Par principe, l’investisseur de long terme n’aime pas spéculer en bourse. L’investisseur de long terme est celui qui utilise le marché comme le moyen de devenir actionnaire à long terme d’une entreprise dont il juge le modèle économique perenne. Naturellement, il n’aime pas la spéculation et peut avoir du mal à comprendre l’intérêt à jouer avec le hasard. Il n’est pas à l’aise lorsqu’il s’agit de spéculer, c’est à dire de jouer avec les forces et les faiblesses du marché.

Jouer au spéculateur, c’est utiliser le marché comme une fin et non seulement un moyen. Spéculer, c’est essayer de deviner l’évolution future et à court terme des cours de bourse pour essayer de gagner de l’argent. Spéculer, c’est croire que le casino ou le PMU peuvent vous permettre de vous enrichir.

Malheureusement, rares sont les investisseurs de long terme et nombreux sont les spéculateurs attirés par le plaisir du jeu.

Essayons alors de trouver un compromis intéressant qui pourrait consister à « jouer » au spéculateur sur les cours de bourse de ces belles entreprises de grandes qualités au modèle économique solide.

Ainsi, l’investisseur de long terme qui aurait du temps à perdre pourrait trouver du plaisir à essayer de jouer avec le cours de bourse des entreprises pour lesquelles il possède une conviction de long terme. C’est ce que nous propose aujourd’hui Guillaume ROUVIER dans une nouvelle vidéo de notre partenaire Hiboo. expert.

Vous l’aurez compris, à titre personnel, je ne crois pas beaucoup dans la spéculation pour valoriser un portefeuille à long terme. En effet, croire dans le pouvoir de la spéculation, c’est prendre le risque de se laisser emporter par sa psychologie, par ses certitudes… et donc croire que l’on peut créer de la valeur déconnectée des fondamentaux des entreprises dont on est actionnaire.

Je crains que ce soit un leurre et surtout une perte de temps.

Par définition, Il est difficile de dompter le hasard. D’ailleurs, la dernière étude de SPIVA confirme que :

  • Sur 3 ans : entre 64% et 100% des fonds gérés activement ont sous-performé leur indice de référence ;
  • Sur 5 ans, entre 73% et 100% des fonds gérés activement ont sous-performé leur indice de référence ;
  • Et sur 10 ans, entre 73% et 100% des fonds gérés activement ont sous-performé leur indice de référence ;

Bref, si la spéculation fonctionnait, les professionnels devraient tous afficher des performances supérieures à l’indice de référence géré passivement. Et comme, les statistiques nous démontrent que ce n’est pas vrai, pourquoi continuons nous de croire que la spéculation en bourse à sa place dans une gestion de patrimoine de long terme ?

A suivre

Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Gestion conseillée
Conférences patrimoniales
Livres & formations 
Investir dans l'immobilier
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Optimiser sa Succession
Epargne et placement 
Plan Epargne Retraite (PER)
SCPI
Groupement forestier & viticole
Assurance-vie
Immobilier locatif 
Assurance emprunteur
Crédit immobilier
Expert-comptable Location meublée et SCI

22 commentaires

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :