– Avertissement : le « Défi 6 % » est une initiative pédagogique qui vise à montrer qu’une prise de risque maîtrisée permet d’obtenir un rendement supérieur à celui des placements sans risque. Le défi 6 % ne fournit aucun conseil ou recommandation d’investissement. – Une initiative d’Arnaud SYLVAIN, Conseiller financier indépendant. –

 

Nos outils pour réussir votre investissement immobilier (locatif, location meublée ou résidence principale)

  • Notre nouveau livre « Investir dans l’immobilier«  (déjà plus de 1000 exemplaires vendus) pour y découvrir nos stratégies et conseils pour investir. Une lecture indispensable pour apprendre comment investir, sélectionner le meilleur bien immobilier, choisir le régime fiscal adapté, …

 

 


Défi 6 % : C’est parti !

 

Au vu des commentaires suite au dernier article sur le choix du contrat d’assurance vie (cf »Défi 6 % : Comment choisir le bon contrat d’assurance vie ? »), j’ai décidé de souscrire un contrat Digital Vie (Altaprofits).

J’ai décidé d’investir 4 000 euros en versement initial, et de procéder à des versements trimestriels de 500 euros.

 

 

Quelle allocation d’actifs cible ?

L’allocation d’actifs cible a été modifiée par rapport à celle qui était anticipée dans le second article « 6% de rendement avec un contrat d’assurance-vie : la méthode du #défi6% ». Deux raison expliquent le choix d’une autre allocation : le choix de recourir à des fonds flexibles et les contraintes de versement liées au contrat d’assurance vie retenu.

 

Le choix de recourir à des fonds flexibles

Dans un environnement chahuté, ces fonds peuvent amortir les chocs. Or après 10 ans de hausse des indices en Europe et aux Etats-Unis, il serait compréhensible que ces marchés décrochent. Retenir des fonds flexibles conduit à réduire significativement la part des actions France. Par ailleurs, j’ai choisi de renforcer le poids des fonds flexibles prudents au détriment du fonds en euros. Pourquoi ? Parce que ces fonds flexibles prudents constituent à moyen/long terme une alternative intéressante au fonds en euros (cf »Les fonds flexibles prudents sont-ils une véritable alternative aux fonds en euros ?« )

 

Des marchés au plus haut ?

Dow Jones



 

Nasdaq

 

Eurostoxx

 

 

Les contraintes liées au versement de 25 euros au minimum par support

Dès lors que les versements trimestriels sont fixés à 500 euros par trimestre, chaque fonds doit « peser » au minimum 5 % (500×5% = 25). Je souhaite en effet que les versements périodiques répliquent l’allocation cible.

Compte tenu de ces éléments, l’allocation cible retenue est la suivante :

 

Allocation cible du défi 6 %

Classe d’actifs Allocation initiale Avec fonds flexibles et contrainte sur le poids des fonds (5 %) Allocation ajustée
Support en euros 20% 17% 10%
Obligations Europe 8% 9% 10%
Obligations Monde 12% 7% 10%
Actions France 14% 6% 5%
Actions Europe 15% 15% 15%
Actions Etats-Unis 19% 22% 20%
Actions Pacifique 9% 7% 5%
Actions Emergentes 3% 4% 5%
Flexibles prudents 0% 4% 10%
Flexibles 0% 9% 10%
total 100% 100% 100%

 

La convergence vers l’allocation cible

Le versement initial de 4 000 euros n’est pas immédiatement investi conformément à l’allocation cible. Une convergence progressive a été décidée, étalée sur 5 mois. Chaque mois, 600 euros seront désinvestis du fonds en euros et alloués aux autres supports. Après 5 mois, les 4 000 euros versés initialement auront été investis conformément à l’allocation cible.

Pourquoi avoir choisi un investissement progressif ? Parce que cela permet de lisser le prix d’acquisition et évite de tout investir au mauvais moment. L’environnement économique et financier incertain (ralentissement de la croissance en Europe, guerre commerciale menée par les Etats-Unis, populisme en Italie…) renforce cette décision.

C’est cette volonté d’investir régulièrement tout au long du cycle qui explique la décision de procéder à des versements trimestriels.

 

Une crise financière à venir ?

Vidéo Dessine-moi l’éco : un krach boursier en 2019, science-fiction ou prémonition ?

 

Indice de Shiller

Note : Le CAPE (Cyclically adjusted price-to-earnings ratio) ou Shiller PE est un ratio utilisé en analyse boursière, généralement appliqué pour le marché S&P 500 aux États-Unis. Proche du Price-earning ratio, le Shiller PER se calcule en divisant la capitalisation boursière par la moyenne du résultat net sur 10 ans, ajusté avec l’inflation. Il n’est pas conçu comme un indicateur des accidents de marché imminents bien qu’historiquement, l’indice soit élevé avant les principaux krachs boursiers (source : Wikipedia)

 

Du versement initial à l’allocation cible

Classe d’actifs Versement initial Investissement progressif (x5) Allocation cible
Support en euros 3 400 (85 %) -600 400 (10 %)
Obligations Europe 65 (1,63 %) +67 400 (10 %)
Obligations Monde 65 (1,63 %) +67 400 (10 %)
Actions France 35 (0,88 %) +33 200 (5 %)
Actions Europe 105 (2,63 %) +99 600 (15 %)
Actions Etats-Unis 130 (3,25 %) +134 800 (20 %)
Actions Pacifique 35 (0,88 %) +33 200 (5 %)
Actions Emergentes 35 (0,88 %) +33 200 (5 %)
Flexibles prudents 65 (1,63 %) +67 400 (10 %)
Flexibles 65 (1,63 %) +67 400 (10 %)
total 4 000 0 100

 

 

Les versements trimestriels

Chaque trimestre, 500 euros seront versés sur le contrat d’assurance vie et en respectant la structure de l’allocation cible.

Afin de profiter des opportunités de marché tout en restant dans le cadre de l’allocation stratégique, ces versements seront effectués de manière discrétionnaire tout au long du trimestre. Ainsi par exemple, 100 euros seront investis chaque trimestre sur des actions des Etats-Unis au moment qui (me) semble le plus opportun.

 

Des versements trimestriels dont la répartition es identique à l’allocation cible

Classe d’actifs Versement trimestriel
Support en euros 50€
Obligations Europe 50€
Obligations Monde 50€
Actions France 25€
Actions Europe 75€
Actions Etats-Unis 100€
Actions Pacifique 25€
Actions Emergentes 25€
Flexibles prudents 50€
Flexibles 50€
Total 500€

 

Les fonds retenus : de (très) bons élèves

Le choix des fonds répond à différents critères.

  • La diversification doit assurer une réduction du risque, afin que la volatilité du portefeuille reste inférieure à l’objectif de 10 % ;
  • Le rendement annuel passé doit être compatible avec l’objectif de 6 % ;
  • Les fonds doivent avoir au moins cinq ans d’ancienneté et être bien notés, par Morningstar ou Quantalys.

 

Défi 6 % : mes fonds sélectionnés

Classe d’actifs Nom Code ISIN Notation Quantalys

(de 1 à 5 *)

Notation Morningstar

(de 1 à 5 *)

Niveau de risque (échelle de 1 à 7)
Support en euros Suravenir rendement 1
Obligations Europe LYXOR EUROMTS ALL-MATURITY INVESTMENT GRADE LU1650490474 **** *** 4
Obligations Monde H2O MULTIBONDS R FR0010923375 *** ***** 6
Actions France MONETA MULTI CAPS C FR0010298596 ***** ***** 5
Actions Europe TOCQUEVILLE MEGATRENDS FR0010546945 ***** *** 6
Actions Etats-Unis LYXOR DOW JONES INDUSTRIAL AVERAGE D-EUR UCITS ETF FR0007056841 ***** ***** 5
Actions Pacifique EDR JAPAN C FR0010983924 ***** *** 6
Actions Emergentes JPM EMERGING MARKETS EQUITY FUND A ACC EUR LU0217576759 ***** **** 6
Flexibles prudents M&G OPTIMAL INCOME FUND EUR A H ACC GB00B1VMCY93 ***** ***** 3
Flexibles R VALOR F  FR0011261197 ***** ***** 5

 

En retenant l’allocation cible, le portefeuille construit à partir de ces fonds respecte les critères de volatilité et de rendement.

 

 

Et voici ci-dessous l’acte de naissance officiel du défi 6%

 

C’est parti !

Je vous donne rendez-vous chaque mois pour une analyse des performances du portefeuille. Les arbitrages et versements réalisés vous seront communiqués à cette occasion.

A bientôt 😉

Ces autres articles devraient vous intéresser :


35 Comments

  1. Patrick D says:

    Merci à Mr SYLVAIN pour cette initiative.
    Je ne connais rien à la bourse mais je suis très intéressé de voir la création du « Défi 6% » puis de le voir évoluer.

  2. pourquoi ne choisissez-vous pas uniquement des ETF car cela permettrait déjà d’économiser sur les frais ?

    • Bonjour Oli,

      C’est parce que j’espère que les fonds justifieront leurs frais en délivrant un rendement supérieur à l’ETF correspondant. Vous remarquerez par ailleurs qu’il y a quand même deux trackers dans le portefeuille.

      AS

    • Ce serait plutôt l’inverse qui arriverait en ne sélectionnant que des ETF.
      Les OPCVM sont investis sans frais d’entrée alors que les ETF supportent 0,1% de frais à l’entrée et à la sortie.

      • Oui, mais les ETF n’ont pas de frais de gestion, ni de performance.

        Par ailleurs, la grande majorité des OPCVM ne parvient pas à battre son indice de référence sur le long terme. Si vous ne procédez à aucun arbitrage, cela plaide fortement en faveur des ETF.

        AS

        • Je ne suis pas d’accord parce que l’opcvm n’est presque jamais pur et intègre un mélange d’indices, dont généralement des indices de taux. Ce qui va pénaliser l’opcvm par rapport à un ETF basé sur 1 seul indice.
          Ce qui plaide fortement pour un ETF est avant tout 10 ans de hausse des marchés. On verra si le résultat est identique en marché baissier.
          Mais, peu importe, opcvm ou etf, les performances sont affichées en net de frais, ce qui compte c’est le chiffre affiché.

          • Oui, nous sommes d’accord, c’est bien le chiffre affiché. C’est pour cela que le portefeuille du défi intègre à la fois des OPCVM et des ETF.

            Les ETF, c’est aussi une sécurité parce que c’est l’indice. Avec un OPCVM, que le marché soit haussier ou baissier, vous pouvez faire pire.

            A titre personnel, j’aurais plutôt un penchant pour les OPCVM Mais force est de constater qu’en performances pures, les ETF font mieux que rivaliser avec la grande majorité des OPCVM. Même dans des marchés baissiers.

            AS

            • J’utilise aussi les 2. A part sur les US, je ne vois pas beaucoup d’etf briller. Je m’en tiens aux etf accessibles à Paris (histoire de frais). Y’a vraiment pas de quoi s’emballer pour ces produits.

  3. christophe says:

    bonjour,
    j’ai bien envie de répliquer.

    CDLT.

    • Bonjour Christophe,

      Oui, mais n’oubliez pas l’avertissement en tête d’article :

      « le « Défi 6 % » est une initiative pédagogique qui vise à montrer qu’une prise de risque maîtrisée permet d’obtenir un rendement supérieur à celui des placements sans risque. Le défi 6 % ne fournit aucun conseil ou recommandation d’investissement »

      AS

  4. Bonjour, excellente initiative. je crois que vous allez avoir une avalanche de questions 😉
    Pourquoi Suravenir rendement et non opportunités, au moins pour les versements trimestriels ?

    • Bonjour Ronan,

      Il existe une contrainte de proportion d’unités de compte pour Suravenir Opportunités. Il faut que le portefeuille comporte au moins 40 % d’unités de compte. Ce n’est pas le cas pour l’instant mais quand l’allocation cible sera atteinte, Suravenir Opportunités pourra se substituer avantageusement à Suravenir Rendement.

      AS

  5. Miss Tip says:

    Ce qui m’ennuie, c’est que l’on ignore dans quelle entreprise exactement on investit… Or il y a des activités que je n’ai nullement envie de financer car je les trouve préjudiciables et des politiques managériales qui vont à l’encontre de mes valeurs… L’espoir d’un gain à court terme ne doit pas se faire au détriment de l’intérêt collectif et du bien social.

    • Patrick D says:

      Il me semblait que les associations de consommateurs sont très compétentes pour dénoncer toutes les sociétés ne répondant pas aux valeurs sociales actuelles.
      Doit-on nous aussi, en tant qu’investisseurs, douter de toutes les entreprises alors qu’elles n’auront pas été dénoncées ?

      • Miss Tip says:

        Il ne s’agit pas de douter de toutes les entreprises, mais d’être cohérent avec soi-même… Actuellement, l’absence de transparence sur les entreprises dont les actions composent les fonds souscrits fait qu’un militant écologiste peut se retrouver, sans le savoir, à financer Bayer et qu’un commerçant victime du commerce en ligne peut financer en toute ignorance le développement d’Amazon.
        Je veux bien être une investisseuse, mais une investisseuse qui investit dans le monde que je veux pour moi et les générations à venir.

        • Patrick D says:

          Je suis d’accord avec le principe mais sans l’information comment faire ?
          De plus, étant bailleur, j’ai appris à me méfier des pensées politiquement correctes qui mettent le doute sur toute une profession en mettant en exergues les malversations d’une minorité.

    • Bonjour Miss Tip,

      Effectivement, cette dimension est absente de l’exercice.

      La seule solution que je vois pour la prendre en compte serait de se limiter à des fonds ISR. Ce n’est pas l’approche retenue, au moins pour l’instant.

      Par ailleurs, je l’écris encore une fois, ce portefeuille n’a pas vocation à être répliqué ;-).

      AS

  6. la période de construction du portefeuille est favorable à priori.
    En effet, les marchés ont corrigé depuis leur plus haut.
    Pour suivre la pertinence de votre allocation et de gestion, je pense qu’il faut répliquer vos conseils.
    je vais regarder plus précisément le choix des UC.
    je rejoins un commentaire précédent sur les ETF.
    plus j’y pense et plus je pense qu’avec un objectif de 6%, on devrait trouver une bonne formule avec les ETF.
    l’allocation initiale est importante, certes. mais la performance se jouera sur la gestion. il faudra naturellement investir progressivement comme vous l’indiquez. c’est fondamental !
    excellent initiative…merci

  7. excellente initiative !

  8. Bonjour,
    Intéressant de se lancer et comme toujours très difficile.
    Je trouve le point obligataire assez costaud si on décompose les UC + euros…
    Et pas d’immo? Je comprends que les frais soient un frein mais pourquoi ni sci ni opci? L’étude ieif de 17 montre pourtant que le portefeuille optimal sur 20 ans que l’alloc idéale était entre 96-16 avec une perf annualisée à 6% et 2,5% de vol :
    Obligataire : 55% (inclus le fonds euros)
    Scpi : 40%
    Foncières : 1%
    Actions : 3%
    Or : 1%
    oui je sais performances passées blabla mais en même temps vous avez construit votre portefeuille sur des convictions + performances passées des fonds…
    Bon courage

    • Bonjour pab,

      Je n’exclus pas d’investir dans des SCPI ou des OPCI à l’avenir, si les marchés financiers devaient flancher. Pour l’instant, je ne vous cache pas que les frais sont un frein.

      AS

  9. OlivierP says:

    Bravo encore pour cette initiative …

  10. Les fonds doivent être bien noté.
    Pourquoi le choix Tocqueville Megatrends et Edr Japon ? Comgest growth europe opportunités et Comgest Japon sont mieux noté et plus performant si on se réfère au passé dans la même catégorie.
    Sinon belle diversification. J’aurais peut être mis un fonds global macro type h2o moderato pour diversifier encore plus dans la catégorie flexible.

  11. Bonjour Ideo,

    Je n’ai pas de réponse satisfaisante à votre question, si ce n’est que Tocqueville Megatrends et Edr Japon sont aux aussi bien notés.

    Pour la diversification, il est difficile de rajouter des supports compte tenu des contraintes de versement.

    AS

    • Bonjour

      Oui bien noté sur Quantalys, moins Morningstar.
      L’avantage de h2o moderato est d’être décorélé des marchés action et obligataire et 6% reste l’objectif de ce type de fonds. Mais bon faut faire des choix.
      Au plaisir de suivre l’évolution du PF.

  12. Merci pour cette superbe initiative, cela peut permettre à certains de se lancer
    Je possède pour ma part ce même contrat DIGITAL VIE et je suis content de la clarté du site.
    Actuellement investi sur Eurose, H20 multisratégies et vendu récemment R VALOR F (un peu trop tôt). Carmignac patrimoine définitivement OUT …

  13. Les fonds prudents je suis pas fan en assurance vie. ( eurose, m&g optimal income, Carmignac Patrimoine… )
    On voit que leur rendement est faible voir négatif pour la majorité cette année , la partie obligataire n’étant plus source de performance comme avant.
    Et quand il faut en plus rajouter 0,6% frais de gestion contrat , le fonds euros semble aussi bien.

    H2o multistrategies, c’est de la dynamite mais sur le long terme cette gestion agressive peut dépasser largement les 6% du défi mais pas avec une volatilité maîtrisée .

  14. Bonjour,
    Quel outil a été utilisé pour simuler la perte maximale et la volatilité, SVP ?
    Merci.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*