A l’occasion de la publication du décret autorisant la transfert des plus-values latentes des fonds euros au profit des fonds Euro-croissance, revenons ensemble sur la grande pertinence du fonds euro-croissance face à un fonds euros périmé qui fait courir un risque systémique pour les compagnies d’assurance vie.
Ce décret paru au journal officiel du 13 Juillet 2016 , prévoit tant les modalités de transfert de plus-values latentes mais également les obligations d’information des épargnants. Le décret est disponible par téléchargement ici.
 

Lors d’un transfert d’un fonds euros vers un fonds euro-croissance, la plus-value latente attachée aux capitaux transférés bénéficiera au fonds euro-croissance.

Dorénavant, à l’occasion d’un transfert d’un fonds euros vers un nouveau fonds euro-croissance, le transfert de l’épargne s’accompagnera d’un transfert des plus-values latentes constatées sur le fonds euros.
En effet, comme nous tentions de vous l’expliquer (mais il faut avouer la complexité du sujet) dans cet article « La mutualisation de l’assurance vie en fonds euros et de l’Euro-croissance est inévitable et dans l’intérêt de l’épargnant.« , ce transfert des plus-values latentes m’apparaît comme une juste disposition qui bénéficiera aux épargnants qui comprennent les enjeux long terme de l’assurance vie et la nécessité impérieuse de mettre un terme au fonds euros au service de l’intérêt collectif.
 

L’intérêt collectif des épargnants rend obligatoire le succès de l’euro-croissance …

Il est évident que le fonds euros est un placement extraordinaire qui peuvent induire en erreur les épargnants. Que pensez vous d’un placement de long terme au capital disponible et garanti à tout moment et dont le rendement serait durablement élevé au regard du niveau de risque apparent ? Comment ne pas être séduit par une telle proposition !
Cette promesse n’est plus tenable et source de risque systémique pour les compagnies d’assurance vie. Le fonds euros détruit petit à petit le modèle économique des compagnies d’assurance vie et pourrait même être à l’origine d’une faillite d’un certain nombre d’entre elle en cas de remontée forte des taux d’intérêt (cf »Assurance vie : Quels risques pour les fonds euros ?« ).
 
C’est alors que les épargnants sont doivent agir en responsabilité :
 

Oui, le fonds euros est devenu un facteur de risque systémique pour les compagnies d’assurance vie. Demain, en cas de hausse des taux d’intérêt, c’est la faillite d’un nombre certain de compagnies d’assurance vie (Nous vous expliquons le mécanisme depuis 2011, mais rassurez vous, le taux resteront très faibles pendant encore de longues années et ce risque apparaît aujourd’hui comme très théorique).

Oui, le fonds euros reste un excellent placement et les épargnant, à court terme, n’ont probablement pas tous un intérêt fort à réaliser un transfert euro-croissance. En effet, l’intérêt de l’euro-croissance repose sur la satisfaction d’un projet d’épargne de long terme (préparation de la retraite, dépendance, succession) et non un projet de court terme. Seuls -+ 26% des épargnants ont un profil d’épargnant long terme. Ce sont bien évidemment les seuls intéressés par l’euro-croissance.

pourquoi épargner raison épargne
 
 

– Oui, le fonds euros reste le meilleur placement pour l’épargnant de court terme qui souhaite disposer d’une épargne de moyen/long terme mais disponible. Demain, cet épargnant de moyen/long terme qui souhaite conserver la disponibilité de son capital à court terme devra accepter un rendement médiocre sur son contrat d’assurance vie et maintiendra son épargne dans le fonds euros avec un rendement très certainement inférieur à 1% et surtout, il devra accepter l’idée d’un blocage de son épargne dans l’hypothèse d’une augmentation des taux d’intérêt (« cf « Peut on encore conseiller l’assurance vie comme un produit garanti et disponible ?« ).

C’est ainsi que la responsabilité collective des épargnants est d’abandonner progressivement le fonds euros même si leur intérêt individuel n’est probablement pas toujours celui-ci.
 
 

Puisque le fonds euros n’est plus la solution d’avenir pour continuer à collecter l’épargne des Français, comment faire évoluer l’assurance vie ? Les unités de compte ? L’euro-croissance ?

Une fois effectué le constat de l’impossibilité de continuer à utiliser le fonds euros pour collecter l’épargne des Français, la question est de savoir ce qu’il faut faire ? Comment transformer l’épargne de l’assurance vie ?
 

Les unités de compte, la meilleure solution trouvée par les compagnies d’assurance vie pour réduire les risques du fonds euros.

Les compagnies d’assurance vie ont toutes parfaitement identifiées cette péremption du fonds euros face à un envirronnement qui n’est plus favorable et proposent une solution : Abandonner la garantie du capital et le rendement sécuriser pour investir massivement dans les unités de compte et l’absence totale de garantie et l’espoir d’un rendement meilleur. 
Les épargnants sont fortement encouragés à transférer leur épargne garantie et disponible vers des unités de compte au rendement aléatoire et non garanti.
Cette solution dont seules les compagnies d’assurance vie tirent un avantage certain, n’est pas la bonne solution pour les Français : Proposer un investissement sur les marchés financiers à un épargnant qui souhaite disposer d’une épargne disponible et garantie est un défaut de conseil majeur ! Les compagnies d’assurance vie qui orientent les épargnants vers les unités de compte pour transférer le risque sur les épargnants ne sont pas dignes de recevoir l’épargne des Français et démontrent la priorité donnée aux résultats financiers de la compagnie d’assurance vie au détriment de l’intérêt des épargnants.
 
 

L’euro-croissance, une solution intermédiaire qui assure la garantie du capital pour l’épargnant,  tout en éloignant le risque systémique du fonds euros.

Ces mêmes compagnies d’assurance vie qui encouragent l’investissement massif en unité de compte comme seule solution face à la péremption du fonds euros, ont l’hypocrisie de communiquer sur un fonds euro-croissance qui ne serait pas adapté aux attentes des épargnants. 
Ce double langage est insupportable ! Comment peut on dénoncer un fonds euro-croissance qui ne serait pas à la hauteur de l’intérêt des épargnants qui n’assurant pas une garantie à tout moment de l’épargne et, dans le même temps, encourager les épargnants à prendre des risques et investir en direct sur les marchés financiers !
 
Pour mémoire, le fonds euro-croissance c’est simplement un fonds euros dont le capital ne serait pas garanti à tout moment mais uniquement à une échéance fixée contractuellement entre l’assuré et la compagnie d’assurance vie (8 ans par exemple) avec un maximum à 30 ans.  (cf »Euro-croissance, un nouveau souffle pour l’assurance vie ? » et « Euro-Croissance : Le contrat d’assurance vie qui remplacera les fonds euros ?« ). Cette absence de garantie du capital à tout moment permettra un meilleur rendement et une meilleure valorisation du capital investi dans l’assurance vie. 
 
Le fonds euros est une excellente solution pour l’épargnant qui souhaite disposer d’une épargne de long terme et doit donc être encouragé. C’est la raison pour laquelle, la transfert des plus-values latentes des fonds euros vers l’euro-croissance est une très bonne mesure.
Il convient de profiter de la période actuelle des taux d’intérêt très faibles (l’OAT 10 ans, c’est à dire le taux d’emprunt à 10 ans de l’état Français, atteint 0.16% au 14 Juillet 2016), pour faire évoluer l’assurance vie et supprimer ce risque systémique.
Ce n’est pas demain, dans 5 ans, dans 10 ans, lorsque les taux d’intérêt exploseront qu’il faudra s’inquiéter de la solvabilité des compagnies d’assurance vie. Ce sera trop tard !
C’est aujourd’hui, alors que les risques sont faibles, qu’il faut construire l’assurance vie du 21ième siècle et l’euro-croissance est à ce titre une solution équilibrée et adaptée. 
 

Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine

62 commentaires