Les compagnies d’assurance vie avaient prévenu : Le fonds euros c’est terminé ! (cf »Assurance vie : Generali annonce un effondrement des rendements. Le fonds euros c’est terminé ! »). De la parole aux actes, il n’y avait qu’un pas qui vient d’être franchi avec les premières annonces des rendement 2019 des fonds euros. Générali, dont le rendement du fonds euros était à 1.75% en 2018 vient de publier son taux de rendement 2019 à 1% ! Soit une baisse de 0.75 points de pourcentage, soit 75 point de base.
De son côté, Swiss Life annonce également un rendement en forte baisse de 0.50 point de pourcentage, soit 50 point de base. Le rendement 2019 des fonds euros Swiss Life ressort à 1%.
1% brut de prélèvements sociaux, c’est 0.83% net de prélèvements sociaux !
Ces deux acteurs ont décidé de frapper fort les esprits et ont volontairement pris la décision de publier les premiers pour tenter d’imposer à tous leur stratégie commerciale ! Est ce que tous les acteurs de l’assurance vie suivront cette stratégie suicidaire ? Je ne l’espère pas.
Il subsiste en effet, une question importante : Comment justifier de telles baisses de rendement pour 2019 alors que les marchés actions sont au plus haut, les marchés immobiliers très dynamiques ? La baisse des rendements des obligations d’état et les taux négatifs ne sauraient expliquer à eux seuls cet effondrement ? Les compagnies d’assurance vie fonds euros ne disposent t’ils pas de provision pour participation aux bénéfices (PPE) très élevées dont l’objectif est justement de permettre un lissage des performances dans le temps ?
 

Ou va l’argent des épargnants ?

Si les rendements servis aux épargnants s’écroulent alors que les marchés actions et immobiliers sont au plus haut, il y a lieu de s’interroger sur cette question fondamentale : Ou va l’argent, ou va le rendement non servi aux assurés du fonds euros ?
La réponse est simple : Les compagnies d’assurance vie (du moins celles-ci qui tentent d’imposer leur stratégie à l’ensemble du marché) ont décidé d’appauvrir les épargnants en fonds euros afin de proposer de meilleurs rendements à ceux qui leur seront les plus rentables, c’est à dire ceux qui abandonnent le fonds euros au profit des unités de compte.
En effet, ces compagnies d’assurance vie pratiquent la technique commerciale des « taux boostés » pour proposer de meilleurs rendements sur le fonds euros pour ceux qui y investissent le moins, c’est à dire, ceux qui acceptent les unités de compte et le placement sur les marchés financiers.
C’est tout simplement du vol organisé ! Et ce n’est que le début !
Les épargnants ne doivent pas se laisser faire et refuser de jouer le jeux des compagnies qui veulent à tout prix les faire investir sur les marchés actions au moment ou les cours sont les plus hauts !
Les compagnies d’assurance vie gèrent ainsi leur risque et leur solvabilité sur le dos des épargnants ! Quelle honte ! Elles sont tout simplement en train de détruire la confiance des épargnants qui n’ont pas d’autres choix que d’abandonner l’assurance vie au profit de placements ou investissements ailleurs. 
Les compagnies d’assurance vie veulent faire prendre des risques aux épargnants alors qu’ils n’en veulent pas ! En proposant des placements à risques à des épargnants qui ne veulent pas prendre de risque, les compagnies refusent de faire leur métier qui est justement la gestion des risques !
 
Ou va l’argent des épargnants ? L’abondement des provisions pour participations aux bénéfices (PPE) peut également être une réponse. Cette provision pour participation aux bénéfices est une réserve qui appartient aux épargnants, mais dont l’utilisation est à la main des compagnies d’assurance vie ; Il s’agit d’une réserve de rendement passé qui doit permettre de lisser les rendements du fonds euros dans le temps.
Malheureusement, les compagnies d’assurance vie ont tendance à oublier cet objectif initial et profite de cette manne pour gérer leur politique commerciale (en rémunérant mieux les contrats commercialisés par rapport aux vieux contrats) ou s’assurer d’une réserve qui pourrait peut être servir en cas d’insolvabilité comme on l’a constaté dans la semaine avec cet article « Les compagnies d’assurance-vie tentées d’utiliser l’argent des épargnants pour améliorer leur solvabilité ».
Comme vous pouvez le constater dans les graphiques ci-dessous, les Provisions pour Participations aux Bénéfices sont très élevées : 3.90% en 2018 ; Cela signifie que les compagnies ont largement les moyens de mieux rémunérer les fonds euros si elles ponctionnent régulièrement cette provision dont c’est la mission ! Mais elles ne veulent plus encourager l’épargne en fonds euros !
Ce n’est probablement pas assez rentable pour elles et surtout trop onéreux en capitaux propres ! Elles ponctionnent donc le rendement du fonds euros pour préparer leur avenir … Oui, je crois que l’on peut le dire : C’est du vol ! Les compagnies d’assurance vie volent les épargnants !

 
Et dans le détail, toujours selon Cyrille CHARTIER-KASTLER :
 
 

 
 
Bref, les épargnants sur le fonds euros deviennent des pigeons ! Mais ils n’ont pas beaucoup d’autres choix car même à 1%, le rendement est encore satisfaisant dans un monde ou les rendements sont négatifs.
A suivre … Pourtant, les compagnies ont les moyens techniques de proposer autre chose que les unités de compte. Pourquoi entendons nous si peu parler du fonds eurocroissance, qui est l’alternative naturelle au fonds euros mais que les compagnies ne veulent pas vendre ! (cf »Assurance vie : L’eurocroissance est la moins mauvaise alternative au fonds euros, mais …)
 

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine

67 commentaires