Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j’ai comme une mauvaise intuition en ce qui concerne les modalités de la prochaine réforme des retraites. La belle réforme utopique promise par le candidat Emmanuel MACRON puis mise en concert par Jean Paul DELEVOYE ne serait elle pas en train de se transformer en stratégie délibérée pour réduire la dépense de l’état en réduisant le montant des retraites.
Cette crainte, nous l’avons depuis le début, mais force est de constater que les signaux faibles se multiplient et n’ont de cesse de me confirmer dans ma prudence. En effet, dès le début, je vous fais part de ma perplexité sur les motivations réelles de cette réforme des retraites alors même que l’équilibre budgétaire était presque acquis à long terme.
D’ailleurs le COR confirme un déficit réduit à -+ 10 milliards en 2022 pour un retour à l’équilibre en 2042 dans son rapport qui devrait sortir dans les prochains jours et qui a fuité dans la presse en début de semaine (comme par hasard, au même moment ou le gouvernement fait part de sa volonté de reporter l’âge de départ à la retraite à 64 ans puis 65 ans).
Bref, un équilibre à long terme et un déficit relativement réduit à court terme ne semblait pas être une motivation suffisante pour se lancer dans un chantier aussi délicat qu’une réforme des retraites, surtout dans le contexte social lourd que nous vivons depuis plusieurs mois.
Un déficit de 10 milliards d’euros n’est pas de nature à remettre en cause la pérennité de la retraite par répartition, ce n’est qu’une décision politique ! Il suffit de le vouloir pour le pouvoir ; 10 milliards d’euros ce n’est même pas la moitié de la perte de rentrée fiscale liée à la suppression totale de la taxe d’habitation.
Bref, depuis le début, l’insistance à vouloir refonder la retraite par répartition me semble relever d’une motivation autre. Nous vous avons fait part de nos craintes dans de nombreux articles tels que « La commission Européenne demande t’elle de baisser les retraites en France ? » ou encore « Baisser les retraites est il le véritable objectif de la réforme des retraites ? » et encore « Baisser les retraites et les prestations sociales sont les solutions pour réduire la dépense publique !« .
Pourtant, après avoir assisté à une réunion d’information organisée par le haut commissaire DELEVOYE, je vous ai fait part de mon impression favorable face à un haut commissaire chargé de la réforme des retraites qui confirmait point pour point les promesses du candidat devenu président :

Malheureusement, depuis quelques semaines, mes craintes apparaissent à nouveau.
Tout d’abord, nous venons d’apprendre que la mission de Jean Paul DELEVOYE prendrait fin à la remise du rapport puisque c’est Agnès BUZIN qui se chargerait de défendre le projet de réforme de la retraite devant le parlement, mais surtout, ce matin la porte parole du gouvernement qui explique simplement que « les concertations vont se poursuivre d’ici au mois de juillet, Jean-Paul Delevoye [Haut-commissaire à la réforme des retraites, ndlr] présentera des préconisations, le gouvernement les regardera et présentera une loi à l’automne ».
Nous venons nous pas d’assister à un enterrement de première classe !? J’en ai bien l’impression d’autant plus que le gouvernement semble déterminé à augmenter l’âge de départ à la retraite à 64 ans puis 65 ans (cf »Réforme des retraites : Pas de retraite à taux plein avant 64 ans puis 65 ans … »).
Ne cherchons plus ! Ça sent l’enfumage …
L’objectif principal de la réforme de la retraite par répartition semble bien de réduire le montant des retraites afin réduire les dépenses publiques de l’état !
et ça tombe bien car réformer le système des retraites est une demande de la commission européenne pour réduire le déficit publique de la France comme le prouve cet extrait du rapport 2019 pour la France comprenant un bilan approfondi des mesures de prévention et de correction des déséquilibres macroéconomiques : 

 
 

Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine

61 commentaires