L’institut de la protection sociale (IPS) dirigée par Bruno CHRETIEN vient de sortir un nouveau rapport accablant sur les conséquences de la réforme des retraites pour les femmes et surtout pour les mamans, et plus principalement celles qui ont le bonheur d’avoir trois enfants et plus (même si celles qui ont le tout aussi grand bonheur d’en avoir un ou deux seraient également fortement pénalisées).

Selon les données publiés dans son rapport par l’IPS sous le titre « Contribution de l’IPS à la 2ème phase de concertation – Femmes, parents, cadres supérieurs, grand-père : le futur système des retraites sera-t-il réellement plus juste et plus simple pour tous ?« , c’est toute la communication du gouvernement qui tombe ! L’objectif d’une meilleure égalité homme/femme qu’est censée apporter la réforme des retraites ne serait pas atteint …et pire probablement aggravé.

Selon Bruno CHRETIEN : « Le paradoxe de la réforme Delevoye est qu’elle va pénaliser les femmes alors que le système actuel leur devenait plus favorable ».

Voici deux situations mise en avant par l’IPS :

 

En réalité, 2 mécaniques pourraient pénaliser les femmes et les mamans :

1 – La suppression de la majoration de la pension retraite de 10% pour les deux parents à partir du troisième enfants et des 8 trimestres accordés aux femmes pour chacun de leur enfant (sauf le cas peu usité en pratique où cette dernière accepte de partager 4 trimestres au profit du père de l’enfant) ;

La réforme des retraites prévoit la suppression de la majoration de la pension retraite de 10% pour les deux parents à partir du troisième enfants et des 8 trimestres accordés aux femmes pour chacun de leur enfant (sauf le cas peu usité en pratique où cette dernière accepte de partager 4 trimestres au profit du père de l’enfant) et l’instauration d’une majoration de 5% du nombre de point acquis (et donc de la pension) pour chacun des enfants du couple.

Une première analyse pourrait laisser à penser que cette nouvelle disposition est favorable pour les femmes (et les hommes) qui ont des enfants, même si la majoration à partir du premier enfant ne profitera qu’à l’un des parent alors que la majoration de 10% à partir du troisième profitait aux deux parents.

Selon Simul-retraite.fr, « les futurs points majorés pourront être répartis entre les parents : au choix, 100 % pour l’un des deux ou répartis à 50-50 entre le père et la mère. En cas d’absence de choix avant le 4ème anniversaire de l’enfant, la majoration retraite pour enfants serait attribuée intégralement à la mère« .

 

Avant :

 

Après :

 

Cette nouvelle manière de calculer le montant de la retraite des parents semble plutôt favorable aux familles nombreuses ; La majoration pour enfant peut rapidement être un avantage non négligeable. En revanche, la suppression de l’attribution de 8 trimestre pour chacun des enfants nés devrait obliger les femmes à travailler plus longtemps ! A temps de travail identique avec leur conjoint, elles ne pourront pas partir plus tôt à la retraite grâce au trimestre acquis automatiquement à la naissance de l’enfant.

Attention, le congé maternité et le congé parental devrait continuer de valider des trimestres … mais les femmes perdront seulement le bonus de 8 trimestres qui leur est attribué à la naissance de chacun de leurs enfants au profit d’une majoration de leur pension. 

Cette réforme est évidemment une mauvaise nouvelle pour les femmes qui n’auront pas une carrière complète et qui ne pourront donc plus « profiter » de ces trimestres « bonus » acquis automatiquement à la naissance de leurs enfants pour partir plus tôt à la retraite ; Elles devront dorénavant travailler plus longtemps pour obtenir leur retraite à taux plein.

Les femmes perdent là un avantage important, mais est ce vraiment une mauvaise solution ? OUI, pour les femmes qui comptaient sur ces trimestres pour partir plus tôt à la retraite ou dont la retraite a été hachée… En revanche, la majoration de 5% par enfant est une bonne nouvelle pour toutes les femmes qui partiront autour de l’âge « pivot » avec une carrière complète ! 

 

2 – L’instauration d’un âge pivot à 64 ans qui pénalise fortement ceux qui veulent partir à la retraite avant (même s’ils ont suffisamment de trimestre) ;

Cette réforme des retraites au détriment des femmes se cumul avec l’instauration d’un âge pivot à 64 ans qui pénalisera tout le monde, mais qui accentuera donc le manque à gagner pour les femmes qui perdent aussi le bonus des 8 trimestres accordés à la naissance de chacun de leurs enfants.

Ainsi, plus que jamais, les femmes ne pourront pas profiter de leur situation de maman pour espérer partir plus tôt en retraite dans des conditions plus favorables; Elles n’auront pas d’autres choix que de travailler jusqu’à 64 ans minimum pour ne pas être trop pénalisées (et peut être même au delà…).

Mais n’est ce pas là une donnée que nous devons tous intégrer ? La retraite à 62 ans, c’est du marketing politique, un discours politique qui ne reflète pas la réalité du système de retraite actuel ; (et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle le système est aujourd’hui presque à l’équilibre comme nous vous l’expliquions dans cet article « Le déficit du système de retraite par répartition n’est pas inquiétant ! Pourquoi une réforme ?)

Aujourd’hui, c’est à dire avant la réforme, il faut cotiser 172 trimestres pour valider une retraite à taux plein, c’est à dire 43 années de cotisations ; Celui qui commence à travailler à 22 ans, et qui aura la chance d’avoir une carrière sans rupture… devra travailler jusqu’à 65 ans ! et peut être même 67 ans à défaut d’une carrière complète !

Il est illusoire de croire que la réforme actuelle de la retraite soit plus favorable que le système actuel ! Il faut ouvrir les yeux !

Néanmoins, il est vrai d’affirmer que la suppression du bonus de 8 trimestres accordés aux femmes et l’instauration d’un âge pivot à 64 ans produit un effet ciseau redoutable qui ne leur laissera pas d’autres choix que de travailler plus longtemps !

La réforme des retraites fera beaucoup de perdants par rapport au système actuel ! et les mamans perdent là un avantage non négligeable qui leur permettait d’espérer partir plus tôt dans des conditions financière plus favorable que les hommes.

 

 

Un congé parental d’éducation qui sera synonyme d’une baisse de la pension retraite du fait d’une moindre acquisition de points ?

De surcroît, à ces nouvelles modalités introduites par la réforme des retraites, la question de la prise en compte du congé parental d’éducation se pose et aggrave la situation des hommes et des femmes qui ferait une pause dans leur activité professionnelle pour l’éducation de leurs enfants. Aujourd’hui, le congé parental d’éducation permet de valider des trimestres ; Il s’agit d’une période non cotisée, qui n’entre pas dans le calcul des 25 meilleures années, mais qui permet tout de même de valider des trimestres et qui ne repousse pas l’âge de départ à la retraite à taux plein.

Demain, avec les nouveaux mécanismes de calcul de la retraite par point, les périodes de congés parentaux d’éducation ne permettront pas l’acquisition de points … et seront donc directement pénalisants pour le calcul de la pension retraite de celui qui prend du temps pour élever ses enfants.

A suivre…

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de bilan patrimonial


49 Comments

  1. Que diriez-vous d’ouvrir aussi l’analyse à une dimension sociétale?
    En effet, il me semble que bon nombre de personnes qui partent à la retraite rendent des services considérables à la société : le bénévolat, l’accueil et l’éducation des enfants pendant les vacances scolaires… Autant d’actions qui contribuent à l’harmonie sociale.
    Une économie d’un coté risque fort de se payer au prix fort…

  2. Message trop politiquement correct de Guillaume

    Les mères de familles nombreuses qui ont du s’arrêter 7/8 ans sont carrément sacrifiées !
    – Elles perdent leur 8 trimestres par enfant qu’elle ne pourront jamais récupérer par une carrière longue. Donc obligées de travailler jusqu’à 68 ans
    – En suite, la réversion ne peut plus être versée à 55 ans mais uniquement à la prise de retraite (donc dans ce cas 68 ans)

    Oui les femmes ayant eu plus de 3 enfants et s’étant arrêtées pour cela sont rares. Mais leur supprimer RETROACTIVEMENT leurs droits à retraite est un scandale.
    Ne pas oublier que ce ne sont pas tant nos cotisations qui constituent notre retraite mais celles des générations futures.

    • Oui, nous sommes d’accord, mais la période de congé parental est une période pendant laquelle il y a une validation de trimestre.
      En revanche, je suis d’accord pour les situations de femme aux foyers pendant quelques années ! Dans ce cas de figure c’est une catastrophe rétroactive …

  3. il n’y a pas de réforme des retraites quand on est en retraite on est tous entrains de rien faire on a tous le droit de finir sa vie en profitant a sa façon de sa vie passé au travail donc la fourchette des salaires entre retraités est trop grande puis il faut 60 ans pour tous le monde les fonctionnaires aussi ce qui travail comme conducteur de trains on peu les occuper dans d’autres endroit jusqu’a 60 ans comme touis le monde 60 ans sa suffit déja a partir de 59 ans on eu peu plus produire comme avant, si ils avaient remis le France autravail on auraient assez d’argent il y pour tous le monde on nous annoncent que l’on vie de plus en plus plus vieux oui mais le clorps est usé dans n’importe qu’elle travail il y aussi les progrés de la médecine puis un homme vie entre 60 ans à 79 ans au plus 81 ans les femmes entre 85 ans 90 ans pas tous puis aujourd’hui c’est un peu moins puis on est tous un passage sur terre long ou court sa dépentd de l’organisme

  4. Cette réforme est une fumisterie pour mettre un enorme coup de rabot aux pensions.
    J’étais à une reunion à laquelle Delevoye présentait sa réforme. Il était accompagné des statisticiens du ministère des finances qui prenaient le relais Sur les aspects techniques. On leur offrait tout simplement un dispositif permettant de piloter en temps réel le déficit public du pays. Je pense que depuis leur première relation à l’adoslescence , ils n’avaient pas connu pareille excitation …..

  5. Décidément les mesures de ce gouvernement sont bien loin de me satisfaire, même si je reste persuadé qu’elles sont nécessaires!
    Une fois de plus ce sont femmes et enfants qui seront sacrifiés !
    Déjà l’école obligatoire à 3 ans est une aberration et une atteinte à la liberté !
    Mais repousser l’age de la retraite des femmes alors que déjà, bien souvent, elle sacrifie leur carrière au profit de leur conjoint, ce sera ni plus ni moins des chômeuses en plus !
    Entre chômage et retraite: quelle formule est la moins onéreuse, nos politiques feraient bien de faire fonctionner leurs calculettes !
    Une fois de plus la parité homme femme n’est pas au rendez-vous !

    • Désolée pour l’orthographe, qui n’est déjà pas mon fort puisque j’ai été éduquée avec la méthode global ! Des générations sacrifiées !
      Ce sujet me révolte, vous l’aurez bien compris mais ce n’est pas une raison pour ne sacrifier qu’une femme puisse qu’elles seront toutes touchées par ces nouvelles mesures donc:
      « elles sacrifient leur carrière au profit de leur conjoint »

  6. Au fond il s’agit d’un message indirect pour encourager la limitation des naissances… On peut s’en émouvoir mais au fond il s’agit d’une mesure éco responsable dans la mesure où l’explosion démographique humaine est directement responsable de la perte de biodiversité et empêche toute réduction de la consommation (origine des problèmes de santé de la planète)…
    Au passage, le débat (si on ne veut pas voir le problème de démographie, le débat sur la retraite n’est qu’un débat local de pays riche…) n’est pas sur ces calculs ponctuels (dont la médiatisation et la présentation est très politique…) mais bien sur le bilan réel d’encourager un départ à la retraite plus tardif. (C’est certes directement bénéfique pour la caisse de retraite, mais à condition que ces  »séniors » travaillent et cotisent et que ce qu’ils font bénévolement en retraite (associations, actions diverses vis à vis des enfants et petits enfants…) ne soit pas à compenser par de l’argent de l’état (subventions…)

  7. Un pur scandale !!! Une connerie, une obscénité ! Depuis quand ne devons-nous rien à nos mères et à nos femmes ? Elles sont comme nos militaires, morts pour la France : la pérennité de notre avenir !!!

  8. Alain Labenne says:

    Primo : personne ne les a obligées à être mère, leur honneur est donc d’assumer leur choix, sans le faire financer par la société.
    Deuxio : la surpopulation est la cause principale de la misère, et la dégradation de la planète, il est temps de réduire les allocations familiales et les divers encouragements à l’accroissement de la population, qui étaient justifiés quand on craignait l’avancée des chars allemands et qu’on avait besoin de soldats pour y faire barrage de leurs corps criblés de balles. Sans succès d’ailleurs.

    • Il me semble que vous confondiez l’Europe avec l’Asie !
      Quant-à la société, elle est bien contente d’avoir les femmes sinon elle n’existerait plus depuis bien longtemps, mon cher Monsieur !
      Quant-aux allocations et aides, contrairement aux idées reçues, très peu de gens en profitent, il me semble qu’il y a 6 millions de personnes aidés en France sur 65 !

  9. Bon, je vais mettre les pieds dans le plat, tant pis. Les familles nombreuses, à partir de 3 enfants, sont démesurément avantagées par le système actuel: allocations familiales, quotient familial, retraite… Au détriment notamment de celles qui ont le fait le choix de n’avoir qu’un enfant (et qui n’ont droit à aucune allocation familiale, entre autres bizarreries délibérément punitives).

    Nous ne sommes plus dans les années 1930, où la France avait besoin de fratries nombreuses – et si possible pas trop éduquées – pour fournir les bataillons de chair à canon en uniformes bleu garance et d’ouvriers agricoles pour le travail des champs. C’est fini depuis belle lurette. La puissance d’un pays et le bien-être de ses citoyens ne sont absolument pas corrélés à sa population ni à sa natalité. Il y a aussi dans ces politiques comme un arrière-gout de ‘travail-famille-patrie’ teinté de natalisme catholique (mais finalement encouragé par toutes les religions). 80 ans après, dans un état soit-disant laïc et démocratique, c’est désespérant.

    La décision d’avoir tel ou tel nombre d’enfants – au delà des aléas et probabilités naturels – doit être un choix personnel et n’a pas à être orienté par l’Etat. Dans ce domaine, la politique fiscale doit être neutre: il ne s’agit pas de désavantager ce qui font le choix d’une famille nombreuse, mais il ne faut pas non plus l’encourager en leur offrant des avantages hors normes (qui, je le rappelle, se font au détriment des autres). Il est évident qu’un parent qui s’arrête de travailler pour élever ses enfants gagnera moins bien sa vie et accumulera moins de droits à la retraite: encore une fois c’est un choix personnel dont les conséquences n’ont pas à être supportées par les impôts de la collectivité (notez bien que je suis actuellement moi-même à temps partiel à 80% pour, entre autres, m’occuper de ma fille: je gagne moins et cotise évidemment moins, je n’ai aucune allocation familiale, et ma carrière va très vraisemblablement en souffrir car, comble de l’infamie, je suis un homme qui a le toupet de ne pas respecter le schéma classique « la femme aux fourneaux et l’homme au boulot »: je ne vais pas pour autant quémander de l’aide à l’Etat, j’assume les conséquences de mon choix).

    D’autre part, à une ère où la surpopulation mondiale et la surexploitation des ressources mondiales sont des faits avérés, encourager exagérément la natalité est pire qu’un anachronisme: c’est un erreur fondamentale.

    Ces mesures d’équité et de bon sens remettent simplement l’église au milieu du village. Il y a par contre un point que l’on peut effectivement discuter: il s’agit de la rétroactivité. La fiscalité actuelle étant de manière évidente démesurément favorable aux familles nombreuses, il est évident qu’elle a fortement orienté les choix de nombreuses familles, et remettre ces avantages en question pourrait les mettre en difficulté dans le futur. Ces mesures pourraient donc ne s’appliquer que vis-à-vis des enfants à naître.

    • Bcp de clichés dans votre message et quelques vérités à rétablir.
      – ce ne sont pas les cotisations qui vont faire votre retraite mais la démographie pour simplement renouveler les générations.
      – élever un enfant c’est aussi une courbe de consommation qui donne du travail à du monde donc si les familles ont 3 enfants elles consomment plus également
      – le quotient familial est plafonné comme les allocations familiales. Dire que les familles sont ultra-favorisées est un peu excessif vu leur charges supérieures
      – les émissions de CO2 sont proportionnelement sensiblement moins élevées par individu sur les familles nombreuses voire extra-nombreuses notamment par rapport aux familles mono-parentales avec des chambres vides 50% du temps…

      je pourrais continuer car nous avons tous notre prisme…… et j’ai peut-être tort.

      Mais cette Loi va contre la solidarité et elle porte en elle des ferments de révolte.

      • « – ce ne sont pas les cotisations qui vont faire votre retraite mais la démographie pour simplement renouveler les générations. » ET la croissance (chômage), car une démographie de chômeurs ne fait pas de cotisations CQFD!

      • – « ce ne sont pas les cotisations qui vont faire votre retraite mais la démographie »: vous reconnaissez donc explicitement que le système de retraite par répartition n’est finançable qu’à condition d’une éternelle augmentation de la population de cotisants… ce qui, dans un monde fini et aux ressources surexploitées, est de manière évidente tout simplement impossible – en tout cas pas au niveau mondial. Vous fournissez donc sur un plateau en or massif un argument explosif et imparable aux détracteurs de la répartition (dont je ne fais pas partie): elle est écologiquement insoutenable !
        – « élever un enfant c’est aussi une courbe de consommation qui donne du travail à du monde »: Pour vous, la natalité ne serait donc qu’un moyen d’augmenter à l’infini le nombre de consommateurs et donc fournir du travail aux ‘marchands du temple’ ? Au passage, vous réduisez nos enfants à leurs futurs statuts de consommateurs et de producteurs perpétuant un mode de vie consumériste qui n’a aucun avenir… Là aussi: impasses écologique et philosophique évidentes.
        – « le quotient familial est plafonné comme les allocations familiales. Dire que les familles sont ultra-favorisées est un peu excessif vu leur charges supérieures »: le quotient familial est certes plafonné, mais de manière uniforme pour chaque demi-part. Or, à partir du 3ième enfant, chacun donne droit à une part complète supplémentaire, et non une demi comme les deux premiers. Je maintien donc que, mathématiquement, les familles nombreuses sont bel et bien avantagées.
        – « Dire que les familles sont ultra-favorisées est un peu excessif vu leur charges supérieures »: n’importe quelle famille nombreuse de bonne foi reconnaît que, sauf cas particulier d’enfant très espacés dans le temps (ou de familles vraiment très nombreuses qui nécessitent l’achat d’un véhicule coûteux type minivan), celui qui coûte le plus cher, et de loin, est.. le premier. Il y a ensuite des effets d’échelle et de ‘réutilisation’ qui abaissent fortement le coût marginal. D’autre part, que 3 enfants ‘coûtent’ plus que 2, c’est une évidence à laquelle j’espère que les parents ont réfléchi. Encore une fois, ce n’est pas aux impôts des autres de financer les choix personnels et volontaires aux conséquences par ailleurs aisément anticipables.
        – « les émissions de CO2 sont proportionnellement sensiblement moins élevées par individu sur les familles nombreuses voire extra-nombreuses notamment par rapport aux familles mono-parentales avec des chambres vides 50% du temps »: euh, au-delà des comptes d’apothicaires plus ou moins vérifiables sur les micro-deltas d’empreinte CO2 (on peut aussi dire que plus d’enfants signifie plus d’activités donc plus d’émissions de CO2 liées aux transports), une seule chose est certaine: plus vous aurez d’enfants, plus l’empreinte écologique de votre descendance sera élevée (à moins que vous n’ayez pour ambition de faire en sorte que vos enfants aient le mode de vie du Mali).

        Je ne vois donc dans vos arguments aucun qui justifie de perpétuer ad vitam une politique fiscale exagérément nataliste qui ne correspond plus aux exigences républicaines, citoyennes et environnementales de notre époque.

    • Plutôt d’accord avec vous Polaris.
      Néanmoins, quand vous écrivez: « La décision d’avoir tel ou tel nombre d’enfants – au delà des aléas et probabilités naturels – doit être un choix personnel et n’a pas à être orienté par l’Etat. », vous ne pouvez pas ignorer que, sous des prétextes fallacieux et/ou religieux, certaines catégories de personnes font (ou à minima ne vont pas contre de faire) des enfants dans un but d’optimiser les aides sociales, n’en déplaise à la classe bien pensante.

  10. C’est dans la lignée des réformes de ce gouvernement qui va bien finir par obtenir une explosion sociale généralisée : réforme de l’assurance chômage qui atomise les plus précaires et vulnérables, corvéables à merci et obligés d’enchaîner les contrats très courts (sans introduire avant… 2021 ! la pénalisation de l’abus de ces contrats courts), réforme des retraites dont l’impact social risque d’être très important comme vous le montrez ici pour un exemple parlant, réforme de la fiscalité au profit des plus aisés – sans qu’il soit réellement prouvé que ça favorise un quelconque ruissellement…

    Et quand on manifeste, on risque de perdre un œil même en étant totalement pacifique, sans que la justice ne puisse réellement faire son travail du fait du verrouillage des enquêtes par une IGPN aux ordres et un parquet nommé par l’exécutif… tous les ingrédients se mettent en place pour une explosion sociale généralisée, faute de permettre aux déclassés d’avoir un espoir…

    C’est de plus en plus inquiétant, bon nombre ne verront de solution que dans la violence ou « au mieux » si j’ose dire dans les extrêmes… E. Macron portera une lourde responsabilité dans cette situation, même s’il est dans la lignée de ses prédécesseurs…

  11. A petit louis
    Le système par répartition est une véritable avancée dont on doit se réjouir. Par contre son fonctionnement ne peut pas être lié à l’espoir qu’il y aura toujours plus de cotisants (donc faisons en …) car cela revient à transmettre le problème (plus de cotisants veut dire que le besoin de retraite enfle à chaque générations… Je ne considère pas que le système des fonds de pensions US qui versent des pensions aux retraités US à partir des revenus du travail dans des pays où on n’imagine même pas une retraite soit la solution juste.
    La planète ne résistera pas à une augmentation sans limite de la consommation, si faire un enfant c’est pour augmenter la consommation, il y a une erreur… La vraie révolte viendra plus d’un effet  » ile de Pâques  » où sur une île isolée (similitude avec notre planète…) l’augmentation de population a totalement consommée toutes les ressources ( L’ile de Pâques a été très boisée…) et où la population s’est auto détruite en guerre de clans… Avant de parler de révolte sociale en France, peut être regarder la situation de la protection sociale dans d’autres régions dans le monde…. Se contenter de dire  » toucher pas à la (ma) retraite  » ou  » faites payer les autres (genre fond de pensions ou au nom de la solidarité bien comprise …) » c’est sans doute une vision d’autruche… Si on suit votre raisonnement sur les chambres vides à 50%, on peut aussi suggérer de regrouper les retraités dans une même maison????

    • Contrairement à ce que vous pensez mon intérêt est dans la vente de produits retraite et fonds de pension donc je ne prêche pas pour ma paroisse, et personnellement ma retraite est presque assurée par mon travail d’entrepreneur et une certaine prise de risque. Ensuite vous déformez mes propos. Je ne parle que du renouvellement des générations. Une société sans enfants….c’est une société en décroissance forte…

      Mais je ne fais pas dans l’angelisme donc je sais pertinemment que les Regime de Retraite ne peuvent survivre que par la présence de cotisants demain. On laisse aux générations futures une dette en hausse constante…. et le pire dans cette reforme c’est que l.Etat tout puissant ponctionnerai ce qu’il souhaite.

      La planète peut accueillir une croissance responsable pour peu que l’on revienne aux choses essentielles. Manger sain, produit proche de chez soi, éviter les concentrations urbaines et repenser ses schémas de vie sur des valeurs comme la frugalité, la fidélité, la simplicité, la durabilité…… OUI je sais c’est moche et ça ne vaut pas 1 semaine de vacances au Sri Lanka, mais…. j’aime cette idée.

      • Le problème, c’est que lorsque l’on se documente de manière un peu approfondie et idéologiquement neutre sur la question, la phrase « la planète peut accueillir une croissance responsable pour peu que l’on revienne aux choses essentielles » n’est vraie… que si cette croissance est très inégalement répartie (en gros: comme aujourd’hui). Si la population humaine mondiale actuelle (environ 7.8 milliards) devait accéder au même niveau de vie et de confort ‘soutenable’, les sacrifices à faire pour nous occidentaux dépasseraient très largement le fait de ne plus aller en vacances au Sri Lanka, comme vous l’écrivez: la vérité est que notre niveau de vie devraient revenir globalement à celui… du début du 20ième siècle. Argh.

        Eh oui, rien que ça. Les sacrifices que nous devrions consentir sont COLOSSAUX (et pour tout dire, inacceptables pour 98% des gens, moi compris): rien à voir avec le fait de garder le même mobile 10 ans, de manger de la viande 1 fois par semaine, de ne plus voyager et de rouler en Zoé. Ce serait autrement plus violent et inconfortable. Ces estimations ne proviennent pas de malthusiens fin-du-mondistes un peu ‘allumés’ comme l’ex-ministre Yves Cochet, mais de bureaux d’études très sérieux et pas particulièrement adeptes de la décroissance comme Carbone4 de Jancovici.

        On aura beau retourner le problème dans tous les sens, la surpopulation humaine mondiale est LE problème n°1 duquel découlent tous les autres. La stabilisation puis la baisse de la population mondiale viendra inévitablement: soit de manière organisée, comme en Chine, soit de manière plus spontanée et violente: par les épidémies, la misère, la faim, la pollution, la guerre, la surexploitation des réserves d’eau et des terres agricoles…

        Dans ce cadre, les vieilles incitations fiscales natalistes françaises paraissent bien d’un autre temps et déconnectées de la réalité.

        • Ce qui paraît logiquement vrai dans votre propos, l’était de même il y a quelques décennies quand la population mondiale était à moins de 4 Mds d’individus!
          Et l’innovation, la mécanisation, robotisation, l’augmentation des rendements, tous ces termes se terminant en « ion » ont fait que le problème de la dite surpopulation n’est pas guère plus prédominant aujourd’hui qu’hier, même si je conçois qu’il y a tout de même une limite.
          Par exemple, vous évoquez le problème de l’approvisionnement en eau. Avec la technologie du dessalement de l’eau de mer, bien au point aujourd’hui, la possibilité de construire rapidement des réseaux ou des réserves, ce problème n’est en ce 21ème siècle qu’un besoin de financement et accessoirement de « mise au tapis » de (certains) écologistes qui ne comprennent rien aux problèmes de l’humanité.

      • « … éviter les concentrations urbaines et repenser ses schémas de vie sur des valeurs…. »
        Ce serait probablement mieux pour le bien vivre de chacun et la « paix sociale » mais avez-vous pensé aux agriculteurs qui ne cessent de se plaindre que l’urbanisation rurale ne cesse de les amputer massivement de terrains qui sont leurs outils de travail et production et à terme mettre en péril le ravitaillement de notre pays.

  12. Guillaume, cet article vous aurait-il été inspiré par la CGT ? 🙂 🙂

    S’agissant des trimestres supplémentaires supprimés au mères, ne voyez-vous pas le manège de ce gouvernement?
    Il est simple à comprendre, les gouvernants savent très bien que cette réforme, à l’instar des précédentes va soulever beaucoup de monde, cégètistes en première ligne (Cf. grève du 5/12).
    Il faudra donc leurs donner un peu de grain à moudre. C’est ce qui se passera en 2ème phase, les gouvernants reviendront, en partie au moins, sur cette suppression de trimestres, et hop exit les régimes spéciaux et bienvenus dans l’enfumage !

  13. Guillaume, cet article vous aurait-il été inspiré par la CGT ? 🙂 🙂

    S’agissant des trimestres supplémentaires supprimés au mères, ne voyez-vous pas le manège de ce gouvernement?
    Il est simple à comprendre à mon sens, les gouvernants savent très bien que cette réforme, à l’instar des précédentes (réforme Fillon) va soulever beaucoup de monde, cégètistes en première ligne (Cf. grève du 5/12).
    C’est un test, il faudra donc leurs donner un peu de grain à moudre si la mobilisation est importante les jours à venir. C’est ce qui se passera en 2ème phase, les gouvernants reviendront, en partie au moins, sur cette suppression de trimestres, et hop exit les régimes spéciaux et bienvenue dans l’enfumage !

  14. J’ai comme l’impression que l’étude a supposé que les 8 trimestres par enfant seraient considérés comme des trimestres travaillés (ceux qui comptent pour avoir assez de trimestres pour avoir accès à une retraite à taux plein avant 67 ans). Or il me semble que c’est erroné, et que ces trimestres comptent juste pour la calcul du ratio « trimestres validés / trimestres requis ».

    Voici un exemple pour être plus concret :
    soit une femme née en 1960, qui doit avoir travaillé 167 trimestres pour toucher une retraite à taux plein.
    cette femme a eu 1 enfant (pour lequel elle a pris un congé maternité, voire un congé parental, mais sans interrompre sa carrière : elle a validé 4 trimestres ces années là)
    supposons qu’elle veuille prendre sa retraite en 2023, avec 157 trimestres travaillés
    Pour le calcul de sa retraite, il y aura bien 10 trimestres manquants, soit une décote de 12.5%, et la retraite sera : 50% * (100% – 12.5%) * 165/167 * [salaire moyen actualisé des 25 meilleurs années].
    Les 8 trimestres pour l’enfant ne diminuent pas la décote de 12.5%, mais transforment juste le ratio de 157/167 en 165/167.

  15. au fait est ce que se nouveau régime de retraite sera appliqué au politiques ? dans le cas d’un oui , a mon avis beaucoup vont revoir leur orientation de fin de carrières, peut etre qu’ils garderont tout de même leur avantagesss !!!
    quand ils vont se prendre le peuple en pleine figure ils pourront dire que ça au moins ils ne l’ont pas volé
    basta

  16. « Réforme des retraites : Les mamans seront les grandes perdantes. Elles devront travailler plus longtemps ! » . j’adore votre humour 😉 oui, ben les pauvres, elles travailleront plus longtemps, si elles peuvent… car si elle se retrouvent au chomage à 60 ans, ça m’étonnerait fort qu’elles trouvent un nouvel employeur… ( à part quelques rares cas, qu’on montre en exemple, et qui ne représentant pratiquement personne). de plus, maintenant au japon, il y a de grands problèmes dans les entreprises où 3 générations doivent travailler ensemble.

    • Tout à fait exact, à quoi bon repousser l’âge de la retraite si c’est pour être au chômage dans les 1 à 5 ans avant l’âge de départ!
      Il est temps de penser à mutualiser les caisses de retraites (carsat) et assedic.

  17. La politique familiale généreuse de la France n’a pas été faite pour fournir des soldats face à l’Allemagne,dans les années 30 il y avait environ 40 M de français pour près de 80 M d’allemands,l’armée française en 1939 comptait environ 2M de soldats pour près de 5 M de soldats allemands,même avec la PMA c’était perdu d’avance….!
    La politique familiale généreuse a été faite pour assurer justement le financement des retraites avant de devenir un aspirateur à immigration.

  18. A ce jour, il n’y a aucun projet de loi en discussion. Et c’est le syndicat majoritaire en France qui le dit….Pourquoi se faire peur inutilement ? Certe, il faut etre vigilant, mais vous nous avez habitué à plus de rigueur M. Fonteneau. Votre article participe à la confusion actuelle.

  19. Bonjour

    Pour moi, l’analyse est fausse
    Surtout avec le peu d’informations vraiment disponible à ce jour
    Perte de 8 trimestres par enfant , certes , mais attribution de points gratuits ( on ne connait pas le nombre ) et ex taux plein à 64 ans ,la notion de trimestres disparaît
    Les trimestres n’ont jamais augmenté le montant de la retraite , des points gratuits OUI
    Comment affirmer que cela pénalise les femmes ?
    Cette analyse sans les détails de la reforme est prématurée pour moi

    • En revanche, perdre 8 trimestres par enfant pour les femmes qui en ont élevés, c’est souvent des trimestres gagnés pour partir à taux plein à 62 ans.
      Dans la réforme, l’incidence serait de repousser cet âge bien au delà de 62 ans.
      Pour une femme ayant élevé 2 enfants par exemple, l’âge de départ pourrait être repoussé de 4 ans! Pas cool pour ces pôvres mamans !

      • Pas tout a fait juste , puisque age pivot a 64 ans , donc maxi deux ans de plus que 62 ans …… mais des points et une retraite un peu plus grosse
        Les trimestres pour enfants ne font pas partir avant 62 ans ….

        • L’âge pivot à 64 ans a, bien que non enterré, du plomb dans l’aile si je puis dire

          Ensuite, comme d’habitude pourquoi faire simple quand on peut construire une usine à gaz,. C’est tellement compliqué et dépendant de plusieurs cas de figure, notamment privé/public, que l’on n’y comprend plus rien.

          https://www.capital.fr/votre-retraite/reforme-des-retraites-quels-seront-vos-droits-en-fonction-de-votre-nombre-denfants-1346960

          Cela n’empêche que, en supposant que c’est la femme qui s’arrête de travailler pour élever les enfants et qu’elle a commencé à travailler sur le tard, elle se trouvera pénalisée sur son âge de départ par rapport au système actuel.

          • NON, pas d’accord, aujourd’hui la plupart de mes clientes ont la retraite a taux plein a 67 ans …….
            et avec l’age pivot de 64 ans elle gagnent 3 ans
            mais d’autres perdront 1 ou 2 ans
            De toute façon il y aura des gagnants et des perdants
            Sans parler du plus 5% par enfant des le premier enfant, ce sera millions de femmes concernees au lieu de 3 millions aujourd’hui c’est pour cela que l’article du blog patrimoine est abusif dans le titre
            on ne prend que le cas le plus mauvais comme d’habitude, en france on prend le cas le pire et on ne pense a celles et ceux qui vont y gagner

            • Vous comprenez néanmoins que celles qui vont perdre soient furibonde alors que la réforme est annoncée pour plus de justice et là je ne parle pas des régimes spéciaux.

      • Pas juste du tout : relisez mon message du 28 novembre 2019 at 02:39 un peu plsu haut.

        • Votre exemple « plus haut » est différent de ce que j’ai écrit puisqu’il part du principe qu’il n’y a pas eu d’interruption de travail au moment de la naissance de l’enfant et, de surcroît, vous parlez de décote (d’argent donc) alors que je parle de l’âge de départ, ce qui sont deux choses différentes.

          • Si vous prenez toujours le cas le pire, je ne peux que vous confirmer : toute réforme (aussi juste et logique soit-elle), qui par définition change quelque chose, à ressource inchangées, fera des GAGNANTS et des PERDANTS. Vous trouverez donc toujours un cas d’une personne y perdant (et ceux-ci seront souvent sur-représentés dnas les média au niveau des réactions vis à vis de la réforme).

            Mais ça ne signifiera pas que la réforme est mauvaise ou injuste, et encore moins que l’ensemble d’une catégorie (par ex ici les mères de famille) y perde.

            • Que des personnes y perdent parce qu’elles avaient un avantage certain (comme les régimes spéciaux ou les fonctionnaires qui sont d’ailleurs des régimes le plus souvent des régimes quasi identiques), je conçois cela comme plus de justice, mais les mères de famille, à mon sens, n’entrent pas dans ce cadre là !
              Elles n’ont/n’avaient pas un avantage mais une compensation pour leur dévouement et le mieux de nos sociétés. Déjà qu’elles ont des salaires moindres!

              « Une nouvelle étude de l’OCDE montre que si l’on arrive à trouver un bon équilibre entre travail et vie de famille, la société en bénéficiera à de nombreux égards : l’emploi augmentera, les familles auront des revenus plus assurés, l’égalité hommes-femmes sera renforcée et le développement de l’enfant sera favorisé. »

  20. J’ajouterais que les gestionnaires de patrimoine ont tendance a faire peur aux assures ….
    Pour les inciter a souscrire un contrat dit « retraite » pour augmenter les revenus à la retraite …
    Contrats pas toujours financièrement intéressants pour l’assure

  21. Le problème de la croissance demographique dans les pays occidentaux est réglé qui sont tous a des taux inférieurs au seuil de renouvellement
    Parler donc d’incitation à la natalité au sujet des quelques malheureux « avantages » accordés aux mères de famille est ridicule compte tenu de l’echec flagrant de cette politique « nataliste »
    La croissance demographique mondiale est due à l’afrique au moyen orient et a l’asie du sud

    • Si j’en crois Gérard Larcher, ce midi sur RTL et le site ci-dessous, la croissance démographique en France est toujours positive même si en voie de stabilisation, contrairement à l’Allemagne si souvent citée et l’Italie en baisse sensible.

      http://www.observationsociete.fr/population/evolution-pop-france.html

      Concernant la croissance démographique de l’Asie du sud, notez que la Chine n’est plus en croissance native, mais simplement du fait de l’espérance de vie qui a nettement augmenté et qui, à priori et faute d’inventions nouvelles susceptibles de l’augmenter, devrait se stabiliser dans les prochaines années.
      Quant à l’Afrique et le moyen orient, la CD, est plus liée à des affaires de politiques de gouvernance et militaires et en parallèle, de politiques sociales.

      • Le problème des retraites (problème de pays riche…) n’est pas lié à un nombre de naissances mais au nombre de retraités candidats à une pension. Par contre il y a un véritable problème de démographie au niveau de la planète du pour une bonne part à un excès de naissances par rapport aux décès. L’ hygiène (de base) a considérablement réduit les décès avant 2 ans, et les traitements médicaux augmentent considérablement l’âge du décès… Donc, sauf à abandonner les bienfaits de la médecine, il faut arrêter les encouragements à créer des familles  » nombreuses »… Ce n’est pas en multipliant les naissances qu’ on équilibrera les régimes de retraite, d’autant plus que les cotisants ont vocation à devenir eux aussi retraités, à terme…

        • C’est pourtant tout ce que tout le monde dit: plus de naissances, plus de cotisants à terme donc plus d’argent pour les retraités.
          Et la réciproque est vraie aussi.

          • L’argument  » c’est ce que tout le monde dit » est… comment dire… un peu court ?
            Au passage, si je regarde le problème français des retraites, je constate que depuis 60 ans la population française ne cesse d’ augmenter et que depuis 25 ans il faut envisager tous les 4 ou 5 ans un ajustement soit sur l’âge, la durée de cotisation ou le gel des pensions…( le politique du moment essayant de vendre sa réforme comme la der de der…).Donc l’accroissement de population n’a pas l’air d’être la panacée…
            La réciproque formalisée de votre proposition est, plus de retraités (ou d’argent consacré aux retraités) égale plus de naissances…

            • Un accroissement de population avec un taux (pseudo*) de 8% est effectivement un handicap sérieux.
              D’autres pays en plein emploi n’ont plus de pbs de retraite ou tout au moins moindres.

              (*) en réalité plus proche des 15% (non inscrits, emplois partiels, …)

      • Asie du sud=pakistan inde bangladesh indonesie

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.