Je suis has been. Je n’ai que 36 ans, mais je me sens totalement dépassé par cette nouvelle manière d’entreprendre. Je me sens totalement vieux jeu avec mon raisonnement de « terrien » qui veut que l’on s’engage dans l’entrepreneuriat, progressivement, humblement, avec pour seul objectif de générer des bénéfices qui permettront à l’entreprise d’investir, de croître et se développer, lentement, mais surement !
Je n’arrive plus à comprendre les nouveaux entrepreneurs qui ne pensent qu’à créer une start-up, lever des capitaux pour financer la croissance de l’entreprise ou encore lancer une ICO (Initial Coin Offering) basée sur la révolution blockchain.
Dans mon raisonnement « terrien », créer une entreprise, c’est développer un chiffre d’affaires, mais surtout chercher à faire des bénéfices qui permettront d’embaucher, investir et faire croître, plus ou moins rapidement, l’activité (et donc les bénéfices) de l’entreprise. Créer une entreprise, c’est investir dans des actifs matériels ou immatériels immobilisés qui permettront de générer du chiffre d’affaires et des bénéfices.
Le besoin de fonds de roulement initial nécessaire au cycle d’exploitation doit être financée par le chef d’entreprise par apport en capital puis par l’exploitation de l’entreprise.
En tout état de cause, l’objectif unique doit être la recherche de bénéfices, seule condition au développement futur de l’entreprise.
Développer une entreprise, c’est long, très long ! Ce sont souvent des années de sacrifices du chef d’entreprise qui ne se payent pas pour ne pas priver l’entreprise des capitaux dont elle a besoin pour créer un environnement rentable.
 
 

Entreprendre en 2018, c’est créer une start-up et chercher à lever des capitaux le plus rapidement possible pour financer la non rentabilité de l’entreprise.

J’ai parfois honte de me présenter comme « indépendant », c’est à dire chef d’entreprise de moi-même, entrepreneur de ma toute petite entreprise. Je ne suis pas CEO, founder, CDO, ou autre startuppeur … Je n’ai que l’ambition de générer du bénéfice, seul source de pérennité du développement futur de ma petite entreprise.
Je me sens totalement hors du cadre des élites qui ne parlent que de startup, de lever de capitaux, d’incubateur, de concours de pitch, d’ICO… J’ai parfois le sentiment que les nouveaux entrepreneurs ne cherchent pas des clients, seules source de succès de leur entreprise, mais des investisseurs en capital, qui permettront de payer les salaires et développer un « produit », tellement innovant qu’on ne se demande jamais si les clients sont disposés à l’acheter.
On innove, on disrupte, on crée des nouveaux produits géniaux grâce à généreux investisseurs en capital sans jamais être rentable, espérant seulement qu’une entreprise rentable (souvent de la vieille économie) accepte un jour de racheter très cher, ce produit tellement innovant que vous n’avez pas assez de client pour être rentable.
Et si un jour, plus aucun investisseur en capital ne veut « financer » ce panier percé, on dépose le bilan, et l’affaire est réglée !
L’exemple typique, c’est Sarrenza, le vendeur de chaussures sur internet, qui a détruit des pans entiers de l’économie depuis 2005, … sans jamais avoir été rentable ! Au final, c’est monoprix, entreprise de l’ancienne économie, qui vient de racheter l’entreprise.
Il est tellement facile de casser les rentes et d’innover lorsque la recherche de bénéfice n’est pas la priorité. Il est facile de dépenser de l’argent… un peu plus d’en gagner.
 
 

La token nation est au summum de l’absurdité du système qui permet aux entreprises de pré-vendre leur produit … en laissant croire aux clients, qu’ils sont en réalité des investisseurs qui vont faire fortune !

Avec les ICO, nous franchissons une nouvelle étape.
La « start-up nation » et la culture de la levée de fonds, c’est le financement du cycle de production par des capitaux propres apportés par des investisseurs en capital. L’entreprise dépense l’argent des investisseurs pour construire un produit tellement innovant qu’il n’a pas encore de marché. Celui qui aura accès aux capitaux les plus importants pourra s’imposer lorsqu’il aura détruit tous les concurrents (qui eux cherchent à gagner de l’argent, et non seulement à en dépenser).
La « token nation », c’est profiter de la nouvelle mode des ICO pour trouver des clients qui achèteront votre produit ou service avant que vous ne l’ayez créé (c’est déjà un exploit de vendre quelque chose qui n’existe pas), mais c’est surtout faire croire à ces clients qu’ils sont en réalité des investisseurs qui pourront peut être faire fortune grâce à leur achat.
Les ICO et plus globalement la token nation (tokenisation de l’économie), c’est formidable ! Plus besoin de partager votre capital avec des investisseurs en capital ! Il suffit de faire croire à vos futurs clients qu’ils peuvent faire fortune en pré-achetant le service que vous allez peut être réussir à créer …
Les meilleurs sont mêmes capable de combiner « lever de capitaux » auprès d’investisseur en capital et « ICO » ! Ils ont tout compris !
C’est un concept génialissime ! Nous sommes au paroxysme du consumérisme ! Les clients espèrent faire fortune grâce à leurs achats ! Extra !
 

Ponzi est vraiment un amateur à côté de cette nouvelle innovation !

Vous trouvez que la comparaison avec Ponzi est un peu forte ? Sachez que 90% des start-up font faillites et donc que les investisseurs en capital perdent la totalement de leurs investissement !
 
PS : Les investisseurs en capital, c’est vous ! C’est votre épargne placée en assurance vie ou dans les FIP et autres FCPI ! Vous devez vous sentir concerné ! (cf « Stratégie d’investissement : 2018, Éclatement de la bulle des start-up et retour aux fondamentaux « développement durable ». »)

Leblogpatrimoine.com vous conseille dans la gestion de votre patrimoine
Bilan patrimonial
  • Conseil en gestion de patrimoine INDÉPENDANT
  • Un tarif unique de 89€ TTC, sans surprise
Découvrir le service
Assistance patrimoniale
  • Un abonnement pour un accompagnement patrimonial PREMIUM
  • Un tarif unique de 350€ / mois, sans surprise, sans engagement de durée
Découvrir le service
Livres et formations

3 livres pour vous former et apprendre à gérer votre patrimoine

Découvrir les livres

63 commentaires