En ce jour de black friday, il pourrait paraître anachronique de parler mutation écologique de la société tant cette foire commerciale illustre parfaitement notre incohérence collective : Nous voulons tous une meilleure protection de l’environnement et de la nature … mais, dès que l’occasion se présente nous nous ruons dans les commerces pour acheter toujours moins cher, car fabriqué dans des pays non respectueux du droit des travailleurs et de l’environnement, des objets dont nous n’avons pas besoin.
Pourtant, la mutation écologique est bien là ; On ne parle plus que de cela : Comment changer nos habitudes pour mieux respecter notre environnement !
Malheureusement, la réponse nous la connaissons tous, cela passera par une baisse de notre consommation en volume, c’est à dire qu’on achète moins de choses,  même si le prix payé globalement par notre consommation sera le même, voir supérieur à ce qu’il est aujourd’hui (la relocalisation de la production et démondialisation sont des facteurs de hausse des prix) – La révolution du développement durable est inflationniste et pourrait inverser le sens des valeurs
La déconsommation en volume au profit d’une meilleure consommation (locale et respectueuse de l’environnement) est elle source de décroissance ou autre contraire d’une croissance renouvelée ? De manière excessivement simplifiée, si nous arrêtons d’acheter des produits fabriqués en Chine dont nous n’avons pas besoin … mais que nous consacrons le budget économisé dans l’achat de produit fabriqué en France, ne créons nous pas de la croissance nouvelle, source d’emploi ?
Vous devriez vous intéresser au « modèle économique » de la Vendée qui illustre parfaitement cette idée – Reportage Alternatives Economiques : Les Herbiers, pays du plein-emploi
 
Je ne suis pas économiste, le raisonnement est probablement trop populiste pour être réaliste. Mais ne s’agit il pas là d’une véritable espérance qui pourrait satisfaire les revendications sociétales des #giletsjaunes ? 
Cette forme de protectionnisme écologique n’est il pas une solution ? – Le protectionnisme écologique est en marche ; Les 30 glorieuses sont-elles devant nous ? – A nous de montrer le chemin, à nous qui avons un pouvoir d’achat élevé de l’utiliser pour amorcer le cercle vertueux !
Bref, derrière l’idée selon laquelle il faut consommer moins, mais mieux, derrière l’idée selon laquelle il faut apprendre à déconsommer pour protéger notre environnement, c’est tout une économie qui est remise en cause ! De nombreux modèles économiques pourraient tomber et alors que d’autres pourraient s’imposer !
Pourtant bien malin celui qui est capable d’anticiper ces modèles économiques qui vont être détruits … et ceux qui vont s’adapter à la nouvelle donne écologique.
Que penser de :

  • Danone par exemple : Un géant de l’agro-alimentaire qui fait ses marges sur la vente de bouteille en plastique (bouteille ou lait) et sur l’exploitation d’agriculteurs qui n’arrivent pas à vivre de leur travaille ;
  • Renault ou encore Michelin : Des géants de l’industrie automobile dont on nous explique qu’ils ne pourront plus vendre de voiture thermique dans 20 ans … alors que les clients ne veulent pas rouler à l’électrique et que surtout l’électrique ne change rien à la pollution globale du véhicule ; L’avenir de l’automobile est le vélo !
  • Carrefour et toutes la distribution de masse : Quel avenir dans une société de consommateur qui fait grève ? La consommation locale et bio est t’elle compatible avec la consommation de masse des hypermarchés ?
  • Lafarge : L’empreinte écologique de la fabrication du ciment est un désastre ! Dans une mutation écologique, le modèle économique doit être réinventé ;
  • Total, Technip, Vallourec : Quel avenir pour l’industrie pétrolière à l’aube d’une baisse de la production de pétrole ? (cf »Un nouveau choc pétrolier en préparation ? ») ; 
  • De Société Générale, BNP qui construisent leurs marges sur le financement de la mondialisation ;
  • Unibail Rodamco, société foncière propriétaire de centre commerciaux dont le modèle économique n’est pas compatible avec la perspective d’une déconsommation ;
  • EADS : Alors que le voyage en avion est vu comme l’un des plus polluants, les perspectives de hausse des ventes ne seront t’elles pas remise en cause par le pragmatisme écologique ;
  • LVMH : Remettre en cause la mondialisation excessive, c’est remettre en cause le modèle économique de la Chine, productrice à bas coût de tout ces produits dont nous n’avons pas besoin ! Remettre en cause le modèle économique de la Chine, n’est ce pas remettre en cause la capacité des Chinois à acheter des produits de luxe ? (Vuitton réalise aujourd’hui un tiers de ses ventes auprès de la clientèle chinoise)

 
Voilà, en 10 lignes nous venons d’exclure 13 entreprises d’un portefeuille actions de long terme. Exclure 13 entreprises sur les 40 du CAC40, c’est exclure 33% du CAC40 ! C’est énorme !
Anticiper une démondialisation, c’est anticiper, tout simplement, la remise en cause de toutes ces entreprises mondialisées qui ont construit leur fortune (et donc celle de leurs actionnaires) sur l’exploitation de cette mondialisation excessive.
Mais attention, il n’est pas question d’affirmer que ces entreprises vont disparaître, mais simplement qu’elles vont devoir se réinventer, bâtir un nouveau modèle économique et donc passer par des périodes de transitions qui pourront être complexe à gérer !
La démondialisation est une mauvaise nouvelle pour les entreprises mondialisées ! et c’est au contraire une très bonne nouvelle pour les entreprises localisées ! C’est une lapalissade d’une naiveté déconcertante d’exprimer cette idée, mais n’est ce pas pourtant le cœur du moment que nous sommes en train de vivre ?
L’avenir n’est il pas aux PME et autres petites entreprises qui produisent en France des produits consommés par les travailleurs Français, plutôt qu’aux entreprises mondialisées qui font produire dans les pays émergents, les produits vendus aux chômeurs Français.
Un pays qui ne produit plus rien … peut il durablement espérer être un pays riche au pouvoir d’achat élevé ? Une société de service n’est elle pas une utopie éloignée de la vie économique ? Le service est toujours au service d’une production … si la production disparaît, le service aussi !
 
A suivre …

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

53 commentaires