À l’heure où tout le monde encourage l’emprunteur à engager le processus de changement d’assurance de prêt après avoir signé l’offre de prêt de sa banque (et obtenu un accord sur le taux du crédit immobilier), il nous a paru important de développer un point essentiel pour les emprunteurs soucieux de leur couverture d’emprunt.

Notez cependant que nous ne conseillons pas de procéder dans cet ordre. Vous devez négocier votre assurance de prêt et obtenir un accord de votre banque avant l’offre de prêt car une négociation a postériori sera aléatoire et semée d’embuches comme nous l’expliquons dans cet article « Crédit immobilier : Choisir entre la meilleure assurance de prêt ou le meilleur taux immobilier ? »

Pour quelles raisons devons-nous envisager un changement d’assurance emprunteur ?

Au-delà de l’obtention d’un meilleur tarif, pouvez-vous améliorer les garanties et votre couverture en cas de décès ou d’accident ?

On peut parfois penser que les garanties sont les mêmes et qu’il n’y a donc pas grand-chose à changer à part négocier un meilleur tarif. C’est là une erreur. Changer d’assurance de prêt, c’est chercher un meilleur tarif, mais aussi et surtout chercher à améliorer les garanties de votre contrat d’assurance.

L’objectif de cet article sera donc de vous expliquer comment vous pouvez améliorer les contrats d’assurance emprunteur et quel est l’intérêt de cet amélioration.

Changer d’assurance de prêt, si l’on a croit le discours officiel, serait l’occasion d’avoir mieux pour moins cher. Pour cela, rien de plus simple il suffit de suivre les panneaux que l’on vous affiche un peu partout :

  • Étape 1 se rendre sur un comparateur d’assurance de prêt immobilier ;
  • Étape 2 valider le contrat sélectionné par la machine a devis ;
  • Étape 3 signer et envoyer la lettre recommandé. Facile et un gain moyen de 10 000€ à la clé.

Aujourd’hui tout est d’une simplicité enfantine et on se demande pourquoi il y a encore 10 ans, les emprunteurs s’ennuyaient à réfléchir ou à lire ce qui était écrit dans les conditions générales et particulières du contrat d’assurance.

Peut-être était-ce parce qu’un contrat d’assurance emprunteur c’était en moyenne 15 pages de conditions générales de vente. Pourtant, aujourd’hui, bien que tout aille plus vite et tout soit facile, on a toujours 15 pages de dispositions générales dans un contrat d’assurance emprunteur.

Il existe également toujours un service prestation de compagnie d’assurances dont le métier reste de faire appliquer ces conditions générales à la lettre avec pour finalité un refus potentiel d’indemnisation.

Il faut que tout change pour que rien ne change.

Ce qui a changé c’est la perception que l’on peut avoir d’un contrat d’assurance et la rapidité avec laquelle on peut accéder à l’information sur le prix (cf « Crédit immobilier : Comparatif des meilleurs taux d’assurance de prêt pour 2020 »)

En tant que courtier en assurance emprunteur, les seuls éléments qui me différencient d’une machine à devis sont que je sais écouter, analyser et surtout que j’ai la possibilité en connaissant de multiples paramètres, de faire un lien entre eux afin d’adapter une couverture d’emprunt pour un client.

Une machine se restreint systématiquement à vous donner le prix d’une couverture décès PTIA, IPT et ITT (cf « Les garanties décès, PTIA, IPT, ITT, IPP de votre assurance prêt immobilier : définitions et explications ») puisque ce sont ces garanties qui sont en place si vous avez mis en place un prêt immobilier pour votre résidence principale.

Garantie identiques OUI, fonctionnement identiques NON

Un comparateur d’assurance de prêt sait distinguer la présence de garanties, mais est incapable de comprendre les fonctionnements.

Partant de là j’ai identifié 4 paramètres (fonctionnement du contrat) ou situations  qui nécessitent un changement d’assurance emprunteur :

Ces 4 points, je vais dans un premier vous les exposer dans 4 articles et ensuite, dans un 5 ième article, je vous indiquerai suivant votre banque le fonctionnement du contrat groupe que vous pouvez avoir souscrit afin de voir si celui-ci répond aux critères qualitatifs requis ou si il doit être amélioré en changeant d’assurance

Ainsi, si vous êtes en attente d’une couverture qualitative, cela vous permettra d’aller au-delà des informations standardisées de la fiche-produit que l’on a dû vous remettre.

Alors OUI vous serez contraint de changer d’assurance si vous souhaitez un fonctionnement spécifique, car les contrats groupe de votre banque ne sont tout simplement pas adaptables. Vous pourriez demander à payer le double pour avoir une couverture en plus, si celle-ci n’existe pas, votre banquier ne pourra pas l’inventer.

La solution se situera donc sur un contrat externe à votre banque appelée délégation d’assurance (cf « Délégation d’assurance de prêt immobilier, définition et intérêt pour l’emprunteur. »)

Mais attention, à la différence du discours général qui consiste à indiquer qu’il faut changer d’assurance pour prendre une délégation d’assurance et être mieux couvert je vais fortement tempérer le propos. En effet à quoi est ce que cela sert de prendre un contrat identique en matière de fonctionnement à celui de votre banque ?

Ça c’est du travail de machine. On fait un copié collé du contrat de votre banque et on vous le propose à deux fois moins cher.

Par faire simple : Utiliser un comparateur d’assurance de prêt, c’est chercher une couverture identique pour un meilleur tarif. C’est déjà pas mal et vous pouvez en moyenne faire -+ 10 000€ d’économie notamment si vous êtes au début du remboursement de votre crédit immobilier.

Bien évidemment, économiser 10000€, c’est beaucoup, mais on peut faire encore mieux. Et si vous profitiez de ce changement d’assurance de prêt pour améliorer vos garanties (tout en faisant ces 10 000€ d’économie).

Aussi nous nous adressons là à des emprunteurs en attente de technicité et au final de sécurité, car c’est bien cette maitrise technique sur mesure et non industrialisable qui permettra d’être indemnisé correctement en cas de pépin. En effet, ce sont à des problèmes de santé lourds et donc de longue durée auxquels il faut penser, car ces derniers peuvent entraîner des difficultés financières.

C’est d’ailleurs là tout le sens d’une assurance emprunteur de bonne qualité.

En effet, soyons réaliste,ce n’est pas une jambe cassée qui fait qu’un emprunteur finit sur un forum internet pour crier que tous les assureurs sont des voleurs. Cela fait plus de 15 ans que je pratique ce métier et je n’ai jamais rencontré de souci de vol. Les assureurs ne font qu’appliquer les règles qui ont été données à la signature du contrat.

Si je me limite à cette réflexion je suis en mesure de vous dire que tous les emprunteurs ayant une délégation d’assurance chez LCL ou Boursorama sont en danger. Mais nous verrons ce point un peu plus tard.

Pour changer d’assurance emprunteur deux possibilités peuvent être utilisées :

Comme indiqué ci-dessus voici la première raison pour changer d’assurance emprunteur :

Raison 1 : la prestation de mon contrat est indemnitaire. Je dois en changer pour qu’elle devienne forfaitaire.

Ce point concerne les garanties ITT, IPT et IPP de votre contrat c’est-à-dire les prestations qui peuvent être versées en cas d’arrêt de travail ou d’invalidité.

Rappelons qu’en cas d’arrêt de travail ou d’invalidité votre mensualité d’emprunt peut être prise en charge à hauteur de la quotité assurée (cf « Quelle part de votre crédit immobilier devez vous assurer. L’analyse de la quotité d’assurance de prêt. »)

Si j’ai une mensualité de 1000€ et que je suis assuré à 100%, l’assureur devrait prendre en charge ces 1000€ pendant le temps de mon arrêt de travail ou de mon invalidité (100% si l’invalidité est considérée totale).

Dans un contrat avec des prestations indemnitaires l’assureur aura le fonctionnement suivant. Vous payez bien pour une prestation à 100% mais lui limitera la sienne à votre perte de salaire.

Il fera ainsi référence dans ses conditions générales à un revenu de référence et à un revenu de remplacement.

Il estimera bien que vous êtes « indemnisable » mais fera ensuite son calcul pour savoir combien vous serez indemnisé.

Comme vous le voyez nous sommes là sur des termes qui ont un sens et qui s’ils ne sont pas correctement maîtrisés apporteront ce qui va suivre.

L’assureur va tout simplement vérifier si vous avez une perte de rémunération ou pas. Il va pour cela vous demander combien vous indemnise la Sécurité sociale, combien vous verse la prévoyance de votre entreprise et quel est au final le salaire global dans votre situation d’arrêt de travail ou d’invalidité.

En opposition, il demandera quel était votre salaire avant votre arrêt de travail ou votre invalidité.

Prenons un exemple :

Vous touchez une rémunération de 3000€ mensuel. En cas d’arrêt de travail vous allez toucher de la Sécurité sociale 1923€ (50% de votre salaire brut). Si votre employeur a eu la bonne idée de mettre en place un contrat de prévoyance vous garantissant le maintien de votre salaire, celui-ci complétera la Sécurité sociale pour atteindre vos 3000€ net habituels.

Dans ce cas l’assureur qui assure votre prêt immobilier (avec une prestation indemnitaire) vous dira que vous n’avez aucune perte de salaire et qu’il n’a donc rien à verser.

Cela pourrait paraître normal puisque l’assurance n’a pas pour objectif de vous enrichir. Néanmoins cela pourrait aussi paraître normal que lorsque l’on est assuré à 100% on puisse toucher sa prestation. À ce compte-là pourquoi la banque vous demande de fournir une garantie arrêt de travail invalidité ?

En tant de courtier en risque aggravé de santé (cf « Courtier assurance emprunteur spécialisé en risque aggravé de santé et convention aeras »), je suis régulièrement contacté par des personnes qui ont souscrit sans vraiment le savoir ce type de contrat.

Ils ont, pour certains d’entre eu des exclusions sur toutes les maladies ou sur une pathologie précise (diabète , Vih, maladie de Crohn, cancers du sein, RCH, spondylarthrite, polyarthrite,…..) et souhaitent une solution pour que cette exclusion disparaisse.

Leur objectif est simple, être correctement couvert.

Lorsque je leur explique qu’avec les prestations indemnitaires qu’ils ont souscrites ils ne seraient indemnisés ni en cas d’arrêt de lié à leur pathologie ni en cas d’arrêt de travail liée à une nouvelle pathologie ou bien encore en cas d’accident, ils marquent généralement un blanc car ils comprennent que la problématique est bien plus large que ce qu’ils avaient imaginé en validant le contrat d’assurance emprunteur de leur banque.

Donc OUI dès que le mode de prestation de votre contrat d’assurance emprunteur est indemnitaire vous pouvez arrêter de vous poser des questions sur le fonctionnement ou les éventuelles exclusions de garanties, car vous ne toucherez dans tous les cas des prestations que dans un nombre de situations limitées.

Emprunteurs non concernés par ce système de prestations indemnitaires : les indépendants, les professions libérales et de manière générale les travailleurs non salariés. Mais attention, indépendant un jour ne signifie pas indépendant toujours. Gardez à l’esprit que votre situation professionnelle peut évoluer en cours de prêt et vous serez certainement sécurisé par le fait d’avoir un contrat de qualité si malheureusement votre état de santé a été modifié entre-temps.

Soyez basique, je paye donc je m’assure que j’aurais droit à une prestation. Inutile de rentrer dans le débat philosophique sur le besoin ou pas de celle-ci. Quand l’assureur prélève votre cotisation, il ne vous demande pas de faire un calcul selon vos capacités financières du moment.

Il encaisse donc dans le même état d’esprit vous devez vérifier qu’il paira dans les situations qu’il doit couvrir.

Nous le verrons dans de prochains articles, mais on retrouve entre autres ce mode de prestations sur le contrat groupe CNP de la Caisse D’Epargne, de la Banque Populaire ou bien encore le contrat assurance Crédit Mutuel du CIC (version intermédiaire avec du semi forfaitaire ou semi indemnitaires suivant si l’on voit  le verre à moitié plein ou vide….)

Si vous avez souscrit un contrat d’assurance de prêt par l’intermédiaire de ces banques, vous avez probablement à travailler sur l’amélioration des garanties de votre assurance emprunteur.

A suivre.

Dans les prochains articles, nous verrons les trois autres raisons qui doivent vous encourager ) changer d’assurance emprunteur :

  • Raison 2 : le type de prestation versée en cas d’IPT (invalidité permanente totale)
  • Raison 3 : La présence ou pas d’une garantie IPP (invalidité partielle)
  • Raison 4 : réduire une surprime, supprimer une exclusion, obtenir la garantie ITT 

Enfin , dans un dernier article, nous analyserons les contrats selon votre banque afin de vous guider dans votre négociation.

Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt

0 commentaires