Les versements en unités de compte atteignent des records en Décembre 2019 …

Les compagnies d’assurance-vie seraient elles en train de réussir leur pari de la conversion des épargnants aux unités de compte ? En tout cas, les derniers chiffres publiés par la fédération française d’assurance semblent confirmer cette idée :
En décembre 2019, les versements sur les unités de compte atteignent des records à 4.8 milliards d’euros sur un total de versement de 11.8 milliards d’euros. Le taux d’unité de compte sur les versements atteint 41% en décembre 2019, contre à peine 27% pour toute l’année 2019 tout comme pour les années 2018 et 2017 !

 
Le graphique d’évolution du taux d’unité de compte sur les versements en assurance vie est sans appel : Il se passe quelques chose !

 

.. et ce n’est pas nécessairement une bonne nouvelle pour les épargnants qui investissent toujours au mauvais moment !

Il faut dire que la pression commerciale est forte et la destruction orchestrée des fonds euros par l’annonce d’une baisse excessive des taux de rendement doit pouvoir expliquer ce regain d’intérêt soudain pour les unités de compte (cf »Assurance vie : La destruction du fonds euros est elle une stratégie commerciale ou un vrai risque »).
Depuis le dernier trimestre de l’année 2019, la très grande majorité des compagnies d’assurance vie interdisent même l’accès au fonds euros pour les épargnants qui n’accepteraient pas d’investir en unité de compte ! Il faut croire que cette prise d’otage fonctionne ! Les épargnants cèdent aux beaux discours commerciaux et se mettent, tout d’un coup, à trouver de l’intérêt à la spéculation sur les marchés financiers.
La stratégie commerciale des compagnies d’assurance vie fonctionne à merveille ! Les épargnants cèdent aux sirènes des unités de compte ! (Alors même que les indices boursiers sont au plus haut). 
On ne peut être qu’interrogatif sur cette vision à court terme des compagnies d’assurance-vie. Ne sont elles pas en train de détruire la confiance des épargnants qui comprendront leur erreur lorsque la volatilité naturelle des marchés financiers sera à l’origine d’une baisse importante de la valeur de leur épargne ? (cf »Assurance vie : avec 2.96% de frais de gestion, investir en unité de compte est rarement rentable »).
Il faut avouer qu’après une année 2019 marquée par une hausse de 26% de l’indice CAC40, il est facile de vendre la performance passée. Les épargnants devraient pourtant savoir qu’ils sont toujours à contre temps et qu’ils spéculent toujours au mauvais moment ! Ce biais comportemental est tellement frappant qu’il devient à lui seul un signe de vente !
Les épargnants spéculent sur les marchés financiers après la hausse (c’est à dire avant la baisse) et retirent leur argent après la baisse (c’est à dire avant la hausse). L’ACPR exprime ce paradoxe pudiquement dans un document d’analyse en ces mots : « Les placements représentatifs des supports en UC étant pour partie investis sur des actions fluctuant en fonction de l’évolution des marchés, on observe une certaine influence des indices boursiers (CAC 40 par exemple) sur la part des UC dans la collecte brute ainsi que sur le sens des arbitrages. »

 

Cet engouement soudain des épargnants pour les marchés financiers est il le signe qu’il est temps d’en sortir ?

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

17 commentaires