Hausse des taux d’intérêt, Loi SAPIN 2,  risque politique extrême avec l’approche des élections présidentielles, faillite d’un état, sortie de la zone Euro, inflation non maîtrisée, sont autant de risques qui pourraient porter atteinte à la valeur de votre épargne. Les risques sont importants pour votre épargne mais que faire ?

Que faire pour protéger votre contrat d’assurance vie contre une élection de Marine Le PEN ? 

Que faire pour protéger votre contrat d’assurance vie contre la sortie de l’Euro ? 

Que faire pour protéger contre une hausse des taux d’intérêt qui pourrait conduire à l’application de la loi SAPIN 2 et au blocage de votre contrat d’assurance vie ? 

 

Faut il céder à la panique et procéder au rachat total ou partiel de vos contrats d’assurance vie ?

C’est probablement la solution la plus efficace pour vous protéger contre une faillite certaine de votre contrat d’assurance vie. Néanmoins, le pire n’étant jamais certain n’est il pas dommage de prendre le risque de perdre l’antériorité fiscale de votre contrat d’assurance vie ? Ces peurs de faillite ne sont elles pas exagérées ?
Faire racheter l’intégralité de votre contrat d’assurance vie, c’est sortir votre argent de l’enveloppe fiscale « Assurance vie » et donc perdre le bénéfice des avantages fiscaux attachés à l’antériorité fiscale de la souscription de votre contrat. Si ces risques devaient être exagérés et non avérés, procéder au rachat vous aura permis de mieux dormir à court terme, mais vous coûtera fiscalement très cher à long terme.
Et puis, que faire de l’argent ainsi retiré de vos contrats d’assurance vie ? Acheter des actions alors que les marchés atteignent des sommets ? Investir cash dans l’immobilier alors que l’on a cesse de vous expliquer que seul le financement à crédit peu rendre attrayant l’investissement immobilier ? Acheter de l’OR, qui dans un tel scénario pourrait retrouver grâce aux yeux des spéculateurs ? (cf »Quand tout est trop cher, ne pas placer votre argent est la meilleure stratégie de court terme« ).
PS à propos de l’OR : Vous le savez je ne conseille jamais l’investissement dans l’OR car je ne comprends cet actif, ne comprend pas la valeur d’un actif qui n’a pas de rentabilité intrinsèque, … Néanmoins, force est de constater que le niveau de l’OR est relativement faible depuis quelques mois, et cela contrairement aux autres actifs. N’est ce pas l’occasion d’y penser ? N’est ce pas le moment de placer une partie de votre argent sur un actif de protection qui servira peut être de valeur de refuge lors de la prochaine crise ? J’en ai aucune idée mais notez que les prix sont relativement sages par rapport aux plus hauts précédents, mais tout de même très élevés au regard des cours de très long terme. 
 
cours-de-lor-depuis-2000
 
Bref, procéder au rachat de votre contrat d’assurance vie est tentant mais probablement pas la meilleure solution car le pire n’est jamais certain !
 
 

Pour protéger votre assurance vie contre les risques de faillite, sans prendre le risque de perdre les avantages fiscaux, la meilleure solution c’est l’avance.

Comme nous vous l’exprimions dans cet article « Une avance sur son contrat d’assurance vie pour se protéger contre les risques du fonds euros ?« , procéder à une avance est probablement la meilleure solution pour vous protéger contre un risque à court terme sans perdre les avantages fiscaux dans l’hypothèse ou ces risques étaient exagérés et non avérés.
Faire une avance sur votre contrat d’assurance vie, c’est emprunter de l’argent à la compagnie d’assurance vie sans perdre le bénéfice de votre contrat d’assurance vie. La compagnie d’assurance vie prête de l’argent au souscripteur du contrat. Le remboursement de l’avance pourra être réalisée librement par l’épargnant au terme d’une durée de 3 ans, reconduit sur demande. Si l’épargnant n’a pas les moyens de rembourser son avance, la compagnie d’assurance vie transformera l’avance (= le prêt) en rachat partiel, et effacera la dette.
Ainsi, l’épargnant conserve son contrat d’assurance vie à 100%. 100% de votre argent reste rémunéré comme auparavant.
Le taux de l’avance est fixé dans les conditions particulières ou générales du contrat d’assurance vie. Il est régulièrement de 1% supérieur au taux de rendement du contrat ou même 1% supérieur au TME (Taux moyen des prêt aux entreprises) selon les contrats d’assurance vie. De manière général, retenons, que le taux de l’avance est de 1% (car en parallèle, l’épargne reste rémunérée sur le fonds euros ou dans le contrat d’assurance vie en UC).
 
 

Faire une avance sur votre contrat d’assurance vie, c’est retirer l’argent de votre contrat d’assurance vie sans procéder à un rachat…

Fiscalement, faire une avance, ce n’est pas faire un rachat. Il n’y a donc aucun impôt à payer. L’avance, ce n’est qu’un prêt octroyé par votre compagnie d’assurance vie.
Faire une avance, c’est percevoir un capital et en disposer librement. Libre à l’épargner d’utiliser le produit de l’avance pour :

Ne rien faire et se contenter de conserver son argent sur un compte disponible et liquide. Cette précaution est nécessaire pour celui qui crains une hausse des taux d’intérêt et le blocage de l’épargne consécutive à la loi SAPIN 2 ;

Utiliser le produit de l’avance pour placer votre argent dans d’autres monnaies (dont l’OR) afin de protéger votre pouvoir d’achat en cas de FREXIT ;

Lors que la tempête arrivera , l’épargnant qui aura anticipé la situation sera heureux d’avoir précéder à une avance et ne subira pas les conséquences du blocage de son contrat d’assurance vie ou faillite de la compagnie. 
Lors que la tempête s’éloignera, l’épargnant qui aura anticipé à tord une situation extrême, pourra rembourser son avance et continuer de bénéficier des avantages fiscaux de l’assurance vie. 
 
 

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine

40 commentaires