Les négociations sont ouvertes entre le gouvernement et les compagnies d’assurance-vie pour lancer la grande réforme du fonds euros. La réforme du fonds euros est inéluctable tant la construction de ce merveilleux produit financier, qui assure garantie du capital, disponibilité de l’épargne et rendement élevé, est devenu bancale dans une période annoncée de remontée des taux d’intérêt.
Ce constat d’une rénovation nécessaire du fonds euros semble partagé par tous. A défaut d’une rénovation profonde, le fonds euros perdrait toute crédibilité au titre de produit d’épargne de long terme, et les épargnants ne pouvant plus espérer un rendement attrayant n’auraient d’autres alternatives que de retirer leur épargne.
Au delà des questions fondamentales et philosophique autour de l’utilité réelle de cette épargne, dont l’accumulation ne répond plus aux objectifs premiers et se transforme en avarice, la péremption du produit d’épargne qui recueille la grande majorité de l’épargne des Français est un défi important auquel il convient d’être attentif tant les parties, et notamment les compagnies d’assurance vie jouent gros.
 
Depuis l’annonce d’une prochaine réforme du fonds euros, les discussions sont ouvertes entre le gouvernement et les compagnie d’assurance vie (qui parle au nom des épargnants ? – Personne), et déjà, on voit poindre des propositions diverses et variées dont il est difficile de comprendre l’utilité pour les épargnants.
Une réforme simple pourrait simplement consister à laisser les épargnants choisir entre :

  • Un rendement élevé et donc un fonds euros placé à long terme avec une garantie du capital à une échéance de 8 à 10 ans par exemple. Pour obtenir un rendement plus élevé, il faut abandonner l’idée d’une garantie du capital à tout moment (un capital qui peut rester disponible, mais dont la valeur n’est plus garantie mais soumise aux marchés financiers) – Nous sommes alors très proche du mode de fonctionnement d’un contrat Euro-croissance ;

 

  • Une disponibilité de l’épargne garantie à tout moment, et donc abandonner l’idée d’une épargne dont le rendement sera suffisant pour satisfaire les objectifs de capitalisation long terme de l’épargnant.

 
 

La Fédération Française des Assurances propose la création du fonds euros bonifiés sur le modèle de la participation aux bénéfices différée.

Ainsi, l’une des propositions du lobbying des assureurs ne consiste pas à remettre en cause la disponibilité du capital garanti à tout moment, mais de créer un nouveau support « Fonds euros bonifié » au sein de contrat multi-support (à côté du fonds euros et de l’euro-croissance).
Ce nouveau fonds euros bonifié conserverait les caractéristiques principales du fonds euros traditionnel (liquidité, disponibilité et garantie), une partie de importante de la rémunération du contrat ne serait versée à l’épargnant uniquement s’il conserve son contrat d’assurance vie plus de 8 ou 10 ans.
La participation aux bénéfices (= rendement du contrat), serait capitalisée et versée après 8 ou 10 ans.
On comprend l’intérêt des compagnies d’assurance vie pour un tel mécanisme : Les épargnants seront libres de retirer leur épargne… mais ne pourraient alors plus percevoir les intérêts capitalisés.
C’est un encouragement fort à l’épargne longue sans remettre en cause le marketing et la communication autour de la garantie du capital à tout moment.
 

Et si la réponse était ailleurs ? Quelle est l’utilité réelle de votre épargne (pour vous) ?

Il est évident que votre argent attire les convoitises.

 

Et vous dans tout ça ? Vous êtes vous déjà posé la question de l’utilité pour vous de votre épargne ?

Et si vous preniez vos responsabilités et deveniez entrepreneur de votre patrimoine. N’est il pas incohérent de conserver cette épargne accumulée sans objectif, sans utilité ? Bien évidemment, c’est rassurant, parfois grisant, mais fondamentalement, ne croyez vous pas qu’il serait plus utile d’utiliser cette épargne pour vous investir ?
Définition de l’épargne : Partie non consommée du revenu d’un agent économique, employée pour constituer un capital ; Action consistant à mettre en réserve une somme d’argent qu’on ne dépense pas ; économie (source : Larousse). 
Ainsi, épargner, c’est avoir un revenu supérieur à ses besoins et à son train de vie. Si vous avez cette chance, vous devez la saisir pour vous investir pour l’utiliser et en tirer de la valeur qui n’est pas toujours financière. L’accumulation de l’argent sur un produit d’épargne, sans objectif, sans ambition, n’est elle pas inutile pour votre projet de vie ? L’épargne ne doit elle pas être un moyen et non un but ?
 

Honoré de Balzac (Tours 1799-Paris 1850) ; Beatrix « Quand l’avarice se propose un but, elle cesse d’être un vice, elle est le moyen d’une vertu. »
 

N’oubliez pas mon analyse de long terme « L’épargne est une erreur, débarrassez vous en avant qu’il ne soit trop tard ! ».

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

28 commentaires