– Avertissement : le « Défi 6 % » est une initiative pédagogique qui vise à montrer qu’une prise de risque maîtrisée permet d’obtenir un rendement supérieur à celui des placements sans risque. Le défi 6 % ne fournit aucun conseil ou recommandation d’investissement –

 

Objectif 6% de rendement pour votre assurance vie.

4 000 euros ont été investis sur un contrat d’assurance vie. L’objectif est de montrer qu’une prise de risque maîtrisée permet d’obtenir un rendement supérieur à celui des placements sans risque.

Le défi 6 % vise une rentabilité annuelle moyenne de 6 % et une volatilité maximale de 10 %.

Pour en savoir plus sur cette initiative, vous pouvez consulter les articles suivants :

Assurance vie : Comment obtenir un rendement annuel moyen de 6% ?

6% de rendement avec un contrat d’assurance-vie : la méthode du #défi6%

Défi 6 % : Comment choisir le bon contrat d’assurance vie ?

Défi 6 % : C’est parti ! Souscription du contrat d’assurance vie et sélection des fonds en unité de compte

 

Et aussi

Le reporting de mai 2019 :  Défi 6 % : Reporting au 17 mai 2019. Et maintenant ?

 

Vie du contrat d’assurance vie support du #defi6%

4 000 euros ont été versés initialement sur le fonds en euros en juin, puis deux versements trimestriels de 500 euros ont été effectués. Un investissement progressif a été mis en place pour basculer chaque mois et pendant 5 mois 600 euros du fonds en euros vers des unités de compte.

Cet investissement progressif devait permettre de converger progressivement vers l’allocation cible. La baisse des marchés a contrarié cet objectif et plusieurs arbitrages ont été réalisés pour aboutir à fin décembre 2018 à une allocation plus prudente. Alors que l’allocation cible comporte 90 % d’unités de compte et 10 % de fonds en euros, une répartition avec 30 % d’unités de compte et 70 % de fonds en euros a été privilégiée.

Depuis janvier 2019, des versements mensuels ont été mis en place, pour un montant de 167 euros chaque mois. Ils correspondent aux versements trimestriels de 500 euros par mois prévus initialement.

Ces versements sont composés d’actions US, d’un fonds flexible, d’obligations monde, et du support en euros. L’objectif consiste à continuer à investir progressivement sur des unités de compte tout en conservant une allocation prudente. Cette stratégie et motivée par un environnement macroéconomique et géopolitique qui reste incertain. La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis dure et se durcit tandis qu’en Europe, l’Italie et l’Allemagne inquiètent et le Brexit n’en finit pas.

 

Versement programmé du 8 juin 2019

 

Composition du portefeuille au 23 juin 2019

Note : L’investissement dans le fonds H2O Multibonds s’effectue depuis le 1er février avec des parts SR et non plus R. Les parts SR suivent une nouvelle tarification qui rend le coût d’accès au fonds plus élevé. Par ailleurs, le fonds M&G OPTIMAL INCOME FUND EUR A H ACC a été remplacé par le fonds M&G (LUX) OPTIMAL INCOME FUND

 

Performances du défi6%

les performances globales

 

Les performances se sont redressées depuis le dernier reporting et le portefeuille affiche au 21 juin une plus-value de+2,24 % (+134,31 euros).

  • Les actions tutoient à nouveau les sommets et ont porté le portefeuille. Le redressement a été fort quelle que soit la zone même si au Japon, le marché actions accuse une baisse de -15 % sur un an.

 

  • Concernant les fonds obligataire, la performance des obligations d’Etat accélère tandis que H2O Multibonds semble pâtir de l’article publié sur le blog du financial Time.

 

  • Les fonds flexibles se redressent sous l’effet du rebond des marchés actions, mais sans retrouver leur pic de début mai.

 

 

Les performances Comparées

Sur les 4 dernières semaines, les fonds ont tous progressé, à l’exception de H2O Multibonds. Hormis pour ce fonds, les performances sont en ligne avec les classes d’actifs correspondantes.

Classe d’actifs Performance sur les 4 dernières semaines* Moyenne de la catégorie
Obligations Europe

LYXOR EUROMTS ALL-MATURITY INVESTMENT GRADE

+2,80 % +2,32 %
Obligations Monde

H2O MULTIBONDS R

-1,81 % +1,11 %
Actions France

MONETA MULTI CAPS C

+3,81 % +4,81 %
Actions Europe

TOCQUEVILLE MEGATRENDS

+4,52 % +3,13 %
Actions États-Unis

LYXOR DOW JONES INDUSTRIAL AVERAGE D-EUR UCITS ETF

+3,80 % +3,06 %
Actions Pacifique

EDR JAPAN C

+1,29 % +2,10 %
Actions Émergentes

JPM EMERGING MARKETS EQUITY FUND A ACC EUR

+6,01 % +5,27 %
Flexibles prudents

M&G LUX OPTIMAL INCOME A ACC

+1,13 % +1,41 %
Flexibles

R-CO VALOR F

+5,01 % +0,95 %

* par rapport à la dernière valorisation fournie par Quantalys au 23 juin.

 

Contrôles des risques

La volatilité reste inférieure à la limite de 10 % et le rendement sous la cible de 6 %. La décorrélation et la diversification du portefeuille restent satisfaisantes.

 

Perspectives de rendement

Les turbulences sur les marchés actions ont conduit à basculer le portefeuille vers une répartition 70/30 et à mettre en place des investissements programmés 50/50.

Depuis le choix de cette orientation prudente, les marchés actions ont sensiblement progressé. En conséquence, le portefeuille affiche une performance significativement inférieure à celle de son allocation cible, qui s’établit aux alentours de +6 % sur un an.

 

Si l’allocation cible atteint son objectif de +6 % par an alors que le défi 6 % se situe loin derrière, cela signifie que toutes les décisions qui ont été prises depuis 1 an (investissement progressif, choix d’une orientation prudente début 2019) ont conduit à détériorer la performance de près de 4 points.

Il convient néanmoins de rappeler que ces décisions ont été prises pour réduire le risque du portefeuille face à la crainte d’un effondrement des marchés. Cet objectif a été atteint mais les marchés ont progressé. En conséquence, le rendement a été moindre que celui de l’allocation cible. Moins de risque, moins de rendement.

Et maintenant ?

Je reste convaincu que les marchés sont au plus haut et qu’il est trop tard pour augmenter significativement le niveau de risque du portefeuille. En attendant la prochaine correction des marchés, j’ai donc décidé d’engranger quelques plus-values. Je solde ainsi les positions suivantes :

  • LYXOR DOW JONES INDUSTRIAL AVERAGE D-EUR UCITS ETF
  • R-CO VALOR F
  • H2O MULTIBONDS R (je conserve les parts SR acquises récemment dans le cadre des versements mensuels)

Par ailleurs, je décide également

  • de réviser les fonds composant l’allocation cible. EDR Japan affiche des performances décevantes, il est remplacé par JPM Pacific Equity, plus diversifié en termes de zone géographique.
  • de conserver H2O Multibonds en portefeuille et dans les versements mensuels, malgré les turbulences traversées actuellement par la société de gestion H2O AM à la suite d’un article sur le Blog du Financial Time (H2O Asset Management: illiquid love) et l’article publié ici : H2o : Faut il s’inquiéter après l’article du Financial Times et la suspension de notation par Morningstar ?. Bien que tous les éléments du scandale soient réunis, le pire n’est pas certain. Je prends quand même une plus-value, car une correction n’est pas exclue à court terme. Je tiens par ailleurs à signaler que comme le souligne Quantalys, « H2O AM développe des produits plus risqués que leur catégorie ». Amis épargnants qui détenez des fonds H2O, assurez-vous donc que votre exposition est conforme à votre profil de risque.

 

Application

Je choisis de basculer vers un profil très conservateur avec un poids de UC de seulement 15 % car aux niveaux actuels, une baisse des marchés me semble plus probable qu’une hausse. Je vends au plus haut.

Je maintiens néanmoins les versements mensuels et leur structure actuelle. Je sécurise des gains mais je réinvestis sur les mêmes fonds.

Au mois prochain.

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. Comme nous vous l’expliquons dans cet article « Comment rendre la gestion de patrimoine accessible à tous ? », l’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée de 30 à 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Réserver un rendez vous d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de conseil patrimonial


22 Comments

  1. Pensez vous que l objectif de 6% est réalisable avec un risque si faible ?

    • Bonjour Bibi,

      Non, bien entendu. Mais si la volatilité de votre portefeuille est élevée lorsque les marchés sont au plus haut, vous risquez de prendre la baisse de plein fouet.

      J’ai raté la hausse du début d’année, j’attends maintenant une nouvelle correction pour augmenter le risque du portefeuille.

      Ce raisonnement repose sur l’hypothèse que cette correction ne devrait pas (trop) tarder. Mais je peux me tromper 😉

  2. Tout cela s’appelle de la gestion active et demande connaissances, temps et talent !

    De ce fait je trouve que l’objectif de rendement de 6% est bien faible…

    La seule satisfaction serait celle de ne pas trop perdre en cas de forte baisse des marchés ?

    Bien maigre consolation pour les efforts consentis et qui dans la réalité correspondent à des frais de gestion supplémentaire réduisant d’autant la performance (à néant)…

    • Vous pointez là un sujet majeur : Un CIF n’est effectivement pas un gestionnaire de portefeuille.

      Vos avis m’intéresse alors au plus haut point : Si un CIF n’est pas un gestionnaire de portefeuille, quelle pourrait être son rôle ?

      • Fixer et mettre en oeuvre une allocation d’actifs efficiente, rééquilibrer à minima, et garder fermement le cap ?

        Retour à la case départ à un changement de paradigme (pas de cycles).

        Tout en communiquant abondamment avec son client dans l’espoir de le rendre indépendant.

        • Bonjour Lolo,

          Avec une volatilité qui ne doit pas dépasser 10 %, l’objectif n’est pas si faible.

          Fixer et mettre en oeuvre une allocation d’acitfs efficiente ? oui, c’est l’allocation cible que je présente chaque mois avec le défi.

          Rééquilibrer a minima et garder fermement le cap ? Vous avez raison. C’est ce qui était prévu et que j’avais annoncé au lancement du défi mais je n’ai pas su m’y tenir en fin d’année 2018. J’ai eu peur de me traîner des pertes dès le début de l’exercice.

          Rendre son client indépendant ? Pourquoi pas, mais à condition qu’il en ait envie.

      • Une refonte du statut de CIF doit être envisagée, car en ce moment je n’y vois aucune utilité pour la grande majorité des CIF, mis à part pour ceux qui perçoivent les cotisations annuelles et le contrôle exercé par les banques et assurances sur de potentiels concurrents qui n’en sont d’ailleurs pas puisque même avec la crise des subprimes, les CIF ont échoué à capter les capitaux de clients déçus.
        Ou alors le statut de CIF ne devrait être réservé qu’aux sociétés de gestion et à leurs gestionnaires de portefeuilles.

  3. A ma connaissance sur le LT un portefeuille actions génère 7% de plus value + 3% de dividende environ = 10% au total.

    Dans ce contexte j’ai du mal à comprendre comment un objectif de plus value de 6% peut-il être espéré si la gestion à pour objectif d’avoir une volatilité faible. Pour moi c’est une utopie.

    Par ailleurs vouloir gérer un portefeuille en essayant de prévoir l’avenir n’est il pas aussi une autre utopie puisque l’on se trouve une fois sur deux à contre tendance comme cela a été le cas.

    La question qui se pose à mon avis est celle de savoir quelle stratégie ou quels actifs utiliser pour atteindre cet objectif. J’ai peur que dans le cas présent ni la stratégie ni les actifs soient les bons.

    • Bonjour Polo,

      Le couple rendement/risque de référence est (6%/10%). Rien d’inatteignable à long terme et certainement pas une utopie. D’ailleurs, il n’y a qu’à voir l’allocation de référence.

      L’objectif était de rentrer progressivement et de collar à l’allocation cible. La correction de décembre m’a fait dérailler. J’attends maintenant une baisse pour revenir. Je ne pense pas qu’accroître la volatilité du portefeuille maintenant soit le meilleur choix.

      N’ayez pas peur et soyez patient 😉

  4. Quel que soit le moment, la définition de la stratégie est un exercice difficile entaché d’une partie de sentiments plus ou moins forte.
    je peux comprendre qu’avec la reprise récente des marchés proches de leurs plus hauts (CAC qui attaque les 5600 points) et les problèmes ambiants entretenus par TRUMP vous adoptiez une stratégie prudente.
    Pour ma part, je reste globalement optimiste à cause de l’efficacité des banques centrales. De plus les marchés ne sont pas surévalués.
    je reste sur mes positions après avoir réduit la poche actions début mai (re équilibrage).

  5. Concernant le fond H2O:

    « L’ « affaire H20 »
    H2O c’est une société de gestion, dirigée par un petit génie du monde des taux d’intérêt, Bruno Crastes.
    Un génie qui a généré des performances spectaculaires sur ses fonds pendant des années.
    Le Financial Times a mis les pieds dans le plat en indiquant que H2O investissait massivement dans des emprunts illiquides, et que ces emprunts étaient gérés par Lars Windhorst, une personnalité assez troublante du monde de la gestion.

    DEPUIS, les investisseurs ont retiré plus d’un milliard d’euros des fonds H2O.
    Mais surtout, et c’est ça qui est spectaculaire, l’action Natixis, la maison-mère de H20, s’est effondrée de près de 15%.
    Il faut dire que H2O génère une partie significative du bénéfice de Natixis.
    À ce stade, on n’en sait pas plus sur les fonds H2O.
    Mais il est surprenant de voir que les investisseurs sont étonnés que pour avoir des rendements de 15, 20 ou 30% alors que le « taux sans risque » est à zéro, voire négatif, un gérant prend des risques. »

  6. Généralement, Celui qui sollicite un CIF pour le conseil et la gestion operationnelle
    de son patrimoine attend des actions concrètes surtout avec des délégations complètes. Je pense que la gestion de portefeuille doit être dans le package du CIF dans une délégation complète.

    • Arrot
      Vous dites : Je pense que la gestion de portefeuille doit être dans le package du CIF dans une délégation complète.

      Mais regardez plus haut ce que dit GF.

      J’ai peur que vous n’ayez pas compris le rôle du CIF. (je ne suis pas CIF)
      Pour la gestion de portefeuille il faut s’adresser à une société de gestion et elles proposent généralement soit de transmettre vos ordres (c’est vous qui décidez de tout tout seul) soit la gestion conseillée (vous restez le décideur unique mais vous avez accès aux avis et suggestion de la société de gestion) soit vous signez un mandat et vous ne faites rien (c’est une délégation totale). Le CIF n’a pas le droit de faire cela.

      • Je connais des amis qui ne veulent pas s occuper de la gestion d une part et avoir plusieurs interlocuteurs d’autre part. Quel est le professionnel qui prend en charge le conseil et la gestion opérationnelle des assurances vie, des pea et cto avec titres en direct notamment ?

        • Comme dit précédemment seules les sociétés de gestion assurent la gestion opérationnelle dans le cadre d’un mandat de gestion et cela dans toutes les enveloppent (AV, PEA, CTO). Les banques le proposent aussi mais elles délèguent la gestion opérationnelle à leur société de gestion interne.

          Le conseil patrimonial peut très bien être assuré par la banque dans ce cas il s’agit de leur service de banque privée. Le client a alors 2 interlocuteurs le gérant et le conseiller patrimonial.

          Certaines sociétés de gestion (les plus grosses et celles qui se concentrent sur la clientèle haut de gamme) proposent aussi des services de conseil patrimonial.

          Mais attention le contrat d’AV reste toujours attaché au distributeur qui l’a vendu. En plus et en général un contrat qui ne propose pas de mandat de gestion lors de la souscription ne pourra pas en proposer un par la suite.

          Voilà en très bref.
          D’autres ici pourront compléter

  7. Comme chacun sait quand on ne comprend pas il ne faut pas investir.
    Donc ceux qui ont vendu sont ceux qui n’avaient rien compris et qui n’étaient la que pour la performance. A la première info ils n’ont pas cherché à comprendre comme à leur habitude ils ont vendu

  8. Autres infos sur H2O:

    « PARIS (Agefi-Dow Jones)–La banque Natixis a annoncé lundi soutenir les mesures annoncées par la société de gestion H2O Asset Management, dont elle détient 50,01%, pour assurer la liquidité de ses fonds, tout en réaffirmant les principes de son modèle multi-boutiques. Ces déclarations font suite aux interrogations soulevées la semaine dernière par les investissements de H2O dans des obligations illiquides liées, notamment, au financier allemand Lars Windhorst.

    « Les actifs concernés sont des titres de dette privée de sociétés de nature très différentes et dont aucun n’est en situation de défaut », a déclaré la banque dans un communiqué.

    Face aux inquiétudes, « les équipes de H2O AM ont décidé de comptabiliser ces créances non pas à leur valeur de marché en situation normale, mais à une valeur de cession complète immédiate, celle-ci ayant été déterminée sur la base de cotations pour transaction obtenues ce dimanche auprès de banques internationales, indépendantes de Natixis », a indiqué le groupe.

    H2O Asset Management a annoncé dans un communiqué séparé avoir cédé une partie de ses obligations privées non notées et déprécié le solde conformément à la réglementation UCITS pour la gestion d’actifs. Ce faisant, la valeur de marché globale des obligations non notées toujours en portefeuille représente désormais moins de 2% des actifs sous gestion de H2O.

    Suite à cette dépréciation, H2O a indiqué que les fonds seraient valorisés avec une décote comprise entre 3% et 7%.

    Par ailleurs, H2O a décidé de supprimer tous les frais d’inscription pour tous les fonds jusqu’à nouvel ordre. « Ceci permettra aux clients qui restent investis et aux nouveaux entrants de récupérer la valeur de long terme de ces titres », a indiqué Natixis.

    Rappelant que « [son] modèle de gestion d’actifs s’appuie sur 25 sociétés de gestion indépendantes les unes des autres, autonomes dans leur politique d’investissement et se reposant sur des gestionnaires de talent », la banque a indiqué que les actifs sous-gestion gérés par ses 25 affiliés s’établissaient à 855 milliards d’euros au 31 mars 2019.

    « Les différents styles de gestion de chacun de ces affiliés permettent d’offrir une large gamme de produits afin de satisfaire une clientèle diverse en termes de géographie et d’appétit au risque », a souligné Natixis.

    H2O Asset Management gérait environ 31 milliards d’actifs à fin mars. Natixis a décidé d’anticiper l’audit périodique mené sur son affilié en l’engageant dès le 21 juin 2019 « dans le cadre du rétablissement de la confiance ».

    -François Berthon, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 93; fberthon@agefi.fr ed: VLV »

  9. adnstep says:

    Bonjour,
    Vous ne prenez pas de bx4 pour jouer une éventuelle grosse baisse du CAC ?

    • C’est effectivement le piège d’un tel exercice : transformer une allocation d’actif à long terme en outil de spéculation afin d’essayer d’anticiper l’évolution d’un marché action.

      Je crois que Sylvain est dans son rôle de CIF lorsqu’il ajuste son allocation de long terme en fonction d’une anticipation d’un changement de cycle de long terme. Il ne s’agit pas de spéculer pour essayer de battre un indice à court terme, mais de tenir compte des tendances de long terme pour ajuster une allocation de long terme.

    • Bonjour Adnstep,

      Non, pas de BX4. J’ai déjà raté la hausse alors si maintenant elle continue et qu’en plus j’ai des BX4.., J’attends le bon moment et j’ai bon espoir qu’il ne tarde pas trop. C’est pourquoi j’ai allégé mes positions risquées.

      En plus, avec les dates de valeur des contrats d’assurance vie, il vaut mieux éviter les produits spéculatif et de court terme. Vous risquez d’être à contre-courant.

  10. Merci pour vos CR. C’est génial de voir la vraie vie !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.