Cela fait plusieurs mois que nous insistons sur une idée devenue primordiale pour la gestion de votre patrimoine : Dans un monde ou personne ne connaît la valeur de l’argent à force de dévaluations forcées par des politiques monétaires suicidaires, l’épargne n’a pas d’avenir.

Dans le meilleur des cas, votre épargne sera progressivement « grignotée » par la répression financière avec un rendement inférieur au taux d’intérêt naturel, et dans le pire des scénarios, votre argent pourrait bien être « bloquée » par des institutions préoccupées par le sauvetage du système (cf »Pour ne pas subir les taux d’intérêt négatifs, il faut s’endetter et investir…« )

Nous avons développé cette idée dans de nombreux articles tels que « Quelles stratégies pour gérer son patrimoine en 2016 ? » ; « Comment investir pour profiter des mutations profondes de la société ?« .

 

« Investir dans l’immobilier » Découvrez la nouvelle version enrichie de notre bestseller ! Investir dans l’immobilier, LE livre qu’il faut avoir lu avant d’investir dans l’immobilier !
 
375 pages de conseils, de stratégies, d’analyses juridiques, économiques et fiscales pour vous aider à investir de manière rentable dans l’immobilier !
 

Découvrir le livre et les avis des lecteurs

 

Mais au fait, à quoi ça sert l’épargne ? … Comment peut on espérer s’enrichir avec un argent qui ne sert à rien ?

L’épargne, c’est votre argent qui n’est pas investie dans un actif réel et tangible. L’épargne, c’est un droit de créance sur un organisme bancaire ou assurance, il s’agit de l’ensemble des produits financiers souscrits dans votre banque mais également dans votre contrat d’assurance vie en fonds euros.

Se débarrasser de l’épargne, c’est réduire au maximum la part de votre épargne placée dans ces supports financiers, et notamment plus particulièrement de l’épargne long terme.

Le sujet est même de savoir si l’épargne n’est pas une erreur et de s’interroger sur la pertinence réelle de l’accumulation d’une épargne importante. Pourquoi accumuler de l’argent non investie ? Puisque cet argent n’est pas utilisé, comment pourrait il être générateur d’une valeur quelconque ?

Comment peut on raisonnablement espérer s’enrichir avec son épargne à long terme ? L’enrichissement ne peut être que le résultat d’une utilisation de l’épargne au service de la création de valeurs. Sans utilisation de l’épargne, aucune rémunération et encore moins enrichissement n’est possible.

Et c’est tout le sujet du moment. En temps normal, l’épargne n’est pas totalement inutile et c’est le système bancaire qui est chargé de la valoriser en permettant la mise en relation entre :

– Des ménages qui sont structurellement en capacité de financement et qui possèdent de l’épargne ;

– Des entreprises qui sont structurellement en besoin de financement et qui ont besoin d’argent pour investir, se développer et créer de la valeur.

 



C’est alors que la confrontation entre l’argent des ménages et le besoin des entreprises permet la fixation d’un taux d’intérêt qui rémunère l’épargne pour sa capacité à participer à la création de valeur.

 

Malheureusement pour l’épargne, heureusement pour nous tous, nous vivons un moment historique de mutation de la société. Cette mutation sociétale, probablement bien plus puissante qu’une simple évolution économique, conduit à une abondance d’épargne devenue inutile et impossible à rémunérer face à un moindre besoin de financement : Les entreprises n’investissent plus… car ont bien intégré que les recettes du passé ne feront plus leur succès de demain, et les besoins de financement de la société de demain ne sont pas encore totalement connus (et pour le moment très insuffisants).

Le monde d’hier s’écroule, il convient de ne plus y investir ; Le monde de demain se construit, mais le besoin d’investissement sont encore trop faibles pour totalement compenser l’effondrement du monde d’hier.

Bref, l’épargne est abondante, très supérieure aux demandes de financement. L’épargne ne peut plus être rémunérée et cette abondance doit même être réduite. C’est le rôle des taux d’intérêt réels négatifs.

 

 

C’est alors que vous devez progressivement rendre votre argent utile et source de valeur (et la valeur n’est pas nécessairement pécuniaire).

Une fois ce constat d’un argent qui ne sert plus à rien, reste à savoir comment mieux utiliser votre argent pour le valoriser ! Vous devez abandonner l’idée d’accumuler votre argent pour vous enrichir ! C’est une erreur, l’épargne pourrait prochainement être source d’appauvrissement !.

Vous devez donc, et cela ne s’annonce pas comme une mince affaire, progressivement investir votre épargne dans l’économie réelle, c’est à dire la rendre utile pour lui redonner de la valeur. Les solutions sont multiples :

– L’immobilier et la construction ou l’adaptation d’un logement à cette nouvelle donne induite par le changement sociétal ;

– Les entreprises, en devenant directement actionnaire dans un PEA, PEA PME, grâce au crowdfunding équity ou crowdfunding lending (prêt aux PME) ; Il est également possible de devenir actionnaire via des fonds, la propriété directe n’est pas remise en cause (sauf s’il s’agit d’unité de compte d’un contrat d’assurance vie)

– L’énergie, pourquoi pas devenir producteur d’énergie renouvelable ou simplement propriétaire d’un forêt dont le bois est évidemment une source d’énergie mais également une matière première.

– Les matières premières telles que la terre agricole louée à long terme à des agriculteurs bio (Oui, car la valeur du capital « foncier » et sa capacité à produire est indéniablement détruite par l’excès d’intrants et son utilisation industrielle). La terre agricole ne doit pas être source d’enrichissement, on ne doit pas spéculer sur un actif aussi essentiel, mais utiliser votre argent inutile pour l’investir dans une terre agricole à très long terme à nécessairement du sens. [Il ne s’agit pas là de rechercher l’enrichissement à court terme, mais simplement de considérer que la propriété à très très long terme d’un actif sain qui sert à nourrir la population doit avoir du sens ] ;

– Le don et la participation au développement d’une société durable… Donner pour participer à la construction de l’intérêt collectif n’est il pas une sorte d’investissement long terme ?

 

 

Dans un monde ou l’argent n’a plus de valeur, la valeur d’un actif réside dans sa capacité à générer des revenus ou une jouissance futures

Mais attention, il faut oublier vos vieux réflexes et la recherche de TRI, rendement, rentabilité, plus values, ces notions ne sont elles pas d’un autre temps. Comment voulez vous calculer la rentabilité d’un investissement alors même que la monnaie dans laquelle il est exprimé n’a plus de valeur (ou du moins que personne n’est capable de la déterminer).

C’est alors qu’en l’absence de valeur, il convient de revenir aux fondamentaux. La valeur d’un actif, c’est la valeur de la jouissance, du revenu, de l’usage. Le reste n’est que futilité. La valeur n’est pas toujours pécuniaire.

– La valeur d’une résidence principale, c’est le prix de son cadre de vie et du foyer pour sa famille ;

– La valeur d’une résidence secondaire, c’est le prix de souvenir et d’un cadre de vie somptuaire pour sa famille ;

– La valeur d’un investissement dans une entreprise, c’est sa capacité à faire évoluer son modèle économique dans le temps pour générer des bénéfices futurs et s’adapter à la société ;

– La valeur d’un bien immobilier locatif, c’est sa valeur d’usage et le prix qu’une famille sera prêt à consacrer pour son cadre de vie, c’est à dire le loyer ;

– La valeur d’une terre agricole, c’est la valeur (qualité et quantité) de la nourriture qui en sortira ;

– La valeur d’une forêt, c’est la valeur d’usage du bois qui en sortira ;

– … Quelque soit la variation de la valeur de l’argent dans le temps, vous devriez être relativement protégé !, car si la valeur de l’argent change, l’usage persiste ! Et vous avez tout parié sur l’usage !

Ainsi, en oubliant la valeur du capital et en revenant aux fondamentaux, vous aurez de grandes chances de réussir votre gestion de patrimoine (cf »Oubliez la valeur de votre patrimoine, seuls les revenus futurs générés par votre patrimoine sont importants…« )

Barème des meilleurs taux de crédit immobilier

Consultez notre barème des meilleurs taux actuellement proposés par les banques via notre comparateur de crédit immobilier.
 

Comparer les taux immobiliers entre 100 banques


21 Comments

  1. Ptitilouis says:

    Ce en serait pas après avoir assisté à BordeauxFinTech que cet article à été écrit ? Marc Halevy n’ aurait-il pas été un inspirateur par hasard ?

  2. Hum, Guillaume, article passablement orienté en vertu des considérations dues à votre segment d’âge…. :=))

    Si l’on épargne, avant tout, c’est pour avoir des liquidités en cas de coup dur (épargne de « précaution » à court ou très moyen terme), le coup dur c’est la maladie non remboursable (ce qui va être le cas de plus en plus), les travaux inopinés non finançables bancairement, l’enfant au chômage, etc, bref la VRAIE vie quoi.

    Votre biais est de penser qu’on thésaurise à défaut de bonnes idées patrimoniales ou par inculture économique…

    Mais le cash en réserve sert à cela, et ce fut le rôle des banques – entre autres- que de le conserver.

    La vraie question n’est pas – seulement- où dois- je investir /placer (oui Ankou…!) mes 300 000 euros d’assurance vie en fonds euros ou mes liquidités en surnombre sur le CC non rémunéré de ma banque, mais surtout QUI va conserver mon épargne dite de précaution bien moindre?? (on ne parle même pas de rémunération)

    L’angoisse montera plus lors des premières faillites…..

    • « Votre biais est de penser qu’on thésaurise à défaut de bonnes idées patrimoniales ou par inculture économique… » oui, ou par simplicité et habitude à croire que l’on peut devenir riche grâce à son épargne.

      • Fredy Gosse says:

        La c est l incompréhesion intergeneration’elle . Sven parle de capital liqiuide pour essayer de faire face à un coup dur ,peu importe la rémunération.je viens de vivre une année coûteuse de ce point de vue. Et donc à mon âge je comprends Sven ,vous ,apparemment ne comprenez pas

        • Moi également, je pense qu’il est nécessaire [à un certain âge! ] d’avoir une épargne de « précaution », il n’est cependant pas nécessaire d’y mettre tout son patrimoine, si on en possède plus bien évidemment. Six mois de vie (normale) + un matelas coup dur me semblent raisonnables .
          Non Guillaume, par les temps qui courent, quiconque qui a un peu de connaissances financière et économique ne croit plus que l’on peut devenir riche grâce à son épargne.

  3. C’est un plaidoyer pour les actifs « TANGIBLES » et lOr que je défends depuis n blogs. Rappelez-vous, Guillaume, vous qui m’avez demandé dans un autre blog, ironiquement je pense, ce qu’était un actif tangible.
    Encore un petit effort, et nous vous aurons dans nos rangs (with Fredy, Patrick, Ankou, etc..)

    • Non, je ne dis pas la même chose. Je ne dis pas que ces investissements sont des valeurs refuges qui ne baisseront pas… je dis que lorsque tout baisse (et les investissements listés baisseront dans des proportions potentiellement violentes), un retour aux fondamentaux est indispensables et que ces fondamentaux ne sont pas leur valeur pécuniaire mais leur valeur d’usage ! et que l’argent donc l’épargne n’a pas d’usage…

      • Certes mais l’usage a et aura toujours une valeur pécuniaire !
        Tout à fait d’accord sur le retour aux fondamentaux, c’est toujours pour moi la question finale que je me pose quand les événements/ situations tournent au « vinaigre ».
        Je n’ai jamais dit que les actifs tangibles ne baisseront pas, je dis en revanche que s’ils baissent un jour, ils remonteront un autre, tout est question de timing, de conjoncture voire de politique/ géopolitique .

        • « Je n’ai jamais dit que les actifs tangibles ne baisseront pas, je dis en revanche que s’ils baissent un jour, ils remonteront un autre ». Non, je ne crois pas.

          La monnaie qui exprime la valeur absolue de l’actif n’est pas fiable. Donc, seule la valeur relative de l’actif, c’est à dire sa valeur d’usage et cela quelque soit la monnaie dans laquelle elle est exprimé conserve une valeur.

          Il me faut toujours habiter dans une maison, elle ne vaudra peut être plus jamais 500 000€, mais sa valeur d’usage exprimé dans une autre valeur sera toujours identique (j’aurai toujours besoin d’avoir un toit) situé dans cet emplacement.

          La question n’est pas la remise en cause de la valeur d’usage des choses, mais dans la quantité de monnaie nécessaire pour exprimer cette valeur

          Est ce que je suis clair dans la reflexion, car je n’en suis pas persuadé ?

          • « ….. je dis en revanche que s’ils baissent un jour, ils remonteront un autre ». Non, je ne crois pas. »
            Hé bien moi je crois que si ! mais pas forcément dans la monnaie qui aura servi à son achat car nous sommes bien d’accord la monnaie fiduciaire n’est pas fiable et j’irais même plus loin sa valeur tend (sens mathématique) vers zéro. La seule monnaie qui conserve de la valeur, tant que l’on n’aura pas inventé la transformation du plomb en or, est justement l’or et autre métaux précieux et rares. Nous avons pris l’habitude de coter l’or en dollars ou en euros, alors que ce devrait être le contraire, les dollars ou euros devraient être cotés en or. L’or sera toujours de l’or et la monnaie que du vulgaire papier qui n’aura d’usage et de valeur que tant les acteurs lui feront confiance !
            La valeur d’un actif tangible (au sens ou j’en suis propriétaire et non propriétaire d’un contrat) n’aura de valeur qu’en fonction de l’offre et de la demande, c’est la même chose pour l’usage. Exemple un loyer ne coûte (cher) que tant que la demande est supérieure à l’offre, c’est la même chose pour le prix d’une maison.
            Donc si du fait d’éléments conjoncturels (crise, guerre, épidémie, …) la valeur d’un actif (immobilier, foncier, bois, or, …) venait à baisser, celle-ci remontera quand la crise, la guerre, etc. sera terminée et qu’il faudra reconstruire.

    • Ce n’est pas parce que c’est tangible que c’est attrayant… mais parce qu’il y a un usage… car au final, seul compte l’usage donne la valeur ! L’usage de l’or est très limité, sauf en cas de faillite systémique, c’est une monnaie…

  4. Bonjour Guillaume,

    Je sais que vous n’avez pas de boule de cristal et que vous essayez de conseiller au global mais quand même : le 08/09 vous préconisiez de s’endetter pour profiter de l’inflation supérieure au taux immobiliers, et le 07/10 vous conseillez d’investir son épargne dans de l’immobilier. Il y a de quoi se perdre !

    • Je vous l’accorde, la situation n’est pas simple et surtout je sais que je ne sais rien. J’essaie simplement de réfléchir avec vous pour vous apporter des éléments de réflexion qui pourront vous aider à prendre vos décisions.

      – Oui, il faut s’endetter pour profiter d’un taux de crédit excessivement faible et cela pourrait ne pas durer ;

      – Oui, l’épargne est condamnée car il est impossible de fixer une valeur à l’argent et donc une valeur à l’épargne dont la valeur est exprimée en euros ; C’est la raison pour laquelle il convient d’investir dans un actif dont la valeur d’usage permettra de lui conférer une valeur refuge quoiqu’il arrive.

      Au final :

      – S’endetter pour investir dans un bien immobilier (neuf ou quasi neuf afin d’anticiper l’évolution des normes énergétiques) est probablement une bonne idée ;

      – Ne pas laisser son argent dans des supports « épargne » et leur préférer l’investissement dans des actifs d’usage tels que les entreprises, de la terre, de la forêt, des infrastructures, la production d’énergie, l’immobilier …

      Est ce plus clair ?

      • « …. Oui, l’épargne est condamnée car il est impossible de fixer une valeur à l’argent et donc une valeur à l’épargne dont la valeur est exprimée en euros… »
        Vous oubliez volontairement ou pas que l’on peut épargner en or ou argent physique.

  5. Oui c’est plus clair, mais lorsque l’on a un beau matelas de sécurité, cela tourne un peu au casse tête comme vous vous en doutez.

  6. Un actif « tangible » cela n’existe pas. Il s’agit d’un « bien ».

    Par définition, un actif est un élément de patrimoine qui génère un enrichissement.

    Un bien peut tout aussi bien devenir un passif, si sa valeur se déprécie.

    Notion élémentaire qui, en matière de gestion de patrimoine, fait la différence entre l’enrichissement et l’appauvrissement.

    • Cela dépend la définition que vous donnez à Tangible
      Voici celle de Wikipédia:
      « Ceux dont la constitution matérielle permet de les percevoir aisément d’une manière sensible (ex. : bâtiment, machinerie, outillage, mobilier, matériel roulant, …), qui peut s’interpréter comme ce dont vous êtes propriétaire.
      Par ailleurs où avez vous vu qu’un actif est forcément un enrichissement ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.