Il faut parfois savoir sortir de son cadre de référence pour comprendre l’évolution du monde qui nous entoure. C’est le cas aujourd’hui avec les conclusions d’une étude passionnante proposée par le cabinet IRI, retranscrite par les Echos sous le titre « La France devient une société de déconsommation« .
Cette étude du cabinet IRI est passionnante et constitue un signal faible auquel il convient de porter attention : La consommation alimentaire des Français baisse en volume … mais reste stable en montant. Selon les conclusions du cabinet IRI, « La consommation de masse change. Le consommateur mange mieux « . « La société d’études IRI note pour le premier semestre « une baisse des volumes d’un niveau jamais atteint en cinq ans ». Les ventes de petits pois, de lessives et autres shampoings ont trébuché de 1,2 %. C’est la plus forte chute depuis la crise financière de 2008. »
 

 

Il s’agirait donc d’une modification dans les modes de consommation : En route vers la déconsommation ?

Selon cette étude, Les deux tiers des familles de produits baissent » :  Les volumes de vente de bonbons chutent de 3,7 %, les biscuits de 2,9 %, la charcuterie de 3 % et l’hygiène de 1,5 %… Et selon cet expert les promotions ne semblent plus avoir autant de succès : « Si le client ne veut pas d’un produit, il ne va pas se laisser tenter parce que son prix est cassé. Les convictions alimentaires s’ancrent dans les comportements et sur les listes de courses. »
Les clients composent leurs repas d’ingrédients de meilleure qualité et plus chers au profit des produits alimentaires vendus par des PME !
 
Je vous laisse approfondir le sujet en lisant l’article des échos ou en trouvant cette étude de l’IRI que je n’ai pas réussit à obtenir.
Cette mutation engagée de la consommation est passionnante et s’inscrit pleinement dans nos prospective 2018 présentée dans cet article « Stratégie d’investissement : 2018, Éclatement de la bulle des start-up et retour aux fondamentaux « développement durable ». ou encore « Préparer votre patrimoine à la révolution « écologique » et « développement durable » qui s’impose ».
Cela pose de nombreuses questions :

  • Une consommation de meilleure qualité introduit des critères de qualité tel que la durabilité et le développement durable : Quel avenir pour les modèles économiques construits autour de l’obsolescence et la consommation à outrance ? Les PME régionales de production alimentaire n’ont elles pas un avenir brillant ? Comment y investir ?

 

  • Une consommation de meilleure qualité ne sera t’elle pas source d’une inflation ! Si la mondialisation explique une partie de la déflation … la démondialisation introduite par une évolution des modes de consommation ne sera t’elle pas source d’inflation ?

 

  • Faut il y voir un avenir radieux pour ces secteurs fortement « consommateur » de main d’œuvre peu qualifiées ? 

 

  • Demain, d’autres secteurs de l’économie vont ils être concernés ? Après l’alimentaire, l’habillement, la mobilité, l’électro-ménager, …

 
 
A suivre …

Leblogpatrimoine.com vous conseille dans la gestion de votre patrimoine
Bilan patrimonial
  • Conseil en gestion de patrimoine INDÉPENDANT
  • Un tarif unique de 89€ TTC, sans surprise
Découvrir le service
Assistance patrimoniale
  • Un abonnement pour un accompagnement patrimonial PREMIUM
  • Un tarif unique de 350€ / mois, sans surprise, sans engagement de durée
Découvrir le service
Livres et formations

3 livres pour vous former et apprendre à gérer votre patrimoine

Découvrir les livres

83 commentaires