Ne cherchez pas ailleurs, la monnaie et sa valeur doit être au centre de toutes vos réflexions patrimoniales. Nous sommes probablement en train de vivre une période de destruction accélérée de la monnaie comme nous le laissions déjà entendre en septembre dernier dans cet article « Bulle globale ou destruction de la valeur de la monnaie et hyper-inflation sur les actifs ? ».
Auparavant, les périodes d’inflation monétaire produites par les banques centrales se traduisaient toutes par une inflation telle qu’elle est calculée par les organismes statistiques comme l’INSEE. La destruction de la valeur de la monnaie se traduisant mécaniquement par une inflation des produits et services.
Aujourd’hui, nous sommes plus que jamais en déflation. Nous vivons une puissante déflation introduite par l’innovation technologique, la mondialisation des échanges et l’alignement vers le moins disant social, et surtout par une politique monétaire qui détruit la rémunération du capital et les exigences de rendement… Cette déflation n’est pas apparente dans les statistiques du fait de ces mêmes politiques monétaires qui maintiennent artificiellement un niveau d’activité qui ne serait pas envisageable dans l’hypothèse normale de destruction créatrice.
Bref, le sujet c’est la monnaie et donc la valeur de votre épargne non investie. Puisque les banques centrales semblent incapables d’accepter les règles du capitalisme et la destruction créatrice, les banques centrales ne peuvent plus accélérer dans la normalisation monétaire. Elles sont contraintes de maintenir une politique monétaire trop accommodante. Cela permet de maintenir le système en l’état.
La conséquence est simple : Les taux d’intérêt et notamment les taux de crédit immobilier ne peuvent plus augmenter (cf »Meilleurs taux de crédit immobilier Mars 2019 : Les taux immobiliers n’augmenteront plus »). Les taux sont alors excessivement bas. L’argent ne coute plus rien et il est abondant. S’il ne coûte plus rien … il ne rapporte plus rien ! et c’est la valeur de votre épargne qui est détruite progressivement.
Attention, il ne s’agit pas de vous expliquer que vous allez perdre la valeur de votre capital au gré d’une prochaine crise financière. Non, il s’agit simplement de vous faire comprendre que le rendement de votre épargne devrait être durablement faible et inférieur au rendement minimum nécessaire pour maintenir sa valeur relative. (cf »Quel taux de rendement de l’épargne ou immobilier locatif pour ne pas vous appauvrir ? »).
Sans vous en rendre compte, vous vous appauvrissez ! Lentement … mais surement, la valeur relative de votre épargne se réduit comme peau de chagrin ! Ce sont les épargnants qui vont payer les conséquences de cette grande crise que nous vivons depuis 10 ans maintenant.
 

Face à cette destruction de la valeur de l’épargne, une seule solution investir ou acheter une monnaie dont la valeur ne peut être détruite : L’OR

Dans cette situation incroyable de destruction de la valeur de la monnaie, vous n’avez plus qu’une chose à faire. Vous devez transformer votre argent, votre épargne placée en fonds euros de contrat d’assurance vie ou épargne bancaire, en actif d’usage dont le flux permettra de vous garantir une valeur minimum (cf »Investir dans la valeur d’usage pour protéger la valeur de votre patrimoine ! »).
Comme nous vous l’expliquons dans notre livre « Investir dans l’immobilier« , la valeur d’usage la plus accessible est l’investissement immobilier. Il s’agit de devenir propriétaire de son foyer ou du foyer d’un tiers; d’un lieu de vie ou de vacances ; d’un lieu de travail … Bref, devenir propriétaire de quelque chose dont tout le monde à besoin, quelque soit la conjoncture. C’est ce besoin, cet usage qui lui confère de la valeur par tous les temps.
Enfin, face à la destruction de la monnaie, il doit être pertinent de réfléchir à la détention d’une monnaie qui ne subira pas la destruction monétaire. L’OR est peut être un sujet ; Le bitcoin est peut être aussi un sujet (cf « #Bitcoin : Les utopies d’aujourd’hui ne sont elles pas les réalités de demain ? « ).
Au final, vous devez trouver le moyen d’utiliser votre épargne pour vous générer un flux. La notion d’épargne comme l’ont vécus nos parents est périmée. L’épargne est probablement une erreur historique… et c’est déjà ce que nous vous conseillions dès 2016 dans cet article « L’épargne est une erreur, débarrassez vous en avant qu’il ne soit trop tard ! ».
L’impossibilité de normaliser les politiques monétaires pourraient même être à l’origine d’une nouvelle hausse importante des cours de bourse et des prix de l’immobilier comme nous vous l’expliquions dans cet article « La hausse de la bourse et des prix de l’immobilier est elle devant nous ? » : 

« Admettre l’irréversibilité des politiques monétaires non conventionnelles … c’est admettre l’idée d’une bulle éternelle qui n’éclatera jamais ?

Si la politique monétaire reste éternellement accommodante, ou du moins que ses variations se limitent à un tunnel entre « extrêmement accommodant » et « très accommodant », il devient urgent de revoir la question de la valeur des actifs.

Ce que nous considérions comme une bulle pour le monde antérieur à 2008 … n’est que la situation normale pour cette nouvelle ère dans laquelle nous sommes maintenant. L’ère nouvelle de la politique monétaire éternellement accommodante, c’est l’ère des taux éternellement bas et l’ère des valorisations très élevées. 

Vous devez peut être vous y faire :  Les prix de l’immobilier ou les cours de bourse ne retrouveront pas les standards de valorisation tels que nous les connaissions avant l’argent facile et les politiques monétaires excessivement accommodantes. 

Nous pourrions même assister dans les prochains mois à une très forte explosion à la hausse des cours de bourse dont les niveaux sont chers au regard des modèles d’analyse du passé, mais encore très peu chers pour cette nouvelle ère. C’est une idée que nous avons développé dès 2015 dans cet article de réflexion « Pourquoi la hausse des actions ne fait que commencer… (idée et réflexion) ». « 

Pour l’immobilier, la hausse des prix est peut être également à venir dans les régions ou les prix sont restés raisonnables depuis 2008, c’est à dire en province et en dehors des grandes métropoles telles que Paris, Lyon, Toulouse ou Bordeaux par exemple (cf »Immobilier : Faut il (re) investir dans les centres-villes des villes moyennes ? ou « Une bulle immobilière à Paris et grandes agglomérations et un marché sain ailleurs ? »)

 
… Vous devez lire cet article, tout y est déjà : La hausse de la bourse et des prix de l’immobilier est elle devant nous ?.

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

35 commentaires