Ce devrait être le fait marquant 2017 pour votre épargne placée en assurance vie et plus précisément dans le fonds euros. Comme nous vous le présentions dans cet article « Quelle stratégie d’investissement et de placement pour 2017 ?« , 2017 devrait être la première année de rendement réel négatif pour votre contrat d’assurance vie.
En 2016, le rendement moyen des contrats d’assurance vie devrait être légèrement inférieur à 2%, soit un rendement inférieur à 1.70% net de prélèvement sociaux (et avant paiement de l’impôt sur le revenu qui sera payé en cas de rachat ou retrait partiel). Avec une inflation proche de 0.50% en 2016, le rendement réel de votre contrat d’assurance vie devrait être légèrement supérieur à 1% en 2016.
 
taux de rendement assurance vie depuis 2004
 
 

En 2017, le rendement de votre épargne en assurance vie sera proche de zéro.

En 2017, la situation pourrait être nettement moins favorable pour le rendement réel de votre épargne placée dans le fonds euros de votre contrat d’assurance vie. En effet, avec une inflation anticipée à 1.20% pour l’année 2017 et surtout un rendement moyen qui pourrait encore fondre de 0.3% à 0.5%, le rendement réel de votre assurance vie pourrait devenir nul en 2017.
Avec un rendement moyen anticipée en baisse de 0.40% en 2017 par rapport à 2016, c’est à dire un taux de rendement moyen à 1.60% en 2017, soit 1.35% net de prélèvement sociaux et une inflation proche de 1.20% (chiffre Banque Centrale Européenne), le rendement réel du fonds euros de votre contrat d’assurance vie pourrait être juste au dessus de zéro en 2017.
 
 
 

A partir de 2018 que le rendement réel de votre épargne en fonds euros d’assurance vie pourrait devenir négatif.

La situation pourrait devenir encore plus problématique à partir de 2018.
En effet, selon les anticipations d’inflation de la banque centrale qui annonce une inflation proche de 1.40% en 2018 et 2019, et surtout un rendement moyen du fonds euros qui devrait continuer de chuter pour descendre sous les 1.50% et même 1% net de prélèvements sociaux dès 2018, le rendement réel de votre contrat d’assurance vie pourrait être négatif. 
En 2019 et suivants, le phénomène devrait se poursuivre … et l’épargnant n’aura d’autres choix que de constater l’effritement, lent et régulier, de la valeur réelle de son patrimoine financier.
En d’autres terme, cela signifie que chaque année, la valeur de votre patrimoine baissera, même si en apparence le capital de votre contrat d’assurance vie reste garanti. Et oui, ce seront bien les épargnants en fonds euros d’assurance vie qui paieront les conséquences de la crise financière. 
Nous commençons à percevoir les conséquences des taux d’intérêt réels négatifs que nous vous présentions comme l’euthanasie des rentiers dans cet article « Les taux d’intérêt négatifs sont ils la nouvelle euthanasie des rentiers ?« .

Mais que faire ? Faut il arbitrer votre fonds euros vers des supports plus rémunérateurs (mais spéculatifs) ?

Face à ce constat et à l’appauvrissement de l’épargnant, vous aurez la possibilité de modifier la répartition de votre patrimoine et votre banquier vous proposera surement d’investir sur les marchés financiers via les unités de compte de votre contrat d’assurance vie.
L’épargne garantie ne rapporte plus, il faut prendre des risques pour espérer un meilleur rendement, vous dira il avec l’aplomb du commercial qui doit remplir ces objectifs pour percevoir sa prime. (cf « Le déclin de l’assurance vie est en marche et c’est de la faute des assureurs !« )
Comme nous vous le présentons dans notre article « Quelle stratégie d’investissement et de placement pour 2017 ?« , vous êtes libre de « jouer au casino » avec votre argent, mais vous ne serez probablement le gagnant de l’histoire (et demandez vous pourquoi, puisque le rendement supérieur semble assuré, la compagnie d’assurance vie préfère que vous portiez le risque).
Bref, l’épargnant qui n’est pas capable d’avoir une vision entrepreneuriale avec son épargne devra se contenter de ce rendement médiocre et observer passivement la baisse de la valeur réelle de son patrimoine financier. Certains réaliseront, à raison, un arbitrage vers le support Euro-croissance pour espérer un meilleur rendement, même s’il ne devrait pas être exceptionnel si le cadre réglementaire n’évolue pas davantage.
Les autres pourront se comporter comme de véritables investisseurs pour essayer de profiter des mutations de la sociétés (cf « Baisse des rendements : Faut il diversifier votre assurance vie vers les unités de compte et la bourse ?« ).

Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine

46 commentaires