Nous prolongeons, notre travail d’analyse et de réflexion autour de la question des tokens, cette cryptomonnaies émise à l’occasion des ICO.
Comme je vous l’explique depuis plusieurs mois, une ICO peut être simplifiée comme étant une pré-vente d’un service qui sera développé ultérieurement par l’entreprise émettrice des tokens. Demain, lorsque le service proposé sera effectif, les usagés devront avoir acheté un ou plusieurs tokens. Le token est une sorte de passeport qui permettra au client de devenir client du service.
Ainsi, comme j’essaie de vous l’expliquer dans cet article « Blockchain : La réglementation des ICO va t’elle relancer le crowdlending et le crowdfunding ? », la valeur future du token dépendra de la valeur d’usage du service proposé : Combien suis prêt à payer pour devenir client de la société émettrice du token ? Attention, il ne s’agit pas d’estimer le prix du service, mais uniquement du prix que je suis prêt à payer pour acheter le service.
 
Prenons un exemple concret : Leblogpatrimoine réalise une ICO à hauteur de 20 000 000€ pour révolutionner la gestion de patrimoine.
Les participants à l’ICO, c’est à dire, les futurs clients du service que leblogpatrimoine va développer avec l’argent récolté, auront l’immense privilège de pouvoir payer un abonnement sur le site et de me payer afin de bénéficier du droit de devenir clients (en d’autres mots, posséder un token, c’est posséder l’immense privilège de pouvoir me payer pour recevoir mes conseils. – Quelle arrogance !).
Mais attention, leblogpatrimoine n’est pas une activité bénévole.  Il s’agit d’une entreprise qui facturera des services. Acheter un token, ce n’est pas acheter le service … c’est acheter le droit d’acheter le service. Il n’est pas possible de devenir mon client sans token.
La valeur du token est donc intrinsèquement faible. Si le prix du service proposé est de 300€ (prix de l’abonnement fictif pour bénéficier de l’espace privatif – bilan patrimonial, simulateur, …), la valeur du token a pour conséquence d’augmenter le prix de revient global du service.
 
Prenons un autre exemple, extrait du site icomentor, site référent :

Surtout, le mécanisme des ICO et des tokens ouvre la voie à de nouveaux business models. Jusqu’alors, figurer parmi les utilisateurs pionniers d’un service numérique n’était pas récompensé ; c’était même le contraire, puisque les grands succès du numérique se sont développés avec l’effet de réseau (selon lequel la valeur d’un service augmente plus que proportionnellement à chaque nouvel utilisateur. Par exemple, BlaBlaCar présentait peu de valeur à ses débuts, puisque très peu de covoiturages étaient proposés ; désormais BlaBlaCar présente un maillage territorial très fin et une quantité d’offres très importante, ce qui rend le service très attractif pour les utilisateurs).

 
NDLR : Cet exemple de blablacar est parfait. Oui, l’offre de service de blablacar est meilleure aujourd’hui, mais combien êtes vous prêt à payer en plus du paiement du conducteur et de la commission de blablacar) pour devenir client de blablacar ? Pas grand chose ! La qualité du service est payée par le montant de la commission. Un éventuel token réduirait d’autant le montant de la commission que pourrait prélever blablacar ou être reversé au conducteur.
 
L’entreprise émettrice du token n’a donc aucun intérêt à ce que le token soit fortement valorisé :

  • Plus la valeur du token sera élevée, plus le prix de revient global du service sera important, réduisant ainsi la liste des clients potentiels. Si le service est valorisé 300€ mais qu’il faut payer 300€ pour y accéder, cela revient à payer 600€ un service qui en vaut 300€. L’entreprise émettrice du token n’a donc aucun intérêt à ce que la valeur du token soit élevée : Plus la valeur du token est importante, moins elle pourra facturer ses clients et développer son activité.

 

  • La seule situation qui expliquerait une valeur élevée du token serait le cas ou le service proposé par l’entreprise serait gratuit ou avec une forte décote. Dans cette hypothèse, la valeur du token serait représentative de la (valeur du service – prix du token) proposé par l’entreprise, afin d’obtenir un prix de revient conforme à la valeur du service. En revanche, ce prix de vente inférieur à la valeur du marché serait très pénalisante pour l’entreprise qui ne pourrait espérer réaliser suffisamment de bénéfice, et donc survivre à long terme.

 
A suivre…

Besoin de nos conseils ? Découvrez nos offres et services :
Conseil personnalisé 
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

11 commentaires