L’année 2019 devrait être une année charnière pour l’assurance-vie dont l’environnement aura été entièrement remodelé en 2018. En effet, entre l’instauration de la flat-tax depuis le 26/09/2017, la réforme de l’épargne retraite qui se profile dans la loi PACTE et enfin la rénovation de l’Euro-croissance, tout est en place pour clarifier l’usage de l’assurance vie par les épargnants Français.

Il faut avouer qu’aujourd’hui l’assurance vie est un produit financier magique qui répond à tous les situations : épargne, capitalisation pour préparer sa retraite, préparation de la succession, disponibilité à court terme, ….

Demain, comme nous l’anticipons dans notre nouveau livre « Assurance vie et gestion de patrimoine« , le rôle de l’assurance vie devrait être cantonné à la préparation de sa succession et à la capitalisation d’une épargne de moyen terme grâce à l’euro-croissance ou à court terme avec le fonds euros.

La préparation de la retraite et la capitalisation à très long terme devrait être l’’apanage des produits d’épargne retraite tels que les PERP, Madelin et autre PERCO. L’avantage fiscale à la souscription et une sortie en capital avec une fiscalité allégée seront des facteurs déterminants.

 

 

En 2019, l’année du renouveau de l’euro-croissance, qui remplacera progressivement le fonds euros.

Le fonds euros de l’assurance vie n’est plus un bon placement pour rémunérer votre épargne à long terme. Le rendement est trop faible du fait d’une disponibilité de l’épargne à tout moment dont les épargnants n’ont pourtant aucune utilité (du moins pour l’intégralité du capital).

Ainsi, le nouveau Euro-croissance qui autorisera les compagnies d’assurance vie à communiquer autour d’un taux de rendement unifié pour tous les épargnants en Euro-croissance (tous les souscripteurs auront le même rendement), devrait attirer les épargnants massivement. Nous devrions assister au « grand remplacement » du fonds euros de l’assurance vie par l’euro-croissance.

Le raisonnement est relativement simple à comprendre :

Pour leur épargne long terme, les épargnants auront le choix entre :

  • Soit d’épargner sur le fonds euros dont le rendement devrait progressivement atteindre 1% ;

 

  • Soit accepter de s’engager sur une épargne pour une durée minimum de 10 ans et obtenir un rendement moyen supérieur de 1 à 2 points par exemple. Le calcul devrait être vite fait, au moins pour une partie de l’épargne qui n’a pas besoin d’être disponible à tout moment.

 

Ainsi, l’euro-croissance pourrait devenir le placement privilégié par les épargnants qui souhaitent utiliser leur contrat d’assurance vie pour un placement de long terme (> 10 ans) et surtout qui ne veulent pas assumer / gérer le risque de variation négative des marchés financiers. L’euro-croissance est en effet un produit financier qui répond parfaitement aux attentes des épargnants qui recherchent :

  • La simplicité de gestion ; Les épargnants n’ont pas envie (et la compétence) pour gérer leur épargne sur les marchés financiers. L’euro-croissance est un support géré par une compagnie d’assurance. L’épargnant n’a aucune décision à prendre et ne sera soumis à aucun stress en cas de krach financier.

 

  • L’absence de risque et la convergence d’intérêt entre la compagnie d’assurance vie et l’épargnant ; Le support Euro-croissance est un produit financier dont le capital est garanti par la compagnie d’assurance vie au terme d’une période fixée avec le souscripteur, mais comprise entre 10 et 30 ans en général. Cette garantie du capital est vraiment intéressante car elle permet une convergence d’intérêt entre la compagnie d’assurance vie qui devra gérer le capital pour générer le meilleur rendement (afin d’attirer des épargnants), mais ne pourra prendre des risques trop important, car elle garantie la valeur du capital ! Cette convergence d’intérêt est vraiment intéressante et ressemble en ce sens à la convergence d’intérêt que nous pouvions retrouver dans le fonds euros.

 

 

En revanche, les épargnants qui ne souhaitent pas s’engager sur une longue période d’épargne et qui préfèrent conserver une disponibilité à tout moment de leur épargne garantie pourront conserver leur épargne sur le fonds euros. Le rendement sera faible, probablement inférieur à l’inflation, mais ce sera le prix de la certitude de pouvoir disposer de son capital à tout moment.

 

 

Le rythme d’adoption du nouveau Euro-croissance dépendra du différentiel de rendement entre Euro-croissance et fonds euros.

A long terme, l’euro-croissance devrait apporter un gain de rendement important par rapport au fonds euros. L’absence de garantie du capital à tout moment autorise une plus grande liberté de gestion de la compagnie d’assurance vie.

L’épargne investie dans l’euro-croissance sera probablement davantage investie sur le marché action ou l’immobilier et moins sur les obligations d’état souverain par exemple. Cette allocation, plus dynamique, devrait être source d’un meilleur rendement pour les épargnants.

De surcroît, les compagnies d’assurance vie, encouragée par l’état, pourrait être encouragée à « booster » le rendement de l’euro-croissance, et par conséquent de « minorer » le rendement du fonds euros.

Plus l’écart de rendement entre fonds euros et Euro-croissance sera important, plus les épargnants seront tentés de relativiser sur la nécessité de disposer d’un capital important disponible à tout moment. Le coût de la disponibilité de l’épargne sera de plus en plus important au gré du développement de l’euro-croissance.

A suivre …

 




29 Comments

  1. « Le rendement est trop faible du fait d’une disponibilité de l’épargne à tout moment dont les épargnants n’ont pourtant aucune utilité ». Ah bon ! Qui a nommé l’auteur « Porte-parole des épargnants ». En lisant cet article, je le croyais plutôt porte-parole des assureurs pas très loyaux vis à vis de leurs clients.

    • 😉

      L’assurance vie est par nature un placement long terme. Pourquoi vouloir disposer d’une disponibilité d’une épargne garantie à tout moment pour une épargne long terme ?

      Ne serait il pas préférable de disposer d’une épargne de précaution réellement disponible sur des supports adéquats… et placer en assurance vie, uniquement l’épargne long terme, dont on n’a pas besoin à court terme.

      • Oui très bien ça et c’est quoi les « supports adéquats » qui rapportent 1.5% net?

        • Ce que j’essaie de vous dire c’est que l’assurance vie en fonds euros est un produit disponible jusqu’au jour ou elle ne le sera plus et que vous direz « Je ne savais pas ».

          Si un produit rapport 1.50%, net de frais alors que les taux du « sans risque », sont à -+1%, c’est qu’il y a un risque !

  2. Jean-Luc says:

    Cher Guillaume,

    Vous avez des convictions et de la suite dans les idées 😉

    Le toilettage très limité de l’Eurocroissance n’aura très probablement qu’un impact lui aussi très limité. Les gens veulent la liquidité ne serait-ce que par tranquillité d’esprit ! Et ils préfèrent la simplicité à cette usine à gaz qu’est l’Eurocroissance avec sa provision de diversification.

    • Bonjour,

      Merci jean luc, « Vous avez des convictions et de la suite dans les idées », vous avouerez que je suis stable dans mes convictions 😉

      Le toilettage est limité mais efficace : Il permettra d’afficher un taux de rendement annuel unifié pour tous les épargnants. il sera alors très simple de comparer fonds euros / euro-croissance.

      Les épargnants qui veulent de la liquidité, ne doivent surtout pas aller en assurance vie, notamment depuis la loi SAPIN 2 qui permet d’interdire les rachats en cas de hausse trop forte des taux d’intérêt. L’assurance vie n’est pas un produit d’épargne liquide ! Malheureusement, le fonds euros peut le laisser croire.

      • Dans ce cas ou mettre son argent quand on veut de la disponibilité quand on sait que les banques on système similaire à SAPIN 2 ?

        • Un placement liquide, c’est le livret A, le CEL, Le livret fiscalisé, le compte chèque ! C’est la véritable rémunération de l’épargne disponible.

          L’assurance vie, ce n’est pas de l’argent disponible, c’est une épargne long terme, il faut accepter d’y placer l’argent à long terme.

          • Oui mais il y a risque que ce soit bloqué aussi comme l’assurance vie ? Je comprends pas l’argument si vous voulez de la liquidité n allez sur tout sur AV mais plutôt sur du bancaire qui peut-etre bloqué aussi.
            Ou est la logique ?

            • Non, il n’y a pas de risque de blocage sur les comptes chèques et autres livrets disponible si vous respectez la norme de 100 000€ par personne et par banque.

              • Heu Non c’est un garantie ça ! comme pour l assurance vie et les 70 000 €. Rien empêche leur blocage. Si y a un Bank Run y a blocage est c’est tout y a pas 100 000€ qui tiennent non ?

      • Jean-Luc says:

        Oui, vous êtes très stable et même trop à mon goût sur ce sujet 😉

        Soyons sérieux, la loi Sapin 2 est l’arme atomique qui ne sera dégainée qu’en cas, je cite l’article L. 631-2-1 du code monétaire et financier, de « risques représentant une menace grave et caractérisée pour la situation financière de l’ensemble ou d’un sous-ensemble significatif de ces personnes [les assureurs] ou pour la stabilité du système financier ».

        Si cela se passe, vous aurez d’autre souci que votre fonds euro ! C’est un argument purement théorique pour dire que l’assurance-vie n’est pas liquide. Effectivement, en cas de virus exterminant tous les salariés des sociétés d’assurance-vie, votre contrat ne sera pas liquide non plus.

        • Entièrement d’accord Jean-Luc. Le problème de l’assurance vie pour Guillaume Fonteneau est qu’il n’ y a pas besoin de ses services pour y investir correctement.

          • ? pouvez vous être plus explicite ? Je crains de ne pas comprendre.

            • Je veux dire que vos conseils concernant l’AV ne sont pas objectifs en particulier la peur que vous voulez installer à propos de la loi Sapin. Mais Bibi a parfaitement répondu à vos arguments.
              Je crois que comme tout conseiller en gestion de patrimoine, vous n’aimez pas l’AV car même les « amateurs » peuvent investir correctement sur ces types de placement. Et puis quand on a 70 ans et que l’on veut placer ses économies et en retirer régulièrement pour compléter sa retraite tout en faisant attention à sa succession, que proposez-vous?

  3. OlivierP says:

    Hello,

    Personnellement, le calcul est simple:
    – Si le client veut de la liquidité et la tranquilité => fond euro classique
    – Si le client est prêt a s’engager sur 10 ans (une partie de son patrimoine) => il y a bien mieux qu’un euro croissance !

    cqfd

    • Avec un capital garanti et une absence de gestion ? 😉

      En prenant des risques, il est évident qu’il y a de meilleures perspectives…. mais pour une épargne sans risque, je crois qu’il s’agit d’une très bonne solution

  4. L’euro-croissance a été inventé par les compagnies d’assurances pour pouvoir limiter leur responsabilité et engranger plus de frais. Tous les CGPI se sont rués là-dessus pour percevoir des rétrocessions plus importantes. Comme cela n’a pas marché, les investisseurs français n’étant pas idiots, ils ont appelé le gouvernement à l’aide. Tout ce que font les gouvernements, c’est de chercher à plaire à leurs copains en ponctionnant le plus d’impôts possible. Les fonds euro-croissance, à fuir.

    • Non, je crois que vous faites erreur car les compagnies refusent de commercialiser ce produit qui répond pourtant parfaitement aux attentes des épargnants. Les compagnies d’assurance vie semblent préférer faire croire aux épargnants que la seule solution face à la péremption annoncée des fond euros est l’investissement en unité de compte.

      Les unités de compte, une solution très rentable pour les compagnies et surtout peu gourmande en fonds propre et nettement plus rémunératrice que le fonds euros ou eurocroissance.

  5. Pour optimiser le rendement risque il faudrait fermer la souscription de chaque fond EC chaque année pour en ouvrir un nouveau l’année suivante.

  6. Mon expérience est différente. Les compagnies font au contraire le forcing pour que leurs clients augmentent leur part en UC sans contrepartie et utilisent l’Euro-croissance en dernier recours, mais toujours dans le même esprit. Comme elles ont intégré de l’immobilier en UC et en le chargeant de frais. Du coup, elles ont obtenu la perte de confiance de la part de leurs clients et leur migration vers les fonds cantonnés. Par ailleurs, je ne vois pas pourquoi les épargnants n’utilisera pas les fonds en euros pour leur épargne à court terme, dans la mesure où ils sont mieux rémunérés.

  7. Charlotte2 says:

    Bonjour,
    A-t-on une idée de comment pourrait se passer le « forcing » pour transformer ses fonds en Euros en Euro-croissance ?
    Peut-on imaginer qu’il y ait des incitations telles qu’il y en a à « Fourgousser » son assurance- vie en fonds Euros .
    Autre question : quand on a des contrats qui ont déjà plus de 8 ans et que l’on a dépassé les 70ans , quel intérêt aura-t-on a aller vers un nouveau contrat et s’engager pour 10 ans ?

  8. Nous sommes dans une époque troublée, personne ne sait de quoi demain sera fait. Il faut revenir aux fondamentaux, épargne réglementée, fonds € en assurance vie, actions dans un perco ou au nominatif pur et diversification en plusieurs monnaies. Pour l’immobilier, louer en France et acheter à l’étranger. Fuir les produits complexes, donc chargés de frais et trop promus par les institutions.

  9. comment les états vont continuer de s’endetter avec l’eurocroissance?

  10. Ce ne serait pas la première fois qu’il ont un discours contradictoire, ils veulent à la fois que les résidents achètent de la dette et qu’ils investissent dans les entreprises.

  11. Bonjour

     » fuir les produits complexes, donc chargés de frais et trop promus par les institutions »
    à mon humble avis c’est tout à fait ça,j’adhère.
    Bonne journée à tous

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*