C’est le sujet qui va nous animer pour les prochaines semaines : Quel sera l’état de l’économie après le confinement ?

Pour le moment, aucun chiffre n’est disponible pour connaître la vraie vie. Personne n’en sais rien. Nous sommes aveugle faute de statistique.

On ne peut donc se fier qu’aux signaux faibles et aux impressions du terrain. C’est l’objet de cet article collaboratif. L’objectif est de recueillir vos impressions, et ces signaux faibles qui remontent du terrain.

Vous êtes chef d’entreprise : Comment sont les carnets de commandes ? Est ce que le téléphone sonne ? Les clients sont ils de retour ? Au niveau tarif, parvenez vous à maintenir les marges ?

Vous êtes commercial : Comment ressentez vous vos clients ? L’envie de consommer est elle toujours là ? Est ce que les budgets se maintiennent, augmentent ?

Vous êtes client et consommateur : Comment vivez vous le déconfinement ? Avez vous déjà relancé vos projets et vos investissements ? Comment ressentez vous les entrepreneurs que vous sollicitez ?

Bref, nous avons collectivement besoin de « sonder » le niveau de la reprise. Merci d’avance de votre collaboration à tous.

 

A titre personnel : L’activité sur leblogpatrimoine est reparti à 150% par rapport à son niveau avant-confinement ! Depuis la fin du confinement, la fréquentation est un peu plus faible, car vous êtes à nouveau au boulot, mais la transformation explose, tant au niveau publicitaire qu’au niveau de l’activité de conseil (cf »Conseil en stratégie et optimisation patrimoniale« ). Les mois de Mai et Juin 2020 sont les meilleurs mois depuis 10 ans.

Au niveau de mes échanges quotidien avec les chefs d’entreprises, j’ai plutôt un sentiment global « optimiste » avec des demandes de devis qui augmentent sensiblement et une activité qui semble repartir fortement. Bref, le pire semble s’éloigner.

 

Sondage : Et vous, comment sentez vous la reprise de l’activité ?

ps : N’oubliez pas de cliquer sur « Valider mon vote » pour enregistrer votre sélection.

Coming Soon
Sondage : Comment ressentez vous la reprise de l'activité ?
Sondage : Comment ressentez vous la reprise de l'activité ?
Sondage : Comment ressentez vous la reprise de l'activité ?

 

Merci d’avance de vos commentaires qui permettront de partager vos signaux faibles avec la communauté.

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes à 1 heure pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 89€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 350€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 


17 Comments

  1. laurent says:

    Nous sommes en pleine hystérie collective, comme pour le coronavirus.
    Depuis Mars, il y a une augmentation de 20% des défaillances d’entreprises. A écouter les médias, on a le sentiment qu’on est en bérézina. Ce n’est pas vraiment le cas.
    La situation est bien meilleure que celle qui exprimée dans les médias

    • C’est aussi mon sentiment, d’autant plus qu’une entreprise qui n’est pas capable de tenir deux mois sans chiffre d’affaires alors que les salaires sont assumés par l’état ne devait déjà être proche de la faillite avant le confinement.

  2. Pas si simple que ça Guillaume.
    Mon cas personnel : comme tous les ans, 650k€ de marchandise textile reçue janvier/février (50% de mon CA annuel), règlement de mon fournisseur portugais fin mars fin avril.
    Report de 100% des livraisons de mes clients détaillants prévues après le 15 mars pour juin (au mieux) Les clients ont accepté la livraison sous réserve d’un règlement 60/90/120 jours sinon ils annulent… A ce jour, les magasins textiles font 20% de leur chiffre.
    Heureusement que je suis une fourmi et que mes fonds propres représentent 80% de mon CA annuel… Sinon allez trouvez un financement de trésorerie pour un tel montant !

  3. Bonjour

    Pour les restaurants, avec les règles actuelles ce sera très très difficile.

  4. Guillaume says:

    Bonjour,
    Dans mon activité d’avocat conseil en droit des sociétés et droit fiscal, je constate un fort afflux de nouveaux dossiers depuis une quinzaine de jours, tant du côté des clients récurrents que des prescriptions en provenance principalement des cabinets d’experts-comptables.
    Il convient toutefois d’être prudent car cela peut n’être qu’un feu de paille amplifié par les effets PGE et report de cotisations sociales.
    Pour autant, il vaut mieux un redémarrage en trombe plutôt qu’une batterie à plat si vous voulez bien me passer cette image.
    Cordialement,

  5. En tant que consommateur je vois que les terrasses sont pleines dès que le beau temps est de la partie.
    En temps qu’investisseur j’ai tenté une nego sur un bien dans une metropole en invoquant la prime de risque Covid, il m’est passé sous le nez…
    Faudra attendre la rentrée pour voir l’imp2ct du Covid et l’arriveed’une éventuelle nouvelle pandemie.

  6. François says:

    En tant que consommateur:
    – les entreprises rattrapent le travail qu’elles n’ont pas pu faire avant faute de matériel, et avec des listes de commandes qui s’allongent ;
    – mon garagiste n’a pas fermé mais rattrapé son retard durant le confinement, mais le premier rendez vous disponible est dans quinze jours, il reprend du retard faute de personnel. Recherche de mécanicien(s) depuis un an ;
    – au niveau commerce de bouche, mes fournisseurs locaux avouent avoir bien tourné durant le confinement et voient leurs clients revenir ;
    – pour la restauration, tout dépend si des possibilités de livraisons ou vente à emporter ont été mise en place, mais cela semble repartir peut-être plus progressivement, par crainte individuelle.
    En revanche, je n’ai pas encore été dans des grandes surfaces ou dans le secteur vestimentaire.

    Au niveau investissement :
    – retard de trois mois pour la livraison d’un appartement en construction en résidence étudiante, donc report de rentabilité mais assumable ;
    – projet avec promoteur qui suit son cours mais pourrait prendre du retard suite aux surcharges des commissions locales d’urbanismes.

  7. Bonjour,
    Est-ce le bon moment pour faire un Pinel ?
    Merci,
    Cordialement,

  8. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Je reste optimiste mais aussi objectif.

    La question posée par Guillaume est essentielle.

    Je l’ai déjà souligné à plusieurs reprises, si la croissance ne revient pas au minimum au niveau antérieur les risques de faillite financière généralisée sont réels.

    En France, Macron semble en avoir pris la mesure lors de son dernier discours.

    S’en donnera t il les moyens politiques ? cela est moins sur.

    Nous avons sous les yeux l’exemple de la Chine, qui a quelques semaines d’avance sur l’occident :

    Là bas la production reprend, mais c’est la consommation qui a du mal à suivre.( 70/80% environ)
    A quoi cela sert il de produire si on n’a pas de commande ? vous diront les chefs d’entreprise.

    Chez nous, comme le décrit François, c’est assez inégal selon les secteurs. Mais il est évident que celui des voyages, du tourisme et de la restauration restent sinistrés.
    Or ce secteur est une composante forte de notre PIB.

    Tout cela ne peut repartir tant que les avions et les frontières posent encore des problème.

    Or si l’épidémie touche à sa fin en Europe occidentale comme prévu, et comme toujours dans le passé, il n’en est pas forcément de même dans d’autres pays du monde où le climat est plus propice qu développement du virus.

    En Asie notamment arrivent bientôt les moussons. ( chaud en humide) et il est donc tout à fait possible que nous ne voyions pas revenir les voyageurs asiatiques d’ici un bon moment.

    Les anglais eux se sont volontairement mis dans un corner.

    Quid des américains ? on ne sait pas encore.

    La conclusion évidente de tout cela est que si il peut paraître possible de revenir à une production à peu près normale d’ici quelques temps, la consommation ne suit pas, et ce à l’échelon mondial.

    Nous risquons par conséquent d’avoir une phase de récession plus longue que prévue.

    Il y aura bien les mesures de relances européennes prévues pour l’automne. quelles seront elles exactement ?
    On aimerait savoir.

    Mais, cela nous fait déjà 3 mois de marasme certain devant nous.

    Et avec le degré d’interaction des échanges touristiques et commerciaux internationaux, il parait urgent de les faire revenir à la normale.

    Remettez les avions !!! contrôlez les passagers, faites leur des tests, faites leur porter des masques si vous voulez, cela ne fera que quelques formalités de plus.
    Mais laissez le monde se libérer. !!

    Sinon, combien de temps la sphère financière aura t elle la patience d’attendre ?

  9. adnstep says:

    Vu du sud-est : côté restauration, c’est plein en terrasse, malgré le Mistral. Dès qu’ils pourront ouvrir l’intérieur, ça devrait repartir.

    Je vois depuis hier quelques touristes prendre le ferry pour la Corse, alors que ces dernières semaines, il n’y avait plus que les locaux et les camions. Pas de longues files de voiture pour le moment.

  10. julien bonnetouche says:

    Moi aussi je vois certains commerces faire le plein ( bricolage, concessions automobiles) mais d’autres vides ( fringues, grands magasins, même hypermarchés)
    Mais de toutes façons cela doit être variable d’un endroit à l’autre, d’un moment à l’autre.

    Rien que le fait de porter un masque est un obstacle au moins psychologique.
    Et en interrogeant quelques personnes autour de moi, je sens bien que la peur du virus persiste.
    De ce côté là Salomon a été efficace !!

    les restos et hôtels n’ayant pas de clientèle étrangère alors que c’est leur fond de commerce ne peuvent s’en sortir.

    le problème est que l’on ne peut pas tenir très longtemps ( et le reste du monde est au diapason) avec une activité qui tourne à seulement 80 ou 90% en moyenne. ( ce qui est loin d’être le cas partout)
    le calcul est vite fait cela fait 10 à 20 % de récession.
    Cela doit donc rentrer dans l’ordre très vite.

    Bas les masques !!!

    • François says:

      Pour les fringues, vu la proximité des soldes, cela pourrait revenir après un peu de retard.
      Mais les petits risques de souffrir si l’exemple de Zara s’accroît : objectif de 25% de e-commerce avec fermeture de nombreux magasins.

      Autre risque la deuxième vague à l’exemple de la Chine. Peut être plus perturbatrice psychologiquement, car sans confinement, ou ciblé cette fois.
      Autant vivre

  11. Il n’y a que 2 solutions pour répondre à votre sondage.
    Je suis optimiste ça repart très fort ?
    Je suis pessimiste les clients ne sont pas là
    D’autres choix ?
    par exemple « Je suis optimiste ça repart lentement !! »
    De plus, il est peut être trop top pour avoir une vraie visibilité sur les répercussion de la crise économique.
    A moins de faire un autre sondage en septembre 2020 voir début janvier 2021 ?

  12. Thierry says:

    L’état finance des emplois fictifs. ( chômage partiel)

    l’Etat emprunte à 0 %, la dette devient donc une dette virtuelle . ( à 0%, aucun frais de la dette, et si un « preteur » veut son argent, l’Etat peut emprunter ailleurs à 0% pour le rembourser.

    Avec tout ce système bancal, l’Etat a l’ambition de retrouver le même PIB en 2022 que celui de 2019, soit 2425 milliards).
    Pour résumer, on peut dire que l’Etat finance des emplois fictifs, à l’aide d’une dette virtuelle, dans l’espoir de retrouver une croissance nulle à partir de 2022 dans le meilleur des cas… Aucun manuel sur l’économie n’avait prévu cela, tout va bien.  

    Conclusion : on peut effectivement se reposer sur l’esprit créatif des hommes pour se tirer de n’importe quel problème qui semble insoluble.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine