Assurance vie et gestion de patrimoine

Au tout début de cette année 2017, nous vous expliquions dans cet article « Assurance vie : Des rendements proche de zéro en 2017 et même négatifs en 2018 ? » que le rendement réel 2017 de votre contrat d’assurance vie en fonds euros sera proche de zéro.

Alors que l’année 2018 approche, le moment est venu de confirmer la seconde partie de cette article : Le taux de rendement réel 2018 du fonds euros de votre contrat d’assurance vie sera négatif en 2018 ! 



C’est l’euthanasie du rentier qui prend forme à cause les taux d’intérêt réels négatifs. Les taux d’intérêt négatifs ont pour conséquence un transfert de richesse entre les créanciers que sont les épargnants et les débiteurs que sont les emprunteurs structurels (Etats et entreprise principalement). 

 

L’épargnant ne peut que constater la baisse de la valeur relative de son patrimoine au rythme des taux d’intérêt négatifs.

Lorsque le rendement de l’épargne est de 1% net d’impôt alors que l’inflation est de 1.50%… L’épargnant perd 0.5% par année – CQFD –

De manière très pragmatique, il suffit de constater la médiocrité du rendement des fonds euros des contrats d’assurance vie escompté pour 2017 et de la comparer au niveau de l’inflation 2017.

En 2017, le rendement avant impôt et prélèvements sociaux est estimé à 1.48% pour les fonds euros des contrats d’assurance vie, soit 1.22% après les prélèvements sociaux et avant impôt sur le revenu payé uniquement en cas de rachat.

En 2017, l’inflation devrait s’établir à 1.50%.

L’épargnant en fonds euros d’assurance vie est donc victime des taux d’intérêt négatifs et constate la baisse de la valeur relative de son patrimoine. 

En 2018, avec une inflation qui devrait se maintenir proche de son niveau de 2017 (les anticipations BCE sont à 1.20% au moment ou je rédige cet article) et un rendement des fonds euros qui devrait encore baisser, le rendement des fonds euros des contrats d’assurance vie seront à nouveau négatifs pour 2018 !



La question est alors de trouver une solution pour lutter contre les taux d’intérêt négatifs. La réponse classique proposée par la majorité des commerciaux est d’encourager à prendre davantage de risques pour espérer un rendement meilleur. Un tel conseil dont la pertinence est proche de l’incantation consiste simplement à passer de la certitude d’un rendement médiocre… à l’espoir d’un meilleur rendement ! Une seule certitude, l’espoir fait vivre… les commerciaux dont les commissions augmentent. 

De notre côté, nous y voyons qu’une solution : Chercher à diminuer le montant de votre épargne et vous investir véritablement dans la valorisation de votre argent ! (cf »L’épargne est une erreur, débarrassez vous en avant qu’il ne soit trop tard ! »).

Prendre plus de risque pour espérer un meilleur rendement n’est pas une solution pour l’épargnant averse à la volatilité de son capital et sera à l’origine de déconvenues très fortes lors du prochain retournement de la bourse.

 

 

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des baisses de taux de crédit immobilier pour ce mois d’Octobre 2017 !

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Les taux sont au plus bas, c’est le moment de s’endetter pour investir et valoriser son patrimoine. Voici le barème des meilleurs taux de crédit immobilier grâce à notre comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier ou votre renégociation :

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux

L’emprunteur immobilier se fait rembourser son crédit immobilier par l’inflation.

C’est la deuxième partie de notre conviction. La contrepartie de l’euthanasie de l’épargnant, c’est l’enrichissement de l’emprunteur grâce aux taux d’intérêt excessivement faibles et notamment inférieur au taux d’inflation (cf »Endettez vous pour profiter du retour d’une inflation supérieure au taux de crédit immobilier »).

L’investisseur immobilier qui emprunte à 1.30% sur 20 ans alors que l’inflation est à 1.50% s’enrichit voit baisser le montant réel de ses mensualité de crédit immobilier. Demain, si l’inflation devait sérieusement reprendre, car n’oublions pas que 20 ans de crédit c’est long et qu’il n’es pas certain que les taux restent si bas pendant les 20 prochaines années, l’emprunteur s’enrichirait encore davantage !

C’est une conviction que nous avons partagé avec vous notamment dans cet article « Pour ne pas subir les taux d’intérêt négatifs, il faut s’endetter et investir… » ou encore « Les taux d’intérêt négatifs sont ils la nouvelle euthanasie des rentiers ? ».

Ce gain lié aux taux d’intérêt négatifs n’est il pas de nature à compenser le niveau très élevés des prix de l’immobilier ?

Les investisseurs immobilier, que ce soit pour l’achat de votre résidence principale ou d’un bien locatif, ne feront ils pas un excellent investissement si l’inflation devait durablement se raffermir ? C’est ma conviction !

 

 

Comment l’épargnant peut il placer son épargne pour profiter de l’enrichissement des emprunteurs ?

L’épargnant qui ne peut se muter en investisseur doit donc chercher à épargner dans un actif structurellement emprunteur qui profitera des taux d’intérêt négatifs. La réponse est simple : Investir dans le capital des entreprises qui s’endettent pour investir et pérenniser leur modèle économique. 

Mais attention, l’épargnant devra éviter de placer son argent sur des marchés organisés tels que les actions ou les bourses dont les valorisations sont déformées et excessives par l’abondance des liquidités apportées par les banques centrales.

L’investissement dans les entreprises non cotées doit être une solution même si l’abondance d’épargne à investir fausse également ce marché à l’instar des levées de fonds non raisonnables de certaines startups (cf »La prochaine crise sera celle du capital investissement sur fond de hausse des taux d’intérêt ! »).

Bref, pas simple …



Ces autres articles devraient vous intéresser :


29 Comments

  1. « Une seule certitude, l’espoir fait vivre… les commerciaux dont les commissions augmentent. » Vous êtes toujours acide envers vos confrères, alors que vous ne proposez pas de solution concrète sur: comment placer des liquidités devant rester disponibles? celà ne vous grandit pas

    • Si la réponse est simple et constante : « Accepter de voir baisser, lentement, mais surement, la valeur de votre patrimoine. « . En refusant d’investir, vous être la victime des taux d’intérêt négatifs…

  2. Bonjour Guillaume,

    Je ne suis pas persuadé pas que l’investissement dans des entreprises non cotées soit une alternative aux fonds en euros 😉

    Par ailleurs, je ne suis pas sûr qu’il faille s’alarmer d’un taux d’intérêt (légèrement) négatif. S’il est le prix de la sécurité, pourquoi pas ?

    AS

    • Fredy Gosse says:

      c’est ce que font les emprunteurs de obligations allemandes-:)

    • Oui, merci Arnaud, bien évidemment…

    • Tout à fait, d’autant plus que certains produits « concurrents » peuvent s’en tirer encore moins bien (cf. le livret A)

    • Le non coté, sans être accompagné et avec une surface financiere et diversification obligatoire, b’est effectivement pas très recommandé…

      Pour les taux ( l’ étau ?)négatifs: N’exagérons pas !
      Le vol c’est le VOL ! Ces taux sont du vol, de même que ceux qui sont positifs mais inférieurs à l’ inflation.
      Quelle inflation, voila le sujet, un sujet…
      Lkes chiffres sont abobifreusement trafiqués, expurgés de ce qui dérange. Si l’on dit qu’ elle est à 4 %, on exagère, mais si on la place à 8 %, on est une bête à abattre, un fou , que sais-je encore.

      Ces chiffres sont pourtant plus proches de la réalité…alors pour le coup toutes les prévisions de plus values sont moins mirobolantes…

      Exemple: Les fraises ,en saison, n’ont soi disant pas augmenté ( celles sans goût venues d’ Espagne, et tellement polluantes) disons 4 €/kg, mais les bobos qui assènent des chiffres se paient de la fraise bio à 8 € ke KG minimum.
      Si je veux manger correctement, pour le coup l’ inflation est de 100 % !!

  3. Bonjour,

    Guillaume sonne l’alarme et bouscule les bonnes vielles habitudes.

    L’approche globale du CGP devient primordiale en se concentrant d’abord sur les objectifs du client et, dans un deuxième temps, dégager des solutions sur des enveloppes et produits. l’AV, reste et restera l’outil de transmission et d’organisation du patrimoine parmi d’autres bien connus (PEA, SCI, démembrement, etc.).

    Pour trouver un bon taux de rendement/risque en adéquation à l’aversion du risque du client, Il convient maintenant combiner ses outils aux nouveaux à acteurs comme les robot-advisors (Yomoni / Wesave / Nalo et autres), voire même une petite pincette de BitCoin (pour le fun !) …
    Et pourquoi pas, le bon vieux couple 40% actions monde / 60% obligations ….

    Bref, les solutions existent, il manque peut être l’audace ?

    Olivier

  4. papigilles says:

    Eh oui,vous connaissez le dit-on : « qui doit ses dettes s’enrichit ».Donc,contrairement à l’objectif « Macron » il faut investir dans l’immobilier quitte à payer l’impôt sur la fortune. Vos trois cailloux resteront debout et seront toujours là, surtout si le coup dur de la crise annoncée se produit.

  5. Si toutefois vous vous intéressiez aussi aux revenus et aux besoins de ceux que vous voudriez loger, vous iriez au devant de lourdes déconvenues. D’autre part, en cas d’arbitrage ou de revente forcée lors d’une remontée générale des taux à -mettons 6%, le prix technique devrait chuter de plus de 30%, sauf à revendre là où les acquéreurs seront suffisamment riches pour payer la charge d’intérêt supplémentaire. Il semble que l’objectif de Macron soit extrêmement clair: aider les banques à nous ratiboiser à moins que non…pardon, ce soit: nous aider à investir dans l’appareil de production, soutien premier de l’emploi: Le crowdfunding n’a pas été sous les projecteurs depuis quelques temps, c’est normal? …

    • L’ appareil de production n’est plus le premier soutien de l’ emploi CHEZ NOUS, en Europa, ni en Allemagne ( cf Siemens qui dégraisse à cause de la concurrence chinoise).

      Le crowdfunding a laissé voir pas mal d’ arnaques ou des rendements clairement pas au rendez vous…surtout quand il y est fait appel pour financer les charges au lieu de développer l’ investissement.

    • investir dans l’appareil de production, revient tout simplement à acheter des machines plus performantes , ou autres outils numériques, pour faire le travail que faisait des salariés. Et moins de salariés veut dire moins d’acheteurs potentiels dans l’immobilier, et donc une baisse des prix immobiliers à venir, d’ailleurs les loyers sont en baisse déjà à Paris et dans d’autres villes importantes.

      • Fredy Gosse says:

        Faux c est simplement rendre compétitives des entreprises qui disparaitraient face à la concurrence😩

        • Jusqu’à maintenant, ça a été vrai, les pays qui investissent le plus dans les robots sont aussi ceux qui connaissent le moins de chômage. Mais la tendance est lourde, d’une part, et d’autre part, plusieurs de ces pays sont attractifs soit pour de la main d’oeuvre de qualité soit pour de l’investissement. Il faudrait arrêter de financer les entreprises qui vont de toutes les façons disparaître et s’intéresser uniquement à celles qui ont un fort potentiel. Idem pour l’immobilier: loger les sans emplois de demain n’a que peu d’intérêt. Loger les étudiants qui papillonneront encore plus qu’aujourd’hui, pas davantage. Même si ça n’est pas très glamour, nos « vieux » sont encore la valeur la plus sûre. Et aussi tout ce qui est « co-« : colocation, coworking etc

        • oui, mais pour rendre ces entreprises plus compétitives face à l concurrence, ça revient bien à supprimer des emplois, remplacés par des machines.. effectivement, ces entreprises n’ont sans doute pas d’autre choix. Investir sauve sans doute des entreprises face à la concurrence, mais investir est aussi synonyme de pertes d’emplois, contrairement à ce que nos politiques essaient de faire croire à la populace.

          • Fredy Gosse says:

            Ben non il n existe pas d emplois sans consommateurs internes ou externes…..l entreprise n est pas un lieu pour produire et seulement produire …sinon vous croyez que la valeur est produite par le seul travail.Donc si c est vrai le proleme de l emploi est vite réglé il suffit de mettre une moitié des millions de chômeurs à creuser des trous avec une pelle et ensuite de les faire reboucher par l autre moitié et pour les payer?facile imprimer des billets..
            Si on avait interdit au début du 20 eme siècle le taylorisme on circulerait encore en diligence😁

            • eh ben, justement, c’est ce qu’on fait actuellement, imprimer de billets… (c’est bien ce que fait la BCE, non ? et depuis plusieurs années déjà), pour soutenir une demande des consommateurs fauchés… sans ça, les prix de l’immobilier ( et aussi de nombreux biens de consommation) aurait dévissés depuis longtemps.

  6. Fredy Gosse says:

    C est sur c est que si on bosse moins on investit moins et que le poinçonneur des Lilas est un modèle de sauvegarde de l emploi puis je me permettre de dire aux jeunes que leur avenir est problématique😭

  7. « Les investisseurs immobiliers, que ce soit pour l’achat de votre résidence principale ou d’un bien locatif,…….. »
    Non, acheter sa résidence principale n’est pas un investissement, ou vraiment un très très mauvais investissement, c’est éventuellement un placement si vous achetez en partie cash.

    C’est exactement comme acheter une voiture, qui est un besoin (non vital) de se déplacer.

    La satisfaction d’un besoin vital qui est de se loger peut se résoudre par la location. Le sentimental et l’économie ne font que rarement bon ménage, suivez mon regard. 🙂

    Pour le reste, je suis d’accord avec Guillaume.

  8. Fredy Gosse says:

    n écoutez pas Ankou_-:)

    si vous n’achetez pas votre domicile vous allez devoir payer un revenu à quelqu’un d’autre.. ;Ankou vous dira Mais l’argent non placé dan votre domicile pourra être investi ailleurs.
    D’abord ça suppose que cet investissement après paiement de votre loyer soit encore dans vos moyens et surtout que votre investissement vous rapporte suffisamment pour qu’ à la retraite venue vous puissiez vous loger convenablement
    Vous noterez que notre ami a admis sur ce blog ne plus savoir dans quoi investir et qu’il vend son immobilier ,qu’il a même posé la question à notre hôte qui a botté en touche
    Bref à moins que vous sachiez comment faire fortune avec votre argent parce que vous avez une idée brillante ( au moins aujourd’hui) achetez d’abord votre domicile /A la retraite ( ce qui arrive tellement vite,vous verrez) quand vos revenus baisseront ,vous serez content de ne pas payer loyer (sauf si des crypto communistes décident de vous faire un impôt sur le revenu virtuel que pourrait rapporter ce domicile)

    Enfin et pour aujourd’hui ( mais cela peut changer n’importe quand ) quand vous vendez votre domicile vous ne payez pas de plus value…..( enfin s’il y en a une réelle étapes fictive avec l’inflation )

    • Mon cher @ankou, je dois avouer que je partage cet avis ….

      • Vos arguments ne tiennent pas la route une seconde. Je ne vais pas me répéter.

        Si les gens sont assez bêtes pour perdre de l’argent, je ne peux rien pour eux. Encore une fois les allemands sont plus futés.

        Si j’avais ne serait-ce que 20 ans de moins, j’achèterais, bien entendu. Le seul paramètre de la vente, c’est l’âge.
        Malgré les âneries de notre bien aimé président, on ne peut pas être parfait sur tous les points. Lui il est top dans la Finance.

        Et pour distribuer, c’est plus facile que de donner des pierres. 🙂

    • Acheter ou louer sa résidence principale, ce débat sans fin… même si économiquement la location peut paraître plus intéressante, je reste partisan de l’acquisition et suis globalement d’accord avec Fredy Gosse.

      Acheter sa résidence principale ne répond pas uniquement à des motifs économiques. c’est aussi une sécurité. Illusoire peut-être, mais une sécurité. Et c’est toujours mieux de se sentir en sécurité.

      Par ailleurs, ceux qui se font les avocats de la location ne précisent pas toujours qu’il faut épargner ou investir à côté pour compenser le coût de la location. A mon sens, cela fausse le débat.

      AS

  9. papigilles says:

    Petite réflexion qui me vient par hasard. M.Macron veut défavoriser l’investissement immobilier au profit de l’investissement productif.Mais en supprimant la taxe d’habitation il va au contraire favoriser l’immobilier.Donc,encore,un argument pour acheter des murs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*