Hier, le haut commissaire à la réforme des retraites a remis ces préconisations quant à la prochaine grande réforme des retraites (cliquez ici pour le télécharger). Sur la forme, la grande réforme des retraites doit être une belle avancée solidaire pour les Français ; Beaucoup de belle phrases, de belles intentions :

Un système universel, par répartition, en points ; Dans un régime par répartition, les pensions versées aux retraités sont financées par les cotisations payées par les actifs au même moment

Un système où 1€ cotisé donne les mêmes droits ;

Des conditions de départ valorisant l’activité ;

La reconnaissance de la pénibilité et des spécificités de certains métiers ;

Des droits familiaux renforcés et harmonisés pour plus de solidarité ;

Renforcer la capacité des usagers à anticiper et à choisir le moment de la retraite ;

Une gouvernance innovante ;

Une organisation unifiée et un financement intégré ;

Un système plus redistributif et conçu dans le respect des grands équilibres financiers ;

 

A lire toutes ces titres de chapitres, cette grande réforme des retraites est une avancée majeure pour tous, mais comme nous vous l’expliquions déjà dans cet article « Réforme des retraites : De l’utopie d’un nouveau régime qui renforce la solidarité à la réalité politique. », ne s’agit il pas d’une belle utopie ?

Il semble important de ne pas s’arrêter sur la forme et la communication maîtrisée car sur le fond, certaines préconisations du haut rapporteur à la réforme des retraites ne sont pas rassurantes et me laisse à penser que cette réforme des retraites aura pour conséquence d’accélérer la baisse des pensions retraites.

Bien au delà de la question délicate de l’âge pivot à 64 ans ou 65 ans qui concentre les craintes, d’autres préconisations beaucoup plus inquiétantes pour l’avenir de vos retraites doivent être signalées. Il s’agit :

– Des modalités de revalorisation annuelle des pensions retraite ;

– Du taux de capitalisation retenu pour les points acquis par les cotisants au régime de retraite ;

– Une augmentation automatique de l’âge de départ à la retraite à taux plein (c’est à dire de l’âge d’équilibre à 64 ans) en fonction pour tenir compte des gains d’espérance de vie.

– L’instauration d’un règle d’OR budgétaire qui interdira le déficit du système de retraite et donc un ajustement automatique des droits à la retraite en fonction des décisions budgétaires du gouvernement.

 

Les modalités de revalorisation annuelle des pensions retraite dans le nouveau régime de retraite.

Voici la préconisation que l’on peut lire dans le rapport DELEVOYE : « La détermination de l’évolution des retraites. Si la règle de revalorisation par défaut sera l’inflation, le Conseil d’administration aura la possibilité de proposer une règle pluriannuelle de revalorisation des retraites. Le cas échéant, cette modalité d’évolution permettra, compte tenu des prévisions économiques réalisées, d’ajuster la revalorisation des retraites à la situation du pays, sans dépendre trop fortement des évolutions conjoncturelles du cycle économique. »

Aujourd’hui, les pensions retraites sont indexées sur l’inflation. C’est la loi et le gouvernement ne peut y déroger de manière durable. Demain, le conseil d’administration du régime de la retraite par répartition pourra déroger légalement (et durablement) à ce principe d’une revalorisation au gré de l’inflation.

Ces préconisations est d’autant plus inquiétante que ce seront le gouvernement et le parlement qui fixeront le cadre de ce pilotage dans le cadre d’un projet de loi de finances pour la sécurité sociale :

« Le cadre du pilotage du système universel de retraite sera défini dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale. En outre, dans le cadre des lois financières, le Gouvernement pourra présenter au Parlement les modifications ayant trait aux conditions d’ouverture des droits (âge légal, dispositifs de départs anticipés) ainsi qu’aux dispositifs de solidarité (périodes assimilées, droits familiaux, minimum de retraite, etc.). L’appréciation de ces éléments, compte tenu de leur nature, relèvera de la loi et du pouvoir réglementaire.

Le Gouvernement, en ce qu’il détermine et conduit la politique de la Nation, sera toujours libre de proposer tout projet de réforme ayant des incidences sur les équilibres financiers du système de retraite.

Le Conseil d’administration aura un rôle central dans le pilotage des principaux paramètres du système universel de retraite dans le cadre défini par les lois financières votées par le parlement. 

 

 

Le taux de capitalisation retenu pour les points acquis par les cotisants au régime de retraite ;

Voici encore ce que l’on peut lire dans le rapport DELEVOYE : « La détermination de la revalorisation de la valeur du point. Si la règle de revalorisation par défaut tiendra compte de l’évolution du revenu moyen par tête (RMPT), le Conseil d’administration aura la possibilité de proposer une autre règle de revalorisation, au regard d’une analyse pluriannuelle de la situation du système. »

Bref, encore une fois, le principe d’une revalorisation annuelle qui « tienne compte » de l’évolution du revenu moyen par tête (tenir compte = répliquer à 100% l’évolution du RMTP ou seulement à 50% ? Tous les mots ont leur importance) pourra faire l’objet d’une dérogation dans le cadre du pilotage des paramètres dont les conditions financières et budgétaires seront fixés par le gouvernement. Ainsi, et ce n’est qu’un exemple, si le gouvernement décide de réduire le montant des cotisations en exonérant certains revenus de cotisations retraite, alors le conseil d’administration n’aura pas d’autres choix que de réduire l’indexation !

En outre, on connaît le salaire moyen par tête (SMTP), qui est une donnée statistique INSEE ; Mais on ne sait pas ce qu’il se cache derrière de Revenu Moyen Par Tête (RMPT), même si, dans le rapport DELEVOYE, il semble être fait une confusion entre les deux termes. Pourquoi parler de « Revenu Moyen Par Tête » alors que l’illustration évoque l’évolution du « Salaire Moyen Par Tête » ? Tous les mots ont leur importance d’autant plus que le rapport ne donne aucune définition.

 

 

 

Une augmentation automatique de l’âge de départ à la retraite à taux plein (c’est à dire de l’âge d’équilibre à 64 ans) pour tenir compte des gains d’espérance de vie.

L’âge pivot à 64 ans, âge à partir duquel vous pourrez bénéficier d’une retraite à taux plein sera automatique ajusté au gré des gains d’espérance de vie.

Voici ce que l’on peut lire : « La détermination de l’évolution de l’âge du taux plein par génération. Si la règle par défaut consistera à s’assurer que les éventuels gains d’espérance de vie soient partagés à 2/3 pour l’allongement de la durée de vie en activité et à 1/3 pour l’allongement de la durée de vie en retraite, le Conseil d’administration pourra proposer de moduler cet âge par génération. Pour ce faire, il tiendra compte des évolutions de gains d’espérance de vie constatées au sein de la population française. »

 

 

L’instauration d’un règle d’OR budgétaire qui interdira le déficit du système de retraite d’ici à 2025 !

Enfin, et c’est un point important ! L’instauration d’une règle d’OR budgétaire interdira les déficits du systèmes de retraite ; Cette règle d’or devra garantir un solde cumulé positif ou nul par période de 5 années. En cas de déficits, « le conseil d’administration devra prévoir l’apurement de ces déficits sur un horizon temporel certain ».

Le rapport précise ainsi que l’instauration d’une règle d’OR « suppose que le système devra être à l’équilibre en 2025 au moment de la mise en place du nouveau système […] Le projet devra être enrichi pour proposer les modalités de convergence vers l’équilibre financier en 2025 dans le cadre du projet de loi portant création du système universel (et donc qu’il va falloir réduire les retraites ou allonger la durée de la vie active avant 2025 pour absorber le déficit actuel).

L’instauration d’une règle d’OR est intéressante … mais ne faut il pas craindre une manière délibérée de réduire les pensions retraite ? Il suffira de réduire le montant des cotisations (en créant des revenus exonérés de cotisations par exemple) pour obliger le conseil d’administration à durcir les conditions d’accès aux droits à la retraite.

 

Bref, cela se confirme : Les retraites vont baisser et surtout, le gouvernement augmente son pouvoir sur la fixation des retraites ! La règle d’OR obligera le conseil d’administration à durcir l’accès aux droits à la retraite en cas de baisse des cotisations qui pourront résulter de la politique budgétaire du pouvoir législatif ! Et ça, ce n’est pas une bonne nouvelle !

ps : Pour mémoire, l’actuel régime des retraites est quasi à l’équilibre ! Il faut arrêter de croire que la présente réforme est obligatoire pour éviter la faillite ! C’est là une fakenews. En ce sens, vous pouvez relire cet article : Réforme des retraites : La baisse des retraites est il l’objectif caché du gouvernement ?

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. Comme nous vous l’expliquons dans cet article « Comment rendre la gestion de patrimoine accessible à tous ? », l’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée de 30 à 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Réserver un rendez vous d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de conseil patrimonial


24 Comments

  1. Sans compter que le Conseil d’Administration du nouveau régime sera vraisemblablement composé de personnes choisies sur des bases politiques plutôt que sur leurs compétences.

  2. Tout d’abord, il convient de rappeler que ce rapport émet des préconisations : le gouvernement pourra en tenir compte ou pas.

    Ensuite, les retraites par point existent déjà en partie : AGIRC/ARCO pour le privé, RAFP pour la fonction publique par exemple. Il est facile de constater que les évolutions de la valorisation du point sont totalement décorrélées de l’inflation, du taux de croissance salariale ou de l’augmentation de la baguette. Pourquoi en serait-il autrement à l’avenir ?

    Par ailleurs, l’évolution de l’âge de départ en fonction de l’espérance de vie.
    De quoi parle-t-on ?
    De l’espérance de vie à la naissance : Elle s’établit à 65 ans pour ceux nés en 1955 (partent en retraite en 2019 si 64 ans) , à 67 ans pour ceux nés en 1963 (année pivot du projet), à 69 ans pour ceux nés en 1973 (année pivot actuelle) et 79 ans pour ceux nés en 2015 (il faut ajouter 6 ans de plus pour les femmes en moyenne)
    De l’espérance de vie en bonne santé : les statistiques mentionnent une durée inférieure à 63 ans (et encore les stats n’existent que pour ceux nés après 2004)
    De l’espérance de vie à un âge donné (ex : 65 ans) : dans ce cas elle est aux alentours de 84 ans (c’était 82 ans en 2000)

    Enfin, il faudrait aussi regarder de près le taux d’emploi des 55-64 ans : la France est à 50% – c’est 8% de moins que le moyenne de l’UE et 20% de moins qu’en Allemagne. Comme le chômage ne contribue que sous certaines conditions, il y aura de la casse.

  3. keith kennedy says:

    et voilà Delevoye a présenté son projet.
    comme l’avait demandé Big Ma, l’age de la retraite est effectivement passé à 64 ans. Delevoye n’a pas démissionné ( tout le monde veut manger du Homard) et Big Mac a renié une nouvelle promesse de campagne.
    les politiques auront la main sur ce soi disant conseil d’administration. le gouvernement et le parlement ( complètement à la main du gouvernement comme on le voit actuellement)
    voici la phrase de Delevoye :
    « Le Conseil d’administration aura un rôle central dans le pilotage des principaux paramètres du système universel de retraite dans le cadre défini par les lois financières votées par le parlement. »
    comme la mentionné Rodriguez , la consultation est un enfumage de plus.
    comme ce gouvernement n’ a pas le courage de s’attaquer à notre état obèse ( 120.000 fonctionnaires de moins le fameux « en même temps »!!!) , il s’attaque à tout ce qui bouge ( Apl, Retraite, immobilier, Assedic etc..).
    c’est dramatique.

  4. Un article intéressant de médiapart : Réforme des retraites: les questions qui fâchent https://www.mediapart.fr/journal/france/190719/reforme-des-retraites-les-questions-qui-fachent?page_article=1

    extrait : « Jean-Paul Delevoye n’a d’ailleurs jamais fait mystère des intentions du gouvernement, qui souhaite établir une « règle d’or » budgétaire. Pour lui, pas question que les dépenses de retraite dépassent les 14 % du produit intérieur brut (PIB), leur niveau de 2016. Et ce point est loin d’être un détail : si la part des retraites dans le PIB n’augmente pas, cela signifiera presque immanquablement que chaque retraité verra le niveau de sa pension baisser, puisqu’ils seront de plus en plus nombreux : 35 % en plus d’ici 2050, selon les prévisions ! »

    • Sebastien says:

      « Pour lui, pas question que les dépenses de retraite dépassent les 14 % du produit intérieur brut (PIB), leur niveau de 2016 »
      Assez logique non? ou alors vous souhaitez que les actifs transfère encore plus aux retraités? Mais alors quelle serait votre limite?
      Les prélèvements obligatoires sur les salaires (le coin fiscal) s’élèvent à 47,6% pour un salaire moyen (étude ocde). Et je suppose que le taux est encore bien plus élevé pour les hauts salaires…
      Vous ne pensez pas que l’on arrive à seuil critique lorsque l’on ne peut disposer librement que de la moitié de son salaire?

  5. Patrick D says:

    Evidemment que les retraites vont baisser. Le système n’est pas tenable comme les cotisations des entreprises, la taxation sur l’immobilier et toutes les obligations qui vont avec. Nous vivons une époque où les services d’urgence ferment car les médecins démissionnent et où les auxiliaires de vie qui contestent leur licenciement touchent 7.500 € de la justice !
    Le système est à l’équilibre … avec le taux de taxation le plus fort d’Europe et sans doute du monde !
    Vous croyez vraiment que ça va tenir encore combien de temps avant d’avoir un Venezuela à la française ? Parce que quand ça arrivera, il n’y aura plus de retraites du tout (ni de salaires pour les fonctionnaires, ni d’APL, ni de chômage, ni d’hopitaux, etc..).
    Pour info je vous rappelle que le Venezuela est le pays qui a les plus grosses réserves de pétrole mondiale et ça ne l’a pas empêché de se planter.
    Alors oui, les retraites il faut les ajuster et vite.

  6. Espérance de vie…. Laissez moi rire !
    La courbe s’est déjà inversée depuis quelques années et ce n’est pas fini avec les différentes pollutions et le réchauffement climatique à venir (voir les chiffres des USA).
    Et tous ceux qui ont cotisé toute leur vie et qui sont décédés avant de toucher leur retraite, ou est passée l’argent cotisée ?
    Les caisses ne sont pas aussi vides que l’on veut laisser le croire et s’il y avait moins de chômage (donc plus de cotisants ) la retraite pourrait se prendre comme avant à 60 ans.
    Nous sommes manipulés et nous croyons n’importe quoi.

    • Sebastien says:

      « Et tous ceux qui ont cotisé toute leur vie et qui sont décédés avant de toucher leur retraite, ou est passée l’argent cotisée ? »
      Vous êtes sérieux quand vous écrivez cela? ou vous n’avez absolument pas compris comment focntionne un système par répartition?

      • C’est ironique. Je sais bien que l’argent collecté est redistribué mais c’est un point jamais « précisément quantifié ». On nous laisse toujours croire que sans réforme, les caisses seront bientôt vides.
        L’espérance de vie diminuant, cette source financière de retraites, non versées, ne peut qu’augmenter.

    • L’objectif de ce projet est de contenir le financement des retraites, et donc supprimer les rentes de situation de certains régimes. Dire que le système est près de l’équilibre est discutable. Les prévisions du COR pour une fois ne sont pas optimistes (allez savoir pourquoi tout était bien en 2017 ….), mais cet équilibre n’est pas gratuit…regardez votre facture EDF et vous verrez que vous payez aussi une taxe pour financer les pensions des agents…regardez la contribution de l’etat et donc la part de nos impôts qui file dans ce financement qui avantage le public… Faut être réaliste! maintenant, je constate une fois de plus que les cadres supérieurs se font voir…après les nouvelles règles d’indemnisation du chômage, on les surtaxe de 2.5% environ au dessus de 120k€ de salaire sans que ça leur rapporte un centime de retraite. C’est un impôt supplémentaire sans tenir compte de la situation familiale…un couple dont les 2 conjoints gagnent 80k€ chacun ne sera pas taxé alors que celui dont un seul des conjoints travaille et gagne 130k€ se fera taxer…est bien normal et constitutionnel ? on me dira que c’est un problème de riche, mais à force de taxer ceux là iront réussir ailleurs

  7. Si les politiques tiennent tant au système par répartition, c’es que comme cela l’argent reste entre leurs mains. À la première crise, les retraités vont trinquer.

  8. Que diable, quand je lis ces commentaires, je mesure la difficulté à gouverner notre pays !!! On est drogué aux déficits, et on aime ça. Le plus surprenant dans cela, c’est que beaucoup de ceux qui s’expriment semblent vouloir ignorer la réalité; on veut nous faire croire que le régime des retraites serait à l’équilibre (ou presque !!!), et que demain nous allons mourir plus tôt !!!! c’est possible, mais rien n’est écrit d’avance.
    Même à 64 ans, notre âge de départ sera encore l’un des plus faibles en Europe et dans le monde.
    Alors messieurs, car étrangement peu de femmes s’expriment (elles sont en général plus clairvoyantes que les hommes), un peu de réflexion de et bon sens se seraient pas un luxe, et arrêtons de crier avant d’avoir mal…..

    • « on veut nous faire croire que le régime des retraites serait à l’équilibre » : de fait, la différence entre les recettes et les charges du régime actuel est faible, comparée aux sommes concernées.

      Mais maintenir cette situation nécessite que le régime évolue pour tenir compte de l’évolution du contexte (durée travaillée, durée de vie, etc.), de préférence sans que ça nécessite à chaque fois une « réforme » avec toutes les tensions que ça implique.

      Et force est de constater que les régimes actuels sont très complexes, et comportent de nombreuses incohérences (par ex: travailler comme infirmier ou aide-soignant pendant 20 ans à l’hopital public puis 20 ans à l’hopital privé conduit à une pension bien différente que 20 ans à l’hopital privé puis 20 ans à l’hopital public).

  9. Rodriguez says:

    Effectivement, comme le souligne Monsieur Fonteneau, malgré l’effort de communication de l’équipe Delevoye pour faire digérer la nouvelle, cette réforme des retraites sera la plus massacrante de toutes.
    A côté de Delevoye, Sarkozy était un enfant de coeur.
    Je me suis livré à un petit calcul de pension dans le nouveau système. En appliquant les préconisations de Delevoye, un salarié dont le salaire moyen mensuel sur toute sa carrière serait de 2000€ brut/mois obtiendrait une pension brute de 1300€/mois au bout de 43 ans de cotisation (sans accident de carrière…) soit à peu près 1100€ net/mois.
    Il va donc y avoir énormément de retraités pauvres.
    L’existence des régimes spéciaux c’est du pain béni pour Delevoye car il se sert de ce prétexte pour enfoncer tout le monde.
    Mais cela ne m’étonne guère. « Dis-moi avec qui tu vas je te dirai qui tu es », or comme je l’ai dit Delevoye va chercher son inspiration chez Antoine Bozio / Carole Bonnet, tout est dit…

    • Avec ses 2000€ brut en activité, il avait un peu plus de 1500€ net.
      Avec ses 1300€ brut de pension, il aura en fait presque 1200€ net.

      La différence ne me semble pas si énorme, sachant que pendant sa période d’activité, il devrait épargner un peu (idéalement rembourser un emprunt pour acquérir sa résidence principale), et que ce ne sera plus nécessaire une fois à la retraite…

      Et surtout, avec le régime actuel, la différence était sans doute plus conséquente encore !

  10. Rodriguez says:

    @GBL: attention, j’ai fait l’hypothèse d’un salaire moyen de carrière de 2000€. En l’espèce cela correspond à un salaire de début de carrière inférieur à 2000€ et un salaire de fin de carrière supérieur à 2000€.

    Prenons donc l’hypothèse d’un salaire de fin de carrière supérieur de 20% au salaire moyen de la personne pour l’ensemble de la carrière. Cela nous donne un salaire de fin de carrière égal à 2400€ brut.

    Avec la réforme Delevoye /Macron cette personne aura une pension brute de 1300€. C’est à dire un taux de remplacement du dernier salaire brut de 54%.

    Or dans le système actuel les études du COR nous disent que le taux de remplacement est approx de 70%.

    Donc dans le nouveau système la retraite du cas que je prends en exemple baisse de (1 – 54/70) x 100 = 23%.

    Si le cas que je donne en exemple effectue toute sa carrière dans le nouveau système sa retraite sera inférieure de 23% à celle qu’il aurait obtenu dans le système actuel. Dans le système actuel il obtient une pension brute de 1680€, dans le prochain système c’est 1300€. Une paille …

    Pourquoi croyez-vous que Delevoye à fait toute sa campagne sur le thème de la solidarité ? C’est pour nous enfumer pardi !

    • Vous devriez lire le rapport (et même ses annexes), avant de lancer ainsi des chiffres, qui ne reposent pas sur grand chose….

      A priori, le système proposé par Delevoye augmente plutôt un peu le montant des pensions des petits revenus et pas mal celui des minimas. Voir le chapitre 9 du rapport, par exemple pages 117, 119, 121 à 123, 127, 129, etc..

  11. Rodriguez says:

    GBL, mon calcul se base sur son rapport où il est indiqué que 100€ cotisés donneraient droit à 5,5€ de pension annuelle, et où il est indiqué que le taux de cotisation sera de 28%.
    Reprenez mon calcul et vous verrez par vous-même.

  12. Euh pour ceux qui pensent qu’on pourra adoucir le choc de la baisse des pensions en épargnant davantage individuellement, pour un trentenaire d’aujourd’hui qui passera TOUTE sa vie active ou presque à rembourser un crédit immobilier je trouve ceci bien optimiste.
    Après bien sûr on peut toujours rever d’un retour de l’inflation salvatrice qui effacera ses dettes mais faudrait encore avoir un salaire indexé pour ça.

  13. Rodriguez says:

    @Davy: et il n’y a pas que le crédit immobilier à rembourser. Il y a aussi les études des enfants: un SMIC à payer pour chaque enfant en études supérieures. Et c’est parfois long.
    A titre d’exemple ma dernière vient de terminer ses études alors que j’ai 65 ans.
    Vous voyez, la pension de retraite ne sert pas qu’à faire vivre le retraité et à payer les augmentations de CSG à Macron.
    Je ne vois vraiment pas comment les gens pourront se constituer une épargne.
    significative pour la retraite.

    • Sans vouloir vous manquer de respect, je trouve votre message un peu caricatural, et il m’inspire la réponse suivante : J’ai l’impression que vous devriez cesser de gémir, prendre conscience que vous devriez assumer vos choix (par ex. verser l’équivalent d’un SMIC à vos enfants pendant leurs études supérieures, ce qui est bien un choix, car non nécessaire), vous informer un minimum sur ce qui se passe dans d’autres pays (où l’Etat pourvoit en général bien moins qu’en France, et où la population gémit aussi souvent bien moins), et vous réjouir d’habiter dans un pays comme la France.

      • Je crois que l’équivalent du smic annoncé par Rodríguez correspondait aux coûts du loyer+charges+frais divers que vous devez financer pour que vos enfants poursuivent leurs études
        Tout le monde n’a pas la chance/choix de vivre dans une ville universitaire qui, au surplus, dispense le cursus choisi par ses enfants

        • Rodriguez says:

          Oui c’est cela. Quand on n’habite pas une ville universitaire il faut payer une chambre, le train pour rentrer le WE, les frais pour vivre. Le plus cher ce ne sont pas les frais d’inscription mais tout ce qu’il faut autour pour vivre lorsque l’on n’habite pas à la maison.
          Et l’on ne peut pas demander à son enfant de choisir ses études en fonction de ce qui est proposé dans la ville où l’on habite.
          Si vous avez 3 enfants qui se suivent en études supérieures cela vous fait entre 10 et 15 ans à dépenser un SMIC par mois.
          Donc si les gens paient d’abord un crédit pour leur résidence principale et ensuite les études supérieures de leurs enfants, les sommes qu’ils pourront épargner pour leur retraite seront minimes.

  14. N’oublions pas une chose importante:
    Jusqu’en 1982 la retraite était à 65 ans !
    Mitterrand a tenu une promesse électorale; baisser l’âge de départ à la retraite de 65 à 60 ans.
    Soit 5 ans de cotisations en moins et 5 ans de prestations en plus, sachant que l’espérance de vie a depuis augmenté de presque 10 ans !!
    Dernier point de réflexion: en 1950 l’espérance de vie était de 63 ans pour un homme avec une retraite à 65 ans ! Alors 64 ans pour une espérance de vie de 80 ans ……….
    Pas besoin d’avoir fait Polytechnique pour comprendre tout cela et qu’il faut réformer notre système avant qu’il ne disparaisse !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.