Depuis la fin du mois de décembre, le gouverneur de la Banque de France a exigé, par deux fois, que les banques modifient rapidement les critères d’accord de crédit immobilier ! Plus qu’une recommandation d’une autorité administrative, le gouverneur de la banque de France menace les banques réfractaires de sanctions qui pourraient prendre la forme d’une exigence supérieure de capitaux propres.

Bref, les taux de crédit immobilier sont au plus bas (cf »comparateur de crédit immobilier« ), mais les banques sont obligés de durcir les conditions d’accord de crédit immobilier en exigeant un apport personnel plus important, un endettement maximum sur 25 ans et surtout un taux d’endettement maximum à 33% (fini le calcul du taux d’endettement avec le reste à vivre).

Pourtant, pour le moment, rien ne semble avoir changé du côté des conseillers bancaires et des courtiers en crédit immobilier. Les premiers retours ne font pas encore état de consignes massives visant à restreindre l’accès au crédit immobilier pour les emprunteurs dont le taux d’endettement serait supérieur à 33% ou dont l’apport personnel ne serait pas suffisant (cf »Crédit immobilier : Enfin une définition du taux d’endettement à 33% qu’on ne peut plus dépasser en 2020 ! ou « Crédit immobilier : C’est confirmé ! Il va être plus compliqué d’emprunter en 2020 pour l’immobilier locatif« ).

Mais les conseillers bancaires sont ils les décideurs ? Je ne crois pas. Ceux qui ont la main sur les analyses risque des crédit immobilier ne sont pas les commerciaux ! Un commercial vend le taux et l’assurance emprunteur, mais il subi la décision risque de la filière spécialisée dans l’analyse des risques de crédit immobilier.

Ainsi, nous ne devrions pas nous rendre compte en temps réel de ces nouvelles conditions d’octroi de crédit immobilier. Il ne faut pas confondre l’accord commercial de principe et l’accord définitif de la banque. C’est lorsque le dossier devra être validé par la filière risque que le refus de prêt va tomber !

Dans un premier temps, le commercial qui doit remplir ses objectifs est hyper optimiste quant à l’obtention du crédit immobilier. Selon la grille de lecture du conseiller commercial, il n’y a aucun problème pour obtenir un crédit immobilier, sauf cas manifestement hors case ; Devant un beau profil client patrimonial, avec de bons revenus et de belles perspectives commerciales, il est facile de se laisser emporter et de croire qu’il sera facile d’accorder un crédit immobilier à un beau profil.

En revanche, lorsqu’il s’agit de s’atteler au dossier de demande de prêt, les choses se compliquent, et l’enthousiasme du commercial retombe immédiatement lorsque l’analyse risque du service « prêt » refuse d’accorder le crédit immobilier au motif que le taux d’endettement est trop élevé ou apport personnel insuffisant.

Rien n’y fait, le conseiller a beau expliquer que son client est sans risque et que les retombées commerciales sont très importantes, le service « risque » est rigide ! Les chiffres ont parlé et la connaissance fine du client n’y changera pas grand chose.

Et là, le conseiller commercial de revenir expliquer à son client que son super profil sans risque est s’est vu refuser son crédit immobilier ! Incompréhensible !

Combien d’entre vous ont subi le refus de prêt de la banque alors même que le conseiller était lui tout à fait disposé à vous accorder le crédit immobilier ? Ces refus vont se multiplier au cours de ce premier trimestre 2020 ; Attention aux mauvaises surprises.

 

Et vous, amis lecteurs banquiers ou courtiers ? Quels sont vos constats sur le terrains ? Les banques ont elles déjà modifié leur critère d’accord de crédit immobilier ?

Peut on encore emprunter sans apport personnel ?

 

ps : Les courtiers ne seraient ils pas en train d’obtenir leur revanche en justifiant leur valeur ajoutée dans la capacité à trouver un crédit immobilier ?  C’est lorsque l’accès au financement à crédit se referme que l’on retrouve l’utilité d’un professionnel qui vous permettra de l’obtenir.

A suivre…

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial


56 Comments

  1. Est-ce le début de la fin de la Bulle Immobilière ?

    • Riche&Célèbre says:

      Pour le moment, c’est plutôt la ruée des acheteurs. À Lille, les agences immobilières sont à sec de biens à vendre : très peu de logements de qualité, et guère plus d’offre sur le médiocre ou l’obsolète. Contrairement à Paris, pour des paraisons de solvabilité des aspirants propriétaires, les prix ne montent pas vraiment, ce sont plutôt les agents immo qui tirent la langue faute d’activité.

      • Une fois qu’on a dit qu’il y a peu de logements à vendre à Lille, Paris, Lyon, Aix en Provence, Toulouse, bordeaux….., et sur quelques villes cotières, on peut dire que les prix baissent ( ou qu’ils vont baisser prochainement) tout partout ailleurs…. D’ailleurs, d’ici 5 ans, ceux qui sont nés à partir du baby boom d’après guerre vont commencer à mourir en masse, les biens immobiliers devraient se libérer très rapidement , rapidement ….

        • Lol.
          L’espoir fait vivre.
          Tout partout ailleurs ils sont déjà en baisse depuis 2011 ou 2012, sauf cas particulier.

          Ce que je vois, plutôt, chez moi, sur la Côte bleue, c’est qu’à chaque fois qu’une personne âgée décède et que les enfants ne reprennent pas la maison, un promoteur arrive pour raser la maison, et construire un petit immeuble, et revend rapidement le tout avec une bonne marge.

          Les zones que vous citez aspirent tout simplement le reste.

          Un autre élément à prendre en compte, en tout cas en Provence. Les petits villages (2-3000 hab) de l’arrière pays voient arriver une population pauvre dans leur centre en déshérence. Des gens qui se disent que quitte à être pauvre et sans boulot, autant squatter à la campagne. Ça débarasse donc les centres des grandes villes qui n’ont pas encore mené leur gentrification.

          A contrario, les prix stratosphériques de la côte, du Luberon, de l’arrière pays aixois ou niçois attirent dans ces villages une population plus aisée, souvent artisans ou libéraux, travaillant avec une clientèle internationale.

          Mais globalement la population de ces villages n’augmente pas, car les enfants du cru partent travailler en ville. On a juste un mouvement circulaire, sans augmentation ou diminution de la population, mais qui génère tout de même un flux de droits de mutations, de travaux, de loyers, …

  2. Je pense que cela se fera au fur et à mesure de l’avancée dans l’année quand les objectifs seront de plus en plus proches. Je pense que si l’on veut acheter mieux vaut le faire tout de suite. Après si en fin d’année les objectifs sont encore loins alors on verra un desserrement. Sinon dites moi comment les banques vont faire pour gagner leur vie?

  3. Ce message pour suivre les commentaires.

    En tout cas à titre perso, sur un dossier déposé début décembre, j’ai eu un accord en début d’année pour le financement d’une RP avec grosso modo 7,5% d’apport (juste les frais de notaire arrondis « à la hausse ») sur 25 ans tout en restant sous les 33% de taux d’endettement.
    Pour tout vous dire j’ai un taux d’endettement supérieur au moment de la conclusion du prêt mais ma RP actuelle est en cours de cession et je porte donc les deux crédits le temps de la vente sans passer par un prêt-relai, mais ils n’ont donc pas bloqué sur ce critère.

  4. Je suis courtier en prêt immo pour les expats; ce que vous dites dans cet article se produit chez moi depuis décembre; Nous sommes surpris de voir des dossiers refusés alors qu’ils sont des clients à fort potentiel avec de bons revenus; Les dossiers sans apport ne passent plus dans les banques, choses qui étaient réalisables encore quelques temps!
    Je crois que ça va beaucoup changer pour notre métier! certaines personnes ne pourront plus emprunter car ils n’ont pas d’apport ou pas suffisamment!

  5. Je crois que le retour aux fondamentaux était nécessaire. Il y aura toujours des exceptions qui seront traitées comme telles. Pour avoir exercé ce métier pendant quarante ans je suis certain que cette mesure est nécessaire. C est facile de donner un accord dérogatoire mais la vie n’est pas un long fleuve tranquille.

  6. Je suis exactement dans ce cas…
    Je me retrouve à 15 jours de la signature définitive avec un refus du crédit logement alors que j’ai un endettement de 30%…
    Surtout que je signe la vente de ma maison le même jour !
    Désillusion totale, manque de confiance envers les banques !!!
    Surtout avec un petite de 4 ans qui attendait un nouveau toit, il va falloir trouver une solution d’urgence en moins de 15 jours.
    Si vous avez des solutions je suis preneur.

    • olivier Senet says:

      Décalez la signature de votre maison. c’est le plus simple…

      • Merci, oui c’est ce que je fais, mais cela va changer quoi si les banques sont toutes sur le même critère ? C’est peut être repousser une date de refus et aussi parallèlement faire repousser la vente de plusieurs mois pour la vendeuse… J’aimerai pas être a sa place.

        • Demandez un emprunt à l’étranger mais attention au taux de change si non Euro!
          https://ekonomia.fr/comment/probleme-argent/obtenir-credit-etranger/

        • Le banques n’ont pas toutes les mêmes critères.
          Chacune élabore son propre « scoring » en fonction des profils de clients qu’ils préfèrent, et qu’ils veulent attirer chez eux.
          Donc dans les grandes lignes les règles sont les mêmes, mais dans le détail, on peut se voir refuser un prêt dans une (ou plusieurs) banques, et accorder dans une autre. C’est ce qui nous est arrivé à mon épouse et à moi lors de nos 2 derniers achats. Dossier « pas facile », beaucoup de refus, mais on a finalement réussi à trouver.
          Il faut aussi être prêt à changer de banque, car souvent ils font plus d’efforts pour attirer un nouveau client, que quand vous êtes déjà chez eux.
          Bon courage, il faut essayer ailleurs, jusqu’à ce que ça marche

    • David COHEN says:

      Crédit Logement et les banques n’ont rien à voir. Si le Crelog a refusé votre dossier c’est pour une raison particulière, ils ont une analyse du risque assez bonne. Voyez avec votre banque s’ils peuvent prendre une hypothèque sinon annuler tout !

  7. olivier Senet says:

    En tant que CGP, je confirme que les dossiers bancaires sont de plus en plus difficile à faire passer. Le pire c’est que les décisions de certaines banques ne correspondent plus à des critères claires. De plus, les délais s’allongent une offre au bout de 2 mois après le dépôt de dossier complet n’est plus rare..
    Notre région le pays de Gex est particulière car extrêmement dynamique mais cela fonctionnait très bien avant… Pour comprendre comment la France s’enfonce dans des procédures incroyables, en Suisse voisine un acte se signe en 1 mois après une offre acceptée par le vendeur financement inclus ! Et ça marche très bien chez eux…

  8. Je repose la même question que sur le billet précédent à ce sujet : quelles sont les sources de financement alternatives ? Tontine, crédit in finé, crédit lombard, crédit solidaire, crowdlending, prêt hypothécaire, … Et qui le premier se positionnera en source de financement alternatif aux banques ?

  9. Harifetra says:

    On a approché presque 10 banques et on n’a eu que des refus sous par rapport à notre titre de séjour malgré qu’il soit un pluriannuel de 4ans. Alors qu’on a une bonne situation, 30% de taux d’endettement, une bonne gestion financière mais sans apport.
    Le crédit agricole nous a même di qu’il ne nous financera que si on a une CNI Français.
    Bref plus d’une année de recherche d’habitation perdu et en prime, une certitude de rester locataire pour toujours

  10. Bonsoir,
    Je suis également intéressé par les pistes alternatives après avoir déjà essuyé des refus (endettement supérieur au 33%, et non prise en compte du reste à vivre) alors que largement solvable.
    Cordialement

  11. Harifetra says:

    Nous avons un métier qu’on appelle métier à tension en France ce qui veut dire que tant qu’on à un travail, notre titre de séjour sera toujours renouvelé. Mais ça les conseillers n’étudient même pas.

  12. « En tant que CGP, je confirme que les dossiers bancaires sont de plus en plus difficile à faire passer ».

    Je crois surtout que c’est moins facile qu’il y a quelques mois!!

    Fin de la récréation sifflée et retour aux fondamentaux!!
    Les conseils en tout genre, courtiers et autres agents immobiliers qui gravitent autours prennent la galette sans aucun risqueS…Les banquiers viennent de prendre conscience qu’au moment de signer le chèque….ils sont seuls!! Et ils le seront aussi si les choses devaient mal tourner.

    C’est sain mais pas simple a entendre pour tout le monde.

  13. Aurélien says:

    Bonjour,
    On se lance dans un projet de construction.
    400 000€ +110 000€ de prêt relais
    Montage en relai acquisition.
    On a 350 000€ de patrimoine divers.
    37ans tous les 2.
    Par contre, taux d’endettement de 45% car 3 prêts locatifs dont 1 qui se termine dans 4 ans.
    On a eu un accord de la conseillère puis du siège.
    On lisant votre article, je me dis que notre dossier ne devrait pas passer.
    Le temps de rassembler les derniers éléments . Devis définitif maître d’œuvre, il va se passer 2 a 3 mois.
    Est ce que l’on a passé toutes les validations ou bien la banque peut encore faire marche arrière ?
    Par ailleurs, est ce que la banque va redemander les justificatifs de revenus dans 2 ou 3 mois (tous les 2 en CDI)?

    Merci par avance.

    • Merci pour votre franchise. Je crois que vous représentez la raison même de cette recommandation de la banque de France !

      Quels sont vos revenus pour réussir à obtenir de tel montant de crédit ?

      Quel type d’accord avez vous obtenu ? un accord verbal ? quel document avez vous fourni pour obtenir votre accord ?

      Il s’agit d’un projet locatif ou résidence principale ?

      • Avez vous obtenu un accord sur le taux ou un accord sur le risque ?

        • Aurélien says:

          Merci pour vos conseils.
          Et concernant les 2 questions d’origine :
          Est ce que l’on a passé toutes les validations ou bien la banque peut encore faire marche arrière ?
          Par ailleurs, est ce que la banque va redemander les justificatifs de revenus dans 2 ou 3 mois (tous les 2 en CDI)?

      • Aurélien says:

        😁 c’est ce que je me dis aussi même si le risque est faible car si on devait revendre nos appartements locatifs plus nos liquidité, la mensualité deviendrait dérisoire.
        Il s’agit d’un projet de résidence principale.
        Revenus mensuels : 5900€ y compris CAF et dont 1500€ de locatifs
        Prêt nouvelle RP : 1500€
        Prêts locatifs : 1100€ (1500 de revenus locatifs)
        Pour le moment j’ai eu un document d’études de la banque suivi d’un appel de la conseillère m’indiquant que le siège validait le dossier après étude de tous les justificatifs habituels (revenus, charges, patrimoine,…)
        Qu’en pensez-vous ?

  14. Aurélien says:

    A noter aussi que suite a cette opération on devrait récupérer environ 140 000€ de liquidité suite a la vente de notre RP actuelle (250 000 – 110 000 de prêt relais)

  15. Bonjour

    Pas de changement de la politique d d’octroie des prêts dans l établissement dans lequel je travaille dans le sud de la France

  16. Bonjour
    En octobre 2019, proposition d un taux à 0.75 sur 20ans + 36mois de différer total pour la construction maison +terrain en locatif pinel
    Pc déposé en décembre et l ensemble des devis
    Le 7 décembre 2019 avec un apport de 30 000€ tout est au vert pour la directive de la banque sg au taux de 0.9
    Pas d accord en décembre du siège
    En janvier apport de 60 000€ toujours pas d accord Avec 90000 non plus.
    Le calcul de l endettement n est pas favorable au investisseur locatif avec la sg non composition des revenus donc 41% alors qu avec d’autres banques 33% le cic ca lcl bref…
    Le reste a vivre augmente de 900€ après le projet soit plus de 5500€/mois économie d’impôts de 630€ non valorisé dans la réalisation d un pinel pour les banques absurde le gain est très important
    Merci l état la fin vie des construction en pinel est proche plus personne pourra investir en pinel sauf si votre résidence principale n est plus sous crédit
    La reprise du chômage est proche et la fin de la spéculation immobilière
    Le taux d endettement est plus fort mais mon reste a vivre est bien meilleur aucune logique dans les calculs de l endettement des banques est différentes entre elles. Comment demander 33% sans tous les mêmes conditions

    • Aurélien says:

      Je vous rejoins, chaque banque est différente.
      Ma banque actuelle pour les locatifs faisait pret-loyer et mettait le résultat dans les charges. Taux d’endettement faible

  17. Pour ma part il a fallut 1 mois et demi entre la simulation de ma courtière de confiance et l’acceptation du financement ( ce jour accord oral )par un établissement bancaire pour un pret de 100000 euros sur 20 ans pour un investissement locatif …pourtant nous sommes un couple de 46 et 40 ans avec chacun un cdi , une rp estimee à 650000 euros sur laquelle il reste 65000 euros a payer sur 6ans .
    Je ne pense pas que nous ayons un profil à risques avec nos 22% d’endettement avec ces deux prets…et pourtant je vais être obligé de décaller la signature chez le notaire…
    ma courtiere m’a expliqué que le comportement des banques avait effectivement changé brutalement et que certaines avaient refusé pendant quelques temps toute renégociation de crédit et pour certaines tout nouveau dossier de financement quels que soient les profils depuis ce début d’année …
    Je lui ai parlé de votre recent article sur le désamour entre courtiers et banques cet an ci … elle m’a confirmé vos dires …

    Merci pour vos articles toujours tres interessants et proches de l’actualité…
    Olivier

  18. Bonjour

    Suivre le débat

  19. Riche&Célèbre says:

    Fermer le robinet du crédit immobilier est la condition pour pouvoir prendre des mesures hyperinflationnistes sans ruiner les banques. En effet, rembourser son prêt immo de 300.000 € quand un café en terrasse coûte 3.000 milliards d’euros (et encore, je suis modeste, cf Weimar) c’est le rêve de tout propriétaire endetté.

  20. .. qui elle-même appliquent les directives Rotschild.

  21. Pendant ce temps-là, en Belgique :

    Est-ce encore possible de faire un prêt hypothécaire avec une quotité supérieure à 90%, c’est-à-dire, un prêt dont la valeur dépasse les 90% de la valeur du bien acquis ? Oui ! On vous explique comment.

    La Banque Nationale de Belgique attend des banques qu’elles limitent la quotité des prêts hypothécaires accordés aux futurs propriétaires, à 90%. L’objectif : limiter les risques sur le marché de l’immobilier.

    Est-il donc impossible de faire un prêt pour l’achat d’une maison à plus de 90% de sa valeur ? Pas vraiment ! Tout d’abord, il y a une tolérance pour les premiers propriétaires et ensuite parce que toutes les banques n’appliquent pas encore ce taux.

    « On n’est pas de pigeons » a rendu quelques visites discrètes dans trois banques avec Arnaud Crucifix, un jeune homme de 28 ans, désireux d’acheter une maison. Les résultats sont parfois surprenants…

    C’est le coup de foudre ! Arnaud a trouvé une maison à Ohey, dans la région d’Andenne. Elle rentre dans le budget du couple : 195.000 euros !
    Avec Carolanne, sa compagne, l’achat semble possible : ensemble ils cumulent deux salaires à 3500 euros. Ils disposent aussi d’une épargne d’environ 25.000 euros, de quoi payer les frais de notaire et d’enregistrement.

    Pourtant les récentes recommandations de la Banque Nationale semblent déjà exclure leur emprunt. Elles limitent les prêts hypothécaires à une quotité de 90% de la valeur du bien. Ils devront donc financer les 10% restants. Ils leur manqueraient 19.500 euros. Pourront-ils tout de même y arriver ? Arnaud Crucifix : « Y arriver, oui, je pense mais dans une dizaine d’années parce que quand on voit qu’on a déjà mis une dizaine d’années pour économiser l’argent pour payer les frais d’enregistrement… pour à peu près la même somme, il faudrait le même nombre d’années. Si on veut avoir des enfants et construire notre vie, ce n’est pas dans 10 ans qu’on va commencer à le faire. »

    Alors pourquoi pas tout de suite ?

    Nous avons demandé aux grandes banques de nous recevoir avec Arnaud. Belfius, ING, BNP Paribas Fortis, et CBC banque ont refusé. Toutes les portes se sont fermées. Nous avons donc tenté notre chance en camera discrète.

    Tout d’abord chez BNP Paribas Fortis. Ici, la conseillère aux prêts hypothécaires nous confirme dans un premier temps l’application de la recommandation de la Banque Nationale aux banques : pas de prêt à 100% ! « Ils sont passés à la vitesse supérieure en disant : vous ne pouvez plus financer que 90% du montant de l’achat. Donc, il y a les frais de notaire plus les 10% que vous devez apporter. C’est obligatoire. Ce sont les normes. En tout cas, pour l’instant ».

    Pas possible pour Arnaud d’espérer un prêt à 100% même si, avec sa compagne, ils ont chacun un emploi stable et une épargne qui leur permet de payer les frais de notaire et d’enregistrement. Et chez BNP Paribas Fortis, des dossiers comme le sien, on en voit souvent passer : »J’ai beaucoup de dossiers comme ça. On ne demande pas mieux que de faire du business. Pour l’instant, depuis le début de l’année, je n’ai encore introduit aucun dossier à 100%. Les gens n’ont pas suffisamment de fonds propre. »

    Traduisez : les jeunes acquéreurs ne parviennent pas à payer un crédit de plus de 90% de la valeur du bien. Pourtant, la Banque Nationale a prévu des dérogations possibles pour 35% d’entre eux. Mais alors, comment les banques choisissent-elles ceux qui peuvent en profiter. Nous avons obtenu un élément de réponse auprès d’une conseillère chez CBC banque : « Alors, on a des quotas avec un pourcentage de dérogation… on choisit en fonction de la situation. Par exemple : la personne est déjà cliente chez nous, elle a déjà des avoirs ou alors, si les parents sont déjà clients… C’est sûr que ça va aider. »

    Alors, un prêt à 100% pour Arnaud chez CBC banque, c’est possible? « Pour être honnête avec vous, les chances sont minimes. Vous pouvez toujours « jouer » avec notre offre en disant que vous avez eu « autant » chez CBC pour faire un peu jouer la concurrence. »

    100%, c’est possible !

    C’est sur ce bon conseil que nous poursuivons notre petit tour des banques. Et là, surprise, chez ING, tout semble possible ! C’est en tout cas la réponse obtenue auprès d’une conseillère : « Normalement on fait jusque 100%. C’est vrai que la règle a changé, normalement en janvier ils limitent, enfin, certaines banques limitent à 90% mais, voilà, mes dossiers passent encore à 100% ».

    Et cela ne fait pas partie d’une quelconque dérogation. Le taux fixe obtenu par Arnaud est de 2,75% pour une mensualité de 896 euros sur 25 ans. En plus, il est possible de négocier, de réduire ce taux : « Au maximum, on tourne autour de 0,60%, 0,70% en moins donc on devrait tourner à 2,20%, c’est le plancher que je peux demander. C’est envisageable mais je ne dis pas qu’ils l’accordent à chaque fois, mais je vais le demander en tout cas ».

    Tout est encore possible dans le monde des banques et des crédits hypothécaires. Une chose est certaine : pour profiter de ces aubaines, il faut se presser !

    Après quelques jours, Arnaud, a obtenu réponses des banques à ses demandes de prêt hypothécaire. Résultats :
    – BNP Paribas Fortis : accepte d’introduire une pré-demande pour une demande prêt à 100%.
    – CBC banque : accepte d’introduire une demande de prêt à 90% mais pas à 100% !
    – ING : accepterait un prêt à 90% dans le cas d’introduction d’un dossier complet pour l’achat d’une maison.

    Mais finalement Arnaud n’achètera pas cette maison… malheureusement, elle a déjà été vendue.

  22. Bonjour à tous !

    Nous sommes 2 avec 2 enfants.

    Je suis fonctionnaire titulaire depuis 2009 à 2300 € par mois, ma femme en congés parental avec 700€ par mois.

    Le courtier n’a rien trouvé, que des refus car reste vitre trop bas…

    J’espère trouver une solution.

    Je ne comprends

    • Bonjour,
      Quel est le montant d’achat ? La nature de celui-ci? Vos revenus ? Vos charges ? Votre apport ? Votre région ?
      Sans cela compliqué de vous aider…

      • La maison est à 170 000 euros 13 800 de notaire nous avons les 15 000 dapport + 7000 de liquidité qui reste sur les comptes aucun crédit en cours le seul hic cest que ma femme s’arrête de travailler pour garder les enfants elle était en cdd quand elle est tomber enceinte cdd non renouvelle quand on a annoncer à son patron la nouvelle

        • Et la maison est située dans le 62, moi je suis en région parisienne

        • Bonjour,

          Nous sommes egalement desespere entre les dires de la courtiere et refus de la banque.
          Pour un bien en savoie à 97000e avec 8000e d’apport, un cdi avec 1300e de salaire et ma conjointe en incapacite de travail suite a un handicap.
          On se pose beaucoup de questions.
          Actuellement nous avons a charge notre loyer à 520 e et assurance auto 100e et liquidite restante 4000e ..et aucun credit en cours.

  23. Bonjour Nina.

    Finalement bonne nouvelle nous avons une offre de pret.

    Il faut garder espoir faire toutes les banques possibles et pas forcement ecourer les courtiers qui ont quand même beaucoup de banque qui ne travail pas avec.

    De plus, se présenter sous meme et défendre soos même son projet peut-être une solution.

    En tout cas faut toujours garder espoir.

    Bon courage dans ce moment tres compliqué.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.