérer, comme le lien communautaire à travers des éco villages comme cela s’est développé en Grêce par exemple, l’apprentissage de compétences de base, etc. Surtout, soyons ouverts à l’idée de tout perdre et que nos valeurs peuvent se placer ailleurs que dans le matériel. La vie continue…

    • Pour moi l’assurance vie qui n’est en fait que de la défiscalisation partielle de l’épargne n’a plus aucun intérêt dès lors qu’il existe des pays sans fiscalité sur les revenus financiers et sur les plus values et bien évidement sans tout le reste (CSG, ISF, Succession).

      Autre solution pour les placements favoriser les actifs tangibles de très bonne qualité pour réduire au maximum le risque mais aussi à fort rendement. Dans un monde ou les cours sont à des niveaux incompréhensibles et très risqués et ou la déflation guète c’est à mes yeux la meilleure solution. C’est pourquoi j’en prend pour 50% de mon patrimoine le reste étant laissé en cash.

      • Je vous rejoins sur votre appétence aux actifs tangibles de qualité. C’est en effet une piste intéressante et c’est dans ce sens également que je conseille mes clients. Certains vont même jusqu’à l’organisation d’une BAD (base autonome durable) en France et/ou sur un autre continent. Néanmoins, je pense que ce n’est que traiter le problème en surface. Je reste convaincu que la prochaine crise peut prendre de cours le meilleur des préparé. La gestion d’un patrimoine s’accompagne à mon sens de la mise en place d’une vraie stratégie de réseau de qualité (amis, associations, voisinage, famille, etc) sur qui ont peut compter. Cette partie « immatérielle » peut s’avérer une sécurité+++ en cas de crise grave. Je ne suis pas fan d’une poche cash trop importante dans un patrimoine, même si il peut s’agir d’un actif à part entière. En effet, en cas d’hyperinflation (probabilité forte même si nous sommes en déflation), ce papier risque d’être valable que pour être recyclé en papier toilette…

        • @ Pierre

          Comme vous l’avez devinez je m’organise pour être hyper mobile en conséquence en cas de retour de l’inflation mon cash ne resterait pas longtemps sur un compte à dormir, évidement

  9. Après la crise de 2008, j’avais choisis de partir de ma banque qui avait vraiment fait n’importe quoi (CA) dans sa branche investissement. Au niveau individuel, c’était le seul choix que j’avais pour « sanctionner » son comportement. S’en est suivi une longue recherche d’une banque ayant fait moins de connerie, hors il n’y a que trop peu d’informations sur ce sujet. J’ai fini par aller au Crédit Mutuel. Après ce qui s’est passé à Chypre, j’en ai conclu qu’il vaut mieux choisir une banque qui n’a pas de branche d’investissement du tout, d’où ma migration à la banque postale, qui en plus à l’avantage d’être encore à moitié publique, donc j’espère qu’on aura moins de chance d’avoir un traitement Chypriote.

    Mais tout ceci n’est peut être pas le comportement optimal, on a vraiment très peu d’information sur la santé financière de nos banques.

    • @ Strangers,

      En France pour être tranquille je vous suggère les banques suivantes.
      Martin Maurel 75 + 13
      Delubac 75
      Wormser 75
      Bami 64

      • Je dois vous croire sur parole ou vous avez des informations ou documents attestant de la « sécurité » de ces banques ?

        • Ne croyez jamais personne sur parole.
          J’ai un principe de base. Toujours tout vérifier moi même.

          Pour plus d’info : Une bonne source le blog de JP chevallier.
          Faites y des recherches sur BAMI, Marin Maurel et Pouyanne (64) que vous pouvez aussi ajouter à cette courte liste. Mais Delubac c’est du béton armé aussi. Pour toutes cela résulte de l’actionnariat toujours familial (objectif de transmission à la génération suivante comme cela c’est passé avant eux) et de l’activité sans risque

          • Merci pour l’information. J’irai voir tout ça même si je ne suis pas sur de vouloir changer encore une troisième fois de banque en quelques années.

  10. Bonjour,

    Qu’en est-il des titres financiers (actions, obligations) détenus au sein des comptes-titres ?
    Peuvent-ils être vendus afin de ponctionner de l’espèce ?

    Merci pour vos réponses

  11. Et alors ?

    Je ne vois pas bien la différence avec « avant » ?!?

    En cas de crise c’est l’Etat qui nationalise et donc ce sont bien tous les… contribuables qui renflouent !

    Là, seuls ceux qui auront plus de 100.000 € sur leur compte bancaire ? bah ça me concerne pas.

    D’ailleurs ça ne concernerait que 10% des Français les plus aisés qui posséderaient près de la moitié des richesses (INSEE).

    Prenons donc l’argent là où il est. C’est préférable que de tondre tout le monde même les plus pauvres par la TVA, impôts et autres Contributions.

    AMHA

    • Bonjour,

      La seule différence est la suivante:
      – Auparavant, le risque reposait en effet sur les « contribuables ».
      – Aujourd’hui, le risque repose sur les « créanciers » et les actionnaires de la banque… Ouf, on a eu chaud ? Ha non, on me dit dans l’oreillette que je suis moi-même un créancier de la banque… Et oui, avec un simple Livret A, il se trouve que je prête de l’argent à la banque, laquelle me verse d’ailleurs des intérêts. Idem pour tout produit financier type Assurance Vie…

      Comme le dit Polo, cette autorisation « bail-in » est dans les tuyaux depuis un bon moment déjà. Et les membres de l’UE avaient jusqu’à la fin de cette année pour mettre en place ce système.

      Allez, une dernière blague: savez-vous que cette fameuse limite de 70 000 € est purement théorique ?
      Tout cela est normalement assuré par un fonds abondé … par les banques (ça ne s’invente pas). Il y a dessus de quoi sauver une banque moyenne, peut-être, mais en aucun cas de quoi se protéger d’une grosse crise systémique.

      Jusqu’ici tout va bien.

      Jusqu’ici tout va bien.

      Jusqu’ici…

      • Oui sauf que les fonds du Livret A sont, pour partie, à la CDC, qui en garantit le remboursement… ce qui n’est pas le cas des livrets bancaires…

        Idem pour le LEP et le LDD. Ils sont couverts par une garantie de l’Etat, indépendante d’ailleurs du fonds de garantie et s’ajoute à celle-ci.

        70.000€ (ou 90.000€ suivant le cas) c’est la garantie de l’assurance-vie, et non bancaire (100.000€). D’ailleurs toute théorique qu’elle est, ça n’a pas empêcher Chypre de payer/garantir ce plafond alors que l’Etat chypriote est tombé en ruine…

        Regardons la situation en France, puisque beaucoup ici causent sans savoir ni même apporter le moindre élément chiffré :

        => 88% de TOUS les comptes français ont moins de 50.000€ et l’ensemble des comptes représente 61% du total des dépôts (Commission UE).

        => 94% de tous les comptes ont moins de 100.000€ et cela représente 74% des dépôts !

        A-t-on vu des petits épargnants floués/volés par l’Etat Grec ?

        Idem à Chypre ?

        Dernières stats (INSEE) :

        Les 0,01 % des plus riches français ont gagné en :
        – 2004 = 567 700€
        – 2011 = 810 700€
        => Soit + 42,8% de progression du revenu annuel ou encore + 243 000€

        Comparez donc votre fiche de paie pour voir ;-))

        On pourrait tout aussi parler des retraités alors que certains disent qu’il faut les taxer de manière exceptionnelle vu que ce sont eux qui détiennent la richesse issue du baby boom.

        Mais c’est un autre débat.

        • Fredy Gosse says:

          conclusion les riches sont minoritaires donc ils doivent payer jusque’ à ce qu’ils soient pauvres ou que définitivement ils imitent Gégé…

        • Que voulez-vous dire par-là ? Que les riches sont trop riches et les pauvres trop pauvres ? Oui en effet, c’est un fait et toutes les tentatives pour contrer cette tendance ont été perdantes…pour les pauvres qui le sont devenus encore plus. Ceux qui trinquent dans ces systèmes de « rééquilibrages » ce sont les plus pauvres des riches ou encore les plus riches des pauvres, à savoir la classe moyenne. Les ultra riches, eux s’en sortent voire s’enrichissent, car ce sont eux qui gouvernent et qui font les lois sans demander au peuple. La preuve, avez-vous été consulté une seule fois sur la politique monétaire européenne d’où résulte une loi comme celle-ci ?

          • Fredy Gosse says:

            heu……………. c’était de l’humour noir pour répondre à my saisix
            bon , après le carnage de la nuit précédente ,tout cela peut attendre un peu non?
            mais ça aura de répercussions politiques et économique graves

  12. Fredy Gosse says:

    @MY
    belle illustration de ma petite histoire-:) MERCI
    apparemment vous ne savez pas que nos problèmes viennent d’une fiscalité foisonnante sur les riches et même les moins riches( vous savez les retraités qui partent au Portugal) .Ils partent ,ainsi que le cadres supérieurs…
    Personne ne travaille pour rien , l’inégalité est naturelle . Si vous travaillez beaucoup, vous prenez beaucoup de risques ,parfois vous faites faillite mais si vous avez la force de rebondir alors ,il est normal de trouver anormal que l’Etat (ou les banques )vous piquent le résultat de ce qui reste alors que tout votre vie il été un partenaire passif de plus en plus gourmand
    les nationalisations? ça ne règle pas la compétitivité;si laRégie était demeurée la Régie , l n’ aurait plus de Renault aujourd’hui

    la vérité est simpliste pour ne pas reformer pour garder et augmenter la dépense publique il faut augmenter les impôts cad détruire le emplois et augmenter le déficit pour être élu ou réélu…… nous sommes depuis 40 ans dans ce schéma de pensée ;il y’a aucune chance que cela change,il y’a de la marge ,le japon est bien plus endetté que nous,mais il peut y avoir un accident de parcours vu les sommes inimaginables sur lesquelles spéculent les banques et dont parfois à l’occasion d’une bévue ,on peut se demander si les grand patrons comprennent encore ce que bricolent leurs informaticiens spécialistes jouant comme de petit fous à la nano seconde .
    Enfin dites vous qu ‘une minorité de gens paient pour une majorité d’assistés,de jeunes sans-emploi ou encore étudiant à près de 30ans ; d’immigres bac – 5 , de millions de fonctionnaires , d’employé publics ,d’établissements publics,d ‘élus innombrables; de personnes âgées pour une grande partie avec des ressources minables et enfin de 10 millions de personnes sans emplois ou presque sans emplois/La France est un pays en Faillite pour cause d trop d’impôts et charges sociales à cause d’un modèle défaillant que nos politiques toute tendance confondues continuent avec des trémolos dans la voix de proclamer comme le meilleur du monde. Si c’était vrai ça se verrait
    Bref faire payer le riches c’est déjà fait si vous pensez qu’il faut continuer… continuons, in fine c’est votre traitement /salaire/ retraite qui trinquera aussi

  13. Je salue les auteurs des interventions musclées et courageuses. En effet, il n’y a pas que Gégé qui s’est évadé (sur le tard et alors que ses revenus ne dépendent plus beaucoup de sa production d’acteurs mais surtout des revenus d’un patrimoine intelligemment constitué pendant sa vie d’acteur côté, voir ici par exemple: http://www.capital.fr/finances-perso/actualites/mais-ou-sont-passes-les-riches-contribuables-francais-1084628
    Pour ajouter ma contribution en « poil à gratter », je voudrais ajouter au moins deux éléments passés sous silence:
    Premièrement, il est des directives européennes qui attendent bien plus longtemps avant d’être transcrites en droit français, et qui, une fois retranscrites, ne sont pas pour autant respectées, l' »exception culturelle française » se mutant en l’occasion en « exception socio-culturelle ».
    J’ai l’outrecuidance d’évoquer ici les règles de mise en concurrence de toutes les assurances et mutuelles -y compris dans le domaine de la santé, dans tous les états européens, qui restent encore à ce jour empêchées par un lobby « syndical-communiste-machinchose (censuré) » qui trouve ses entrées jusque dans presque tous les tribunaux, et qui aurait éventuellement permis, tandis qu’il en était encore temps, de redonner quelque vigueur à l’économie française, si, au lieu de consacrer jusqu’à 72% des rémunérations salariales en charges sociales, on avait autorisé des gens moins malades et plus responsables à s’assurer où ils veulent (à la condition de respecter un socle minimal d’assurance santé).
    ça, c’est pour le volet juridique européen, qui fait de la France un excellent laboratoire, tandis que Chypre et Grèce ne sont que des terrains de jeu, de surcroît, quasiment extra-européens.
    On peut donc considérer qu’il y a un certain empressement dans le domaine bancaire, car il n’aura fallu que 3 ans, depuis les premières menaces explicites, pour que la transcription soit faite. Et il y a fort à parier que cette loi soit, elle, suivie d’effet un jour, au vu de la santé financière de nos « too big to fail » (réellement grosses, à n’en pas douter, au moins les 3 plus grosses de celles-ci).
    On avait donc les naturels risques de marché, les risques de liquidité et de contrepartie. Nous aurons désormais à nous essayer aux risques de propriété, comme au Zimbabwe. Piquer 10% sur un produit qui marche à 3% par an, ce ne serait pas très grave. Mais piquer 10% sur un produit qui risque de faire du -1% en « euro constant », et qui, de plus, va subir toutes sortes de frais de garde, de gestion…ça commence à sentir l’arnaque à plein nez.

    Secundo, tout ceci pour ça: la dette. Or, personne n’évoque à son sujet l’abondante littérature -si controversée soit-elle, au sujet de la création monétaire, des masses monétaires M1-M2-M3, du rôle des banques centrales, de la BRI…Or tout ceci, bon gré mal gré, ressemble à s’en méprendre à une gigantesque chaîne de Ponzi (comme la Sécurité Sociale française évoquée ci-dessus, et son système de retraite).
    La pyramide d’Exter en est une illustration inversée, au cas où le système tomberait un jour en faillite, pour cause d’armées insuffisamment puissantes, pour continuer à imposer l’imposture, et pour simuler et stimuler la devise de référence, ou, plus prosaïquement, parce que le « number one » ne serait plus du tout le « number one ».
    Qu’on le veuille ou non, l’administration (Etat et collectivités locales) qui ne fait certes aucun effort là où elle le devrait, mais coupe dans tous les budgets vitaux afin que cela se voit (hôpitaux, écoles, réseaux routiers…), augmente sa dette chaque année, tout en consacrant la totalité de ses recettes au remboursement d’intérêts (privés -ou faussement privés), et la totalité de notre « crédibilité nationale » pour obtenir des emprunts obligataires frais, puisque d’autres arrivent à échéance, et que le capital n’a, in fine, pas été remboursé.
    Qu’on le veuille ou non, la totalité de cette dette est accordée sur cette promesse de remboursement, cette crédibilité, au point qu’on a prêté fallacieusement à un président des Etats-Unis du XIX ème siècle les propos suivants : « il y a deux moyens de conquérir une nation : par l’épée ou par la dette ».
    Aujour’dhui, il n’est certes pas question de rembourser la dette du pays, d’autant que celle-ci est principalement détenue par des fonds étrangers (à la différence de la dette japonaise, principalement détenue par des japonais…ce qui change pas mal la donne…), et que, pour les raisons évoquées ci-dessus, il faudra bien calmer coûte que coûte les créanciers les moins compréhensifs -surtout s’ils sont loin.
    Le laboratoire grandeur nature offert par la France au monde occidental est donc prêt pour cette conjonction de facteurs : élimination du cash, dilapidation des avoirs financiers, imposition confiscatoire de tout ce qui dépasse un certain seuil (les fameux 4000€ de revenus nets mensuels de Hollande en 2007 pour diaboliser les « riches » (traduire « ceux qui ont encore des dents mais ne font pas partie du sérail »)…
    Quant à la garantie des dépôts en cas de krach bancaire, elle a déjà été maintes fois expliquée : si elle était mise en application, le fonds dédié à cette garantie permettrait de rembourser moins de 10% des avoirs placés sous garantie (sous cette barre des 100.000€).

    Il serait bon que, lorsqu’on dépasse le cadre du connu, on repasse en revue toutes nos connaissances.
    Or, cela fait un bon moment que l’on a franchi le cap : aucun modèle du passé ne peut à ce jour s’appliquer. Nous ne sommes ni en 1929, ni en 1987, ni en 2001, ni même en 2008. La seule chose qui soit certaine, c’est que nous sommes passés en territoire très incertain, et que ça n’empêche pas économistes et autres dinosaures de s’exprimer avec des concepts surannés.

    Nous sommes au bord d’un « shift » majeur, et il est déjà trop tard pour le pays de revenir dans la compétition économique classique, celle qui est en décroissance fonctionnelle, basée exclusivement sur la production de biens et de services, dont les moyens de production sont sous le contrôle des 300 plus grosses sociétés mondiales, et pour laquelle les progrès continuent de réduire les besoins en ressources humaines.

    C’est un mensonge éhonté que de prétendre que les vieux leviers, relais et supports de croissance puissent encore fonctionner, et que les startups, biotechs etc… vont sauver le pays, alors que par définition, toutes ces niches -et il y en a plein heureusement! ne concernent à chaque fois que des équipes restreintes de personnes hautement qualifiées, pas des armées de quasi fonctionnaires, comme on en trouve tant dans de grosses entreprises à l’avenir compromis (en tous les cas, sur ce territoire).

    En conclusion, il n’y a aucune issue pour les administrations centrales que d’augmenter la dette, afin de s’auto-alimenter et de veiller à la réélection de représentants toujours plus visiblement incompétents (il faut même faire des économies de casting, c’est sans doute pourquoi Gégé ne joue plus et que le sosie de Bebel n’a pas bien de chances pour 2017!).

    Parallèlement à ces constats, je plussoie quant à l’existence de relais de croissance en dehors du territoire et de l’Europe. Déontologie oblige, je ne peux trop en parler ici. Mais il est des pays (en Asie du Sud-Est, en tous les cas) qui offre une relative stabilité (en tous les cas, supérieure à la notre), le respect de la propriété, une imposition extrêmement faible (pour attirer les investisseurs, évidemment), un potentiel de croissance très élevé, compte-tenu d’un retard technologique, organisationnel, humain, gigantesques, une réalité de croissance élevée (7% en moyenne sur les 10 dernières années). Les projets y vont de l’agriculture à l’enseignement (culture des futurs cadres), en passant par le tourisme, la construction, l’industrie textile… Les investisseurs étrangers y sont potentiellement encadrés par des équipes tant en France que sur place, peuvent détenir des parts de société immobilière, être totalement propriétaires de sociétés de production et de services, y détenir sous certaines conditions un compte libellé en dollars ou en euros (voir autres devises), et peuvent même y être accueillis que ce soit comme résidents permanents, retraités…

    PS: Pour ceux qui mettent en avant la solidarité, sachez que celle-ci ne s’institue pas, elle n’est d’aucune façon un processus vertical, décrété par les élites afin que les autres gardent leurs pattes dans la fange. La solidarité, par essence, mais aussi fonctionnellement, partout où elle fonctionne, est spontanée, et elle est un processus horizontal: familles, amis, diasporas, villages. La France est, par définition incapable de cette solidarité-là. Les français, eux, je ne sais pas.

  14. @ Antoine

    Je plussoie, excellente synthèse et prospective.

    Peut on demander à Guillaume de s’échanger nos contacts ?

    La solidarité vient du coeur, elle ne se décrète point.
    Mais la France d’hier le fut, excusez-moi…

  15. Il m’est plusieurs fois arrivé de réorganiser mon patrimoine. Pour ce faire je rédige car cela favorise ma réflexion et me permet de la partager pour solliciter des avis.

    Ce dernier exercice a eu lieu en novembre 2014 pour être mis en œuvre dès début 2015.

    A cette occasion j’ai notamment répertorié les principales craintes qui à mes yeux sont susceptibles d’affecter mon patrimoine. Le but est bien évidement de rechercher ensuite des solutions les mieux adaptées face à ces craintes.

    Voici donc ce que j’ai rédigé il y a un an tout juste.

    Déflation puis inflation, éclatement des bulles mobilières et immobilières, chute des obligations par la remonté des taux, éclatement de l’euro, dévaluation , faillite des banques, des assureurs, des états, crise systémique, prélèvement sur les comptes, prohibition de la détention d’or, explosion du chômage et de la pauvreté, révoltes, monté de l’extrême droite, éclatement de UE, crise politique et géopolitique, guerre.

    Il semble malheureusement que les choses progressent depuis peu et ce qui est certain c’est que nous n’en sommes qu’au début même si bien évidement tout ne devrait pas se réaliser.

    Si je vous livre ces réflexions c’est parce que j’ai la profonde conviction que nous sommes dirigé sur tous les plans (économie, diplomatie ….) par une bande de politicien qui ne sont la que pour faire carrière, ne rien changer et faire toujours les mêmes politiques. Ils sont là pour se servir et non pour servir les intérêts des français et de la France ce que tout le monde a bien compris depuis un bon moment.

    Le problème c’est que je reste persuadé qu’il faudra attendre encore un autre bon moment avant qu’une implosion du pays se produise et qu’apparaisse alors un « de Gaulle » qui nous sortira de notre déclin et plus encore de l’abime dans lequel nous seront tombé. En attendant et comme il est impossible d’y changer qq chose nous sommes bien obligé de nous contenter d’agir à notre niveau personnel si l’on veut se préparer au mieux, chacun recherchant la solution qui lui convient le mieux ou le moins mal.

    Mais ce qui me sidère le plus c’est qu’autour de moi je ne vois personne se préparer et lorsque je parle de cet avenir qui arrive tout le monde me prend pour un dépressif ou dieu sait quoi.

    Si je vous écrit donc ces qq lignes c’est bien pour vous inciter vivement à vous préparer sur tous les plans.

    • Marc Simoncini, fondateur de MEETIC, entrepreneur Français,
      15 novembre, 14:55 ·
      Mes chers amis entrepreneurs, vous êtes nombreux, très nombreux à avoir quitté la France, pour des raisons personnelles parfois et fiscales souvent. Nous avons besoin ici de toutes les forces, de toute l’intelligence et de tous les moyens pour que notre pays reste une belle grande nation laïque de droit de liberté et de tolérance. Notre pays vous à donné la chance de réussir vos vies et vous faites partie des quelques % de l’humanité qui ont tellement plus que nécessaire. Alors, mes amis, je vous en conjure, revenez en France, revenez entreprendre, revenez avec votre intelligence et votre énergie, vos idées et votre enthousiasme, revenez, payez y vos impôts, vous verrez ça n’est pas si difficile ! Revenez, parce que si nous ne sauvons pas notre nation vous aurez vous aussi bientôt tout perdu.

      source : https://www.facebook.com/marc.simoncini

      • La fiscalité est une chose mais elle n’est pas tout loin de la.

        Notre pays n’est plus que très rarement compétitif, la croissance y est nulle, nos banques sont explosives, nous allons être espionné, nos libertés sont rognées, nous basculons dans un état policier, notre sécurité n’est plus assurée…

        Voulez vous que j’en ajoute encore et encore et cela s’aggrave de jour en jour, la preuve.

        A t-on dit aux juifs de rester en Europe par solidarité pour leur beau pays ? (je ne suis pas juif)
        En plus de sauver leur peau ceux qui on pu sauver une partie de leurs actifs sont ceux qui on réagi les premiers. Et les derniers que sont-ils devenu ?

        Ce que Mr Simonici ne dit pas c’est que le pays est parti dans une spirale dépressive, destructrice, sur tout les plans car nous sommes gouverné par une bande d’incapables et que tant que cela durera les mêmes causes produiront toujours les mêmes effets ce qui nous conduira inéluctablement toujours plus bas.

        Les effets de manche c’est bien beau mais dans la vie il faut d’abord rester pragmatique en toute chose.

        A qui pourrait on reprocher de vouloir se prémunir de catastrophes annoncées sur lesquelles nul d’entre nous ne peut agir ?

  16. « Si je vous écrit donc ces qq lignes c’est bien pour vous inciter vivement à vous préparer sur tous les plans. »
    oui, bien peu le font réellement, mais échanger ici vous permet aussi par catharsis de vous sentir moins seul… car pas unique….

    Quant à l’intérêt de notre beau pays… certes bien malmené par des gougnafiers ,qui pourraient aussi mal finir.

    Votre méthode de rédaction est bonne et permet d’affiner jusqu’à avoir l’idée claire, malgré le fait que tous les pires ne sont jamais sûrs (quoique, avec l’actualité…)

    Mais une fois ce travail fait, je le répète, les solutions vraiment sécurisées « all over the wolrd » sont peu nombreuses, et répandus les aigrefins.

    • Oui les solutions vraiment sécurisées « all over the wolrd » sont peu nombreuses c’est certain mais on peut en trouver cependant.

      En fait les meilleurs investissements sont souvent les moins connus ils sont soit réservés aux clients haut de gamme soit aux plus avertis.

  17. Fredy.Gosse says:

    @SVEN
    http://www.diplomatie.gouv.fr/…/nouvelle-zelande/presentation-de-la-nouvelle..

    beaucoup d’atouts… ( religions appaisées)et en plus si vous aimez le rugby…

  18. L’herbe peut toujours plus verte ailleurs…et c’est aussi ce qui se dit ailleurs ! Ce qui est important à mon sens est d’essayer de comprendre notre environnement afin de se prémunir du mieux possible contre les facteurs de crises. Dans cette démarche, il faut aller à contre courant car la majorité est rassurante par son nombre mais pas toujours dans le vrai (voire très rarement). La compréhension de l’Etat profond, des réseaux d’influence, des religions (le fond de l’histoire est religieux), des mécanisme de contrôle des populations, etc donnent une autre perspective du monde et de l’avenir. Une fois qu’on comprend ces grandes lignes, l’idée est d’entrée en action c’est à dire se préparer en conséquent, en étant conscient qu’on peut tout perdre à moment donné, même si le pire n’est jamais certain. Gérer en bon père de famille c’est aussi apprendre à lâcher (un peu) prise sur le matériel et investir d’autres domaines comme « la relation aux autres », « la discipline », « la gestion de nos priorités », « le sens de notre vie », etc. C’est un long travail (qui passe par la gestion de nos peurs) mais qui pourrait être un vrai tremplin pour entreprendre et repousser la sinistrose qui cogne à notre porte.

  19. Bah de toute façon, la toute toute petite minorité qui couine et s’évertue à perdre son temps dans des montages fiscaux ou autre études des fiscalités comparées dans d’autres pays dans le seul but d’éviter de payer devront bientôt passer par la case « impôts ».

    Les chantres du libéralisme à tout va « oublient » pourtant la règle en vigueur aux USA ? Conformément au principe du droit fiscal américain, l’assujettissement à l’impôt est lié à la citoyenneté > les expatriés sont donc imposables aux US au titre de leurs revenus mondiaux.

    LoL

    Ca va même plus loin. La loi considère comme suspect les américains fortunés expatriés qui abandonnent leur nationalité.

    Chaque expatrié restait soumis à l’impôt aux US pendant 10 ans comme s’il demeurait aux USA… Depuis, chaque expatrié doit s’acquitter d’une taxe de départ calculée sur la plus-value fictive correspondant à la vente de tous leurs actifs mondiaux au prix du marché à la veille de l’abandon de la nationalité US.

    De quoi calmer les ardeurs de certains !

    Pour une fois que je suis d’accord avec des mesures ultra-libérales ;-))

    L’idée n’est pas nouvelle pour les français. Sarko avait proposé d’imposer les exilés fiscaux sur le capital.

    Idem au PS. L’idée est la suivante : il s’agit «d’éviter que ceux qui décident de vivre en dehors de nos frontières s’exonèrent par là-même des obligations fiscales que ces personnes ont à l’égard de leur pays dans lequel elles sont nées, elles ont grandi, elles ont été éduquées, formées, le plus souvent où elles ont rencontré la prospérité sinon la fortune, bref un pays auquel elles doivent beaucoup» (ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac).

    Il est temps de s’aligner sur les USA pour une fois que leurs mesures fiscales ont un sens.

  20. Mieux vaut laisser parler ceux qui savent comme My parce qu’ils sont concernés et arrêtez de perdre votre temps puisqu’il vous le dit …

    • Je ne doute pas que My ait raison concernant les loies aux USA. Je dis qu’en Europe, il y a la libre circulation des capitaux, que n’importe quel particulier peut partir ailleurs en Europe, y acheter de l’immobilier, patir y vivre et ne plus être taxer en France, à condition de ne plus rien avoir en France.
      Alors bien sûr, il y a des politiciens qui font du populisme avec des effets de manche en proposant des loies à priori inapplicables …

      • @ Patrick D

        Mon message était ironique et destiné à My qui semble avoir du plaisir à ce que ceux qui veulent partir doivent le faire en payant un maximum d’impôt d’autant qu’il n’est pas concerné et que donc il n’en connait que ce qu’il peut lire dans les média et sur le net. Mais le sujet est trop sensible pour en dire plus ici

  21. C’est en effet triste de constater que les gens des classes moyennes signent leur propre arrêt de mort, en répétant sans fin les vieux poncifs gauche-droite totalement surannés. On se plait à rêver d’un « dictateur de talent auto-éjectable », une sorte de Poutine, qui montrerait que Rien n’est foutu du moment qu’on puisse faire sauter Tous les verrous. Ceux qui le peuvent, en attendant, doivent absolument délocaliser leurs avoirs, au moins le temps que l’orage passe. Si Popoléon IV se pointe, ils auront des arguments sonnants et trébuchants pour remonter le pays. Les autres auront été passés en pertes et profits, car de classe moyenne il n’y aura plus et leurs avoirs franco-français non plus, ou auront de très faibles valeurs. Alors, le coq français chantera peut-être encore, mais les pieds dans la…tandis que ceux qui n’auront pas peur de travailler avec des chinois et des arabes du Golfe pourront, peut-être, faire quelque chose pour ce si beau pays.

    • Suis bien d’accord avec vous, mais il s’agit d’un changement de paradigme, auxquels nombreux ne sont pas prêts à faire face. Le laminoire sera déjà passé plusieurs fois avant que la prise de conscience se fasse. Je suis CGPI et je vois bien la réticence souvent très marquée de mes clients à envisager des solutions qui ne soient pas franco-françaises. Il faut dire que les solutions françaises auxquelles ils se rattachent ont si bien marché les années passée !! Il semble néanmoins de plus en plus évident qu’une bonne diversification passe par des investissements « en direct » sur des zones géographiques très différentes, avec un risque qui semble plus marqué….en apparence.

      • Le gros problème d’investissement en direct dans l’immobilier hors de France est d’avoir une personne de confiance sur place, qu’il faut rémunérer, capable de gérer toutes les situations.

        • Oui, en effet. Quand je dis en direct, je veux dire hors contrat d’assurance-vie français qui détiendrait des actifs à l’étranger, et hors structure intermédiaires qui en tombant risquerait de mettre en péril le sous-jacent sur lequel vous investissez réellement. Il existe de nombreuses solutions d’investissements qui sont sur d’autres zones géographiques et qui ont des représentations en France pour que se soit plus simple pour vous tout de même. Mais attention tout de même, je vous conseille dans ce type de démarche d’aller voir sur place et juger par vous même de la qualité de l’équipe, des actifs en question, de l’environnement, etc. Ça demande beaucoup de temps, de l’argent et de l’énergie. Dans ce sens, je prévois d’accompagner début 2016 des clients en Thaïlande, Pérou, Colombie, Panama, Canada. Des rendements à 2 chiffres sur des actifs tangibles, mais qui nécessitent d’aller voir de près pour bien comprendre et vérifier que cela ne se fait pas au détriment des travailleurs (ce qui compte beaucoup pour moi). On a rien sans rien, mais cette démarche peut donner un tout autre sens au patrimoine 🙂

          • @ Pierre

            Vous dites que beaucoup de vos clients sont réticents.
            Il me semble que dans votre démarche la difficulté réside en partie dans le fait que vous demandez à vos clients de devenir un expert en investissement ce qu’ils ne sont pas et qu’en conséquence ils peuvent très bien passer à coté des choses essentielles qu’ils n’auront pas vu ou pu imaginer d’autant plus facilement qu’ils sont dans un pays ou ils ne connaissent rien. En plus si une difficulté survient comment feront-ils pour la gérer ?

    • @ J ANTOINE

      Nous sommes bien d’accord, et ce asap…..

      Rester en Gaule signifiera se faire gauler, pour l’honnête homme.

  22. Bonjour à tous ,
    Merci Polo pour vos commentaires clair voyant et personnellement ,je vous rejoins tout à fait…Mais tout vendre actuellement n est chose facile non plus dans un patrimoine ? De plus avec familles et amis ,ça pose problèmes aussi…Ce pendant ,à mon sens ,je vous rejoint complètement aussi bien financièrement que, surtout politiquement…

  23. @Polo
    J’ai bien conscience que la démarche est plus compliquée que d’investir sur un support euro d’une assurance-vie.
    Néamoins, on voit bien que ce qui porte le label de « garanti » peur supporter un risque majeur, parfois plus lié à l’environnement politique d’ailleurs qu’au risque du sous-jacent lui-même, tandis qu’un actif dit « atypique » peut présenter une meilleure stabilité dans un pays en voie de développement et/ou loin de France. L’idée est de trouver le meilleur couple rendement risque, en prenant en considération un panier de risque plus large que le simple risque lié à l’actif lui-même. Enfin, je pense qu’il est plus que jamais essentiel de comprendre dans quoi on investi, en se faisant accompagner mais aussi en musclant soi-même ses connaissances.

  24. En Suisse pareil, même si ces mesures ont été prises par « l’autorité de surveillance des marchés » (la Finma)…

  25. juliette says:

    Dans ces conditions, ne serait-il pas opportun de s’associer avec quelques familiers et amis et de devenir soi même banquier, puisque la casse sera payée par les déposants? Mais comment trouver d’emblée des clients disposés à vous confier rapidement nettement plus de 100000 € ? Ce n’est pas du tout une somme énorme, mais il faut tout de même quelque chose de bien faisandé pour les faire venir. Et d’autre part, ne risque-t-on pas de faire de la concurrence à Goldman Sachs et de provoquer de sa part une colère bien justifiée? Saint Matthieu et Saint Michel, saints patrons des banquiers, peut-on encore se vouer à vous?

    • Bien d’accord avec vous Juliette…et cette initiative n’est pas complètement utopique. A ce sujet, je vous recommande d’aller voir le film « Demain » qui doit être passer dans certains cinéma. Il s’agit d’un documentaire qui traite des transitions énergétiques, écologiques, politiques, éducatives…et financières. Sur ce dernier point, des initiatives très intéressantes sont étudiées et pratiquées dans certaines régions d’Europe notamment. Si vous êtes dans cet état d’esprit, alors vous allez adorer 🙂

  26. GARANTIE DE DEPÔTS

    Si on a quelques comptes que devien du meme groupe (je pense de fortuneo/suravenir/arkea par exemple), est ce que la limite de 100000€ est distribuée entre tous les comptes ou y a t’il une limite de 100000€ pour chaque?

    Si le premier comment peut-on savoir si 2 banques sont alliés

    Merci

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.