L’épargne retraite est un sujet à la mode et pour cause ! Le retraite par capitalisation s’impose au gré de la volonté de détruire une retraite par répartition jugée trop onéreuse pour les finances publiques par nos gouvernants obsédés par le marché autorégulateur et la suppression de toutes les formes de protectionnisme, dont se revendique la retraite par répartition. Ce n’est ici pas le sujet, nous l’avons déjà abordé mille fois et récemment dans cet article « La réforme des retraites ou la fin des illusions qui oblige à revoir notre manière de travailler ! ».
Bref, il est nécessaire d’organiser sa liberté de ralentir le rythme et de ne pas subir l’exigence d’un départ à la retraite à 67 ou 70 ans pour les plus jeunes d’entre nous. Vous devez, dès aujourd’hui, épargner, capitaliser pour vous donner la liberté de moins travailler lorsque vous en aurez l’envie, les moyens ou la nécessité physique.
L’épargne retraite prend alors tout son sens ! Il s’agit tout simplement d’utiliser les revenus dont vous n’auriez pas l’utilité pour financer vos besoins au quotidien pour les investir dans l’économie réelle. Comme nous vous l’expliquions hier dans cet article « Réussir à prendre la décision d’investir même si ce n’est pas le bon moment !« , il convient de faire la différence entre « épargner » et « investir ».
La définition de l’investissement pourrait être celle ci : Utiliser votre argent accumulé (=épargne) ou faire un crédit pour devenir propriétaire d’un actif dont l’exploitation qui génèrera un flux pérenne à long terme.
Dans la pratiques, les deux manières les plus « classiques » pour investir sont :

  • L’investissement dans l’immobilier : C’est à dire l’achat d’un logement ou d’un local commercial qui génèrera un revenu foncier perenne à long terme mais c’est aussi l’acquisition de sa résidence principale ou secondaire qui sont des investissements dont le rendement n’est pas financier ; L’investissement immobilier est un sujet que nous traitons de manière exhaustive dans notre livre « Investir dans l’immobilier » ! (350 pages de conseils et de stratégies pour réussir votre investissement immobilier) ;

 

 

Intéressons nous à l’investissement dans le capital des entreprises : Quel produit financier choisir pour investir en action à très long terme ?

Une fois la stratégie mise en place, il ne reste plus qu’à trouver le placement financier pour loger cette stratégie d’investissement à long terme dans le capital des entreprises. En réalité, comme le titre le laisse entendre, il existe trois placements susceptibles ce loger vos investissements en actions :

  • Le contrat d’assurance-vie grâce aux unités de compte ;
  • Le PER (Plan d’Epargne Retraite), tout nouveau produit financier créé par la loi PACTE ;
  • Le PEA (Plan d’Epargne en Action)

 

L’assurance-vie, un placement retraite adapté aux personnes qui ne veulent pas prendre de risque.

L’assurance-vie, c’est le placement classique des Français qui veulent épargner pour leur retraite. Simple, efficace et surtout garanti en capital grâce aux fonds euros ou à l’eurocroissance ! Bref, une solution parfaite pour l’épargnant qui ne veut pas s’embêter à investir son argent et qui préfère confier la gestion financière de ses avoirs à une compagnie d’assurance-vie qui en assumera le risque !
Quant aux unités de compte dans l’assurance-vie, c’est une « pompe à fric » pour la compagnie qui empêchera l’épargnant de profiter pleinement des performances des marchés sur lesquels il spécule. Les frais de gestion payés tous les ans peuvent atteindre 2% à 3% ! (cf »Assurance vie : avec 2.96% de frais de gestion, investir en unité de compte est rarement rentable »).
Aujourd’hui, l’intérêt principal de l’assurance-vie, c’est juste avant 70 ans pour l’organisation de la transmission du patrimoine « hors succession », tant civile que fiscale (cf »L’assurance vie, ce sont des avantages fiscaux surestimés, des risques, un rendement faible et des frais élevés »).
 
 

Le PER (Plan Epargne Retraite) le tout nouveau produit d’épargne retraite qui remplacera le PERP et le madelin.

Il est tout nouveau, tout chaud, le nouveau PER est LE produit d’épargne retraite que votre banquier ou conseiller en gestion de patrimoine va essayer de vous vendre en 2020. Les compagnies d’assurance-vie espèrent tranformer votre épargne sécurisée sur le fonds euros de votre assurance-vie en unité de compte dans votre PER.
Le PER est, tout comme l’assurance-vie en unité de compte, une « pompe à fric » pour les compagnies d’assurance-vie, et peut être même davantage encore. En effet, lors de l’ouverture d’un contrat d’assurance-vie, l’épargnant reste libre d’en sortir à tout moment, ce qui ne sera pas le cas pour le PER.
De surcroît, le PER sera par défaut en mode « gestion pilotée », c’est à dire que vous serez dans le cadre d’un mandat de gestion qui autorisera la compagnie d’assurance vie à gérer votre exposition aux marchés financiers. Cette option par défaut n’est évidemment pas gratuite !
La sortie du PER n’est possible au moment de la liquidation des droits à la retraite, mais pas avant ! Hors de question de compter sur votre PER pour financer une pré-retraite par capitalisation ! Vous ne pourrez utiliser le capital accumulé sur votre PER qu’une fois atteint l’âge de départ à la retraite.
De surcroît, si les versements dans le PER sont déductibles du revenu imposable et permettent donc une réduction d’impôt, celle ci sera annulé lors de la liquidation du PER.

– En cas de sortie en capital, les sommes versées dans le PER seront taxables (en une seule fois) à l’impôt sur le revenu en fonction de la tranche marginale d’imposition (TMI) du souscripteur contribuable et les plus-values seront taxables au taux du prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30%.

– En cas de sortie en rente viagère, la rente est imposable à l’impôt sur le revenu comme vos autres pensions retraites ;

Bref, le PER est un nouveau placement retraite qui n’a pas beaucoup d’intérêt pour l’épargnant ! (cf »Comparer les avantages et inconvénients du nouveau PER avec l’assurance vie est il pertinent ? ou Faut il souscrire un PER (Plan d’épargne retraite) créé par la loi PACTE ?
 

Le PEA, le produit d’investissement dans le capital des entreprises parfaitement adapté pour l’épargne retraite !

Le PEA, c’est le plan d’épargne en action. C’est un placement qui vous permettra d’investir en direct dans le capital des entreprises, cotées ou non cotées.
Contrairement à l’assurance-vie ou au PER qui vous oblige à passer par un intermédiaire pour investir en action, vous pouvez être directement propriétaire d’action dans votre PEA. Il s’ensuit une économie de frais de gestion non négligeable ! Investir dans le capital des entreprises en direct dans votre PEA, c’est presque gratuit ! Pas de frais de gestion annuels à payer !
De surcroît, pendant la vie du PEA, les dividendes versés par les entreprises dont vous êtes actionnaires sont totalement exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux.
En cas de clôture ou de retraite, après 5 années de détention du PEA, les plus-values et dividendes sont totalement exonérées d’impôt sur le revenu, seuls les prélèvements sociaux devront être payés selon un mode de calcul peu à l’avantage de l’épargnant (cf »Assurance vie / PEA : Réforme des prélèvements sociaux. Nouveau calcul, nouvelle hausse »).
Mais surtout, il est possible de sortir du PEA via une rente viagère totalement défiscalisée à l’impôt sur le revenu. Seuls les prélèvements sociaux reste dus :

– Les prélèvements sociaux s’appliquent une première fois lors de la clôture du PEA avec un taux de 17.2% sur l’ensemble des gains nets, c’est-à-dire la différence entre la valorisation du plan au moment de la sortie du dispositif et la somme des versements effectués depuis sa création.

– Par la suite, les prélèvements sociaux s’appliquent une seconde fois sur une fraction de la rente versée, évoluant en fonction de l’âge du bénéficiaire :

      • 17.2% sur 70% de la rente pour les personnes de moins de 50 ans
      • 17.2% sur 50% de la rente pour les personnes âgées de 50 à 59 ans
      • 17.2% sur 40% de la rente pour les personnes âgées de 60 à 69 ans
      • 17.2% sur 30% de la rente pour les personnes de plus de 69 ans

La rente viagère du PEA est nettement plus avantageuse que la rente viagère du PER pour deux raisons :

  • Elle est n’est pas imposable à l’impôt sur le revenu ;
  • Il est possible de percevoir la rente viagère du PEA avant même la liquidation des droits à la retraite.

Pour autant, faut il encore que l’option rente viagère ait encore du sens dans un monde à taux 0% (cf »Simulateur de rente viagère pour calculer votre revenu complémentaire. »
 

Alors quel placement pour préparer votre retraite ?

Bref, le PEA est le meilleur placement d’épargne retraite pour celui qui souhaite investir dans le capital des entreprises ! L’épargnant qui préfère disposer d’une délégation du risque de gestion financière auprès d’une compagnie d’assurance vie trouvera son bonheur dans la souscription d’un contrat d’assurance-vie Eurocroissance.
En tout état de cause, l’intérêt du PER semble plus que réduit.

Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

38 commentaires