Les compagnies d’assurance vie avaient prévenu : Le fonds euros c’est terminé ! (cf »Assurance vie : Generali annonce un effondrement des rendements. Le fonds euros c’est terminé ! »). De la parole aux actes, il n’y avait qu’un pas qui vient d’être franchi avec les premières annonces des rendement 2019 des fonds euros. Générali, dont le rendement du fonds euros était à 1.75% en 2018 vient de publier son taux de rendement 2019 à 1% ! Soit une baisse de 0.75 points de pourcentage, soit 75 point de base.

De son côté, Swiss Life annonce également un rendement en forte baisse de 0.50 point de pourcentage, soit 50 point de base. Le rendement 2019 des fonds euros Swiss Life ressort à 1%.

1% brut de prélèvements sociaux, c’est 0.83% net de prélèvements sociaux !

Ces deux acteurs ont décidé de frapper fort les esprits et ont volontairement pris la décision de publier les premiers pour tenter d’imposer à tous leur stratégie commerciale ! Est ce que tous les acteurs de l’assurance vie suivront cette stratégie suicidaire ? Je ne l’espère pas.

Il subsiste en effet, une question importante : Comment justifier de telles baisses de rendement pour 2019 alors que les marchés actions sont au plus haut, les marchés immobiliers très dynamiques ? La baisse des rendements des obligations d’état et les taux négatifs ne sauraient expliquer à eux seuls cet effondrement ? Les compagnies d’assurance vie fonds euros ne disposent t’ils pas de provision pour participation aux bénéfices (PPE) très élevées dont l’objectif est justement de permettre un lissage des performances dans le temps ?

 

Ou va l’argent des épargnants ?

Si les rendements servis aux épargnants s’écroulent alors que les marchés actions et immobiliers sont au plus haut, il y a lieu de s’interroger sur cette question fondamentale : Ou va l’argent, ou va le rendement non servi aux assurés du fonds euros ?

La réponse est simple : Les compagnies d’assurance vie (du moins celles-ci qui tentent d’imposer leur stratégie à l’ensemble du marché) ont décidé d’appauvrir les épargnants en fonds euros afin de proposer de meilleurs rendements à ceux qui leur seront les plus rentables, c’est à dire ceux qui abandonnent le fonds euros au profit des unités de compte.

En effet, ces compagnies d’assurance vie pratiquent la technique commerciale des « taux boostés » pour proposer de meilleurs rendements sur le fonds euros pour ceux qui y investissent le moins, c’est à dire, ceux qui acceptent les unités de compte et le placement sur les marchés financiers.

C’est tout simplement du vol organisé ! Et ce n’est que le début !

Les épargnants ne doivent pas se laisser faire et refuser de jouer le jeux des compagnies qui veulent à tout prix les faire investir sur les marchés actions au moment ou les cours sont les plus hauts !

Les compagnies d’assurance vie gèrent ainsi leur risque et leur solvabilité sur le dos des épargnants ! Quelle honte ! Elles sont tout simplement en train de détruire la confiance des épargnants qui n’ont pas d’autres choix que d’abandonner l’assurance vie au profit de placements ou investissements ailleurs. 

Les compagnies d’assurance vie veulent faire prendre des risques aux épargnants alors qu’ils n’en veulent pas ! En proposant des placements à risques à des épargnants qui ne veulent pas prendre de risque, les compagnies refusent de faire leur métier qui est justement la gestion des risques !

 

Ou va l’argent des épargnants ? L’abondement des provisions pour participations aux bénéfices (PPE) peut également être une réponse. Cette provision pour participation aux bénéfices est une réserve qui appartient aux épargnants, mais dont l’utilisation est à la main des compagnies d’assurance vie ; Il s’agit d’une réserve de rendement passé qui doit permettre de lisser les rendements du fonds euros dans le temps.

Malheureusement, les compagnies d’assurance vie ont tendance à oublier cet objectif initial et profite de cette manne pour gérer leur politique commerciale (en rémunérant mieux les contrats commercialisés par rapport aux vieux contrats) ou s’assurer d’une réserve qui pourrait peut être servir en cas d’insolvabilité comme on l’a constaté dans la semaine avec cet article « Les compagnies d’assurance-vie tentées d’utiliser l’argent des épargnants pour améliorer leur solvabilité ».

Comme vous pouvez le constater dans les graphiques ci-dessous, les Provisions pour Participations aux Bénéfices sont très élevées : 3.90% en 2018 ; Cela signifie que les compagnies ont largement les moyens de mieux rémunérer les fonds euros si elles ponctionnent régulièrement cette provision dont c’est la mission ! Mais elles ne veulent plus encourager l’épargne en fonds euros !

Ce n’est probablement pas assez rentable pour elles et surtout trop onéreux en capitaux propres ! Elles ponctionnent donc le rendement du fonds euros pour préparer leur avenir … Oui, je crois que l’on peut le dire : C’est du vol ! Les compagnies d’assurance vie volent les épargnants !

 

Et dans le détail, toujours selon Cyrille CHARTIER-KASTLER :

 

 

 

 

Bref, les épargnants sur le fonds euros deviennent des pigeons ! Mais ils n’ont pas beaucoup d’autres choix car même à 1%, le rendement est encore satisfaisant dans un monde ou les rendements sont négatifs.

A suivre … Pourtant, les compagnies ont les moyens techniques de proposer autre chose que les unités de compte. Pourquoi entendons nous si peu parler du fonds eurocroissance, qui est l’alternative naturelle au fonds euros mais que les compagnies ne veulent pas vendre ! (cf »Assurance vie : L’eurocroissance est la moins mauvaise alternative au fonds euros, mais …)

 

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de bilan patrimonial


57 Comments

  1. charlotte2 says:

    C’était annoncé , et ils l’ont fait ……………..
    La confiance va sérieusement s’émousser devant ce vol .
    Espérons que tous les compagnies d’assurances ne suivront pas ce mouvement .
    Sinon que faire ? surement pas aller en bourse alors qu’elle est au plus haut

  2. Cela fait depuis plusieurs années qu’ils fallait sortir de ce machin qui se transforme en piège à con.
    Ceux qui restent sont ceux qui acceptent d’être tondu.
    Perso sur mes capitaux en USD sur un compte à l’étranger j’ai une rémunération à 3,25%

  3. Est il possible de résilier son assurance vie et ainsi de récupérer son argent ??

  4. L’article est un peu complotiste.
    Les fonds généraux sont investis sur les marchés dont le rendement récurrent baissent depuis plusieurs années. C’est juste de logique pour le bon fonctionnement du système que les taux servis suivent cette tendance. D’ailleurs, vous savez que la baisse des taux servis ces dernières années n’a pas été équivalente à celle de la baisse des taux de rendement de marchés. Il faut bien qu’elles puissent subsister en pilotant une fois par an leurs taux servis qu’elles ont jusqu’alors subventionné/enrichi les assurés/épargnants de fonds euro.
    2 eme effet: La réglementation de plus en plus exigeante ces 10 dernières années obligent les assureurs à constituer des fonds propres coûteux et qui pèse sur leurs marges. C’est évidemment un coût supplémentaire croissant qui pénalise le taux servis.
    Puis dire, qu’investir en unités de comptes c’est investir sur le marché action soit c’est un mensonge soit c’est une omission de votre part.
    Il est tout à fait possible d’investir sans risque en unité de compte. Il faut juste accepter son rendement qu’il va avec. Ce rendement est celui que rencontre les assureurs, c’est celui du marché, c’est celui sur lequel sera investi la nouvelle production de fond général et qui aura pour effet d’éroder le rendement moyen du portefeuille.
    L’épargnant a donc la possibilité d’investir en fond monétaire sans risque.
    Aussi, les arbitrages sont encore possibles, c’est je pense encore possible d’avoir une AV 100% investi en fond général pour obtenir un super rendement sans risque.

  5. 100% agreed pour les réserves « captées / volées «  par les compagnies et curieusement les députés qui examinent ce projet de fonds propres ne réagissent pas pour que ces réserves soient obligatoirement rendues progressivement.
    De plus, même pour expliquer une baisse il ne faudrait regarder que 15 à 25 % du fonds et donc du taux car c’est juste le renouvellement annuel de cette partie qui est impacté par la baisse des taux des obligations par rapport à l’année passée

    • Et cela depuis combien de temps ? Les taux et les spreads n’ont pas baissé que cette année.

    • N’oubliez pas que sur les fonds euros c’est l’assureur qui assume le risque financier. S’il doit faire un choix entre vous distribuer une rémunération et renforcer sa solvabilité, il est logique qu’il choisisse la seconde solution.

  6. Loverini yves says:

    Assurances vie qui ne rapportent plus rien Locataires qui peuvent se soustraire aux paiement des loyers en toute impunité et mettre les propriétaires en grande difficulté.Dans mon immeuble le nombre de propriétaires désabusés sont légions et l’appartement est devenu « un encombrant » Investir dans le locatif bonjour les dégâts ! L’argent est à l’image de la société seuls les plus aisés savent comment le faire fructifier Notre modèle de société a fait faillite. Il faut en inventer une autre à échelle humaine

    • Bien vrai ! comme disait la mère Denis !

    • Acheter votre logement et si vous en avez les moyens acheter votre résidence de vacances.
      Investir dans ce en quoi vous croyez et que vous comprenez, à condition qu’il n’y ait pas de lien avec l’état. Vous voyez bien que pour l’assurance-vie et l’immobilier le lien avec l’état est flagrant et vous en sortez déprimé.

  7. Ce qui devait arriver arrive, seuls ceux qui ne voulaient pas voir la réalité en face peuvent s’étonner. Si on pense que les taux vont rester à 0 de nombreuses années ce qui se passe s’explique très bien, et les assureurs sont obligés raisonner sur cette hypothèse.
    Quant aux fonds euro-croissance, bon courage à ceux qui veulent lancer aujourd’hui un nouveau fond euro, même »croissance ».

  8. La réglementation Guillaume. Il y a des gens qui font passer des lois et décrets pour vous dire sur quoi investir. Ça ne peut que mal se terminer.

  9. Serge NUSS Richemond Conseil & Finance says:

    Je conseille une veuve de 80 ans qui vient de perdre son époux il y a 15 jours. Ils étaient investis à 80% en unités de compte. En conformité avec la législation DDA et MIF2, le profil selon un questionnaire spécifique et pas une auto évaluation proscrite depuis peu par l’AMF, fait apparaître un profil d’investisseur prudent de l’ordre de 3 sur une échelle de 7 avec une perte acceptable en capital de 5% maxi. Une étude indépendante de l’IEIF de mai 2019 quantifie le risque moyen de chaque classe d’actif sur les 40 dernières années. J’en extrait les 15 dernières pour référence de ma mission de conseil écrite. Si on pondère ainsi du risque l’allocation actuelle de la cliente, on arrive à une perte en capital de 10%. Le test d’adéquation ressort donc négatif. Je propose donc une allocation modifiée permettant de limiter la perte en capital historique et statistique moyenne des 15 dernières années à 5%. La part fonds euros devra représenter à minima 65%. Avec la chute annoncée des rendements nets sous le seuil de l’inflation, il me paraît évident que ma cliente va s’appauvrir. Pour permettre à l’assureur de se re solvabiliser. Joli coup, mais je n’ai pas d’autre alternative. Cela dit, si le taux baisse à 0.5% (allons, un peu de courage !), on fera du livret dans plusieurs établissements et des fonds en compte titre. Et peut-être même hors de France. Mais ça, les assureurs ne sont pas prêts à l’assumer. Pas fous.

  10. Gilles.DR315 says:

    Perso, j’ai des clients qui veulent arbitrer leur UC sur le fonds euros. La compagnie a tout simplement refusé l’arbitrage, même l’accord de l’inspecteur ne change rien.
    Vache ! mais où est indiqué dans les conditions générales une telle absurdité !

  11. Philippe Febrey says:

    Je trouve le ton de l’article un peu emphatique pour une fois.
    Ne pas oublier si je ne m’abuse que les Cies doivent redistribuer au moins 90% des résultats techniques et 85% des financiers, au plus tard dans les 8 ans.
    La PPB appartient de toutes façons aux assurés et si on veut se sécuriser d’avantage on peut opter pour un actif cantonné.
    Ce n’est donc reculer que pour mieux sauter.

  12. Riche&Célèbre says:

    Les réserves, à quoi ça sert ? Soit à booster le taux naturel les années où il s’érode du fait de la chute de rendement du sous-jacent ; soit à prolonger l’agonie en restant le plus longtemps positif, grâce à la réinjection parcimonieuse desdites réserves. Mais qu’entend-on par « rester positif » ? Ménager au moins une rentabilité brute égale aux frais de gestion annuels prélevés par l’assureur. Bref, vos réserves risquent de servir à vous délivrer un taux net de zéro, tout en permettant à l’assureur de continuer à percevoir son 0,5% ou son 0,75% annuel, rémunération qui, je le rappelle, est calculée sur le stock de capital et non sur la performance.

  13. L’argent ne se gère pas qu’avec des obligations et des actions.
    Il reste aussi l’entreprise !
    Une entreprise bien gérée peut générer de forts dividendes sans commune mesure avec les maigres résultats de nos chers assureurs.
    Mais voilà, pour cela il faut travailler.
    Ce n’est pas le fort des gestionnaires d’assurances.
    Plus facile de diminuer les rendements ou d’augmenter les primes et cotisations.

  14. Riche&Célèbre says:

    Pour prendre le cas de Generali, puisque c’est le chef de file de ce vol organisé, ça fait des années que cette compagnie se vante de constituer d’importantes réserves, sans toutefois en communiquer le montant. Si bien que l’assuré qui envisagerait de sortir de leur fonds euros ne saura jamais de combien il aura été spolié dans cette opération, par abandon définitif de sa performance latente. Dans quelques années, on découvrira probablement que cette campagne contre le fonds euros, mue par des motifs au demeurant fondés, a, au passage, enrichi les assureurs comme jamais…

  15. Riche&Célèbre says:

    « Marquer les esprits » ? Jeu dangereux ! Si trop d’assureurs suivent cet exemple de massacre anticipé du rendement, la prédiction de Charles Sannat risque de se réaliser : une sortie ne serait-ce que de 10% des fonds euros chaque année et c’est le krach immobilier À LA HAUSSE assuré. Car enfin – et là c’est Guillaume qui le fait remarquer dans un autre billet – combien d’épargnants sont vraiment prisonniers de leur assurance-vie par problématique successorale ? Pas tant que ça…

  16. Non content d’être surtaxé un peu partout, le gouvernement complice aura aussi des difficultés à récupérer des P.S., ce qui va réduire fortement leur rétribution…parions qu’avec ce fiasco l’état vu son manque à gagner va augmenter les taux pour continuer à prendre Tjs plus sur les épargnants..pour finir par se servir direct dans le capital…..c’est mal barré , dans tous les cas , on sera plumé…effectivement cette baisse des rendements va provoquer des retraits qui vont gonfler l’immobilier, qui déjà ne rapporte pas grand chose…chercher l’erreur!….avec la dette et la machine à billets qui fonctionne à plein régime, où va t on??

    • Riche&Célèbre says:

      Où va-t-on ? Pour ma part, chez IKEA et Leroy-Merlin. Comprendre : je ne procrastine pas davantage pour réaliser les travaux d’amélioration dont mon logement a besoin, ni pour ajouter quelques éléments décoratifs sympas. Raisonnablement ! Ce n’est pas encore la flambe et la fuite devant la monnaie mais c’est déjà une prise de conscience quant au rôle révolu de l’épargne, à savoir une privation volontaire aujourd’hui pour dépenser plus utile demain.

  17. Et si tout le monde reprenait son argent, soit pour le mettre ailleurs, le dépenser ou le garder chez soi !!!!
    Facile de s’en prendre aux petits épargnants

  18. Les subprimes immo a la parisienne sont-elles une alternative ?

  19. saluauxalain says:

    Se sont tous des fumier les assurances banque in joue sur du virtuel et les enculer du CA40 eux en profitent et se gave faut que tous Pete tous en faillite et on recommence à zéro sans virtuel

  20. Riche&Célèbre says:

    Quand tout tourne mal il faut choisir son camp. Ici, par exemple, voici votre choix : vous préférez être un épargnant euthanasié ou un assureur-vie suicidé ?

  21. Je suis choquée du manque d’objectivité et de transparence de cet article. Prenez les rendements négatifs du monétaire et de l’obligataire et surtout projetez vous dans quelques années quand il n’y aura plus de provisions car les rendements ne sont pas près de remonter et que les frais annuels eux seront quand même prélevés. Les banques ne sont pas des fonds de solidarité je trouve normal qu’elles doivent avoir une stratégie à long terme et j’espère juste que les fonds euros continueront d’être des solutions de placement sécuritaires et favorables à la transmission fiscalement avantageuse car c’est bien là un des grands avantages de ce placement. Il faut voir tous les aspects. Les rendements de l’épargne Classique vont baisser pourquoi en serait-il autrement du fond euro?

    • Riche&Célèbre says:

      Le gros problème des assureurs-vie est inhérent au métier de distributeur de placements financiers. À la fois commerçants en quête de clientèle et gestionnaires, ces professionnels parent actuellement au plus plus pressé en tentant de sauver la partie gestion des fonds confiés à leur garde, et on ne saurait le leur reprocher. Mais s’ils perdent au passage la motivation des clients à leur apporter de l’argent frais, c’est toute leur branche commerciale qui va périr. Sont-ils prêts à se replier dans un rôle de suivi des affaires courantes, disons une vingtaine d’années jusqu’à amenuisement naturel des portefeuilles par décès des assurés ? La vocation d’une entreprise est la croissance, ne serait-ce que pour satisfaire ses actionnaires. Qu’on le veuille ou non, l’affichage d’une performance de fonds euros flatteuse était le principal levier pour attirer de nouveaux souscripteurs, quitte à orienter ceux-ci vers d’autres supports une fois ferrés. Par sûr que, demain, les publicitaires aient assez de talent pour continuer à rendre sexy la vitrine « assurance-vie ».

      • Ce qui m’etonne cependant c’est le fait que le livret A avec 0,75% de rendement et bientôt 0,5% continue de prélever des milliards chaque année. ???

  22. « ça, c’est vrai, ça ! » disait la mère Denis..

  23. Bonjour, je suis salarié d’une Mutuelle qui ne pratique pas le chantage de donner un meilleur rendement sur le fonds en euro selon la part d’UC que l’épargnant est prêt à prendre. Toutefois, il y a une forme d’hypocrisie car nous sommes fortement incité à proposer de l’assurance vie multisupport qui peut aller à l’encontre du devoir de conseil et du profil d’épargnant. De plus, comme il est expliqué dans l’article, les PPE ont bien augmenté ces dernières années ce qui signifie que les taux des fonds en euros auraient encore pu se maintenir à une moyenne plus élevée. Compte tenu de la bonne santé également du marché des actions et de l’immobilier qui représente une part de 20 à 30% d’un fonds en euros, et des obligations d’entreprise contenu dans les 70% d’obligation (en minorité par rapport aux oblogiations souveraines), il s’agit également d’un élément qui aurait du permettre aux assureurs de maintenir un rendement du fonds en euros plus important!!!

  24. Guillaume,
    J’ai en général beaucoup de respect pour vos articles mais la c’est du grand n’importe quoi.

    L’assurance vie, c’est de l’obligataire et même l’OAT 50 ans rapporte tout juste 0.85% et ca dure depuis des années et il faut payer les gérants, les infrastructures, la gestion du risque…
    A moins que vous vouliez que votre argent soit parle sur la dette grecque ou argentine, il faut accepter que l’assurance vie rapporte autant que les taux sans risque soit un taux réel négatif depuis pas mal de temps.

      • Oui mais la poche obligataire d’entreprise est investie sur des maturités beaucoup plus courte, entre 3 et 10 ans, contre 10 a 30 ans pour la poche Etats et les taux ne sont pas non plus au dessus de 1% loin de la !

        • En quoi une maturité courte de 3 à 10 ans sur des obligations d’entreprises seraient un handicap (ce que vous laissez supposer) ?
          Au contraire me semble t-il, une obligation qui est, au delà d’un produit qui peut être revendu à l’instar d’une action, est un « prêt »à une entreprise qui vous verse les intérêts chaque année et vous rend le capital en fin de période. Le risque de faillite est moindre sur 3 ans que sur 10 ans non ?

    • Gilles.DR315 says:

      Je me rappelle la crise grec qui a suivi celle de 2008. il fallait donner des plaquettes à nos clients sur la composition du fonds en euros, car la confiance n’y était pas, même pour ce type de support, les clients étaient en panique. Ils le sont encore, entre la loi Sapin et la crise de liquidité avec la garantie plancher de 70 000 euros qui ne veut rien dire. J’arrive à trouver des fonds euros avec une composante de 14% d’actions !!!

  25. Au contraire, c’est bien dommage qu’ils se soient limités de 14% ou moins d’actions, on aurait eu des taux servis plus élevés s’il y avait plus d’actions depuis la crise grecque.
    Je ne suis pas sûr que vous ayez suivi le marché ces dernières années.

    • Certes mais plus d’actions aurait augmenté le risque et expliquez nous comment vous pouvez garantir avec un risque accru ?
      Après coup c’est toujours facile de dire SI …!!!

  26. Je suis d’accord, un risque action obligerait les assureurs à renforcer leurs Fonds Propres avec les contraintes Solvabilité 2.
    Mon point c’est une AV à 1% de rendement Garantie Capital avec des avantages fiscales en succession. Il n’y a pas mieux sinon ne souhaite pas prendre de risque sur le capital.

  27. Il me semble que le renforcement des fonds propres est justement plus important quand un assureur reçoit plus de fonds en euros… Il doit dans ce cas augmenter ses fonds propres et sa marge de solvabilité… Cela arrange l’assureur d’augmenter les UC pour justement moins mobiliser de fonds propres ?

    • C’est exact, la garantie capital des fonds euros qui vous est donnée coûte en fonds propres.
      C’est pourquoi l’assureur vous incite à plus d’UC dont le risque sur le capital est porté par l’assuré/l’épargnant.
      Quand les taux d’obligation d’état vous rémunère un rendement négatif, l’assureur vous garantit le taux servis positif c’est pas mal non ?
      C’est une question de risque / rendement ? Si vous espérez percevoir plus de rendement/performance il faudra bel et bien prendre un peu de risque.

      • Je crois que vous faites erreur, ce sont les UC avec risques actions qui « coûtent » le plus en fonds propres.

        https://votreargent.lexpress.fr/assurance-vie-pourquoi-et-comment-les-assureurs-vous-poussent-a-prendre-des-risques_1772461.html

        • Les actions qui sont évoqué dans l’article de MVVA sont probablement celles détenues par l’assureur et non les UC actions détenues par l’épargnant qui prend lui même le risque. En effet, pour les UC actions de l’épargnant, pour quelles raisons l’assureur devrait elle provisio’ner des fonds propres qui ne sont pas garantis ?

          • L’épargnant en assurance vie, ne détient rien du tout.
            Il a juste un contrat avec l’assureur qui détient lui les actifs et une créance envers son client.

        • Je vous assure que non. Le risque de marché (et de crédit) du Fond général est porté par l’assureur et non par l’assuré. Inversement, les risques (marché, crédit ..) d’investissements en UC par l’assuré est porté par lui même; l’assureur ne garantie en aucun cas la performance de ces UC et donc n’a pas l’utilité de mettre en réserves ou de constituer des fonds propres vis-à-vis de ces risques UC.

  28. Les actions qui sont évoqué dans l’article de MVVA sont probablement celles détenues par l’assureur et non les UC actions détenues par l’épargnant qui prend lui même le risque. En effet, pour les UC actions de l’épargnant, pour quelles raisons l’assureur devrait elle provisio’ner des fonds propres qui ne sont pas garantis ?

  29. Les actions qui sont évoquées dans l’article de MVVA sont probablement celles détenues par l’assureur et non les UC actions détenues par l’épargnant qui prend lui même le risque. En effet, pour les UC actions de l’épargnant, pour quelles raisons l’assureur devrait elle provisionner des fonds propres qui ne sont pas garantis ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.