Dans le prolongement de cet article « Et si vous deveniez investisseur en capital lieu d’être spéculateur sur le marché action« , au terme duquel je vous encourage à abandonner la spéculation en bourse au profit de l’investissement dans le capital des entreprises, je crois indispensable de revenir sur la différence entre « spéculateur » et « investisseur« .

Cette différence est d’une importance majeure pour l’épargnant qui souhaite enfin profiter des marchés financiers pour investir dans le capital des entreprises. Car n’oubliez pas, on n’investit pas en bourse, on utilise la bourse pour acheter des actions d’une entreprise dont on juge le prix raisonnable au regard de sa capacité à générer des bénéfices à long terme. La bourse n’est que le lieu de confrontation entre un acheteur et un vendeur qui poursuit une dynamique interne qui lui est propre et non anticipable pour les petits épargnants que nous sommes tous.

Je m’en voudrait de m’attribuer la paternité de ces réflexions sur la différence entre le « spéculateur » et « l’investisseur ». Voici l’extrait d’un livre ‘investisseur intelligent » que je considère comme ma bible :

« Imaginons que vous soyez propriétaire d’une part d’une entreprise privée qui vous a coûté $1000. L’un de vos associés, qu’on appellera Monsieur le Marché, est une personne assurément très obligeante. Il vous dit tous les jours ce que vaut, à son avis, votre participation. Qui plus est, il se propose de vous acheter tout ou partie de cette participation à ce prix. Parfois, son opinion vous paraît plausible et justifiée par les perspectives de l’affaire. D’autres fois, par contre, Monsieur le Marché se laisse influencer par ses émotions, et le prix qu’il vous propose est trop bas ou ridiculement élevé.

Si vous être un investisseur prudent ou un homme d’affaires raisonnable, allez-vous vous laisser influencer par l’opinion de Monsieur le Marché ? Bien sûr que non, à moins que vous soyez d’accord ou vouliez faire affaire avec lui. Vous serez alors enchanté de lui vendre votre participation quand il est prêt à en donner beaucoup trop, ou d’acheter la sienne lorsqu’il vous l’offre pour deux fois rien. Mais dans les autres cas, vous aurez intérêt à évaluer vous-même la valeur de votre participation à partir des comptes de l’entreprise, de sa situation commerciale et de sa situation financière.

L’investisseur, le vrai, est exactement dans cette position quand il détient une action. Il peut profiter des cours quotidien ou ne pas s’en préoccuper du tout, suivant son propre jugement et ses inclinations naturelles. Il a un intérêt à prendre connaissance des évolutions importantes des cours, car il y a là matière à exercer son jugement. Ces mouvements sont parfois des mises en garde, auquel cas, il vendre ses actions parce qu’il verra dans la chute des cours le présage de graves problèmes. Mais à notre avis de tels signaux l’induiront en erreur le plus souvent qu’ils ne lui seront utiles. Fondamentalement, les fluctuations des prix ont une seule signification utile pour le véritable investisseur. Elles lui permettent d’acheter prudemment après que les prix sont tombés fortement et de vendre dans de bonnes conditions quand ils avancent fortement. Dans tous les autres cas, il ferait mieux de ne pas se préoccuper de la bourse et ne porter attention qu’aux rendements offerts par les dividendes et aux résultats d’exploitation de l’entreprise.

La distinction la plus réaliste entre l’investisseur et le spéculateur est donnée par leurs attitudes respectives face aux mouvements de marché. Si le spéculateur est en premier lieu intéressé par l’anticipation des fluctuations de marché, le principal intérêt de l’investisseur sera d’acheter et de détenir les titres adéquats à des prix adéquats ou ils engendrent alternativement des niveaux de prix planchers où il est sage d’acheter, et des niveaux plafonds où il est prudent de vendre.

Rien n’indique que l’investisseur privé ait intérêt à différer régulièrement ses achats jusqu’à ce que les cours atteignent des niveaux planchers. En effet, l’attente peut être longue et couteuse en termes de pertes de revenus. De plus, il est possible de passer à côté d’une opportunité d’investissement. Sans doute, est il donc préférable que l’investisseur passe ses achats chaque fois qu’il a de l’argent pour ce faire, à l’exception toutefois de ces périodes ou le niveau général du marché est bien trop élevé par rapport au normes de valeurs courantes. S’il veut être plus fin encore, il recherchera les bonnes affaires toujours présentes.

En dehors des anticipations sur l’évolution du marché, Wall Street déploie beaucoup d’efforts et d’habilité à sélectionner ces titres ou ces groupes d’industries qui, en matière de prix, feront mieux que les autres à court terme. Aussi logique que puisse paraître cette tâche, nous ne pensons pas qu’elle soit appropriée pour le véritable investisseur. D’autant plus qu’à ce jeu, il sera en concurrence avec bon nombre de traders professionnels et d’analystes financiers de premier ordre. Comme dans toutes les autres activités qui reposent d’abord sur les mouvements de prix, et, en second lieu, sur la valeur sous-jacente, les efforts déployés par beaucoup d’esprit intelligents ont tendance à se neutraliser et s’auto-détruire sur le long terme. 

L’investisseur muni d’un portefeuille de titres de qualité doit s’attendre à voir leurs prix fluctuer et ne devrait, ni trop inquiété par des baisses importantes, ni excités par les belles avancées. Il devrait en permanence, se rappeler que les cotations sont là pour sa commodités,qu’il en profite ou qu’il les ignore. Il ne devrait jamais acheter un titre parce qu’il à trop monté ou le vendre parce qu’il est tombé.

 

Ps : L’investisseur intelligent, un livre écrit, pour sa première édition, en 1949 par Benjamin Graham. On constate encore une fois, qu‘ »il faut que tout change pour que rien ne change ».

 

A suivre …

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 

– La gestion conseillée – Un service de conseil financier indépendant pour vous accompagner dans la gestion financière de votre épargne ou de votre assurance-vie. Comment diversifier votre épargne sur les marchés financiers ? Quelles unités de compte choisir ? Comment prendre du risque pour espérer améliorer le rendement de votre épargne ?

Découvrir notre service de gestion conseillée

 


13 Comments

  1. Fredy Gosse says:

    hum…la Bourse est une monde qui fonctionne sur des mythes ,es boursiers parlent un langage spécifique et croient en un certain nombre de choses, de théorèmes , de seuils etc… si quelqu ‘ un savait vraiment gagner en bourse sans vrais tuyaux ça se saurait …. l’exemple du cours de bourse de l’or depuis ces derniers jours devraient le démontrer mais bon inutile je ne ferais pas changer d’opinion ceux qui croient en la bible du petit boursier investisseur ou pas ( d’autant que les conseillers en vivent). il y peu de temps j’avais pose la question sur le Corona virus cygne noir ou pas… ça commence sérieusement à y ressembler. Faut il acheter maintenant ? je n’en sais rien .Comme je le répète souvent ( les vieux sont des rabat – joies) c’est à la fin de l’histoire que l’on a la réponse

  2. Dans le même esprit, j’aime bien l’analyse du jour chez Morningstar dont la dernière phrase est : « Comme nous et d’autres acteurs de l’industrie (UBS par exemple), l’avons rappelé, il est important de conserver un horizon d’investissement de long terme et de toujours mettre les choses en perspective. Réagir à chaud est très souvent une source de déconvenues futures. »
    On ne aurait mieux dire !

  3. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    C’est il me semble plus simple que ça.

    Spéculer est une affaire de professionnels, et en ce moment ils se régalent.
    De grands mouvements dans la journée sont pour eux des opportunités idéales, parce que les calculs techniques leur donne des points d’achats et de vente relativement fiables puisque tout le monde utilise les mêmes.
    En plus, il disposent de produits dérivés leur facilitant la tache.

    Pour l’investisseur de long terme (vous et moi ) modifier le poids relatif des encours, c’est de l’arbitrage.

    • Du vocabulaire … vous anticipez le futur ….l’exemple du défi 6 pour cent de l an passe la démontre .gagner en bourse en tant qu investisseur donc à long terme ne change rien à votre décision

  4. Je suis étonné de ces modules de formation en ligne de trading.
    500€ 20h de « formation » et vous faites fortune.
    Le trading est il adapté aux particuliers ?

    • julien bonnetouche says:

      Non c’est trop stressant.
      On peut aussi bien perdre beaucoup à la moindre défaillance ou fatigue.
      Et puis les bons traders marchent tous à la cocaïne;..

      • Les traders sont morts, on les a remplacés par des robots. Ça coute beaucoup moins cher en cocaïne, et ils ne volent pas à la cantine, eux.

        J’exagère à peine.

  5. Guillaume, merci, ça avance 🙂

    Vous n’êtes pas exhaustif.

    La bourse, et ses différents types de gestion, est un des nombreux types de placement.
    Il y en a bien d’autres!

    Ce qu’il ne faut pas confondre donc, c’est investir et placer, CQFD

    Et si comme dans la spéculation, en plaçant on fait plus de revenus que l’évolution de la richesse produite, on appauvrit les autres. Ce n’est pas le cas de l’investissement.

    Bien entendu, seul l’investissement a du crédit à mes yeux, même si je l’avoue, j’aurais gagné beaucoup plus d’argent à placer.

  6. « …. à l’exception toutefois de ces périodes ou le niveau général du marché est bien trop élevé par rapport au normes de valeurs courantes.

    ET AUJOURD’HUI il est bien trop élevé ce MARCHE par rapport aux valeurs courantes (*) ?

    (*) Valeurs courantes, vous avez dit valeurs courantes, WHAT IS IT ?

  7. Bonjour

    Suivre le débat.

  8. Bruno BERTEZ ce matin :

    « D’emblée pour lire ce texte il faut comprendre la différence qu’il y a entre investir et spéculer.
    Investir consiste à selectionner un emploi de ses fonds à long terme afin d ‘obtenir un rendement. L’investissement fondamental est une démarche endogène pour l’essentiel.
    Spéculer consiste à jouer, à acheter et vendre quelque chose dans l’espoir de realiser un écart de cours, genéralement sur le court terme.
    Le spéculateur joue l’écart, la différence. Il fait ce que l’on appelle du capitalisme anglo saxon ou encore du capitalisme d ‘arbitrage; son lieu d’observation est essentiellement le marché dont il attend tout. Le spéculateur attend une performance exogène.
    L’investisseur fait du capitalisme rhénan ou continental; il ne joue pas le marché , il le met entre parenthèses car il sait que sur un cycle long, tout se compense et que le fondamental ne se manifeste qu’au travers des oscillations optimistes ou pessimistes.
    Le spéculateur est obsédé par la magie de la Tendance des cours de bourse.
    L’investisseur ne les considère que dans la mesure ou les cours fournissent une opportunité d’acquérir un titre dans des conditions favorables.
    L’investisseur a compris que l’on ne fait de bonnes affaires que si on sait bien acheter.
    Le spéculateur se croit plus malin que les autres, l’investisseur se croit simplement plus rationnel et il a une méthode, une discipline dont il sait qu’il ne doit pas déroger. Pour investir il faut des règles.
    Le spéculateur compte sur le Ponzi en grande partie, l’investisseur met le Ponzi de coté et considère que sur le long terme tout se normalise , tout se moyennise .

    Rédigé par
    Bruno Bertez

    https://brunobertez.com/2020/03/30/faut-il-investir-en-bourse/

  9. Michel 2 says:

    Ankou …. un, deux, trois,…partez ! C’est à vous 🙂 🙂

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.