Après une baisse en séance de plus de 6%, le dow jones termine la séance en baisse de 4.60% alors que le s&p500 baisse de 4.09%. La Nasdaq termine en baisse de 3.78%. Sans raison apparente à part la remontée des taux obligataires sur fond d’inflation, les marchés financiers seraient en train de revenir à la réalité ?

Début d’un krach important ou simple petite prise de bénéfice ? A suivre demain…

Crédit immobilier : Utilisez nos comparateurs pour réussir votre crédit

Utilisez notre comparateur d’assurance de prêt (GRATUIT) pour estimer le montant des économies que vous allez réaliser grâce à la négociation de votre assurance de prêt : Comparateur d’assurance de prêt
 
Et toujours, notre comparateur de crédit immobilier pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier, sans frais : Comparateur de crédit immobilier.

Ces autres articles devraient vous intéresser :


10 Comments

  1. Les chinois et les japonais ont vendu des oblig US ce qui a provoqué une hausse des taux long de 0.40 pts de base et fait baisser le dollar. Curieuse corrélation qui peut-être montre qu’on commence à comprendre qu’avec des dettes aussi élevées les monnaies ne valent plus grand chose.

  2. Prise de bénéfice personne n’a jamais vu la bourse perdre sur le long terme

  3. cassandre says:

    Hausse des taux, hausse des salaires US et donc crainte d’une inflation plus forte que prévue et surtout crainte d’un krach obligataire sont les causes essentielles d’un changement de paradigme. A + de 4 % de chute, on ne parle plus de simple prise de bénéfice: regardez un peu le vix.

  4. Robots programmés à la baisse pour inciter à vendre qui ? Plus grand monde, puisque il n’y a déjà plus grand monde sur les marchés ! Le reste c’est du bla bla ou fausses excuses bidons

    • cassandre says:

      Il n’y a jamais eu autant d’argent investi sur les marchés ! Vous racontez n’importe quoi, jo !! Et ce qui se passe est parfaitement rationnel.

      • Oui, c’est tout à fait rationnel, mathématique même :
        Les actions US rapportent autour de 1,9%.
        Le 2 ans US est à 2,06%.
        C’est à dire que les obligations de courte durée, et sans risque, rapportent plus que les actions. Un économiste (pas retenu le nom) avait pointé du doigt cette différence, il y a quelques semaines, et que ce taux du 2 ans fragilisait la bourse.

        • Alain Labenne says:

          « obligations … sans risque » ?
          Vous avez le droit d’y croire, mais personnellement je suis mécréant.

          • Oui, je crois que des obligations à 2 ans sont sans risque comparé à un investissement en actions.

            • Ce n’est pas exactement qu’elles sont sans risque. Le mécanisme est le suivant : le taux des obligations évolue en sens inverse du capital. Quand le taux facial augmente, le capital baisse.
              Le taux est en corrélation avec les taux directeurs.
              Ensuite, il y a deux autres données à prendre en compte : la sensibilité et la duration.
              La première dépend de la seconde.
              Ensuite, c’est une formule mathématique dont je vous fais grâce.
              Mais en gros, plus la durée de l’obligation est courte et moins elle sera sensible à une variation des taux directeurs.
              Donc non elle n’est pas sans risque mais le risque est limité pour les obligations courte durée.
              Si demain on a une inflation à 100% on va vraiment sentir la baisse de capital sur les obligations courtes mais elle sera moindre que celle des obligations à 10 ans.
              Faites-moi signe si vous voulez la formule, mais c’est chiant à transcrire à l’écran (sais pas faire).

              • Bonjour,

                Merci pour ces informations qui donnent un éclairage sur les risques obligataires.
                Je les connais. Et vous avez raison de tempérer mes écrits.
                En disant qu’elles sont sans risque, je comparais un risque obligataire au risque sur les actions.
                Toutefois, dès lors que l’on garde ses obligations jusqu’à leur terme, on se protège d’un certain nombre de déconvenues qui guettent qui veut les vendre en cours de route :
                On est sûr de leur rendement, surtout pour les obligations d’état, et on récupère sa mise à l’arrivée.
                D’où l’intérêt de surveiller le 2 ans US. Les obligations de cette durée sont le réceptacle naturel de flux financiers qui se détournent des actions.
                Si on regarde son cheminement, on voit qu’il a commencé à monter début septembre.
                Il a atteint le même niveau rémunérateur que les actions en toute fin d’année.
                Et depuis, le 2 ans US est plus intéressant, en terme de rendement, que les actions.
                Et s’il continue de monter, 2,08 cette nuit, on s’achemine doucement vers un scénario 1987.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*