Ne cherchez pas ailleurs, la monnaie et sa valeur doit être au centre de toutes vos réflexions patrimoniales. Nous sommes probablement en train de vivre une période de destruction accélérée de la monnaie comme nous le laissions déjà entendre en septembre dernier dans cet article « Bulle globale ou destruction de la valeur de la monnaie et hyper-inflation sur les actifs ? ».

Auparavant, les périodes d’inflation monétaire produites par les banques centrales se traduisaient toutes par une inflation telle qu’elle est calculée par les organismes statistiques comme l’INSEE. La destruction de la valeur de la monnaie se traduisant mécaniquement par une inflation des produits et services.

Nouveau ! Découvrez notre nouveau livre « Succession«  dans lequel nous vous livrons tous nos conseils et stratégies pour régler votre succession et réduire les droits de succession.

 

Et toujours nos bestsellers « Assurance vie et gestion de patrimoine » et « Investir dans l’immobilier« 

Aujourd’hui, nous sommes plus que jamais en déflation. Nous vivons une puissante déflation introduite par l’innovation technologique, la mondialisation des échanges et l’alignement vers le moins disant social, et surtout par une politique monétaire qui détruit la rémunération du capital et les exigences de rendement… Cette déflation n’est pas apparente dans les statistiques du fait de ces mêmes politiques monétaires qui maintiennent artificiellement un niveau d’activité qui ne serait pas envisageable dans l’hypothèse normale de destruction créatrice.

Bref, le sujet c’est la monnaie et donc la valeur de votre épargne non investie. Puisque les banques centrales semblent incapables d’accepter les règles du capitalisme et la destruction créatrice, les banques centrales ne peuvent plus accélérer dans la normalisation monétaire. Elles sont contraintes de maintenir une politique monétaire trop accommodante. Cela permet de maintenir le système en l’état.

La conséquence est simple : Les taux d’intérêt et notamment les taux de crédit immobilier ne peuvent plus augmenter (cf »Meilleurs taux de crédit immobilier Mars 2019 : Les taux immobiliers n’augmenteront plus »). Les taux sont alors excessivement bas. L’argent ne coute plus rien et il est abondant. S’il ne coûte plus rien … il ne rapporte plus rien ! et c’est la valeur de votre épargne qui est détruite progressivement.

Attention, il ne s’agit pas de vous expliquer que vous allez perdre la valeur de votre capital au gré d’une prochaine crise financière. Non, il s’agit simplement de vous faire comprendre que le rendement de votre épargne devrait être durablement faible et inférieur au rendement minimum nécessaire pour maintenir sa valeur relative. (cf »Quel taux de rendement de l’épargne ou immobilier locatif pour ne pas vous appauvrir ? »).

Sans vous en rendre compte, vous vous appauvrissez ! Lentement … mais surement, la valeur relative de votre épargne se réduit comme peau de chagrin ! Ce sont les épargnants qui vont payer les conséquences de cette grande crise que nous vivons depuis 10 ans maintenant.

 

Face à cette destruction de la valeur de l’épargne, une seule solution investir ou acheter une monnaie dont la valeur ne peut être détruite : L’OR

Dans cette situation incroyable de destruction de la valeur de la monnaie, vous n’avez plus qu’une chose à faire. Vous devez transformer votre argent, votre épargne placée en fonds euros de contrat d’assurance vie ou épargne bancaire, en actif d’usage dont le flux permettra de vous garantir une valeur minimum (cf »Investir dans la valeur d’usage pour protéger la valeur de votre patrimoine ! »).

Comme nous vous l’expliquons dans notre livre « Investir dans l’immobilier« , la valeur d’usage la plus accessible est l’investissement immobilier. Il s’agit de devenir propriétaire de son foyer ou du foyer d’un tiers; d’un lieu de vie ou de vacances ; d’un lieu de travail … Bref, devenir propriétaire de quelque chose dont tout le monde à besoin, quelque soit la conjoncture. C’est ce besoin, cet usage qui lui confère de la valeur par tous les temps.

Enfin, face à la destruction de la monnaie, il doit être pertinent de réfléchir à la détention d’une monnaie qui ne subira pas la destruction monétaire. L’OR est peut être un sujet ; Le bitcoin est peut être aussi un sujet (cf « #Bitcoin : Les utopies d’aujourd’hui ne sont elles pas les réalités de demain ? « ).

Au final, vous devez trouver le moyen d’utiliser votre épargne pour vous générer un flux. La notion d’épargne comme l’ont vécus nos parents est périmée. L’épargne est probablement une erreur historique… et c’est déjà ce que nous vous conseillions dès 2016 dans cet article « L’épargne est une erreur, débarrassez vous en avant qu’il ne soit trop tard ! ».

L’impossibilité de normaliser les politiques monétaires pourraient même être à l’origine d’une nouvelle hausse importante des cours de bourse et des prix de l’immobilier comme nous vous l’expliquions dans cet article « La hausse de la bourse et des prix de l’immobilier est elle devant nous ? » : 

« Admettre l’irréversibilité des politiques monétaires non conventionnelles … c’est admettre l’idée d’une bulle éternelle qui n’éclatera jamais ?

Si la politique monétaire reste éternellement accommodante, ou du moins que ses variations se limitent à un tunnel entre « extrêmement accommodant » et « très accommodant », il devient urgent de revoir la question de la valeur des actifs.

Ce que nous considérions comme une bulle pour le monde antérieur à 2008 … n’est que la situation normale pour cette nouvelle ère dans laquelle nous sommes maintenant. L’ère nouvelle de la politique monétaire éternellement accommodante, c’est l’ère des taux éternellement bas et l’ère des valorisations très élevées. 

Vous devez peut être vous y faire :  Les prix de l’immobilier ou les cours de bourse ne retrouveront pas les standards de valorisation tels que nous les connaissions avant l’argent facile et les politiques monétaires excessivement accommodantes. 

Nous pourrions même assister dans les prochains mois à une très forte explosion à la hausse des cours de bourse dont les niveaux sont chers au regard des modèles d’analyse du passé, mais encore très peu chers pour cette nouvelle ère. C’est une idée que nous avons développé dès 2015 dans cet article de réflexion « Pourquoi la hausse des actions ne fait que commencer… (idée et réflexion) ». « 

Pour l’immobilier, la hausse des prix est peut être également à venir dans les régions ou les prix sont restés raisonnables depuis 2008, c’est à dire en province et en dehors des grandes métropoles telles que Paris, Lyon, Toulouse ou Bordeaux par exemple (cf »Immobilier : Faut il (re) investir dans les centres-villes des villes moyennes ? ou « Une bulle immobilière à Paris et grandes agglomérations et un marché sain ailleurs ? »)

 

… Vous devez lire cet article, tout y est déjà : La hausse de la bourse et des prix de l’immobilier est elle devant nous ?.




35 Comments

  1. Bonjour,
    Auriez-vous une analyse sur une vingtaine d’annees sur le niveau d’epargne des français (livret a, LDD, assurance vie…) ?

  2. Triboulin says:

    100% d’accord, cela fait longtemps que je pense que les actions sont largement sous-évaluées alors que l’épargne dite « sans risque » a un rendement réel négatif, les actions rapportent un rendement réel.
    Fondamentalement, le CAC 40 pourrait bien valoir 10000, points tout en gardant un meilleur rendement que les fonds en euros, même sans forte croissance des bénéfices.
    Je n’ai jamais compris les économistes qui voient une bulle des marchés action.

  3. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Voilà qui globalement va faire plaisir à Michel !! (lui qui pense avec raison que l’argent papier ne vaut rien…)
    Vive l’OR !!!

    Ce sujet est vraiment hyper pointu, car effectivement, l’inondation mondiale de liquidités par les banques centrales ne s’est traduit jusqu’ici par aucune inflation alors qu’on l’attendait.

    Et il semblerait que » l’hélicoptère money » soit dans les tuyaux de ces mêmes banques si besoin.

    Aujourd’hui on crée de la monnaie à en veux tu en voilà et elle ne se dévalue plus puisque personne ne peut l’attaquer comme dans le passé.

    Malgré tout la réalité est là, ça déborde d’argent pour certains ( pas pour tous) et il faudra bien l’utiliser.

    Je pense comme vous, Guillaume, les « actifs », qu’ils soient immobilier ou boursiers ne peuvent que monter.

    • Michel 2 says:

      Ca déborde d’argent pour certains, oui pour les initiés ! et les compères !

    • Michel 2 says:

      « lui qui pense avec raison que l’argent papier ne vaut rien… »

      Nuançons un petit peu le propos.
      L’argent, convention sociale selon Platon, ne vaut tant que ceux qui l’utilisent lui font confiance ! et à contrario ne vaut « que dalle » lorsque cette confiance est perdue !

      Alors que l’o, hé bien …. c’est de l’or ! Ça vaut dans tous les cas tant qu’il est rare.

  4. Michel 2 says:

    « Nous vivons une puissante déflation introduite par l’innovation technologique, la mondialisation des échanges et l’alignement vers le moins disant social, et surtout par une politique monétaire qui détruit la rémunération du capital et les exigences de rendement… »

    Bien Guillaume, plus vous avancez et plus vos articles se « rangent » sur ce que je dis et écris depuis plusieurs années ! Continuez, ça m’encourage (LoL) !

    Cependant une petite remarque. Pouvez-vous m’expliquer comment l’innovation technologique est facteur de déflation ? Jusque là je pensais le contraire .

    • Thierry says:

      Je ne m’appelle pas Guillaume, 😉 mais je pense aussi que l’innovation technologique est effectivement souvent facteur de déflation. Prenons par exemple le smartphone: Un appareil d’un cout de 200 euros, ( et il y en a bcp de moins chers, je n’ai jamais compris l’utilité des smartphones de 700 ou 1000 euros mais je suis sans doute dépassé), remplace le téléphone, l’appareil photo, le GPS de voiture, l’appareil photo, la radio, le walkman, pratiquement l’ordinateur pour la personne qui ne veut que surfer sur le net, le dictaphone, la boussole, le réveil matin , le baromètre , l’album photo, et certainement un tas d’autres appareils, que l’on a plus à acheter individuellement, dont le cout total était bcp plus important et dont la commercialisation faisait vivre bcp de personnes en france. L’innovation technologique dans l’industrie est bien évidemment source de déflation, puisque on a des machines de plus en plus performantes nécessitant de moins en moins de personnel. Du coup, vous avez bien compris que je ne crois pas du tout à la possiblité du retour du plein emploi en Occident, alors que les populations n’augmentent pas, et diminuent même dans la plupart des pays occidentaux.

      • Michel 2 says:

        Vous prenez un exemple à charge, je vais vous en donner un à décharge.

        Prenez la recherche spatiale qui fait vivre des milliers de (nouveaux) gens et permet des avancées dans beaucoup de domaines indirects.

        Ou alors toutes ces start-ups qui sont nées avec l’invention de l’ordinateur et d’internet.

        Et puis l’élément important, l’innovation augmente la productivité.

        Shumpeter et d’autres étaient bien de cet avis en tous cas !

        https://www.yildizoglu.fr/croissance/dos9900/innovation.html

        • Thierry says:

          Michel, j’ai lu rapidement votre lien. Ce shumpeter que je ne connaissais pas a sans doute raison, puisqu’il a fait des études sur le sujet, alors que moi, homme somme toute assez banal, je ne fais que des constatations dans ma vie quotidienne. Je suis d’accord pour dire que l’innovation augmente la productivité, c’est exactement ce que j’ai dit dans la seconde partie de mon com, avec d’autres mots. mais ce shumpeter a juste oublié un paramètre important, qui est la limite physique de la terre, et que les arbres ne montent pas au ciel 😉 . ( sauf erreur, il n’en a pas fait mention, pourtant la majorité des scientifiques sont d’accord pour dire que la terre n’a pas de ressources infinies et que l’on consomme plus que ce qu’elle peut fournir, c ‘est très bizarre pour un homme qui me parait si intelligent. ) . Donc, on va augmenter la productivité grace à l’innovation, mais on va juste produire autant, ( et pas plus), mais avec moins de travailleurs, épicétou… 😉

          • Badtimes says:

            Connaissez vous Malthus? il avait à peu près le même discours sur l’agriculture et la démographie. L’innovation lui a donné tort à 100% !!!

            • Michel 2 says:

              Idem pour LYSSENKO, un héros idéologique imbécile qui a donné 30 ans de retard et la famine à l’URSS de l’époque !
              En gros, un thermo-réchauffiste de son temps!

  5. Christophe says:

    Bel article bien anxiogène.
    Vos prédictions de plusieurs années ne sont toujours pas réalisées (heureusement ? ou pas)
    Cf vos propres références à vos articles passées, que vous ne cessez de citer.

    A force de prédictions de mauvaise augures, certaines finirons pas se réaliser (ou pas).

    Mais peut-être avez vous raisons (ou pas)

  6. julien bonnetouche says:

    A tous,

    Guillaume est un CGP de gauche et qui plus est, pessimiste.

    C’est assez rare dans cette branche, il faut le souligner.

    Mais cela n’empêche pas qu’il y a des idées issues de cette mouvance et qui vaillent la peine d’y réfléchir.

    Et au delà du titre de cet article, qui, si on le prend à la lettre, semble anxiogène, c’est la valeur de la monnaie telle qu’elle existe aujourd’hui, sur laquelle on peut s’interroger.

    Et l’approche de Guillaume, sur l’inflation de la valeur des actifs, est très intéressante, puisqu’elle est une réponse « en miroir » à l’approche  » fin -du-mondiste économique » telle que la formulent les prêcheurs de l’apocalypse comme Michel 2 par exemple.

    En effet, faute de pouvoir dévaluer les monnaies les unes par rapport aux autres, le fait d’augmenter la valeur d’un bien immobilier par exemple (ou d’une action ou de l’OR) ne change rien au bien par lui même, sauf qu’il faut beaucoup plus d’argent pour l’acheter, et c’est comme si l’argent avait perdu de la valeur.

    Et si la réponse à ce problème de débauche monétaire n’était tout simplement pas l’enrichissement à l’extrême de ceux qui possèdent les « actifs », et qu’ils ne savent pas quoi faire de tout cet argent généré par les banques, avec un éventail des richesses s’accroissant sans cesse comme on constate déjà ?

    J’y crois volontiers, parce qu’au delà du constat, cela correspond plutôt bien à la nature profonde des hommes.

    • Michel 2 says:

      « telle que la formulent les prêcheurs de l’apocalypse comme Michel 2 par exemple. »

      Je n’ai jamais, de mémoire, parlé de fin du monde mais de grande crise et probablement d’un « jubilé monétaire ». Oui, après la crise, le monde ou les pays concernés repartiront comme cela a toujours été, avec de gros dégâts certes, mais j’espère en tenant compte des erreurs du passé donc sur de nouvelles bases.

    • « un CGP de gauche pessimiste » 😉 Vous êtes vraiment très drôle, lorsque vous faites de l’humour 😉

      • Michel 2 says:

        De gauche, je le sens aussi.
        Rassurez-vous je l’étais aussi mais c’était AVANT ! Avant de comprendre que l’idéologie est un mal qui nous ronge.

        Donc j’ai viré vers le réalisme, le pragmatisme et emprunt de liberté avant tout, je n’ai trouvé qu’un courant qui me convienne aujourd’hui: le LIBERALISME, je parle du vrai libéralisme et non pas du capitalisme de connivence que l’on (bobos, écolos, socialos, notamment) nous vend comme de l’ULTRA Libéralisme.

        Avouez quand même Guillaume que vous êtes plus emprunt de clairvoyance « récessionniste » qu’il y a 5 ou 6 ans ! 🙂 🙂

  7. Badtimes says:

    Autre cause importante de déflation : la démographie vieillissante dans toutes les economies développées ( Chine comprise)…. et ce n’est pas prêt de se redresser.
    Pour ce qui est de l’helicoptere Money il semblerait que ce soit pour la prochaine étape en cas de trop forte récession, à voir….

  8. Thierry says:

    j’ai lu rapidement votre lien. Ce shumpeter que je ne connaissais pas a sans doute raison, puisqu’il a fait des études sur le sujet, alors que moi, homme somme toute assez banal, je ne fais que des constatations dans ma vie quotidienne. Je suis d’accord pour dire que l’innovation augmente la productivité, c’est exactement ce que j’ai dit dans la seconde partie de mon com, avec d’autres mots. mais ce shumpeter a juste oublié un paramètre important, qui est la limite physique de la terre, et que les arbres ne montent pas au ciel 😉 . ( sauf erreur, il n’en a pas fait mention, pourtant la majorité des scientifiques sont d’accord pour dire que la terre n’a pas de ressources infinies et que l’on consomme plus que ce qu’elle peut fournir, c ‘est très bizarre pour un homme qui me parait si intelligent. ) . Donc, on va augmenter la productivité grace à l’innovation, mais on va juste produire autant, ( et pas plus), mais avec moins de travailleurs, épicétou… 😉

    • Michel 2 says:

      Sans vouloir vous veser, réduire Shumpeter un des plus grands économistes du 20ème siècle à ce que vous en dire est à minima une insulte aux plus grandes théories économiques du monde moderne!

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Schumpeter

      Si vous vous intéressez à la valeur-travail incorporée dans la marchandise ou l’émission excessive des billets de banque qui est source d’inflation. vous pouvez apprendre d’un certain Ricardo (pas le footeux) et ses théories économiques.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Ricardo

    • Michel 2 says:

      Heureusement que la productivité a beaucoup augmenté car sans elle comment aurions-nous pu nourrir une population mondiale qui est passée de 1,8 Mds à 7,6 Mds en un siècle?

  9. Triboulin says:

    Sauf quon peut produire plus de valeur avec moins de ressources naturelles grace à l’innovation !

  10. Triboulin says:

    En fait le chomage surtout d’une innovation trop rapide par rapport aux capacités d’adaptation des personnes plus que des gains de productivité

  11. julien bonnetouche says:

    Triboulin,
    Le chômage n’est pas dû à l’innovation, car il n’y a qu’en France que nous avons ce taux de 9%.
    Ailleurs ( USA Allemagne) où il innovent encore davantage on est autour de 4% soit le chômage dit incompressible.

  12. Bonjour

    Pas de chômage en Allemagne! c’est vite dit ! peut-être , mais que les gens en situation précaire ( des mi temps organisés ) sont volontairement invités à adopter ce statut. C’est une façon artificielle de faire baisser le nombre de chômeurs mais ces travailleurs pauvres n’y trouvent pas leur compte.
    C’est vrai, en ce qui concerne l’innovation( en ALLEMAGNE) la France pourrait sen inspirer.

  13. julien bonnetouche says:

    Alain,

    C’est ou bien le chômage ou bien les emplois peu payés, mais qui permettent au moins d’ avoir un contact avec le monde du travail et de s’y insérer pour peu qu’on le souhaite.

    Mais au delà de cela, quand on a eu comme moi dans sa vie d’embaucher des employés, je peux affirmer qu’il n’y a pas d’égalité devant la capacité et l’envie de travailler.

    Et en fait il y a ceux minoritaires, qui prennent le travail  » à deux mains » et le font leur.
    Ceux la n’ont pas de prix, ils rapportent toujours plus d’argent qu’ils n’en coûtent à l’entreprise.

    Et puis il y a ceux, plus nombreux, qui se contentent d’en faire un minimum, voire même d’être souvent absents et ne cherchent pas à en apprendre davantage.
    Ceux là ne valent pas grand chose ( au sens de prix) et l’entreprise n’en a plus besoin dès lors qu’elle peut les remplacer par des robots.

    Chaque fois que j’ ai l’occasion de m’adresser à un jeune, je lui donne ce conseil :

    tu prends le travail qu’on te donne comme si c’était ton entreprise, et tu sera surpris par l’étonnement et la considération de ton patron, car crois moi, il ne voit pas cela souvent.

    Ensuite tu peux discuter de ton salaire et de ta place en étant certain d’avoir une oreille attentive.

    • Badtimes says:

      Euh…..pas toujours vrai dans les grands groupes!

      • julien bonnetouche says:

        Oui Badtime,
        pour les grands groupes ce peut être différent.
        Mais celui qui se comporte tel que je le décris, n’a pas de soucis à se faire pour son avenir, car si il n’est pas reconnu dans une entreprise il le sera forcément dans une autre.

    • « Ensuite tu peux discuter de ton salaire et de ta place en étant certain d’avoir une oreille attentive »…..

      … qui t’expliquera que s’il t’augmente, tu vas perdre tes APL et ta prime d’activité donc il te rend service en ne payant pas non plus tes heures sup!

      …Si cette personne a toutes ces qualités, la seule chose a lui conseiller, c’est de créer lui même son entreprise ou de monnayer ses talents ailleurs. La considération de son patron qui rapporte rien, c’est pour les loosers.

  14. Bonjour,
    Tous vos commentaires sont très intéressants et je les ai relus plusieurs fois pour me faire une petite idée. Mais cela ne m’indique pas ce que je dois faire de mes assurances vie et ma fille qui démarre à son compte que doit-elle faire de ses économies pour ne pas les voire fondre d’ici quelques temps ?
    Les économistes ne sont pas très tranchés sur la question.
    Je reviens sur mon idée de me tourner vers des obligations indiennes mais par quel organisme en acheter?
    Il faut peut-être attendre et acheter des valeurs du luxe en attendant que le vent tourne ???
    Merci pour vos idées

    • Michel 2 says:

      Je pense avoir (un peu) répondu à Mr Saquet dans un autre blog.

      -débancariser au maximum et garder quelques milliers d’€ seulement pour vivre quelques mois,
      – acheter des actifs tangibles dont vous êtes directement propriétaire (pas de créances) et s’éloigner de tout ce qui a un rapport avec les états (obligataire notamment). Sauf si bien sûr vous avez confiance en un Etat précis, ce qui semble le cas pour vous envers l’état Indien,
      – évier les contreparties. L’or par exemple n’est la contrepartie de personne. en pièces de préférence.
      – quant à vos assurances vies, à mon humble avis, gardez un minimum pour conserver l’antériorité fiscale et dirigez vous plutôt vers de l’AV Luxembourgeoise directe. Pas de réassurance et nécessité d’un minimum pour entrer,
      – actions: sans rapport avec les états, actifs nécessaires en cas de crise tels nourriture, santé, défense, agriculture, énergie, innovation, ….
      – du bon sens, de la formation, intéressez vous (avec discernement) aux pays qui ont subi de telles crises dans le passé.

  15. Merci Michel 2,
    Je vais parfaire mon information sur les pays qui sont passés par ce même parcours. Encore merci pour vos conseils.

  16. Antoine says:

    « Les économistes ne sont pas très tranchés sur la question. »
    Ce sont es gens qui passent leur temps à expliquer pourquoi leur raisonnement si convaincant du passé se sont trouvés erronés.
    L’economie n’est pas une science.

    • Michel 2 says:

      L’économie est une science bien-sûr mais pas exacte !
      Les économistes ne sont pas tous égaux pas plus que les autres professions, il y a des bons des moins bons et aussi des imbéciles.

      Un certain Ch. Gave a dit et écrit en 1999 que l’euro amènerait trop d’usines en Allemagne, trop de maisons et béton en Espagne et trop de fonctionnaires en France.
      A vous de juger !

  17. Bonsoir Julien

    A ce que vous développez, j’adhère et c’est même ce que je pourrais conseiller. Effectivement si on se frotte pas au travail personne ne pourra juger de notre compétence qui peut même s’effriter en restant chez soi;
    Maintenant pour l’ALLEMAGNE, je crois savoir que la précarité est d’actualité et que des bien pensants et en même temps très actifs songent à améliorer la situation des précaires.

    De toute manière je suis plus que convaincu parce que vous avez développé.

    Bonne soirée

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*