– Un article d’actualité mais aussi d’analyse prospective proposé par Julien Bonnetouche –

La guerre de 30 ans (1618-1648) a ruiné le monde de l’époque. A 400 ans d’intervalle précisément, la guerre commerciale initiée par Trump en 2018 durera t elle aussi longtemps ? C’est très possible.
Le tweet que Trump a envoyé il y a 15 jours, a mis en évidence des problèmes de fond que l’on pensait en bonne voie de solution.
En effet, sur un fond de mésentente « technique » ou d’une incompréhension sémantique, c’est toute la question de la domination du monde de demain qui est en jeu.
Les USA se rendent compte que la puissance montante qu’est la Chine , est en passe de prendre leur place, à échéance  de quelques décennies. Le rapport des forces en présence ne plaide pas en leur faveur : 1,4 Milliards de chinois, pour 400 millions d’américains.
Mais le nombre ne serait rien sans la technologie. Et que voit on ? Le retard technologique des chinois est en train de se combler rapidement, trop rapidement aux goût des américains.
L’affaire de la 5G et l’atterrissage d’un satellite chinois sur la lune sont de nature à enfoncer le clou. 30 ans leur ont suffit pour faire un chemin que les occidentaux ont mis des siècles à parcourir. (il y a 50/60 ans ils  comptaient  encore avec les bouliers )
Aux yeux de Trump, les chinois ne sont pas loyaux, leur rapide progression tenant à des pratiques non admissibles par les occidentaux.
Trois problèmes sont facilement identifiables :

Le pillage des brevets. La progression rapide des chinois vient de ce qu’ils volent les technologies sans payer quoi que ce soit ;  ça va vite et ce n’est pas cher.

Une non réciprocité de l’ouverture des marchés : n’importe qui peut investir et commercer en occident, alors qu’en Chine c’est quasiment impossible : il faut l’autorisation des autorités politiques. Comme cela on ne risque pas de « faire de l’argent » à leur place ou de prendre leurs idées…

Une production industrielle qui de répond pas toujours aux critères occidentaux sur le plan éthique.

 
On pourrait globalement qualifier cet ensemble d’éléments de concurrence déloyale aggravée.
Dès lors, si l’on se projette à 30 ans et que l’on ne fait rien pour endiguer cette vague montante, nous allons nous retrouver complètement submergés, tant par le nombre, que par la puissance financière et technologique.
On ne peut pas non plus dissocier tout cela des rapports de forces militaires. Même si l’on considère que les HAN ( 95 % des chinois) ne sont pas globalement une population agressive, un déséquilibre patent par rapport aux pays environnants ne manquerait pas d’alimenter quelques inquiétudes, car il génère toujours des ambitions territoriales dans l’Histoire.
Il y a surtout Taiwan, ainsi que le Japon, (ennemi quasi héréditaire) tous deux alliés des américains et qui risqueraient d’être rapidement envahi en cas de conflit. Ce serait alors un conflit mondial.
Aujourd’hui, le budget militaire chinois reste modeste, un peu plus élevé que ceux du Japon, de la Grande Bretagne ou de la France, et encore très loin derrière les USA. Mais là aussi, sa progression est rapide. Ils sont en train de finir un 2eme porte avion.
Si l’on se met sous l’éclairage de ces considérations, l’échec des négociation à Washington la semaine dernière se comprend aisément : les américains voulaient que les chinois signent un accord de réciprocité très précis sur tous ces points alors que les chinois voulaient eux, rester dans le vague.
On a ici la caricature classique du chinois qui  vous sourit sans que vous puissiez percevoir ce qu’il pense  avant qu’il s’agisse réellement de signer !!
Au travers de cette guerre commerciale, les USA tentent de réagir pendant qu’ils ont encore la primauté économique et militaire.
 
Ils ont raison !!
 

Quelles sont leurs chances de succès ?

Assez bonnes, car globalement d’après les experts en économie, une taxation à 25 % de la totalité des produits chinois importés aux États Unis, mettrait davantage en difficulté l’économie chinoise que celle des Etats Unis.
Mais, comme toute guerre elle coûterait aux deux parties. Il a ainsi été calculé qu’ une taxation  à 25 % sur les 520 milliards d’importation chinoises  aux US coûterait environ 1,5 point de croissance à la Chine mais aussi une balance négative de environ 2 millions de chomeurs supplémentaires aux américains (contrairement à ce que raconte Trump le protectionnisme à plus d’effets de destruction d »emplois que de création).
Et puis des prix plus élevés pour le consommateur américain.
 
Ce n’est pas tout il y a bien évidemment les conséquences boursières partout dans le monde comme nous le voyons tous les jours.
 

Que peut on anticiper ?

A court terme, chacune des parties n’a pas vraiment intérêt à supporter une aggravation trop dure ou trop longue du conflit. Il y a plus à perdre qu’à gagner pour les deux camps.
Les chinois parce qu’ils ne peuvent pas encore se passer du consommateur américain pour écouler leurs marchandises.
Trump parce qu’il a l’année prochaine sa réélection en jeu, et qu’il veut que le Dow Jones soit au zenith à ce moment là.
On peut d’ailleurs se dire que si il a choisi de faire de « clash » avec les chinois au printemps 2019, c’est parce qu’il estime avoir encore du temps devant lui pour faire remonter les bourses.
Mais les chose sont encore plus compliquées : Quelle sera la part de la monétarisation de l’économie occidentale (en général) afin de maintenir sa puissance à flot ( comme on l’a vu en réfléchissant sur la TMM- Cf »La théorie monétaire moderne (MMT) ouvre de nouveaux horizons pour les marchés financiers. ») . En tous cas les USA n’hésiteront pas à appuyer sur l’accélérateur du déficit budgétaire pour maintenir leur avance militaire et technologique.
Les autorités communistes chinoises  parviendront elles  encore longtemps à maintenir la pression sur leurs populations en cas de croissance  en berne ? Pas certain, ils ont leurs problèmes comme tout le monde, ici, c’est  de continuer à  sortir de la pauvreté chaque année environ 20/30 millions  d’habitants des campagnes.
Un accord sur une base convenable mais partielle est sans doute à prévoir. Peut être d’ici la fin de l’année. C’est ce que les marchés anticipent à l’heure actuelle.
Tous le monde se dit : « il faut que ça s’arrange » !!
Mais ce ne sera certainement qu’un début dans le bras de fer qui opposera les deux géants pendant encore des années.

Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine

61 commentaires